Lendemains de bataille à Lampedusa

Lendemains de bataille à Lampedusa

24/09/2011 – 15h00
LAMPEDUSA (NOVOpress) — Après l’incendie du Centre d’accueil et la guerre urbaine de mardi et mercredi, où en est le front de l’immigration en Italie ? Lampedusa panse ses plaies, le gouvernement continue à recueillir des clandestins qu’il ne sait pas où mettre, les immigrationnistes sont plus virulents que jamais. Bref, plus ça va mal, plus c’est la même chose.

Lampedusa a été vidée de la plus grande partie de ses clandestins : il n’en restait plus qu’une soixantaine hier soir. Les autres ont été évacués vers la Sicile soit par bateau soit par avion militaire. Le préfet d’Agrigente assure que « nous contrôlons la situation ». L’île célèbre ces jours-ci la fête de Notre-Dame du Bon Port, protectrice des pêcheurs. Symboliquement, c’est l’archevêque de Tunis, Mgr Maroun Lahham, qui est venu célébrer la messe. Dans son homélie, il a rendu hommage aux Lampedusans, demandé aux Tunisiens de « ne pas cracher dans le plat où ils mangent » et souligné que « les hommes sont faits pour vivre ensemble dans l’harmonie ». La conférence des évêques sicilienne a déclaré de son côté que « Lampedusa devait retrouver son calme pour ne pas perdre un précieux patrimoine d’accueil et de compréhension réciproque ». Mais, malgré tous ces bons sentiments, « il y a dans l’île », selon le journaliste du Giornale di Sicilia, « la conscience que, après les affrontements, quelque chose changera fatalement dans les rapports avec les immigrés ». La voiture de Cono Galipò, administrateur de la coopérative « Lampedusa accueil » qui gère le Centre d’accueil a été brûlée dans la nuit de jeudi à vendredi, probablement par des habitants exaspérés.

Les clandestins continuent pendant ce temps à affluer de Tunisie comme si de rien n’était, et le gouvernement italien à organiser leur sauvetage en mer. Mais le Ministère de l’Intérieur n’ose plus les amener à Lampedusa, officiellement déclarée « port non sûr » pour les opérations de secours aux clandestins. Un bateau de 75 Tunisiens qui avait été repéré au large de l’île a donc été escorté hier par les vedettes des gardes-côtes jusqu’à Porto Empedocle, au sud de la Sicile, que le ministre Roberto Maroni destine à devenir le nouveau Lampedusa. Le maire, Calogero Firetto, s’y est dit favorable en principe tout en réclamant « des garanties adéquates pour la communauté locale afin que cela ne se transforme pas en drame dans le drame ».

La Tunisie n’acceptant de reprendre que 100 clandestins par jour, les opérations de rapatriement avancent lentement. 700 Tunisiens évacués de Lampedusa ont été installés en attendant sur trois bateaux, « Moby Vincent », « Moby Fantasy » et « Audacia » à l’ancre dans le port de Palerme, dans une zone interdite gardée par environ 500 policiers pour éviter de nouvelles émeutes.

Tout le lobby immigrationniste s’est répandu en protestations contre « ces centres d’accueil flottants ». Pour Riccardo Noury, porte-parole d’Amnesty International, « nous sommes confrontés à un nouvel exemple du recours à la détention par lequel les autorités italiennes traitent, dans cette période et pas seulement dans cette période, la gestion des arrivées et des flux de migrants et de réfugiés. Et si cela est le prélude à des expulsions de masse, comme c’est déjà arrivé en août, ce sera une violation des droits de l’homme ». Laura Boldrini, porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, a reconnu que les Tunisiens abrités sur ces bateaux n’étaient pas des demandeurs d’asile mais des réfugiés économiques : elle n’en a pas moins souhaité que des « médiateurs culturels » puissent monter à bord.

Les responsables de l’immigration à la Confédération générale italienne du travail (équivalent de la CGT) à Palerme et pour la Sicile, Zaher Darwish et Pietro Milazzo, ont déclaré la situation « intolérable » et exigé que « soit donnée à chaque immigré la possibilité de présenter, s’il le veut, une demande d’asile ou de protection humanitaire ». Ils demandent que puisse monter à bord des bateaux « une délégation représentative des organisations humanitaires et sociales ».

Osera-t-on faire observer à tous ces immigrationnistes que, si ces clandestins tunisiens n’avaient pas mis le feu à leur centre d’accueil, ils n’auraient pas à passer la nuit sur des bateaux ? Et que, s’ils étaient restés chez eux, ils ne subiraient pas les horribles violations des droits de l’homme perpétrées par le gouvernement italien ?

Avec son fils, « Le glaive de l’Islam », Ribéry croise de nouveau le fer avec les Français

24/09/2011 – 13h30
MUNICH (NOVOpress) –
Franck Ribéry vient d’avoir un fils. Le joueur du Bayern Munich a décidé de l’appeler Seif el Islam, prénom qui signifie « Le glaive de l’islam » en arabe. C’est aussi le même nom que l’un des fils de Mouammar Kadhafi.

L’ex-petit ami de Zahia, la prostituée de luxe au cœur d’un énorme scandale chez les Bleus en 2010, a été islamisé en 2006, après s’être marié quatre ans plus tôt avec son actuelle femme Wahiba. L’appellation islamique du joueur de football est d’ailleurs Bilal Yusuf Mohammed.

Alors que son épouse était enceinte, Franck Ribéry avait déjà annoncé sa volonté de donner un prénom musulman à son fils. Ses deux autres enfants portent également des prénoms étrangers à l’histoire de la France : Hiziya et Shahinez. On imagine les remous si une star du ballon rond tricolore osait appeler son fils : « Le glaive du christianisme »… En tout cas, pas sûr que l’initiative guerrière de Ribéry le rapproche du cœur des Français après ses multiples frasques de l’année dernière.

[Tribune libre] Pour une rentrée Zen :: Les Conseils de Belle et Rebelle !

[Tribune libre] Pour une rentrée Zen :: Les Conseils de Belle et Rebelle !

En cette période de rentrée des classes mesdames, mesdemoiselles, (si vous ne voulez pas mourir d’une syncope foudroyante) le petit conseil de Belle et Rebelle : fuyez !!!

Fuyez les grandes surfaces où la guerre du protège-cahier vert et du rapporteur est lancée. Les queues commencent à mi-rayon. L’ambiance fait penser à un pogo dans un mauvais concert de death métal. Les heureux bénéficiaires de l’allocation rentrée sont amassés comme des furieux, on en arriverait à demander de la diversité : pas grand chose, juste deux ou trois familles françaises de souche…

Préférez les intérieurs cosys des petites papèteries ou librairies. En plus de lutter contre la société de consommation et les grands trusts, vous pourrez en toute simplicité survivre à des courses. De toute façon,vous y consommerez toujours moins que dans l’un des temples de la consommation et ça vous coutera moins cher.

Fuyez les centres commerciaux où le moindre « j’étais avant vous » vous met dans un état de crispation sans précédent. Tout y est hors de prix, des crêpes aux toilettes.

Préférez les friperies et commerçants de votre quartier, chez qui vous trouverez des petits trésors cachés.

Fuyez les écoles publiques ! Il est douloureux ce constat et pourtant… L’Éducation nationale nous renvoie tel un miroir le reflet de plus de 30 ans de politique désastreuse sur tous les plans : celui de la morale, de l’institution, de l’instruction, de l’éducation, de la culture et de l’immigration !

Je sais pertinemment que la plupart d’entre nous n’ont pas les moyens de faire autrement, mais réunissez vos forces entre familles et bâtissez. Bâtissez des écoles libres pour nos enfants, à la maison ou ailleurs.

Fuyez la salle de sport pleine à craquer de gens pleins de nouvelles bonnes résolutions de rentrée.

Préférez attendre un petit mois vous verrez elle sera vidée de moitié (tout comme les bancs de la fac d’ailleurs), ou alors optez pour le sport en plein air.

C’était Belle et Rebelle pour une rentrée nickel !

Diane Fischer

[box class=”info”] Source : le webzine féminin, Belle et Rebelle, “Les conseils de la Rédaction”. [/box]

"La gauche et la préférence immigrée" : entretien avec Hervé Algalarrondo [audio]

La gauche et la préférence immigrée : entretien avec Hervé Algalarrondo [audio]

24/09/2011 – 10h00
PARIS (NOVOpress) – Le nouveau livre d’Hervé Algalarrondo (photo ci-dessus), rédacteur en chef adjoint au Nouvel Observateur, vient de sortir, aux éditions Plon. Il s’intitule “La gauche et la préférence immigrée” et a le mérite de jeter un gros pavé dans la marre, en pleine primaire du Parti Socialiste .

En effet, le point central de l’essai est que la gauche, au chevet des ouvriers depuis toujours, tend aujourd’hui a s’éloigner des “prolos de souche”, au profit d’une nouvelle “caste” : les immigrés. Il en résulte une désertion des syndicats et des partis de gauche par le prolétariat de “petits blancs” au profit du Front National, alors que, dans le même temps, la gauche “bobo” se refuse à ouvrir les yeux sur la réalité de la France d’aujourd’hui.

Pourquoi cet abandon ? La gauche souhaite-t-elle changer le peuple ? La sphère médiatique, dont le Nouvel Observateur fait partie, n’a-t-elle pas contribué à cette stigmatisation des petits blancs au profit des immigrés ?

C’est à ces questions qu’Hervé Algalarrondo a accepté de répondre, sans langue de bois.

[MEDIA not found]
Média Transports censure la pipe de Jacques Tati mais promeut l’adultère

Média Transports censure la pipe de Jacques Tati mais promeut l’adultère

24/09/11 – 08h30
PARIS (NOVOpress)
– Souvenons-nous : au début de l’année 2009, les affiches d’une exposition consacrée au grand réalisateur Jacques Tati (Les vacances de Monsieur Hulot, Mon oncle, Trafic, Playtime…) sont censurées et leur visuel modifié pour faire disparaître la pipe arborée par Tati roulant sur son vélo (remplacé par un moulin à vents).

Raison de cette manipulation de l’image ? Selon la régie publicitaire de la RATP, Média Transports, il s’agissait d’être en conformité avec la loi Evin qui interdit toute publicité, directe ou indirecte, pour la cigarette depuis 1991.

Une argumentation pourtant rejetée d’un revers de la main par le créateur même de cette loi, Claude Evin, ancien ministre de la santé, qui déclarait : « C’est ridicule. La loi que j’ai fait adopter a pour objet d’interdire la propagande, et la publicité directe ou indirecte. Indirecte parce qu’en 1991, il y avait de la publicité pour des produits dérivés du tabac comme des boîtes d’allumettes qui portaient le nom d’une marque de tabac. Dans le cas présent, on n’est pas dans la publicité indirecte. Il s’agit d’un patrimoine culturel. La reproduction de Monsieur Hulot avec sa pipe est une traduction de son personnage dans ses films et s’inscrit dans notre histoire, dans notre culture cinématographique. Et l’exposition, à ma connaissance n’a aucun lien avec l’industrie du tabac ».

En réalité, la régie publicitaire s’était donc bornée à faire un excès de zèle bien pensant, prouvant par là, contrairement aux assertions de la responsable de sa communication dans l’affaire Gleeden, que la régie se permet bien parfois de faire « l’arbitre des élégances », quand il s’agit de se soumettre au politiquement correct et aux plus grotesques excès de l’hygiénisme contemporain.

Par contre, quand il s’agit de protéger la famille, les plus jeunes usagers et la simple décence face à des incitations à l’infidélité et l’adultère, c’est, semble-t-il, une toute autre histoire…

1.500 personnes ont assisté à la fête annuelle de Casapound

1.500 personnes ont assisté à la fête annuelle de Casapound

23/09/2011 – 20h00
ROME (NOVOpress) – Plus de 1.500 personnes ont assisté du 15 au 18 septembre à la fête annuelle du mouvement Caspound, dont le thème cette année était « Direzione Rivoluzione ». Au total, quatre jours de formations, d’analyses, de débats avec des grands noms de la politique et des médias, mais aussi du sport, du théâtre, un défilé de mode et bien sûr de la musique. Avec six groupes invités samedi soir.

Ces quatre jours de fête ont également été l’occasion de dresser un bilan de l’action de Casapound : 3.500 adhérents, 33 nouveaux espaces « conquis » du nord au sud de l’Italie (dont un nouveau ces jours derniers à Rome), huit conseillers municipaux élus, un roman vendu à plus de 15.000 exemplaires. Sans oublier l’application par la région du Latium du Mutuo Sociale. Ainsi que le lancement d’une ONG : Solidarité-Identités, et celui d’une structure de protection civile.

Malheureusement, ces succès ont entraîné une vague de violences et d’aggressions contre les militants de Casapound. Comme le rapelle le communiqué du mouvement suite à ces quatre jours de fête : “ A Cuneo, un militant fut gravement blessé en recevant un pavé sur le crâne alors qu’il défendait le local de Cpi. Palerme fut aussi le théâtre d’agressions multiples pour tenter d’interdire la présentation du livre “Nessun Dolore”. A Perugia, l’écrivain de gauche Nicola Antonini fut blessé après qu’il eut accepté de présenter son livre. Enfin l’occupation de Val d’Ala donna lieu à de nombreuses agressions à commencer par une petite bombe posée devant la maison des parents du responsable de l’occupation sans parler des nombreuses arrestations et des menaces proférées. Encore plus grave, le 14 avril, le vice président de Cpi, Andrea Antonini fut blessé de deux coups de pistolets.”

Les collectivités locales plombées par des emprunts toxiques, l’exemple des Côtes d’Armor

Les collectivités locales plombées par des emprunts toxiques, l’exemple des Côtes d’Armor

23/09/2011 – 18h30
SAINT-BRIEUC(NOVOpress Breizh) –
« On n’a pas fait attention ». C’est la seule explication donnée hier par le président du conseil général du département des Côtes d’Armor, Claudy Lebreton (PS), suite à la révélation par le quotidien Libération de la liste considérable des collectivités locales ayant souscrit auprès de diverses banques – dont la banque Dexia – des emprunts « toxiques ». Les Côtes d’Armor fournissent un exemple emblématique : en effet c’était une explication un peu courte pour quelqu’un qui a été membre du conseil de surveillance de la banque Dexia.

Ce Département a emprunté la somme de 34 millions d’euros (moitié à taux fixe et moitié à taux variable) auprès de plusieurs banques, dont Dexia. Selon le mécanisme prévu par l’emprunt à taux variable, lorsque la parité est de 1,40 franc suisse (CHF) pour un euro, le taux d’intérêt est de 3,40 % soit une charge (capital + intérêts) de 800.000 € par an pour les contribuables costarmoricains. Ce qui est raisonnable. Le hic c’est que cette charge a quasiment atteint les quatre millions d’euros quand la parité est descendue à 1,10 CHF pour un euro. Soit cinq fois plus que prévu. Et il reste encore neuf annuités à rembourser.

Hier, lors de la session de rentrée du conseil général, le député Marc Le Fur (UMP), n’a pas manqué d’enfoncer le clou : « Ces emprunts sont non seulement immoraux, car basés sur la spéculation, mais également très dangereux pour les collectivités qui les souscrivent. », précisant que « la Chambre régionale des comptes considère que ces emprunts sont classés sur l’échelle des risques à la note maximale : la note 6F. » Et le conseiller général de Quintin de rappeler au passage que Claudy Lebreton a été dans le passé membre du conseil de surveillance de Dexia.

Si ce dernier a reconnu qu’il a bien été membre du conseil de surveillance de Dexia de janvier 2000 à avril 2004, il a expliqué qu’il s’agissait d’un « conseil de surveillance qui n’avait rien à voir avec le directoire de la banque. Il avait juste pour vocation d’associer les élus, mais pas au choix stratégique de la banque (sic) ». Une simple potiche ?

Le président du conseil général a essayé en outre de dégager sa responsabilité en signalant que l’État, qui assure le contrôle de la légalité, « n’a pas alerté les élus sur les dangers d’un tel emprunt (!). » Responsable donc, Claudy Lebreton, mais pas coupable. Pourtant le certificat d’études devrait suffire à réaliser que si le taux d’intérêt d’un emprunt est indexé sur le cours du franc suisse, ce taux augmente si le franc suisse augmente. Les contribuables des Côtes d’Armor devront, quant à eux, payer 4 millions d’euros supplémentaires.

Prières musulmanes dans la rue : appel à la guerre contre les Français [vidéo]

Prières musulmanes dans la rue : appel à la guerre contre les Français [vidéo]

23/09/2011 – 17h00
PARIS (NOVOpress) – Les images et les propos sont édifiants. Un membre de Riposte laïque a filmé vendredi 16 septembre, premier jour effectif de l’interdiction des prières dans la rue, des fidèles de deux mosquées du 18ème arrondissement de Paris. Premier choc, malgré les rodomontades et les effets d’annonces du “matamore” Claude Guéant – le ministre de l’Intérieur –, des fidèles ont prié dans la rue. Mais surtout, second choc : des musulmans appellent ouvertement à la guerre contre la France et les Français. Que fait la police ?

La Thaïlande, complice de la junte birmane contre les minorités

La Thaïlande, complice de la junte birmane contre les minorités

23/09/11 – 15h30
RANGOON (NOVOpress)
– C’est une très mauvaise nouvelle pour la résistance des minorités face à la junte birmane et notamment pour le peuple karen, en lutte pour sa liberté et son identité depuis plus de 40 ans. Les autorités thaïlandaises ont déclaré qu’elles allaient renforcer le contrôle de leur frontière pour empêcher l’aide matérielle et médicale de parvenir en Birmanie.

La police thaïlandaise a en effet annoncé qu’elle punirait sévèrement tous ceux qui soutiennent les Karens. Le chef adjoint de la police, le général Palawong, a ainsi déclaré que son gouvernement ne voulait pas soutenir les mouvements impliqués dans la guerre en Birmanie et que des mesures drastiques seraient prises contre quiconque chercherait à fournir des armes à ces organisations.

Selon une source proche de l’Union nationale karen, relayée par l’association italienne Popoli qui vient en aide aux Karens depuis plusieurs années, ce ne seront pas seulement les armes qui seront sujettes à inspection, mais aussi la nourriture et les médicaments destinés aux populations civiles qui vivent sous la protection de l’armée karen.

Pour Franco Nerozzi, président de Popoli, cette aggravation de la répression est en partie due à l’accession au poste de Premier ministre de Yingluck Shinawatra,la sœur du businessman thaïlandais Thaksin Shinawatra – ancien Premier ministre exilé à Dubaï depuis 2006 pour cause de corruption –, et qui souhaiterait favoriser le commerce familial avec la junte birmane.

Et Franco Nerozzi de conclure : « La décision de la Thaïlande offre une aide considérable au régime de Rangoon et au monde des affaires qui les soutiennent. Pendant ce temps continuent les massacres, les viols et les déportations de populations civiles sans que le sommeil des bureaucrates de Bruxelles ne soit troublé. »

Sondage Ifop : Les Européens, le protectionnisme et le libre-échange par Philippe Murer [audio]

Sondage Ifop : Les Européens, le protectionnisme et le libre-échange par Philippe Murer [audio]

23/09/2011 – 14h00
PARIS (NOVOpress) – Philippe Murer, membre fondateur de l’association Pour un débat sur le libre-échange, avait transmis à l’AFP une analyse d’un sondage de l’Ifop consacré au protectionnisme et au libre-échange en Europe. L’AFP ne l’a pas publiée. Novopress le fait (voir ci-dessous). Et pour rebondir sur ce thème, Philippe Murer répond à nos questions (propos recueillis par Yann Vallerie).

———————————————
Plus de 60% des Italiens, Espagnols et Allemands sont favorables à un relèvement des droits de douanes vis-à-vis des pays émergents, les Anglais sont plus mitigés.

Ce sondage portant sur l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne et l’Angleterre sur le sujet libre échange et protectionnisme a été commandé par le « Manifeste pour un débat sur le libre-échange », un collectif d’universitaires et d’économistes qui se disent persuadés que l’un des enjeux essentiels de la campagne présidentielle de 2012 sera la place et la stratégie de la France dans la mondialisation. Un sondage similaire avait déjà été commandé par cette association en Mai 2011 et portait sur la France. Le but de cette commande était de chercher à savoir si les citoyens d’autres pays européens avait les mêmes idées que les Français sur la nécessité ou non d’un relèvement des taxes au frontières.

Tout comme les Français, les Espagnols, Italiens et Allemands sont opposés à plus de 65% à la faible taxation des produits importés de pays comme la Chine et l’Inde. Les Anglais ne sont que 50% à y être opposés.

A l’exception des Anglais, entre 60% et 65% des Européens selon les pays pensent qu’il faudrait relever ces taxes.

Les Français, Allemands, Italiens et Espagnols pensent majoritairement que le bon endroit pour placer ces droits de douane est la frontière de l’Europe plutôt que la frontière de leur pays. Les Anglais sont partagés sur cette question.

Mais en cas de refus des partenaires européens de relever les droits de douane vis-à-vis des pays émergents, les Anglais, Allemands, Espagnols et Italiens sont entre 56% et 64% à penser qu’il faut le faire quand même aux frontières de leur pays.

Le relèvement des taxes vis-à-vis des grands pays émergents aurait pour la majorité des Italiens, Espagnols, Anglais et Allemands des conséquences positives pour l’Industrie, l’emploi et la croissance économique du pays.

————————————-

[MEDIA not found]
Campagne pro-adultère de Gleeden : la régie publicitaire de la RATP botte en touche

Campagne pro-adultère de Gleeden : la régie publicitaire de la RATP botte en touche

23/09/11 – 12h30
PARIS (NOVOpress)
– Selon le site internet des « Inrockuptibles » qui consacre un long article à l’affaire, Média Transports, la régie publicitaire de la RATP, confrontée à une vague de mécontentement et de protestations d’usagers choqués par la campagne pro-adultère du site Gleeden, se serait bornée à répondre : « Oui, il y a des gens qui ne sont pas contents, admet la responsable de la communication, mais c’est toujours la même chose. Avant d’accepter cette campagne, notre service juridique a été consulté. Ce site n’est pas illégal, et l’ARPP, (l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité), a rendu un avis favorable. Donc c’est conforme à la loi. Nous, nous n’avons à prendre parti. Nous ne sommes pas les arbitres des élégances, alors nous avons affiché cette campagne. »

Une façon de botter en touche et d’échapper à ses responsabilités, qui ne satisfera certainement pas les opposants à cette confiscation de l’espace public au service des intérêts financiers d’un site encourageant cyniquement la trahison et le mensonge.

D’autant que par le passé, Média Transports n’avait pas hésité à refuser certaines affiches publicitaires au nom du « principe de neutralité du service public ». Il s’agissait, début 2011, de la campagne de l’association écologiste France Nature Environnement sur le thème des algues vertes. Jugées « trop agressives », les publicités dénonçant l’usage de pesticides et de produits toxiques avaient été écartées par la régie, malgré l’aval de la justice donné à cette campagne.

Alors, deux poids, deux mesures ? Pour Média Transports, mieux vaut encourager à la débauche et l’adultère que défendre l’environnement ?

« Manuel d’Histoire de France » d’Anne de Mézeray. Par Philippe Conrad

« Manuel d’Histoire de France » d’Anne de Mézeray. Par Philippe Conrad

[box class=”info”] Article publié initialement sur Polémia. [/box]

L’école continue de se disloquer. L’enseignement de l’histoire y est de plus en plus malmené. Mais il ne sert à rien de se lamenter. Il faut prendre les choses en main. C’est dans cet esprit qu’Anne de Mézeray a publié un remarquable manuel d’histoire de France pour cours moyen. Sur le fond ce manuel est clair, mais pas simpliste. Il est solidement documenté, il respecte les faits et évite les à-peu-près. Sur la forme le manuel est remarquablement illustré. Bref, ce manuel est un petit chef d’œuvre. C’est aussi un outil indispensable aux parents ou grands-parents qui veulent pallier les carences de l’éducation dite nationale. Un livre de fond utile à la lecture du soir ou pour compléter la visite d’une province française ou d’un musée avec des enfants. Nous donnons ici la préface qu’en a faite l’historien Philippe Conrad sous forme d’une adresse « aux parents de nos jeunes élèves ».

Polémia

« J’ai eu la chance, étant enfant, de bénéficier dès mon plus jeune âge d’une initiation à l’Histoire qui a largement déterminé mon parcours ultérieur et je mesure le privilège précieux que fut pour moi la présence d’instituteurs, puis de professeurs en mesure de satisfaire ma curiosité et de parler à mon imagination pour me permettre de découvrir les grands moments et les figures marquantes de notre passé commun. Pour certains, il est de bon ton aujourd’hui d’ironiser à propos de «l’Histoire-batailles» et de caricaturer, en la présentant comme une construction purement idéologique, la trame événementielle qui, au fil des siècles, a produit cette aventure particulière qui fut celle de la France ; mais les champions des «thèmes transversaux», de l’histoire déterritorialisée et du refus des «grands hommes» ont abouti à un cinglant échec, à la confusion générale et au rejet d’une matière qui faisait, il y a quelques décennies, rêver les enfants, sensibles au récit des gloires ou des malheurs de leur pays, quand Roland, Bayard, Turenne, Napoléon ou Pasteur faisaient figures de modèles, au même titre que, quelques siècles plus tôt, les «hommes illustres» de Plutarque… Le besoin demeure cependant de s’inscrire dans la suite des générations, de savoir comment s’est bâtie cette France qui constitue le cadre «naturel» dans lequel évolue notre société, d’évaluer ce qui fait sa particularité, qui n’a rien d’incompatible avec une identité civilisationnelle dont on mesure mieux aujourd’hui, face aux bouleversements en cours, qu’elle se confond avec celle de la vieille Europe, laminée par les deux guerres mondiales et provisoirement sortie de la grande Histoire.

Ce passé qui fait ce que nous sommes

« Manuel d’Histoire de France » d’Anne de Mézeray. Par Philippe ConradDécouvrir ce passé qui nous a, dans une large mesure, faits ce que nous sommes, apparaît d’autant plus nécessaire que –en dehors de l’école, à travers l’intérêt porté au patrimoine ou à tout ce qui renvoie à notre héritage et à nos racines– notre époque aspire à renouer le fil du temps, seul moyen de savoir qui nous sommes et ce que nous voulons. La qualité de l’enseignement historique dispensé aux enfants dès le cycle primaire prend donc, dans cette perspective, une importance majeure et il faut remercier Anne de Mézeray –jeune agrégée d’Histoire, spécialiste de l’époque médiévale– d’avoir pris le temps et consenti les efforts nécessaires pour réaliser ce manuel plus que jamais indispensable en notre temps d’amnésie organisée et de «repentance» débilitante. Par la densité et la clarté des informations fournies, par la cohérence de la vision d’ensemble qui a animé le travail de l’auteur, cet ouvrage va constituer un outil indispensable pour tous les enseignants qui résistent au nivellement par le bas, et ont choisi de ne pas renoncer, refusant La Fabrique du crétin brillamment décrite par Jean-Paul Brighelli (*).

Le combat pour l’histoire , condition du maintien de l’identité française

Plus que jamais, le «combat pour l’Histoire», qui doit commencer très tôt, apparaît comme la condition du maintien d’une identité française dont, reprenant la formule fameuse de Paul Valéry, nous savons maintenant qu’elle pourrait bien être mortelle. C’est un auteur du siècle dernier qui résumait le mieux le défi ainsi lancé à notre temps, quand il écrivait que «de toutes les choses qu’on enseigne aux enfants, il n’en est aucune qui leur soit plus nécessaire que l’histoire de leur pays. On a d’autant moins droit à la leur cacher qu’ils y trouvent la révélation de leur propre noblesse. De petits Français issus de tous les milieux, qu’on n’a pas instruits de la grandeur de leurs origines, ressemblent à ces petits princes qui ont été volés par des bohémiens et qui, loin du palais paternel, vivent dans un désordre sordide sans savoir qu’ils sont fils de rois. On comprend aisément que les démagogues veulent supprimer l’enseignement de l’Histoire. Ils ont besoin de réduire les hommes à un état d’impersonnalité et d’abêtissement où ils ne se distinguent plus les uns des autres, pour les embrigaer dans leurs sombres partis, pour les enrôler dans les armées de la sottise (…)». On sait la fonction que le Big Brother de George Orwell attribuait à l’Histoire, revue et corrigée à sa façon, dans la grande entreprise de lobotomisation visant à fabriquer des sujets dociles…

Sachant que l’avenir n’est écrit nulle part, il ne tient qu’aux jeunes générations de parents et d’enseignants conscients des menaces qui pèsent sur notre jeunesse de relever le défi que constitue la transmission régulièrement renouvelée d’une mémoire qui ne se confond certes pas avec l’Histoire savante mais qui prépare à sa découverte en même temps qu’elle contribue à la construction d’une citoyenneté authentique. L’ouvrage d’Anne de Mézeray ne peut que contribuer à la mise en œuvre de cette entreprise aussi ambitieuse que nécessaire. »

Philippe Conrad
Historien

(*) NDLR : Voir La fabrique du crétin : la mort programmée de l’école

Source : Correspondance Polémia, 20/09/2011

Anne de Mézeray, Manuel d’Histoire de France, préfacé par Jacques Heers et Philippe Conrad, ed. L’Œuvre scolaire Saint-Nicolas, 332 pages, plus de 200 illustrations en couleur, 29 euros (port compris).
Commande et chèque à adresser à l’Œuvre scolaire Saint-Nicolas 89 rue Pierre-Brossolette 92130 Issy-les-Moulineaux.
Ou par internet par exemple ici.

Le Bloc identitaire réveille les habitants de Montluçon avec l'appel du muezzin [vidéo]

Le Bloc identitaire réveille les habitants de Montluçon avec l’appel du muezzin [vidéo] mis à jour

23/09/2011 – 08h06
MONTLUÇON (NOVOpress) – Profitant des vacances d’été, les autorités musulmanes de Montluçon annonçaient dans la presse que non contentes de construire une grande mosquée, elles allaient y ajouter un minaret afin qu’un muezzin puisse appeler à la prière comme c’est toujours le cas en terre d’islam.

Face à cette provocation, le Bloc Identitaire réagissait immédiatement en informant les Montluçonnais. Devant leur réaction, les associations musulmanes reculaient aussitôt. Elles modifiaient le permis de construire afin de supprimer le minaret.

Pour autant, tout danger n’est pas écarté. Il est même probable que les autorités musulmanes tenteront, une fois la mosquée installée, de déposer un nouveau permis afin de se doter d’un minaret comme c’est le cas de 100% des mosquées du Maroc à l’Indonésie en passant par l’Arabie saoudite.

Tract du Bloc Identitaire contre le projet de mosquée à MontluçonAussi, afin de montrer aux Montluçonnais ce qu’est le réveil en pays musulman, les militants identitaires ont réveillé – au sens propre comme au sens figuré – les habitants de la cité. C’est en présence de Fabrice Robert, président du Bloc Identitaire, qu’a été diffusé l’enregistrement d’un appel du muezzin, pendant que plusieurs centaines de tracts (ci contre) étaient déposés dans les boîtes aux lettres et sur les pare-brises des voitures stationnées. Dans le même temps, les militants identitaires posaient des plaques de rue factices aux noms symboliques : rue du minaret, rue des infidèles, rue de la charia (photo ci-dessus).

Par ces actions symboliques, le Bloc Identitaire entend apporter son soutien aux Montluçonnais et rappeler que – malgré cette première victoire contre le projet de minaret – il ne faut pas oublier qu’une mosquée reste un symbole fort de l’islamisation de notre pays et que les militants identitaires n’accepteront pas ce changement imposé de culture et de mode de vie.

Vidéo réalisée par les identitaires auvergnats

Vidéos prises sur le vif

Tv7 : Enquête sur le développement de « l’extrême droite » en Gironde [vidéo]

23/09/2011 – 8h00
BORDEAUX (via Info Bordeaux) – Cette semaine, TV7 a diffusé un reportage intitulé « La Gironde, nouveau fief de l’extrême droite ». Dans celui-ci, la journaliste Laura Parade s’inquiète du développement de « mouvements nationalistes », ciblant à la fois le Front national et le Bloc identitaire. En effet, pour le parti de Marine Le Pen, la vague est prometteuse. Des centaines d’adhésions, des scores très élevés aux dernières élections aux cantonales, ainsi qu’une présidentielle dont la candidate jouera à coup sûr un rôle clé.

Le Bloc identitaire connaît lui aussi un succès non négligeable. Nombre de ses thématiques sont reprises par les médias et les pouvoirs publics. Dernier exemple en date, l’interdiction des prières musulmanes dans les rues, problème soulevé et porté depuis des mois par les militants identitaires. Localement, leur opposition aux constructions de mosquées, que ce soit à Bordeaux ou Talence, reçoivent un accueil très favorable des populations concernées.

Enfin, le reportage donne la parole à Laura Slimani, du mouvement des jeunes socialistes. Celle qui se définit comme « féministe engagée » s’insurge contre le fait que des catholiques bordelais prient une fois par an devant la cathédrale pour les enfants victimes de l’avortement. Condamne-t-elle les propos proférés à cette occasion, par les manifestants de gauche, tels que «Marie, Jésus on t’encule » ou « cacatholiques » ? De toute façon, ceux-ci n’indignent personne, le reportage de TV7 ne l’ayant même pas évoqué !

Le président turc évoque pour la première fois la fin de l’adhésion à l’UE

Le président turc évoque pour la première fois la fin de l’adhésion à l’UE

22/09/2011 – 22h20
BERLIN (NOVOpress) –
En visite d’État en Allemagne, le président turc Abdullah Gül (photo) a évoqué pour la première fois le fait que la Turquie n’entre pas au sein des pays de l’Union Européenne. Selon le président turc, la Turquie se plierait au fait de ne pas être un membre de l’Union Européenne : « si les habitants d’un seul de ses pays ne veulent pas de nous et considèrent la Turquie comme un poids ».

Il est vrai que l’Union Européenne, qui traverse actuellement une crise économique sans précédent semble beaucoup moins attractive pour les Turcs. Alors que dans le même temps, Ankara, seizième puissance économique mondiale est en plein essor.

Disparition de Toufik : les enquêteurs s’intéressent aux parents

Disparition de Toufik : les enquêteurs s’intéressent aux parents

22/09/2011 – 21h15
MOINS (NOVOpress) –
Toufik, le garçon de 10 ans, disparu depuis mardi, a été retrouvé mercredi soir à Moins près de Lyon. L’enfant a frappé à la porte d’habitants de cette commune vers 20 heures. « Je suis Toufik, des gens parlant une langue étrangère m’ont emmené », leur a-t-il affirmé. Au moment de sa disparition, le jeune garçon faisait du vélo devant la maison de son père à Lapeyrouse-Mornay, dans la Drôme, à 70 kilomètres de l’endroit où il a été retrouvé.

Pour les enquêteurs, cet enlèvement pourrait-être crapuleux ou familial. L’environnement familial de l’enfant semble en effet guère reluisant. Les parents sont séparés depuis juillet. Le garçon demeure chez son père, chauffeur routier au chômage, condamné par le passé dans des affaires de drogue. Il est « resté figé depuis mardi soir et n’a pas eu de réaction à l’annonce de la découverte de son fils », selon le site du Parisien. Tandis que pour Libération, « l’enfant aurait pu être pris en otage en raison d’une dette ».

La police s’intéresse également à la mère, domiciliée à Saint-Priest, en banlieue de Lyon. Elle effectue de nombreux allers-retours à Paris et a été localisée mardi soir à Orléans, le jour de la disparition de son enfant, grâce à son téléphone portable. « Partie vivre dans une autre région », la mère «  n’avait pas donné beaucoup de nouvelles après avoir quitté le domicile familial », ajoute Le Parisien.

Le fils de Franck Ribéry s’appellera "Seïf El Islam"

Le fils de Franck Ribéry s’appellera “Seïf El Islam”

22/09/11 – 20h30
PARIS (NOVOpress)
– Hommage au « Guide » libyen déchu, simple coïncidence ou communion islamique dépassant frontières et continents ?

Quoiqu’il en soit, le nouveau-né du couple Franck Ribéry et Wahiba, venu au monde le 16 septembre dernier, se prénommera « Seïf El Islam » comme le fil préféré du colonel Mouammar Khadafi

C’est au cours d’une interview accordée au site allemand TZ Online que Franck Ribéry a révélé le prénom de son fils: « Seïf el Islam », le « glaive de l’Islam » en arabe.

Un prénom qui fleure bon la France et l’amour de ses traditions pour le fils de l’attaquant de l’équipe nationale et ex-amant de la sulfureuse Zahia.

Pour les Inrocks, le Bloc Identitaire déclare sa flamme à Arnaud Montebourg

Pour les Inrocks, le Bloc Identitaire déclare sa flamme à Arnaud Montebourg

22/09/2011 – 19h00
PARIS (NOVOpress) –
Dans un article paru sur leur site Internet, les Inrockuptibles font état d’une “lettre d’amour” du Bloc Identitaire à Arnaud Montebourg. Comment cette flamme s’est-elle déclarée ? C’est le thème de la démondialisation, au cœur certes de la campagne d’Arnaud Montebourg pour la primaire socialiste, mais également au centre de celle des Identitaires pour l’élection présidentielle et au–delà.

Le Projet Apache avait déjà fait un acte de piraterie politique en indiquant soutenir la candidature Arnaud Montebourg à la primaire socialiste. Le Bloc Identitaire continue sur cette lancée et indique : “Nous lui demandons encore un petit effort pour rejoindre totalement nos positions”, comme l’indique Fabrice Robert aux Inrocks. D’autant que l’hebodmadaire précise : “Localiste et farouchement européen, le Bloc identitaire s’estime sur la même longueur d’onde idéologique qu’Arnaud Montebourg”.

De plus, Fabrice Robert indique : “Il n’y a aucune volonté de nuire à Arnaud Montebourg, simplement la volonté de provoquer un débat. Il reconnait lui-même que ce sujet doit dépasser les clivages politiques.”

Cependant, le Bloc Identitaire dans sa lettre ouverte soulève les contradictions d’Arnaud Montebourg, qui certes préconise la démondialisation mais ne veut pas mettre fin à l’immigration. En réponse à cela, le Bloc Identitaire affirme que la démondialisation est un “louable engagement auquel doit s’ajouter impérativement pour être efficace l’interdiction à ces mêmes multinationales de ‘délocaliser à domicile’ en faisant venir ici une main d’œuvre étrangère et corvéable à merci. Le concept de démondialisation inventé par le Philippin Walden Bello ne précise-t-il d’ailleurs pas de ‘fixer les populations dans leurs aires d’origine’ !”