[Tribune libre] “Les médias occidentaux exagèrent la situation en Syrie” – Par Louis Denghien

“Les médias occidentaux exagèrent la situation en Syrie” – Par Louis Denghien

Décidément, tout finit par arriver, même un  soupçon de vérité, dans l’espace médiatique français. Ainsi le gratuit français d’information 20 Minutes a eu l’assez bonne idée d’interroger un spécialiste du Proche-Orient, Fabrice Balanche, maître de conférences à l’Université Lyon 2 et par ailleurs membre du Groupe de recherches et d’étude sur la Mediterranée et le Moyen-Orient. Et Balanche remet un certain nombre de pendules à l’heure, après neuf mois de mensonges – ou de simplifications, ou de fantasmes – sur la crise, certes grave, que connait ce pays.

L’opposition syrienne bidonne et les médias français à sa suite

D’emblée, Fabrice Balanche pose le problème de fond : « Il faut savoir que l’on exagère assez la situation en Syrie dans les médias occidentaux, à cause des sources employées par ces médias ». Et le spécialiste enchaîne avec un exemple concret, et récent : « On parle pour la journée de mardi (27 décembre) de 70 000 manifestants à Homs : ce n’est pas vrai, des gens m’ont dit qu’ils n’avaient été que quelques milliers ».

« On se laisse avoir, explique notre universitaire, par une certaine surenchère parce que la principale source d’information est l’opposition syrienne » : autant pour la fiabilité des statistiques et infos produites en série par l’OSDH, effectivement source quasi-unique des journalistes français pressés ou alignés. Au passage, Balanche met aussi en doute la compétence  – et l’appréciation de la situation à Homs – du général commandant la mission de la Ligue arabe, le Soudanais al-Dabi, ce qui prouve sa neutralité sur le sujet. Au sujet de cette mission, Balanche pense qu’al-Dabi et ses subordonnés ne pouvaient se lancer dans des déclarations péremptoires dès la première journée de leur mission et qu’ils ont encore  le temps d’affiner leur analyse, auquel cas, souligne Fabrice Balanche, ils seront obligés de dire qu’il y a des groupes armés qui tirent sur la police. Le spécialiste pense que la mission produira au final « un rapport sans doute assez équilibré entre les deux parties ».

 Bachar (photo) a de bonnes chances de se maintenir

Fabrice Balanche analyse ensuite la stratégie de Bachar al-Assad qui, selon lui, parie sur l’essoufflement du mouvement et sur des divisions au sein de la Ligue arabe. En ce qui concerne le premier point, Balanche observe que les manifestations « sont beaucoup moins importantes que cet été » et qu’ “on est surtout passés à la rébellion armée” . Et il estime que le président syrien compte sur une aggravation de la situation en Egypte, qui « démode » en quelque sorte le dossier syrien, et ramène les monarchies du Golfe à plus de circonspection. Rien que de très plausible, à vrai dire, pour un homme confronté depuis des mois à une coalition aussi hétéroclite que puissante et agressive.

Le quotidien gratuit pose ensuite LA question : « Bachar al-Assad a-t-il une chance de se maintenir au pouvoir ? » Fabrice Balanche y répond par l’affirmative, en s’appuyant sur les arguments suivants :

-D’abord le front anti-syrien peut se disloquer, à la faveur notamment de la prochaine présidentielle en France, ou d’une succession monarchique en Arabie Saoudite ;

-ensuite, seule une intervention de l’OTAN peut éventuellement renverser militairement le régime, et justement l’OTAN est empêchée d’y aller parce qu’on est, explique l’universitaire, « au coeur d’un conflit géopolitique dans lequel il est très compliqué d’intervenir« . “Soit on le (Bachar) laisse tranquille, soit on intervient militairement mais cela ne sera pas évident“.

Et Balanche de préciser que ce ne sera pas évident aussi parce que le chef de l’Etat syrien a non seulement « bien en mains » l’armée et les services de sécurité, mais qu’il bénéficie en outre du « soutien d’une bonne partie de la population« . Interrogé encore par 20 Minutes sur l’ampleur de ce soutien, il estime que « les positions sont très tranchées dans la population syrienne« , avec des partisans et adversaires déterminés du régime, et aussi un « ventre mou » qui, indique-t-il, « a tendance à revenir vers le pouvoir, par peur du chaos et d’un scénario à l’égyptienne« .

Des arguments, une analyse globale que nous reprenons globalement à notre compte, et qui ne nous apportent aucune révélation. Mais qui peuvent contribuer à dessiller les yeux d’une partie importante du public français, du moins celui qui s’intéresse aux questions internationales, et qui vient de recevoir là une brève mais sérieuse antidote à la désinformation ambiante. Au fait, Alain Juppé lit-il 20 Minutes ?

[box class=”info”] Source : INFOSyrie. [/box]

Crédit photo : Fabio Rodrigues Pozzebom / ABr, licence CC.

Le convoi de Noël de Solidarité Kosovo 2011 sur le terrain [video]

Le convoi de Noël de Solidarité Kosovo 2011 sur le terrain [video]

Images d’un media régional, “Kim”, du convoi au Kosovo de l’association humanitaire française Solidarité Kosovo pour la Noël 2011.

Mis à jour le 1/1/2012.

 

Mise à jour de Novopress  du 1/1/2012. Ci-dessous traduction du texte en serbe de présentation de la vidéo, publié le 29/12/2011 sur le site de Radio KIM :

 

Présents de France pour les enfants au Kosovo.

L’organisation française “Solidarité Kosovo” a distribué des paquets dans les villages Crkvena Vodica et Brnjica. Plus tard aujourd’hui, ses membres vont également visiter les villages serbes dans le district de Kosovsko Pomoravlje.

L’association “Solidarité Kosovo” a été fondé par Arnaud Gouillon en 2004. Elle vise à aider les Serbes menacés au Kosovo-Metohija, et en France elle publie un journal trimestriel pour informer les gens sur la réalité des événements au Kosovo.

Dans une déclaration à Radio KIM (Kosovo i Metohija), Arnaud Gouillon indique que le but principal de l’association est de donner aux Serbes à la fois un soutien matériel et moral, pour que les Serbes sachent qu’en France ils ont des amis et des gens qui pensent à eux.

“Nous organisons la collecte de matériel en France auprès de familles qui veulent aider et qui nous apportent du matériel scolaire, des vêtements, des jouets … Nous avons aussi des donateurs qui nous aident financièrement pour louer des véhicules afin d’amener ces produits au Kosovo”, a déclaré A. Gouillon.

Hier, les paquets ont été distribués aux enfants de Kosovska Kamenica, et aujourd’hui, aux élèves de l’enseignement primaire à Crkvena Vodica et à Brnjici. Ce soir, des paquets seront donnés à des petits enfants dans le district de Kosovsko Pomoravlje, et demain, aux enfants vivant dans des villages de rapatriés en Metohija.

L’association “Solidarité Kosovo” a reçu les informations sur les besoins de la population en danger au Kosovo par le biais de son bureau local, qui a été ouvert plus tôt cette année dans le cadre du diocèse de Raska et Prizren. Le diacre Bojan Krstić est en en charge de ce bureau.

“En raison des graves difficultés de vie des Serbes au Kosovo-Metohija, le besoin s’est fait sentir d’ouvrir ce bureau et il a commencé à travailler avec la bénédiction de l’évêque Théodose. L’ONG “Solidarité Kosovo” a contribué à l’ouverture et au fonctionnement du bureau. L’aide de l’ONG se compose principalement de vêtements, mais en même temps ils ont aussi apporté du matériel scolaire et des jouets pour les enfants”, a dit le diacre.

Le directeur de l’école primaire de Brnjica, Stanka Ilić, a déclaré que ce don représente beaucoup pour eux, parce que c’est un signe qu’ils ne sont pas oubliés.
“Compte tenu de la situation dans laquelle nous vivons, tous les dons pour nos enfants sont les bienvenus. Jusqu’ici nous n’avions pas reçu de dons, et personne ne nous a rendu visite à part une fois, l’année dernière, des soldats suédois de la KFOR, qui nous ont apporté des ballons et des magazines pour les enfants “, a déclaré Ilić.

La valeur totale des dons que l’organisation “Solidarité Kosovo” distribue ces jours-ci aux enfants est d’environ 30.000 euros.

[Tribune libre] Réflexions sur les manifestations en Russie – Par Alexandre Latsa

Réflexions sur les manifestations en Russie - Par Alexandre Latsa

L’année 2011 se termine et avec elle un mois de décembre placé sous le signe des manifestations politiques. Rappelons les faits: suite aux élections du 04 décembre 2012 qui ont entraîné une baisse de Russie Unie et une forte hausse des partis nationalistes ou de gauche, des fraudes électorales ont été dénoncées. Ces fraudes auraient permis au parti au pouvoir et disposant de la ressource administrative, de gonfler son score et de fausser les résultats. Pourtant, près de deux semaines après les élections, alors que des enquêtes sont en cours suite aux plaintes déposées, le nombre de fraudes recensées dans le pays y compris Moscou ne semble pas avoir faussé notablement le scrutin, dont les résultats sont conformes aux nombreux sondages et estimations d’avant et d’après vote.

Revenons aux manifestations: Le 10 décembre 2011, un grand meeting unitaire d’opposition avait lieu à Moscou, rassemblant 30 à 40.000 personnes. J’ai déjà décrit la relative incohérence politique de cette manifestation qui rassemblait côte à côte des membres de la jeunesse dorée Moscovite, des nationalistes radicaux, des antifascistes, ainsi que des libéraux et des communistes. Souhaiter le départ à la retraite de Vladimir Poutine n’est pas un programme politique, et quand à la tenue de nouvelles élections, on se demande en quoi elle concerne des dizaines de sous-groupuscules politiques non candidats à la représentation nationale.

Le 17 décembre le parti d’opposition libérale Iabloko a rassemblé quelques 1.500 partisans, alors que le meme jour qu’un millier de sympathisants du mouvement eurasien et du syndicat des citoyens russes (Профсоюз Граждан России) se réunissaient pour dénoncer les manipulations oranges et rappeler la nécessité d’un état fort. Le lendemain, le 18 décembre, ce sont près de 3.500 militants du parti Communiste qui se sont réunis. Le 10 décembre, lors de la grosse manifestation dopposition, l’un des leaders de l’opposition liberale, Mikhaïl Kassianov, avait affirmé que “Si aujourd’hui nous sommes 100.000, cela pourrait être 1.000.000 demain”. Celui ci a appelé à un printemps politique en Russie, un discours étrangement similaire à celui de l’excessif républicain John Mc Cain ces dernières semaines. Pour autant aucune marée humaine n’a déferlé dans les villes du pays, au grand dam de nombre de commentateurs occidentaux qui annonçaient déjà l’Armageddon en Russie, et c’est seulement une neige abondante qui a recouvert le pays le 24 décembre, jour de la manifestation unitaire.

Cette journée du 24 décembre n’aura finalement été un succès qu’a Moscou. En province, dans les autres villes de Russie, la mobilisation aura faibli par rapport aux rassemblements du 10 décembre. A Vladivostok, la manifestation a réuni 150 personnes, contre 450 le 10 décembre. A Novossibirsk 800 personnes ont défilé contre 3.000 le 10 décembre. A Tcheliabinsk dans l’Oural, les manifestants étaient moins de 500 contre 1.000 le 10 décembre, à Iekaterinbourg 800 personnes ont manifesté contre 1.000 le 10 décembre dernier. A Oufa, 200 manifestants se sont rassemblés, soit autant que le 10 décembre. Enfin 500 personnes ont défilé à Krasnoïarsk contre 700 le 10 décembre. Notons qu’à Saint-Pétersbourg, haut lieu de la contestation et bastion libéral en Russie, de 3 a 4.000 personnes ont défilé, contre près de 10.000 le 10 décembre dernier. (Sources : Ria-Novosti et Ridus.ru).

Dans la capitale le 24 décembre, 3 meetings différents ont eu lieu. 2.000 nationalistes du parti nationaliste Libéral-Démocrate de Vladimir Jirinovski, et 3.000 sympathisants du politologue Sergueï Kurginyan ont manifesté séparément pour répondre à la “peste orange”. Enfin et surtout dans ce qui est sans doute le plus gros meeting d’opposition de l’année, avenue Sakharov (photo), ce sont 40 à 50.000 personnes qui se sont rassemblées. La manifestation de Moscou s’est déroulée sans incidents notables, si ce n’est à la fin du meeting, quand des radicaux d’extrême droite ont tenté de monter sur la tribune en force, alors même que le leader ultra nationaliste Vladimir Tor (dirigeant du mouvement NazDems) avait pris la parole quelques minutes auparavant. On peut du reste se demander pourquoi les nombreux journalistes occidentaux présents n’ont pas relevé le fait que plusieurs milliers de jeunes nationalistes radicaux sifflaient ou criaient “russophobe” en direction de certains orateurs de diverses confessions et scandaient des slogans tels que: “les russes ethniques de l’avant”, ou “donnez la parole aux russes ethniques”. Un deux poids deux mesures pour le moins surprenant.

Dans le pays et donc surtout à Moscou, les rassemblements du 24 décembre ont tourné à la cacophonie politique totale. Les meetings ont de nouveau rassemblé toutes les composantes politiques les plus improbables, des nationalistes radicaux aux antifascistes, en passant par les libéraux, les staliniens, les activistes gays et lesbiennes ou quelques stars du Show Business russe. Plus surprenant, toujours lors de la manifestation de Moscou, la présence du milliardaire Prokhorov et de l’ancien ministre des finances Aleksei Koudrine, pourtant proche de Vladimir Poutine. Aleksei Koudrine a d’ailleurs pris la parole, ajoutant à la cacophonie ambiante et déclenchant un record de sifflements du public. Pour la première fois un député d’opposition très connu a mis le doigt sur cette désunion systémique de la soi disant opposition, en quittant la manifestation avant même de prendre la parole. Même son de cloche pour l’analyste politique Vitali Ivanov, pour qui l’opposition à Vladimir Poutine est une nébuleuse qui mène des conversations de cuisine.

La prochaine grande journée de manifestation devrait avoir lieu en févier, c’est à dire pendant le mois précédant l’élection présidentielle du 4 mars 2012. Pour autant, on imagine difficilement comment Vladimir Poutine ne serait pas réélu et tout d’abord au vu de la situation économique que connaît le pays. La croissance du PIB devrait frôler les 4,5% en 2011 et sans doute autant en 2012. Le taux de chômage est descendu à 6,3%, la dette du pays est faible, inférieure a 10% du PIB, et les réserves de change sont d’environ 500 milliards de Dollars. L’inflation est à la baisse, estimée pour cette année à 6,5% soit son plus faible niveau depuis 20 ans. La Russie est aujourd’hui la 10ieme économie du monde en produit intérieur brut nominal et la 6eme économie mondiale à parité de pouvoir d’achat. Selon les analyses du centre de recherche britannique CBER la Russie devrait être la 4ieme économie de la planète aux environ 2020.

Il est donc très difficile d’imaginer comment la personne jugée directement responsable de ce redressement économique par la majorité des citoyens pourrait ne pas être réélue. Bien sur il est plausible que la vague de mécontentement se reflète dans les scores de la présidentielle de mars 2012, et que Vladimir Poutine ne soit pas élu au premier tour avec 71% des voix, comme en 2004, ou avec 72% des voix, comme Dimitri Medvedev en 2008, dans une Russie en totale euphorie économique. Celui ci devra probablement envisager un score plus proche de celui de mars 2000 (Vladimir Poutine avait obtenu 52% des voix) voire se préparer à un second tour. Si tel est était le cas, il y affronterait probablement le candidat du parti communiste, Guennadi Ziouganov. Un choix cornélien pour les occidentaux, mais qui refléterait parfaitement la tendance électorale initiée par les dernières élections législatives russes qui ont vu les partis de gauche augmenter fortement leur poids électoral.

Alexandre Latsa

 

* Alexandre Latsa est un journaliste français qui vit en Russie et anime le site DISSONANCE, destiné à donner un “autre regard sur la Russie”. Il collabore également avec l’Institut de Relations Internationales et Stratégique (IRIS), l’institut Eurasia-Riviesta, et participe à diverses autres publications.

[box class=”info”] Source : RIA Novosti. [/box]

Crédit photo : Bogomolov.PL, licence CC.

De Durban à Pékin : l’environnement et la gouvernance chinoise [vidéo]

De Durban à Pékin : l’environnement et la gouvernance chinoise

La Conférence des Parties de Durban illustre encore l’incapacité des négociations sur le réchauffement climatique à dépasser le niveau des actes de paroles (speech act) car l’enjeu sous jacent est la gouvernance des gros émetteurs de GES dont la Chine. Vidéo en trois parties :

1 – Ce qu’il faut retenir de la COP 17 à Durban
2 – Les enjeux politique de la pollution en Chine
3 – 2012 : une année de transition vers un futur incertain.

Emmanuel Lincot interroge Emmanuel Meneut.

[box class=”info”] Source : Realpolitik.tv. [/box]

Chasse aux sorcières en Italie : un diplomate en accusation pour sa musique

Chasse aux sorcières en Italie : un diplomate en accusation pour sa musique

31/12/11 – 17h00
ROME (NOVOpress) –
L’Italie a longtemps ignoré le rigoureux apartheid français contre toute forme d’expression non conforme. A pu ainsi se développer une brillante culture alternative, en particulier musicale – un livre entier, Notes alternatives, lui a été récemment consacré. C’est là un vecteur essentiel des valeurs identitaires au sein de la jeunesse, au point que le mouvement CasaPound est né, comme on sait, de l’expérience musicale du groupe ZetaZeroAlfa.

Après la répression judiciaire toujours en cours contre CasaPound, il était logique que la coalition multiculturaliste qui, sous l’égide de la Goldman Sachs, a pris le pouvoir en Italie, s’attaque à la musique. L’entreprise de mise au pas vient de commencer par un des groupes-phares de la scène alternative italienne, SottoFasciaSemplice, dont la célèbre chanson « Come mai » est précisément un des plus forts réquisitoires jamais composés contre l’alliance des pseudo-indignés d’extrême gauche et de la finance mondialiste.

Extrait de “Come mai” (Pourquoi donc)

[…] Et c’est pour ça que vos enfants ne vous respectent pas
Ils ne connaissent pas le respect
Ils n’ont rien à apprendre
Toujours contents et prêts à tout
A cinq heures du matin bourrés de pilules, junk food et cocaïne
Voilà vos jeunes qui devaient vous sauver
Ils sont allés s’éclater avec la voiture de papa
Voilà vos jeunes à qui vous aviez appris
Les valeurs de la paix et les erreurs du passé
Voilà vos jeunes démocratiques et sincères
Rendus imbéciles par les jeux vidéo
Les joujoux et les téléphones portables
Vous vous demanderez pourquoi pourquoi pourquoi
Pourquoi vos jeunes, votre seule espérance
Vous répètent les slogans de vous autres couillons des années soixante
Les clowns de Indymedia, les nouveaux révolutionnaires
Bla-black-Block les pacifistes de tout genre
C’est toujours la faute aux USA pour les nouveaux partisans
Mais après tout voilà leurs ennemis: une cannette et un hamburger
Et alors regarde comme ils pleurnichent à l’arrivée des flics
Gratte un peu tu verras que c’est eux les vrais Yankees
C’est eux qui sont les résultats du désastre nucléaire
C’est eux qui sont les vrais fils de cette paix sale et fausse
Avec la gueule de Guevara et leurs drapeaux arc-en-ciel
C’est eux qui sont les vrais fils du rêve américain
Vous vous demanderez pourquoi pourquoi pourquoi
Et en même temps en dehors de l’Europe
Comme les zombies de Romero
Voilà les masses sans travail et sans argent
De tous les continents que vous avez pillés
Bourrés de mensonges et de conneries et ensuite abandonnés
Les masses appauvries par les astuces
De ceux qui ont fait des règles du marché leur justice
Eux ils ne jouent certainement pas avec les vidéo-téléphones
Ils n’ont certainement pas de draps propres et parfumés
Ils n’ont pas maman qui lui prépare le café chaque matin
Avec son petit croissant et ses petites pantoufles
Avec papa anti-raciste qui promène son chien pendant qu’il se sert tranquillement des prostituées nigériennes […]

 

 

Le 29 décembre, le quotidien communiste L’Unità a publié une longue enquête de police, immédiatement reprise par tous les gros médias : le créateur de SottoFasciaSemplice, connu sous le pseudonyme de Katanga, n’est autre qu’un diplomate de 45 ans, Mario Vattani, depuis juillet dernier consul général d’Italie à Osaka. Vattani, diplômé en Sciences politiques de la prestigieuse (et très à gauche) université La Sapienza de Rome, diplomate de carrière depuis 1991, ayant occupé des postes à Washington, au Caire et à Tokyo, avant d’être, de 2008 à 2011, conseiller diplomatique du maire de Rome, a un curriculum vitae irréprochable. Son activité musicale n’a jamais interféré avec ses fonctions officielles.

La presse ne s’en déchaîne pas moins contre « le diplomate fascio-rock », comme l’appelle La Repubblica. On lui reproche surtout, crime suprême, de s’être produit en public en mai 2011, pour la toute première fois, à la fête nationale de CasaPound, “La tana delle tigri”. Partis de gauche et associations « anti-fascistes » ont immédiatement embrayé, réclamant avec grandiloquence que le consul « soit démis au plus vite de ses fonctions, comme signe de respect intransigeant des valeurs constitutionnelles, nées du dépassement de la tragédie fasciste ». Le député de gauche Roberto Morassut a annoncé qu’il allait présenter « une interrogation urgente au ministre des Affaires étrangères, Giulio Terzi, pour savoir s’il considère opportune la nomination comme consul général d’Italie au Japon de Vattani, fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères et leader d’un groupe musical proche des milieux de CasaPound ». Morassut s’indigne qu’un diplomate puisse participer à des manifestations où « l’on exalte les rituels d’une droite identitaire ».

Le ministère des Affaires étrangères a d’abord tenté de ramener les choses à leurs justes proportions, en expliquant dans un premier communiqué que la vie musicale de Vattani était “un trait de mœurs”. Mais le ministre de la Goldman Sachs est personnellement intervenu et a fait publier un second communiqué, le 30 décembre : « Le ministre des Affaires étrangères Terzi, après avoir pris connaissance de l’affaire, a donné des instructions depuis hier afin que Mario Vattani soit immédiatement déféré à la Commission de discipline du ministère des Affaires étrangères, ce dont l’intéressé a été promptement informé ».

S’agissant d’une délation publiée par la presse communiste le 29 décembre, on voit que les choses ne traînent pas. Le nouveau gouvernement italien est censé être un gouvernement technique « de transition » : les mondialistes, résolus à exploiter à fond le temps qu’ils passeront au pouvoir, vont vite en besogne.

Immigration et délinquance : Pierre-Victor Tournier coupé de la réalité du terrain

Immigration et délinquance : Pierre-Victor Tournier coupé de la réalité du terrain

31/12/2011 – 15h30
PARIS (NOVOpress) –
Le lien entre délinquance et immigration revient dans le débat médiatique, après l’affaire Eric Zemmour, quand le chroniqueur avait rappelé en mars 2010 que « la plupart des trafiquants sont noirs ou arabes, c’est comme ça, c’est un fait ». Cette fois, le démographe Pierre-Victor Tournier estime que cette association ne peut être vérifiée car « les statistiques produites par le ministère de l’Intérieur et le ministère de la Justice ne portent que sur la nationalité et non sur le fait d’être immigré ou non. On peut s’en réjouir ou le regretter, mais c’est ainsi ».

Pourtant, au quotidien, les Français se rendent compte que ce duo infernal existe bien. Christian Delorme, surnommé le « curé des Minguettes », déclarait il y a quelques mois : « en France, nous ne parvenons pas à dire certaines choses, parfois pour des raisons louables. Il en est ainsi de la sur-délinquance des jeunes issus de l’immigration, qui a longtemps été niée, sous prétexte de ne pas stigmatiser. On a attendu que la réalité des quartiers, des commissariats, des tribunaux, des prisons, impose l’évidence de cette surreprésentation pour la reconnaître publiquement ». Citation que l’on peut retrouver dans le rapport de la commission d’enquête sur la délinquance des mineurs.

En 2006, Le Monde des Religions rappelait déjà que « l’islam est devenu la première religion revendiquée derrière les barreaux hexagonaux ». Il suffit aussi de consulter la rubrique « Recherche d’auteurs présumés de crimes et délits aggravés » du ministère de l’Intérieur, pour comprendre que « cette possible connexion » entre délinquance et immigration ne relève pas de l’utopie.

Crédit photo : Cicilie Fagerlid, via Flickr, licence CC.

“Russie : alliance vitale” de Jean Bernard Pinatel

Nous reproduisons la chronique du dernier livre de Jean Bernard Pinatel “Russie : une alliance vitale” issue de l’alliance France Europe Russie

“Ancien général, aujourd’hui chef d’entreprise et passionné des questions géopolitiques, Jean-Bernard PINATEL a sorti récemment un ouvrage au titre qui n’a pu qu’attirer notre attention : « Russie, Alliance vitale ».

Malgré le titre, le fil conducteur de l’ouvrage n’est pas la Russie, la France ou l’Union européenne. Cette « alliance vitale » constitue en réalité la conclusion, l’aboutissement du raisonnement de l’auteur.

C’est là l’extrême originalité de son ouvrage. Analysant les menaces externes qui entourent l’Eurasie (le messianisme américain et la croissance exponentielle de l’influence chinoise principalement), l’auteur conclut que la survie de l’Europe et de la Russie dépendra de cette alliance qu’il qualifie de « vitale ».

Il avait déjà affirmé dès 1976, en pleine guerre froide, que les guerres futures prendraient plus la forme d’une « guerre civile » Nord-Sud que celles d’un affrontement entre deux puissances menaçant d’interventions nucléaires. Affinant aujourd’hui son regard sur la géopolitique actuelle, il prévoit une domination du système international par deux grands acteurs dans les prochaines années, les États- Unis et la Chine, qui interagiront dans une relation qu’il appelle : “adversaires- partenaires” :
– adversaires quand il s’agit d’enjeux ou d’intérêts vitaux à protéger et,
– partenaires pour conquérir de nouveaux espaces et marchés et, surtout, pour empêcher de nouveaux acteurs d’acquérir une autonomie qui pourrait remettre en cause leur sphère d’influence et le partage du monde qu’ils préconisent, implicitement ou explicitement.

Afin d’éviter que nous (Français, Européens et Russes) ne soyons marginalisés sur la scène mondiale face à l’impérialisme chinois et l’appétit du complexe « militaro-industriel » américain, l’auteur a voulu nous éclairer sur les intérêts permanents de l’Europe et de la Russie dans la gestion des menaces et des crises qui se développent à leurs frontières.

Il soutient que l’insécurité qui règne à nos frontières sert directement les intérêts du complexe militaro-industriel américain au point de faire penser que les crises qui s’y enracinent ne sont pas le résultat d’erreurs stratégiques des dirigeants américains, mais proviennent d’options mûrement pesées par des conseillers qui en sont issus. Tout se passe, selon l’auteur, comme si la politique américaine visait à maintenir une insécurité permanente dans la région du Moyen-Orient et de la Caspienne.

Elle viserait à freiner le développement économique de nos proches voisins tout en s’appropriant leurs ressources. L’effet de cette politique est de pénaliser, en privant leurs produits de débouché, la croissance de l’Europe et de la Russie. A terme, cela aurait pour conséquence d’empêcher la création d’une alliance stratégique de Dunkerque à l’Oural, troisième acteur potentiel du système international capable de s’opposer à leurs ambitions.”

Auteur: Louis Poinsinet de Sivry

Nouvel an : restriction de la vente d’essence et d’alcool en Alsace

Nouvel an : restriction de la vente d’essence et d’alcool en Alsace

31/12/11 – 12h00
STRASBOURG (NOVOpress)
– Voilà une décision qui donne une idée assez précise et passablement inquiétante de l’état de déliquescence sociétale et de la pression délinquante dans la région alsacienne.

En effet, les préfectures du Bas et du Haut-Rhin ont décidé que la consommation d’alcool et la vente d’essence dans des récipients transportables sera interdite la nuit de la Saint-Sylvestre dans les principales villes alsaciennes à fortes populations immigrées comme Strasbourg, Colmar et Mulhouse.

Afin d’éviter les débordements et les exactions, à Strasbourg la consommation d’alcool sur la voie publique sera interdite entre 22 heure set 4 heures du matin.

La distribution et la vente à emporter de carburants sera pour sa part également de 8 heures samedi à midi dimanche. Mieux vaudra donc ne pas tomber en panne sèche dans la région alsacienne ce week-end !

En effet, à défaut de maîtriser, de juguler et de punir efficacement la racaille, les autorités tentent ainsi assez piteusement de les priver de munitions.

Crédit photo : steve.grosbois via Flickr, licence CC.

La première de 2012 de Méridien Zéro

Dimanche soir, une grande partie de l’équipe de Méridien Zéro vous servira un complet diner de scandales, d’insolites et de rigolades et arrosera à l’antenne la fin de l’année 2011 et l’ouverture de l’année 2012 qui s’annonce d’ores et déjà riche en évènements politiques.
2012, le meilleur pour vous et le pire pour nos ennemis !!
Avec Méridien Zéro, Tous à l’ABORDAGE !

[box]Méridien Zéro diffusera en direct de 23h à 0h30 via les sites Méridien Zéro, Radio Bandiera Nera et Europa Radio.[/box]

“Rien que de bon voeux” par Michel Geffroy

Source : Polemia

Bonne Année à Goldman Sachs qui a gentiment fourni des dirigeants à la Grèce, à l’Italie, à l’Espagne et à la Banque centrale européenne, pour nous aider à mieux prendre en considération les intérêts des banques et des marchés.

Bonne Année à M. Trichet, aux directoires de la Banque centrale européenne et des banques centrales de la zone euro, qui ont bien mérité du Deutsche Mark.

Bonne Année à l’euro surévalué « qui nous rend plus forts », mais que les gouvernements européens nous disent qu’il faut maintenant secourir d’urgence.

Bonne Année à N. Sarkozy et A. Merkel qui décident de nouveaux traités limitant encore plus la souveraineté budgétaire des citoyens européens, mais sans les soumettre à référendum.

Bonne Année à tous les gouvernants européens qui veulent nous protéger des démons du protectionnisme : les travailleurs chinois et indiens les remercient chaleureusement.

Bonne Année à Liliane Bettencourt, à Maurice Lévy, à Louis Schweitzer, à Jean-Cyril Spinetta, à Frank Riboud et à tous les dirigeants qui ont souhaité au mois d’août dernier « l’instauration d’une contribution exceptionnelle qui toucherait les contribuables français les plus favorisés ». Leurs vœux seront exaucés au-delà de leurs espoirs puisqu’en 2012 nous paierons tous plus d’impôts, plus de taxes, ainsi que des tarifs et des péages plus élevés.

Bonne Année à tous les chômeurs, en particulier les jeunes : l’embellie est en vue car N. Sarkozy a convoqué un sommet sur l’emploi dans trois semaines.

Bonne Année aux inégalités sociales : elles vont continuer de prospérer avec la récession que nos gouvernants font tout pour écarter en réduisant les dépenses publiques et en augmentant les impôts et les taxes.

Bonne Année aux syndicats de cheminots, de la RATP, des contrôleurs aériens, des pilotes de ligne, des postiers, des gaziers et d’EDF et d’une façon générale à tous les « partenaires sociaux » : vous aurez certainement l’occasion en 2012 de « lutter » pour vos revendications catégorielles en prenant en otages comme d’habitude les salariés, les usagers et les banlieusards impuissants.

Bonne Année aux fabricants de caméras de vidéosurveillance, de radars et d’alcootests : le gouvernement a décidé d’en implanter de nouveaux et de rendre obligatoires ces derniers pour « améliorer notre sécurité », bien entendu.

Bonne Année à tous les délinquants et criminels récidivistes : les 5 millions de victimes annuelles de crimes et délits recensées en France par l’Observatoire de la délinquance et de la réponse pénale leur assureront une activité soutenue en 2012.

Bonne Année à ceux dont on ne parle jamais dans les médias : ceux qui profanent les églises, les tombes chrétiennes ou les cimetières militaires.

Bonne Année aux forces de police et de gendarmerie qui continuent d’arrêter – en évitant les « bavures » – ceux que les juges libèrent peu de temps après.

Bonne Année à tous ceux qui veulent venir en France nous faire profiter de leur extraordinaire savoir-faire ou nous enrichir de leurs magnifiques différences culturelles ou religieuses. Ils nous rejoindront bientôt puisque les syndicats, le patronat et les présidents d’université le réclament de concert aux pouvoirs publics, pour notre bien. Et bonne année à tous les « sans-papiers » : ils seront régularisés par circulaires une fois de plus, n’en doutons pas, en 2012.

Bonne Année à tous les Mohammed car ce serait le prénom le plus fréquemment inscrit à l’état civil à Oslo, à Bruxelles ou à Marseille.

Bonne Année à toutes les associations communautaires et « antiracistes » qui sont financées par le contribuable pour aider les étrangers qui contournent les lois de la République, pour promouvoir la discrimination à l’encontre des Français de souche ou pour réduire toujours plus notre liberté d’expression.

Bonne Année au Parlement qui vote toujours plus de lois mémorielles qui confient aux juges le pouvoir de dire ce qui doit être « historiquement correct » pour nous.

Bonne Année au Conseil constitutionnel et à la Cour européenne des droits de l’homme, qui mettent en tutelle le pouvoir législatif, c’est-à-dire notre souveraineté.

Bonne Année aux médias et aux agences de publicité : ils continueront en 2012 de nous fournir régulièrement en bobards et ils veilleront à ce que nos informations et nos pensées restent bien « politiquement correctes ».

Bonne Année aux Egyptiens, aux Tunisiens, aux Libyens, aux Afghans, aux Irakiens, aux Syriens, aux coptes et aux chrétiens du Nigéria : vous aurez bientôt le choix entre le chaos, la valise ou l’islamisme, mais avec les compliments des « libérateurs » occidentaux. Car, dieu merci, vous n’êtes pas protectionnistes !

Bonne Année à nos militaires morts aux ordres de l’OTAN et à leurs familles : vous serez honorés le 11 novembre à la place de vos grands-parents qui sont morts pour la France.

Bonne Année à Laurence Parisot qui nous souhaite une France métissée et qui se dévoue pour nous éviter de tomber dans un « piège bleu Marine ».

Mais surtout bonne année à tous les Français qui finiront par ouvrir les yeux et qui en tireront enfin les conséquences politiques en 2012 !

Michel Geoffroy
27/12/2011

Un musulman menace de mort une employé de la CAF

30/12/2011 – 20h00 PARIS (NOVOpress) –Décidément, les cas de violences ou de “grabuge” provoqués par des fondamentalistes musulmans se multiplient en France. Après l’histoire de la femme arrêtée en Burka au volant à Saint Brieuc ou encore de l’hôpital à Marseille la semaine dernière, c’est cette fois ci dans le 19ème arrondissement parisien qu’un incident s’est produit : Un musulman et sa femme de 23 ans, intégralement voilée; ont pénétré dans le CAF (caisse d’allocation familiale) et ont immédiatement refusé que cette dernière enlève son voile pour entrer dans les locaux. La responsable de l’agence a alors été jusqu’à négocier pour que la fondamentalise ne montre son visage qu’au guichet.  Le couple a tout d’abord refusé d’optempérer, puis le mari a insulté l’employé, avant de la menacer de mort tout en récitant des versets du Coran.

Suite à la plainte déposée par l’employée, une enquête de police a été ouverte et l’homme de 25 ans, se sachant recherché, s’est rendu de lui même au commissariat de police de l’arrondissement concerné, où il a été placé en garde à vue. L’enquête a révélé que l’homme était fiché par la DCRI (direction centrale du renseignement intérieur) en tant que membre de la mouvance islamiste radicale.

Dans les hôpitaux, comme dans les administrations ou dans les écoles, les employés risquent d’avoir de plus en plus de soucis à se faire. A moins que des nouvelles mesures “d’exception” soient prises en faveur de certaines communautés. Ou a moins, plus logiquement, que les politiques mettent tous les moyens en œuvre pour faire respecter l’État républicain .

Code de la route, valeurs de la République et « vivre ensemble » : interpellation à Saint-Brieuc d’une automobiliste en niqab

30/12/2011 – 18h00 SAINT-BRIEUC/SANT BRIEG (NOVOpress Breizh) – Mardi dernier, une jeune femme a été interpelée par la police à Saint-Brieuc (22) alors qu’elle circulait le visage recouvert d’un niqab. Elle devra payer une amende de 35 €. Le prix d’une simple infraction au Code de la route, la loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public n’étant pas applicable en l’espèce.
« On a remarqué qu’un automobiliste mettait du temps à tourner lors qu’il pouvait tout à fait s’engager, explique Laurent Dufour, le directeur départemental de la sécurité publique, dans un entretien accordé à Ouest-France. Il semblait gêné dans ses mouvements. » En effectuant le contrôle, les policiers ont réalisé qu’en réalité il s’agissait d’une femme voilée.

Selon le patron de la police dans les Côtes-d’Armor la conductrice « a été verbalisée pour conduite gênée, comme un automobiliste qui mange et fume en même temps ou un routier qui conduit en regardant la télévision… Cette femme ne pouvait visiblement pas manœuvrer en toute liberté. Elle n’avait pas une bonne vision latérale. »

La loi n° 2010-1192 du 11 octobre 2010, entrée en vigueur le 11 avril 2011, interdit la dissimulation du visage dans l’espace public sur l’ensemble du territoire français. Sont prohibés le port de cagoules, de voiles intégraux (burqa, niqab…), de masques ou de tout autre accessoire ou vêtement ayant pour effet, pris isolément ou associés avec d’autres, de dissimuler le visage. Le non-respect de cette interdiction est une contravention de la deuxième classe, punie d’une amende d’un montant maximal de 150 €. Le prononcé de cette amende relève de la compétence des juridictions de proximité.

Outre des dérogations pour des raisons de santé ou des motifs professionnels ou si cela s’inscrit dans le cadre de pratiques sportives, de fêtes ou de manifestations artistiques ou traditionnelles, les dispositions de cette loi ne sont pas applicables aux véhicules qui empruntent les voies publiques, qui sont considérés comme des lieux privés – à l’exception de ceux affectés aux transports en commun.

La dissimulation du visage, par une personne se trouvant à bord d’une voiture particulière, n’est donc pas constitutive de la contravention prévue par la loi. Elle peut en revanche, et c’est ce qui a été appliqué par la police de Saint-Brieuc, tomber sous le coup des dispositions du Code de la route (article R. 412-6) prévoyant que la conduite du véhicule ne doit pas présenter de risque pour la sécurité publique.

Selon le site du Gouvernement consacré à l’application de cette loi, celle-ci « marque la volonté de la représentation nationale de réaffirmer solennellement les valeurs de la République et les exigences du vivre ensemble. » Contrevenir aux « valeurs de la République » et aux « exigences du vivre-ensemble » a donc un prix : 150 euros (maximum) – peine ramenée à 35 euros si la porteuse de niqab est au volant.

Crédit photo : Steve Evans, via FlickrLickr licence CC

Le mensuel de l’observatoire de l’islamisation : N°2

Le mensuel de l’observatoire de l’islamisation, qui a été lancé en Novembre, est sorti. Nous vous invitons à en découvrir le sommaire et à visionner la vidéo de présentation du numéro (ci-dessous)

Pour vous abonnez, rendez vous sur le site de l’observatoire de l’islamisation

Sommaire

 Le grand entretien

 Louis Chagnon : La conquête musulmane de l’Egypte (639-646).

Pages 2 à 9

Dossier du mois : Egypte

 > L’armée égyptienne mise sur les Frères Musulmans

 > Le scandale des « tests de virginité » dans l’armée

 > Ce qu’on enseigne vraiment  à l’université Al-Azhar (djihad, discriminations etc.)

 > Egypte: le salafisme à 25 %

Pages 10 à 16

 L’enquête du mois

 > Le Salon international du monde musulman à Paris. Le salafisme s’importe bien.

 Pages 17 à 23

 Maroc

> Abdelilah Benkirane dans le texte : un soutien indéfectible au Hamas

Pages 23-24

 Europe

> Focus sur l’islamisme en Grèce

Pages 25-26

Histoire

 > Sermon prononcé par Mgr Louis Pavy, évêque d’Alger en 1853. Quand l’Eglise condamnait l’islam.

 > Les combats de Mahomet. Synthèse pratique d’une série terroriste.

 Pages 27 à 35.

La question écossaise préoccupe vivement le gouvernement britanique

Ecosse

30/12/2011- 14h00 LONDRES (NOVOpress Breizh) –  Depuis que les nationalistes du Scottish Nationalist Party ont remporté une éclatante victoire aux élections écossaises en mai dernier, le Premier ministre David Cameron (conservateur) a promis de se battre « jusqu’à la limite de ses forces » pour conserver l’Ecosse dans l’Union. Son gouvernement travaille maintenant d’arrache-pied en vue de s’attaquer à une anomalie longtemps restée en suspens depuis la création du parlement écossais : ce qu’on appelle la « West Lothian Question » (question du Lothian occidental).

Cette question se rapporte au fait que les députés de circonscriptions écossaises peuvent voter à Westminster sur des sujets tels que la santé et l’éducation en Angleterre, tandis que les députés anglais n’ont pas voix au chapitre sur les sujets similaires en Ecosse… Après des ajournements répétés, le gouvernement a confirmé cette semaine qu’une commission destinée à examiner la West Lothian Question sera mise sur pied en février afin de remettre ses conclusions en 2013. Cela pourrait conduire au premier changement des droits de vote des députés depuis l’Acte d’union de 1707. Une commission de révision dirigée par Kenneth Clarke, secrétaire d’Etat à la Justice, a ainsi élaboré un plan visant à restreindre le droit des députés écossais à voter des lois qui concernent seulement l’Angleterre.

Les défenseurs de l’Union ont également longuement débattu à propos de la réponse à donner au Premier ministre écossais M. Salmond et à ses projets de référendum. Celui-ci a suggéré qu’il pourrait organiser un referendum proposant trois options aux Ecossais, à savoir celle du statu quo, celle de l’indépendance pure et simple ou celle de rester dans le Royaume-Uni, mais en accroissant les pouvoirs dévolus au parlement écossais.

De son côté, M. Cameron a créé récemment une sous-commission ministérielle, rattachée aux principaux ministres, afin de réfléchir à l’approche que le gouvernement doit adopter vis-à-vis d’un référendum en Ecosse. Certains membres du cabinet britannique se sont déclarés en faveur de la troisième option, celle qui consiste à donner davantage de pouvoir à Holyrood. Mais d’autres sont d’avis que l’attribution de davantage de pouvoirs à M. Salmond ne pourrait en définitive que conduire à l’indépendance pleine et entière de l’Ecosse ; ils veulent donc changer la loi afin de limiter le référendum à une question « oui ou non ».

Les partis unionistes sont également divisés quant à la question de savoir qui devrait décider du référendum et quand. De hauts responsables du Parti conservateur voudraient que M. Cameron prenne l’agenda en main et convoque lui-même un référendum écossais. Cela lui permettrait de dicter le calendrier et les termes du débat. Une hypothèse que réfute le ministre du travail, estimant qu’une telle initiative pourrait déclencher une réaction négative de la part des électeurs écossais.

Quel que soit le moment choisi pour le vote, les unionistes sont confrontés à un immense défi face à la campagne solidement argumentée et bien organisée de M. Salmond en faveur de l’indépendance. Ce dernier, qui vient de désigner Angus Robertson, le chef du groupe parlementaire du SNP à Westminster, comme directeur de sa campagne en faveur de l’indépendance, entend bien en effet réussir son pari. La marche de l’Ecosse vers l’indépendance semble très bien partie.

CeCrédit photo : Finlay McWalter Wikipedia licence CC

 

Après les Arméniens, la Turquie massacre encore les Kurdes

Après les Arméniens, la Turquie massacre encore les Kurdes

30/12/2011 – 12h00
ANKARA (NOVOpress) –
La Turquie n’aime décidément pas les peuples qui dérangent son impérialisme. Après les Arméniens il y a un siècle, Ankara continue la persécution des Kurdes. L’aviation turque a massacré, jeudi, 35 jeunes kurdes, âgés de 16 à 20 ans, réfugiés dans un village irakien situé à la lisière de la frontière turque. Après avoir affirmé qu’un groupe de « rebelles séparatistes » était visé,  le pouvoir islamique turc évoquait en fin de journée une possible erreur… Ce qu’affirmaient plusieurs médias locaux et élus kurdes.

Ces tueries de longue date n’ont pas empêché le pouvoir islamique turc de donner des leçons de démocratie à la Syrie, sommée en novembre dernier, « d’engager des réformes démocratiques et de mettre fin à la répression ». Le régime islamique du Parti de la justice et du développement (AKP) d’Erdogan, continuait dans la même veine un mois plus tard en accusant cette fois la France d’un pseudo génocide en Algérie. Pour Riposte laïque, « Erdogan dit également n’importe quoi », en expliquant que « l’Algérie comptait 7,5 millions de musulmans en 1948, 8,5 millions en 1954, et… 11,5 millions en 1966, selon les recensements officiels. Il s’agit donc d’une croissance démographique remarquable, qui s’est même accélérée pendant la guerre d’Algérie. Comme extermination, on fait mieux… ».

Strache (FPÖ) : “la démocratie directe est un droit fondamental des citoyens”

30/12/2011- 10h00 VIENNE (NOVOpress) –“L’Autriche n’est pas seulement dans une crise financière et de la dette, mais dans une crise de la démocratie”, a déclaré le chef du FPÖ HC Strache. “Par conséquent, il est grand temps d’introduire le modèle suisse de la démocratie directe en Autriche”, a déclaré Strache. “La démocratie directe est un droit des citoyens.”

Dans ce contexte, les signaux positifs des Verts sont  à considérer comme du clientélisme pur et dur, parce que par le passé, les Verts ont toujours rejeté au parlement toutes les demandes pour mettre en place la démocratie directe. Selon Strache, la présidente du Parti Vert autrichien Glawischnig aurait perdu toute crédibilité. “Du côté des Verts, il n’ya rien à attendre en termes de démocratie directe, ils sont alliés avec le SPÖ (Parti Socialiste autrichien), devenu le parti de la soumission à l’UE”, dit Strache.

Dans le même temps, les négociations du FPÖ avec l’ÖVP (Parti Populaire autrichien) seraient en cours, a signalé Strache. Des discussions seraient en cours entre l’équipe de Mr Strache et MM. Spindelegger et Kopf de l’ÖVP. Les résultats de ces pourparlers sont attendus pour la mi-Janvier. “Nous allons voir  si le SPÖ souhaite poursuivre sa politique d’exclusion et de refus de parler avec le FPÖ ou s’il est enfin prêt à assumer ses responsabilités pour une politique nationale et démocratique”, a déclaré Strache. Cependant, sous l’actuel chancelier Faymann (SPÖ) il n’y aurait rien à attendre, selon Strache.

Vladimir Poutine et l’Europe

Vladimir Poutine- Crédit Presidential Press and Information Office, CC - partie

30/12/2011 – 08h00
PARIS (NOVOpress) –
Le premier ministre russe, Vladimir Poutine,  a qualifié de “projet paneuropéen” la construction du gazoduc South Stream devant acheminer le gaz russe vers l’Europe par le fond de la mer Noire. Il a par ailleurs remercié selon le journal Ria Novosti, lors d’une rencontre avec le ministre turc de l’Energie et des Ressources naturelles, Taner Yildiz, les autorités turques pour avoir donné leur accord à la construction d’une partie du gazoduc South Stream dans sa zone économique exclusive. Le projet South Stream associe le russe Gazprom, l’italien Eni, le français EDF et l’allemand BASF.

Un projet qui a vu le jour grâce à l’action, et ce au grand dam des Etats-Unis, de l’ancien premier ministre italien, Silvio Berlusconi. Dans un rapport “Eurasian Energy Security“, rédigé par Jeffrey Mankoff, spécialiste de la question auprès du think-tank mondialiste “Council of Foreign Relations“, Silvio Berlusconi était considéré comme un allié peu sûr des Etats-Unis et un acteur majeur du rapprochement entre l’Union Européenne et la Russie.