Ludovine de la Rochère : “Emmanuel Macron est hypocrite et mensonger : il est pour une GPA de luxe !”

06/05/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Durant le débat de l’entre deux tours, Emmanuel Macron a affirmé avec beaucoup de vigueur être opposé à la gestation pour autrui (GPA, ou “recours aux mères porteuses”).

Devant ses déclarations souvent contradictoires sur le sujet, Boulevard Voltaire est allé interroger Ludovine de la Rochère. Qu’en est-il exactement ?



Ludovine de la Rochère : "Emmanuel Macron est… par bvoltaire

La fronde contre les sortants

Sur le papier, le deuxième tour de l’élection présidentielle est « plié » : Emmanuel Macron, sorti en tête du premier tour, est soutenu par tout le microcosme politico-médiatique et on voit donc mal comment Marine Le Pen pourrait le battre le 7 mai.

C’est manifestement pour cela que le sémillant ancien ministre de l’Économie socialiste a fêté sa victoire… dès le premier tour, dans la brasserie chic « La Rotonde » – faisant ainsi encore mieux que Nicolas Sarkozy qui, lui, avait attendu le deuxième tour pour sa soirée au « Fouquet’s ».

Mais il est vrai qu’un homme de gauche peut tout se permettre : tout ce qu’il fait est, par nature, pour le bien du peuple (pour lequel il a, par ailleurs, le plus profond mépris). Jamais les médias ne critiqueront ce « bienfaiteur de l’humanité » !

Au-delà de l’anecdote, révélatrice de la partialité médiatique, le scénario est parfaitement clair : la victoire de Benoît Hamon aux primaires, l’ascension de Jean-Luc Mélenchon, devaient dégager l’espace pour Emmanuel Macron, le véritable dauphin de François Hollande.

Et celui-ci devait donc l’emporter facilement face à Marine Le Pen.

Seulement, le scénario patine un peu.

On commence à s’apercevoir qu’Emmanuel Macron est la garantie d’avoir un nouveau quinquennat Hollande – en pire sans doute, car son programme est quasiment inconnu et que cela ne laisse rien présager de bon pour les 5 ans à venir.

Le deuxième tour est l’occasion de clarifier ce programme et, selon la maxime du cardinal de Retz, on ne sort de l’ambiguïté qu’à son détriment.

Mais, pour Emmanuel Macron, il y a pire.

Le principal ressort de son succès, comme des scores surprises des primaires à gauche et à droite, réside dans le fait de « sortir les sortants ». C’est ainsi qu’en 6 mois, les électeurs ont sorti Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, Manuel Valls, François Hollande et François Fillon. C’est-àd ire tous ceux qui ont gouverné le pays depuis plus de 20 ans.

Or, tous ces sortants sont aujourd’hui réunis autour d’Emmanuel Macron. Dans une perspective de « front républicain », c’était une chance. Dans le contexte actuel où le front républicain ne parvient pas à se mettre en place – comme en témoignent l’absence de consigne de vote de Jean-Luc Mélenchon et surtout le ralliement de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen–, le fait d’être soutenu par un syndic de faillite n’est pas forcément une chance…

Jean Rouxel

Article paru sur le site de Les 4 vérités

Macron mondialisme

Les mensonges de Macron durant le débat du second tour

Si les médias en adoration devant Macron avaient démoli sa prestation du débat présidentiel comme ils ont flingué celle de Marine Le Pen, voici ce que cela aurait pu donner.

Pour l’impression d’ensemble déjà, il est apparu exaspérant, prêcheur, premier de la classe, pérorant, verbeux, opportuniste, faisant preuve d’une méconnaissance criante des banlieues et des zones de non droit. Un physique à la Joe Dassin qui aurait reçu un coup de massue sur la tête, léger strabisme et cheveu sur la langue, signe de gros stress chez lui.

  • Les djihadistes sont des « malades psychiatriques », selon le terme utilisé mercredi soir par Macron que personne n’a relevé. Ceux qui ont été abattus par les forces de l’ordre ont été victimes d’une répression sanglante abusive alors, ils avaient leur place dans un hôpital psychiatrique à nos frais.
  • « Je ne légaliserai pas la GPA. » (grossesse pour autrui) Mais il veut l’acter dans les faits, en régularisant les GPA d’enfants nés à l’étranger et donc créer des filières illégales.
  • « Ces enfants n’ont pas de reconnaissance juridique, vous voulez en faire des apatrides. » Faux ! C’est un mensonge éhonté ainsi que l’a souligné Ludovine de La Rochère. Ces enfants sont inscrits à l’état civil et ont la nationalité de leur pays de naissance. Cette « reconnaissance » des enfants nés de GPA à l’étranger est bidon. Ce n’est qu’un prétexte, pour retirer des freins psychologiques qui auraient dissuadé des Français d’acheter des enfants à l’étranger.
  • « Nous sommes la 5e puissance économique mondiale. » Faux ! La France a perdu cette place au profit du Royaume-Uni en 2014. Contrairement à ce qui a circulé après le Brexit, la chute du cours de la livre n’a pas permis à la France de regagner un rang.
  • « 80 % des médicaments sont importés. » Faux ! Ce sont les principes actifs intégrés dans les médicaments qui sont importés et qui servent ensuite à la fabrication des médicaments dans des usines françaises.
  • « Nous sommes le seul pays d’Europe à ne pas avoir réussi à endiguer le chômage de masse. » Faux ! Le taux de chômage est de 10 % en France. Macron oublie la Grèce (23,6 %), l’Espagne (19 %) l’Italie (11,7 %) ou le Portugal (11,2 %).
  • « Dans les années 90 nous avions plus de chômeurs. » Faux ! Au pire moment des années 90, en 1994, il y avait 2 600 000 chômeurs. Contre 3 000 000 aujourd’hui.
  • « Les Français ne se feront pas ponctionner leur épargne. » C’est pourtant possible. Depuis le 1er janvier 2016, selon une directive européenne transposée en France, les comptes clients dotés de plus de 100 000 euros de dépôts peuvent en effet être prélevés pour contribuer au sauvetage de leur banque.
  • « Je créerai une cellule antiterroriste autour du président qui coordonnera les services de renseignement. » N’importe quoi. Cette cellule existe déjà.
  • Caroline Parmentier
  • Article et dessin de Chard parus dans Présent daté du 6 mai 2017
Visage Journalistes

Election présidentielle : le vrai visage des journalistes vedettes

Une émission présentée par Jean Yves Le Gallou et Hervé Grandchamp. Au sommaire de ce nouveau I-Média sur TVLibertés :

1:43 Élection présidentielle, le vrai visage des journalistes vedettes. Audrey Pulvar, Laurent Ruquier, Nathalie André, ces journalistes dévoilent leur vrai visage : Non à Le Pen, oui à Macron. La charte déontologique des journalistes, de l’objectivité et de l’information, est tombée dans l’oubli. Conséquence évidente, un traitement médiatique partial. Exemple : quand le Monde publie une tribune dénonçant « l’entrave du Front national à la liberté d’informer », le journal oublie d’évoquer les médias russes (Sputnik et RT France) interdits d’accès au quartier général d’Emmanuel Macron.

16:49 Le Zapping d’I-Média
Aboyer pendant 3 heures contre le Front National : Olivier Sagazan désire “réveiller les consciences contre les dangers du FN” en jappant sur le parvis de la Défense. Pour donner du poids à cette performance sûrement plus ridicule qu’insolite, l’AFP s’était déplacée pour filmer la prestation de « l’artiste ».
Robert Ménard charge France info : Le maire de Béziers était l’invité de « Com Pol » sur France info. Pour Robert Ménard, la chaine du service public est « un tract pour Monsieur Macron ».

22:30 Front républicain, l’inquisition En Marche
Pour faire barrage au Front National, la classe politique doit faire bloc : Mélenchon serait un irresponsable qui prône le « ni-ni », Nicolas Dupont Aignan est « nazifié » par son soutien à Marine Le Pen. Faites place aux pestiférés de la société.

32:42 Les tweets d’I-Média
Le dessinateur Plantu phagocyte la Une de Monde. Depuis 30 ans, le dessinateur nous sert le même humour, les mêmes caricatures du Front National : des “néonazis” tapant sur des Africains.

38:16 Ondes Migratoires
Ondes Migratoires, la chronique de Nicolas Faure sur les migrants dans les médias : les ONG qui portent secours aux migrants traversant la méditerranée sont-ils de véritables anges gardiens ? Info ou intox ?

Marine Le Pen Frexit

Marine Le Pen : “On a parlé d’agressivité mais la terrible agressivité, c’est celle du projet de monsieur Macron”

05/05/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Ce vendredi, Marine Le Pen a répondu aux questions de la rédaction de RTL. Revenant sur le débat du 3 mai, Marine Le Pen a déclaré avoir “fait exactement ce que le peuple français attendait” d’elle en offusquant les “marquis poudrés“.

Extraits :

Je crois que personne dans les journalistes n’a voulu voir ou entendre que ma parole n’est que l’écho de la violence sociale qui va exploser dans le pays.

On a parlé d’agressivité mais la terrible agressivité, c’est celle du projet de monsieur Macron, qui est en réalité un projet de déconstruction sociale. Monsieur Macron a avancé dans cette campagne avec une complaisance affichée de la part du système, sans que son projet soit très précis ni très connu des Français.

J’ai réussi ce que je souhaitais faire, embêter Emmanuel Macron, mais j’ai vu la violence des réactions de la presse qui était presque une réaction de classe. J’étais la représentante du peuple qui osait venir s’installer à la table que les élites se sont réservées depuis des décennies. Ils n’ont pas supporté que je vienne défendre les préoccupations du peuple, que j’exprime la colère du peuple, son sentiment d’abandon, son sentiment de dépossession.


Coup de filet antiterroriste sous-médiatisé pour raisons électorales

05/05/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Une opération anti-terroriste a été menée par la police judiciaire le 2 mai dernier au matin. Largement passée sous silence en ces temps électoraux, cette opération a débouché sur l’interpellation de cinq individus à Rouen, Roanne et Villeneuve d’Ascq. A Bihorel, près de Rouen, les perquisitions ont permis la saisie de pistolets 9 mm et d’armes automatiques modifiées.

Les cinq interpellés, tous inconnus des services de police et de renseignement, ont entre 18 et 22 ans.

Cette découverte d’armes a mené à une autre interpellation : celle du demi frère de l’un des trois suspects. C’est en toute légalité que ce dernier possédait des armes à feu de catégorie A 1, soumises à autorisation spéciale de la préfecture de police…

Macron 23 Avril

Emmanuel Macron : en marche vers un nouveau scandale Cahuzac ?

05/05/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie)
« J’espère qu’on n’apprendra pas que vous avez un compte offshore aux Bahamas », a lancé Marine Le Pen à Emmanuel Macron, lors du débat télévisé, mercredi soir

Une accusation que le candidat de l’oligarchie est loin de prendre à la légère. « Non, je n’ai pas de compte aux Bahamas ». « Je n’ai jamais eu de compte dans quelque paradis fiscal que ce soit » s’est vigoureusement défendu jeudi sur France Inter, le candidat d’En marche ! qui a annoncé des « poursuites judiciaires ». En lançant cette accusation, Marine Le Pen s’est une nouvelle fois interrogée sur les « zones d’ombre » de la déclaration de patrimoine d’Emmanuel Macron. Que sont en effet devenus les trois millions d’euros gagnés en 18 mois, sur les années 2011 2012, chez Rothschild, par le banquier d’affaire, alors même que ce dernier a déclaré à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique un patrimoine relativement modeste, par ailleurs grevé d’importantes dettes.

Macron a répondu que la Haute autorité avait validé sa déclaration

Un argument vite démonté par Marine Le Pen qui a fait remarquer que cette Haute autorité est présidée par un certain Jean Louis Nadal qui se définit, je cite : « Depuis toujours » comme « un homme de gauche », et qui s’est « engagé publiquement à plusieurs reprises à partir de 2011 en faveur du Parti socialiste ». Fin de citation. M. Nadal est par ailleurs un ami personnel de… François Hollande !

William Craddick, un juriste américain, a peut être la clé de l’énigme…

Craddick est ce juriste et consultant international qui a révélé le scandale Silsby sur le trafic d’enfants entre Haïti et les Etats Unis, trafic dans lequel pourrait être impliqué le couple Clinton. William Craddick a publié avant hier sur Disobedient Media, site dont il est le directeur, ses observations sur les liens — éventuels — entre Emmanuel Macron et « La Providence », une société anonyme basée sur l’île de Nevis, dans les Caraïbes. Rappelons que « La Providence » est le nom de l’école privée fréquentée par le jeune Emmanuel, à Amiens, où il a fait la connaissance de son épouse, Brigitte. Selon William Craddick, la société d’Emmanuel Macron, « La Providence » donc, serait en relation d’affaires avec la « First Caribbean International Bank », une banque régulièrement citée dans les affaires d’évasion fiscale. Affaire à suivre.

NRH Etats-Unis Empire

Les Etats-Unis d’Amérique, un Empire du XXe siècle, par Philippe Conrad

Tous ceux qui avaient misé ces dernières années sur le repli de l’Amérique et l’avaient cru confirmé par les discours de son nouveau président en auront été pour leurs frais. En réagissant instantanément et unilatéralement au bombardement chimique prêté à Bachar El-Assad, les États-unis ont tenu à montrer qu’ils demeuraient la première puissance du monde et qu’ils entendaient le rester.

En une salve de missiles de croisière Tomahawk, ils ont « puni » le dirigeant syrien, rappelé aux Russes qu’ils n’entendent pas se voir écartés du règlement des crises proche-orientales, satisfait leurs alliés israélien et saoudien et envoyé un avertissement à l’Iran et au Hezbollah pour les dissuader de pousser leurs pions dans une région totalement déstabilisée depuis la désastreuse intervention engagée en Irak en 2003. Pour couronner le tout, on apprend qu’un groupe aéro-naval américain est en cours de déploiement au large des côtes coréennes…

Des gesticulations politico-stratégiques par lesquelles Donald Trump entend montrer que l’Amérique, apparemment tentée par un certain repli, n’a pas dit pour autant son dernier mot dans les affaires du monde, même si l’ordre planétaire établi à son profit en 1945 commence à être jugé anachronique par beaucoup, au moment où un monde multipolaire semble devoir remplacer « l’empire bienveillant » que George Bush père appelait de ses voeux en 1991. Il va donc falloir relativiser le « déclin » d’une Amérique qui conserve de sérieux atouts, un siècle après s’être imposée, à la faveur de la guerre de 1914-1918, comme une véritable puissance mondiale.

NRH Etats-Unis Empire 1Le peuplement rapide par les immigrés européens d’un espace aux immenses ressources et son rapide développement industriel ont fait dès 1890 de ce nouveau monde la première puissance économique de la planète. Mais, bientôt, le percement de l’isthme de Panama et les interventions au Mexique, dans les Caraïbes ou aux Philippines font des États-unis une « république impériale » combinant l’usage de la force militaire et une « diplomatie du dollar » qui assurent sa mainmise indirecte sur l’hémisphère occidental dont le président Monroe a annoncé, dès 1823, qu’il devait demeurer sa chasse gardée.

En 1914, la neutralité s’impose. Le caractère composite de la population d’origine européenne et les convictions pacifistes du président Wilson condamnent toute idée d’intervention dans le conflit opposant les puissances de la vieille Europe. Il faut la guerre sous-marine allemande, les projets de la Wilhelmstrasse d’entraîner le Mexique dans une guerre contre son puissant voisin, mais aussi les liens économiques et financiers établis avec l’Angleterre et la France pour changer la donne.

Entrée dans la guerre en avril 1917, l’Amérique apporte à ses « associés » ses formidables capacités industrielles et navales, un soutien financier désormais assuré dans la durée et, à terme, la perspective d’engager jusqu’à trois millions de soldats en Europe si la guerre doit s’y prolonger pour longtemps. De quoi faire du président Wilson l’arbitre de la conférence de la Paix. Il y impose certes nombre de ses vues mais pour être désavoué par le Congrès puis par les électeurs quand il regagne son pays.

Vient alors le temps de l’isolationnisme avec l’America First du président Harding et de ses successeurs. dont F. d. Roosevelt qui renoue certes avec la société des Nations imaginée par Wilson, mais doit accepter les lois de neutralité censées garantir le maintien de l’isolationnisme américain. L’attaque japonaise de Pearl Harbor remet pourtant en cause le dogme de la non-intervention et les États-unis se retrouvent bientôt à la tête des puissances alliées.

Une fois la victoire obtenue, l’Amérique assure à elle seule, face à une Europe, une URSS et un Japon dévastés, 60 % de la production mondiale et est en mesure d’installer un ordre international qui va durer jusqu’au début du siècle suivant. Première puissance économique et militaire du monde, profitant de l’hégémonie du dollar, contrôlant pour l’essentiel l’innovation technologique, bénéficiant à travers l’universalité de leur langue et de l’expansion planétaire de l’american way of life d’une domination culturelle sans précédent, les États-unis semblent en mesure, surtout après la chute de l’URSS, de maintenir pour longtemps leur statut « d’hyperpuissance ».

Alfredo Valladao pouvait bien prophétiser en 1993 que « le XXIe siècle serait américain » (Alfredo Valladao, Le XXIe siècle sera américain, Éd. La découverte, 1993), le tragique propre à l’histoire est venu bouleverser les prospectives les plus assurées. Un siècle après l’émergence de l’Amérique impériale, les cartes sont rebattues et de nombreux possibles se dessinent. Rien n’est acquis mais il apparaît toutefois clairement que l’Amérique n’a pas dit son dernier mot.

Philippe Conrad

Editorial du n° 90 de la Nouvelle Revue d’Histoire
Dossier : 1917, l’émergence de l’Amérique impériale

Obama Macron

Barack Obama apporte son soutien à Emmanuel Macron !

04/05/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Cela ressemble à une « fake news » mais ce n’en est pas une : Barack Obama apporte son soutien à Emmanuel Macron dans sa conquête de l’Elysée ! Dans une vidéo postée sur le compte Twitter d’Emmanuel Macron en début d’après-midi, l’ancien Président des Etats-Unis affirme :

« L’élection française est d’une importance capitale. […] J’ai récemment eu le plaisir de parler avec Emmanuel de son mouvement et de sa vision pour l’avenir de la France. […] Parce que cette élection est trop importante, je veux que vous sachiez que je soutiens Emmanuel Macron pour aller de l’avant. En marche ! Vive la France ! »

Une association veut développer des solutions d’hébergement pour les émigrés

04/05/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Utopia56, association venant en aide aux émigrés, lance une nouvelle initiative : toute personne majeure, volontaire, au casier judiciaire vierge et disposant d’un peu d’espace peut accueillir une personne clandestine chez elle.

La particularité par rapport aux autres organismes proposant des plans d’accueil semblables : les conventions s’appliquent également aux mineurs. L’association précise que cela ne peut se dérouler que dans un contexte de demande d’asile, sous peine de se retrouver hors la loi.

Utopia56 déplore le manque de place pour accueillir ces personnes : « Il y a une demande des exilés trop importante par rapport aux capacités d’accueil » et veut donc pallier ce déficit en invitant les Français à devenir hébergeurs : « on souhaite une France plus accueillante », conclut elle.

visuelaccueil

Agnès Marin

Massacre de la jeune Agnès Marin : l’Etat condamné pour « faute lourde »

Souvenez-vous, c’était en novembre 2011. La France, horrifiée, découvrait le martyre d’Agnès Marin, une jeune fille de 13 ans, élève au collège-lycée Cévenol du Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire), violée, poignardée à 17 reprises et finalement brûlée par un autre élève de l’établissement.

Comble de l’abomination et du scandale, les Français apprenaient dans la foulée que le coupable, âgé de 17 ans et toxicomane, avait déjà effectué, un an auparavant, quatre mois de détention provisoire pour le viol (avoué), sous la menace d’une arme, d’une autre jeune fille dans le Gard.

Remis malgré tout en liberté par le juge d’instruction, avant même que les conclusions de l’enquête socio-éducative et de l’expertise psychiatrique ne soient connues, le meurtrier avait été envoyé dans cet internat mixte, où il devait normalement être soumis à « un contrôle judiciaire strict ». Ce qui ne l’avait pas empêché de passer devant un conseil de discipline au mois de juin précédent pour des « comportements déplacés » à l’égard de plusieurs jeunes filles de l’établissement…

Un laxisme impardonnable qui avait poussé les parents d’Agnès, au lendemain du massacre de leur enfant, à engager des poursuites contre l’Etat. Or, dans sa décision rendue le 24 avril dernier, mais révélée seulement mercredi, le tribunal de grande instance de Paris a reconnu que l’Etat avait commis des « négligences fautives » dans le suivi du meurtrier. Soulignant notamment que le juge d’instruction n’avait pas demandé l’avis de la Protection judiciaire de la jeunesse avant de libérer le meurtrier et n’avait pas non plus attendu le rapport de l’expert psychiatre, pointant pourtant les « traits pervers très actifs et effrayants » du coupable, le tribunal a conclu que

« ces négligences fautives […] doivent être assimilées à une faute lourde de l’Etat qui a pu favoriser le passage à l’acte du 16 novembre 2011 » et condamné celui-ci à verser 185 000 euros de dommages et intérêts à la famille de la victime.

Cependant, plus que de prétendues « réparations », ce que souhaitait surtout la famille d’Agnès, c’était que l’Etat mette fin au laxisme judiciaire qui sévit depuis des années dans notre pays. Or, pour cela, peut-être serait-il temps de rendre les magistrats pénalement responsables de leurs décisions.

Franck Deletraz

Article paru dans Présent daté du 5 mai 2017

Robert Ménard

Robert Ménard : « C’était un débat comme on n’avait pas l’habitude d’en voir »

04/05/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Au lendemain du débat télévisé de l’entre-deux tours de la présidentielle, Robert Ménard était l’invité de France Inter. « C’était un débat comme on n’avait pas l’habitude d’en voir », a diplomatiquement commenté le maire de Béziers : « Jusqu’ici on avait la droite classique contre la gauche classique. [Là] on est sur un pugilat » entre Marine Le Pen, qu’il a trouvée bonne sur les questions régaliennes, et Emmanuel Macron, qui, lui, était calme. Robert Ménard en a profité pour réaffirmer qu’il était contre la sortie de l’euro.

Combat identitaire 2

Vincent Martigny : « Le combat identitaire ne fait que commencer »

Le 1 Marine Le Pen03/05/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Maître de conférences en science politique à l’Ecole polytechnique et chercheur associé au Cevipof, Vincent Martigny est un homme de gauche qui s’intéresse tout particulièrement au nationalisme et aux débats sur l’identité et co-anime, avec Thomas Wieder du journal Le Monde, L’Atelier du pouvoir sur France Culture. Sous le titre « Ces essayistes qui font monter Marine Le Pen », il signe cette semaine dans Le 1 un article engagé consacré à l’influence des thèses défendues par Patrick Buisson, Eric Zemmour et Philippe de Villiers. En voici la conclusion :

« Quels que soient les résultats du second tour le 7 mai prochain, les trois essayistes [Eric Zemmour, Philippe de Villiers et Patrick Buisson, Ndlr] continueront de semer les graines de leur influence dans les rangs de la droite classique (notamment autour de Laurent Wauquiez), chez les catholiques conservateurs, dans la jeune génération des militants de la droite identitaire (à l’image des journalistes Eugénie Bastié et Geoffroy Lejeune) ou auprès de Marion Maréchal-Le Pen, qu’ils couvent d’attentions. »

L’auteur de Dire La France – Culture(s) et identités nationales ajoute :

« Quand Marine Le Pen oriente ses messages politiques de deuxième tour autour de l’opposition entre patriotes et mondialistes, on mesure l’influence des trois essayistes dans la pensée de la dirigeante frontiste, et au-delà. Dans ce contexte, et tandis que le clivage “France ouverte“ contre “France fermée“ semble appeler à structurer durablement la réorientation de la vie politique française, tout porte à croire que le combat identitaire ne fait que commencer. »

Uli Windisch : « La Suisse brûle ! »

La-Suisse-brule03/05/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Uli Windisch est professeur en sociologie, communication et médias. Il est aussi le responsable du principal site alternatif de Suisse : Les Observateurs. Dans La Suisse brûle (éd. Bibracte), recueil d’articles et d’éditoriaux, celui qui a été professeur à l’université de Genève évoque les cinq années d’existence du site. Dans un pays où la liberté d’expression est mise à mal, il réussit à jouer le rôle d’un contrepoids idéologique à la bien-pensance, à la propagande journalistique de gauche et au mensonge.

Invité de TVLibertés, il analyse aussi les nouvelles menaces qui submergent la nation helvétique : le remise en cause de la démocratie directe, la politique immigrationniste de renforcement des naturalisations ainsi que le danger islamiste. Pour Uli Windisch, il convient de se battre contre la naïveté, le manque de courage et le défaitisme : « Même petit, notre pays ne doit pas avoir peur. »

Marine Le Pen Premier Tour

Une claque pour Estrosi : Marine Le Pen l’emporterait avec 50,5 % en Paca !

03/05/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Marine Le Pen est en tête ! Avec 50,5 %, elle devance Emmanuel Macron, crédité de 49,5 % ! Tel est le rapport de forces dans la région Paca mesuré par le sondage Cevipof/Ipsos Sopra Stéria réalisé du 30 avril au 2 mai pour le réseau régional de France 3.

Une grande claque pour le président du conseil régional Christian Estrosi et une belle reconnaissance pour le travail effectué par son opposition – sa seule opposition – conduite par Marion Maréchal-Le Pen.

En Provence-Alpes-Côte d’Azur, Marine Le Pen avait obtenu 28,2 % des voix au premier tour tandis qu’Emmanuel Macron n’en avait eu que 18,9 %, devancé par François Fillon (22,37 %).

Dans toutes les autres régions, Marine Le Pen serait devancée par Emmanuel Macron, y compris dans les Hauts-de-France, où le leader d’En Marche ! recueillerait 50,5 % des voix, ce qui est certes tout autant dans la marge d’erreur que l’estimation concernant la Paca.

Emmanuel Macron, qui est donné à 59 % au niveau national, dépasserait largement ce score dans quatre régions : il recueillerait 63 % des suffrages en Nouvelle Aquitaine, 64 % dans les Pays de la Loire, et même 69 % en Bretagne et en Ile-de-France…

Vote Musulman Mélenchon

Au premier tour, le vote musulman a favorisé Jean-Luc Mélenchon

03/05/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie: Dans une étude publiée sur le site de Polémia, Etienne Lahyre a analysé le vote du 23 avril et notamment le vote musulman. Traditionnellement de gauche, l’électorat musulman s’était fortement mobilisé il y a cinq ans pour François Hollande par anti‑sarkozysme. C’est sans doute le rapport des candidats à l’islam qui motive le comportement électoral des musulmans français, dont les revendications concernent principalement la construction de mosquées et la lutte contre l’« islamophobie ». Ce qui ne suffit pas pour proposer une vision de la société française.

En 2017, cet électorat s’est massivement déporté vers Jean-Luc Mélenchon. Les villes à forte population afro‑maghrébine ont massivement voté pour le candidat de la France insoumise.

Prenons le cas de La Courneuve en Seine‑Saint‑Denis. En 2012, Hollande y avait rassemblé 47 % des suffrages au premier tour. En 2017, c’est Mélenchon qui a raflé la mise avec 44 % des voix.

Les signaux envoyés par Emmanuel Macron aux musulmans n’ont donc pas suffi. Son libéralisme libertaire a pu en rebuter plus d’un. Quant au candidat PS, bien que particulièrement islamophile, il n’avait aucune chance d’accéder au second tour. L’électorat immigré s’est donc porté massivement sur Jean‑Luc Mélenchon.

Les résultats électoraux attestent aussi de la réalité du Grand Remplacement. A La Courneuve, Marine Le Pen a obtenu moins de 12 % des voix. A peine mieux qu’en 2012 et nettement moins que les 19 % de la droite nationale en 2002.

De fait, les Français de souche quittent ces villes pour s’installer en secteur périurbain et, surtout, rural.