Anis Amri avait juré d’« abattre les infidèles comme des porcs » (vidéo)

23/12/2016 – ALLEMAGNE (NOVOpress) : Anis Amri, l’auteur de l’attentat de Berlin avait prêté allégeance à Abu Bakr Al Baghdadi, le chef de l’Etat islamique, dans une vidéo en arabe (ci-dessous). Il y jure d’« abattre les infidèles comme des porcs ». La nuit dernière près de Milan, c’est lui qui a été abattu.


Anis Amri mort

Till-Steffen

La traque du djihadiste Anis Amri retardée par crainte d’attiser le racisme !

23/12/2016 – ALLEMAGNE (NOVOpress) : Incroyable mais vrai : la traque d’Anis Amri, l’auteur de l’attentat de Berlin, a été retardée à cause d’un élu Vert de Hambourg, Till Steffen, qui a bloqué la diffusion de son avis de recherche sur Facebook, par crainte de la « stigmatisation raciste » dont le djihadiste aurait pu être victime !

Die Welt rapporte en effet que Till Steffen, qui est président de l’Autorité judiciaire à Hambourg, n’a pas autorisé la police à lancer la procédure habituelle de diffusion du portrait d’Anis Amri sur les réseaux sociaux, dont Facebook, afin de ne pas donner prise à des « discours de haine » sur Internet.

Dénonçant une méthode « incroyable et scandaleuse », l’AfD demande sa démission, ainsi que la CDU, qui qualifie Steffen de « sérieux risque de sécurité pour Hambourg »

Islamiste Haute-Autriche

Le prédicateur islamiste de Noël en Haute-Autriche

Il est somalien, prédicateur islamiste et demandeur d’asile. Il n’a pas supporté le spectacle de l’Avent d’une école maternelle. A Oberndorf (Haute-Autriche), il est monté sur scène un Coran à la main, interrompant le spectacle de l’Oberndorfer Advent et terrorisant les enfants. Puis, il a commencé à prêcher en lisant des passages du Coran sur la scène.

Deux hommes se sont alors précipités sur le « prédicateur » qui a violemment riposté, hurlant à plusieurs reprises « Allah Akbar ! » et appelant à « tuer les infidèles ». Les parents présents, dont un officier de police, ont fini par le maîtriser et l’éjecter. Alertés, les policiers ont rapidement établi qu’il résidait depuis deux ans dans le quartier de Schwanenstadt et que c’était un adepte du groupe terroriste islamiste Al Nosra, celui-là même qui vient de revendiquer l’assassinat de l’ambassadeur russe tué d’une balle dans le dos le 19 décembre à Ankara.

Les policiers ont précisé néanmoins que l’individu souffrait d’une « maniaco-dépression » en cours de traitement. Encore un déséquilibré, bien reconnaissable d’ailleurs au fameux cri des déséquilibrés dans le monde : « Allah Akbar ».

« Les enfants étaient très anxieux et totalement pétrifiés, nous étions également terrifiés pour eux », raconte un témoin. De nombreux parents réalisant que l’islamiste aurait pu, de la même façon, sortir une arme de son sac à dos et faire un carnage, sont sous le choc. Mais ils peuvent compter sur le pasteur Helmut, qui dirige l’école maternelle Caritas, pour se charger de leur laver le cerveau. « Cet incident doit être évalué à la lumière de sa maladie » a conclu le pasteur. Un « incident » et un « malade ». Rien à signaler donc, tout est normal. Donnons-lui ses papiers. Et la prochaine fois il fera exploser sa ceinture d’explosifs au milieu des enfants.

Caroline Parmentier

Article paru dans Présent daté du 24 décembre 2016

Anis Amri

Anis Amri, abattu en Italie, était passé par la France !

23/12/2016 – MILAN (NOVOpress) : Le ministre italien de l’Intérieur vient de le confirmer : Anis Amri a été abattu la nuit dernière en Italie, près de Milan, au cours d’un échange de coups de feu avec la police qui voulait procéder à un contrôle d’identité. Selon le quotidien italien La Repubblica, le suspect numéro un de l’attentat de Berlin « était à peine arrivé de France » ! Il est mort, comme il se doit, en criant « Allah Akbar ».

Attentat islamiste de Berlin : l’Allemagne va-t-elle enfin se réveiller ?

Source : Boulevard Voltaire – “Attentat islamiste de Berlin : l’Allemagne va-t-elle enfin se réveiller ?”

Tous les signaux qui permettaient d’attirer l’attention sur ce qui ne pouvait manquer de se produire ont été ignorés.

L’attentat de Berlin, depuis sa conception jusqu’à sa réalisation, ainsi que l’incapacité des autorités policières et judiciaires à réagir rapidement et avec efficacité, est symptomatique de la fragilité des démocraties occidentales face au terrorisme. Il révèle, par ailleurs, les énormes dysfonctionnements qui touchent les services étatiques dans différents pays européens qui, pourtant, depuis plus d’un demi-siècle, ont fait le pari de coopérer et de s’unir pour être plus forts et plus prospères.

D’un point de vu purement sécuritaire, de la même manière que ceux qui ont touché la France au cours de ces derniers mois avaient révélé de réelles carences dans nos dispositions de sécurité intérieure, ce nouvel attentat a mis en exergue la totale impréparation de la société allemande pour faire face au mal endémique qui s’installe aujourd’hui en Europe occidentale.

En effet, tous les signaux qui permettaient d’attirer l’attention de la police et de la justice allemandes sur ce qui ne pouvait manquer de se produire ont été ignorés. Bien plus : des erreurs graves de jugement et d’appréciation ont été commises, en laissant circuler, en totale liberté, un individu dont les intentions criminelles ne faisaient aucun doute. Emprisonné en Italie pour des faits de délinquance. Impliqué dans une affaire de faux papiers. Surveillé pour avoir voulu voler des armes. En relation avec la mouvance salafiste et des prédicateurs de la guerre sainte connus en Allemagne.
Qu’attendaient donc les autorités allemandes pour mettre hors d’état de nuire ou, à tout le moins, pour expulser manu militari cet individu manifestement devenu un danger public ?

Certainement objectera-t-on de la présomption d’innocence. Du fait qu’il n’y ait pas eu suffisamment d’indices probants. Ou encore d’une culture de l’accueil allemand fondée sur une contrition permanente depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Lire la suite

Attentat de Berlin : une nouvelle vidéo tournée par la caméra embarquée d’un chauffeur de taxi

23/12/2016 – EUROPE (NOVOpress)
Des nouvelles images de l’attentat de Berlin ont fait surface alors que le principal suspect est toujours en fuite.

La vidéo a été tournée par la caméra embarquée d’un chauffeur de taxi au moment où le terroriste précipitait le poids lourd sur un marché de Noël.

La police allemande a retrouvé sur le camion plusieurs indices, dont un document d’identité et les empruntes d’Anis Amri. Les enquêteurs n’ont désormais guère de doute sur le fait que le jeune Tunisien de 24 ans était au volant du poids lourd.

Plusieurs perquisitions ont été menées sans résultat à Berlin ainsi qu’en Rhénanie du Nord-Westphalie mais Anis Amri reste introuvable et il est maintenant recherché dans toute l’Europe.


Anis Amri Mosquee Berlin

Anis Amri est allé dans une mosquée salafiste après l’attentat de Berlin !

Anis Amri Mosquee23/12/2016 – BERLIN (NOVOpress) : Anis Amri, le suspect numéro un de l’attentat de Berlin, s’est rendu dans une mosquée salafiste bien connue des services de police quelques heures après l’attaque au camion qui a fait 12 morts et 48 blessés. La presse allemande publie ce matin des images prises par des caméras de surveillance : elles attestent que le Tunisien en est sorti à 3 h 49 dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 décembre, soit huit heures après le carnage, et qu’il y était déjà allé les 14 et 15 décembre !

De plus, si cette mosquée du quartier berlinois de Boabit a été perquisitionnée jeudi matin par la police, ses liens avec le terrorisme ne sont pas une découverte : des écoutes téléphoniques avaient déjà établi que cette mosquée était considérée comme « la mosquée de l’Etat islamique à Berlin » ! Elle était aussi connue pour être un lieu de retrouvailles des djihadistes du Daguestan. Et elle n’avait pas été fermée…

Anis Mari Mosquée Jour Attentat

Eric Denecé Alep

Eric Denecé : « On se fait rouler dans la farine avec Alep »

22/12/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Invité par Yves Calvi sur le plateau de LCI, Eric Denecé l’affirme : « On se fait rouler dans la farine avec Alep. » Or Eric Denecé n’est pas n’importe qui : il est le directeur du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Parlant de « falsification de l’information qui est énorme » au sujet de la Syrie, il précise qu’il n’y a qu’un tiers de la ville d’Alep qui est victime de bombardements, la partie depuis laquelle les djihadistes tirent sur les quartiers chrétiens depuis des années, « ce dont on ne parle jamais ». « Pour un jeune djihadiste aujourd’hui, explique-t-il, la façon dont les médias occidentaux présentent la crise d’Alep est un motif pour passer à l’action. »

Il ajoute notamment :

« Nos médias en France sont un peu suivistes du mainstream médiatique qui est impulsé et imposé par les médias anglo-saxons et par les médias arabes. »

Pompiers Montréal

A Montréal, trop de pompiers blancs

Fin novembre, l’Association des pompiers de Montréal lançait un cri d’alarme en apprenant les coupures infligées par l’administration Coderre [Denis Coderre est maire de Montréal] au Service incendie de la ville, coupures qui affecteront inévitablement l’efficacité du service. Cette semaine, l’administration Coderre s’est finalement occupée du cas des pompiers : pas pour régler les problèmes criants de manque d’effectifs et de ressources, mais pour parler diversité, ou plutôt de manque de diversité.

La ville, qui se targue de n’avoir engagé au cours des dernières années que 30 % d’hommes blancs sans handicap pour combler ses postes de professionnels et cols blancs, juge la situation des pompiers problématique. Seulement 2,4 % des pompiers seraient issus d’une minorité visible et au total il n’y aurait que 1,3 % de femmes. Pour une ville dont 31,4 % des professionnels scientifiques sont issus des minorités, il s’agit évidemment d’une situation qui mérite correctif.

Le « Plan d’action pour la diversité en emploi » mis en place il y a de cela quelques années – un plan de « discrimination positive » –, semble fonctionner pour divers types d’emplois, mais pas pour les pompiers dont les critères d’embauche sont encore trop liés à la qualité et aux compétences. Si n’importe qui peut devenir un fonctionnaire de la Ville de Montréal, devenir un pompier est une autre paire de manches. Aucun plan concret pour favoriser le grand remplacement des pompiers n’a été déposé pour l’instant, mais la ville aimerait qu’ils suivent l’exemple de la Société des transports de Montréal qui a vu le nombre de minorités passer de 7 % en 2007 à 17 % en 2017.

Le directeur adjoint de l’Institut de protection contre les incendies du Québec, Luc Turgeon, a quant à lui tenu à commenter en certifiant qu’il n’y aurait aucune « discrimination positive » pour l’entrée à l’Institut ou au niveau de l’obtention des diplômes, seule la compétence continuera de primer.

Franck Deletraz

Article paru dans Présent daté du 23 décembre 2016

Attentat de Berlin : Chasse à l’homme en Europe pour arrêter le terroriste Anis Amri

22/12/2016 – EUROPE (NOVOpress)
A la Une de la presse française, aujourd’hui, l’avis de recherche diffusé hier à l’encontre du Tunisien Anis Amri, le suspect numéro 1 de l’attentat de Berlin.

Libération annonce une «traque en Europe», rappelant que le gouvernement allemand promet d’offrir 100 000 euros à toute personne fournissant des informations permettant l’arrestation de ce jeune homme de 24 ans – un migrant en situation irrégulière, qui était arrivé en Allemagne en juillet 2015, et était dans le collimateur des services de renseignement depuis plus d’un an, son nom figurant sur le fichier des 949 personnes considérées «menaçantes», susceptibles de passer à l’acte, pour ses «liens présumés avec l’organisation Etat islamique» – une liste équivalente au fichier S français, selon Libé, qui raconte qu’Anis Amri aurait été démasqué par une erreur similaire à celle commise par le commando de Charlie Hebdo: après avoir tout simplement laissé dans la cabine du camion un titre de séjour provisoire, établi à son nom par les autorités allemandes, dans l’attente de son expulsion.

Celles-ci ont échoué à l’arrêter à temps, ce qui signifie que leur système comporte des «failles», selon le Parisien, qui se demande pourquoi Anis Amri, qui avait préparé un braquage pour se procurer des armes automatiques «et sans doute commettre un attentat avec l’aide de complices», d’après le procureur général allemand, n’a pas été «mieux surveillé». Par «manque de personnel», disent les syndicats de police.

«L’Allemagne, qui s’était longtemps crue épargnée, se découvre aussi vulnérable que ses voisins», écrit le Figaro, annonçant que «Berlin découvre, (depuis lundi), l’ampleur de la menace islamiste» – une «menace» qui aurait grandi depuis l’engagement de l’Allemagne au sein de la coalition anti-groupe Etat islamique, d’après le journal, qui explique aussi que les djihadistes, «en installant le doute sur l’accueil des réfugiés», ont «atteint leur objectif»: «terroriser» la population, effrayée de se découvrir infiltrée par des individus ayant souvent emprunté les mêmes routes que les réfugiés.


Berlin Attentat 2

Le cerveau des attentats islamistes arrêté !

22/12/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Le cerveau des attentats terroristes islamistes aurait été arrêté ! Il répondrait au nom de Merkel et se prénommerait Angela. C’est du moins ce qu’affirme Karim Ouchikh, conseiller régional d’Ile-de-France et président du Siel (Souveraineté, Identité et Libertés).

Mensonges migrants

Comment répondre aux mensonges autour des migrants

22/12/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Répondre aux mensonges autour des migrants sur la question du terrorisme islamique : tel est le but de l’argumentaire que vient de produire le mouvement Les Identitaires. Il n’y a pas de lien entre le terrorisme islamiste et les migrants ? Faux, répond Les Identitaires, rappelant que

les deux kamikazes irakiens du Stade de France lors des attentats du 13 novembre 2015 se sont introduits en Europe en se mêlant au flux de clandestins grâce à de faux passeports syriens.

Ou encore que

le dernier compagnon de cavale de Salah Abdeslam (membre du commando islamiste du 13 novembre), blessé et arrêté en même temps que lui le 18 mars 2016 à Molenbeek s’est introduit en Europe le 20 septembre 2015 par l’île grecque de Léros grâce à un faux passeport syrien.

« Le 24 juillet 2016, lit-on encore, un demandeur d’asile syrien en Allemagne se fait sauter avec une ceinture explosive et blesse 12 personnes à Ansbach. Mohammad Deleel, membre de l’Etat islamique depuis plusieurs années, présent depuis deux ans en Europe, était venu s’y faire soigner après avoir été blessé au combat puis avait décidé de commettre un attentat. »

Un argumentaire à télécharger ici.

Argu Mensonges Migrants

Chute Alep

Libération d’Alep : la formidable désinformation occidentale

Alors que la libération d’Alep occupée par les rebelles s’achève, les États-Unis et leurs alliés lancent un combat d’arrière-garde à l’ONU et manipulent l’opinion occidentale par une formidable campagne de désinformation dont « l’humanitaire » est le moyen. Objectif : cacher la nature des rebelles et la responsabilité de la guerre.

Il ne s’agit pas d’oublier que les Assad ne sont ni des saints ni des démocrates. Il ne s’agit pas de nier non plus que Poutine a ses propres intérêts en Syrie, et qu’il tient par ailleurs sa partie dans le formidable jeu de rôle de la course au mondialisme – ou de faire du Turc Erdogan, qui a passé avec Moscou un accord bien improbable sur une évacuation partielle d’Alep, un aimable philanthrope. Il s’agit de constater deux choses : c’est la coalition occidentale menée par les Anglo-saxons qui a lancé la guerre en 2011 en parrainant les rebelles, et c’est parce qu’elle est en train de perdre une gigantesque bataille à Alep qu’elle joue depuis des mois sur la corde sensible de l’humanitaire.

La libération d’Alep, une défaite de l’Occident travestie en catastrophe humanitaire

Les chiffres cent fois répétés et jamais vérifiés (non vérifiables) d’exactions contre les civils, la « plus forte catastrophe humanitaire depuis la seconde guerre mondiale » (l’expression commence à s’user), ont pour but de masquer une question simple : pourquoi y a-t-il des combats à Alep et en Syrie ? La réponse est simple : parce que des groupes formés, armés, financés par l’Amérique, la Grande Bretagne et la France ont entrepris depuis 2011 de renverser Bachar El Assad. Que ces groupes soient constitués dans leur immense majorité d’islamistes sanguinaires ne gênait pas naguère les gouvernements de la coalition occidentale. Laurent Fabius parlait alors du « bon boulot » d’Al Nosra. La déstabilisation de la Syrie, lancée dans la foulée des printemps arabes, était un objectif politique qui justifiait l’emploi massif de propagande et de désinformation.

La désinformation occidentale prend modèle sur la propagande communiste

Le piquant de l’affaire est qu’elle a repris quarante ans après, en l’inversant, les méthodes et la terminologie du Nord Vietnam communiste lors de la « libération » de Phnom Penh et Saigon. J’utilise à dessein le mot libération puisqu’il fut repris par la grande presse française à l’occasion de la chute de Phnom Penh et qu’il demeure utilisé aujourd’hui pour parler de Saigon. Or, dans les deux cas, il s’agissait d’une conquête par l’armée nord-vietnamienne. Mais, dans les deux cas, les officines de désinformation viet-minh et leurs relais dans la presse occidentale avaient imposé leur phraséologie. On parlait du « régime » de Thieu comme on parle aujourd’hui du « régime » d’Assad pour les délégitimer et légitimer leurs ennemis, on monte en épingle les « crimes » que les fantoches (ou leurs alliés : à l’époque, américains) peuvent commettre, etc. Or, il s’agit dans les deux cas d’une désinformation totale, et même d’une inversion simple.

Autant que les massacres et les rééducations qu’imposèrent les Nord-vietnamiens hier, la fuite des boat people prouva que le Sud, loin de se libérer, refusait la conquête du Nord. Et aujourd’hui, tous ceux qui sont allés sur place constatent que les populations craignent et haïssent les rebelles. La coalition occidentale a provoqué une guerre qui a fait des centaines de milliers de morts et sert à justifier l’afflux d’immigrés prétendument réfugiés sur le sol européen, c’est un crime horrible et une erreur formidable : elle se justifie en reprochant à un dirigeant local pas pire qu’un autre des « crimes » nécessairement liés à la guerre.

Pauline Mille

Texte repris du site de la Fondation Polémia

FPÖ Russie Unie

Le FPÖ autrichien signe un accord de coopération avec Russie Unie

21/12/2016 – MOSCOU (NOVOpress avec le blog de Lionel Baland: Le FPÖ autrichien a signé avant-hier à Moscou une convention avec Russie Unie, le parti de Vladimir Poutine actuellement présidé par Dmitri Medvedev. La signature a eu lieu en présence, côté russe, du vice-président de la Douma Petr Tolstoy, du secrétaire général adjoint du Conseil de direction de Russie Unie Sergey Zheleznyak et d’autres députés et représentants politiques. Le FPÖ était représenté par le président du parti Heinz-Christian Strache, sa femme Philippa, le candidat malheureux à l’élection présidentielle Norbert Hofer, Harald Vilimsky, vice-président du groupe Europe des Nations et des Libertés au Parlement européen, Johannes Hübner, David Lasar, Johann Gudenus, Detlev Wimmer.

Heinz-Christian Strache a estimé qu’un rapprochement entre les États-Unis de Donald Trump et la Russie de Vladimir Poutine serait particulièrement important afin de trouver une solution diplomatique aux conflits en Syrie et en Crimée, et de mettre fin aux sanctions dommageables et inutiles prises contre la Russie.

Sergey Zheleznyak s’est réjoui en ces termes :

« Quand les politiciens français font une politique pour les Français et quand les politiciens autrichiens font une politique pour les Autrichiens, c’est une bonne politique. »

Le sabotage de l’élection officielle de Trump : c’est raté

Trump NoëlA trois reprises, ils auront avidement cherché à barrer la route de la présidence à Donald Trump en démonétisant le personnage, en torpillant sa campagne. Ce fut d’abord durant les semaines précédant la convention républicaine, en juillet, dans l’Ohio, pour l’empêcher de monter sur le podium en vainqueur des primaires. Ce fut ensuite lors de l’ultime ligne droite avant l’élection du 8 novembre, en lâchant à ses trousses une presse haineuse qui dépassa toutes les bornes de la désinformation et de l’intoxication. Ce fut enfin, lundi 19 décembre, pendant la dernière opération de ce long processus électoral qui consista à permettre à chacun des « grands électeurs » de se prononcer en son âme et conscience pour le candidat républicain, la candidate démocrate ou pour tout autre individu. Trois tentatives de sabotage : trois échecs. L’establishment gaucho-libéral, les spadassins patentés du globalisme et les apatrides de Wall Street ont cette fois définitivement perdu la partie. Elle aura duré un an, presque jour pour jour.

Lundi dernier, le Collège électoral, une création qui remonte à 1787, s’est réuni au grand complet à travers tout le pays. Il y eut, répartis et mobilisés dans les enceintes législatives des cinquante Etats – ainsi que dans le District of Columbia qui recouvre la capitale, Washington – 538 notables que l’on appelle en la circonstance des grands électeurs et qui appartiennent aux deux principales formations politiques. Chaque Etat et le District furent très précisément dotés du nombre de ces grands électeurs correspondant à leur poids spécifique dans l’Union fixé une bonne fois pour toutes : à titre d’exemple, Washington en a trois, le Maine quatre et la Floride vingt-six. Mais pourquoi 538 grands électeurs ? C’est le nombre total des représentants (435) et des sénateurs (100) au Congrès, auquel on ajoute trois de plus pour Washington. Lundi, ils ont voté. En temps normal, ce vote n’aurait été qu’une formalité. Mais, l’exceptionnalisme couronnant cette année électorale 2016, le suspense dura jusqu’au soir.

En principe, les grands électeurs se doivent de voter pour le candidat ayant remporté l’Etat auquel ils sont liés. Logique : ces notables n’apparaissent après tout que comme les hérauts de l’expression populaire. En théorie, on ne les crédite d’aucun état d’âme, d’aucun choix personnel. En théorie seulement, et c’est bien là le problème. Ni la Constitution, ni la loi fédérale ne les obligent à se soumettre aux résultats, Etat par Etat, de l’élection présidentielle. Devant ces urnes typiques du fédéralisme américain, ils sont libres de redistribuer les cartes et de faire d’un vainqueur un vaincu.

C’est dans cette originalité, voulue par les Pères fondateurs, que se sont engouffrés les ennemis de Trump. Celui-ci a obtenu, le 8 novembre, 306 grands électeurs alors que 270 lui auraient suffi pour entrer à la Maison Blanche. La tentative de sabotage dont il fut victime consista à convaincre 37 grands électeurs républicains de voter pour toute personne autre que lui. Dans cette opération indigne d’un grand pays mais très adaptée à « leur » démocratie, la plus infecte panoplie fut déployée : intimidations, menaces de mort, corruption, manifestations… Tout parut bon pour délégitimer Trump. Durant cette épreuve, la confiance du New-yorkais resta de bronze. Il perdit deux grands électeurs seulement dans cette misérable offensive. Comble d’ironie : Hillary Clinton en perdit deux fois plus.

Christian Daisug

Article paru dans Présent daté du 22 décembre 2016

Bruno Larebière Fachosphère

Débat Jean-Yves Le Gallou-Bruno Larebière : La réinfosphère : mythe ou réalité ?

21/12/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Après la parution de La Fachosphère, le livre de David Doucet et Dominique Albertini, respectivement journaliste aux Inrocks et à Libération, Jean-Yves Le Gallou, président de la Fondation Polemia et Bruno Larebière, journaliste indépendant, débattent autour du terme de “réinformation”.

Si pour Jean-Yves Le Gallou, la réinformation est devenue un contre-pouvoir, Bruno Larebière considère que ce concept n’existe pas… et qu’il s’agit finalement que de journalisme d’opinion, sans investigation.



Miss France 2017 ou « matez ma métisse » en prime time sur TF1

Minute Miss France21/12/2016 – FRANCE (NOVOpress) : « Cinq finalistes pour l’édition 2017 de Miss France, cinq métisses ! Carton plein ! », écrit l’hebdomadaire Minute, qui fait sa une sur ce concours placé sous le signe de Mélissa, la chanson de Julien Clerc : « Ouh ! Matez ma métisse ! » Extraits de ce dossier, qui porte aussi sur l’opacité de cette grand-messe annuelle organisée par Endemol et par TF1.

« La gagnante du concours Miss France 2017 a donc été Mademoiselle Alicia Aylies, soit Miss Guyane. Vive la Guyane ! Et la Martinique… Quand France Guyane s’esbaudissait : “Une Guyanaise devient Miss France pour la première fois !“, France Antilles titrait plus justement : “Alicia et l’Outre-mer rayonnent à Miss France“. Cette “beauté créole“, comme dit La 1ère, la chaîne outre-mer de France Télévisions, est née à Fort-de-France, chef-lieu de La Martinique, de père et de mère martiniquais.

Première dauphine : Aurore Kichenin. Lors de son élection comme Miss Languedoc-Roussillon, en août dernier, un journal a titré : “Une Réunionnaise élue Miss Languedoc-Roussillon 2016“. Quand elle a intégré la compétition nationale, un autre s’est réjoui qu’il y ait deux Miss Réunion en lice : “Aurore Kichemin, “l’autre Miss Réunion“.“ Car son père est natif de La Réunion. Sa mère, c’est autre chose : elle est russo-polonaise. On en parle moins…

Aurore Kichenin est sympathique et jolie mais le Comité Miss France devrait quand même surveiller sa page Facebook. Pour quelqu’un qui pourrait être appelé à remplacer Miss France si celle-ci était empêchée, “nous avons eu la chance de nous envolées pour la Réunion“ ou “j’ai vécue une aventure incroyable“, ça fait tache.

Deuxième dauphine : Vaea Ferrand, Miss Tahiti. Troisième dauphine : Morgane Thérésine, Miss Guadeloupe. »

Et, fermant la marche des dauphines, Miss Lorraine. Une Miss Lorraine… antillo-africaine :

« Miss Lorraine 2017 s’appelle Justine Kamara et peut se flatter d’être issue de l’union d’un père guinéen et d’une mère lorraine née de père guadeloupéen. Avant de postuler à Miss France, Justine Kamara avait été élue Miss Tropiques, un label du “vivre ensemble“ et de la “diversité“ créé par Joseph Kamara… son père ! Le restaurateur de Nancy à l’enseigne de La Maison des Tropiques – “Et si on mangeait africain ?“ – est aussi manager. »

Comme l’écrit Minute, avant de se pencher sur les conditions de sélection des candidates :

« Des Miss sans origine ultra-marine, y’en avait pas en catalogue ? »

maria-ladenburger-739620

Allemagne : le meurtrier « afghan » de Maria avait déjà été condamné en Grèce

C’est une information compromettante de plus pour Angela Merkel et sa décision prise en septembre 2015 d’ouvrir les frontières aux « réfugiés » ayant emprunté la route des Balkans. Le « réfugié » de 17 ans qui a avoué le viol et le meurtre, le 16 octobre dernier à Fribourg, de Maria Ladenburger, fille d’un haut fonctionnaire de l’UE favorable à l’accueil des « migrants », avait déjà été condamné en Grèce en mai 2014 à dix ans de prison pour un vol avec tentative de meurtre. A l’époque, il avait déjà 17 ans et était Iranien !

Les autorités grecques l’ont formellement reconnu sur la base des empreintes digitales envoyées par l’Allemagne, ce qui a été officiellement confirmé mercredi par le ministre de l’Intérieur allemand, Thomas de Maizière. La presse allemande a également révélé que Hussein K., le meurtrier-violeur, avait aussi été reconnu par l’avocate qui l’avait défendu après qu’il avait, en mai 2013 sur l’île de Corfou, poussé du haut d’une falaise une jeune femme de 20 ans. Hussein K. aurait encore été reconnu, toujours d’après les médias allemands, par deux demandeurs d’asile sur la base de photographies du criminel.

Les Allemands se demandent aujourd’hui pourquoi la Grèce a libéré le 30 octobre 2015 ce dangereux criminel étranger, lui imposant seulement de se présenter une fois par mois à la police. Il semblerait que Hussein K. ait bénéficié d’une loi passée en avril 2015 pour faire face à la surpopulation des prisons. Une loi qui permettait la libération anticipée des condamnés mineurs écopant d’une peine de 10 ans de prison maximum. Une autre question qui se pose, c’est de savoir pourquoi les Grecs n’ont pas lancé de mandat d’arrêt international quand il a disparu des radars.

Profitant des frontières grandes ouvertes, Hussein K. a ainsi pu se présenter sans être inquiété le 12 novembre 2015 à la police de Fribourg pour demander l’asile. Il n’avait pas de papiers, mais le contrôle des empreintes digitales dans le système européen Eurodac (la base de données de l’UE avec les empreintes digitales des demandeurs d’asile) n’ayant rien donné, il a été autorisé à rester en Allemagne sur la base de ses déclarations. Sans l’extrême légèreté des dirigeants grecs et allemands, Maria Ladenburger serait encore en vie aujourd’hui.

Olivier Bault

Article paru dans le quotidien Présent