Face aux massacres anti‑chrétiens de l’Etat islamique, la France ne réagit toujours pas

Face aux massacres anti‑chrétiens de l’Etat islamique, la France ne réagit toujours pas

25/04/2014 – FRANCE (NOVOpress via Kiosque courtois)
Cette semaine, l’organisation islamiste a diffusé une nouvelle vidéo de propagande. On y montre d’abord la vie de dhimmi, c’est‑à‑dire de chrétiens vivants dans un pays islamique jouissant d’une très relative liberté en l’échange d’une taxe annuelle. La vidéo s’achève sur des images d’une dizaine de chrétiens éthiopiens abattus par balles, tandis que 16 autres ont été égorgés, dans une mise en scène similaire à celle des coptes ayant subi le même sort en février dernier. A la fin, l’un des bourreaux, tenant à la main un couteau encore ensanglanté, s’adresse aux chrétiens du monde entier en déclarant « L’Etat islamique va s’étendre par la permission d’Allah, et celui qui refuse, il n’aura que le tranchant de l’épée ». Les chrétiens de Libye n’en finissent plus de payer le prix de l’intervention désastreuse de Nicolas Sarkozy…

…Et leur sort n’est guère plus enviable en Syrie et en Irak

Ils continuent d’être persécutés par les islamistes, à qui la France a fourni des armes, comme l’a rappelé cette semaine le président Bachar al‑Assad dans un entretien pour France 2. On se demande si la France finira par se souvenir de ses racines chrétiennes, et s’engager vraiment pour venir en aide aux chrétiens d’Orient comme elle l’a toujours fait par le passé. Cela pourrait lui redonner de la crédibilité sur le plan international, qu’elle semble avoir bien perdu actuellement, à force de suivre servilement le grand frère américain, du moins aux dires de Bachar al‑Assad et Vladimir Poutine.

Crédit image : copie d’écran d’une vidéo sur internet. DR.

Que nous reste-t-il ? Tribune par Vincent Revel

Que nous reste-t-il ? Tribune par Vincent Revel

Comme l’expliquait l’auteur Jean Hurtado dans sa biographie consacrée à Zénon, celui-ci ainsi que son contemporain Epicure (image en Une) vécurent « une période troublée de l’histoire de la Grèce ». Confrontés à une phase de déclin, ces deux sages proposèrent « une philosophie adaptée aux hommes désorientés de ce temps ». Alors bien sûr, en parlant de Zénon et d’Epicure, je n’ai pas l’intention de vouloir faire revivre le passé. Ceci n’aurait aucun sens du fait que rien ne peut être comme avant. Par contre, à l’image de cette « période troublée » qu’ils ont vécu, nous pouvons nous aussi, dans notre époque dite moderne, nous définir et nous reconnaître comme des « hommes désorientés ».

Face à cette triste réalité, que nos politiques nient, car incapables de se remettre en question comme étant l’une des causes de notre décadence, nous devons dès à présent nous servir de notre passé, comme l’ont fait en leur temps Zénon et Epicure avec Homère, Pythagore, Hésiode, Socrate, Platon, Aristote, Diogène… pour enfin trouver une issue favorable et porteuse d’espoir.

Prioritairement, nous devons dresser un constat rigoureux de notre situation actuelle pour savoir ce que nous avons perdu et ce sur quoi nous pouvons nous reposer.

Lire la suiteQue nous reste-t-il ? Tribune par Vincent Revel

Surtout, pas de « contrôle au faciès » !

Surtout, pas de « contrôle au faciès » !

24/04/2015 – (NOVOpress via Présent)
Trente-quatre députés socialistes « se mobilisent ». Ils se mobilisent pour quoi ? Pour mettre fin au « contrôle au faciès » ! C’est bienvenu non ? C’est le moment.

Surtout, pas de « contrôle au faciès » !Au moment où l’on arrête l’Algérien Sid Ahmed Ghlam, assassin d’Aurélie Châtelain, avec un arsenal de guerre destiné à perpétrer un carnage dans une église, alors que ses complices courent toujours les rues, alors que la menace terroriste islamiste n’a jamais été aussi élevée sur notre sol et que le nombre de djihadistes français a triplé en un an, la priorité de ces députés c’est de lutter contre des critères de contrôle déplacés… Déplacés, amalgamants et racistes. Merci pour les policiers ! Ces parlementaires vont demander à leurs groupes « d’engager dans les plus brefs délais, une démarche en ce sens ».

La première préoccupation de ces élus (payés par nous à ne rien foutre à part ce genre de provocation) a été de répondre positivement à un courrier du Collectif « Stop le contrôle au faciès » leur rappelant qu’il ne leur restait plus que deux ans pour mettre en œuvre la promesse de François Hollande sur le récépissé de contrôle d’identité, « nécessaire à la lutte contre les discriminations ».

Lire la suiteSurtout, pas de « contrôle au faciès » !

A Moscou, Kirchner scelle son rapprochement avec Poutine par des accords dans l’énergie

A Moscou, Kirchner scelle son rapprochement avec Poutine par des accords dans l'énergie

24/04/2014 – MOSCOU (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
La présidente argentine, Cristina Kirchner (photo à Fête de la Patrie), a signé jeudi à Moscou une série d’accords ouvrant la voie à la participation d’entreprises russes à des projets dans le nucléaire, l’hydroélectricité et le gaz en Argentine, au moment où la Russie, en froid avec l’Occident, cherche à renforcer ses liens avec d’autres états non‑alignés.

La Russie tente de se rapprocher de l’Amérique latine et d’y augmenter son influence depuis qu’elle a mis en place un embargo sur la majorité des produits alimentaires provenant de l’Union européenne et des Etats‑Unis, qui avaient adopté une série de sanctions contre Moscou en raison de la crise ukrainienne.

Cristina Kirchner, qui se bat de son côté contre la justice des Etats‑Unis dans son litige l’opposant à deux fonds spéculatifs, affiche une proximité de vues avec Moscou.

Arrivée à Moscou mardi, elle a souligné mercredi la force des liens entre l’Argentine et la Russie, qui entretiennent des relations diplomatiques depuis 130 ans.

« Nous sommes deux pays qui, au-delà d’une longue histoire d’amitié, ont des économies complémentaires », a‑t‑elle déclaré, lors d’une rencontre avec des hommes d’affaires russes et argentins.

Crédit photo : Ministerio de Cultura de la Nación Argentina, via Flickr, (cc).

Bachar al‑Assad évoque la perte de crédibilité de la France au plan international…

Bachar al‑Assad évoque la perte de crédibilité de la France au plan international…

24/04/2014 – FRANCE (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Dans un entretien avec France 2, lundi soir, le président syrien (en photo avec son épouse) a dénoncé une complicité des gouvernements occidentaux avec les terroristes : « Nous sommes toujours intéressés au dialogue avec quiconque. Mais comment peut‑on établir un dialogue avec un régime qui soutient le terrorisme dans notre pays ? » (…) « Il faut que le gouvernement français cesse son appui aux terroristes »Ajoutant : « Personne ne prend plus au sérieux les déclarations des responsables français pour une simple raison : c’est que la France est devenue un satellite de la politique américaine dans la région. Elle n’est pas indépendante et n’a aucun poids. Elle n’a aucune crédibilité ».

Des propos rappelant ceux de Vladimir Poutine, le 16 avril dernier, commentant le refus de la France de livrer les Mistral : « Nos partenaires perdent une partie de leur souveraineté en la cédant volontairement à l’OTAN, ce qui remet en question leur fiabilité », attitude que la Russie ne manquera pas de « prendre en compte dans le cadre de notre future coopération en matière technique et militaire ».

Crédit photo : DR.

Sid Ahmed Ghlam : La menace se précise

Sid Ahmed Ghlam : La menace se précise

24/04/2015 – (NOVOpress via Présent)
Comme les Kouachi, Coulibaly et autres Merah, Sid Ahmed Ghlam, interpellé dimanche alors qu’il préparait un attentat contre des églises de Villejuif, a bénéficié du laxisme français en matière d’immigration. Comme eux, il a un passé de petit délinquant ayant basculé dans le djihadisme. Comme eux encore, il était bien connu de la DGSI. Mais comme eux, hélas, il aura fallu attendre qu’il passe à l’acte pour que la police l’interpelle. Bref, loin de démontrer l’efficacité du dispositif antiterroriste français, cette nouvelle affaire nous prouve que les leçons des attentats de janvier n’ont pas été tirées et qu’il faut craindre le pire pour l’avenir.

Sid Ahmed Ghlam : La menace se préciseUn « dossier très lourd »

Interpellé fortuitement après avoir appelé le SAMU pour une blessure à la jambe, Ghlam, étudiant algérien arrivé en France en 2001 par le biais du regroupement familial, pourrait bien voir sa garde à vue prolongée jusqu’à six jours. C’est que, indiquait une source judiciaire, « le dossier serait très lourd » et l’« on relève d’inquiétantes similitudes avec le dossier Kouachi-Coulibaly ». Un « dossier très lourd » qui ne l’a pas empêché de préparer ses attentats, d’assassiner Aurélie Châtelain et, s’il n’avait pas lui-même alerté les secours, ne l’aurait pas empêché de fusiller les fidèles de deux églises.

Lire la suiteSid Ahmed Ghlam : La menace se précise

Naufrages de clandestins : les immigrationnistes falsifient (aussi) la géographie

Naufrages de clandestins : les immigrationnistes falsifient (aussi) la géographie

22/04/2014 – EUROPE (NOVOpress)
Les immigrationnistes mentent, on le sait bien. On est habitué à les voir falsifier impudemment l’actualité comme l’histoire, avec un seul objectif : hébéter et culpabiliser les autochtones d’Europe pour qu’ils acceptent de faire rentrer chez eux toujours plus d’Africains. Jusqu’à extinction (celle des Européens bien entendu).

Le site italien Voxnews a relevé une autre forme de falsification, cette fois contre la géographie. Après le dernier naufrage de clandestins, tous les médias italiens ont évoqué à l’unisson « un massacre dans le canal de Sicile ». La presse française a fait de même. « Le décompte macabre des morts dans le canal de Sicile se poursuit », c’est ainsi que Le Monde a commencé son article à faire pleurer dans les lofts. « Naufrage meurtrier dans le Canal de Sicile », ont titré Les Échos. « Canal de Sicile » encore dans Le Parisien et dans Libération. Le Figaro a remporté la palme en expliquant avec assurance que le bateau avait fait naufrage « en plein milieu du canal de Sicile ».

Or il suffit de regarder une carte pour constater que le naufrage a eu lieu à 60 milles nautiques des côtes libyennes, 100 milles de la Tunisie (qui n’a pas levé le petit doigt) et … 250 milles du canal de Sicile, lequel sépare la Sicile de la Tunisie.

On veut bien faire la part de l’ignorance des journaleux. Mais, comme le souligne Voxnews, la distorsion est tout sauf innocente. Le message qu’il s’agit de faire passer est clair. « C’est arrivé dans le canal de Sicile, donc ça doit être de notre faute. Parce que “ça doit l’être”. Parce que vous devez vous sentir coupables : ceux qui commandent comptent là dessus ». Et de fait, les mêmes médias qui redessinent allègrement la géographie titrent aussi sur « l’Europe démunie », « l’Europe sommée d’agir », « l’Europe au pied du mur », etc. etc.

Si les médias se contentaient de parler, conformément à la vérité, de « naufrage au large de la Libye », l’effet serait tout autre.

Crédit image : NormanEinstein, via Wikipédia, (cc). Une légende ajoutée.

L’école, lieu de discriminations contre la France populaire

Ecole

23/04/2014 – FRANCE (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Claude Meunier‑Berthelot a fait toute sa carrière dans l’Education nationale. Elle publie aujourd’hui un livre sans concessions intitulé C’est l’identité française qu’on assassine, dont Jean‑Yves Le Gallou a rédigé la préface.

Tout l’intérêt du livre est de mettre en lumière le fait que le « Grand remplacement » évoqué par Renaud Camus a pour condition de possibilité un « grand effacement », celui de l’histoire française et européenne. Et le lieu de cette opération est précisément l’école. Ainsi, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, toutes les réformes éducatives ont peu à peu conduit à oblitérer les éléments centraux de la culture française. L’allègement des programmes, invoqué au nom du bien‑être des élèves, a conduit à négliger des pans entiers d’histoire de France.

L’école, lieu de discriminations contre la France populaire

Le livre évoque aussi la panne de l’ascenseur social et la mise en place de l’éducation prioritaire
La notion de reproduction forgée par Pierre Bourdieu sert d’arme de combat politique à la gauche pour condamner la culture française associée à une culture dominante illégitime. Au nom d’un idéal égalitaire abstrait, les dirigeants français ont mis en place le collège unique, qui a rompu la dynamique de sélection des meilleurs éléments, indépendamment de leur origine sociale.

Pour compenser cet échec, les mêmes gouvernements ont alloué plus de moyens aux zones d’éducation prioritaire
On a vu de multiples filières parallèles d’accès à de grandes écoles se mettre en place exclusivement au profit de certaines minorités. Il apparaît en définitive que les classes populaires non issues de l’immigration ne jouissent pas des moyens offerts désormais aux populations issues de l’immigration. En somme, la discrimination positive repose sur une discrimination négative envers les populations de souche. Comme le disait fort justement Jean Macé “qui tient les écoles tient la France” ; le projet de nos gouvernants semble être de modifier en profondeur le visage de la France.

Bernard Cazeneuve va réunir les opérateurs internet pour évoquer la censure du réseau

Bernard Cazeneuve réunira demain les opérateurs internet pour évoquer la censure du réseau

21/04/2015 – FRANCE (NOVOpress via Bulletin de réinfromatioon)
Hier devait avoir lieu une réunion de la plus haute importance place Beauveau. Bernard Cazeneuve devait y rencontrer les patrons des grands opérateurs d’Internet. Suite à la mort des 700 clandestins en Méditerranée, cette réunion a été reportée à demain, mercredi 22 avril.

Cette réunion se place dans un contexte : celui du vote très prochainement à l’assemblée du projet de loi sur le Renseignement. Selon le ministre de l’Intérieur lui‑même, l’objectif est de trouver « Un accord sur une méthode d’action commune ». Bernard Cazeneuve sera accompagné d’Axelle Lemaire, le secrétaire d’Etat au numérique. De l’autre côté, tous les grands groupes du monde d’Internet devraient être présents : Google, Facebook, Apple, Twitter, Microsoft et l’Association française des fournisseurs d’accès et de services Internet.

Bernard Cazeneuve avait déjà rencontré ces interlocuteurs, il y a peu :

Le 21 février pour être exact. Bernard Cazeneuve s’était à l’époque rendu dans la Silicon Valley. A l’époque, un mois et demi après les attentats islamistes de Paris, le ministre s’était félicité du zèle mis en œuvre par ces grands groupes pour retirer les contenus « extrémistes ».

Des grands groupes privés qui pourraient confisquer à terme la liberté d’expression, comme l’Etat en fait

C’est en effet ce que ce genre de rencontres peut laisser prévoir. Dans ce cas, l’Etat semble avoir un rôle, si ce n’est dominant tout du moins moteur. Dans certains cas, les groupes privés s’accordent ce droit de censure. C’est le cas de Facebook, qui a récemment changé ses règles d’utilisation, en se réservant le droit de supprimer les contenus dits “inappropriés”. Contenus, dont la définition reste finalement assez floue…

Le plan antiraciste de Valls qui vaut 100 millions

Le plan antiraciste de Valls qui valait 100 millions

21/04/2015 – FRANCE (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Manuel Valls (photo) était à Créteil vendredi dernier pour présenter son plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme. Un plan doté de, tenez‑vous bien, 100 millions d’euros sur 3 ans. Il comprend 40 mesures articulées autour de la justice, d’Internet et de l’éducation, en faisant du racisme et de l’antisémitisme une circonstance aggravante pour tous les crimes et délits. Il intègre la répression des discours de haine au droit pénal général et donne la possibilité d’actions de groupe contre les discriminations. « Le racisme, l’antisémitisme, la haine des musulmans, des étrangers, l’homophobie augmentent de manière insupportable dans notre pays », s’est justifié Manuel Valls, assurant que « les Français juifs ne devaient plus avoir peur d’être juifs » et que « les Français musulmans ne devaient plus avoir honte d’être musulmans ».

Ce plan fait‑il l’unanimité dans le “camp du Progrès” ?

Même pas. Jusqu’à présent, les injures racistes et antisémites étaient jugées selon la procédure du droit de la presse. Ce qui assurait un débat apaisé, selon les spécialistes. La plupart des associations antiracistes — SOS Racisme, la Ligue des droits de l’homme —, comme beaucoup de juristes spécialisés sur le droit de la presse, sont opposés à ce projet qui risque de multiplier les procès expéditifs, en comparution immédiate, de dossiers parfois complexes à juger. Ainsi, l’avocat de Charlie Hebdo Richard Malka explique : « Si la loi passait et que Charlie [Hebdo] était jugé à nouveau pour les caricatures de Mahomet, on pourrait être jugés en comparution immédiate, entre un escroc et un dealer ». En revanche, le président du CRIF, Roger Cukierman, a déclaré être impressionné par ces 40 mesures. Un avis partagé par La LICRA et l’Union des étudiants juifs de France. Il faut croire que ce sont eux qui ont eu le dernier mot.

Est‑ce qu’au moins tout le monde est protégé par ce plan à 100 millions d’euros ?

Si seulement. Les grands oubliés du gouvernement, je vous laisse deviner, sont les Français de souche et les chrétiens. Si ceux‑ci peuvent être coupables et condamnés, rien ne prévoit qu’ils puissent être victimes. Le député Jean‑Frédéric Poisson le déplore sur son site à propos des chrétiens : « Eux aussi victimes d’humiliations et d’agressions et dont les lieux de culte sont bien plus profanés que ceux de n’importe quelle autre communauté en France ! ». A ce propos, je vous renvoie à l’excellent rapport de l’Observatoire de la christianophobie. Sur les réseaux sociaux, les internautes patriotes et nationalistes sont nettement moins mesurés : « Tu es juif, musulman, noir, jaune, vert ou rouge ? Valls te protège. Tu es blanc et catholique ? Tu peux crever, sale facho ».

Mais qu’attendre d’un gouvernement cosmopolite qui, discutant d’une loi sur le renseignement, a visé uniquement les Identitaires comme potentiels terroristes ?

Crédit photo : Fondapol, via Flickr, (cc).

Afrique du Sud : boule de feu dans l’arc-en-ciel – Par Bernard Lugan

Afrique du Sud : boule de feu dans l'arc-en-ciel. Par Bernard Lugan

En Afrique du Sud, les dernières violences “xénophobes” ont pris une telle ampleur que le Malawi a décidé d’évacuer ses ressortissants et que le Mozambique a demandé fermement aux autorités sud-africaines d’assurer la protection de ses nationaux. Quant au président Zuma, il vient d’annuler une visite officielle à l’étranger afin de suivre l’évolution de la situation.

Un peu partout dans le pays, notamment au Natal et dans la région de Johannesburg, les immigrés africains qu’ils soient Malawites, Mozambicains, Somaliens, Zimbabwéens, Soudanais ou encore Nigérians sont en effet pris pour cible, lynchés ou forcés à se réfugier dans les camps militaires cependant que leurs biens sont systématiquement pillés. Au Natal, les pogroms ont été encouragés par le roi des Zulu et ailleurs dans le pays par le propre fils du président Zuma… Dans la “nation arc-en-ciel-“, au pays de Nelson Mandela, des Noirs massacrent donc d’autres Noirs, et qui plus est, des Noirs immigrés… Voilà de quoi déstabiliser les bonnes âmes qui pensaient, la main sur le cœur et abreuvées de certitudes morales, qu’une fois le régime blanc d’apartheid balayé, les fontaines sud africaines allaient laisser couler le lait et le miel de la société post-raciale…

Un peu plus d’un an après la mort de Nelson Mandela, le culte planétaire quasi religieux rendu à sa personne apparaît donc en total décalage avec les évènements. Le réel est en effet de retour -une fois de plus et comme toujours-, balayant au passage le mythe-guimauve de la « nation arc-en-ciel » fraternelle et ouverte au monde (en Une le drapeau de l’Afrique du Sud”.

Dans un pays où le chômage touche environ 40% des actifs et où le revenu de la tranche la plus démunie de la population noire est inférieur de près de 50% à celui qu’il était sous le régime blanc d’avant 1994, dans un pays où 18 millions de Noirs sur une population de 53 millions d’habitants, ne survivent que grâce aux aides sociales, le Social Grant, quoi d’étonnant à ce qu’éclatent des violences xénophobes, les étrangers étant accusés de prendre le travail des plus pauvres ?

Lire la suiteAfrique du Sud : boule de feu dans l’arc-en-ciel – Par Bernard Lugan

“L’univers esthétique des Européens” – Colloque de l’Institut ILIADE le 25 avril. Présenté par Jean-Yves Le Gallou

"L’univers esthétique des Européens" - Colloque de l’Institut ILIADE le 25 avril. Présenté par Jean-Yves Le Gallou

Entretien avec Jean-Yves Le Gallou, un des co-fondateurs de l’Institut Iliade.

« Il peut y avoir choc de civilisations : la charia n’est pas compatible avec les valeurs européennes et la burka peut difficilement cohabiter avec la minijupe ».


"L’univers esthétique des Européens" - Colloque de l’Institut ILIADE le25 avril. Présenté par Jean-Yves Le Gallou
Institut Iliade

L’ILIADE organise son deuxième colloque samedi 25 avril 2015 à Paris sur le thème de « L’univers esthétique des Européens ». Vous êtes avec Bernard Lugan et Philippe Conrad le co-fondateur de cet Institut pour la longue mémoire européenne, pourquoi ?

3-alain-de-benoist
Alain de Benoist

Cet institut de formation et de transmission de la mémoire européenne a été voulu par Dominique Venner. L’écrivain au cœur rebelle nous a chargés de sa création avant d’accomplir son geste sacrificiel en mai 2013 : créer cet Institut était pour nous un engagement d’honneur. Le 21 juin 2014 l’ILIADE a été fondé au sommet du mont Olympe. Notre analyse est la suivante : le Grand Remplacement (de population) est rendu possible par le grand effacement (de notre mémoire) ; nous devons y faire face par le grand ressourcement (dans notre culture et nos traditions).

Le thème de ce deuxième colloque « L’univers esthétique des Européens » n’est-il pas excessivement intellectuel ?

4-Slobodan-Despot1
Slobodan Despot

Je ne crois pas. Bien sûr on se bat contre ce qui nous menace. Mais on se bat mieux quand on a une claire conscience de son identité, une vue du monde, et quoi de plus fort que l’esthétique pour la traduire ? Notre colloque sera « total » : des communications fortes, bien sûr, mais aussi des images de hauts lieux européens (Brocéliande, le Mont Palatin, la Tour de Belem, le Château de la Wartbourg), bref, une évocation des univers celte, latin et germanique. Et une salle décorée notamment d’une grande tenture représentant Diane, la gardienne de la nature. Il s’agit d’un grand panneau décoratif réalisé en Anjou par des artistes françaises. Nous avons aussi fait appel à des peintres et des graphistes pour réaliser des affiches illustrant le thème du colloque. Elles seront en vente sur place. Ce colloque est une pièce majeure dans le dispositif de reconquête culturelle, donc également artistique, qu’il nous faut bâtir.

Lire la suite“L’univers esthétique des Européens” – Colloque de l’Institut ILIADE le 25 avril. Présenté par Jean-Yves Le Gallou

Chrétiens jetés à la mer : politiciens et prélats excusent les assassins musulmans

Chrétiens jetés à la mer : politiciens et prélats excusent les assassins musulmans

19/04/2015 – ITALIE (NOVOpress)
Sale affaire, pour le lobby immigrationniste italien, que l’arrestation de quinze clandestins africains, inculpés d’« homicide multiple, aggravé par la haine religieuse » pour avoir jeté à la mer douze de leurs congénères, au seul motif qu’ils étaient chrétiens. Voilà qui risquerait de contrarier des décennies d’efforts acharnés pour convaincre les autochtones d’accueillir toujours plus de « pauvres réfugiés » et autres « frères migrants ».

Aussi les propagandistes en chef de l’immigration en Italie, laïcs et ecclésiastiques, se sont-ils précipités pour édulcorer les événements. Laura Boldrini, présidente ultra-immigrationniste de la Chambre des députés – qui s’était signalée en ricanant ostensiblement à l’évocation des victimes de Kabobo, le tueur anti-Blancs de Milan –, a sorti tous les clichés de la novlangue technocratique. « Il faut, a-t-elle déclaré, comprendre les dimensions du problème et ne pas simplifier. Le problème doit être abordé de manière lucide et il faut comprendre que les simplifications n’aident pas à la compréhension du phénomène. »

Chrétiens jetés à la mer : politiciens et prélats excusent les assassins musulmansConcrètement, selon Mme Boldrini, « il y a toujours des niveaux de violence sur ces embarcations, des personnes qui veulent l’emporter sur les autres » – bref, pas de quoi fouetter un chat et, surtout, rien à voir avec l’Islam. « Je ne crois pas, a-t-elle ricané, que ces personnes aient eu une discussion théologique à bord ».

Même déni chez Mgr Giancarlo Perego, directeur général de la Fondation « Migrantes », créée par la Conférence épiscopale italienne pour l’accueil des immigrés. Ce n’est qu’un « épisode de désespoir », a-t-il expliqué sur Radio Vatican, « un triste épisode dans lequel il ne faut pas exaspérer la haine religieuse. Il souligne tout le désespoir des migrants dont chacun cherche à sauver sa peau dans un petit espace ».

Interrogé par la Repubblica, le prélat a tenu le même discours. « La tragédie de la nuit du 14 avril, comme tant d’autres tragédies de la mer, n’est qu’un terrible drame du désespoir et de la misère humaine. Je n’insisterais pas sur la circonstance de la haine religieuse ».

Mgr Perego a même profité de l’occasion pour exiger, au nom du pape François, que l’Italie accueille encore plus de clandestins, surtout dans les régions du Nord : il a explicitement dénoncé la Vénétie comme manquant à son « devoir d’accueil ». La même obligation vaut, selon lui, pour toute l’Europe. « N’oublions pas, que sur les 170.000 personnes qui ont débarqué en Italie l’année dernière, deux sur trois ont continué leur chemin vers d’autres pays européens. Il est vrai que, sur les 28 pays européens, seulement cinq, aujourd’hui, ont une politique très forte d’accueil pour les demandeurs d’asile : l’Allemagne, l’Italie, la Suède, le Danemark et en particulier la France ».

Lire la suiteChrétiens jetés à la mer : politiciens et prélats excusent les assassins musulmans

Profanation du cimetière de Castres : festival de novlangue, encore un “déséquilibré” musulman

Profanation du cimetière de Castres : festival de novlangue, encore un "déséquilibré" musulman

18/04/2015 – FRANCE (NOVOpress via Kiosque courtois)
A Castres, ce sont des tombes chrétiennes qui ont été profanées (215 tombes). Dans ces conditions, la majorité des médias a préféré parler de tombes « dégradées »  ou « vandalisées ». Il en est de même de François Hollande. Le terme « profané » est réservé aux tombes juives et musulmanes, les seules jugées sacrées. Comme l’explique Madame Léridon, directrice de l’information de l’AFP : « On pèse les mots. »

La procureure‑adjointe a déclaré « N’avoir vu aucune connotation à caractère religieux ou racial ».

Pourtant, de nombreuses croix ont été cassées ou jetées à terre. « Ce sont clairement des atteintes aux symboles de la foi chrétienne. », a déclaré le maire de Castres.

Le suspect interpellé était en djellaba et récitait des prières musulmanes ! Mais, selon la procureure adjointe, « étant dans un état délirant inaccessible à la communication, le suspect a été hospitalisé d’office ». Bon sang, mais c’est bien sûr, encore un « déséquilibré ».

 

 

 
Crédit photo : DR.

Obama et les musulmans – par Hélios d’Alexandrie

Obama et les musulmans, par Hélios d'Alexandrie

Sur le plan international Barak Obama a créé des attentes auxquelles il a très mal répondu, il y a une explication à cela: tout d’abord une interprétation de l’histoire contemporaine fortement teintée d’idéologie, ensuite une lecture erronée de la situation géopolitique, particulièrement celle du Moyen-Orient…

Après son assermentation il entreprit une tournée d’excuses qui l’a mené au Caire et en Europe. Au Caire il a fait mea culpa et tenu des propos dithyrambiques sur l’islam…Selon lui c’était la faute de l’Amérique et de son interventionnisme si le monde n’allait pas bien, lui Obama remettrait son pays à sa place, désormais il ne prétendra plus au leadership des pays démocratiques et ferait preuve de respect et de non-ingérence à l’égard des pays musulmans.

… La nouvelle orientation qu’Obama donnait à l’Amérique a eu pour effet d’insécuriser les alliés et enhardir les ennemis. Un vacuum s’est créé que les adversaires se sont efforcés de remplir, non sans avoir au préalable testé la réaction des Américains, tant sur le plan diplomatique que militaire.

L’alliance avec les extrémistes

Le chaos qui s’étend au Moyen-Orient repose sur deux piliers : l’islamisme et l’argent du pétrole. L’islamisme est représenté par ses variantes sunnites : frères musulmans, wahhabites, salafistes, et par sa variante chiite le khomeynisme, lequel inclut le Hezbollah. Le jihad est consubstantiel à toutes ces variantes comme d’ailleurs le califat, qui dans le khomeynisme est appelé «velayat el faqih» soit la dictature du juriste. L’islamisme sous toutes ses variantes ne fait aucune distinction entre la politique et la religion, les deux sont indissociables; mais il y a plus grave car la fusion des deux amplifie leur aspect rétrograde, oppressif et totalitaire.

Dans les faits l’islamisme, qu’on désigne également par islam politique ou intégrisme islamique, est un fascisme, il en possède toutes les caractéristiques:

  • — Une idéologie bien structurée qui a «réponse à tout», qui exempte ou plutôt interdit à ses adeptes de réfléchir et de questionner, et qui exige une obéissance aveugle.
  • — La paranoïa, l’islam est «menacé» par l’Occident à l’extérieur et par les «ennemis de l’islam» à l’intérieur.
  • — La domination de la oumma (la collectivité des croyants) sur l’individu, lequel ne peut exister en dehors d’elle.
  • — Le suprématisme religieux des musulmans (équivalent au suprématisme racial) qui les autorisent à discriminer, persécuter et dominer les non-musulmans, ces derniers étant assujettis, corps et biens à la oumma.
  • — La violence, laquelle est dirigée contre tous ceux qui font obstacle à la domination de l’islam.
  • — L’intolérance et la haine de tout ce qui n’est pas islamique et en particulier les juifs et les chrétiens.
  • — Le principe de responsabilité collective des non-musulmans, laquelle autorise les croyants offensés à user de violence contre eux, même s’ils ne sont aucunement impliqués dans l’offense ou le préjudice.
  • — L’esprit de conquête et le projet d’étendre sa domination sur le monde entier.
  • — Et, last but not least, la place primordiale accordée au chef, le calife ou l’ayatollah suprême, lequel concentre tous les pouvoirs entre ses mains et exerce son autorité sur tous les sujets.

Il est étonnant que les occidentaux qui ont subi tant de souffrances et de destructions à cause du fascisme, avant et durant la deuxième guerre mondiale, se montrent à ce point aveugles ou inconscients face au fascisme islamique. Il est tout aussi étonnant de voir la gauche, supposément ennemie jurée du fascisme, se lover amoureusement dans ses bras. Cette idylle en apparence contre nature s’explique par l’existence de sentiments communs, dont la haine du christianisme et de la civilisation occidentale. Obama est un gauchiste, rien de ce qui est propre à la gauche ne lui est étranger; il s’ensuit que l’homme le plus puissant du monde a pesé de tout son poids en faveur de l’islam.

La beauté du diable

Obama entretient une vision romantique de l’islam, il n’est pas le seul à détourner le regard de la réalité navrante, celle d’une religion qui asservit un cinquième de l’humanité et qui constitue l’obstacle principal si ce n’est le seul à son développement; du coup, il exonère l’islam de toute responsabilité dans l’échec et la régression des pays musulmans. Si l’écart se creuse entre eux et les pays développés, ce ne peut-être que de la faute de ces derniers et à leur tête les États Unis, ils ont trop longtemps appuyé les dictateurs «laïcs» tels que Moubarak, Kadhafi, Ben Ali, Assad, Saleh, ainsi que les monarques saoudiens, qui même s’ils appliquent strictement la charia, ne trouvent pas grâce aux yeux des islamistes et en particulier les Frères Musulmans. Cet appui aux régimes dictatoriaux ne pouvait avoir qu’une seule raison, les intérêts égoïstes de l’Occident, et ceux-ci ne pouvaient être que contraires aux aspirations légitimes des peuples musulmans.

Obama s’est montré ouvert et sympathique envers les islamistes, il a adopté en quelque sorte leur slogan: «l’islam est la solution ». Qui mieux qu’eux pouvait prétendre à la légitimité? Leur idéologie ne les plaçait-elle pas à un niveau infiniment supérieur à toutes les autres tendances politiques? N’ont-ils pas de bonnes raisons d’en vouloir à l’Occident coupable de les maintenir constamment loin du pouvoir? Leur «amertume » et leurs «griefs» n’ont-ils pas trouvé pour exutoire le terrorisme, lequel est l’arme par excellence des faibles et des déshérités? L’Occident ne risque-t-il pas de subir ce terrorisme tant et aussi longtemps qu’il œuvrera à la marginalisation des islamistes et en tirera profit? Le temps n’est-il pas venu de tourner la page et de rebâtir les relations sur de nouvelles bases?

 

La doctrine Obama

En arrivant au pouvoir Obama s’est engagé dans la politique dite du «reset», soit la remise à zéro, pour ce qui concerne les relations des États Unis avec les pays musulmans. Cette politique ou plutôt cette doctrine, qu’on pourrait d’ailleurs appeler la doctrine Obama, repose sur les éléments suivants:

  • — Tout peuple musulman aspire à être gouverné par les islamistes, par conséquent aucune autre formation politique ne détient une légitimité suffisante pour prétendre au pouvoir.
  • — Les États Unis doivent par conséquent faire preuve de «respect» en facilitant l’arrivée au pouvoir des islamistes.
  • — L’appui des États-Unis aux islamistes constitue une réponse positive à leurs «griefs», elle aura pour effet de dissiper leur «amertume».
  • — Une fois au pouvoir avec l’aide et la bénédiction des États-Unis, les islamistes comprendront que l’Amérique n’est pas leur ennemie mais leur partenaire.
  • — L’amélioration des relations fera en sorte que l’hostilité des islamistes fera place à la paix, à la bonne entente et à la coopération notamment dans le domaine de la sécurité; par conséquent le terrorisme qui carbure au ressentiment, finira par s’éteindre de lui-même.

S’appuyant sur cette doctrine Obama remodela la politique étrangère des États Unis envers les pays islamiques. Cette nouvelle politique s’est articulée sur plusieurs axes, il est utile de les mentionner:

En ce qui concerne l’islamisme chiite:

  1. Retrait précipité d’Irak autorisant l’Iran à faire un satellite de ce pays, lui permettant ainsi de réaliser son rêve séculaire d’un croissant chiite, lequel doit réunir l’Iran, l’Irak, la Syrie et le Liban. Du coup l’Iran se voit accordé un accès direct à la méditerranée et aux frontières d’Israël.
  2. Ce geste de bonne volonté convaincra les mollahs d’Iran de se montrer plus coopératifs et de renoncer à l’arme nucléaire, en échange de quoi les sanctions économiques visant leur régime seront levées, permettant ainsi à l’Iran de commercer librement et de prospérer.

En ce qui concerne l’islamisme sunnite:

  1. Développer des liens étroits avec les tenants de l’islam politique et en particulier la Confrérie des frères musulmans présente et active dans tous les pays islamiques.
  2. Établir avec eux des ententes, prélude à leur prise du pouvoir. Ces ententes leur garantissent des relations privilégiées avec les États Unis ainsi que leur appui tant moral que pratique. En retour de quoi les islamistes sunnites mettront fin à leur hostilité envers les occidentaux et à leur tête les États Unis.
  3. Cesser de soutenir les dictatures dites laïques en cas de soulèvement populaire contre eux, comme ce fut le cas pour Ben Ali, Moubarak et Kadhafi, et en ce qui concerne Assad, encourager et armer l’insurrection contre son régime.
  4. Prendre ses distances avec la monarchie des Saoud du fait qu’elle est corrompue et réfractaire aux Frères Musulmans, et non parce qu’elle applique rigoureusement le wahhabisme et la charia en Arabie.
  5. Établir la Turquie d’Erdogan et le Qatar comme agents et facilitateurs de la politique proislamiste d’Obama, en particulier sur le plan de l’accès des Frères Musulmans au pouvoir partout où ils bénéficient d’une base populaire.
  6. En contrepartie de cette ouverture et de cet appui aux islamistes, ces derniers s’engagent à reconnaître ouvertement la bienveillance de l’Amérique envers l’islam, à décrédibiliser le jihadisme, à l’interdire voire à le combattre, et à établir des relations cordiales avec l’Occident.

 

Des conséquences imprévues

Le scénario écrit par Obama a tourné court comme il est possible de le constater aujourd’hui. Bien pire il a eu des conséquences tragiques, et nul n’est en mesure de prévoir où et quand l’escalade de l’horreur s’arrêtera. Obama et les apprentis sorciers qui le conseillent, sont partis de prémisses erronées, ils ont bêtement présumé que l’islamisme est un mouvement politique comme les autres, alors qu’il s’agit d’un fascisme plus dangereux que le nazisme du fait qu’il s’appuie entièrement sur la religion. Mais ils se sont également trompés sur la possibilité de coexistence pacifique entre islamistes sunnites et islamistes chiites, ils n’ont pas prévu le déferlement de haine et de mort résultant de la confrontation des deux principales branches de l’islam. Leur islamophilie les a littéralement aveuglés, sans le vouloir et sans le savoir ils ont nourri des monstres assoiffés de sang.

Obama porte la responsabilité entière des conséquences tragiques du retrait total de l’armée américaine de l’Irak et de l’abandon de ce pays au profit de l’Iran. Le gouvernement irakien de confession chiite, influencé par les mollahs iraniens, s’est montré ouvertement hostile aux tribus sunnites du Nord, les exactions systématiques voire les assassinats en séries perpétrés par les forces de sécurité à leur endroit ont été nombreux et ont poussé les sunnites dans les bras de l’État Islamique. Face à la déferlante jihadiste Obama a refusé toute intervention de l’aviation américaine, alors que les forces jihadistes étaient à découvert et que leurs convois constituaient des cibles faciles pour les avions et les hélicoptères d’attaque au sol. Obama refusait d’intervenir tant que le premier ministre en exercice, qu’il jugeait avec raison partial et corrompu était au pouvoir; il n’a pas tenu compte du fait qu’il opprimait la minorité sunnite à l’incitation des iraniens. L’inaction américaine a contribué à la débandade de l’armée irakienne permettant aux jihadistes de s’emparer d’un butin fabuleux, sous forme d’argent, de lingots d’or, de canons, de blindés et de chars d’assaut américains après la prise de Mossoul. L’inaction d’Obama a également permis aux jihadistes de s’en prendre aux minorités yazidis et chrétiennes; persécutions, exils, esclavage et massacres ont été le lot de ces gens. Leur vie n’a pesé d’aucun poids dans la décision d’Obama de ne pas intervenir.

L’aveuglement d’Obama et son préjugé favorable envers l’islam, l’ont empêché de prendre la mesure du danger, et de jouer le rôle qui lui était dévolu, à savoir maintenir une présence militaire américaine pour prévenir les conflits religieux. Plus tard alors que les jihadistes gagnaient du terrain il a bêtement exigé un changement politique à la tête du gouvernement irakien avant d’intervenir. Ce changement a finalement eu lieu mais il était trop tard, les jihadistes s’étaient emparés de Mossoul et poursuivaient leurs attaques. Ironie du sort, bien qu’il ait obtenu l’approbation d’Obama, le nouveau premier ministre se trouve lui aussi sous la coupe des mollahs iraniens, le conflit sanglant entre sunnites et chiites se poursuivra.

Obama a également fermé les yeux sur les incursions de l’Iran au Yémen. Il a laissé les rebelles houthis, financés et armés par l’Iran, renverser le pouvoir en place et s’emparer des rênes de l’État. Cette fois son inaction était motivée par son désir de ne pas perturber les difficiles négociations avec l’Iran sur le nucléaire. Une semaine à peine avant l’accord final, il évacué son ambassade à Sanaa et retiré la centaine de militaires américains présents au Yémen, abandonnant leurs équipements et leurs armes comme butin pour les rebelles. L’entente avec l’Iran avait un prix et il s’est montré plus que disposé à le payer.

Récemment, l’Arabie et l’Iran ont fait, chacun de leur côté, un pas de plus en direction de l’affrontement direct; il y a moins de deux semaines ils se faisaient encore la guerre par procuration. Non contents d’être spectateurs des massacres et des destructions en Syrie et en Irak, ils se sont trouvés un troisième champ de bataille au Yémen. Le conflit est d’ordre existentiel, chaque belligérant joue son avenir, sa survie dépend désormais de la destruction totale de l’adversaire.

L’automne dernier l’Arabie Saoudite a orchestré de main de maître la chute des prix du pétrole, son raisonnement est simple: elle dispose de réserves monétaires de sept cent milliards de dollars, elle peut sans trop de mal passer à travers quelques années de vaches maigres. L’Iran de son côté est très vulnérable, sous l’effet de sanctions économiques décrétées par les puissances occidentales à cause de son programme nucléaire, il a besoin pour son pétrole d’un prix trois fois plus élevé que le prix actuel, afin de boucler son budget et financer son effort de guerre en Syrie et en Irak. À moyen terme la guerre économique déclarée par l’Arabie, pourrait ébranler le régime des mollahs et même entraîner leur chute.
Le temps jouant en leur défaveur, les mollahs n’ont d’autre choix que de faire monter la tension dans le Golfe persique et au Yémen, espérant par là faire grimper le prix du pétrole. Les marchés cependant n’ont pas trop réagi et pour cause: l’Arabie a prévu le coup et a augmenté sa production de pétrole, inondant un marché déjà saturé et tirant les prix encore une fois par le bas. La riposte iranienne ayant fait long feu, les mollahs n’ont d’autres options que menacer directement l’Arabie et les routes du pétrole en contrôlant entièrement le Yémen et en particulier le port stratégique d’Aden et le détroit de Bab el Mandab qui donne accès à la mer rouge et au canal de Suez.

Obama  et les musulmans, par Hélios d'Alexandrie

À cette nouvelle escalade de l’Iran, l’Arabie a répondu par une riposte dévastatrice, aidée en cela par les émirats du Golfe et par l’Égypte. Les bombardements aériens massifs, et l’intervention musclée des flottes égyptienne et saoudienne, ne semblent pas donner de résultats probants, en terme de recul des milices chiites financées et armées par l’Iran; ces dernières pour échapper aux bombes, se sont fondues dans la population civile, rendant plus difficile pour l’aviation saoudienne, de les retracer et de les détruire. La population yéménite souffre, mais son calvaire ne fait que commencer, la guerre se poursuivra car aucun des belligérants n’a obtenu le résultat décisif qu’il souhaitait.

D’ici quelques semaines les Saoudiens se rendront compte qu’ils n’ont d’autres choix que d’occuper militairement le Yémen, or ce pays est montagneux et peu propice à une guerre conventionnelle, une armée régulière n’est pas adaptée à ce type de terrain; en y mettant les pieds les militaires saoudiens feront face à une guérilla chiite déterminée et prête à tous les sacrifices pour défendre son territoire. Les Saoudiens découvriront mais un peu tard, qu’il est plus facile de commencer une guerre que d’y mettre fin. Mais il est fort possible qu’ils se contentent dans un premier temps d’objectifs limités, tels qu’occuper les villes et les sites stratégiques, d’une part pour sécuriser les routes maritimes du pétrole, et d’autre part pour empêcher l’Iran de ravitailler les milices chiites du Yémen. Cependant, on peut d’ores et déjà prévoir, qu’ils ne seront pas en mesure de stabiliser suffisamment la situation; tôt ou tard ils seront forcés de s’aventurer au cœur du pays, là où le terrain leur est défavorable.

 

Obama a échappé la balle

En terre d’islam l’Amérique ne mène plus le jeu, elle n’est même pas en position de l’arbitrer. Placée devant les conséquences désastreuses de la politique étrangère d’Obama, elle est impuissante à modifier profondément le cours des évènements. Obama s’est laissé entraîner dans le jihad, soit la guerre sainte que se livrent sunnites et chiites, il a donné tête baissée dans la Grande Fitna version 2015, où les cimeterres ont cédé la place aux chasseurs-bombardiers F-15 et aux missiles de tous genres, et où il est possible de tuer sans états d’âme des milliers de gens en quelques heures. Il aurait cherché à allumer la guerre qu’il n’aurait pas fait mieux, et d’ailleurs bien des gens se demandent si telle n’était pas sa véritable intention.

Dans les faits Obama sans le savoir et sans le vouloir a servi de catalyseur à la Grande Fitna, sans lui elle se serait quand même allumée, pour la raison que tous les ingrédients du conflit étaient en place. Certains mélanges sont simplement dangereux: Islam, haine religieuse multiséculaire, régimes totalitaires, impérialisme, ressources abondantes en argent et en armement, tous ces éléments mis ensemble n’attendent qu’une simple étincelle; toute rupture de l’équilibre précaire des forces ne peut que dégénérer en guerre ouverte.

Il est trop tard à présent et Obama n’y peut rien, il n’a d’ailleurs pas l’humilité de reconnaître ses erreurs, et il ne possède ni le talent ni la crédibilité nécessaire pour amener les parties à rechercher un règlement politique.

Le gardien, convaincu que les fauves sont doux et bien dressés, les a laissé sortir de leurs cages. Son erreur, pour ne pas dire sa Bêtise Suprême, est de refuser d’admettre qu’un fauve est un fauve!

Hélios d’Alexandrie

Cet article a été initialement publié sur le site canadien français Poste de veille.

Crédit illustrations : DR.

La grande invasion : le grand remplacement c’est maintenant

La grande invasion, le grand remplacement c'est maintenant

17/04/2015 – EUROPE (NOVOpress via Présent du 16/04/2015))
Près de 11 000 depuis le début du mois, plus de 6 500 au cours des deux derniers jours… Alors que l’Europe croule déjà littéralement sous le poids de l’immigration, les bateaux surchargés de clandestins en provenance de l’autre rive de la Méditerranée continuent de déferler sur les côtes italiennes sans susciter pour autant de réaction de fermeté de la part des autorités européennes.

La grande invasion, le grand remplacement c'est maintenantLors des seules journées de dimanche et de lundi, les garde-côtes italiens ont ainsi porté secours à quelque 42 rafiots surchargés de clandestins, sans pouvoir toujours secourir l’ensemble de ces gens. Dimanche, en effet, quelque 400 migrants se seraient ainsi noyés lors du naufrage de leur embarcation. Le bateau, chargé d’environ 550 personnes venant majoritairement d’Afrique subsaharienne, aurait chaviré sous l’effet du mouvement des passagers apercevant les secours.

En même temps, l’agence européenne de contrôle des frontières Frontex annonçait mardi que deux navires engagés dans l’opération « Triton » avaient essuyé des tirs de la part de passeurs souhaitant récupérer leurs rafiots, et rappelait qu’en février, déjà, des passeurs armés avaient obligé des garde-côtes italiens à leur rendre une embarcation dont ils venaient de secourir les passagers !

Un déferlement devenu ingérable pour les autorités italiennes, qui redoutent avec le retour de la belle saison le déferlement de dizaines de milliers de migrants dans les mois à venir. Lundi, le ministre de l’Intérieur italien Angelino Alfano envoyait ainsi une directive aux préfets les appelant à trouver d’urgence pas moins de 6 500 places d’hébergement. Un appel qui a fait sortir de ses gonds le gouverneur de la région Lombardie et membre de la Ligue du Nord Roberto Maroni, qui a dit mercredi refuser de « subir cette invasion » en précisant qu’il y aura « zéro place en Lombardie tant que continuera cette attitude irresponsable ».

Lire la suiteLa grande invasion : le grand remplacement c’est maintenant

Plus de départs féminins que masculins pour le djihad en mars 2015

16/04/2015 – FRANCE (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
En mars 2015, plus de femmes ont été signalées partantes par rapport à leurs homologues masculins. Ainsi, alors que les hommes étaient 125 à partir, les femmes auraient été 136. Selon Bernard Castanet, commandant de l’unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat) « Il y a une implication importante des femmes et c’est un phénomène nouveau par son ampleur ». Le préfet Pierre N’Gahane, secrétaire général du comité interministériel de prévention de la délinquance a lui affirmé le recensement de 3 670 cas de départs signalés depuis le 29 avril 2014.

On peut tenter d’expliquer cette évolution en constatant que l’Etat islamique tente de plus en plus de séduire les jeunes femmes et adolescentes dans leurs vidéos de propagande.

Crédit photo : DR.