Libye : David Lasar, membre du FPÖ, est allé rendre visite à Kadhafi

Libye : David Lasar, membre du FPÖ, est allé rendre visite à Kadhafi

18/07/2011 – 14h30
VIENNE (NOVOpress) – « Die Presse » a rapporté samedi que le conseiller viennois FPÖ David Lasar se serait rendu en Lybie à la demande du chef du Parti autrichien de la liberté, Heinz-Christian Strache. « Je ne suis pas le genre d’homme politique à rester le nez plongé dans ses dossiers, j’aime aller au contact » a déclaré l’intéressé au journal dans le cadre d’une interview.

Le conseiller municipal de la ville de Vienne a donné le 15 juillet dernier une conférence de presse dans la capitale libyenne, au cours de laquelle il a, au nom de Heinz-Christian Strache, exhorté l’OTAN à mettre fin à ses bombardements. « Les belligérants doivent s’asseoir à une table de négociation pour trouver une solution. Les bombardements peuvent continuer encore longtemps, Tripoli ne tombera jamais sans le déploiement de troupes au sol ».

L’émissaire du FPÖ serait d’abord passé par la Tunisie avant de gagner la Libye par la route. Saïf al-Islam Kadhafi lui aurait assuré entre quatre yeux qu’il était prêt à négocier avec l’OTAN, a déclaré M. Lasar. Le fils de Mouammar Kadhafi aurait exigé en échange du représentant du FPÖ la fin des bombardements aériens sur les troupes fidèles au régime libyen.

Lasar a déclaré à « Die Presse » avoir été horrifié par les attaques de l’OTAN. « Les destructions dont l’OTAN s’est rendue coupable ici sont inimaginables ». Il s’est proposé pour jouer le rôle de médiateur.

Une brève rencontre seulement

Saïf al-Kadhafi se serait, selon « Die Presse », montré particulièrement curieux de savoir pourquoi un visiteur venant de Vienne a entrepris un voyage aussi périlleux pour venir en Libye. L’entretien avec le fils Kadhafi aurait été très bref. « Il bouge sans cesse afin de déjouer les attentats ». Lasar a déclaré ne craindre en rien que son action ne soit instrumentalisée par le régime libyen à des fins de propagande.

L’agence Autrichienne de presse APA n’a pas pu joindre hier soir le Leader du FPÖ Heinz-Christian Strache. Quant au directeur de la section viennoise du FPÖ, Johann Gudenus, il a confié à APA « ne disposer d’aucune information » sur cet événement.

La haine secrète qu’entretient le Pakistan à l’égard de l’Inde

La haine secrète qu'entretient le Pakistan à l'égard de l'Inde

18/07/2011 – 14h30
PARIS (NOVOpress) – Les médias français répètent tant et plus que les musulmans sont compatibles avec la République et que l’islam est une religion comme les autres. Les élites de gauche, comme Emmanuel Todd, reprennent également cette antienne pour dénoncer tous ceux qui contestent l’idéologie officielle de l’assimilationnisme. Comment prouver qu’ils ont tort ? Comment démontrer que la République, machine à fabriquer des Français, est un mythe ? Que le système ne fonctionne, tant bien que mal, que dans la mesure où les Français sont encore majoritaires ?

Une des solutions consiste à se tourner vers des pays qui ont connu des minorités musulmanes puissantes afin de voir si dans ce contexte les musulmans se sont comportés comme de bons citoyens et si l’islam a vraiment été une religion comme les autres.

Dans le Wall Street Journal, l’écrivain indien Aatish Taseer, le fils du gouverneur pakistanais Salman Taseer, récemment assassiné par un islamiste, a publié une intéressante tribune pour expliquer les raisons de la haine que les Pakistanais ressentent à l’égard de l’Inde.

En partant des relations difficiles du fils d’un Pakistanais et d’une Indienne, l’auteur analyse les raisons qui ont conduit à la partition de l’Inde et la création d’un État musulman.

Comme avant lui V. S. Naipaul dans son livre Crépuscule sur l’Islam puis Jusqu’au bout de la foi, Aatish Taseer met en lumière l’impossibilité pour les musulmans de se contenter d’être une religion parmi les autres. En Inde, dès 1930, écrit-il, les musulmans ont désiré la création d’un État à eux où ils pourraient vivre selon les préceptes de leur religion. En dépit de leurs divergences, les musulmans soutenant ce projet s’accordaient au moins sur un point : ce nouvel état ne serait ni pluraliste ni tolérant.

La partition, finalement acceptée et mise en pratique par les Britanniques en août 1947, s’est vite transformée en drame car les musulmans ne voulaient pas de non musulmans parmi eux. Cette politique de nettoyage ethnique a conduit à l’exode massif d’hindous et autres minorités vers l’Inde qui à son tour a suscité des violentes représailles.

Le nouvel État, islamiquement pur, a cherché par tous les moyens à se détacher de la culture du sous-continent indien. De la manière de s’habiller aux fêtes populaires, tout se qui rappelait l’Inde d’avant la partition a été suspecté d’impureté. Pour effacer ce passé rejeté, le Pakistan a voulu à se doter d’une nouvelle culture purement musulmane en cherchant son inspiration dans le monde arabe.

Malheureusement, s’il était possible d’ignorer le passé commun avec l’Inde, il était difficile de faire abstraction de l’immense voisin infidèle, innondant la société pakistanaise de ses productions culturelles, de ses chanteurs populaires aux films produits à la chaîne par Bollywood.

La faillite de l’État pakistanais, incapable de gérer pacifiquement une seule transition politique, contrastait puissamment avec la vigoureuse démocratie indienne. La croissance de l’Inde à partir des années 1990 a choqué un Pakistan englué dans une interminable faillite économique. Aatish Taseer insiste sur le mal être des Pakistanais, forcés d’admettre la réussite économique et culturelle d’un voisin qu’ils abhorrent parce que sa seule existence est un affront à leur religion.

Cette détestation de l’Inde imprègne toute la société pakistanaise, de ses élites éduquées aux classes les moins instruites. Elle explique la complaisance des autorités pakistanaises à l’égard des terroristes islamistes qui frappent en Inde, pas plus tard que le 13 juillet dernier à Mumbai. La lecture de l’analyse de Aatish Taseer doit nous inciter à reconsidérer l’analyse des populations musulmanes qui résident en France à la lumière de l’expérience des pays comme l’Inde qui nous ont précédés dans cette douloureuse expérience.

Ce sont des hommes comme Aatish Taseer ou V. N. Naipaul qui peuvent dessiller les yeux des Européens. Encore faut-il que nos compatriotes aient le courage de sortir la tête du sable. Le livre de Aatish Taseer dans lequel il relate son expérience personnelle, Étranger à mon histoire, a été publié en 2009 par Buchet-Chastel.

Crise de la dette : la position identitaire

Crise de la dette : la position identitaire

[box class=”info”] Par Philippe Milliau, membre du bureau exécutif du Bloc Identitaire[/box]

Le contexte de la crise des dettes dites souveraines, et qui paraît s’emballer, comporte plusieurs causes profondes.

La plus fondamentale est celle de l’habitude de la fuite en avant, celle qui ne permet de réaliser des équilibres budgétaires que dans le cadre d’une double croissance, économique et démographique.

Or, nolens volens, il faudra bien que le monde s’habitue à une double décroissance ou pour le moins à une double a-croissance. En effet, qui peut sérieusement penser que notre planète continuera à empiler un milliard d’humains de plus tous les treize ans comme elle le fait depuis le milieu du siècle dernier ?

Qui peut sérieusement envisager une croissance continuelle qui mènerait à un mode de vie à l’américaine pour dix milliards d’hommes en 2050 ? Les ressources de quatre planètes y suffiraient à grand peine…

Il FAUDRA donc bien que les collectivités publiques, comme les ménages, révisent leurs façons de faire, et parlons clair, leur train de vie… Il FAUDRA bien que les pays (voire les continents entiers, comme l’Afrique) qui n’ont pas achevé leur transition démographique la réalise au plus vite et par tous moyens utiles.

La seconde cause majeure est celle de la dictature des marchés financiers, qui sont aujourd’hui, bien plus que les puissances politiques, les maîtres de nos destinées. Leur bras armé : les trois agences de notation anglo-saxonnes. Notons au passage que si la Chine vient de créer son agence, l’Europe ne s’est toujours pas résolue à cette nécessité. Deux conséquences pratiques : des taux d’emprunt à long terme qui varient de 3 % à 17 % (cas actuel de la Grèce, avec même des pointes à 31 % !). Et comme ce sont les notes décernées par les agences qui dictent le taux… Le taux des USA reste au plus bas, celui de la Grèce au plus haut. Ils sont pourtant, au regard de leurs finances publiques dans une situation quasi identique… A noter, plus grave encore, que si le reproche fait à la Grèce d’avoir caché voire trafiqué les comptes publics est fondé, les USA qui n’ont pas provisionné des obligations douteuses, ni comptabilisé à plein programmes de relance ou déficits, ont une situation réelle probablement bien pire, et sur une autre échelle !

La troisième est le fait d’une Communauté européenne qui se trouve dans la situation du milieu du gué; l’eau monte, et certains crient « retour en arrière toute, revenons sur la rive que nous avons quittée », d’autres « il est plus que temps d’avancer vite vers l’autre rivage ». Oui, il est aberrant d’avoir une monnaie unique dans un continent dépourvu de toute souveraineté politique; oui il est absurde de laisser des divergences macro économiques profondes se creuser entre pays européens; oui, il est ridicule d’avoir un budget communautaire de l’ordre de 1 % du PNB, incapable d’assurer les nécessaires convergences économiques, fiscales, stratégiques et sociales entre pays de l’Eurogroupe au moins (ceux qui sont en zone euro).

La Grèce a été mal gérée. Lorsqu’une collectivité locale est en France dans ce même cas, que fait-on ? La puissance publique (le préfet, et non les marchés !) place sous tutelle, restructure la dette à bas taux et restaure, après un audit approfondi, une situation compromise. Rappelons que plus de la moitié de la dette Ggrecque est maintenant causée par les taux d’intérêts exorbitants prélevés par les marchés…

Ne nous le cachons pas : nous sommes sur un baril de poudre. Les intérêts mondialisés sont tellement croisés, l’interdépendance tellement forte que personne ne veut allumer la mèche et faire sauter l’édifice. Alors, il est politiquement correct de dire que tout compte fait, c’est une bonne chose que cette dépendance de chacun vis-à-vis de tous. Voire : un accident est si vite arrivé, et l’on s’aperçoit alors un peu tard que le bateau qui ne coule pas est celui qui est capable de rendre étanche une partie de ses compartiments, pas celui du mondialisme qui n’en comporte plus qu’un seul. Sans doute est ce la raison pour laquelle la Chine comme les USA ont conservé certains moyens d’indépendance, tout en préconisant aux autres de les abandonner méthodiquement.

Quelles issues possibles ? Première question : où se situera l’épicentre d’un séisme qui est de plus en plus probable ? Les Anglo-saxons font tout pour que ce soit en Europe, raison pour laquelle leur presse financière, leurs agences de notation, leur establishment et leurs valets nous balancent des torpilles successives et de plus en plus fortes et rapprochées à mesure que leur situation empire. Grèce, Irlande, Portugal, et en mode récent et plus redoutable par la dimension, Espagne et Italie.

Un pouvoir médiatique et politique digne de ce nom aurait répliqué Californie, Ohio, New York, et plafond de la dette US relevé 74 fois en 10 ans… Clairement, ils jouent l’effritement de l’Euroland, jusqu’à la fin de la timide concurrence que l’euro commence à faire au dollar. Ils sont aidés par l’impuissance des instances européennes, conséquence prévisible des freins permanents que les gouvernements des États-nations placent devant toute marche en avant d’un véritable empire fédéral européen. Le maintien de ces rétractions nationales, aidées hélas par certaines positions de courants populistes, signifieraient la sortie durable des Européens de l’histoire du monde.

Mais, en fait rien, n’est joué. Il suffit pour s’en convaincre de voir les résultats d’un récent sondage dans lequel nos concitoyens s’exprimaient massivement en faveur d’un protectionnisme à l’échelle continentale.

En symbiose donc avec le peuple, les Identitaires français et d’autres pays d’Europe vont intensifier leurs campagnes et propositions en ce sens. Signature d’un nouveau pacte de stabilité en Eurozone, et limitation d’adhésion à ceux qui le respectent. Impossibilité constitutionnelle de proposer l’entrée de pays non-européens. Ministre des Finances européen disposant des outils d’investigation nécessaires. Augmentation significative du fonds de secours financier, et création d’eurobonds, pour dégager les dettes souveraines des griffes des marchés. Rigueur budgétaire en contrepartie de vastes projets et d’une véritable Europe identitaire et puissante, porteuse de rêves et d’espoirs; interdiction de vente du patrimoine (par exemple celui qu’incarne l’un des plus grandioses sites sacrés de notre culture, le Parthénon). Détaxation de la proximité, et barrières douanières aux frontières de l’Europe. Véritable souveraineté européenne sur la monnaie, les technologies stratégiques et de défense, sécurisation des approvisionnements énergétiques en partenariat Europe/Russie. Et bien évidemment montée en puissance du budget européen par contrepartie de la baisse corrélative des budgets nationaux.

Oui, notre triple identité est locale par notre vie concrète, nationale par l’histoire et la langue, et européenne par la civilisation et la puissance. Pour cette dernière, les incantations ne suffisent pas, il faut aussi s’en donner des moyens. De cette crise les Identitaires proposent de sortir par le haut.

L’histoire ne repasse pas les mêmes plats…

Un adolescent « britannique » tué à la tête d’une unité islamiste en Somalie

Un adolescent « britannique » tué à la tête d’une unité islamiste en Somalie

18/07/2011 – 13h00
LONDRES (NOVOpress)  — L’information est disponible depuis une semaine mais elle était passée inaperçue jusqu’à ce que le Sunday Mirror, édition dominicale du tabloïd Daily Mirror, lui consacre un article hier.

Le 11 juillet, le forum islamiste Ansar al-Mujahideen English Forum a publié un long message en anglais par « le frère moudjahid Abu Yaser al-Maqdishy », qui exalte les combattants islamistes tombés en Somalie et exhorte tous les musulmans à venir les remplacer. Au milieu d’appels ressassés au djihad contre tous les ennemis d’Allah, « les sionistes et les croisés », on trouve un passage sur « les nombreux pionniers du Tawhid » qui « sont partis avec un aller simple pour le paradis promis ». « L’un d’entre eux était un frère adolescent qui renonça à profiter de sa jeunesse parmi les plaisirs du Royaume Uni. Il décida de chercher les plaisirs d’Allah et l’appréciation de Sa divine Majesté pour son combat, c’est pourquoi il émigra vers la région du djihad somalien, reçut un entraînement, combattit, et fut finalement tué au service de son Bien Aimé, Allah, le Glorifié et l’Exalté. Il était le chef de notre unité, mais ce n’était pas un chef ordinaire. »

Le Mirror qualifie Abu Yaser al-Maqdishy de « seigneur de la guerre d’Al-Qaida », et affirme qu’« Al-Qaida a refusé de donner plus de détails pour essayer d’empêcher les forces de sécurité britannique de mener une enquête ». Mais « la Somalie est devenue le plus grand camp d’entraînement mondial pour terroristes et les experts estiment qu’il y a actuellement une centaine de Britanniques qui s’y entraînent et y combattent ».

Le Mirror n’est certes pas une source bien fiable, mais les télégrammes diplomatiques Wikileaks, analysés par le beaucoup plus sérieux Daily Telegraph, avaient révélé en février que la Somalie était en passe de remplacer le Pakistan comme centre de formation des terroristes islamiques (à passeports) britanniques. Le gouvernement anglais prend très au sérieux le risque d’attentats terroristes de la part de « Somaliens britanniques » radicalisés, partis en Somalie pour y recevoir « endoctrinement et formation » puis rentrés en Grande-Bretagne pour se livrer au terrorisme. Bon nombre d’habitants de la région sont titulaires d’un passeport britannique. Beaucoup de jeunes « Somaliens britanniques » sont envoyés sur place par leurs familles pour les « redresser ». « On croit en outre qu’il y a une certaine activité de “tourisme djihadique” en Somalie du Sud de la part de citoyens britanniques d’origine ethnique somalienne ».

C’est dans ce contexte que la Cour européenne des droits de l’homme vient d’interdire au Ministère de l’Intérieur britannique de renvoyer dans leur pays deux criminels somaliens, Abdi Sufi, 24 ans, qui a fait l’objet d’au moins dix-sept condamnations pour, entre autres, cambriolage, fraude, exhibitionnisme et menaces de mort depuis son entrée illégale au Royaume Uni, il y a huit ans, et Abdiaziz Elmi, 42 ans, condamné à de multiples reprises pour trafic de drogue et vol. Selon la Cour européenne des droits de l’homme, renvoyer ces individus en Somalie serait une violation de l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme qui interdit « les traitements inhumains ou dégradants ». La raison invoquée est que la Somalie « est un pays trop dangereux pour qu’on les y renvoie » bien que le Ministère de l’Intérieur britannique ait fait remarquer qu’il y avait des parties de la Somalie où les deux hommes pouvait vivre en sécurité.

Le jugement va faire jurisprudence pour 214 autres Somaliens, dont les deux-tiers sont des criminels, qui avaient fait appel contre leur expulsion, et qui vont donc pouvoir rester paisiblement en Grande-Bretagne.
À moins que certains n’entendent l’appel au djihad du frère moudjahid Abu Yaser al-Maqdishy ?

L’Etat français une nouvelle fois condamné pour l’état de ses prisons

L'Etat français une nouvelle fois condamné pour l’état de ses prisons

18/07/11 – 12h30
PARIS (NOVOpress)
– Le tribunal administratif de Versailles a condamné l’Etat à indemniser deux hommes, détenus dans les maisons d’arrêt de Nanterre (Hauts-de-Seine) et de Bois d’Arcy (Yvelines), constatant des manquements dans les conditions de leur détention.

Le Tribunal a constaté la non-conformité des conditions de détention avec les exigences européennes en la matière.

Système de ventilation hors service quasiment depuis la mise en activité de la maison d’arrêt – soit environ 25 ans –, toilettes situées dans un réduit non entièrement cloisonné, lavabos des cellules dépourvus d’eau chaude, superficie réelle des cellules inférieure à 9 m2… La liste des manquements constatés est fort longue.

L’Etat français a déjà été condamné à plusieurs reprises à indemniser des prisonniers, notamment par le tribunal administratif de Rouen. Mi-juillet, l’Etat a également été condamné à indemniser deux prisonniers des Baumettes à Marseille.

Incapable de punir efficacement aussi bien que de rééduquer et réinsérer, la prison française semble poursuivre son délabrement, se bornant à laisser végéter les détenus dans des conditions souvent indignes.

Israël : Arvidgor Lieberman soupçonné de blanchiment d’argent

Israël : Arvidgor Lieberman soupçonné de blanchiment d’argent - [cc] crédit photo : Ârlietu ministrija

18/07/11 – 11h30
TEL AVIV (NOVOpress)
– Le très extrémiste ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman est actuellement soupçonné de blanchiment d’argent. Dans cette affaire, il devrait être prochainement entendu par le procureur général de l’Etat d’Israël.

Les discussions sont actuellement en cours pour fixer la date de cette audience, mais en principe M. Lieberman devrait s’expliquer en fin décembre prochain devant le procureur général, Yehouda Weinstein.

C’est en avril dernier que M. Weinstein a annoncé qu’il envisageait de poursuivre M. Lieberman, chef du parti ultra-nationaliste Israël Beiteinou, pour blanchiment d’argent, subornation de témoins, abus de confiance et des fraudes diverses. Pour ces faits, les peines encourues dépassent les 10 ans de réclusion.

Cependant, pour ne pas gêner le travail et la « cohésion » du gouvernement », certains observateurs affirment que les poursuites pourraient être repoussées jusqu’en avril 2012. M. Lieberman a assuré qu’il démissionnerait s’il était inculpé.

Emeutes et guérilla en Tunisie

Emeutes et guérilla en Tunisie

18/07/11 – 10h30
TUNIS (NOVOpress) —
L’avènement de la « démocratie » suite à la « révolution tunisienne» tant applaudie par les pays occidentaux semble beaucoup plus chaotique que prévu et le gouvernement ayant remplacé celui de Ben Ali est déjà très violemment contesté.

Ainsi, des postes de police à Tunis et à Menzel Bourguiba (65 km au nord de la capitale) ont été attaqués la nuit dernière, et au moins quatre personnes ont été gravement blessées.

À Tunis, c’est dans la cité populaire d’Intilaka que près de 400 personnes armés de pierres, de bâtons et de cocktails molotov, ont tenté de prendre d’assaut le principal poste de police. Les affrontements entre émeutiers et policiers ont duré de longues heures.

C’est un spectacle de désolation qui régnait donc dans ce quartier de Tunis, des pneus incendiés, des pierres et des restes de barricades jonchant le sol des rues et la place devant le poste de police aux vitres brisées et aux murs marqués par les explosions de cocktails molotov. Quasiment au même moment, des attaques contre la police et des magasins se sont également produites à Menzel Bourguiba, ville industrielle au nord de Tunis où quatre personnes ont été gravement blessées et transférées à Tunis.

Nouveau déficit record pour le quotidien communiste “l’Humanité”

Nouveau déficit record pour le quotidien communiste l’Humanité

18/07/11 – 09h15
PARIS (NOVOpress)
« L’Humanité » a enregistré un déficit de 1,9 millions d’euros en 2010. Ce nouveau déficit du quotidien communiste représente une « inquiétante dégradation » de la situation économique de quotidien selon le président du directoire de la société nouvelle de journal et directeur de publication, M. Patrick Le Hyaric.

Cette perte abyssale est essentiellement due à la faiblesse de la diffusion et des recettes afférentes, inférieures de 750 00 euros aux prévisions. Pourtant largement subventionné par le pouvoir via les annonceurs institutionnels, le quotidien communiste observe également une diminution de ses recettes publicitaires de près de 500 000 euros. Enfin, la « fête » de l’humanité ne semble désormais plus aussi « populaire » que par le passé puisque celle-ci s’est révélée en 2010 déficitaire de 250 000 euros.

Malgré la réduction de sa pagination et la suppression de l’édition du samedi, « L’Humanité » se retrouve donc une nouvelle fois au bord du gouffre. Les oboles de l’État et du capital viendront-elles une nouvelle fois sauver le journal communiste ?

France : le surendettement continue à progresser

France : le surendettement continue à progresser

18/07/11 – 08h00
PARIS (NOVOpress)
– Augmentation du prix des loyers, des denrées alimentaires, matraquage publicitaire, fuite en avant consumériste, matérialisme compulsif… le surendettement ne cesse de progresser en France.

Le nombre de dossiers déposés auprès des commissions de surendettement a ainsi progressé de 8,8% au premier semestre 2011 par rapport à la même période de 2010 selon les chiffres publiés par la Banque de France.

Quelques 125 149 dossiers ont été déposés de janvier à juin 2011 dont 103 246 jugés recevables. Le total des dossiers déposés de juillet 2010 à juin 2011 s’élève à 228 183.

La Chine, numéro 1 de la contrefaçon

La Chine, numéro 1 de la contrefaçon

18/07/11 – 07h30
PARIS (NOVOpress)
– La contrefaçon institutionnalisée dans l’économie de la Chine submerge aujourd’hui la France et l’Europe.

Principale source des produits contrefaits qui arrivent en Europe, la Chine est montée en puissance en 2010 et a fourni 85% des produits saisis aux frontières de l’Union Européenne. C’est un rapport de la Commission Européenne sur les interventions douanières qui révèle ces chiffres.

Pékin est donc aujourd’hui loin devant la Turquie, la Thaïlande, Hong Kong ou l’Inde, des pays qui se spécialisent dans la contrefaçon de certains produits précis, comme les médicaments pour l’Inde ou les cartes mémoires pour Hong Kong. Au total, c’est plus d’un milliard d’euros de marchandises contrefaites qui ont été saisies par les douanes de l’Union Européenne en 2010.

Etats-Unis : 88% des gains de la croissance vont aux profits des entreprises, 1% aux salaires

Etats-Unis : 88% des gains de la croissance vont aux profits des entreprises, 1% aux salaires

17/07/11 – 20h00
WASHINGTON (NOVOpress)
— Une nouvelle étude publiée par la « Northeastern University » montre que les profits des entreprises ont capté 88% de la croissance du revenu national réel tandis que les salaires n’ont bénéficié que d’un peu plus de 1% de celle-ci. Cette étude a été réalisée sur la période ayant suivi la fin de la récession aux USA.

L’étude précise que ce constat est “sans précédent” : jamais, dans l’histoire américaine, les salariés américains n’avaient reçu une part si minuscule de la croissance du revenu national.

“Le manque de croissance de travail nette dans le rétablissement économique actuel combiné avec des salaires horaires et hebdomadaires réels stagnants est responsable de ce résultat unique, dévastateur,” écrivent notamment les auteurs du rapport, Andrew Sum, Ishwar Khatiwada, Joseph McLaughlin et Sheila Palma.

Le « Prix Quadrige » ne sera finalement pas remis à Vladimir Poutine

Le « Prix Quadrige » ne sera finalement pas remis à Vladimir Poutine [cc] crédit photo : United Nations Information Service - Jean-Marc Ferré

17/07/11 – 18h30
BERLIN (NOVOpress)
— Les supplétifs de la police de la pensée auront finalement eu gain de cause. Face aux vives critiques que sa décision d’attribuer son prix au premier ministre russe Vladimir Poutine avait suscitées, le comité d’attribution du prix Quadrige a finalement décidé d’en reporter l’attribution cette année. Du coup, les autres lauréats potentiels du prix ne seront pas non plus récompensés. Le comité vient de l’annoncer samedi après une réunion tenue à Berlin.

“Le comité d’attribution du prix Quadrige s’est excusé auprès des personnes concernées (…) et se voit, à son grand regret, contraint de renoncer à une remise de prix (…) étant donné la pression croissante de plus en plus insupportable et le danger d’une escalade supplémentaire”, stipule un piteux communiqué de l’organisation. Les autres lauréats prévus pour 2011 étaient, outre Poutine, la ministre mexicaine des affaires étrangères Patricia Espinosa, l’écrivain né en Turquie Betül Durmaz et le premier ministre palestinien Salam Fayyad. Poutine devait être honoré « pour sa contribution à la fiabilité et la stabilité des relations germano-russes », selon le comité d’attribution.

La remise du prix au ministre Russe avait suscité un tollé au sein de la gauche allemande ainsi que parmi certains anciens lauréats. Cem Özdemir, président des verts et l’historien Edgar Wolfrum Heidelberg s’étaient même retirés du comité d’attribution en signe de protestation. L’artiste danois Olafur Eliasson avait notamment rendu son prix, reçu en 2010, en signe de protestation et l’ancien président tchèque Vaclav Havel, décoré en 2009, avait pour sa part indiqué vouloir en faire de même.

Le prix « Quadrige » récompense depuis 2003 “des modèles exemplaires d’esprits éclairés et d’efforts pour le bien public”. Cette reculade de l’organisation représente incontestablement une offense grave vis-à-vis d’un chef de gouvernement en exercice, démocratiquement choisi par le peuple russe. Le Kremlin a fait savoir que les relations russo-allemandes ne seraient pas affectées par ce différend.

Après la catastrophe, le Japon veut réduire sa dépendance au nucléaire

Après la catastrophe, le Japon veut réduire sa dépendance au nucléaire [cc] Photo : Sterneck

17/07/11 – 17h50
TOKYO (NOVOpress)
– Le gouvernement du Japon a déclaré qu’il était impératif que le pays réduise sa dépendance à l’énergie nucléaire, suite à la crise nucléaire que traverse le pays depuis quatre mois.

C’est le premier ministre Naoto Kan qui a déclaré cette « nécessité », alors que le pays tente de mettre fin à une crise nucléaire qui dure depuis quatre mois à la suite du tsunami et du séisme qui ont endommagé les réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima.

Le Premier Ministre, de plus en plus impopulaire, semble ainsi vouloir répondre aux légitimes et croissantes inquiétudes de la population concernant l’énergie nucléaire.

« Nous devons revoir notre projet consistant à ce que l’énergie nucléaire contribue à 53% des approvisionnements en électricité d’ici 2030, et réduire le niveau de dépendance à l’énergie nucléaire » a notamment déclaré Naoto Kan.

Un plan d’énergie de base pour 2010 recommandait en effet l’augmentation de la part de l’énergie nucléaire dans les approvisionnements électriques du pays à 53% d’ici 2030 avec la construction d’au moins 14 réacteurs nucléaires. Un projet qui devrait être abandonné au profit du développement des énergies alternatives.

La crise a également fait naître des discussions sur le contrôle du nucléaire par des sociétés privées. De plus en plus de japonais souhaiteraient en effet que ce secteur extrêmement sensible soit placé sous l’autorité de l’État.

Revoir – «Moi je vole les sacs à main et Allah Akhbar !» [vidéo]

Le plus jeune a 12 ans. Ce sont des potes d’une cité. Ils s’amusent devant la caméra à décliner prénom, âge et « qualité ».

L’un caillasse les bus. Un autre braque les vieilles. Etc. Ils jouent peut-être à être ce qu’ils ne sont pas ? Ce serait quand même le symptôme d’une France où, à leur âge, on devrait rêver d’être pompier, navigateur en solitaire ou pilote de chasse plutôt que voyou.

Novopress avait présenté cette vidéo en décembre 2009 lors de sa publication sur Internet. Elle reste toujours symptomatique.

Police de la pensée au sujet des propos d’une rectrice sur les résultats des enfants d’immigrés

La rectrice de l’académie d’Orléans-Tours, Marie Reynier (photo), fait l’objet d’une plainte déposée lundi 11 juillet par huit enseignants du lycée Augustin-Thierry de Blois pour propos diffamatoires et racistes, a indiqué vendredi leur avocat, Me Laurent Toubale.

Le collectif d’enseignants est soutenu par la Ligue des droits de l’homme et la CGT-Education du Loir-et-Cher, qui envisagent de se porter partie civile pour demander des dommages et intérêts à la rectrice, a-t-il ajouté, confirmant une information de La Nouvelle République.[…]

Dans les colonnes de La Nouvelle République, la rectrice relevait que les résultats des élèves de la région Centre étaient “quatre points inférieurs à la moyenne nationale”. “Si on enlève des statistiques les enfants issus de l’immigration, nos résultats ne sont pas si mauvais ni si différents de ceux des pays européens”, a-t-elle affirmé. […]

Source et suite sur Le Monde.fr.

[box class=”info”]Comme la plupart du temps, ce type d’opposants n’amènent pas des arguments montrant que c’est faux, mais attaquent en disant que l’on n’a pas le droit d’en parler.[/box]

L’UDC ne veut pas sacrifier la nationalité suisse

17/07/11 – 14h00
LAUSANNE (NOVOpresss) –
Pour ne pas “sacrifier la nationalité suisse” l’Union démocratique du centre (UDC) milite pour le “Non” à la votation sur le “droit de vote et d’éligibilité des étrangers au niveau cantonal” dans le canton de Vaud

L’UDC est le parti qui a le plus de représentants au Conseil national suisse et qui a été à l’origine des référendums d’initiative populaire approuvés sur l’interdiction de la construction de minarets et l’expulsion des criminels étrangers.

Fabien – Mort pour un regard

Montarnaud (Hérault) : son château, son « campanile », son église, sa cave coopérative, sa fête de village et depuis celle de 2009, la rue Fabien Vigne… Lorsque vous vous attardez dans ce petit village typique des communes rurales et viticoles des terres languedociennes, vous ne pouvez pas passer à coté de la tragédie du 17 août 2009 qui est encore sur toutes les langues et gravée profondément dans le cœur de tous les Montarnéens. C’est ici que la banale expression « Mort pour un regard » révèle tout son sens et sa triste réalité.

Dernier jour de la fête du village… 4 racailles de Clermont-l’Hérault… et… Fabien… RIP. Antoine* se souvient de la chasse que les jeunes du village ont donné pour attraper les coupables «  …on les a poursuivis jusqu’au stade, ils étaient protégés par les gendarmes heureusement pour eux ! ». Des propos suivis par d’autres plus amers, Stéphane* cette fois-ci « …de toute façon, les flics servent à rien. Ils arrivent toujours trop tard et te gâchent la fête en te faisant souffler dans le ballon ». Un 3ème : « …tu vois, je suis pas raciste, mais y a pas intérêt à ce qu’ « ils » se pointent cette année sinon on les massacre ! »
Des paroles cathartiques ?

Fréquentez les fêtes de village de chez nous et vous les entendrez partout. D’ailleurs, dans le flot de la discussion, des noms malheureusement trop connus par ici surnagent de temps en temps : Romain, Gaston, Pierre**… La liste est malheureusement non exhaustive.

L’émotion a été forte car Fabien était « le meilleur d’entre nous » comme on dit. Major de promo pour ses épreuves du baccalauréat, très impliqué dans la vie associative de son village, il allait intégrer le Bataillon des Marins Pompiers de Marseille. Un garçon comme on aimerait en connaître plus. Les parents de Fabien ont décidé de créer une association afin de faire prendre conscience que la fête n’est pas un exutoire à la rancœur de certains. Un groupe Facebook est aussi disponible. Et vous pouvez également porter le bracelet que les jeunes de la région portent tous : « JE FAIS LA FETE / • / SANS ARME ». Comme un petit air de brojanista…

Venez participer à la fête de Montarnaud cet été, ce sera l’occasion de faire honneur à Fabien ! Vous pourrez jeter un œil à cette insolite paire de baskets accrochée à la fontaine. Celles de Fabien évidemment… Les beaux jours sont là, les touristes aussi, les fêtes commencent… Combien de Fabien aurons-nous cet été ?

Le Simbèu pour Novopress France

* Les prénoms ont été changés

** – Romain Benavent tué devant sa petite amie d’un coup de hache dans la tête sur la Bartelasse
– Gaston Malafosse de Bessan suicidé en prison après avoir réagi contre la racaille de son village
– Pierre Hibon de Frohen mort pour avoir voulu défendre son père blessé d’un coup de couteau à la gorge par une racaille du Petit Bard (réfugiée en Algérie).

Mondialisme: le nouveau pont de San Francisco est construit en Chine

Mondialisme: le nouveau pont de San Francisco est construit en Chine

17/07/11 – 11h00
SAN FRANCISCO (NOVOpress)
– Alors que le secteur industriel et celui de la construction sont en crise grave aux Etats-Unis, les segments terminaux du nouveau pont suspendu sur la Baie de San Francisco ont été réalisés en Chine et chargés cette semaine sur un bateau à Shanghai.

Il s’agit d’un des plus grands déplacements de travaux publics réalisé jusqu’à aujourd’hui.

Les quatre modules d’acier, pesant plus de 5300 tonnes, vont ainsi voyager 22 jours à travers l’Océan Pacifique, avant la jonction avec les 24 autres sections déjà en place. Ensemble, ils formeront le plus grand pont suspendu des USA, dont le coût de construction est estimé à 6,4 milliards de dollars.

Cette réalisation gigantesque démontre comment, progressivement, les ingénieurs chinois étendent à l’étranger leur rayon d’action et gagnent de nouveaux contrats aux détriments des économies nationales.