Macron Plan Banlieues

Macron au Salon de l’Agriculture ? Éric Zemmour, “Pour lui, la terre est une abstraction, un tableau Excel”

22/02/2018 – FRANCE (NOVOpress)
Le Salon de l’Agriculture, qui ouvre ses portes samedi 24 février au public, attend la visite du président de la République. Pour Éric Zemmour, Emmanuel Macron incarne à son tour la “soumission au dieu de la concurrence“.

C’est ce qu’on appelle au théâtre un rôle de composition. Le cul des vaches, ce n’est pas vraiment le truc d’Emmanuel Macron. Il ne sait pas faire, même pas faire semblant.
Rien, ni sa génération, ni son milieu social, ni même une longue carrière politique dans une région rurale, ne l’a préparé à cet exercice. N’est pas Chirac qui veut. Déjà, Sarkozy n’avait pu cacher les lacunes d’un élu de circonscription urbaine et bourgeoise.

Mais Macron, c’est Sarkozy au carré. Macron, c’est Bercy. Et Bercy, c’est Neuilly en pire. Macron ne se demande nullement si la terre ment ou pas. Pour lui, la terre est une abstraction, un tableau Excel.


Jeanne d’Arc sera donc métisse cette année

22/02/2018 – FRANCE (NOVOpress)
C’est Mathilde Eday Gamassou qui incarnera Jeanne d’Arc lors des prochaines fêtes johanniques.

Dans un entretien à Boulevard Voltaire, Bénédicte Baranger, présidente de l’association Orléans-Jeanne d’Arc, défend la sélection de cette candidate : « cette jeune fille aux origines marquées remplit parfaitement les quatre conditions pour représenter Jeanne d’Arc, et surtout la plus belle d’entre toutes : être catholique et Française ».

Par origine « marquée », il faut entendre de mère polonaise et de père béninois…


La loi asile et immigration présentée en conseil des ministres

22/02/2018 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Ce mercredi le projet de loi sur l’asile et l’immigration porté par le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a été présenté par le gouvernement. Ce texte a été fièrement annoncé par le premier ministre comme à la fois efficace et humaniste. En tentant de manger aux deux râteliers, il s’avère que ce projet de loi ne plaît ni à la droite ni à la gauche, et manifestement répond encore moins aux attentes des français.

Quelles sont les mesures contenues dans ce projet ?

On y retrouve des mesures censées faciliter les expulsions, comme le doublement de la durée maximale de rétention administrative. Ainsi il sera possible de retenir plus longtemps dans l’attente de sa reconduite à la frontière un immigré faisant l’objet d’une décision d’éloignement. Ce changement technique ne ferait que rapprocher la France de la moyenne européenne, et en aucun cas ne renversera la politique migratoire actuelle. Pour autant nombre d’associations d’aide aux immigrés se sont élevées contre cette mesure. Avec elles se sont outrés nombre de députés de la République En Marche. La réduction à 15 jours du délais de recours pour les déboutés du droit d’asile a elle aussi été jugé dure par ces mêmes indignés.

Ces points qualifiés de mesures phares du projet semblent finalement assez timorées.

En effet, mais il en est de beaucoup plus franches qui progressent dans la direction opposée. Celles-ci sont beaucoup moins mises en avant par le gouvernement. On peut citer notamment l’extension du regroupement familial aux frères et sœurs des soi disant réfugiés mineurs. Quand on sait la facilité avec laquelle le statut de réfugié est accordé, et la propension qu’ont les immigrés de tout âges à se déclarer mineurs afin d’obtenir plus encore d’avantages on voit le danger représenté par cette mesure. Logiquement les députés du front national ainsi que des républicains ont déclaré s’opposer à celtte mesure, ainsi qu’au projet en général.

Finalement, il semble que ce projet de loi qualifié ci et là de dur et régressif sera au mieux inefficace, et au pire rendra la politique migratoire de la France plus suicidaire encore.

En effet, et il va ainsi à l’encontre totale de la volonté des français, qui rappelons le sont selon les sondages quasiment deux tiers à juger qu’il y a trop d’immigrés en France et à réclamer une politique migratoire plus dure.

SNCF : l’héritage étatiste et l’ombre communiste, par Jean-Gilles Malliarakis

On a diffusé le 14 février auprès de la presse et du grand public le rapport Spinetta et ses quelque 43 propositions. Il se fixe pour but de sauver la SNCF. Il vient après de nombreux avis, circonstanciés et documentés, mais sans suite, de la cour des Comptes. Et cela pose une fois de plus la question du rapport de l’opinion, des médias et de notre chère classe politico-technocratique à la dépense d’État.

Dès 2011, en effet, aux Assises du ferroviaire un groupe de travail avait conclu à l’insoutenabilité financière du système. Et quand, en 2014, fut votée la plus récente réforme ferroviaire, on promettait une fois encore un nouveau modèle économique.

Il n’a toujours pas vu le jour. Et la ministre actuelle Élisabeth Borne qui connaît bien le dossier, juge impossible le statu quo.

L’une des ritournelles de ces derniers temps consiste donc à demander à l’État de résoudre le problème ferroviaire. Les gros moyens de désinformation semblent même avoir récemment découvert le gouffre de l’endettement de la SNCF.

Il s’agit pourtant d’un secret de Polichinelle. Il y a quelque 20 ans de cela, en effet, le gouvernement Juppé, n’avait entrepris d’en camoufler le montant que pour pouvoir faire semblant de satisfaire aux critères théoriques de l’euro. Et, dans ce but, avait été créée en 1997 une société gestionnaire de l’infrastructure. Faussement séparée du transporteur monopoliste, fut ainsi fondée Réseau Ferré de France. Cette entreprise était dotée, dès la fondation, de plus de 20 milliards d’euros de dettes. Artificiellement soustraite des comptes publics, elle atteint désormais un montant de 45 milliards.

Or, comme la logique d’une gestion de RFF ne pouvait conduire qu’à une tarification plus réaliste de l’utilisation des voies et des gares. Ceci aurait coïncidé avec la remise en cause du monopole ferroviaire. On a donc décidé en 2013 de rebaptiser le gestionnaire d’infrastructures SNCF-Réseau afin qu’il soit bien clair qu’elle serait repassée sous le contrôle de Guillaume Pépy patron demeuré indéboulonnable, malgré ses échecs, de SNCF-Mobilité.

Pour complaire à cette technostructure, l’organisme prétendument indépendant Arafer chargé, au sein de l’État, de réguler les transports, a, discrètement, toujours empêché que soient calculés les péages à hauteur des besoins de l’entretien des voies.

Toutes ces feintes et galanteries ne peuvent plus dissimuler, cependant, que l’héritage étatiste produit chaque année un passif de plus de 3 milliards de dettes supplémentaires, qui, sans mesures drastiques, ne sauraient être remboursées en dépit des subventions auxquelles les régions sont contraintes, sans pouvoir les contrôler.

Parmi les causes de ce déficit, on ne peut pas omettre les très coûteux avantages sociaux concédés aux cheminots.

On n’oubliera pas, dans cette affaire, la place quasi séculaire de l’idéologie marxiste et de l’appareil communiste.

À presque un siècle de distance en effet, loin d’être crédités de l’image de privilégiés qui les entachent aujourd’hui, les salariés des compagnies de chemin de fer passaient pour l’incarnation même de l’exploitation capitaliste.

C’est en 1920 que des grèves très dures sont brisées par le gouvernement, et que la ville emblématique de Saint-Pierre-des-Corps et son maire Robespierre Hénault hébergent le congrès dit de Tours, où se fonde le parti communiste. La SNCF ne sera cependant fondée qu’en 1937, par le gouvernement Chautemps, étatisant et fusionnant les compagnies privées alors concessionnaires dans une société anonyme d’économie mixte dont l’État possédait la majorité du capital.

Le cheminot passe dès lors à l’avant-garde de ce qu’on dénomme désormais modèle social français : retraites, heures ouvrées, emploi à vie, etc. Le statut d’ensemble, sans équivalent dans aucun pays du monde, sera plusieurs fois transformé et toujours aggravé. En 1983, notamment, il reviendra à Fitermann, ministre communiste des Transports du gouvernement Mauroy, de lui donner un caractère toujours plus étatiste et d’y imposer un Comité central d’entreprise contrôlé aujourd’hui encore par la CGT.

Contre les projets gouvernementaux de réformes du secteur public les appareils syndicaux ont annoncé une mobilisation à compter du 22 mars. La direction de la CGT, par la voix de son secrétaire général Martinez, fait actuellement campagne pour intégrer aux manifestations une grève du chemin de fer.

Chacun sent, chacun sait, le rôle structurant du chemin de fer. Il remonte à des temps très anciens. Il a certes été réactivé avec le développement du TGV depuis 1981, qui bouleverse l’espace hexagonal, toujours dans le sens de l’hypercentralisation parisienne. Dès la loi fondatrice de 1842 a été dessiné et pensé un découpage de la France en 7 grandes lignes convergeant à Paris. Surnommé l’étoile de Legrand, du nom du directeur général des Ponts et chaussées de l’époque, ce schéma corseté empêche aujourd’hui encore le décloisonnement des régions de notre pays.

On ne s’en sortira donc que par une réforme radicale à laquelle l’idéologie étatiste et centraliste répugne.

Jean-Gilles Malliarakis

Article paru sur le site de L’Insolent

Alain de Benoist : « Je suis pour l’autonomie de la Corse, pas pour son indépendance ! »

Pour Alain de Benoist, “l’indépendance, de toute façon, ne veut plus dire grand-chose à une époque où les frontières ne garantissent plus l’identité des peuples et où même les « grands » États-nations ont d’ores et déjà perdu l’essentiel de leur souveraineté.”

Voici un entretien paru à l’origine sur le site Boulevard Voltaire.

L’autonomie, voire l’indépendance de la Corse, cela est-il fondamentalement choquant, sachant qu’aucune frontière n’est à jamais gravée dans le marbre, à en juger par ce qui s’est récemment passé au Kosovo ou en Crimée ?

ALAIN DE BENOIST : Ce n’est pas une question de frontières, mais une question de peuples. Contrairement à ce qui s’est passé dans beaucoup d’autres pays, la nation française n’a pas été créée par un peuple, mais par un État. Elle est née de l’agrandissement progressif du « pré carré » capétien, au hasard des conquêtes, des annexions et des alliances matrimoniales. Le peuple français qui existe aujourd’hui est un peuple-résultat. Le problème est qu’en s’étendant, le domaine royal a recouvert des peuples différents, d’origines différentes (celtique, germanique, latine, basque, etc.), qui n’ont jamais abandonné complètement leur personnalité, en dépit des efforts de type colonial développés, sous la IIIeRépublique notamment – l’époque où il était « interdit de cracher par terre et de parler breton » – pour faire disparaître leurs cultures et leurs langues.

Ces peuples existent toujours, même si l’on ne veut pas le reconnaître, et je ne suis pas de ceux qui s’affligent de leur existence et de leur vitalité. Les régions à la personnalité culturelle la plus forte sont aussi les plus portées à défendre leur identité. Le cas de la Corse est, à cet égard, exemplaire, puisque c’est la seule région à n’avoir pas donné la majorité à Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle. Le peuple corse est autochtone dans son île depuis au moins trente mille ans. Occupée pendant cinq siècles par les Génois, contre lesquels s’était déjà dressé Sampiero Corso, la Corse fut indépendante à partir de 1755, sous la direction de Pasquale de Paoli, jusqu’à ce que Gênes la cède à la France en 1768. C’est l’époque où Rousseau rédige son Projet de constitution pour la Corse, qu’on serait bien avisé de relire aujourd’hui. Comme le peuple breton, le peuple basque et le peuple alsacien, le peuple corse continue à défendre sa langue et sa culture, et je trouve excellent qu’il le fasse. Prenons exemple sur lui plutôt que de le stigmatiser ! Souvenons-nous, d’ailleurs, qu’au XVIIIe siècle, quand la France atteignait au sommet de sa puissance et sa culture au faîte de sa gloire, les trois quarts de ses habitants ne parlaient pas le français.

Cela dit, si je suis pour l’autonomie de la Corse, je ne suis pas pour son indépendance. L’indépendance, de toute façon, ne veut plus dire grand-chose à une époque où les frontières ne garantissent plus l’identité des peuples et où même les « grands » États-nations ont d’ores et déjà perdu l’essentiel de leur souveraineté. Autonomistes et indépendantistes peuvent, certes, mener des combats communs, mais entre l’autonomie et l’indépendance, je ne vois pas une différence de degré mais une différence de nature. L’autonomie se fonde sur un principe de responsabilité, l’indépendantisme ne manifeste qu’une volonté de sécession.

L’argument jacobin veut que la République soit « une et indivisible ». Mais à Wallis-et-Futuna, territoire français depuis 1888, cette même République reconnaît des chefferies traditionnelles pratiquant un catholicisme considéré de fait comme religion d’État…

ALAIN DE BENOIST: Le jacobinisme est la maladie française par excellence. De l’extrême gauche à l’extrême droite, que ce soit par patriotisme ou par fidélité à l’esprit révolutionnaire, presque tout le monde y sacrifie chez nous. La Suisse (avec ses trois langues officielles), la Russie et les États-Unis sont des États fédéraux et ne s’en portent pas plus mal, mais toute idée de remettre en cause la République « une et indivisible », d’appliquer le principe de subsidiarité (ou de compétence suffisante) en laissant aux différentes composantes de la nation la possibilité de décider par elles-mêmes et pour elles-mêmes, fait immédiatement surgir des fantasmes de « balkanisation » et de « dislocation » que je trouve absolument ridicules. Le centralisme jacobin n’a pas rendu la France plus forte, mais plus fragile. Un pays n’est fort que de la vitalité et de l’identité de ses composantes. Les jacobins veulent réaliser dans leur pays une « unité » qu’ils refusent à l’échelle européenne ou mondiale. Je ne verrais personnellement que des avantages à ce que la République « une et indivisible » soit remplacée par une République fédérale des peuples de France.

Pour en revenir à la Corse, ce n’est pas en répétant que « la Corse, c’est la France » qu’on réglera le problème. J’ai connu l’époque où tous les hommes politiques proclamaient à qui mieux mieux que « l’Algérie, c’est la France ». L’Algérie se composait alors de trois départements français, avec dix préfectures. On sait ce qu’il en est advenu. Quant à ceux qui glosent avec des trémolos sur « le français, langue de la République », je leur rappellerais qu’à l’heure des talk shows, des fake news, du coaching, du fact checking, du packaging, du prime time, des smartphones et autres cold cases, ce ne sont pas les langues régionales mais la langue anglaise qui menace la langue française, sans qu’ils s’en émeuvent particulièrement.

Après l’Écosse, la Lombardie, la Catalogne, la Corse, est-ce les peuples qui prennent leur revanche sur les États, ou y a-t-il des raisons plus extérieures à ces phénomènes ?

ALAIN DE BENOIST: Je pense que c’est une erreur de placer toutes ces régions sur le même plan. Ce sont des cas différents. La Corse est une île, ce que ne sont ni la Lombardie ni l’Écosse. L’histoire de la Catalogne est totalement différente de celle de la Flandre, et l’histoire de la Belgique n’a vraiment aucun rapport avec celle de l’Espagne. Les Flamands souhaitent se séparer des Wallons, mais certains d’entre eux ne refuseraient pas de rejoindre la Hollande pour recréer les grands Pays-Bas. Je pense qu’il faut juger concrètement, au cas par cas. On s’apercevra alors que les motivations sont, elles aussi, très différentes. Disons seulement qu’il est assez légitime que certaines régions veuillent d’autant plus préserver leur identité qu’elles voient bien que les entités plus vastes auxquelles elles ont appartenu jusqu’ici perdent la leur sans réagir.

Texte repris du site Blog Eléments

Vu sur Twitter

Du halal aux hôtels avec tapis de prière, Taïwan cherche à attirer les nombreux touristes musulmans venus d’Asie du Sud-Est

Publié le

72 mesures et 600 millions pour l’intégration des « migrants », par Guy Rouvrais

Mercredi, en Conseil des ministres la loi « asile et immigration » a été adoptée. Elle est déjà attaquée par la gauche, certes, mais aussi par certains élus LREM, venus, il est vrai, du PS, ce sont des « marcheurs » de gauche… et de gauche. Il n’y a pourtant dans ce que l’on connaît du projet rien d’extraordinaire, il s’agit d’une énième tentative pour renvoyer chez eux ceux qui n’ont pas le droit d’être chez nous. L’intention est bonne, certes, à condition d’aller jusqu’au bout. Or, on ne compte plus les fois où des gouvernements de droite et de gauche, ont annoncé des mesures de « fermeté » pour endiguer l’immigration sauvage et d’aussi fermes pour expulser les clandestins. Toute cette agitation saisonnière pour constater que le taux d’expulsions effectives stagne toujours autour de 20%. Car, parallèlement, des mesures incitatives alimentent le flux. C’est le cas également avec Macron et Collomb.

Dans un rapport commandé par le gouvernement et remis le 19 février, le député LREM Aurélien Taché a présenté 72 propositions « pour une politique ambitieuse d’intégration des étrangers arrivant en France. » Le Premier ministre, en le recevant, en compagnie du ministre de l’Intérieur, a indiqué que le gouvernement « reprendra les grands axes des propositions » contenues dans ce rapport. Il s’agit, on l’a compris, d’établir un contre-feu face à l’accusation d’inhumanité dans la façon dont le pouvoir traiterait les immigrés.

Ce qui est nécessaire pour l’intégration des étrangers n’est pas d’abord du côté de la France mais des étrangers, de leur volonté de s’intégrer, d’aimer et de respecter leur pays d’accueil, d’accepter plus de devoirs à l’égard de celui-là que de revendiquer de droits. C’est comme cela que se sont intégrées naguère des générations d’Italiens, d’Espagnols, de Polonais, etc. sans le secours de 72 propositions.

S’il en est parmi celles-là qui ne posent pas de problème, telle l’augmentation des heures d’enseignement du français, il en est d’autres qui relèvent de la « discrimination positive » au détriment des autochtones. C’est ainsi qu’il est proposé « un accompagnement global, incluant notamment l’accès au logement et à l’emploi, d’une durée moyenne d’un an » après quoi l’étranger devrait être logé et avoir un emploi ! Les habitants qui accepteraient d’en loger un chez eux auront droit à une déduction fiscale. Mais s’ils hébergent un sans-logis de souche, rien n’est prévu. Pour permettre au « migrant » de trouver un emploi, le député demande rien moins que la suppression « de la condition de nationalité pour les fonctions non régaliennes de la fonction publique » (alors qu’il faut réduire le nombre des fonctionnaires !) tout comme l’abrogation « de la taxe versée par les employeurs pour l’embauche » d’étrangers. On voit que ces mesures ne se borneront pas à faciliter l’intégration de ceux qui sont déjà là mais en inciteront d’autres à venir sachant qu’on prépare déjà leur accueil. Coût de ces mesures ? 600 millions, à la charge non pas des étrangers mais du contribuable français.

Guy Rouvrais

Article paru dans Présent daté du 22 février 2018

Plusieurs dizaines de milliers d’hectares de terres cultivables échappent chaque année aux agriculteurs français

21/02/2018 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
La Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) et les Jeunes Agriculteurs (JA) ont décidé d’anticiper le rendez-vous du salon de l’agriculture à Paris en organisant ce mercredi une journée d’action partout en France pour exposer leurs revendications notamment contre l’arrivée massive de produits d’Amérique du Sud en cours de négociation.

Rappelons que tous les dix ans en moyenne, l’agriculture française perd 50.000 hectares de terres cultivables alors que la loi d’avenir agricole de 2014 visait une réduction par deux de ce phénomène. Au problème d’étalement urbain dû aux grandes surfaces périphériques, s’ajoutent les investissements étrangers (chinois, indiens et saoudiens notamment), qui font en outre monter les prix.


La repentance, basta ! Soyons fiers d’être Européens !

Aujourd’hui le continent européen, privé de sa puissance traditionnelle, est l’homme malade du monde. Parce que les Européens sont culpabilisés. Coupables, éternellement coupables ! De la colonisation, de l’esclavage, des crimes de la seconde guerre mondiale. Ça suffit ! Ça suffit !

La colonisation, parlons-en ! Avant elle il y avait moins de 100 millions d’Africains. Aujourd’hui – pour le meilleur ou pour le pire – ils sont plus d’un milliard. Beaucoup de ceux qui dénoncent la colonisation n’auraient pas vu le jour sans ses bienfaits !

L’esclavage ? Beaucoup de peuples l’ont pratiqué, notamment en Afrique, mais c’est la civilisation européenne qui l’a aboli.

Quant aux génocides ils traversent l’histoire et les textes sacrés- y compris la Bible– en sont le témoignage. Mais les Européens ont été les premiers à condamner les crimes de guerre. Ajoutons qu’il est monstrueux de prétendre transmettre à un ensemble de peuples, du détroit de Gibraltar au Golfe de Botnie et de génération en génération des crimes commis il y a près d’un siècle.

Alors, les Européens n’ont pas de raison de cultiver la honte. Au contraire, ils doivent être fiers de leur héritage.

C’est l’Europe qui a fait le monde. C’est le continent de la pensée scientifique, de ses applications techniques et des grandes découvertes. Plus que tous autres ce sont les Européens qui ont inventé et transformé le monde. Et qui ont mis au service des hommes la puissance de l’énergie et la mise en réseau de l’intelligence. Ce sont les Européens qui ont maitrisé les mers, l’air et l’espace et qui ont vaincu bien des maladies.

Ce qui a rendu cela possible, c’est la libre confrontation des idées, la culture du débat, le goût du raisonnement et la démarche expérimentale. L’Europe, c’est la civilisation des libertés : libertés des cités grecques, libertas romaine, franchises et privilèges des métiers, des villes et des universités au Moyen Age, confrontation féconde de la foi et de la raison, esprit des Lumières.

L’Europe, c’est la civilisation de l’incarnation : l’Europe, c’est le continent où le divin est présent partout dans la nature et l’architecture.

L’Europe, c’est la civilisation qui honore la femme : déesse, mère, sainte ou combattante. L’Europe, c’est la civilisation de l’amour courtois.

L’art européen c’est un art de la représentation de la nature, de la figure humaine et des images divines, à l’opposé de toute vision iconoclaste. Il est à nul autre pareil : la sculpture classique de Praxitèle à Rodin ; la peinture avec l’invention de la perspective et la maitrise du portrait ; le chant polyphonique et la musique symphonique, l’architecture monumentale sont inégalés. Bien sûr, d’autres civilisations ont leurs grandeurs et leurs beautés mais ce n’est qu’en Europe que l’art a connu un tel éclat et s’est développé à la fois dans toutes ses multiples expressions.

Refusons le grand dérangement des esprits. Refusons le grand dénigrement de notre passé. Refusons le grand renoncement. Refusons le grand effacement de notre mémoire. Refusons le grand remplacement de nos peuples et de notre civilisation.

Soyons fiers de notre héritage. Soyons fiers de nos ancêtres. Soyons fiers de ce qu’il nous reste encore à faire. Préparons-nous à notre grand ressourcement.

Participez au cinquième colloque de l’Institut Iliade, samedi 7 avril, à Paris, sur le thème : Fiers d’être Européens.

Texte repris du site site Institut Ilade


UNEF : de nouveaux témoignages de viols et agressions sexuelles

21/02/2018 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Plusieurs jeunes femmes déclarent avoir subi harcèlement, agressions sexuelles et viols entre 2007 et 2015 à l’UNEF selon de nouveaux témoignages publiés mardi par Libération.

En novembre, 83 femmes, anciennes syndicalistes de l’Union nationale des étudiants de France (Unef) avaient déjà signé une tribune dans le Monde pour dénoncer les violences sexistes et sexuelles dans cette organisation proche du PS.

Dans son édition de mardi, Libération indique avoir recueilli le témoignage de 16 autres militantes.

L’article de Libération décrit une organisation où les jeunes militantes étaient la cible de pressions insistantes, notamment sous la présidence de Jean-Baptiste Prévost de 2007 à 2011, « par, je cite, une multitude de dérives”.

L’Unef était-il “alors un terrain de chasse sexuelle”, selon Libération ?

Arrivée à la tête de l’Unef en 2016, Lilâ Le Bas assure avoir mis en place des outils pour enrayer ces violences et libérer la parole : réunions non mixtes, ateliers sur le consentement…

Dans le sillage de l’affaire Weinstein, de précédentes révélations de la presse ont récemment éclaboussé les mouvements de jeunesse du PS (MJS) et du PCF (Jeunesses communistes), ce qui ne minimise en rien les crimes des jeunes socialistes.

[VIDEO] Les mémoires de Jean-Marie Le Pen décryptées

21/02/2018 – FRANCE (NOVOpress)
Cette vidéo très intérssante s’intéresse aux mémoires de Jean-Marie Le Pen décryptées par le journaliste du Parisien Olivier Beaumont.

A 90 ans, l’homme politique publie le premier tome de ses mémoires, “Fils de la nation”(Ed. Muller), à paraître le 1er mars prochain.

Jean-Marie Le Pen revient notamment sur ses souvenirs d’enfance jusqu’au lancement du FN en 1972.


Éric Zemmour : “Wauquiez reste plus proche de l’escrimeur que du gladiateur”

21/02/2018 – FRANCE (NOVOpress)
Les propos brutaux de Laurent Wauquiez devant des étudiants d’une école de commerce, et diffusés dans l’émission “Quotidien”, font scandale. Mais pour Éric Zemmour, le leader de LR est encore un “petit joueur” en comparaison avec Donald Trump.

Wauquiez peut être fier de lui. Il est vraiment devenu la bête noire du système médiatico-politique. Wauquiez est comparé à Trump, ce qui est désormais le sommet de la diabolisation.

Mais Wauquiez est encore un petit joueur, un débutant. Trump ne s’excusait jamais, même lorsque ses propos étaient également volés à une conversation privée. Il n’aurait pas dû s’excuser auprès de Sarkozy.

Jusqu’à présent, en France, on n’a eu que des Trump de cour d’école. Ils se regardent et s’admirent transgresser. Ils prennent la transgression intellectuelle, idéologique et politique pour un duel à fleurets mouchetés, alors que cela doit être une arène où le gladiateur joue sa peau. Laurent Wauquiez est pour l’instant plus proche de l’escrimeur que du gladiateur.


10 ans d’« indépendance » du Kosovo : bienvenue dans le pandémonium de l’Europe – par Nikola Mirkovic

Le Kosovo demeure une zone très instable qui peut de nouveau embraser la région.

Avant toute chose, il faut clarifier la situation du Kosovo, qui n’est pas « indépendant », comme certains veulent nous le faire croire. Des Albanais du Kosovo ont déclaré leur indépendance le 17 février 2008, mais cela n’en fait pas un pays indépendant pour autant. La résolution 1244 de l’ONU souligne que le Kosovo fait partie de la Serbie et l’ONU elle-même ne reconnaît pas le Kosovo indépendant. C’est, d’ailleurs, la position officielle du Vatican, de la Russie, de l’Espagne, de l’Inde… et de nombreux pays qui refusent de reconnaître l’indépendance de cet « État » artificiel, haut lieu du crime organisé et calvaire des orthodoxes serbes.

La situation du Kosovo, aujourd’hui, est catastrophique. Plus de 1.000 Serbes ont été assassinés et 250.000 Serbes chrétiens ont dû fuir la région depuis l’arrivée de l’OTAN. 150 églises chrétiennes ont été détruites pendant qu’en même temps, 800 mosquées se sont construites et que le Kosovo devenait le premier fournisseur, par tête d’habitant, de djihadistes en Europe. Les Serbes, devenus minoritaires sur leur propre terre, continuent de subir une purification ethnique qui n’émeut guère les grandes consciences européennes.

Le Kosovo est une des régions les plus jeunes et également les plus pauvres d’Europe, avec 60 % des jeunes au chômage, 30 % de la population vivant sous le seuil de pauvreté et 10 % de la population survivant en extrême pauvreté avec moins d’un euro par jour. C’est un paradoxe incroyable pour une région qui a reçu plus d’argent, par tête d’habitant, que l’Europe avec le plan Marshall. La situation est tellement catastrophique que des milliers d’Albanais eux-mêmes fuient maintenant la région par dizaines de milliers.

Et c’est normal que le Kosovo ne s’en sorte pas. Les pays de l’OTAN, qui ont fomenté la guerre en ex-Yougoslavie en formant et en finançant l’armée terroriste de l’UÇK, ont choisi ces mêmes terroristes, majoritairement issus du crime organisé, pour diriger le « pays » une fois la guerre terminée. À quoi fallait-il s’attendre d’autre ? Pensait-on, sérieusement, que Hashim Thaçi, l’actuel « président » du Kosovo, chouchou des chancelleries occidentales et ex-chef de l’UÇK, dont un rapport du Conseil de l’Europe dit qu’il est « le plus dangereux parrain de la pègre de l’UÇK », devienne du jour au lendemain un philanthrope humaniste doté d’un sens aigu de l’économie et de la gestion d’un pays ? Évidemment que non. Thaçi a été mis en place parce qu’il ferme les yeux sur les prédateurs économiques, issus des pays de l’OTAN, qui rachètent la région pour une bouchée de pain, abusant de la main-d’œuvre à bas prix et rapatriant les dividendes dans leurs pays d’origine.

Le Kosovo demeure une zone très instable qui peut de nouveau embraser la région. Maintenant, plus que jamais, il faut mettre fin à cette ingérence funeste de l’Union européenne et des États-Unis en Serbie et laisser l’État de droit serbe régler lui-même ses problèmes internes.

Nikola Mirkovic

Texte repris du site Boulevard Voltaire

Pour la mémoire de Michel Déon, une mobilisation sans précédent, par Francis Bergeron

Devant le raz-de-marée de protestations, Hidalgo a cédé. Ce qui était encore juridiquement impossible lundi matin l’est devenu en fin de journée !

Madame Hidalgo n’avait pas mesuré l’extrême popularité de Michel Déon. Cet écrivain, par la longévité de sa carrière, a enchanté plusieurs générations de lecteurs. Il a donné de l’Irlande, de l’Italie, de la Grèce, une image renouvelée et enchanteresse. Ce sont des livres que l’on glissait – et que l’on glisse toujours – dans ses bagages pour Spetsaï, pour Patmos, voire pour Vancouver au Canada. Il a aussi largement contribué à démarxiser le monde intellectuel, dans le cadre de ce que l’on appelle un peu abusivement le mouvement ou le courant des « hussards », un courant toujours plus étudié, qui fascine toujours plus.

Une extraordinaire bienveillance

Par ailleurs, en tant qu’académicien, en tant que membre de nombreux jurys littéraires, en tant qu’influent lecteur pour les maisons d’édition, il a toujours fait preuve d’une extraordinaire bienveillance et d’une non moins extraordinaire capacité d’écoute. Sans jamais renier ses idées, tout en réaffirmant son admiration pour Charles Maurras et la monarchie (Mes arches de Noé), il s’est engagé pour tous les écrivains chez qui il identifiait une musique particulière, ceci indépendamment de leurs opinions, de leurs modes de vie, de leur appartenance à tel ou tel cercle intellectuel.

Oui, écoute et bienveillance. Relisez ses « pages françaises » et ses « pages grecques », sa correspondance avec Félicien Marceau ou avec André Fraigneau, qui racontent le défilé de ses visiteurs, ses engagements personnels pour aider de jeunes confrères qu’il estimait talentueux C’est bien pourquoi des intellectuels de tous bords se sont mobilisés pour sa mémoire.

Reconnaissons à Etienne de Montety, le responsable du Figaro littéraire, le mérite d’avoir pu solliciter en un temps record ces écrivains qui savent ce qu’ils doivent à Déon, et ce que lui doit plus globalement la littérature.

De Jean Raspail à Yasmina Reza

La pétition pour qu’une place soit trouvée dans un cimetière parisien avait été signée par cent écrivains, c’est-à-dire par tout le monde, serait-on tenté d’écrire, vraiment tout le monde, d’Emmanuel Carrère à Frédéric Beigbeder, de Didier Decoin à Grégoire Delacourt, de Nicolas d’Estienne d’Orves à Antoine Gallimard, de Franz-Olivier Gisbert à Irène Frain, d’Anne Goscinny à Milan Kundera, de Bernard-Henry Levy à Eric Neuhoff, de Michel Onfray à Amélie Nothomb, d’Erik Orsenna à Bernard Pivot, de Jean Raspail à Yasmina Reza, de Tatiana de Rosnay à Jean-Marie Rouart, de Jean-Christophe Rufin à Eric-Emmanuel Schmitt, de Philippe Sollers à Delphine de Vigan, de Frédéric Vitoux à Didier Van Cauwelaert, d’Alain Finkielkraut à Michel Houellebeck, de Philippe Labro à Jean-René van der Plaetsen, en passant par Sempé, Guillaume Musso… Oui, apparemment ils étaient tous là. Il est très rare de rencontrer une telle unanimité. L’Académie française, les membres de l’Académie Goncourt, les lauréats du Goncourt, de l’Interallié, du Renaudot, les fabricants de best-sellers, les modernes et les classiques. Tous ont manifesté leur incompréhension face à ce scandale, cette pseudo impossibilité pratique d’enterrer à Paris l’urne funéraire de l’un des plus célèbres écrivains contemporains.

Madame Hidalgo s’était abritée derrière des arguties juridiques pour que Déon ne soit pas mis en terre parisienne. Elle ruine donc ses propres arguments en cédant à la pression. Ce qui prouve bien que son opposition avait pour seule source son sectarisme, sa rigidité intellectuelle. Elle accepte qu’un cimetière parisien accueille l’urne funéraire. Elle nous avait menti en prétendant que c’était impossible. C’est – enfin – la première reculade dans la gigantesque entreprise d’épuration littéraire en cours.

Francis Bergeron

Article repris du quotidien Présent

Vu sur Twitter

Anne Hidalgo capitule : Michel Déon aura bien une sépulture à Paris

Publié le

Georges Soros demande à l’Union Européenne de « réguler les réseaux sociaux »

Il était une fois… ça commence comme un conte de fées… Il n’y a pas si longtemps internet et les réseaux sociaux pouvaient être considérés comme un refuge pour la liberté d’expression et un courant d’air frais loin de la propagande douce des médias dominants.

Et ce fût le cas. De très nombreux blogs, sites d’analyse, chaines YouTube se sont créés faisant en effet contrepoids aux informations officielles. Toute nouvelle création entrainant des effets d’opportunité inattendus, de nombreux sites dits « putes à clic » ont été créés pour attirer le public – et la publicité – via des informations fantaisistes. Sur un plan plus politique, l’élection de Trump et le Brexit n’allant pas dans le sens de l’histoire, les médiacrates ont trouvé une explication simple : de fausses nouvelles via internet et les réseaux sociaux ont permis ces aberrations, naissance du concept de « fake news ».

Soros côté pile : pour l’innovation et la démocratie

Pour mener le combat de l’Empire du Bien, nul n’est mieux placé que le milliardaire américain George Soros. Dans un article de The Guardian publié jeudi 15 février il met en garde contre la liberté des médias sociaux qui peuvent « influencer la manière dont les gens pensent et se conduisent sans même qu’ils s’en rendent compte ». Il ajoute « Ceci interfère avec le fonctionnement de la démocratie et l’intégrité des élections » et le peuple perd « sa liberté de penser ». D’où l’urgence de légiférer pour que la liberté d’expression soit plus strictement contrôlée sur internet et les réseaux sociaux. Que constate George Soros ? Que les géants Facebook et Google sont devenus « des obstacles à l’innovation ». Comprenez : ils ont contribué à libérer la parole aux Etats-Unis comme en Europe. Et plus « ils ont causé nombre de problèmes ». Comprenez : cette libération de la parole est allée trop loin. D’où sa supplique aux autorités de l’Union Européenne pour qu’elles reprennent les choses en mains.

Soros côté face : renforcer l’autocensure des GAFA

Habilement, Soros semble s’attaquer au monopole des GAFA mais le véritable enjeu de son discours n’est pas là et il est à double facette. Tout d’abord demander aux autorités politiques de museler Google et Facebook. Ce qui a déjà été fait en Allemagne et ce qui sera peut-être fait par la loi en France en 2018. Ensuite et surtout que Google et Facebook instaurent eux-mêmes leur propre censure pour se protéger d’une possible régulation venue de l’extérieur. Ce qu’ils sont en train de faire. Il est toujours plaisant de voir un pyromane jouer les pompiers. Au nom de l’économie Soros regrette le Brexit et la chute de la livre sterling qui affaiblirait les finances britanniques. Le même Soros le 16 septembre 1992 (Black Wednesday) spéculait contre la livre britannique, la forçait à sortir du Système Monétaire Européen (SME) et empochait un milliard de livres au passage. Au nom de la « liberté du peuple » George Soros veut instaurer « le contrôle de la liberté ». De même que dans le 1984 d’Orwell le ministère de l’Amour organisait la semaine de la Haine.

Texte repris du site site de l’OJIM