Le Projet Apache félicite le député du Front de Gauche Patrice Carvalho

Le Projet Apache félicite le député du Front de Gauche Patrice Carvalho

19/07/2012 — 08h00
PARIS (NOVOpress) — Via un communiqué et un visuel (ci-dessus), les militants identitaires du Projet Apache ont voulu féliciter le député du Front de Gauche de l’Oise, Patrice Carvalho. En effet, pour le Projet Apache : “Patrice Carvalho, un des seuls ouvriers à l’Assemblée, a encore fait preuve du bon sens français [élu en 1997, il était venu en bleu de travail, note de Novopress]. En soulignant que le mariage était l’union d’un homme et d’une femme ou en refusant le droit de vote des étrangers pour éviter le vote communautaire, il a effrayé les sbires du Front de Gauche.”

Ce à quoi le Projet Apache répond à Patrice Carvalho : “Parce que comme toi, on est de gauche autant qu’on est de droite, parce que comme toi, nous sommes et nous aimons le bon sens ouvrier et parce que comme toi, on est Français !”

[Tribune libre ] Dialogue avec l’islam : L’Eglise fait-elle preuve de naïveté ?

[Tribune libre ] Dialogue avec l’islam : L’Eglise fait-elle preuve de naïveté ?

18/07/2012 — 19h00
BORDEAUX via Infos Bordeaux — De très nombreux chrétiens reprochent souvent à leurs autorités un « angélisme désarçonnant » face à une religion dont la présence en France est préoccupante. Les persécutions dont sont victimes les chrétiens dans beaucoup de pays musulmans renforcent cette méfiance, qui n’a fait que croitre ces dernières années.

Dans le dernier numéro du journal diocésain, l’Aquitaine, le père Christophe Roucou, responsable du « Service national pour les relations avec l’Islam », est interrogé sur l’actualité de ce dialogue inter-religieux. Bien entendu celui-ci ne condamne pas le silence des autorités musulmanes sur les persécutions en cours, notamment au Nigéria, mais il reproche à Marine Le Pen, de « stigmatiser » les musulmans ! Alors qu’il appelle à être « aux côtés » des insurgés en Syrie, sait-il que l’archevêque d’Alep s’est déclaré « très préoccupé par les conséquences d’un renversement du régime » et par la « mise en place d’un régime extrémiste sunnite ».

Pour mémoire, en 2011, c’est ce même père Roucouqui qui déclarait à propos du livre de Joseph Fadel, le Prix à payer, racontant la conversion d’un musulman Irakien (voir notre article sur sa conférence à Bordeaux) : « Ma position est de dire que je n’ai pas à choisir entre ma solidarité avec les chrétiens du Proche-Orient et l’amitié avec les musulmans d’ici », tout en dénonçant la promotion de cet ouvrage dans les paroisses françaises. Il est vrai que pour cet ancien musulman issu d’une des plus grandes familles chiites, « Il n’existe pas d’islam modéré».

Faudrait-il également lui rappeler, ainsi qu’à Georges Jousse (son représentant en Gironde) les déclarations sur France 2, du très « modéré » imam de Cenon niant les persécutions des Chrétiens : « La persécution des chrétiens d’Orient est de la désinformation… Rien ne prouve de tels faits ».

Si les autorités du diocèse de Bordeaux semblent faire preuve de naïveté quant au dialogue avec l’islam, la plupart des chrétiens « d’en bas » ont ouverts les yeux depuis bien longtemps. L’affaire de l’annulation de la vente d’un terrain du diocèse à des islamistes sous la pression des fidèles est là pour le rappeler.

Crédit photo : DR

Sortie du numéro 144 d’“Eléments” : La diabolisation continue !

Sortie du numéro 144 d'“Eléments” : La diabolisation continue !

18/07/2012 — 17h00
PARIS (Novopress) — Le dernier numéro d’Eléments vient de sortir.

sommaire

Dossier
Néo-réacs: combien de divisions ?, par Pascal Eysseric,
La doxa libérale du PS passée au crible de la « gauche populaire », par Pierre Le Vigan,
Le combat pour la littérature française, par Michel Marmin et Rémi Soulié,
Contre, tout contre Muray, par François Bousquet,
Comment résister à l’idéologie du progrès sans devenir « réac », par Luc-Olivier d’Algange,
Renaud Camus : « réac de toujours », propos recueillis par Pascal Eysseric.

Entretien : Maurice Cury : Le concept de « culture nationale ».

Rubriques
Retour à Jean-Jacques Rousseau, par Michel Marmin
• Le polar vu par Pierric Guittaut
• La chronique cinéma de Ludovic Maubreuil
Comment reconnaître un con à l’heure d’Internet ?, par Armand Grabois
Une fin du monde sans importance, par Xavier Eman
• Économie, religions, philosophie…, par Alain de Benoist
• Sciences, par Bastien O’Danieli
Alain de Benoist : un demi-siècle d’engagement, par Jean-Marcel Zagamé, Alain Lefebvre, François d’Orçival, Ludovic Maubreuil et Olivier François
La Corée du nord, derrière les mots de la propagande, par David L’Épée
La main invisible contre le peuple, éloge d’Edward P. Thompson, par Olivier François
L’écologisme de marché, par Jean de Lavaur
Pacifisme intégral ? Plus que jamais !, par Robin Turgis et Flora Montcorbier
Georges Mathieu et moi, par Michel Marmin

Syrie : le ministre de la Défense tué dans un attentat

Syrie : le ministre de la Défense tué dans un attentat

18/07/2012 — 15h00
DAMAS (via InfoSyrie.fr) — Un attentat-suicide de grande ampleur a frappé ce matin le siège de la Sécurité nationale syrienne, tuant le ministre de la Défense, le général Daoud Rajah (au centre de la photo ci-dessus). La nouvelle de la mort du général a été confirmée par la télévision syrienne. Naturellement, d’autres victimes sont à signaler : on sait que le ministre de l’Intérieur, Mohammed al-Chaar, le chef de la Sécurité nationale le général Hicham Ikhtiar ont été blessés. Selon le média russe Russia Today et la chaîne Al-Manar, le beau-frère de Bachar et vice-ministre de la Défense, Assef Chawkat, aurait été tué lui aussi, Le bâtiment est situé dans le centre-ville, dans le quartier de Rawda.

Un épisode d’une vaste offensive

Le général Daoud Rajah avait été nommé ministre de la Défense en août 2011. De confession chrétienne, il était aussi vice-président. Il avait dirigé les récentes manœuvres combinées de l’armée syrienne.

Politiquement, cet attentat est évidemment le plus grave qui ait été commis en Syrie depuis le début de la crise. Et il intervient alors que l’ASL dirige une offensive – d’une efficacité plus médiatique que militaire – contre Damas. Alors, évidemment on se demande quelle officine, ou quel pays se trouve derrière cette agression sans précédent. Al-Qaïda ? C’est possible, mais la nébuleuse d’al-Zawahari, effectivement déjà à l’oeuvre dans le pays peut avoir bon dos : dans le combat à mort entamé contre la Syrie, par tous les moyens obliques possibles, par les États-Unis et ses alliés du Golfe, on ne peut exclure l’action de la CIA ou d’autres services. L’attentat est intervenu au moment d’une réunion d’un « conseil de sécurité » auquel participaient, outre des ministres, des chefs militaires et policiers. Et ou accessoirement, l’accès aux informations de l’agence Sana est à nouveau indisponible

Il est évident qu’à défaut de pouvoir renverser politiquement et militairement le pouvoir, les rebelles et leurs alliés cherchent à le décapiter. Et, bien sûr, Bachar al-Assad est sur la liste.

Bien sûr, l’opposition se félicite de cette « victoire », la seule qu’elle peut obtenir : sur I-Télé, la « journaliste » franco-syrienne Hala Kodmani, soeur de Bassma Kodmani, dirigeante du CNs et stipendiée des États-Unis et de la Grande-Bretagne, insinuait que cet attentat avait été rendu possible par des « infiltrations » rebelles au plus haut sommet de l’appareil d’État. Ben voyons ! Il s’agit en l’occurrence d’ajouter la déstabilisation et la désinformation au terrorisme.

Le général Daoud sera évidemment remplacé. Et le combat continuera. Malgré le coup sévère reçu, Damas sera purgée de ces bandes manipulées par l’OTAN et le Golfe. Mais la direction syrienne va devoir redoubler de précautions. Ce n’est pas une opposition intérieure qu’elle affronte, c’est une gigantesque tentative de subversion, très partiellement syrienne, qui ne recule devant aucun moyen. Mais nous n’apprenons rien, on le suppose, aux habitués de ce site.

Crédit photo : DR via InfoSyrie.

Un serpent chinois défie la métallurgie nazairienne

Un serpent chinois défie la métallurgie nazairienne

18/07/2012 – 12H30
SAINT-NAZAIRE (NOVOpress Breizh) – Œuvre d’un artiste d’origine chinoise fabriquée en Chine et cofinancée par l’Union européenne, le “Serpent d’océan” fait figure d’hommage à la mondialisation planté face aux chantiers navals de Saint-Nazaire.

Parmi les œuvres exposées dans le cadre d’Estuaire, la “biennale artistique” organisée cette année comme en 2007 et 2009 le long de l’estuaire de la Loire, le Serpent d’océan est spécialement remarqué. Spectaculaire, cette sculpture semi-immergée représente le squelette d’un serpent gigantesque échoué sur la plage de Saint-Brévin-les-Pins, face à Saint-Nazaire. Son auteur, Huang Yong Ping, est un artiste contemporain d’origine chinoise naturalisé français, qui s’installa en France en 1989.

Comme le note le site web La fonderie et piwi, “dommage que les autorités locales qui ont financé cet excellent projet aient confié (après les études et prototypes réalisés à la fonderie HP Drouot), la fabrication des pièces moulées de ce très long squelette marin à un fondeur chinois. Cela s’appelle un scandale qui mérite d’être mentionné et dénoncé.”

D’autant plus que les “autorités locales” n’ont pas financé seules le projet : il a été cofinancé par l’Union européenne (FEDER). Mais on note qu’Estuaire, à propos de cette œuvre, remercie Lowendalmasaï (Shangaï). Ce cabinet international d’origine française est un spécialiste de la réduction des coûts, souvent synonyme de délocalisation.

“Chaque fois que la globalisation inéluctable avance d’un pas, un dieu se retire !”, déclarait Huang Yong Ping à l’occasion de son exposition “Traces du sacré” au Centre Pompidou en 2008. De quel dieu son serpent aura-t-il provoqué le retrait ? “Certain jour au fond d’un estuaire / Un serpent piqua Saint-Nazaire / Que croyez-vous qu’il arriva ? / Ce fut le serpent qui creva !”, plaisante le blog nantais “La Méforme d’une ville”, détournant la fameuse épigramme de Voltaire contre le journaliste quimpérois Fréron. On aimerait en être sûr !

Italie : Tartuffe-Riccardi veut intensifier la lutte contre le « racisme » sur Internet

Italie : Tartuffe-Riccardi veut intensifier la lutte contre le « racisme » sur Internet – Par Flavien Blanchon

Italie : Tartuffe-Riccardi veut intensifier la lutte contre le « racisme » sur Internet – Par Flavien Blanchon Andrea Riccardi (photo), fondateur de la puissante communauté catho-conciliaire Sant’Egidio, est la caution morale du gouvernement Monti, au sein duquel il occupe le ministère de la Coopération internationale et de l’intégration. François Hollande, la semaine dernière, l’a nommé commandeur de la Légion d’honneur. Autant dire que Riccardi est comme Tartuffe de

Ces gens qui, par une âme à l’intérêt soumise,
Font de dévotion métier et marchandise,

Et veulent acheter crédit et dignités
À prix de faux clins d’yeux et d’élans affectés,

Comme Tartuffe, Riccardi a deux visages. Un visage généreux et humanitaire, pour les immigrés, de préférence clandestins. Après la régularisation masquée à laquelle il vient de procéder, le quotidien Libero a pu titrer ironiquement : « Comme il est bon Riccardi : 800.000 immigrés en plus ».

Si l’on vient pour me voir, je vais aux prisonniers
Des aumônes que j’ai partager les deniers.

                    il se vint l’autre jour accuser
D’avoir pris une puce en faisant sa prière,
Et de l’avoir tuée avec trop de colère.

 

Mais Riccardi sait aussi être impitoyable, avec les Italiens qui n’acceptent pas d’assez bon gré l’invasion de leur pays.

C’est à vous d’en sortir, vous qui parlez en maître:
La maison m’appartient, je le ferai connaître,

                        Monsieur, sans passion :
Ce n’est rien seulement qu’une sommation,
Un ordre de vuider d’ici, vous et les vôtres,
Mettre vos meubles hors, et faire place à d’autres,
Sans délai ni remise, ainsi que besoin est.

Juste dix jours après avoir lancé la régularisation de centaines de milliers de clandestins, Riccardi s’est rendu hier à la synagogue de Rome pour annoncer le durcissement de la censure contre « les sites Internet à contenu raciste, xénophobe et antisémite ».

« Je présenterai, a déclaré Riccardi, une proposition pour endiguer la haine raciale, ethnique, religieuse, antisémite, répandue au moyen d’Internet. Nous adopterons des mesures qui frappent tant ceux qui propagent ces messages que les visiteurs non occasionnels de ces sites. Je pense que nous arriverons aussi à la possibilité de bloquer ces sites web ».

« L’idée, a-t-il expliqué, est d’employer des instruments utilisés pour combattre d’autres délits sur Internet et qui ont démontré leur efficacité : cela permettrait à la police postale de bloquer les sites racistes et de poursuivre aussi le visiteur non occasionnel de ces pages honteuses ».

La porte, on le voit, sera ouverte à tous les arbitraires : quels seront les critères d’un site « raciste » ? À partir de quand est-on « visiteur non occasionnel » ? Avec un aplomb extraordinaire, Riccardi a justifié ces atteintes à la liberté individuelle par « l’attentat qui a eu lieu à Toulouse », et dont il s’est bien gardé de nommer le perpétrateur. Selon lui, « on ne peut se contenter de pleurer après chaque massacre et ensuite d’oublier ses larmes. Les larmes doivent devenir des engagements effectifs à lutter contre ceux qui sèment la haine, parce que la prédication du mépris et de la haine est gravissime et germe avec les années ».

Réagir à la tuerie de Mohamed Merah en fermant les sites Internet qui critiquent l’immigration, et, pour faire bonne mesure, en jetant en prison les Italiens qui les fréquentent, la logique est imparable.

Faut-il citer le dialogue de Dorine et de Madame Pernelle ?

– S’il le faut écouter et croire à ses maximes,
On ne peut faire rien qu’on ne fasse des crimes;

Car il contrôle tout, ce critique zélé.

– Et tout ce qu’il contrôle est fort bien contrôlé
.

Ou plutôt celui de Dorine et d’Orgon ?

– Te tairas-tu, serpent, dont les traits effrontés…?
– Ah! vous êtes dévot, et vous vous emportez ?

– Oui, ma bile s’échauffe à toutes ces fadaises,

Et tout résolûment je veux que tu te taises
.

La comédie de Tartuffe-Riccardi est en tout cas encore loin du dernier acte.

Flavien Blanchon pour Novopress

Extraits du Tartuffe de Molière.
Image en Une : illustration ancienne du Tartuffe de Molière, domaine public via Wikipédia. Crédit photo de Riccardi : Presidenza della Repubblica, reproduction autorisée.

« Parlons de l’islam » : les Français se lâchent sur la religion musulmane

« Parlons de l’islam » : les Français se lâchent sur la religion musulmane

18/07/2012 – 08h00
PARIS (NOVOpress) – Le documentaire « Parlons de l’islam » de John Paul Lepers sera diffusé le lundi 23 juillet à 15h20 sur Planète+ No Limit, puis le 6 août à 1h05. Sa première apparition à l’écran date de 2010 sur France 4. Au volant de son camping car, le journaliste a sillonné l’Hexagone afin de recueillir l’avis des Français sur la religion musulmane. Le projet avait pour but de présenter l’islam sous un bon jour. Dans le même esprit que le film que John Paul Lepers avait réalisé sur les gens du voyage en 2009.

Sur son camping-car, John Paul Lepers n’a pas osé écrire le titre initial du reportage : « Qui a peur de l’islam ? », mais a opté pour un plus sobre : « Parlons de l’islam ».

Pourtant, la réalité a rattrapé les bons sentiments. Les témoignages des Français sont virulents sur les dangers de l’islam en France. Tandis que certains mahométans livrent le but de leur combat. Comme Rachid Gacem, trésorier et chargé de communication dans une mosquée de Roubaix, qui défend la lapidation devant les caméras de John Paul Lepers.

Merah : plus il tuait, plus il était « apaisé »

Merah : plus il tuait, plus il était « apaisé »

Merah Libération17/07/2012 – 20h30
TOULOUSE (NOVOpress) –
Libération vient de publier de nouveaux extraits des conversations entre Mohamed Merah et la police, datées du 21 mars. Dans un français exécrable, l’ancienne racaille, muée en terroriste musulman, explique qu’il poursuivait « un but précis » dans le choix de ses nombreuses victimes.

« J’aurais jamais tué des enfants […] si vous aurez (sic) pas tué nos enfants », déclare aux policiers l’islamiste. « Je tue les militaires en France parce qu’en Afghanistan, ils tuent mes frères. Je tue des juifs en France, parce que ces mêmes juifs-là […], heu, tuent des innocents en Palestine ». Il ajoute : « Si j’aurais tué des civils (sic), la population française aurait dit que, heu voilà, c’est un fou d’Al-Qaida, c’est juste un terroriste ».

Après avoir assassiné un parachutiste le 11 mars, ce membre de l’immigration maghrébine reconnaît avoir eu le « coeur apaisé » après la deuxième tuerie du 15 mars à Montauban (deux autres militaires tués et un autre blessé très grièvement). « Je voulais refaire ça à chaque fois et […] de récidiver dans mes opérations, je me sentais de mieux en mieux », se réjouit Merah au téléphone. Résultat : il abattra encore trois élèves et un père de famille le 19 mars dans une école juive de Toulouse. A cause de l’immigration massive, il est à craindre que d’autres terroristes musulmans passent à l’action.

Cecilia Malmström: la “madame plus” de l’immigration

Cecilia Malmström: la "madame plus" de l'immigration

17/07/2012 — 17h40
BRUXELLES (NOVOpress) —
Mais qui est donc Cecilia Malmström (photo) ? Derrière son air d’institutrice revêche et ses lèvres pincées, se profile la Commissaire européenne (1) en charge de la coopération policière, des contrôles aux frontières, de l’asile et de l’immigration. Une femme visiblement pleine de contradictions qui se sent « responsable de la lutte contre les formes graves de criminalité internationale et la traite des êtres humains », mais qui professe une vision purement comptable et utilitaire des affaires des européens de souche. Le dit programme de Stockholm qu’elle vise à mettre en œuvre a pour but le maintien des bons résultats économiques européens sur le long terme, en faisant une fois encore appel non à la natalité des autochtones, mais à l’immigration pour résoudre les problèmes démographiques. Et ce programme prétend bien sûr garantir un niveau uniforme de droits et de devoirs tant pour les immigrés légaux que pour les citoyens européens, le regroupement familial, l’adoption de règles communes, afin que l’UE puisse bénéficier pleinement des effets positifs de cette immigration !

Le credo de madame la Commissaire : la liberté de circulation. Voilà qui ne fait pas bon ménage avec la tentation d’un rétablissement des contrôles -forcément stigmatisants…- , même passager, aux frontières des États, et elle n’hésite pas à se déclarer « déçue par le manque d’ambition européenne » sur ce point. Soyons clairs, pour elle, le contrôle aux frontières est inacceptable, n’étant pas un mécanisme européen ! Le lecteur comprendra dès lors facilement que « les 25 000 immigrants tunisiens arrivés en Italie (avec la volonté affichée de se rendre en France) ne sont pas un flux migratoire énorme justifiant la mise en œuvre de mesures exceptionnelles » ; mais aussi que les 400 000 entrées illégales dans l’UE et les 4 millions de clandestins qui peuplent l’espace Schengen (chiffres fournis par Claude Guéant alors encore Premier ministre) sont juste un problème de bonne gestion, et accessoirement un thème électoraliste…

Dans sa biographie madame Malmström indique: « j’ai grandi en partie en France et vécu et travaillé à Stuttgart et Barcelone. Ces expériences ont éveillé mon intérêt pour les autres cultures et pour la politique européenne ». Une exceptionnelle ouverture au monde donc, et une preuve de plus, s’il était nécessaire, de la totale déconnexion de la réalité du terrain et du vécu des Européens, de la part de ceux qui règnent sur leurs destinées à Bruxelles. Et en passant aussi du caractère foncièrement anti-européen de l’actuelle machinerie communautaire pour qui tout ce qui évoque l’identité des Européens de souche, apparaît comme foncièrement malsain.

 

(1) Étonnante mécanique que cette Europe, aux multiples rouages avec souvent des noms très proches (transparence?): il ne faut ainsi pas confondre le Conseil Européen (les chefs d’État des 27), le Conseil qui est celui des ministres des mêmes états, et le Conseil de l’Europe qui représente… 47 États, y compris les USA et Israël. Seul le Parlement européen est élu, mais il sert prioritairement à ratifier les décisions des autres instances, dont la fameuse Commission.
Des 27 membres de la Commission, seul le président est ” élu “, c’est-à-dire approuvé par le Parlement après nomination par le Conseil de l’Europe. Chaque Commissaire est désigné par son État membre originaire et le président de la Commission, et est censé œuvrer au bien commun de l’Europe.
Un fonctionnement dont la légitimité devient problématique dès lors que des chefs d’État élus (et même s’ils ne représentent pas automatiquement la majorité de leur peuple..) doivent céder aux injonctions de Commissaires non élus.

Crédit photo : Baltic Development Forum, via Flckr, licence CC.

La question sociale passe par le soutien de la famille

La question sociale passe par le soutien de la famille

17/07/2012 — 15h00
BRUXELLES (NOVOpress via Michel Janva sur Le Salon Beige) —
Alors que certains milieux, souvent marqués à gauche, opposent les chrétiens de droite et les chrétiens de gauche sur le mode : les chrétiens de droite luttent pour les valeurs tandis que les chrétiens de gauche luttent pour la justice et les questions sociales, l’intervention de Mgr Gianni Ambrosio, vice-président de la Commission des épiscopats de la Communauté européenne, est l’occasion de rappeler que la question sociale est intrinsèquement liée à la défense de la famille. Aussi, en défendant intégralement les principes non-négociables, les chrétiens dits de droite prennent en compte les questions de justice sociale et de solidarité que certains chrétiens dits de gauche les accusent de négliger.

Mgr Ambrosio est intervenu dans le cadre du 8ème Sommet annuel UE-Leaders religieux, jeudi 12 juillet à Bruxelles.

Extraits :

A“Je désire saluer l’initiative de l’Année européenne : la question du vieillissement actif et de la solidarité intergénérationnelle constitue une bonne occasion de réfléchir sur le présent et l’avenir de nos sociétés. Je voudrais m’arrêter particulièrement sur le rôle de la famille en tant que ressource sociale. C’est le point de départ pour affronter la crise non seulement démographique mais aussi sociale.

Je crois que l’UE et les Etats membres devraient avoir la lucidité de se mettre au service de la famille et le courage de la soutenir comme sujet social : nos sociétés pourront ainsi bénéficier pleinement de la contribution de la famille en termes de relations, de solidarité, d’élan créatif. Parce que la famille est le milieu de base du souci de la personne et du partage des besoins, à la fois matériels et immatériels et qu’elle représente le premier réseau de solidarité sur lequel la société peut compter. C’est pourquoi, l’engagement pour valoriser la famille ne naît pas de l’intention de défendre un patrimoine de notre tradition, mais de la conviction qu’elle est la garantie d’un avenir viable pour nos sociétés.

Lorsque je parle de la famille, je veux dire la famille ouverte à la vie, fondée sur le mariage d’un homme et d’une femme : telle est l’identité de la famille comme « lieu » où s’acquièrent et sont favorisées les relations et la solidarité entre les générations. L’avenir de nos pays et de l’UE n’est pas imaginable sans un soutien fort de la famille, comme milieu de croissance et de maturation dans lequel chacun est reconnu dans sa valeur de personne et en même temps renvoyé à ses responsabilités et à ses devoirs. Aucun autre type de relation ne peut être comparé à la famille. Si la famille était privée de son rôle central et si elle était placée dans la situation de ne pas pouvoir s’acquitter de sa tâche, la complexité des relations sociales serait fragilisée dans la mesure où ce sont surtout les relations familiales qui engendrent un climat caractérisé par la confiance, la coopération et la réciprocité. C’est dans ce climat que peuvent se développer les vertus personnelles et sociales.”

[box] La grave crise démographique actuelle : une hausse du taux de fertilité des Européens est absolument nécessaire [/box]

“La grave crise démographique actuelle peut être affrontée si l’on soutient les familles pour qu’elles permettent la génération et l’éducation d’hommes et de femmes capables de prendre en charge le bien commun. Une hausse du taux de fertilité est absolument nécessaire, tout en tenant compte de l’apport de l’immigration. Les données relatives aux valeurs des Européens indiquent clairement qu’ils aimeraient avoir davantage d’enfants : les politiques de l’UE doivent aider à ce que cette « aspiration insatisfaite » des citoyens européens puisse se réaliser.

Nous savons bien que certains pays ont fait des progrès pour surmonter cette faible propension à la procréation. Il s’agit d’interventions au niveau des politiques fiscales en faveur de la famille, de la création de structures d’aide à l’enfance, de mesures visant à concilier vie professionnelle et vie familiale (la fameuse « réconciliation de la vie de travail et de la vie familiale »). Dans ce contexte, permettez-moi de souligner l’importance de la journée hebdomadaire commune de repos. Pour la famille en particulier, pour la vie spirituelle de ses membres et pour les relations humaines, au sein de la famille comme avec les parents et les amis, le repos dominical commun est d’une importance fondamentale. […] Le développement socio-économique, tant au niveau national qu’à celui de l’UE, exige la reconnaissance de la famille comme véritable sujet social et politique.”

Crédit photo en Une : Xavier Merlin, licence CC.

Subventions : Le Conseil Général de Gironde dilapide-t-il l’agent des contribuables ?

Subventions : Le Conseil Général de Gironde dilapide-t-il l’agent des contribuables ?

17/07/2012 — 10h30
BORDEAUX (NOVOPress via Infos Bordeaux) —
En ces temps de crise, les français devraient être beaucoup plus soucieux des subventions aux associations versées par l’Etat, mais aussi par les collectivités locales. C’est souvent dans ces dernières que l’on trouve des formes importantes de clientélisme, par le biais d’une très large distribution de l’argent public.

Nous incitons nos lecteurs à consulter la liste publique des subventions distribuées par le Conseil Général de Gironde en 2010. Le 13 juillet dernier, cette collectivité dirigée par le socialiste Philippe Madrelle, à travers son « Plan Départemental pour l’Egalité et l’Accès au droit », décide d’augmenter la subvention de l’AMI (Accompagnement psychologique et Médiation Interculturelle). Avec une autre association (Conseil Départemental des Associations Familiales Laïques de la Gironde) cette « aide » atteint pour l’année 2012 le montant de 91 000 euros !

L’objectif de l’AMI est « de promouvoir et développer l’accompagnement anthropo-psychologique de la personne migrante en difficulté » et « d’œuvrer auprès de toute personne d’origine étrangère pour aider à l’insertion, aux soins et à la prévention des troubles liés à l’interculturalité » ! La ville de Bordeaux met aussi la main à la poche (5000 euros), comme le conseil régional (4900 euros) ou encore la Caisse primaire d’assurance maladie de la Gironde !

Tous les efforts demandés depuis des mois aux Français seront forcément perçus comme injustes et inéquitables, tant que les collectives publiques ne feront pas d’abord le tri dans leurs dépenses.

Répondrez vous à l’appel de l’iPhone 5 à la rentrée ?

Répondrez vous à l’appel de l’iPhone 5 à la rentrée ?

17/07/2012 – 08h00
PARIS (NOVOpress) – Des rumeurs contradictoires circulent au sujet de la sortie de l’iPhone 5. Le site Knowyourmobile a avancé une date de sortie fixée au 5 août. Mais la période estivale n’est pas du tout crédible pour lancer un nouveau produit. Le site japonais Macotakara annonce plutôt une commercialisation en septembre ou début octobre prochain.

Côté nouvelles fonctionnalités, Siri, l’assistant vocal de l’iPhone 5, pourra accéder à certains évènements sportifs comme les résultats d’un match de football et ses faits marquants. Avec un design plus fin que son prédécesseur, l’iPhone 5 pourra sélectionner directement l’une de vos musique pour la mettre en sonnerie. On pourra aussi, grâce à l’application Passbook (ou iTravel), stocker sur le téléphone vos documents importants : carte d’identité, passeport, billets d’avion. Affaire à suivre…

Crédit photo : Massdistraction/Flickr sous licence CC

Rome : nouveau déchaînement médiatique contre Casapound

Rome : nouveau déchaînement médiatique contre Casapound

16/07/11 — 21h30
ROME (NOVOpress) —
Les médias transalpins se sont saisis d’un incident survenu samedi soir à Viterbo entre Gianlucca Iannone, président national de Casapound Italie, et Francisco Rossi, directeur de la revue « Il Futurista » (publication de la mouvance du “renégat” Gianfranco Fini), pour lancer un nouvel hallali contre le mouvement de la droite sociale italienne.

« Que d’histoires pour une simple “gifle futuriste” ! De la part de Filippo Rossi, qui affirme s’inspirer de ceux qui voulaient exalter “l’insomnie fiévreuse, le pas de course, le saut mortel, la gifle et le poing”, nous ne nous serions pas attendus à une telle piteuse réaction », a déclaré le leader de CasaPound Italie.

« Il s’agissait d’une discussion entre de vieux amis, qui ne le sont plus, au cours de laquelle la recherche d’un éclaircissement verbal a débouché sur un geste “marinettien” après que Rossi, qui est plusieurs fois venu parler à Casapound, a diffamé notre mouvement de manière particulièrement odieuse. Une gifle peut faire mal, mais un oeil au beurre noir passe vite. A Rossi, je veux dire que le stylo et les mots peuvent aussi faire mal et que les effets des injures et des mensonges durent beaucoup plus longtemps », a poursuivit Gianlucca Iannone.

Les médias du système parlent évidemment de leur côté « d’agression fasciste » et dénoncent les « méthodes squadristes » de Casapound.

Encore plus véhément, Riccardo Pacifici, le responsable de la communauté juive de Rome, en appelle carrément à la guerre civile face au « péril fasciste ». Ce dernier n’a en effet pas hésité à déclarer : « Il y a un danger, non seulement à Rome, mais en Italie et en Europe. Il faut se retrousser les manches et combattre. Avec aujourd’hui les instruments de la démocratie et, si c’est nécessaire, même si j’espère que non, avec les armes, comme l’ont fait les partisans. »

[Lu sur le Net] Des Angevins réclament les bijoux de la couronne anglaise

[|u sur le Net] Des Angevins réclament les bijoux de la couronne anglaise

16/07/2012 — 18h30
LONDRES via Ria Novosti.fr Des habitants de la ville française d’Angers demandent à la reine Elisabeth II (au premier plan de la photo ci-dessus) du Royaume-Uni de leur remettre les bijoux de la couronne anglaise en guise de compensation pour le meurtre en 1499 d’Edouard Plantagenêt, dernier descendant direct des “Rois Angevins”, lit-on sur le site officiel de la ville.

(…)

Selon eux, une fois les Joyaux remis à la ville d’Angers, ils seront déposés en la Tour Saint-Aubin “pour être vus et conservés par la population”.

La Reine devrait recevoir la pétition début septembre. Ses auteurs visent à recueillir 200.000 signatures. Cependant, pour le moment, seuls quelque 300 personnes ont signé le document.

Crédit photo : SRA JERRY WILSON/Wikipédia sous licence CC

[Tribune libre] Nouvelles de Russie – 15/07/2012 – Par Xavier Moreau

Nouvelles de Russie - 15/07/2012 - Par Xavier Moreau

Un article du Figaro permet d’entrevoir ce qui attend les démocrates géorgiens, à l’occasion des prochaines législatives dans leur pays. Les leaders d’opposition, qui ne seront pas en prison ou en exil, seront pourchassés comme des agents russes, par Mikhaïl Saakachvili et sa police politique. Le dictateur stalinophile avait déjà réprimé le printemps géorgien dans le sang, en mai 2011, avec la bénédiction de nos démocrates occidentaux. Les autobus, qui devaient amener les protestataires de toute la Géorgie jusqu’à Tbilissi, avaient été bloqués, et après la mort de quatre manifestants, les habitants de Tbilissi avait cédé à la répression policière. L’auteur de l’article, Isabelle Lasserre, rejoint là une tradition journalistique française, inauguré dans les années 20, qui consistait à passer sous silence les meurtres commis par les prédécesseurs géorgiens de Mikhaïl Saakachvili : Staline, Ordjenikidze ou Beria. La journaliste sombre enfin dans le burlesque, tandis qu’elle entreprend de nous expliquer, que les Russes envieraient la « réussite géorgienne ». Isabelle Lasserre est donc soit incompétente, soit corrompue, soit elle n’a jamais mis les pieds en Géorgie en dehors de Tbilissi. Entre Pierre Avril, correspondant à Moscou, Pierre Rousselin le « géopoliticien » de la rédaction, et Isabelle Lasserre, on comprend mieux les difficultés financières du quotidien.

Accord de Genève

Les occidentaux viennent d’inventer une nouvelle norme pour les traités internationaux “la déclaration implicite”. Il s’agit d’une condition dans un traité, qui n’est pas écrite, mais sur laquelle tous les signataires sont sensés s’être mis d’accord… sans doute par télépathie. Nous évoquons là, bien entendu, la question du départ du Président Assad. Les malheureux Russes et Chinois qui tentent de reconstruire le droit international sur des bases objectives et rationnelles n’ont pas fini de souffrir face aux sophismes occidentaux.

La Russie laboratoire de lutte contre la subversion orange

Le gouvernement russe s’attaque à l’un des piliers de l’influence américaine. Les ONG constituent en effet, avec les mafias et les extrémismes politiques ou religieux, un des piliers fondamentaux de l’action du département d’État. Qualifier juridiquement d’ « agent étranger » les ONG, qui reçoivent des fonds de l’étranger, est un progrès remarquable, qui contribuera à protéger la démocratie russe des opérations de déstabilisation. Il serait d’ailleurs souhaitable, que la France se dote d’une législation semblable, afin de rendre transparente l’influence américaine dans nos banlieues ou dans nos programmes scolaires.

Tremsa

Nous évoquions récemment la proximité des média-mensonges de la campagne au Kosovo, en 1999, avec ceux de la campagne contre la Syrie. Le dernier exemple est celui de Tremsa, qui est la copie conforme de Racak, dans le sens où une défaite militaire des terroristes de l’UCK, fut suivie par la mise en scène du massacre avec les corps des combattants. Au Kosovo, le chef de l’OCSE sur place et agent américain, William Walker, avait pu se permettre de menacer le médecin légiste finlandais qui ne croyait pas à la fable albano-américaine. Ce fut une époque bénie pour les démocrates américains… époque qui prit fin avec l’arrivée de Vladimir Poutine.

Xavier Moreau

[box class=”info”] Source : Realpolitik.tv. [/box]

Crédit photo : Vladimir Fofanov, via Sxc, licence utilisation non-commerciale.

L’impact sanitaire de la pollution de l’air s’élèverait à près de 30 milliards d’euros par an

L’impact sanitaire de la pollution de l’air s’élèverait à près de 30 milliards d’euros par an

16/07/12 – 14h00
PARIS (NOVOpress) – C’est le résultat annoncé par une étude du ministère de l’Ecologie, non encore publiée, sur le coût sanitaire de la pollution de l’air en France.

La conclusion du document est, en effet, sans appel : « Les polluants de l’air extérieur sont notamment impliqués dans les pathologies respiratoires (asthme, insuffisance respiratoires, cancers) et cardio-vasculaires et occasionnent chaque année des coûts pour la société. Ces coûts peuvent être estimés, a minima, entre 20 et 30 milliards d’euros par an pour la France métropolitaine ».

L’ensemble des coûts sont abordés par l’étude, qu’il s’agisse des coûts marchands (du coût des soins, de la perte de revenus liée à l’absentéisme) ou des coûts non marchands (perte de bien-être lié à l’inquiétude, à l’inconfort ou à la restriction des activités de loisir ou domestiques).

L’évaluation de ces coûts reste néanmoins fort complexe, car se basant en grande partie sur « la valeur statistique de la vie humaine » qui fixe un « prix » à la vie humaine, établi ici à 504.000 euros pour la mortalité liée à la pollution atmosphérique.

Crédit photo : EnvironmentBlog via Flickr (CC)

Huit centième anniversaire de la victoire de Las Navas de Tolosa

Huit centième anniversaire de la victoire de Las Navas de Tolosa

16/07/2012 – 12H00
MADRID (NOVOpress) – On célèbre aujourd’hui, particulièrement en Espagne, le huit centième anniversaire de la bataille de Las Navas de Tolosa, étape décisive de la libération de la péninsule ibérique après des siècles d’occupation musulmane.

Au début de l’année 1212, la situation des royaumes chrétiens du Nord de l’Espagne n’est pas fameuse. Ils sont engagés dans un long combat pour la Reconquista de la péninsule ibérique, en grande partie occupée par les Arabes depuis 711, période où ils s’étaient avancés jusqu’à Poitiers, en France. Les Européens font face à une puissante armée de 200.000 soldats, venus en majorité d’Afrique du Nord mais aussi d’autres régions dans un esprit de djihad.

Les forces commandées par Alphonse VIII de Castille sont moitié moins nombreuses. Aux Castillans, Aragonais et Navarrais se sont joints des volontaires d’autres pays européens, en majorité des Français, mais aussi des Allemands, des Italiens, etc. qui répondent à l’appel du pape Innocent III, qui a fait de la Reconquista une « croisade ».
Rassemblée à Tolède, libérée depuis 1085, l’armée chrétienne remporte une première victoire le 24 juin 1212 en prenant d’assaut la place forte de Malagón. Quelques jours plus tard, elle prend Calatrava. Calatrava est alors une cité importante, capitale de la Castille arabe. Son défenseur, Yusuf ben Kadis, est exécuté par le calife pour avoir échoué à la défendre. La chute de la ville est le début de la fin pour les Arabes, désormais sur la défensive.

Huit centième anniversaire de la victoire de Las Navas de Tolosa
Reconstitution de la bataille de Las Navas de Tolosa. Cliquer sur l’image pour l’agrandir. Crédit image : DR.

Rejointe par les chrétiens au pied de la Sierra Morena, près du village de Las Navas de Tolosa, la gigantesque armée du calife est taillée en pièces le 16 juillet 1212. C’est un moment décisif de la Reconquista et de l’histoire de l’Europe. Désormais, les musulmans reculeront partout jusqu’à la libération intégrale de la péninsule.

“L’Afrique Réelle” N°31 – Juillet 2012

"L’Afrique Réelle" N°31 - Juillet 2012

Éditorial de Bernard Lugan

Le nord du Mali récolte aujourd’hui les fruits de cette erreur politique majeure que fut l’ingérence francootanienne dans la guerre civile libyenne. La descente aux enfers y a en effet commencé au mois de janvier 2012, quand, de retour de Libye, les Touaregs du MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad), culbutèrent l’armée malienne avant de proclamer l’indépendance de la région.

Profitant de l’aubaine, les islamistes d’Al Qaida et ses diverticules régionaux se joignirent au mouvement avec des objectifs totalement différents puisqu’ils prônent la création d’un califat transnational, rêvant de faire du Sahel un nouvel Afghanistan. Dans un premier temps ces groupes islamistes nouèrent des alliances de circonstance avec certaines fractions touaregs, ce qui leur permit d’étendre leur zone d’influence. Puis ils les doublèrent avant de les chasser de Tombouctou, de Gao et du fleuve Niger, les repoussant vers la frontière algérienne, dans le nord de la région de Kidal. Maîtres de Tombouctou, ils entreprirent d’y purifier l’islam en luttant contre le culte des saints considéré par eux comme une résurgence ou une survivance du paganisme, Allah, dieu unique qui mérite seul prière et invocation, interdisant de demander à d’autres ce qui ne relève que de Lui.

"L’Afrique Réelle" N°31 - Juillet 2012Face à cette situation, et comme je ne cesse de le dire depuis le début du conflit, il n’existe pas d’autre solution que locale et passant par un appui direct donné aux Touaregs, seuls capables de lutter en zone désertique contre les bandes islamistes. En échange d’une telle aide, il leur serait demandé de renoncer à leur idée d’indépendance au profit d’une véritable autonomie. Paradoxalement, la gravité de la situation pourrait déboucher sur un rapprochement entre le MNLA et ce qui reste d’armée malienne en dépit du lourd contentieux existant entre Touaregs et sudistes.

En Libye, nous avons détruit un régime certes fantasque, imprévisible, dictatorial et un temps terroriste, mais qui avait assuré la prospérité de la population, bloquait l’immigration africaine vers l’Europe et luttait efficacement contre les fondamentalistes. Sur le champ de ruines résultant de la guerre civile, l’hétéroclite coalition islamotribale curieusement baptisée « libérale »[1] par les médias et qui vient de l’emporter électoralement, va devoir reconstruire un État capable de régler trois problèmes urgents :

1) Mettre au pas les milices et constituer une armée au seul service de l’État.

2) Inventer une nouvelle organisation de l’État sous une forme très déconcentrée, avec une grande autonomie reconnue aux régions et aux villes, mais tout en ne favorisant pas le tribalisme et la partition.

3) Éviter que le pays soit réduit à une bande côtière coupée en deux blocs séparés par 1000 km de désert, avec une Tripolitaine regardant vers Tunis et une Cyrénaïque vers l’Égypte. La nouvelle Libye qui est plus « arabe » que sahélienne ne devra donc pas se désintéresser de ses prolongements sahariens. Si elle n’était tournée que vers son littoral et ses régions pétrolières, le sud du pays deviendrait en effet un sanctuaire pour Aqmi. Les actuelles « autorités » ne contrôlant, et encore, que la ville de Tripoli, et la Cyrénaïque refusant d’obéir à leur pouvoir perçu comme tripolitain, la tâche qui attend les « libéraux » libyens apparaît comme titanesque.

Bernard Lugan

[1] Ces « libéraux » viennent d’annoncer que la charia serait au cœur de la nouvelle constitution.

__________________________________________________

Sommaire :

Actualité :

– Mali : la revendication de l’Azawad est-elle réaliste ?
– Afrique du Sud : Julius Malema ou l’épine dans le pied de Jacob Zuma

Dossier : Les origines de l’islam sud-saharien

– Les débuts de l’islamisation
– Les jihads des XVIIIème – XIXème siècles

Controverse : Rwanda

– Autopsie d’une manoeuvre de désinformation à propos des prétendues “révélations” du journal Libération dans l’affaire dite des missiles Mistral
– Un document faussement attribué à l’ONU
– Un rapport de l’ONU signé par le général Dallaire montre que le FPR possédait des missiles sol-air, pas les FAR
– Hypothèses sur l’origine réelle du document publié par Libération et sur son utilisation

[box class=”info”] Sources : Le Blog de Bernard Lugan (on peut s’y abonner à la revue) et Realpolitik.tv. [/box]