Gilets Jaunes : « La gauche m’a tué ! »

Gilets jaunes

Une gauche, toutes forces confondues, au dessous de la barre des 30 %… Tel est l’intéressant scénario qui se dessine dans la perspective des élections européennes et qui amplifiera le mouvement de recomposition politique qui s’est ouvert en 2017. Il est important de noter, cependant, que si la gauche est rentrée dans un processus d’effondrement historique qui rappelle celui du PCF au début des années 90, elle détient encore un véritable pouvoir de nuisance qui s’exerce principalement sur les classes populaires et moyennes. Elle n’a plus la puissance de convaincre et d’entraîner, mais elle peut encore détruire et pourrir.

Autopsie d’un hold-up réussi

Ce pouvoir de nuisance a montré tout son potentiel avec le mouvement des Gilets jaunes. La gauche a magistralement récupéré, dévié et stérilisé un mouvement de contestation unique en son genre, car issu de la base, jailli spontanément hors des institutions traditionnelles – partis, syndicats ou monde associatif subventionné…

La séquence politique que nous avons vécue ces derniers mois restera comme un modèle exemplaire d’un processus de sabotage d’un mouvement populaire, à étudier dans les universités et les écoles de communication. Les médias, nous l’avons déjà vu, ont joué un rôle central dans cette affaire, en dégradant l’image des Gilets jaunes par la manipulation de la perception des violences et la mise en avant quasi systématique de personnalités Gilets jaunes porteuses d’un discours gauche-compatible. Le but principal – commun à la gauche, au pouvoir en place et aux médias – étant, prioritairement, d’empêcher la montée en force de la question migratoire.

Par petites touches successives, entre slogans, éléments de langage répétitifs, mots d’ordre et infiltration dans les manifs, la gauche a enfermé le soulèvement populaire dans une forme de contestation centrée sur la question sociale, axée sur l’ISF et les cadeaux faits aux riches. Elle a, au passage, sciemment occulté le fait essentiel que la révolte des Gilets jaunes exprimait d’abord un rejet du poids écrasant des prélèvements obligatoires et de l’appauvrissement général des revenus du travail, plutôt qu’un désir de s’en prendre aux « riches ». Un désir de revalorisation du travail qui dénonce les violences d’un capitalisme prédateur, mais qui vise également ceux qui sont perçus comme des profiteurs malfaisants du système : politiques, syndicalistes, figures médiatiques et journalistes donneurs de leçons, hauts-fonctionnaires ou administrations impotentes ou répressives.

Un mouvement anti-système, donc, qui va bien au-delà d’une simple lecture sociale de lutte des classes que la gauche a réussi à imposer alors que – paradoxe suprême – le pouvoir de gauche, sous toute ses formes, est un acteur majeur du système depuis des décennies. Oubliés, en chemin, la démocratie directe, le RIC et, surtout, la crise identitaire.

La gauche en tant que supplétif du mondialisme libéral

Ainsi, avec une certaine naïveté, la représentante de La France Insoumise, Danièle Simonnet, ne vantait-t-elle pas sur les plateaux de télé l’action de LFI pour empêcher sur le terrain la montée en force de la question de l’immigration parmi les Gilets jaunes.

L’enfermement dans une contestation sociale dénaturée d’un côté, et, de l’autre, une censure totale de la question identitaire… Voilà de quoi, à coup sûr, couper le mouvement de sa base initiale, pour le ramener à un événement normalisé de parade cégétiste !

L’image d’un Philippe Martinez, énervé et décontenancé, lors de la manif du 1er mai, en dit long sur la perte de repère de la nomenklatura de gauche face à la colère de la France d’en bas. D’un rire amer, les derniers Gilets jaunes « canal historique » pourraient bientôt dire : « La gauche m’a tué ! »

Lire la suiteGilets Jaunes : « La gauche m’a tué ! »

Le pape François exhorte les Bulgares à la générosité envers les clandestins

07/05/2019 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
En visite de trois jours en Bulgarie ainsi que dans les Balkans, notamment en Macédoine du Nord, le pape François a exhorté les Bulgares à faire preuve de générosité envers les clandestins.

Le Pape a par ailleurs déploré la situation démographique du pays, marquée par l’une des plus faibles natalité d’Europe et une émigration de travail très forte. Au cours de sa visite, le Pape a d’ailleurs prévu une visite dans un camp d’accueil de personnes en situation irrégulière.

Un autre objectif de son voyage, moins polémique, concernait les relations avec l’Eglise orthodoxe, justifiant une visite au patriarche Néophyte de Bulgarie.

I-Média – 1er Mai sous haute-tension médiatique

1er Mai sous haute-tension médiatique

07/05/2019 – FRANCE (NOVOpress)
Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours dominant.

Gilets Jaunes, Black blocs et syndicats étaient attendus au tournant par les médias qui relayaient l’idée que Paris deviendrait la capitale de l’émeute. Finalement, les incidents ont été contenus.


Comment l’islamisme s’installe en France, par Ivan Rioufol

La RATP fait-elle le nécessaire pour résister à l’emprise islamiste dans ses murs ? Ce week-end, la régie des transports en commun parisiens a ouvert, contre un conducteur de bus, une procédure disciplinaire pouvant aller jusqu’à la révocation. Deux jeunes femmes accusent cet homme d’avoir refusé de les admettre dans son bus, au prétexte de leur habillement. “T’as qu’à bien t’habiller”, aurait-il dit à l’une d’elle. La scène aurait eu lieu le 30 avril vers 23 heures à l’arrêt Botzaris (ligne 60) dans le XX e arrondissement. C’est l’auteur algérien Kamel Bencheikh, père d’Elise, une des plaignantes, qui a ébruité cette affaire (Le Figaro de ce lundi). Ce matin sur RMC, un délégué CGT de la RATP a assuré que cette version des faits était “totalement fausse”, reconnaissant néanmoins que le chauffeur avait admis “une faute de service”. Des explications confuses et alambiquées du syndicaliste, il ressort que le chauffeur n’aurait pas jugé les jeunes femmes sur leur tenue. En revanche, ce dernier ne se serait pas senti “considéré” par les plaignantes, qui fumaient à l’arrêt et n’auraient pas eu un regard pour lui.

L’empressement du syndicaliste à exonérer, laborieusement, l’attitude machiste du salarié, décrit comme “barbu de type maghrébin” par Kamel Bencheikh, laisse deviner la crainte de la CGT de froisser les “barbus” qui ont investi les rangs de la RATP. Si ce chauffeur ne semble pas s’être fait remarquer jusqu’alors par sa radicalisation, celle-ci est devenue une réalité. Un des auteurs des attentats de 2015, à Paris, était un ancien conducteur de la Régie.

Au-delà de cette affaire, c’est la perméabilité de la France à l’islamisme qui est posée. La RATP n’est pas la seule entreprise à être devenue la cible d’exigences prétendument religieuses, portées par une idéologie politique qui cherche à subvertir les règles de la République. L’indignation qu’a suscitée l’attitude de ce chauffeur, sous réserve d’une enquête plus approfondie, est une bonne chose. Mais elle ne peut faire oublier la somme de renoncements recensés depuis des décennie face à l’islam politique et ses intimidations. La peur est un comportement qui se généralise au quotidien face aux menaces islamistes. Un livre collectif très bien documenté – Histoire de l’islamisation française, 1979-2019 (L’Artilleur) – dresse l’inventaire des désinformations visant à désislamiser le djihadisme et à déresponsabiliser l’islam de ses dérives, en dépit des évidences. S’ouvre, aujourd’hui devant le tribunal correctionnel de Paris, le procès des dirigeants d’Orange qui vont avoir à répondre de leur politique ayant conduit à des suicides de salariés. Dans cette nouvelle extension des responsabilités, pourquoi ne pas envisager, dans l’avenir, la mise en accusation de tous ceux qui ont fait le nid de l’islamisme, ce nouveau totalitarisme ?

Le livre rappelle notamment la somme d’âneries et de mensonges qui ont été colportés par les experts et adeptes du différencialisme, au nom du “touche pas à mon pote”. Ceux-ci se comportent encore, pour beaucoup, comme les zélés collaborateurs de la nouvelle intolérance sexiste qui considère que deux jeunes femmes ne doivent pas se balader en jupe ni fumer dans la rue…

Ivan Rioufol

Texte daté du 6 mai 2019 et repris du blog d’Ivan Rioufol

Les grandes fortunes au service de Macron

Macron et les grandes fortunes

Le fait d’être riche, voire super-riche, le fait d’être soutenu par les Français les plus riches, ne signifie nullement que les idées qu’on défend seraient forcément mauvaises. Mais les révélations sur les soutiens financiers de Macron qui ont permis sa candidature et sa victoire de 2017 nous donnent trois informations très importantes : la première, c’est que la grande et très grande bourgeoisie française a basculé dans le macronisme, c’est-à-dire dans le « progressisme », exactement comme, aux Etats-Unis, elles avaient basculé dans le « libéralisme » des Clinton. Et les fillonnistes (et aujourd’hui Wauquiez) ne sont pas plumés par le RN, contrairement à ce que l’on croit, mais par la macronie. La deuxième information, c’est que l’équipe de campagne de Macron, en 2017, a travesti la vérité sur l’origine des fonds de soutien. Mais la troisième information est la plus terrifiante : 800 personnes (ou couples) ont permis l’improbable candidature Macron, et sa victoire.

Les comptes de la dernière campagne présidentielle ont été rendus publics, et ils nous apprennent sans surprise que c’est la candidature Macron qui avait recueilli le plus de dons : 15,99 millions d’euros, devant Fillon (environ 15,5 millions), et aussi, bien entendu, devant Mélenchon (4,5 millions) et les autres, Marine Le Pen étant la dernière des grands candidats avec seulement 2 millions de dons. L’argent pour Macron provenait essentiellement de Parisiens (6e, 7e et 16e arrondissements), et d’habitants des Hauts-de-Seine et des Yvelines. Rien d’étonnant si, au second tour, à Paris, le candidat Macron a recueilli 90 % des suffrages.

France Inter a décortiqué les données chiffrées, et note qu’au total 99 000 personnes ont financé Macron, mais que 50 % des sommes recueillies viennent d’un petit nombre de gros donateurs (les dons étant légalement plafonnés). Si on raisonne par couple, on trouve 800 donateurs. Le dirigeant d’une très grande banque (la BNP, pour ne pas la nommer), le dénommé Christian Dargnat, a joué un rôle de véritable recruteur pour ce candidat, sans que sa banque, ses actionnaires, ses salariés, en prennent ombrage. La campagne de Marine Le Pen, elle, avait été financée par un prêt du micro-parti Cotelec, ce qui, à l’époque, avait été critiqué par l’ensemble de la presse française. En parallèle les banques françaises, dont la BNP, avaient toutes refusé de prêter au FN.

Pas un mensonge mais un habile trucage

En novembre 2016, en lançant sa candidature, Macron avait indiqué que sa campagne était appuyée par 10 000 personnes ayant versé, pour la majorité d’entre elles, « autour de 40, 50 euros, et il y a 5 % des dons qui dépassent 1 000 euros ». Mais à la vérité, dès cette époque, il apparaît que la campagne Macron n’était pas financée par le grand public. Il n’y avait certes pas plus de 5 % des donateurs qui avaient fait de gros dons, mais ces derniers représentaient près de 70 % des sommes reçues…

En dernière analyse – et c’est la troisième information à retenir –, il faut donc constater que 800 personnes ont permis à Macron d’être élu. Quand on réalise en parallèle qu’une dizaine de personnes possèdent 90 % des grands médias français, qui tous avaient été mis au service de Macron, il y a matière à se poser des questions sur le mot même de démocratie.

Francis Bergeron

Article paru dans Présent daté du 6 mai 2019

XXVe édition de la manifestation des Gilets jaunes

06/05/2019 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Les Gilets jaunes continuent à mettre la pression sur le gouvernement. Selon le décompte du ministère de l’Intérieur, ils étaient 19.000 manifestants en France, dont 1500 à Paris. Les Gilets jaunes ont en comptabilisé 40.000 en France. Quelques échauffourées avec les forces de l’ordre ont fait cinq blessés coté manifestants à la Roche-sur-Yon. La préfecture de Vendée annonçait une dizaine d’interpellations et huit gardes à vue.

Trois personnes ont été interpellées à Montpellier. A Bordeaux, « six interpellations mais pas de dégradations » a précisé la préfecture.

A Paris la préfecture fait état de dix personnes interpellées dont trois gardes à vue.

Les pouvoirs publics notent une baisse sensible du nombre des manifestants. Ceci peut être expliqué par la forte mobilisation du 1er mai et à Paris par le mauvais temps. Ce qui n’enlève aucune force à ce mouvement profond de contestation populaire.

Pour l’acte 25, le monde de la culture a apporté son soutien aux Gilets jaunes face au gouvernement

Pour cet acte 25, 1.400 personnalités comme Juliette Binoche, Emmanuelle Béart ou Annie Ernaux, ont signé une tribune sur le site du journal Libération. Cette tribune s’intitule : « Gilets jaunes : nous ne sommes pas dupes ! ». Les signataires y saluent « un mouvement que le pouvoir cherche à discréditer et réprime sévèrement alors que la violence la plus menaçante est économique et sociale ». Les signataires ont rappelé la légitimité des revendications fiscales, politiques et économiques du mouvement. Selon eux, le mouvement « réclame des choses essentielles : une démocratie plus directe, une plus grande justice sociale et fiscale, des mesures radicales face à l’état d’urgence écologique ».

Matteo Salvini à Viktor Orbán : « ​Si la gauche continue à gouverner l’Europe, celle-ci deviendra un califat islamique… »

crise libyenne - Salvini

06/05/2019 – EUROPE (NOVOpress)
Depuis le Niger, où elle était en visite officielle, la chancelière allemande a exclu tout accord entre le Parti populaire européen (PPE) et l’extrême-droite au Parlement européen, derrière le vice-président du conseil Matteo Salvini, après les élections du 26 mai.

C’est sur ce point que Salvini insiste, sans faire dans la dentelle : « Si la gauche continue à gouverner l’Europe, celle-ci deviendra un califat islamique… » a-t-il déclaré lors de sa visite en Hongrie, en parfait accord avec son hôte.

Interdite de bus pour une jupe ? Qui est dupe ?

islam ratp

Ainsi donc, un conducteur de la RATP, dans le XIXe arrondissement, aurait refusé de laisser monter une jeune femme dans son bus au motif d’une jupe trop courte. Sur les réseaux sociaux, la protestation gronde. Comme d’habitude.

Marlène Schiappa, interpellée par des internautes narquois la trouvant un peu longue à la détente, se fend du communiqué de circonstance (commun avec le ministre des Transports) plein de componction : « Si les faits rapportés… grande gravité… sanctions exemplaires. ». Comme d’habitude.

Comme d’habitude, l’entreprise concernée – la RATP – promet prudemment de faire toute la lumière sur les faits.

Comme d’habitude – cela devient un marronnier -, tel ou tel journal fera mine de creuser vaguement le sujet. « Ces barbus qui embarrassent la RATP », c’était le titre d’un article de L’Obs publié le 29 novembre 2015 après que l’on eut découvert que « Samy Amimoi, l’un des kamikazes du Bataclan [avait] travaillé un temps à la RATP. » : « La régie est soupçonnée d’abriter des musulmans radicaux. Fantasme ou réalité ? En tout cas, les incidents à caractère religieux s’y multiplient. »

Puis une actualité, comme un clou, chassant l’autre, le soufflé retombera… comme d’habitude.

La dernière fois que l’on a eu vent d’une affaire de ce genre, c’était en mars dernier, à l’occasion d’un jugement qui a fait un peu de bruit : Brahim était chauffeur de bus à Clermont-Ferrand. La compagnie T2C l’avait licencié en avril 2016 au motif qu’il refusait de serrer la main de deux contrôleuses, une discrimination fondée sur le sexe, selon son employeur, qui lui avait valu une rupture pour faute grave.

Brahim avait saisi le conseil de prud’hommes et contesté le bien-fondé de cette rupture. Il avait affirmé au journal La Montagne qu’il n’y avait rien de religieux dans son attitude, à mettre, selon lui, sur le compte d’un « blocage lié à sa culture, à son éducation » : « Le contact physique avec les femmes [le] mettait mal à l’aise. » Et les juges du travail lui ont donné raison : l’employeur a dû lui verser 27.000 euros pour licenciement sans cause réelle et sérieuse.

Peut-être, qui sait, le conducteur parisien d’aujourd’hui est-il allergique au mollet féminin dont la simple vue déclenche, aussi sec, chez lui, un urticaire géant ? La seule prévention du choc anaphylactique, que voulez-vous, c’est la fuite à tout berzingue portières fermées.

Comme d’habitude, tout le monde fait semblant de découvrir, telle l’autruche extirpant laborieusement son long cou du trou obscur, beuglant un peu en clignant des yeux, puis replongeant aussi sec dans son bienfaisant aveuglement. Jusqu’à la prochaine fois.

Oui, la force de l’habitude est là, lénifiante : on s’accoutume peu à peu à ces incidents à « caractère religieux », pour reprendre le joli flou artistique de L’Obs. Viendra un temps où plus personne ne réagira. Regardez, déjà 24 heures se sont écoulées, la petite tempête 2.0 est pour ainsi dire déjà terminée – ou presque. Les médias ont d’autres chats à fouetter, ces rodomontades islamistes sont devenues, somme toute, d’une si grande banalité.

Gabrielle Cluzel

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

Médias mainstream : les archétypes du libéralisme-libertaire

medias mainstream crise

06/05/2019 – FRANCE (NOVOpress)
Confiance du public en baisse, violences en marge des manifestations des Gilets jaunes, homogénéité des rédactions : les signes ne trompent pas, le journalisme et les médias sont en crise.

La faute aux populistes ? Non, selon le chroniqueur Edouard Chanot : pour lui, les médias dominants sont l’expression de l’idéologie dite libérale-libertaire.


Sébastien Chenu : « Ce gouvernement a mis la France sens dessus dessous »

Marine Le Pen avait choisi Metz pour célébrer le 1er mai et rendre hommage à Jeanne d’Arc.

Dans les colonnes de Boulevard Voltaire, Sébastien Chenu, député du Rassemblement national, revient sur cet événement et évoque également l’actualité sociale et politique : violences à Paris lors du 1er mai, conflit des gilets jaunes, élections européennes.

En ce 1er mai, le Rassemblement national a tenu à Metz son banquet patriotique. Pourquoi avoir choisi d’être loin de la capitale ?

Ce n’est pas la première fois que nous choisissons d’aller célébrer à la fois la Nation et la cause du social français en Province. L’année dernière, ce banquet avait eu lieu à Nice. Cette année, nous avons choisi Metz, symbole d’une ville de province. Le département de la Moselle dont elle est la préfecture en est le symbole. Nous souhaitons aller chaque année dans une des villes de province où nos électeurs sont non seulement nombreux, mais où aussi il y a un message important à véhiculer. À Montigny-les-Metz se trouvait une statue de Jeanne d’Arc.

Pendant ce temps, la capitale était en proie à la fois à la manifestation des différents syndicats et à la violence des blacks blocs.
Qu’avez-vous pensé de cette manifestation du 1er mai ?

L’affaire Benalla avait commencé au 1er mai de l’année dernière. La capitale avait été mise sens dessus dessous par les blacks blocs. Un an après, des affrontements dans tous les sens ont lieu à Paris et l’affaire Benalla n’est toujours pas réglée. Ce gouvernement a mis la France sens dessus dessous et laisse faire ces violences depuis 25 semaines. Elle est incapable de gérer les manifestations et de sortir du conflit des gilets jaunes. L’image d’hier ne donne vraiment pas de quoi pavoiser au gouvernement.

Durant ce banquet, Marine Le Pen a qualifié l’Union européenne d’impériale, hégémonique et totalitaire. Ce sont des mots assez forts qui pourraient apparenter l’Union européenne à une dictature.

L’Union européenne est une sorte de dictature. C’est d’abord la guerre économique et la guerre sociale. C’est ensuite l’incapacité à pouvoir en sortir. Elle est carcérale. Par conséquent, on est dans une forme de dictature soft qui ne dit pas son nom. On est dans un système dans lequel vous n’avez pas le choix de penser librement, d’imaginer une sortie ou de faire voter un certain nombre de choses dans l’intérêt de vos populations. Vous devez vous soumettre ou vous démettre comme l’ont d’ailleurs fait les Britanniques. Nous pensons qu’aujourd’hui les peuples ne veulent plus de ce modèle-là. C’est la raison pour laquelle, avec nos alliés italiens, belges, danois ou autres, nous allons pouvoir créer un autre modèle européen.

Votre journée à Metz a été entachée par une altercation. Les étudiants de l’UEJF dénoncent une agression de la part de votre service d’ordre…

C’est une basse manipulation largement condamnable. Elle sera d’ailleurs condamnée et démasquée comme il se doit. Des militants politiques de l’UEJF sont venus distribuer des tracts anti Rassemblement national aux militants du Rassemblement national à l’entrée d’un meeting du Rassemblement national. Cela ne pouvait que créer des tensions. Ils ont été évacués par notre service d’ordre qui est resté tout à fait maître de lui. Ces tensions ont fait une victime du côté de notre service d’ordre. Cette personne a eu trente jours d’interruption temporaire de travail.
Si demain des militants allaient distribuer à l’entrée de BFM des tracts stipulant que BFM soutenait Macron, on imagine que le service d’ordre de BFM leur demanderait de reculer ou de cesser d’importuner les gens qui travaillent à BFM. C’est du même ordre. Nous avons affaire à une manipulation assez lamentable à laquelle nous donnerons toutes les suites qui doivent être données.

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

Macron dans l’impasse du chaos, par Ivan Rioufol

Emmanuel Macron semble sincère quand il parle des Français en colère : “J’ai entendu, compris, senti dans ma chair ce qu’ils vivent.” C’était le 25 avril, lors de sa première conférence de presse à l’Élysée. En réalité, la grandiloquence du Narcisse blessé expose sa propre souffrance, causée par l’irritation qu’il suscite. Le président est trop fin pour ne pas l’avoir compris : c’est son diagnostic sur l’état de la société qui se révèle erroné. L’impasse est là. Sa faute initiale, martelée ici depuis son hold-up électoral il y a deux ans, est d’avoir fait du populisme un repoussoir. Or les aspirations populaires sont éminemment respectables quand elles attendent plus de démocratie pour les humbles, moins d’arrogance chez les puissants.

Quand Macron, l’autre jour, fait l’éloge de l’enracinement, il oublie qu’il déclarait il y a un an aux catholiques : “Ce ne sont pas les racines qui importent, c’est la sève.” Sa nouvelle ode à l’”art d’être français” se heurte à son affirmation de 2017 : “Il n’y a pas de culture française.” “Je peux mieux faire”, a-t-il promis cette fois. Mais où est, chez lui, la pensée limpide ?

Attention ! La colère française est toujours là. Le 1er Mai l’a rappelé. Les 17 milliards d’euros que le gouvernement a lâchés, au total, pour tenter d’éteindre la révolte des “gilets jaunes” ne suffiront pas à acheter la paix sociale. La crise n’est pas seulement économique et sociale, comme le soutient le chef de l’État avec son “état d’urgence”. L’enjeu est de “répondre au sentiment d’exclusion d’une partie de la population” (Gérard Larcher, président du Sénat).

Le gouvernement, qui a décidé lundi d’accélérer le rythme des réformes, n’a rien réglé de la crise de la démocratie, clé de voûte de l’insurrection des Oubliés. En refusant d’accéder à la demande, formulée lors du grand débat, d’un référendum d’initiative citoyenne, même encadré, et en n’octroyant que 20 % de proportionnelle pour de futures élections législatives, le président a pris le risque d’attiser le chaos né des frustrations de trop de citoyens marginalisés. Les prochaines élections européennes pourraient devenir le prétexte à un vote sanction contre un pouvoir en mal d’idées claires.

L’entourloupe se dessine à mesure que l’Élysée joue sur les mots, obscurcit ses desseins, se campe dans le centrisme savonneux du “en même temps”.

Ivan Rioufol

Texte daté du 18 avril 2019 et repris du blog d’Ivan Rioufol

Matteo Salvini et Viktor Orban partenaires dans la lutte contre l’invasion migratoire

Salvini Orban

03/05/2019 – EUROPE (NOVOpress)
Matteo Salvini et Viktor Orban se sont retrouvés le long de la barrière anti-migrants dressée par Budapest il y a bientôt 4 ans. Des images qui illustrent bien ce qui unit la Hongrie et l’Italie : la lutte contre l’immigration. Les deux hommes entendent monter une alliance de partis anti-immigration en Europe après les élections européennes.

Matteo Salvini a ainsi redit son souhait de travailler avec le Premier ministre hongrois sur l’immigration :

Le problème n’est pas de redistribuer les migrants en Europe, le problème est d’avoir une Europe qui protège ses frontières terrestre et maritimes.

Viktor Orban a même ajouté qu’il serait difficile à son parti, le Fidesz, de trouver sa place au parlement européen si le PPE n’allait pas dans le sens d’une collaboration avec des partis comme la Ligue du nord. La semaine prochaine, il doit recevoir le vice-chancelier autrichien Heinz-Christian Strache, président du FPÖ, le parti de la Liberté d’Autriche.



En Autriche, le FPÖ promet de lutter contre le remplacement de population

Heinz-Christian Strache

Dans un entretien avec le quotidien autrichien Kronen Zeitung publié le 28 avril, le vice-chancelier autrichien promet de poursuivre la lutte contre le remplacement de population. A la remarque du journaliste selon qui il s’agirait là d’un concept d’extrême droite, Heinz-Christian Strache, qui est aussi ministre fédéral de la Fonction publique et des Sports et président du Parti de la liberté d’Autriche (FPÖ), répond que « c’est un concept de la réalité. Nous ne voulons pas devenir une minorité dans notre pays. C’est légitime et honnête, et aussi profondément démocratique. » Le vice-chancelier fait aussi remarquer à son interlocuteur que « ceux qui ne sont pas de gauche aujourd’hui sont automatiquement qualifiés d’extrémistes de droite ».

Le FPÖ, crédité de 23 % des intentions de vote aux élections européennes, ce qui le placerait troisième derrière son partenaire au sein du gouvernement de coalition, l’ÖVP, parti de centre droit crédité de 34 % des intentions de vote, et derrière les sociaux-démocrates crédités de 26 % des intentions de vote, vise malgré tout la deuxième place. Ce faisant, il continue de faire l’objet d’une entreprise de diabolisation de la part de la gauche et des grands médias, comme les autres partis patriotes en Europe. On lui reproche les vers publiés par un adjoint au maire de la ville de Braunau am Inn, ville natale d’Adolf Hitler qui plus est, dans lesquels cet adjoint membre de la FPÖ compare les immigrants à des « rats étrangers » pour illustrer le danger qu’il y a à mélanger les cultures et les langues.

Mais quand le scandale a éclaté, cet adjoint au maire a démissionné de sa fonction et aussi du FPÖ, fait remarquer Heinz-Christian Strache. En effet, personne ne devrait comparer les gens à des animaux, reconnaît-il volontiers. Cependant « j’ai moi-même été qualifié de “rat” par le chef du groupe des Verts au Parlement de Basse-Autriche. J’attends toujours sa démission », continue le vice-chancelier qui rappelle encore que les électeurs du FPÖ ont été traités de « rats » par l’ancien gouverneur de Styrie, du SPÖ. « J’attends toujours ses excuses et les conséquences à son encontre », se défend encore Strache pour dénoncer le deux poids deux mesures de la gauche face à cette affaire.

Autre élément de la diabolisation permanente, avec recours au point Godwin quand il le faut, le rédacteur en chef du journal télévisé de la télévision publique ORF, Armin Wolf, lors d’un entretien avec Harald Vilimsky, secrétaire général du FPÖ et tête de liste pour les élections européennes, a évoqué ce fameux poème de l’adjoint au maire FPÖ, et, pour illustrer son propos, il a comparé un tract de la branche jeunesse du FPÖ de Styrie à la propagande nazie, en faisant afficher à l’écran un gros plan sur un tout petit fragment de ce tract dénonçant l’islamisation et l’insécurité liées à l’immigration de masse. Vilimsky a dénoncé la malhonnêteté du procédé du journaliste, en lui faisant remarquer que son comportement déontologiquement douteux ne devrait pas rester sans conséquences, ce que la télévision ORF et la gauche dénoncent aujourd’hui comme une menace à l’encontre de la personne d’un journaliste. Mais ce n’est pas la première fois que le FPÖ dénonce le militantisme de gauche de la télévision publique, et la reductio ad Hitlerum des partis de droite nationale dans les médias publics n’est malheureusement pas spécifique à l’Autriche.

Contre ceux qui s’opposent au remplacement de population, tous les moyens sont bons.

Olivier Bault

Article paru dans Présent daté du 2 mai 2019

Qu’est-ce qui attend Julian Assange ?

Julian Assange

02/05/2019 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, est sous les verrous !

Expulsé de l’ambassade d’Équateur à Londres où il était réfugié depuis 7 ans, et sous le coup d’un mandat d’arrêt américain, qu’est-ce qui l’attend maintenant ?

Les avocats Vincent Berger et William Julié reviennent sur la situation du seul prisonnier politique d’Europe.


YouTube sort son label pour les élections européennes

youtube élections européennes

YouTube, propriété de Google, a annoncé par le biais de sa directrice pour les affaires européennes, Lie Junius, lancer un nouveau “label” dans le cadre des futures élections européennes de mai 2019 (Google Blog). Ce “label” permettra d’identifier les vidéos issues de médias “bénéficiant d’un financement public ou gouvernemental”.

Google et les élections européennes

Ce label ne fait que poursuivre la politique de Google vis-à-vis des élections européennes annoncée en novembre 2018, par Lie Junius (Google Blog). Une rubrique spécialement dédiée aux européennes a déjà été lancée sur Google News. L’algorithme de Google choisissant quels articles sont mis en avant et ceux qui n’y figurent pas…

Google finance aussi en partie, FactCheckEU, un projet collaboratif pour traquer les “fake news” diffusées dans le cadre des élections. Google Trends a créé une rubrique spéciale récapitulant les recherches internet les plus populaires relatives aux élections.

Labelliser pour mieux contrôler

Pour en revenir à YouTube, ce sont donc des labels dits de “transparence” qui vont très prochainement être lancés. Ces labels seront lancés dans un premier temps, en France, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Italie, en Espagne et en Pologne. On peut donc aussi imaginer, qu’ils perdureront même après, les élections européennes.

Mais l’idée de ces labels n’est pas simplement de pouvoir identifier telles sources parmi tant d’autres, il s’agit aussi de les mettre en avant par rapport aux autres, de “renforcer la visibilité de sources faisant autorité”.

En somme, les sources d’information liées à l’État ou à des « sources autorisées » seront mises en avant sur la plateforme, au nom de la lutte pour une information de qualité. Internet, dernier refuge de la pluralité de l’information, va se retrouver sous une emprise encore plus grande soit de l’État, soit de sources émanant des médias officiels même sur internet, dernier refuge de la pluralité de l’information…

Texte repris du site de l’OJIM