Le Liechtenstein refuse l’avortement

Le Liechtenstein refuse l'avortement

18/09/11 – 16h00
VADUZ (NOVOpress)
– Voici un résultat électoral démocratique qui risque fort de contrarier les tenants de la bien pensance contemporaine, pour qui le droit à l’avortement est devenu un droit quasi-sacré et les IVG de masse qui en découlent l’incarnation de la “liberté” et du “progrès”.

En effet, au cœur de la vieille Europe, un petit État refuse encore ce catéchisme que l’on avait fini par croire obligatoire.

Le Liechtenstein a ainsi rejeté aujourd’hui la légalisation de l’avortement, en votant majoritairement “non” à une initiative populaire soumise à référendum.

Ce résultat est un satisfecit pour le prince Aloïs von et zu Liechtenstein, qui avait affirmé son opposition à cette initiative.

Selon les premiers résultats officiels, 52,3% des votants ont rejeté le projet de légalisation intitulé “aider plutôt que punir”.

Frédéric Nihous : « La Grèce doit sortir de la zone euro »

Frédéric Nihous : « La Grèce doit sortir de la zone euro »

18/09/11 – 14h30
BORDEAUX  (via Info Bordeaux Le candidat CPNT (Chasse Pêche Nature Traditions) à l’élection présidentielle de 2012 a posé, dans un communiqué de presse, la question d’une éventuelle sortie de la zone euro pour la Grèce. Ce sujet, encore tabou il y a quelques mois commence pourtant à prendre de l’ampleur.

Pour le conseiller régional d’Aquitaine, « pour sauver la zone euro, ne faut-il pas sortir la Grèce de la zone euro comme on expulse un copropriétaire qui n’a pas tenu ses engagements et qui a trompé la confiance de ses voisins ? ». En effet, pour Frédéric Nihous, « la Grèce n’a cessé de mentir sur son déficit public, de fournir des chiffres frauduleux dans tous les domaines à ses partenaires et bailleurs européens, et s’est notamment montrée incapable d’assurer le simple prélèvement de l’impôt ! ».

De nombreux responsables politiques posent désormais ouvertement la question d’une sortie de l’euro pour les Grecs, afin de sauver la monnaie unique en proie à de graves difficultés sur les marchés financiers. Pourtant, du côté de la commission européenne, la réponse est catégorique. Celle-ci a exclu jeudi une sortie de la Grèce de la zone euro : « Aucune sortie, ni expulsion de la zone euro n’est possible d’après le traité de Lisbonne. La participation à la zone euro est irrévocable. Il n’y a aucune discussion à ce sujet », a affirmé le porte-parole du commissaire aux Affaires économiques, Olli Rehn.

L’adultère s’affiche dans les couloirs du métro

L'adultère s'affiche dans les couloirs du métro

18/09/11 – 14h10
PARIS (NOVOpress)
– Une nouvelle étape dans le cynisme et l’amoralité des marchands et de leurs annonceurs publicitaires vient d’être franchie avec la campagne d’affichage dans le métro parisien du site internet « Gleeden » qui se présente fièrement comme le « premier site de rencontres extra-conjugales ».

« Pensé par des femmes » ajoute la publicité comme si ce détail changeait quoi que ce soit à l’indécence de cette invitation publique au mensonge et à la trahison.

Si ce genre de site facilitant ouvertement l’adultère existe maintenant depuis deux ou trois ans, c’est la première fois qu’ils ont ainsi « pignon sur rue » et s’étalent sous le regard de tous, y compris des plus jeunes.

On imagine ainsi avec un certain effroi la situation des parents devant répondre à leurs enfants leur demandant le sens de ces publicités géantes jalonnant les stations de métro.

Voir ainsi l’espace public colonisé par des messages incitant à la débauche et à la trahison de ses engagements et de ses serments, à des fins bien évidemment financières pour l’annonceur, apparaît comme un précédent aussi choquant qu’inquiétant.

[Kiosque étranger] Le choc de l’immigration de masse

[Kiosque étranger] Le choc de l'immigration de masse

18/09/2011 – 12h00
LONDRES (NOVOpress) –
Peter Hitchens, le célèbre commentateur conservateur, à la liberté de ton reconnue, s’est rendu dans une petite ville du nord de l’Angleterre, Boston (Lincolnshire), pour observer l’impact de l’immigration de masse sur une communauté rurale. L’article est d’autant plus intéressant que cette immigration est d’origine européenne. Si les effets sont moins destructeurs que dans le cas d’autres vagues migratoires, l’observation de ses conséquences ici sert grandement le propos de l’auteur.

Peter Hitchens rappelle notamment comment Andrew Neather avait révélé en 2009 que l’ouverture des frontières à une immigration de peuplement avait été décidée par le gouvernement de gauche afin de changer le paysage électoral du pays et de confronter la droite à la « diversité ».

Toutefois, l’auteur insiste sur le fait qu’une des spécificités de cette immigration des Européens de l’Est est le manque de volonté des chômeurs anglais de prendre des emplois disponibles. Les Polonais, les Baltes ou les Russes qui arrivent dans ce coin perdu de l’Angleterre rurale sont certains de trouver très rapidement des emplois dans l’agriculture ou dans les usines de transformation. Certes, ce sont des emplois peu valorisants, sales et pénibles; en revanche, ils sont bien mieux payés que des emplois convenables dans leurs pays.

Pour Peter Hitchens, la principale raison dans la démobilisation des Anglais de souche, l’explication de leur apathie et leur inclinaison à rester au chômage réside dans l’étendue de l’«Etat de bien-être», qui considère que chaque faiblesse humaine, chaque erreur, chaque mauvaise habitude se corrige à l’aide de fonds publics dispensés généreusement.

Dans ce cas, comment s’étonner que des jeunes anglais puissent naître dans des familles où personne n’a travaillé depuis trois générations ?

Le contraste ne peut pas être plus frappant avec les jeunes qui débarquent de l’Est. Ils y ont appris la vie à la dure. S’ils ne travaillent pas bien à l’école, ils ne décrochent pas leurs examens, s’ils ne travaillent pas, ils n’ont rien à manger, s’ils se conduisent mal dans la rue, ils sont sévèrement punis.

[box]Image : Une rue de la ville. Photo de Kelly Horry, licence CC.[/box]

Un cas d’école : deux emprunts toxiques dans les comptes d’une collectivité à Saint-Nazaire

Un cas d'école : deux emprunts toxiques dans les comptes d'une collectivité à Saint-Nazaire

18/09/2011 – 10h00
SAINT NAZAIRE (NOVOpress Breizh) – La communauté d’agglomération CARENE à Saint-Nazaire a souscrit deux emprunts « structurés » qui auront coûté fort cher à ses habitants, révèle la Chambre régionale des comptes. Des financements hasardeux dont il est difficile de rejeter la responsabilité sur les seuls banquiers tant leur mécanique était évidente. Un exemple intéressant à analyser car la communauté d’agglomération CARENE est loin d’être la seule collectivité dans ce cas.

La Chambre régionale des comptes des Pays de la Loire vient de publier ses observations définitives concernant la gestion de la CARENE pour les années 2005 et suivantes. Cette communauté d’agglomération regroupe dix communes de la région nazairienne : Besné, La Chapelle-des-Marais, Donges, Montoir-de-Bretagne, Pornichet, Saint-André-des-Eaux, Saint-Joachim, Saint-Malo-de-Guersac, Saint-Nazaire et Trignac. Elle bénéficie de ressources fiscales « plus élevées que la moyenne » grâce à la présence de nombreuses entreprises. Et pourtant, note la CRC, « l’encours de dette a plus que doublé de 2005 à 2008 », passant de 32 millions d’euros à 70,4 millions d’euros en fin d’année.

En 2009, la CARENE a soudain cessé d’emprunter. Pourquoi ? Son rapport annuel n’en dit rien. Mais on se souvient que la crise financière de 2007-2008 venait de révéler le caractère potentiellement toxique des emprunts « structurés » souscrits par certaines collectivités locales. Or la CARENE s’était lancée dans ce genre d’aventure.

Les collectivités qui ont souscrit des emprunts toxiques accusent en général les banques de les avoir trompées en leur vendant des produits apparemment avantageux dont elles ne pouvaient comprendre les risques. « Cela s’est sûrement produit, mais il ne faudrait pas non plus exagérer l’incompétence des élus et des fonctionnaires locaux, tempère un financier breton. Souvent, la mécanique des montages était très claire. »

C’était le cas du prêt indexé sur le franc suisse souscrit par la CARENE. La Chambre régionale des comptes décrit ainsi son principe : « Lorsque l’euro est supérieur à 1,45 franc suisse, la collectivité bénéficie d’un taux favorable. À l’inverse, lorsque la devise européenne bascule sous ce niveau, le taux progresse en parallèle de la baisse de l’euro. » Il n’est pas nécessaire d’avoir fait un doctorat en finance pour comprendre qu’un tel prêt devient toxique si l’euro chute par rapport au franc suisse. Ce qui a été le cas : au lieu du cours fatidique de 1,45 franc suisse, il en vaut à peine plus de 1,20 aujourd’hui. Résultat : le taux du prêt a atteint 8,71 % en 2010, soit près de trois fois le taux couramment pratiqué, or la CARENE est engagée jusqu’en 2021.

La CARENE ne s’en est pas tenue là : elle a aussi souscrit un emprunt indexé sur la différence entre les taux à court terme et les taux à long terme. Là encore, la mécanique était claire, le risque était évident… et la communauté a pris le mauvais pari. Elle a cependant pu renégocier cet emprunt en juin dernier. Mais l’indemnité versée à la banque a quand même coûté 530.000 euros au contribuable.

Ces opérations n’ont pas été montées frauduleusement par un Jérôme Kerviel local : elles ont reçu l’aval de la commission des finances, où siègent les maires des dix communes membres de la CARENE. Le responsable des affaires financières de celle-ci à l’époque (un poste d’administrateur hors classe hors échelle A) n’était pas un incompétent notoire : Vincent Estable était secrétaire national adjoint de l’Association Finance gestion évaluation des collectivités locales (AFIGESE-CT) au sein de laquelle il intervenait comme conférencier et formateur. Il a discrètement quitté ses fonctions en 2010. La CARENE a eu du mal à le remplacer puisqu’il lui a fallu près d’un an pour accueillir Michèle Combelles. Le poste est-il donc si peu enviable ?

Présidentielle irlandaise : le Sinn Féin présente Martin McGuinness

18/09/2011 – 08h30
DUBLIN (NOVOpress Breizh) – Martin McGuinness, vice-Premier ministre d’Ulster et ancien chef militaire de l’IRA, vient d’annoncer qu’il sera le candidat de son parti, le Sinn Féin, à l’élection présidentielle qui aura lieu en république d’Irlande le 27 octobre prochain.

Né à Derry le 23 mai 1950 Martin McGuinness rejoint à 19 ans les rangs de l’Armée républicaine irlandaise (IRA). En janvier 1972, lorsque surviennent les tragiques événements du « Bloody Sunday » – 13 militants républicains furent tués par l’armée britannique – il est commandant en second de l’IRA dans la zone de Derry. Arrêté et condamné l’année suivante par le tribunal criminel spécial d’Irlande il affirmera sa fierté de faire partie de l’organisation paramilitaire et d’avoir « combattu contre le meurtre de notre peuple ».

Libéré et à nouveau condamné pour son appartenance à l’IRA provisoire, il prend, entre 1979 et 1982, la direction de l’état-major de l’organisation et commence son ascension dans l’appareil du Sinn Féin. En 1982 il est élu membre de l’Assemblée nord-irlandaise pour la circonscription de Derry, assemblée dans laquelle il refusera de siéger. La même année, il se verra interdire l’entrée sur le territoire de Grande-Bretagne, en vertu de la loi sur la prévention du terrorisme.

Elu en 1997 député de la circonscription de Mid Ulster à la Chambre des communes du Royaume-Uni, il est désigné négociateur en chef du Sinn Féin aux pourparlers qui conduisent à la signature, l’année suivante, des accords dits du « Vendredi saint », qui mettront fin à trente années de conflit.

Depuis 2007 Martin McGuinness exerce les fonctions de vice-Premier ministre d’Irlande du Nord en compagnie de Ian Paisley, leader du Parti unioniste démocrate (DUP, protestant).

Invité surprise au congrès annuel du Sinn Féin le week-end dernier, le révérend David Latimer, un pasteur presbytérien ami de McGuinness, a déclaré : «Je considère Martin McGuinness comme l’un des grands dirigeants politiques de notre époque. Puisse-t-il bénéficier du soutien dont il a besoin et de la vision politique qui lui permettra de faire aboutir son rêve de société pluraliste. » Un point de vue que manifestement la communauté protestante est encore très loin de partager. Selon le quotidien unioniste News Letter, le discours du pasteur Latimer « insulte les victimes [protestantes, NDLR] ».

« Le choc de l’histoire » de Dominique Venner : un livre lumineux. Par Jean-Yves Le Gallou

« Le choc de l’histoire » de Dominique Venner : un livre lumineux. Par Jean-Yves Le Gallou

[box] Article publié avec l’aimable autorisation de Polémia. [/box]

Après Histoire et tradition des Européens, 30.000 ans d’identité et Le siècle de 1914, Utopie, guerres et révolutions en Europe au XXe siècle, Dominique Venner publie un nouveau livre majeur : Le choc de l’histoire : religion, mémoire, identité.

« Français d’Europe, Européen de langue française d’ascendance celtique et germanique », Dominique Venner y fait preuve « d’optimisme historique ». Aujourd’hui en « dormition », les nations de civilisation européenne se réveilleront. Fruit d’une profonde méditation en forme de testament intellectuel, Le choc de l’histoire est un livre lumineux que Jean-Yves Le Gallou présente ici aux lecteurs de Polémia.

Polémia

 

1- L’Europe en dormition

« Le choc de l'histoire » de Dominique Venner : un livre lumineuxA la suite de la catastrophe européenne des deux grandes guerres, l’Europe est entrée en dormition en 1945. Elle recule sur tous les plans. Elle est soumise à la puissance américaine. Elle est culpabilisée sous les prétextes de la « Shoah », de la colonisation et de l’esclavage. « Le monde blanc est en recul général ». Les nations européennes se sont vues imposées « la domination sans partage de puissances et d’idéologies étrangères, dont la pseudo-Union européenne est le produit. » Sous couvert de libéralisme le pouvoir est aux mains « d’oligarchies prédatrices associées aux médias ». De plus – et à la différence de l’Inde, du Japon ou de la Chine – « l’Europe n’a pas de religion identitaire ». Car pour l’auteur, si le christianisme porte une part de l’héritage européen, il est universel : et l’universalisme qui fut un atout de l’Europe au temps de sa puissance se retourne contre elle au moment où notre continent subit une immigration de masse.

2- Le cycle historique commencé en 1914 touche à son terme

Comment dans ces conditions être optimiste ? D’abord parce que le cycle historique commencé en 1914 arrive à son terme. En 1917, sur les ruines de l’ordre ancien aristocratique, quatre idéologies sont nées et ont prospéré : le fascisme, le national-socialisme, le communisme et le mondialisme anglo-saxon. Le fascisme et le national socialisme ont disparu en 1945. Le communisme en 1989. Dans Le siècle de 1914 paru en 2006, Dominique Venner prédisait la chute du mondialisme anglo-saxon. Les crises financières à répétition et le désastre budgétaire américain ont confirmé depuis ce point de vue. On peut d’ailleurs se demander si Dominique Venner n’a pas eu tort de dater de 1989 (la chute du communisme) la fin du XXe siècle ; la date à retenir ne serait-ce pas plutôt 2007, le début de la fin de l’empire américain ?

3- La chute de l’Amérique va libérer les nations européennes

Quoiqu’il en soit, la chute de la domination américaine va libérer les nations européennes. Elle va affaiblir leurs oligarchies dominantes (économiques, médiatiques, politiques, culturelles) qui ne sont que le reflet des intérêts de Wall street, du Pentagone et de leurs alliés. Comme les dépêches de Wikileaks le révèlent, elle va permettre de s’affranchir d’un modèle économique technomorphe et marchand, trop réducteur pour être conforme à la mentalité européenne.

4-  Face à l’immigration de masse, un réveil civilisationnel

Face à l’immigration de masse les réactions se font aussi jour : « des signes de réveil populaires apparaissent dans toute l’Europe occidentale montrant que les Européens commencent à retrouver une conscience de soi ». La vitalité des partis populistes, partout en Europe, en témoigne. Mais au-delà de cette analyse politique, Dominique Venner souligne à juste titre que l’opposition entre l’Europe et les masses musulmanes présentes sur son sol se cristallise sur le statut et l’image de la femme : pour une raison majeure, ce sont deux civilisations, deux représentations du monde qui s’affrontent. Or « Les grandes civilisations ne sont pas des régions sur une planète, ce sont des planètes différentes » (René Marchand, cité par l’auteur). La réaction à l’immigration ne relève pas d’une vulgaire xénophobie mais d’un réveil civilisationnel.

5-La mémoire identitaire : Homère et les humanités

Cet exemple aide à percevoir le rôle de la mémoire identitaire. La mémoire identitaire qui vient du fond des âges. Dominique Venner donne ici une très belle définition de la tradition. Ce n’est pas la nostalgie, « c’est tout le contraire, ce n’est pas le passé, c’est même ce qui ne passe pas. Elle nous vient du plus loin mais elle est toujours actuelle. Elle est notre boussole intérieure, l’étalon des normes qui nous conviennent et qui ont survécu à tout ce qui a été fait pour nous changer » (…) « L’histoire européenne des comportements pourrait être décrite comme le cours d’une rivière souterraine invisible et pourtant réelle. La rivière souterraine de la tradition ». Et Dominique Venner de revenir sur un de ses sujets de préoccupation : « l’Europe n’a pas de religion identitaire » [puisque le christianisme est universel] mais elle possède une « riche mémoire identitaire ». Pour Dominique Venner la cité grecque et Homère en sont le cœur : Homère qui « nous a légués nos principes de vie : la nature comme socle, l’excellence comme but, la beauté comme horizon ». Sans doute certains pourront-ils être tentés d’élargir ce point de vue à ce que furent les humanités classiques, modèle de l’honnête homme européen de 1500 à 1960.

6- Revisiter l’héritage : monde prométhéen, monde apollinien

Dominique Venner ne nie pas la part de responsabilité de l’Occident dans la domination arrogante du machinisme, de la technique, du commerce ; dans le triomphe de ce que Heidegger appelle le « Gestell », la raison utilitaire. Ce qu’un autre philosophe de l’histoire Spengler appelait la part prométhéenne, la part faustienne de la civilisation européenne. Dominique Venner appelle lui à réhabiliter la part apollinienne de la civilisation européenne qui est caractérisée par l’ordre, la mesure, la maîtrise de soi. Il est aussi permis de penser à Orphée à qui précisément Apollon donna des dons de communion avec la nature. Communion avec la nature que l’auteur évoque en se définissant ainsi : « Je suis du pays de l’arbre et de la Forêt, du chêne et des sangliers, de la vigne et des toits pentus, des chansons de geste et des contes de fée, du solstice d’hiver et de la Saint Jean d’été ».

7- Le cœur rebelle et la bataille des mots

Loin de ces perspectives bucoliques, Dominique Venner n’oublie pas ses engagements de jeunesse dans le combat français sur l’Algérie ; engagement qui lui coûta dix-huit mois de prison en échange… d’une formation historique vécue. Cela vaut au lecteur de beaux passages sur Le cœur rebelle, titre d’un ouvrage paru en 1994. Car le cœur doit être « aventureux » pour se libérer du conformisme du politiquement correct et de la persuasion clandestine de la pub : « Le cœur aventureux se reconnaît à ce qu’il tire son plaisir de ce qui pour les autres serait un enfer ». Comment ne pas penser à la diabolisation et à son parfum capiteux. Autre définition, celle qu’on trouve dans Le Hussard sur le toit de Giono ; « Sois toujours très imprudent, mon petit, c’est la seule façon d’avoir un peu de plaisir à vivre dans notre époque de manufacture. » Dominique Venner souligne ici l’importance du courage moral (très différent du courage physique comme le comportement des militaires en est souvent l’illustration). Un courage moral qui doit être utilisé pour « se libérer de la peur ou de la fascination des mots ». Car le retour sur le devant de l’histoire des nations européennes passe aussi par la bataille du vocabulaire.

8- Le réveil européen : l’inattendu qui vient

Il n’y a pas de nécessité ni de déterminisme historiques. Les uchronies auraient pu survenir. L’effet papillon existe aussi en histoire. Celle-ci est le domaine de « l’inattendu ». Telle est la conviction de Dominique Venner : « Le monde est entré dans une nouvelle histoire où l’imprévu historique retrouve ses droits. Ce qui bouge ne peut-être que favorable à un réveil européen par ébranlement de la puissance suzeraine que sont les Etats-Unis.” (…) « Je crois aux qualités spécifiques des Européens qui sont provisoirement en dormition. Je crois à leur individualité agissante, à leur inventivité et au réveil de leur énergie. Le réveil viendra. Quand ? Je l’ignore. Mais de ce réveil je ne doute pas. » N’oublions pas que « les réveils historiques sont toujours très lents, mais une fois commencés, on ne les arrête plus ».

9-Le sang et l’esprit

Et en attendant que faut-il faire ? Transmette ! Transmette la vie, transmettre la culture. Génétique et mémétique. Le sang et l’esprit. L’avenir appartient à ceux qui ont la mémoire la plus longue !

Jean-Yves Le Gallou

Source : Polémia.

– Dominique Venner, (entretien avec Pauline Lecomte) Le choc de l’histoire : Religion, mémoire, identité, Editions Via Romana, 185 pages.

Voir aussi : Le Siècle de 1914 / Utopies, guerres et révolutions en Europe au XXe siècle par Dominique Venner

[Kiosque étranger] L’English Defence League serait-elle devenue la voix des travailleurs anglais ?

l'English Defence League serait-elle devenue la voix des travailleurs anglais ?

16/09/2011 – 16h00
LONDRES (NOVOpress) –
Sur le site du Telegraph, l’éditorialiste catholique Damian Thompson pose cette question à la suite de la vidéo révélée récemment par Brendan O’Neill où des jeunes gens bien mis de la gauche bien pensante « anti-fasciste » révèlent leurs préjugés snobinards et bourgeois sur les militants de l’EDL.

Ces courageux antifascistes ont ri en voyant une jeune fille de l’EDL se faire tabasser par d’autres exemplaires militants de gauche. Ils ont admis à contrecœur que ce n’est pas bien de frapper une femme mais ils affirment qu’on peut admettre une exception dans le cas des filles de l’EDL car : « ce ne sont pas des femmes, ce sont des chiennes ».

Comme le remarque Damian Thompson, ces affrontements entre l’EDL et l’extrême-gauche issue des beaux quartiers n’a rien de nouveau. Elle fait écho aux bagarres opposant le British National Front et l’Anti-Nazi League dans les les années 1970.

Toutefois, poursuit le commentateur, l’EDL n’a plus grand chose à voir avec le BNP. Les sympathisants de l’EDL semblent plus représentatifs des classes populaires anglaises que ne l’ont jamais été les différentes moutures de la vieille extrême-droite.

Les gauchistes quant à eux n’ont pas mis à jour leur logiciel. Ils réfléchissent toujours aussi peu et se contentent de chercher des cibles symboliques pour faire marcher le tiroir caisse de leurs supporteurs devenus de riches bobos périurbains et mobiliser les fils à papa en recherche d’émotions fortes.

Cette démarche marketing des dinosaures de l’extrême-gauche des sixties explique qu’ils prennent pour cible l’EDL. Mais ils ont fort à faire pour faire passer ce jeune mouvement par des grilles d’analyse hérités de la révolution bolchevique.

Comment dénoncer une EDL qui défend les droits des homosexuels à vivre leur vie et qui les accueille à bras ouverts dans ses rangs ?

Comment dénoncer une EDL qui défend les Juifs persécutés par les islamistes dans certains quartiers de Londres ?

La volonté de l’EDL de développer des liens avec des populistes et des identitaires sur le continent contraste avec les préjugés de la vieille droite anglaise. Ces militants insulaires ont compris qu’un combat s’engage à l’échelle de l’Europe contre l’islamisation et l’immigration de peuplement.

Face à cette nouvelle génération de jeunes anglais prêts à mouiller la chemise pour défendre leur droit à demeurer eux-mêmes, l’extrême-gauche ne peut que ressasser de vieux slogans et dévoiler aux yeux de tous une haine de classe rancie et stérile.

Kiosque Courtois du samedi 17/9/2011 – L’actualité de la semaine en écrit

Kiosque Courtois du samedi 17/9/2011 – L’actualité de la semaine en écrit

[box class=info]Le samedi, une sélection des principaux sujets de la semaine des biens connus Bulletins de Réinformation de Radio Courtoisie. Ce Kiosque est présenté par Jean-Yves Le Gallou qui remplace aujourd’hui Henri Dubost.

Novopress a publié dès ce samedi matin, en différé, l’audio de ce Kiosque Courtois dans la fenêtre “Radio Courtoisie : le bulletin de réinfo” de sa colonne de droite. Pour ceux qui préfèrent lire qu’écouter, en voici le contenu sous forme de texte.[/box]

Rebond de la crise financière, rififi à l’UMPS, dynamisme des mouvements populistes, gesticulations internationales, remous entre l’Egypte et Israël,… voici la chronique d’une semaine ordinaire.

Rebond de la crise financière

Durant toute la semaine les bourses ont été chahutées. Il faut dire que les nouvelles inquiétantes se sont accumulées :

– Démission du chef économiste de la Banque centrale européenne ; l’Allemand Jürgen Starck a ainsi voulu marquer son désaccord avec le rachat par la BCE d’emprunts d’Etat détenus par les banques.

– Nouvelles grèves et manifestations en Grèce contre le plan d’austérité.

– Déclaration du ministre allemand de l’économie, le libéral Philip Rösler, n’excluant plus une faillite ordonnée de la Grèce, pour sauver l’euro.

– Dégradation par l’agence Moodys des notes de la Société Générale et du Crédit agricole. Mise sous surveillance négative de la BNP.

Les roucoulades économiques Sarkozy-Merkel et les engagements du patron de la BCE ont un peu calmé la situation… mais pour combien de temps ?

En tout cas l’indépendance de l’Europe a souffert avec les propositions chinoises d’achat de la dette en échange de nouvelles concessions commerciales. Et la participation du secrétaire au Trésor américain au sommet européen de Wroclaw en Pologne. C’est l’incendiaire qui propose ses services aux pompiers…

Kiosque Courtois du samedi 17/9/2011 – L’actualité de la semaine en écrit Rififi à l’UMPS

A quelques mois de l’élection présidentielle la bataille de boules puantes a commencé.

L’étrange Robert Bourgi, un libanais chiite, a fait des révélations fracassantes sur les mallettes africaines de Chirac et Villepin. Révélations évidemment démenties par les intéressés. En tout cas, un lancement en fanfare pour le dernier livre de Pierre Péan : « La République des mallettes. »

Si la Chiraquie en prend pour son grade, le clan Balladur-Sarkozy n’est pas en reste

Dans le cadre de l’instruction sur l’attentat de Karachi le juge Van Ruymbeke a mis en examen le milliardaire Ziad Takieddine.

Cet homme d’affaires libanais, proche de l’UMP, aurait servi d’intermédiaire dans une vente de sous-marins au Pakistan, dans les années 90, avec à la clef 33 millions d’euros de rétro commissions occultes. Thierry Gaubert, un neuilléen proche de Sarkozy, aurait accompagné plusieurs fois Takieddine dans une banque suisse pour y retirer des fonds pour la campagne de Balladur.

Il n’est pas exclu que cette dernière affaire soit suffisamment explosive pour qu’on ait cherché à la dissimuler derrière un écran de fumée médiatique. Un écran de fumée qui s’appellerait Robert Bourgi…

Kiosque Courtois du samedi 17/9/2011 – L’actualité de la semaine en écrit Le PS aussi est à la fête…

Eh oui, cette fois c’est le puissant président du Conseil Général des Bouches du Rhône, Jean-Noël Guérini (photo) qui est mis en examen pour associations de malfaiteurs. Arnaud Montebourg a mis en cause Martine Aubry et déclaré : je cite «  c’est un fait unique dans l’histoire que nous ayons des élus aussi puissants qui soient accusés de telles ignominies. J’ai prié Mme Martine Aubry de prendre des mesures. Elle a refusé de le faire et elle a même protégé Monsieur Jean-Noël Guérini. » Un rafalage en règle !

Ça bouge chez les populistes

Marine Le Pen a été très présente dans les médias cette semaine. Dans la foulée de ses journées de rentrée tenues à Nice. Une occasion pour elle de recentrer son discours sur l’immigration. Et d’afficher de nouveaux soutiens : l’avocat médiatique Gilbert Collard et le souverainiste Paul-Marie Couteaux.

L’ancien patron des Renseignements généraux, Yves Bertrand, lui a aussi apporté un soutien indirect .Il a déclaré- je cite : « Ce que je souhaite, comme citoyen et comme ancien serviteur de l’Etat, c’est qu’on en finisse avec la diabolisation du FN et que Marine Le Pen puisse pleinement participer au débat public. »

Le Bloc identitaire a aussi tenu son université d’été.

Kiosque Courtois du samedi 17/9/2011 – L’actualité de la semaine en écrit Dans le Var devant 150 personnes dont beaucoup de jeunes. Invité surprise du dimanche, le députe européen italien Mario Borghezio a défini le mouvement identitaire européen comme  « la seule voie de renouveau possible pour notre continent et sa civilisation ». Arnaud Gouillon a annoncé lui qu’il arrêtait son tour de piste présidentiel. Les adhérents du Bloc identitaire seront directement consultés pour définir la position de leur mouvement à la prochaine élection présidentielle. Fabrice Robert, président des identitaires, a aussi déclaré : « Nous voulons surtout développer notre mouvement au niveau de la base. Nous préférons empêcher la création d’une mosquée que faire 2 % à une élection ! »

Terminons ce panorama…

Christine Boutin a présidé le congrès du parti chrétien démocrate à Lyon. Quant à Carl Lang, du Parti de la France, il a annoncé sa candidature à l’élection présidentielle.

Guéant promet de s’occuper de la délinquance roumaine…

Le ministre de l’Intérieur a visité les Champs-Elysées qui concentre selon la police je cite, “toutes les formes de la délinquance roumaine” à Paris : vols à la tire ou dans les distributeurs automatiques de billets de banque, cambriolages et vendeurs à la sauvette.

Selon Claude Guéant, 10 % des personnes déférées à la justice à Paris sont de nationalité roumaine, et 50 % des personnes roumaines interpellées sont mineures. Le ministre désire, je cite, « passer à la vitesse supérieure pour le retour des présumés délinquants dans leur pays d’origine. Je ne stigmatise rien ni personne, c’est une réalité judiciaire, il y a une montée très importante de la délinquance roumaine. » Fin de citation.

Evitons effectivement de stigmatiser les Roumains : d’abord parce la vérité oblige à dire qu’il s’agit généralement de Roms. Et qu’ensuite ce n’est pas le gouvernement roumain qui s’oppose au retour au pays des mineurs délinquants mais le Conseil constitutionnel français !

Les dernières doses du vaccin H1N1 vont être détruites

La destruction des doses périmées est prévue pour fin novembre. Pour rappel, le gouvernement avait acheté 94 millions de doses pour lutter contre l’épisode de cette grippe H1N1 pendant l’hiver 2010. Finalement, l’alerte mondiale de pandémie qui avait été déclenchée est rapidement retombée. On annonçait une terrible maladie et cette grippe H1N1 a causé la mort de 246 personnes en France contre 6000 pour la grippe normale.

Certes ce sont 246 vies humaines de trop, mais l’État a dépensé 400 millions d’euros pour acheter puis détruire ces doses. De l’argent qui est allé directement dans la poche de l’industrie pharmaceutique.

Application Iphone : juif ou pas juif ?

Si vous êtes propriétaire du fameux téléphone d’Apple, c’est la question que vous pose cette nouvelle application. Vous saurez que Patrick Timsit est juif, mais aussi Marylin Monroe et même, oh surprise de taille, Dany Boon ! Bref, la judaïté pour les non-initiés. Pour 79 centimes d’euros : la moitié du prix d’un café selon Johann Lévi, l’auteur de l’application, qui ne précise pas s’il figure sur la liste.

Un argument commercial qui n’a convaincu ni SOS Racisme qui va porter plainte, ni l’Union des Etudiants Juifs de France, ni même Alain Jacubowicz de la Licra, qui se dit « horrifié ».

Que nos auditeurs se rassurent : les maîtres censeurs ont obtenu gain de cause : l’application a été retirée de la vente en France.

Un binational à la tête de l’Office français de l’Immigration et de l’intégration

L’avocat Arnaud Klarsfeld a été nommé président de l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration par décret du Président Sarkozy.

Binational franco-israélien Arnaud Klarsfeld avait choisi d’effectuer son service militaire en Israël. Autant dire que la double nationalité a encore de beaux jours devant elle…

 Nouvelles du monde

La visite de Paul Kagamé suscite des remous en France

Le président ruandais, proche des milieux anglo-saxons, a été reçu trois jours en grandes pompes en France.
Une visite qui, comme celle de Kadhafi, il y a trois ans, a provoqué un certain malaise.
Malaise du côté de l’armée française injustement accusée par Kagamé d’avoir couvert le génocide des Tutsis en 1994.

Malaise du côté d’Africains et notamment de Congolais. Plusieurs dizaines d’entre eux ont bloqué le boulevard périphérique parisien avec des banderoles proclamant « Kagamé assassin ». Pour ces Africains Kagamé est responsable de la seconde guerre du Congo qu’il a lancée en 1996. Une guerre qui a fait quatre millions de victimes. Un bilan cinq fois supérieur à celui du génocide de 1994.

Sarkozy accueilli triomphalement en Libye

Le président de la République, s’est offert jeudi un petit bain de foule à Bengazi, en compagnie du Premier ministre de sa Gracieuse Majesté, David Cameron. « C’est extrêmement émouvant de voir les jeunes Arabes se tourner vers deux grands pays d’Occident pour leur dire merci, s’est exclamé le chef de l’Etat, poursuivant : Ce qui prouve que l’affrontement entre l’Occident et l’Orient n’est pas du tout une fatalité ». Un discours que notre président aurait sans doute quelques difficultés à tenir au Tremblay-en-France. « C’est aux Libyens de construire l’avenir, c’est aux Libyens de choisir leurs dirigeants, c’est pas à nous », a encore dit Nicolas Sarkozy dans une syntaxe approximative. Rappelons au président qu’il n’y a pas à proprement parler de « Libyens ». La Libye n’est en effet qu’un conglomérat de tribus hostiles. Kadhafi fédérait celles de Tripolitaine, à l’ouest du pays, alors que le CNT regroupe celles de Cyrénaïque, à l’est, avec le soutien des islamistes.

“Occupy Wall Street”S’inspirant des « révolutionnaires » égyptiens et des « indignés » espagnols, des Américains s’apprêtent à lancer ce samedi 17 septembre leur propre mouvement de contestation sociale

Il s’agit d’un mouvement  qui s’appelle « Occupons Wall Street ». A l’origine de cette initiative le journal et la fondation Adbusters qui dénonce le caractère antidémocratique du système américain. Le journal qui regroupe un réseau d’artistes, d’écrivains et d’activistes appelle Barack Obama à créer une commission présidentielle chargée de freiner l’influence de l’argent sur les élus à Washington. Leur intention est de rassembler plus de 20.000 personnes sur la célèbre place boursière pour y dresser un camp pendant plusieurs mois. Le but de cette manœuvre est de signifier le ras-le-bol légitime de la population américaine face à la corruption du monde politique et la mainmise des grandes entreprises financières sur l’oligarchie américaine.

Le Vatican balance entre retour à la tradition et sujétion à la doxa mondialiste

Benoit XVI a proposé à la Fraternité Saint-Pie X de signer un document doctrinal en vue d’une réconciliation.

Mais le Vatican a affirmé par la voix de Monseigneur Veglio, Président du Conseil Pontifical pour les Migrants,– je cite – « le réveil du nationalisme a provoqué le refus violent de la diversité ». Ces mots ont été prononcés à l’occasion d’assises interreligieuses à Munich. Une concession au politiquement correct peu conforme à la chronologie des faits : car c’est le multiculturalisme qui a précédé le réveil identitaire européen.

Regains de tensions entre l’Egypte et Israël

Le Premier ministre égyptien Essam Charaf a jugé hier que le traité de paix signé en 1979 avec Israël, le premier ratifié entre l’Etat hébreu et un pays arabe, je cite, n’était pas « sacré ». Ces déclarations surviennent sur fond de tensions entre Israël et l’Egypte. La semaine dernière, l’ambassade d’Israël au Caire a été attaquée lors d’une violente manifestation. Trois personnes ont été tuées et un millier d’autres blessées dans les affrontements avec les forces de l’ordre. L’ambassadeur d’Israël en Egypte a dû rentrer précipitamment dans son pays. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait néanmoins cherché à minimiser la portée de cette attaque pour les relations bilatérales,

 

[Kiosque étranger] L’enfant sauvage de Berlin

L'enfant sauvage de Berlin

17/09/2011 – 12h30
BERLIN (NOVOpress) –
Dans cet article de l’Independent, le journaliste Tony Paterson raconte l’étonnante histoire d’un adolescent retrouvé dans les rues de Berlin et qui prétend avoir vécu dans les bois au sud de la ville durant les cinq dernières années.

Equipé d’un sac à dos, d’une tente et d’un sac de couchage, le jeune homme a été intercepté par la police devant l’hôtel de ville de la capitale allemande.

Il a expliqué aux autorités que son père était mort voici deux semaines et, après l’avoir enterré dans un fossé, le garçon a marché à la boussole vers le nord à la recherche d’une grande ville.

Parlant un anglais hésitant, cet adolescent dit ignorer son âge et son nom. Il sait néanmoins que son père l’appelait « Ray » et que le prénom de sa mère était « Doreen ».

La police berlinoise a placé cet enfant sauvage des temps modernes dans un foyer pour adolescents et a diffusé un portrait auprès des autres polices européennes pour tenter de l’identifier.

[box] Image. Les enfants sauvages les plus célèbres : la tradition romaine disait que Rome avait été fondée par Romulus et Rémus qui auraient été élevés par des loups.[/box]

Vers le goulag numérique ? Conférence, Paris 17 septembre

Vers le goulag numérique ? Conférence Paris 17 septembre

Facebook, vidéo surveillance, biométrie, nanotechnologies,…
Ces activités ou technologies numériques et bien d’autres deviennent de plus en plus courantes dans notre vie. Xavier Eman posera la question, ne nous mènent-elles pas “Vers le goulag numérique” ?
Le 17 Septembre à 17h. Cercle Sainte-Geneviève, La Barricade, Foyer de l’Identité parisienne.

Vers le goulag numérique ? Conférence Paris 17 septembre

« Le problème des gens du voyage est celui de tous les Français » pour le maire de Bohain

« Le problème des gens du voyage est celui de tous les Français » pour le maire de Bohain

17/09/2011 – 10h00
BOHAIN (NOVOpress) – Les invasions des gens du voyage posent problème un peu partout dans l’Hexagone. A Triel-sur-Seine (Yvelines), 2 000 gitans continuent de piller la commune tranquillement. Le tribunal administratif de Versailles a refusé d’entériner leur expulsion sous prétexte que l’agglomération n’offrait pas d’aire de grand passage pour les nomades.

Un faux problème. Car une telle solution n’offre aucune tranquillité à la population et ne met pas un terme aux abus. Jean-Louis Bricout peut en témoigner. Le maire de Bohain (Aisne), commune qui doit faire face elle aussi à une arrivée de gitans, faisait cette remarque, vendredi, sur le site internet de la Voix du Nord, au sujet des occupants : « Ils ont de l’eau, du courant et des sanitaires à leurs dispositions. Même si légalement ce n’est pas conforme, ils bénéficient d’un certain confort. Je ne crois pas qu’aménager un espace soit utile. Après avoir aménagé, il faudra réaménagé parce que bien souvent, il y a des dégâts qui suivent ».

Des dégradations à la charge des habitants : « Le problème des gens du voyage est celui de tous les Français. Je répète que ce n’est pas à une population de payer », déplore l’édile. A Triel comme à Bohain et ailleurs, les Français en ont assez de passer à la caisse à la place des gens du voyage.

“Occupy Wall Street”

“Occupy Wall Street”

17/09/2011 – 08h30
PARIS (NOVOpress) –
Inspirés des révolutionnaires égyptiens et des indignés espagnols, des Américains s’apprêtent à lancer le samedi 17 septembre 2011 leur propre mouvement de contestation sociale.

Ce mouvement initié par la revue Adbusters et la fondation éponyme s’appelle « Occupy Wall Street ». Cette initiative réside dans la volonté de révéler au grand public le caractère antidémocratique du système américain et de signifier le ras-le-bol légitime de la population américaine face à la corruption du monde politique et à la mainmise des grandes entreprises financières sur l’establishment américain. Le journal qui regroupe un réseau d’artistes, d’écrivains et d’activistes appelle Barack Obama à créer une commission présidentielle chargée de freiner l’influence de l’argent sur les élus à Washington. Et le moyen pour parvenir à faire bouger les choses est simple: à l’instar des indignés espagnols, le mouvement espère rassembler plus de 20.000 personnes sur la célèbre place de Wall Street pour y dresser un camp pendant plusieurs mois.

“Occupy Wall Street” Cet élan contestataire veut surtout rassembler le plus grand nombre d’Américains qu’ils soient de droite ou de gauche. L’objectif étant de se faire entendre auprès d’Obama à travers de multiples revendications : le démantèlement de la moitié des milliers de bases militaires que possèdent les États-Unis à travers le monde ; une meilleure gestion de l’argent public et surtout pointer du doigt le rôle néfaste des banques et du monde de la finance. « Occupy Wall Street » prend de l’ampleur grâce aux réseaux sociaux qui participent au développement du mouvement. Plusieurs affiches appelant à l’occupation de l’emblématique quartier financier de Manhattan circulent désormais sur Twitter et Facebook. Un site récoltant des donations pour l’approvisionnement en nourriture et en eau a également été mis en ligne. Mais surtout la détermination des participants sera capitale. Pour le moment elle demeure intacte et plus que jamais renforcée par l’accroissement des disparités entre américains ; des disparités que le président Obama pourtant présenté unanimement par les médias comme le sauveur de l’Amérique, n’a jamais été en mesure de réduire.

[Kiosque étranger] Un diaporama associe leur crime aux visages de condamnés à mort

16/09/2011 – 20h00
AUSTIN (NOVOpress) –
Dans un souci compassionnel tout à fait dans la ligne éditoriale du quotidien de la gauche bobo britannique, le Guardian publie un intéressant diaporama interactif affichant des visages de chacun des condamnés à mort attendant son exécution au Texas. En cliquant sur les visages, on peut lire la nature des crimes pour lesquels ils ont été condamnés.

Il est peu probable que ces criminels suscitent la sympathie, même celle à toute épreuve des lecteurs du Guardian.

Prières de rue à la Goutte d’or : les musulmans bravent l’interdiction

Prières de rue à la Goutte d’or : les musulmans bravent l’interdiction

16/09/11 – 18h00
PARIS (NOVOpress)
– Décidément l’État de droit peine à se faire respecter dans les quartiers multiethniques à forte population musulmane.

Ainsi, plus de 200 musulmans priaient cette après- midi dans les rues de la Goutte d’or, malgré l’interdiction prononcée par la gouvernement via le ministre de l’Intérieur Claude Guéant (au centre, photo ci-dessus en compagnie de Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille à droite).

Défiant ainsi l’autorité d’un gouvernement toujours plus efficace dans les déclarations électoralistes que dans les faits, les fidèles musulmans se sont rassemblés vers 14 heures sur la chaussée de la rue Polonceau (18ème arrondissement).

Le ministre de l’Intérieur avait pourtant affirmé être bien décidé à faire respecter l’interdiction de prier dans les rues dès ce vendredi, notamment à Paris et Marseille, où ces phénomènes sont les plus massifs et les plus visibles.

La mobilisation des musulmans, qui bénéficiaient de la mise à disposition d’une caserne Boulevard Ney pour pratiquer leur prières, est donc un camouflet pour la gouvernement sarkozyste, ainsi qu’un message très clair sur le peu de cas qui est fait de la loi française dans ces quartiers.

«Si d’aventure il y a des récalcitrants nous y mettrons fin», avait pourtant averti le ministre de l’Intérieur sur l’antenne de RTL. On attend donc de voir l’application de ces mâles propos…

[box class=”info”]Photo sous licence Creative Common : Marcovdz/Flickr[/box]

[Kiosque étranger] Des Amish condamnés pour refus de port de triangle

[Kiosque étranger] Des Amish condamnés pour refus de port de triangle

16/09/2011 – 17h00
WASHINGTON (OVOpress) – Dans les colonnes du Daily Mail, le journaliste Leon Watson s’en donne à cœur joie en brocardant les Américains, sport très en vogue dans la presse britannique tout comme la francophobie.

Dans ce papier, il amuse ses lecteurs en racontant les mésaventures d’une communauté particulièrement conservatrice d’Amish vivant dans un comté reculé du Kentucky.

Vivant principalement de l’agriculture, les Amish refusent les conforts de la civilisation moderne, notamment les véhicules à moteur. Les voitures à cheval, qu’ils emploient pour se déplacer, sont tenues par le code de la route de l’Etat de porter un triangle de signalisation orange à l’arrière.

Or, ces Amish s’y refusent car l’orange est une couleur voyante qui choque leur pudeur.

Le choc entre les convictions religieuses des uns et l’inertie administrative de la sécurité routière a conduit des Amish en prison pour quelques jours.

[box class=”info”]Photo sous licence Creative Commons : Puliarf/Flickr[/box]

Pour la presse algérienne, le Bloc Identitaire est un élément moteur contre l’islamisation de l’Europe

Pour la presse algérienne, le Bloc Identitaire est un élément moteur contre l'islamisation de l'Europe

16/09/2011 – 16h15
ALGER (NOVOpress) – Le quotidien algérien El Watan a interrogé deux journalistes de Canal+, Mathias Hillion et Karim Rissouli, qui ont enquêté sur les mouvements européens qui s’opposent à l’islamisation de notre continent.

Si ces journalistes et le quotidien reprennent les poncifs et les amalgames habituels sur “l’extrême-droite”, ils accordent une place de premier rang au Bloc Identitaire. Ainsi, pour Mathias Hillion, le “leader [du Bloc Identitaire, note de Novo], c’est Fabrice Robert. Un ancien élu FN qui copie les stratégies des partis populistes islamophobes européens.”

Mais surtout, “Le BI influence le FN, mais aussi certains membres de l’UMP. Leur dénonciation des prières de rue a été reprise par le FN, puis par le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant.”

Sans oublier la Droite populaire, qui a “copié le Bloc identitaire en organisant un apéro saucisson-vin rouge à l’Assemblée cet été (deux ans après l’apéro saucisson-pinard que le Bloc identitaire comptait organiser dans le quartier de la Goutte d’or, finalement déplacé ailleurs sur ordre de la préfecture de police de Paris)”, précise Mathias Hillion.

Une reconnaissance du travail d’influence, l’un des axes majeurs du Bloc Identitaire.