Marine Marion

Marine Le Pen repousse l’idée de « liste blanche » avancée par Marion Maréchal

04/01/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Dans un entretien au numéro de janvier de Causeur, Marine Le Pen repousse l’idée de « liste blanche » avancée en février dernier par Marion Maréchal-Le Pen. « Aux législatives de 2012, avait confié au Monde la présidente du groupe FN au conseil régional de Paca, on avait fait une liste noire des personnalités à faire battre. Nous pourrions cette fois faire une liste blanche de celles qui sont cohérentes avec leurs idées. »

Marion Maréchal-Le Pen, expliquait Europe 1, proposait de « négocier avec les élus de droite qui perdront leur siège à coup sûr aux prochaines législatives parce que le Front national a multiplié ses scores par deux dans leur circonscription. Le parti frontiste ne présenterait pas de candidat contre eux afin d’assurer leur réélection. En échange, ces députés rejoindraient l’extrême droite pour former un groupe à l’Assemblée. »

Causeur demande donc à Marine Le Pen ce qu’elle pense « d’une “liste blanche“ de députés LR “FN-compatibles“ qu’il faudrait aider aux législatives ». Sa réponse est claire :

« Je pense que l’union des droites est un fantasme réducteur ! J’ai 48 ans et ça fait quarante ans que j’en entends parler. Le problème des gens qui défendent cette idée, c’est que la droite refuse de s’allier avec nous. Or, même sous les socialistes, il faut être deux pour se marier ! La seule question que je pose est : qui peut rejoindre les grandes lignes de mon projet ? Qu’on vienne de gauche ou de droite, je m’en moque complètement. J’ajoute que cette proposition de “liste blanche“ va à l’encontre de notre jurisprudence. Cela devrait donc être débattu et tranché par le bureau politique. »

eric-zemmour

Éric Zemmour : « L’entente entre Trump et Poutine fait paniquer l’Europe »

04/01/2017 – FRANCE (NOVOpress) : « L’entente entre Trump et Poutine fait paniquer l’Europe », a affirmé Eric Zemmour hier matin sur RTL, expliquant : « Les dirigeants européens ne sont jamais contents. Quand Russes et Américains s’invectivent, se toisent et se menacent, les Européens s’effarouchent du retour de la guerre froide. Quand Donald Trump et Vladimir Poutine affichent leur bonne entente, voire leur complicité, la panique gagne à Bruxelles, Berlin, Paris. » « Tout ce que nos capitales comptent d’experts, de médias et d’élus monte au créneau pour dénoncer la naïveté et la faiblesse américaine. »

Pour Éric Zemmour, deux hommes « ont en commun l’essentiel : une conception fondée sur les relations entre États et les rapports de force. » Ils incarnent « le retour d’une idéologie qui privilégie le patriotisme, l’enracinement des peuples, les traditions nationales ». C’est en conséquence de cela que « nos élites occidentales sont prises de panique »…

« Chez nous » : un film de propagande anti-FN en pleine campagne présidentielle ?

04/01/2017 – FRANCE (NOVOpress)
La sortie du film est prévue le 22 février. Mais la publication sur internet de la bande-annonce de « Chez nous » de Lucas Belvaux a fait monter au créneau plusieurs dirigeants du Front national.

Le film suit le parcours de Pauline, une infirmière à domicile, qui vit à Hénard, une ville du Nord dont la consonance rappelle bien sûr Hénin-Beaumont, une ville dont le Front national a fait son fief.
Un jour, Pauline est contactée, recrutée, par un parti, le Bloc patriotique dont la patronne est jouée par Catherine Jacob, dont le physique peut rappeler celui de Marine Le Pen.

Steeve Briois, le maire FN d’Hénin-Beaumont, a réagi par le tweet suivant: “Pauvre Marine Le Pen, qui est caricaturée par ce pot à tabac de Catherine Jacob. Un sacré navet en perspective !“.

De son côté, Gilbert Collard a lancé : “Émules de Goebbels, les productions du système produisent “Chez nous”, à nos frais, film de propagande anti-FN : rideau !

Enfin, pour Nicolas Bay, “ce film #cheznous relève de la propagande d’Etat. Il est financé avec l’argent public”.



Terrorisme islamiste : les trois conditions pour gagner la guerre

04/01/2017 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
En 2016, l’Allemagne a été victime d’une vague d’attentats, notamment dans un marché de Noël à Berlin. Pour Les Arvernes – un groupe de hauts fonctionnaires, d’économistes, de chefs d’entreprises et de professeurs d’Université -, la durée et l’étendue de cette guerre sont telles que l’Etat doit prendre des mesures drastiques en matière de sécurité nationale.

La guerre contre le terrorisme s’installe dans la durée et dans toute l’Europe. La France n’est plus le seul pays concerné, et cela aura nécessairement des conséquences majeures chez notre principal partenaire européen, surtout à la veille des élections générales allemandes en septembre 2017. Si la France reste le pays européen le plus menacé, la jeunesse radicalisée française et allemande constitue une manne inépuisable d’apprentis terroristes pour conduire des actions multiples. En ce sens, l’afflux massif de réfugiés a permis à des réseaux terroristes d’infiltrer l’Europe. La question du traitement de ces flux de réfugiés, tant sur les demandes d’asile que sur l’éloignement effectif des déboutés vers leurs pays d’origine, est donc une question stratégique.

(…)

Cette guerre, que nous n’avons pas souhaitée mais qui nous a été déclarée, doit être gagnée avec les moyens adéquats. Cela requiert de renforcer considérablement nos moyens en matière de renseignement et de police judiciaire, mais également d’articuler une politique choisie et assumée d’élimination physique sur les théâtres d’opération extérieurs.


FillonGate

Le camp de Marine Le Pen tente de relancer le hashtag FillonGate

03/01/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Apparu fin 2014 lorsque François Fillon fut soupçonné d’avoir demandé au secrétaire général de l’Elysée Jean-Pierre Jouyet de porter l’estocade judiciaire contre Nicolas Sarkozy, le hashtag FillonGate a été repris par les partisans de Marine Le Pen. Et à une heure du passage de l’ancien premier ministre au 20 heures de TF1, les attaques redoublent d’intensité sur Twitter, mettant notamment en cause son activité professionnelle et ses revenus, dont il n’a pas communiqué la provenance.

Minaret Danemark

Le Parti populaire danois réclame l’interdiction des minarets

03/01/2017 – COPENHAGUE (NOVOpress) : Le Parti populaire danois (Dansk Folkeparti) a déposé une proposition de loi établissant l’interdiction des minarets dans le pays, et demande au gouvernement qu’elle soit adoptée au cours de l’actuelle session parlementaire.

« Il ne devrait plus être possible qu’une grande mosquée soit dotée d’un minaret », explique Martin Henriksen, porte-parole du DF : « Ce style de construction ne correspond pas au style danois et de tels symboles islamiques visibles et importants sont une contribution négative au développement de la société, car ils mettent l’accent sur les différences entre les musulmans et les Danois. »

Le Dansk Folkeparti réclame aussi l’interdiction des appels publics à la prière au Danemark. « J’ai visité une mosquée à Malmö, qui a appelé à la prière en public, poursuit Martin Henriksen, et il ne fait aucun doute que, dans l’avenir, nous verrons plus de mosquées faire la même chose. »

Il s’est évidemment trouvé des voix pour s’élever contre ce projet de « limitation de la liberté religieuse », notamment celle d’Eva Maria Lassen, de l’Institut des droits de l’homme : « Si les musulmans ne peuvent pas marquer qu’ils ont une religion et un style architectural différents de ceux de la majorité des habitants du Danemark, alors il s’agit d’une limitation de la liberté religieuse. »

Pascal Balmand Enseignement catholique

Le secrétaire général de l’Enseignement catholique s’en prend à Marine Le Pen

03/01/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Dans ses vœux à tous les chefs d’établissement, « et par eux à l’ensemble des communautés éducatives », Pascal Balmand, secrétaire général de l’Enseignement catholique, s’en prend, sans la nommer mais la référence est explicite, à Marine Le Pen. Après une première allusion à « la période électorale que nous vivons », qui « peut s’avérer propice à bien des surenchères, à bien des controverses non maîtrisées comme à bien des simplifications hâtives », Pascal Balmand écrit, et c’est même sa conclusion :

« Face aux divers courants de balkanisation de notre société, et à l’heure où des voix s’élèvent pour réclamer que les portes de l’École se ferment aux enfants de parents étrangers en situation irrégulière, il en va de notre responsabilité partagée que de rappeler que l’éducation et l’instruction sont un droit pour chacun, et que notre École catholique constitue un service que l’Église propose à tous les parents qui le souhaitent, pour tous les enfants et tous les jeunes. »

Faudrait-il bientôt mettre ses enfants dans le public pour les faire échapper à la propagande politique… du privé ?

Incendies de la Saint Sylvestre : non seulement ça empire, mais en plus, on nous ment !

03/01/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie)

Bruno Le Roux, nouveau ministre de l’Intérieur était attendu au tournant pour la Saint Sylvestre. En effet, cette nuit est souvent la scène de nombreux incidents et tout particulièrement l’incendie de nombreuses voitures. Cette année, pas de réel changement. Pourtant, la place Beauvau évoquait un, je cite : « Phénomène contenu par rapport à 2016 ». Bruno Le Roux a annoncé 650 mises à feu directes contre 602 l’an dernier. Oui, oui, vous avez bien lu. Il s’agit bien d’une augmentation de 8 % …

Mais pire encore. Il ne s’agit là que des mises à feu directes, c’est à dire les voitures qui sont directement visées. Or l’incendie d’une voiture a tendance à se propager aux voitures avoisinantes. Si l’on prend en compte ce chiffre, alors l’augmentation est de 17,5 % pour 945 voitures touchées par les flammes !

A peine premier flic de France, Monsieur Le Roux démontre toute sa maitrise de la communication pour masquer une nouvelle fois, un bilan médiocre, voire catastrophique.

Chard caritatives islamique

Des liens avérés entre associations caritatives et terrorisme islamique

Ainsi que le révélait le Telegraph dimanche, le nombre de signalements à la police par l’autorité de surveillance des organisations caritatives au Royaume-Uni (Charity Commission) de possibles liens entre des ONG et le terrorisme est passé de 234 à 630 entre 2013 et 2016. Quatre nouvelles enquêtes ont été ouvertes entre 2015 et 2016 pour utilisation d’organisations caritatives pour des projets liés au terrorisme.

Dans une interview publiée samedi dans le Telegraph, William Shawcross, le président de la Charity Commission, met en garde contre le danger de l’extrémisme musulman au sein de certaines organisations caritatives. M. Shawcross a appelé les ONG islamiques à coopérer avec les autorités pour faire face au risque d’utilisation de leur fonds par des extrémistes.

Dans un cas, en mars 2015, la Charity Commission avait obtenu que deux fondations britanniques cessent de financer l’ONG londonienne CAGE dirigée par Moazzam Begg, un ancien prisonnier de Guantanamo libéré en 2005, et par Asim Qureshi. Alors que ces deux individus soutiennent l’instauration d’un califat islamique et une application stricte de la charia, y compris la lapidation en cas d’adultère, leur organisation avait reçu entre 2007 et 2014 plusieurs centaines de milliers de livres sterling de deux fondations britanniques qui n’ont pourtant rien d’islamique : Joseph Rowntree Charitable Trust et Roddick Foundation.

Amnesty International a également été critiqué, y compris par l’écrivain Salman Rushdie, pour ses liens avec Moazzam Begg et l’organisation CAGE dont le principal but est la défense des musulmans dans la guerre contre le terrorisme menée par le gouvernement britannique. Moazzam Begg était encore présent au nom de CAGE le 14 décembre dernier lors d’une manifestation de plus de mille musulmans radicaux à Londres en faveur d’un califat. Parmi les paroles entendues ce soir-là, il y a eu des appels à la soumission de la Grande-Bretagne à « un Calife qui nettoiera ces rues » et des appels à la guerre et à la domination mondiale.

Dans un autre cas, la Charity Commission a dû bloquer en avril 2014 le compte bancaire d’une organisation collectant des fonds sur les médias sociaux pour des convois humanitaires à destination de la Syrie. L’organisation était dirigée par un certain Adeel Ul-Haq qui a ensuite été condamné, en février 2016, à cinq ans de prison pour ses transferts de fonds à l’Etat islamique.

Olivier Bault

Article et dessin parus dans Présent daté du 4 janvier 2017

McDo

Un McDonald’s ouvre à Rome dans un immeuble du Vatican !

McDo Paradis03/01/2017 – ROME (NOVOpress) : L’installation d’un nouveau McDo à Rome, qui en compte pourtant déjà plusieurs dizaines, fait polémique. Celui-là, qui vient d’ouvrir rue Borgo Pio, se trouve en effet à proximité immédiate de la place Saint-Pierre. Non seulement l’enseigne emblématique de la malbouffe s’installe à une portée d’oraison du Vatican – et non pas au Vatican comme cela a pu être écrit –, mais l’immeuble qui abrite le McDo est la propriété du Vatican !

Quand le projet a été connu, à l’automne, des cardinaux ont tenté de s’y opposer et ont même écrit au pape François, d’autant que l’immeuble abrite les habitations de plusieurs dignitaires de l’Eglise catholique, dont le cardinal allemand Gerhard Ludwig Müller, préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi et proche de Benoît XVI.

Le cardinal Elio Sgreccia, président émérite de l’Académie Pontificale pour la Vie, a par exemple dénoncé, dans La Repubblica, une décision « aberrante », exprimant sa « honte » de voir des « aliments malsains » vendus en un tel endroit. En vain.

Les marchands du temple avaient des arguments bien supérieurs à faire valoir : la location du rez-de-chaussée de l’immeuble à la société américaine rapportera au Vatican 30 000 euros par mois…

Horst-Seehofer

Migrants : vers un durcissement de l’Allemagne ?

Débarquer les clandestins en Afrique du Nord plutôt qu’en Italie, c’est la proposition formulée par la CSU, le parti frère de la CDU d’Angela Merkel, dans un document dévoilé par le journal allemand Rheinische Post et repris sur le site internet du média public Deutsche Welle. Pour la CSU, « il faut mettre fin à la politique actuelle qui consiste à amener automatiquement en Europe tous les gens sauvés sur la route de la Méditerranée ».

Reste à savoir si la CSU aura la volonté de mettre dans la balance sa participation au prochain gouvernement en cas de victoire d’Angela Merkel aux élections qui se tiendront entre août et octobre 2017, comme elle l’a fait pour son exigence d’un plafonnement à 200 000 par an du nombre de demandes d’asile. Car si Angela Merkel refuse toujours toute idée de plafonnement, le chef de la CSU et ministre-président de Bavière Horst Seehofer (photo) est très clair : si la CDU gagne les élections mais que la chancelière persiste dans son refus, la CSU passera dans l’opposition.

Parallèlement, la CSU demande que tout soit fait pour imposer aux pays d’origine des immigrants clandestins de reprendre leurs citoyens dont la demande d’asile a été rejetée. Le manque de coopération de la part des pays d’origine est ce qui empêche généralement le rapatriement, comme cela avait été le cas pour Anis Amri, le Tunisien à l’origine du massacre au camion sur le marché de Noël de Berlin, que ni l’Italie ni l’Allemagne n’avait pu renvoyer chez lui parce qu’il n’avait pas de papiers d’identité et que la Tunisie refusait de le reconnaître comme un de ses citoyens. Pour ces sans-papiers justement, la CSU demande encore qu’ils soient placés à leur arrivée en Allemagne dans des centres d’accueil fermés jusqu’à ce que leur identité ait été clairement établie. Et pour éviter une nouvelle vague d’immigration, la CSU voudrait aussi prolonger au-delà de 2018 la suspension du regroupement familial actuellement en vigueur.

Débarquer en Afrique du Nord les immigrants repêchés en Méditerranée n’est pas une proposition tout à fait nouvelle en Allemagne, puisque même le ministre de l’Intérieur allemand Thomas de Maizière avait suggéré l’opportunité d’une telle solution au début du mois de novembre. Avec 180 000 immigrants arrivés en situation irrégulière en Italie cette année et presque autant en Grèce, plus 5 000 décès par noyade recensés en Méditerranée (un record absolu !), il est urgent de changer de politique.

Olivier Bault

Article repris du quotidien Présent

Voitures brûlées

Voitures brûlées : le mensonge

Bruno Le Roux, vieil apparatchik du parti qui se retrouve ministre de l’Intérieur en pleine menace terroriste pour services rendus à Hollande, n’a pas fait mentir sa réputation de spécialiste du « sentiment d’insécurité ». Il a fortement minimisé la hausse du nombre de voitures brûlées cette année.

Aucun gouvernement n’est venu à bout de cette belle coutume ethnique de cités restée très vivace en 2016 et qui n’existe nulle autre part ailleurs dans le monde que chez nous. Après Sarkozy qui avait carrément supprimé la publication des chiffres (soi-disant pour éviter l’effet d’émulation entre les quartiers), après Manuel Valls qui avait repris sa publication avec ses moyens de comptage, voici Bruno Le Roux qui a carrément décidé de changer d’indicateur. Pour cacher la hausse.

650 voitures ont été brûlées selon lui le 31 décembre 2016 contre 602 l’an passé, ce qui déjà n’est pas une baisse ! Mais en plus le nouveau ministre donne pour la première fois le chiffre des « mises à feu directes », c’est-à-dire des départs de feu et non pas le nombre de véhicules brûlés au total, dont tous ceux qui se sont enflammés par propagation. Il ne compte plus le nombre total de véhicules brûlés car celui-ci cette année comme le confirme Le Monde, s’élèverait au moins à près d’un millier ce qui nous ramènerait aux pires chiffres de 2013.

Le réveillon, sans « problème majeur » selon Bruno Le Roux, a été émaillé de violences, spécialement à Strasbourg. 454 personnes ont été interpellées dans toute la France, pour des agressions visant les policiers, les CRS et les pompiers : insultes, caillassages, coups et blessures… Un terrorisme de proximité bien ancré et considéré comme normal, rien à signaler.

100 000 membres des forces de sécurité et 40 000 sapeurs-pompiers avaient été mobilisés sur tout le territoire ainsi que des militaires de l’opération Sentinelle avec des dispositifs de sécurité renforcés un peu partout. Malgré ce déploiement exceptionnel, ils ont été harcelés toute une partie de la nuit.

Des violences ont été recensées dans les Bouches-du-Rhône, en Isère en Loire-Atlantique et en Ile-de France. Dix personnes dont un enfant de trois ans ont été grièvement blessés par des pétards à Strasbourg où le phénomène est une véritable calamité. Plusieurs rixes entre bandes ont également éclaté à Strasbourg où un dispositif anti-intrusion bloquait les principaux accès, avec un blessé grave et plusieurs interpellations. Des échauffourées ont eu lieu un peu partout en banlieue avec des dizaines d’interpellations. C’est ce que l’ami Chicorée analyse au petit-déjeuner comme un réveillon qui « s’est particulièrement bien passé ».

Caroline Parmentier

Article paru dans Présent daté du 3 janvier 2017

Crèche Noël

Novopress revient le 2 janvier 2017 et vous souhaite un Joyeux Noël

24/12/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Novopress.info interrompt sa parution et sera de retour le lundi 2 janvier 2017. Nous ne partons pas en vacances. Comme vous l’avez constaté, nous avons connu cette année de nombreux problèmes, notamment techniques. Nous allons mettre à profit la semaine dite de « trêve des confiseurs » pour mettre en place tous les dispositifs, rédactionnels et techniques, qui nous permettrons de mieux vous satisfaire à partir de la rentrée et d’être pleinement opérationnels par rapport aux combats politiques majeurs de l’année qui vient. En attendant, nous vous souhaitons à tous un Joyeux Noël.

Anis Amri avait juré d’« abattre les infidèles comme des porcs » (vidéo)

23/12/2016 – ALLEMAGNE (NOVOpress) : Anis Amri, l’auteur de l’attentat de Berlin avait prêté allégeance à Abu Bakr Al Baghdadi, le chef de l’Etat islamique, dans une vidéo en arabe (ci-dessous). Il y jure d’« abattre les infidèles comme des porcs ». La nuit dernière près de Milan, c’est lui qui a été abattu.


Anis Amri mort

Till-Steffen

La traque du djihadiste Anis Amri retardée par crainte d’attiser le racisme !

23/12/2016 – ALLEMAGNE (NOVOpress) : Incroyable mais vrai : la traque d’Anis Amri, l’auteur de l’attentat de Berlin, a été retardée à cause d’un élu Vert de Hambourg, Till Steffen, qui a bloqué la diffusion de son avis de recherche sur Facebook, par crainte de la « stigmatisation raciste » dont le djihadiste aurait pu être victime !

Die Welt rapporte en effet que Till Steffen, qui est président de l’Autorité judiciaire à Hambourg, n’a pas autorisé la police à lancer la procédure habituelle de diffusion du portrait d’Anis Amri sur les réseaux sociaux, dont Facebook, afin de ne pas donner prise à des « discours de haine » sur Internet.

Dénonçant une méthode « incroyable et scandaleuse », l’AfD demande sa démission, ainsi que la CDU, qui qualifie Steffen de « sérieux risque de sécurité pour Hambourg »

Islamiste Haute-Autriche

Le prédicateur islamiste de Noël en Haute-Autriche

Il est somalien, prédicateur islamiste et demandeur d’asile. Il n’a pas supporté le spectacle de l’Avent d’une école maternelle. A Oberndorf (Haute-Autriche), il est monté sur scène un Coran à la main, interrompant le spectacle de l’Oberndorfer Advent et terrorisant les enfants. Puis, il a commencé à prêcher en lisant des passages du Coran sur la scène.

Deux hommes se sont alors précipités sur le « prédicateur » qui a violemment riposté, hurlant à plusieurs reprises « Allah Akbar ! » et appelant à « tuer les infidèles ». Les parents présents, dont un officier de police, ont fini par le maîtriser et l’éjecter. Alertés, les policiers ont rapidement établi qu’il résidait depuis deux ans dans le quartier de Schwanenstadt et que c’était un adepte du groupe terroriste islamiste Al Nosra, celui-là même qui vient de revendiquer l’assassinat de l’ambassadeur russe tué d’une balle dans le dos le 19 décembre à Ankara.

Les policiers ont précisé néanmoins que l’individu souffrait d’une « maniaco-dépression » en cours de traitement. Encore un déséquilibré, bien reconnaissable d’ailleurs au fameux cri des déséquilibrés dans le monde : « Allah Akbar ».

« Les enfants étaient très anxieux et totalement pétrifiés, nous étions également terrifiés pour eux », raconte un témoin. De nombreux parents réalisant que l’islamiste aurait pu, de la même façon, sortir une arme de son sac à dos et faire un carnage, sont sous le choc. Mais ils peuvent compter sur le pasteur Helmut, qui dirige l’école maternelle Caritas, pour se charger de leur laver le cerveau. « Cet incident doit être évalué à la lumière de sa maladie » a conclu le pasteur. Un « incident » et un « malade ». Rien à signaler donc, tout est normal. Donnons-lui ses papiers. Et la prochaine fois il fera exploser sa ceinture d’explosifs au milieu des enfants.

Caroline Parmentier

Article paru dans Présent daté du 24 décembre 2016

Anis Amri

Anis Amri, abattu en Italie, était passé par la France !

23/12/2016 – MILAN (NOVOpress) : Le ministre italien de l’Intérieur vient de le confirmer : Anis Amri a été abattu la nuit dernière en Italie, près de Milan, au cours d’un échange de coups de feu avec la police qui voulait procéder à un contrôle d’identité. Selon le quotidien italien La Repubblica, le suspect numéro un de l’attentat de Berlin « était à peine arrivé de France » ! Il est mort, comme il se doit, en criant « Allah Akbar ».

Attentat islamiste de Berlin : l’Allemagne va-t-elle enfin se réveiller ?

Source : Boulevard Voltaire – “Attentat islamiste de Berlin : l’Allemagne va-t-elle enfin se réveiller ?”

Tous les signaux qui permettaient d’attirer l’attention sur ce qui ne pouvait manquer de se produire ont été ignorés.

L’attentat de Berlin, depuis sa conception jusqu’à sa réalisation, ainsi que l’incapacité des autorités policières et judiciaires à réagir rapidement et avec efficacité, est symptomatique de la fragilité des démocraties occidentales face au terrorisme. Il révèle, par ailleurs, les énormes dysfonctionnements qui touchent les services étatiques dans différents pays européens qui, pourtant, depuis plus d’un demi-siècle, ont fait le pari de coopérer et de s’unir pour être plus forts et plus prospères.

D’un point de vu purement sécuritaire, de la même manière que ceux qui ont touché la France au cours de ces derniers mois avaient révélé de réelles carences dans nos dispositions de sécurité intérieure, ce nouvel attentat a mis en exergue la totale impréparation de la société allemande pour faire face au mal endémique qui s’installe aujourd’hui en Europe occidentale.

En effet, tous les signaux qui permettaient d’attirer l’attention de la police et de la justice allemandes sur ce qui ne pouvait manquer de se produire ont été ignorés. Bien plus : des erreurs graves de jugement et d’appréciation ont été commises, en laissant circuler, en totale liberté, un individu dont les intentions criminelles ne faisaient aucun doute. Emprisonné en Italie pour des faits de délinquance. Impliqué dans une affaire de faux papiers. Surveillé pour avoir voulu voler des armes. En relation avec la mouvance salafiste et des prédicateurs de la guerre sainte connus en Allemagne.
Qu’attendaient donc les autorités allemandes pour mettre hors d’état de nuire ou, à tout le moins, pour expulser manu militari cet individu manifestement devenu un danger public ?

Certainement objectera-t-on de la présomption d’innocence. Du fait qu’il n’y ait pas eu suffisamment d’indices probants. Ou encore d’une culture de l’accueil allemand fondée sur une contrition permanente depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Lire la suite