Prévu aujourd'hui, le procès d’Houria Bouteldja est reporté

Prévu aujourd’hui, le procès d’Houria Bouteldja est reporté

12/10/2011 – 08h30
PARIS (NOVOpress) – Le procès d’Houria Bouteldja aura-t-il lieu un jour ? Pourra-t-on un jour condamner ses propos racistes sur les « souchiens » ? L’on peut légitement se poser la question lorque l’on apprend que le procès, conséquence d’une plainte de l’Agrif, prévu aujourd’hui est reporté en raison de la “maladie” d’une employée du Tribunal en charge de ce dossier.

Dans un communiqué, le Bloc Identitaire condamne fermement la dérobade judiciaire et maintient la mobilisation.

Pour le Bloc Identitaire, « à qui fera-t-on croire que l’indisponibilité d’une seule personne puisse constituer la véritable cause de report d’un procès aussi dérangeant pour l’ensemble de la classe politique ? Si c’était le cas, cette situation serait révélatrice de la déconfiture de l’ensemble de l’appareil judiciaire. »

De plus, toujours selon le Bloc Identitaire, « cette affaire qui remonte à plus de quatre ans s’annonce comme un véritable fiasco judiciaire car elle démontre qu’il existerait une double échelle des peines et des traitements. Pour injures raciales, un simple quidam “sous-chien” sera présenté en comparution immédiate, fera l’objet de lourdes amendes, éventuellement de prison avec sursis et depuis peu de mesures de détention provisoire… Et inutile de s’attarder sur les écrits de dirigeants identitaires dont les condamnations se chiffrent en dizaines de milliers d’euros. »

[box class=”info”]Crédit photo : DR[/box]

Naples : l'extrême gauche agresse les militants du Blocco Studentesco avec l'aide de la police

Naples : l’extrême gauche agresse les militants du Blocco Studentesco avec l’aide de la police


11/10/2011 – 20h15
NAPLES (NOVOpress) —
La violence politique physique exercée à l’encontre des étudiants membres de la droite italienne “Casa Pound” a considérablement augmenté ces derniers jours dans la ville de Naples. Après l’agression contre Emmanuela Florin, jeune étudiante responsable du Blocco Studentesco passée à tabac par sept voyous se réclamant de “l’antifascisme”, ce sont d’autres militants du même mouvement qui viennent de subir, lundi 10 octobre, les attaques d’une extrême gauche particulièrement violente.

Ainsi, alors que des militants du Blocco tractaient pacifiquement et de manière légale pour l’université publique, une trentaine puis une centaine de nervis gauchistes, armés et casqués, ont attaqué 2 militants isolés du Blocco. Réalisant cela, leurs camarades viennent se porter à leur secours. Mal leur en a pris, car c’est la police qui a mené la seconde attaque en chargeant les étudiants, à tel point qu’un militant a dû être hospitalisé suite à des coups portés par la police. Sans oublier les arrestations.

Cette violence policière est d’autant plus incompréhensible que les forces de l’ordre ont protégé le cortège illégal, casqué et armé des gauchistes (comme le montrent les photos ci-dessus et la vidéo en italien ci-dessous). Cette collusion est sidérante car les forces de l’ordre sont commandées au niveau national par… Roberto Maroni, membre de la Ligue du Nord… Un Roberto Maroni, interpellé dans un communiqué par Gianluca Iannone, chef national de CasaPound, pour « rétablir un minimum de droit et légalité dans une ville abandonnée à la mafia ».

[box class=”info”]Crédit photo : DR[/box]

Le score d’Arnaud Montebourg annonce de profonds bouleversements politiques

Le score d’Arnaud Montebourg annonce de profonds bouleversements politiques

11/10/2011 – 18h45
PARIS (NOVOpress) –
Le vrai gagnant de la primaire du Parti socialiste est Arnaud Montebourg. Et ce, sans aucun doute possible. Le député et président du conseil général de Saône-et-Loire obtient 17 pour cent des suffrages soit près du double des estimations qu’indiquaient les sondages. C’est lui qui fera le vainqueur du second tour de cette primaire. Plaçant au coeur de sa campagne la démondialisation, la morale publique, la lutte contre la corruption, Arnaud Montebourg a montré que ses électeurs voulaient des transformations profondes.

17% pour le candidat de la démondialisation, candidat décrié par l’hyperclasse mondiale (d’Alain Minc à Daniel Cohn-Bendit en passant par Manuel Valls et… les altermondialistes d’Attac), c’est la marque manifeste que les citoyens veulent se réapproprier leur destin, que les discours lénifiants sur la mondialisation heureuse ne fonctionnent plus, qu’une partie du peuple veut se faire entendre pour exprimer sa volonté d’en finir avec ces vielles élites qui nous ont menés à la crise.

Mais surtout ces 17% dépassent largement la simple candidature d’Arnaud Montebourg. Certains veulent amplifier la mise au premier plan de ce concept. Ainsi, le Bloc Identitaire, dans un communiqué, indique : « Allant toujours plus avant, les identitaires continuent à travailler à l’organisation d’Assises de la démondialisation transversales, dépassant les stériles clivages partisans. » Le Bloc Identitaire fait également remarquer que « les Identitaires ont une fois de plus joué leur rôle d’aiguillon dans ce scrutin. En soutenant Arnaud Montebourg, mais aussi en l’appelant à aller plus loin à travers une démondialisation intégrale ne se couchant pas devant le politiquement correct et visant à “fixer les populations dans leurs aires d’origine”, selon les mots de Walden Bello, créateur du concept de démondialisation. » Et « prouvant que leur combat est en phase avec une part chaque jour grandissante de la population. »

De plus, ces 17% dépassent la querelle entre Martine Aubry et François Hollande, chantres tous deux du social-libéralisme et du libre-échangisme. D’autant qu’en 2008, François Hollande avait affirmé que les politiques n’étaient pas là pour protéger les citoyens… Alors qu’Arnaud Montebourg lui demande, comme à Martine Aubry, de prendre clairement position sur les thèmes défendus par le président du conseil général de Saône-et-Loire.

Le gouvernement autorise le relèvement des plafons des zones d'épandage d'azote

Le gouvernement autorise le relèvement des plafonds des zones d’épandage d’azote

11/10/2011 – 16h55
PARIS (NOVOpress) –
La nouvelle a de quoi surprendre. Mais le gouvernement, via un décret paru ce mardi au Journal officiel, a décidé de relever les plafonds d’épandage d’azote dans les exploitations agricoles.

C’est d’autant plus surprenant que de plus en plus de preuves établissent la corrélation entre épandage massif d’azote et extension des algues vertes. Algues vertes aux conséquences tragiques pour l’environnement. Pour preuve, la mort de sangliers sur les plages d’une commune bretonne.

Désormais, selon ce décret, les autorités prendront comme référence la surface agricole utile (SAU) et non plus une « surface d’épandage » plus restreinte.

Ce décret, signé par le Premier ministre et les ministres de l’Agriculture et de l’Ecologie, a provoqué la colère de l’association Eaux et Rivières. Dans un communiqué, elle déplore que ce décret « intervient alors que la commission européenne exige de la France, dans une lettre du 17 juillet dernier, des explications sur sa politique de prévention des marées vertes. »

De plus, l’association indique que « le relèvement des plafonds d’épandage de lisier [est] jugé incohérent avec les programmes engagés pour réduire la pollution par les nitrates ».

[box class=”info”]Photo : zone infestée d’algues vertes. Yannick Krempp/Flickr sous licence Creative Common[/box]

Relocalisation industrielle : le futur Trafic Renault sera fabriqué en Normandie

Relocalisation industrielle : le futur Trafic Renault sera fabriqué en Normandie

11/10/2011 – 15h00
SANDOUVILLE (NOVOPress) – C’est Carlos Tavares, numéro 2 du groupe Renault, qui l’a annoncé. Le futur Trafic Renault (le véhicule utilitaire de la marque française) sera désormais fabriqué dans l’usine normande de Sandouville. L’usine fabrique déjà les véhicules Espace et Laguna de la marque au losange.

Et ce à partir de 2014, le montant de l’opération est de 230 millions d’euros. Auparavant, le Trafic Renault était conçu dans les usines espagnoles et britanniques du groupe. Avec ce projet, Renault fera fabriquer 100% de ces véhicules utilitaires dans l’Hexagone.

[box class=”info”]Photo : usine Renault de Sandouville/Tour2Piste News.[/box]

Espagne : Lancement des Jeunesses Identitaires pour la Catalogne

Espagne : Lancement des Jeunesses Identitaires pour la Catalogne

11/10/2011 – 12h30
BARCELONE (NOVOpress) –
Samedi dernier (8 octobre 2011), 150 personnes ont assisté au lancement des JIxC – Joventuts Identàries per Catalunya, à Sant Boi de Llobregat en Catalogne espagnole. Liées au parti identitaire catalan Plataforma per Catalunya, ces Jeunesses Identitaires pour la Catalogne s’inscrivent dans la dynamique de renouveau politique initiée depuis désormais presque une décennie par les jeunes identitaires européens, et notamment à partir de 2002 par les Jeunesses Identitaires en France.

L’Autre Jeunesse, réseau réunissant les jeunes identitaires francophones, a salué la création de ce mouvement dans un communiqué de presse,en affirmant notamment : “Nous serons bientôt côte à côte, car notre combat est le même.”

Josep Anglada, compagnon de route du Bloc Identitaire –ayant participé à deux conventions – et président de Plataforma per Catalunya, a pour sa part déclaré lors de cette réunion : “Qui a la jeunesse avec soi, possède le futur”. Il a aussi salué le choix de la croix de Saint-Georges (Sant Jordi) comme symbole des JIxC en évoquant “la Catalogne et l’Europe qui ont su lutter contre l’envahisseur musulman”.

Les Jeunesses Identitaires pour la Catalogne ne semblent pas être les seules à s’inspirer du mouvement français, puisque les militants d’extrême gauche protestant contre cette réunion scandaient pour leur part “Anglada pim-pam-pum“, slogan ressemblant à s’y méprendre au “Bim-bam-boum”, rendu populaire par les jeunes identitaires niçois de Jouinessa Rebela.

Violences confessionnelles en Egypte

Violences confessionnelles en Egypte

11/10/2011 – 10h00
LE CAIRE (NOVOpress) –
Au moins 24 chrétiens égyptiens ont été tués dimanche au soir, lors de la dispersion d’une manifestation de la communauté copte pour protester contre les violences dont elle fait l’objet depuis la fin de la révolution. Partie du quartier de Choubra, foyer cairote de la communauté, la marche avait pourtant débuté pacifiquement. Mais touchant à sa fin, elle a été brutalement interrompue par les militaires.

Des coups de feu à l’origine indéterminée se sont alors faits entendre et se sont intensifiés, l’armée a immédiatement réagi en lançant ses blindés sur la foule, ce qui a provoqué un véritable carnage. Selon des témoins sur place, on a ramassé plusieurs corps décapités ou écrasés sous le poids des blindés. Des perturbateurs auraient également infiltré le cortège, semant le trouble et accélérant l’éclatement des violences.

Les affrontements se sont poursuivis dans la plus grande confusion sans que l’on ne parvienne vraiment à identifier les protagonistes, de nombreux riverains y ayant pris part dans un camp ou dans l’autre. Le bilan de 24 morts pourrait être largement sous-évalué, l’armée a annoncé que 3 conscrits avaient perdu la vie. On dénombre également 200 blessées environ.

La communauté internationale, par la voie du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, a immédiatement fait part de sa vive inquiétude et a appelé « les autorités de transition à garantir la protection des droits de l’homme et des libertés civiles pour les Egyptiens de toutes confessions ». Mais les pieuses incantations des dirigeants occidentaux, qui analysent ces révolutions arabes sous un angle un peu trop romantique, infléchissent mal les réalités du monde arabo-musulman, encore travaillé par l’intégrisme religieux et/ou les clivages tribaux.

Et l’approche des premières élections supposées libres dans ces pays peu accoutumés à la démocratie risquent fort d’aggraver les tensions. Ainsi, en Tunisie, des islamistes ont tenté ce même dimanche d’incendier le siège d’une chaîne de télévision privée après la diffusion du film Persépolis, lui reprochant de faire figurer une représentation de Dieu, ce qui est formellement proscrit par l’Islam.

Si les peuples arabes ont bien revendiqué davantage de liberté lors de ces révolutions, ils n’ont certainement pas plébiscité un modèle à l’occidental, empreint de laïcité et de multiculturalisme. Et si l’Egypte et la Tunisie, pays arabes relativement homogènes et occidentalisés, sont secoués par de tels troubles, on voit mal comment la Libye (et la Syrie ou le Yémen?), mosaïque de tribus pétries de traditionalisme, pourrait y échapper lors de sa transition démocratique. En Libye, les exactions perpétrées par les rebelles contre les populations noires ne sont sans doute qu’un début.

[box class=”info”] Photo : Église copte Saint Georges, Le Caire. Crédit Berthold Werner, licence CC. [/box]

[Football] Les qualifications pour l’Euro 2012 de ce soir

[Football] Qualifications pour l’Euro 2012 : les matchs à retenir

11/10/2011 – 09h15
PARIS (NOVOpress) — Les qualifications pour l’Euro 2012 touchent à leur fin et même si l’on commence à y voir plus clair pour tous les groupes, voici les matchs à retenir.

Allemagne/Belgique : un des matchs à risque de ce soir. Les Siders belges contre les Kuttens teutons. Attention à l’abus d’alcool… D’autant que la Belgique pourrait laisser sa seconde place (qui pourrait peut-être lui permettre de se qualifier) aux Turcs.

Espagne/Écosse : les Espagnols sont loin devant mais les Écossais défendront vaillamment leur seconde place au son des « Flowers of Scotland ».

Irlande/Arménie : deux peuples qui ont souffert, deux peuples chrétiens revendiqués, mais une seule place pour espérer une qualification à l’Euro. Temple Bar risque d’avoir mal à la tête, mais dans quel sens ?

France/Bosnie-Herzégovine : Quand même, on jettera un coup d’œil à ce qu’il reste de notre pauvre et triste équipe de France. Il ne faut pas perdre pour conserver notre première place. Après l’Albanie vendredi, c’est donc face à un autre pays musulman d’Europe que nos joueurs devront se battre.
Crédits photo : RAWKU5 via sxc

Nombre record de PV : les automobilistes traient comme des vaches à lait

Nombre record de PV : les automobilistes traits comme des vaches à lait

11/10/2011 – 08h00
PARIS (NOVOpress) –
Le nombre des amendes, qui pèsent sur le dos des automobilistes, explose : 7,5 millions en 2010. Soit une hausse de 13% par rapport à 2009. Un record qui ne tient pas compte des amendes infligées par les polices municipales. La baisse du nombre de places de stationnement dans les centres-villes et l’arrivée des tablettes numériques permettant la distribution électronique de PV, expliquent surtout ce phénomène.

Ainsi, grâce à ces tablettes numériques, les pervenches gagneraient 30% de temps dans la rédaction des PV par rapport au classique carnet à souche. Selon Rémy Josseaume, président de la commission juridique de l’association 40 Millions d’automobilistes, les pervenches sont également motivées par une politique du chiffre : « Les agents verbalisateurs ont, semble t-il, eu des consignes pour verbaliser plus pour gagner plus », affirme le juriste et docteur en droit.

Les Français préfèreraient certainement que les pouvoirs publics mettent autant d’énergie et de technologies à lutter contre les braquages, trafics de drogue et d’armes générés par l’immigration sauvage. Une réalité autrement plus dangereuse qu’un « arrêt ou stationnement gênant »

Des "Celtomania" qui versent dans la diversité

Des “Celtomania” qui versent dans la “diversité”

Affiches des Celtomania10/10/2011 – 20h00
NANTES (NOVOpress Breizh) – « Liviou unaned breizh*! Cette 22ème édition ne sera pas seulement “gwenn” et “du” mais joyeusement bigarrée à l’image des différents spectacles et manifestations proposés dans nos 17 communes partenaires de Loire-Atlantique. » La dernière édition du festival « Les Celtomania » annonce la couleur, avec une affiche bien conformiste (ci-contre), en complet décalage avec l’esprit du festival.

Christophe Lelu, enseignant de son état, a eu la bonne idée en 1989 de regrouper les différents organisateurs qui programmaient des artistes bretons dans la région nantaise. Ainsi sont nées deux ans plus tard « Les Celtomania » qui, chaque mois d’octobre, proposent des manifestations, des expositions et des spectacles de très haute qualité. Tous représentatifs de ce que la culture bretonne a de plus authentique.

Ainsi cette année du 1er au  29 octobre, Fanny Cheval et le collectif  Spered Kelt exposent à Clisson leurs œuvres consacrées à la Bretagne. Vendredi 14 octobre, Clarisse Lavanant et Dan  ar Braz  seront à La-Chapelle-sur-Erdre pour un concert qui s’annonce prometteur. Le lendemain c’est la Kevren Alré, un bagad aux harmonies résolument novatrices, huit fois champion de Bretagne des bagadoù, qui présentera son nouveau spectacle intitulé « Imoer » (« Mémoire », en breton vannetais). Enfin le 29 octobre  The Churchfitters, l’un des groupes les plus inspirés de la scène irlandaise,  installé en Bretagne depuis dix-huit ans, donnera un concert à Pornic. Un programme, on le voit, très « celto-breton », enraciné dans une culture plurimillénaire. Pas vraiment « bigarré » (?!) donc, si les mots ont un sens.

Alors pourquoi un tel souci de mettre en avant la « diversité », le « bigarré » (synonyme, comme on le sait, de « disparate », « hétéroclite », « hétérogène », « multicolore » etc.) ? Lisardo Lombardia, le directeur du Festival inter-celtique de Lorient, avait déjà donné dans le registre cette année en parlant de « cosmopolitisme » à propos des Celtes ! Peut-être faut-il chercher – au-delà d’une soumission facile à l’esprit du temps ou d’un sentiment de culpabilité  à affirmer sa culture – du côté des principaux soutiens financiers du festival.

Subventionné en effet principalement par la Ville de Nantes, le conseil général de Loire-Atlantique et la région des Pays de la Loire, Celtomania se doit sans doute de donner des gages aux oligarques socialistes qui dirigent ces collectivités. Connaissant l’amour que portent à la Bretagne et à sa culture MM. Ayrault, Auxiette et Grosvallet, quoi de mieux pour obtenir des subventions que d’intégrer la promotion de la culture bretonne dans un « emballage » idéologique à connotation mondialiste qui ne peut que leur plaire ? Christophe Lelu aime à se définir comme le « VRP de la culture bretonne ». Un titre qui lui va à merveille.

* Traduction donnée par le site du festival : « United colors of Britanny » (sic).

Ce que révèle l'affaire "Mohamed vs Babu", par Simon Charles [tribune libre]

Ce que révèle l’affaire “Mohamed vs Babu”, par Simon Charles [tribune libre]

Paris, octobre 2011 : comme tous les jours, une altercation éclate dans le métro. Mohamed, ressortissant égyptien “en situation irrégulière” s’en prend à une jeune femme. De manière plus ou moins agressive, en fonction des témoignages. “Babu”, un Indien hindou, fraîchement débarqué en France lui aussi, intervient. Les deux hommes sortent du métro. Sur le quai, ils en viennent aux mains. Mohamed pousse alors “Babu”, qui chute sur les rails et s’électrocute. Il meurt sur le coup. Mohamed est mis au placard, “Babu” devient le héros du métro. Il fait la une des journaux.

Les média s’emparent de l’histoire. Après Steve Jobs, ils trouvent un deuxième héros en l’espace de quelques jours. Quelle aubaine. Entre Steve Jobs, combattant de l’Occident (marchand), inventeur de gadgets “made in Asia” pour dépressifs en tout genre, porte-étendard de l’individualisme consumériste… et “Babu”, le gentil “migrant” venu pour fuir la misère et travailler, qui intervient pour sauver une jeune femme de la barbarie : ah quelle belle semaine mes amis ! Comme les médias en parlent, les gens en parlent. Des machines à café aux tables de restaurant d’entreprise, “Babu” devient le sujet de conversation obligatoire. Et puisque les gens en parlent, le gouvernement DOIT s’en mêler. Il envoie donc deux ministres, dont Frédéric Mitterand (certainement attiré par les talents de “jeune boxeur” de la victime), rendre un vibrant hommage au héros. Une petite loi pour compléter le tableau, peut-être ?

On sait que ce mécanisme en quatre temps (fait divers – reprise médiatique – émotion collective – réaction gouvernementale) régit dorénavant la “vie politique” de notre pays. Nicolas Sarkozy, et les autres politiques dans son sillage, doivent ainsi avoir une opinion sur tous les sujets. Ils peuvent être appelés sur tous les fronts, y compris les plus grotesques. Emportés par le tourbillon de l’émotion et du court-terme, ils n’ont aucune vision de l’avenir d’un pays qu’ils dirigent à vue, au gré des tempêtes médiatiques. Qu’importe, il leur faut bouger, être présent, éteindre un par un les incendies émotionnels activés par l’emballement médiatique. On peut estimer qu’avec cette affaire “Babu”, on a touché le fond du délire médiatique. En effet, chose de plus en plus fréquente, les médias se sont cette fois-ci lourdement trompés. Ils ont déclenché l’emballement à partir d’un postulat faux et précipitamment acté : “Babu” DOIT être un héros.

Pourquoi ce dernier doit-il l’être ? Parce que l’agresseur est un clandestin égyptien, tout simplement. Ce nouveau fait divers en plein Paris pourrait accentuer le réveil des ardeurs et le sentiment de ras-le-bol anti-immigrationiste de la part des Français. Ces derniers qui n’hésitent pas à afficher de plus en plus leur intention de vote, et leur sympathie pour les courants patriotes, à l’aube des prochaines échéances électorales. La démocratie est en danger. Mais “Babu” constitue un excellent rempart contre les risques de déviance idéologique. Dans son rôle, il est parfait. L’agresseur est immigré MAIS le sauveur est lui aussi immigré. OUF !

Sauf qu’hélas, “Babu” ne serait finalement pas le sauveur rêvé. Il n’est semble-t-il pas ce héros artificiel que nous ont trop vite fabriqué les médias. En effet, selon les premiers élements de l’enquête et notamment ceux émanant de la vidéo-protection (version orwellienne du mot “vidéo-surveillance”), il s’avèrerait que “Babu” aurait cogné le premier. Qu’il n’aurait pas agi seul, mais avec une bande de copains indiens. Que Mohamed n’aurait pas agressé la victime, mais lui aurait simplement “proposé des bonbons” avant de se concentrer sur “son portable et son Facebook” – dixit son avocat. Enfin, que Mohamed aurait simplement repoussé “Babu”. Bref, la “défense” met un sacré bâton dans les roues de la version officielle médiatico-gouvernementale. C’est que Frédéric Mitterand doit se sentir bien bête après un tel hommage, non ?

La position du système, celle de compenser l’agression commise par un immigré clandestin par l’intervention héroïque d’un autre immigré, est en effet totalement ébranlée par la réalité des faits : en plein coeur de Paris, une bande d’Indiens s’en est pris à un Egyptien qui était agressif. Qui a raison ? Comment cela s’est-il passé ? Quand parlera la fameuse jeune femme agressée dont personne ne dit mot ? Autant de questions qui demeurent, et auxquelles seule une enquête prodonde pourra répondre.

Une enquête sur un fait particulièrement grave, puisqu’il y a mort d’homme. Un fait divers grave, également, pour le système dès lors que le déroulement nous oriente vers deux conclusions qui mettent à mal le politiquement correct ambiant :
– il s’agit là d’une énième manifestation (dramatique cette fois-ci) de l’insupportable tension quotidienne qui règne dans le métro et les transports franciliens.
– l’affaire s’oriente vers un conflit “inter-ethnique” au sein d’une société multicurelle dont l’échec se révèle chaque jour un peu plus, tant cette dernière se mue en une jungle multi-raciste.

Parlant de la demande de libération de son client, l’avocat de Mohamed a mis le doigt là où cela fait mal : « Le juge a préféré le laisser en détention provisoire car il craint à la fois que Mohamed ne fuie et que sa libération ne crée un émoi dans la communauté indienne ». Tout est dit. S’il est libéré, Mohamed peut donc en effet fuir et retourner en Egypte. S’il est condamné, et si l’injustice se ressent, les membres de la communauté égyptienne descendront-ils dans la rue ? Se retrouveront-ils en face de ceux de la communauté indienne, eux-aussi choqués ou véxés ? C’est donc dans un climat de tension communautaire que l’affaire se déroule.

Plus que toute autre chose, l’affaire “Babu” souligne ce que jamais la République jacobine n’osera accepter : la communautarisation et la ghettoïsation de sa capitale, devenue une ville dégénérée, ultra-violente et multi-raciste.

Conférence "Islamphobie état d'urgence" le 30 octobre [vidéo]

Conférence “Islamophobie état d’urgence” le 30 octobre [vidéo]

Affiche de la conférence "Islamophobie état d'urgence"10/10/2011 – 17h30
NANTERRE (NOVOpress) –
Le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est peu connu, mais il a obtenu le rang de membre consultatif de l’ONU – plus exactement, le CCIF est accrédité auprès du au Conseil économique et social (ECOSOC) de l’ONU.

Toujours est-il que le CCIF organise le 30 octobre un conférence intitulée “Islamophobie état d’urgence”, à Nanterre. Et pour annoncer cette conférence (remarquez l’utilisation du bleu-blanc-rouge pour illustrer la famille musulmane victime d’islamophobie sur l’affiche ci-contre), le CCIF ne trouve rien de mieux que d’utiliser des images du reportage partial et mensonger de Paul Moreira consacré aux “islamophobes”… Dont certaines avec le Bloc Identitaire

Une conférence qui promet donc…

En 2007, pour Arnaud Montebourg, le principal défaut de Ségolène Royal était… François Hollande [vidéo]

En 2007, pour Arnaud Montebourg, le principal défaut de Ségolène Royal était… François Hollande [vidéo]

10/10/2011 – 16h30
PARIS (NOVOpress) – Arnaud Montebourg est donc la personne incontournable du second tour de la primaire socialiste pour l’élection présidentielle de 2012. Les deux candidats encore en lice, Martine Aubry et François Hollande, vont tout faire pour le séduire.

Mais cela ira-t-il jusqu’à oublier quelques paroles malheureuses, comme celles prononcées par Arnaud Montebourg en 2007 ? A cette époque, Arnaud Montebourg était porte-parole de Ségolène Royal. Interrogé par Canal +, il avait indiqué que le principal défaut de la candidate socialiste était son compagnon, c’est-à-dire François Hollande…

Mayotte en situation insurrectionnelle, par Bernard Lugan [tribune libre]

(Mise à jour) Mayotte en situation insurrectionnelle, par Bernard Lugan [tribune libre]

[box class=”warning”]Bernard Lugan a répondu à Novopress au sujet de ces émeutes [/box]

[MEDIA not found]

[box class=”warning”]Article repris du site “l’Afrique réelle”[/box]

Depuis plusieurs jours, l’île de Mayotte que des politiciens irresponsables ont, par misérable calcul électoral, et sans avoir préalablement consulté le peuple français, transformé en département, vit un véritable climat insurrectionnel.

Pour mémoire, ce Lampedusa d’outre-mer ne produit rien et l’immense majorité de sa population est au chômage ou vit des prestations généreusement versées par la France ; à 60% ses habitants ne parlent que le swahili ou le malgache, les musulmans polygames y sont majoritaires et sur 200.000 habitants, l’on compte au moins 60.000 immigrés clandestins. Quant à la maternité de Mamoudzou, elle met au monde chaque année 7.000 jeunes compatriotes, dont 80% nés de mères immigrées originaires de toute l’Afrique orientale et jusqu’à la cuvette du Congo.

Pour donner une apparence de légalité à cette départementalisation, les politiciens irresponsables qui nous gouvernent ont organisé un simulacre de référendum concernant les seuls habitants de Mayotte, à l’exclusion des Français métropolitains qui, pourtant, vont de leurs deniers, assurer le suivi de l’opération… Cette seule population appelée à voter n’allant pas refuser les avantages sociaux promis par le nouveau statut de l’île, ce fut donc à 95% qu’elle plébiscita la départementalisation, synonyme pour elle de RSA et d’alignement sur les prestations de l’assistanat servies en Métropole.

Cette manne tardant à être concrétisée, nos « chers » nouveaux compatriotes ont entrepris de détruire avec méthode les équipements ultra modernes payés par les Français hexagonaux. A la date de rédaction de ce texte, l’île est ainsi en situation quasi insurrectionnelle. Une fois de plus impuissant et dépassé par les évènements, le gouvernement français va, à quelques mois d’un scrutin dans lequel il joue sa survie, acheter la paix sociale en acceptant les exigences des Mahorais qui seront soldées par les impôts des autres Français.

Face à ce véritable diktat qu’est la départementalisation de Mayotte, le plus incroyable est que, juridiquement, il n’existe plus aucun moyen de revenir en arrière, c’est-à-dire au statut antérieur qui permettait de maintenir cette île de l’océan indien dans l’ensemble français mais sans avoir à subir les conséquences dramatiques de cette surréaliste départementalisation.

[box class=”info”] Photo : capture d’écran d’un reportage (vidéo ci-dessous) sur les émeutes à Mayotte/DR[/box]

Comprendre la dette publique [vidéo]

Comprendre la dette publique [vidéo]

10/10/2011 – 14h30
PARIS (NOVOpress) – Utilisez cette vidéo comme outil pédagogique pour comprendre comment les dettes publiques et privées sont devenues l’un des problèmes économiques majeurs. Et pour comprendre pourquoi la crise des dettes souveraines risque de devenir une crise systémique aux répercussions tragiques

Procès des Khmers rouges : un juge dénonce les pressions et démissionne

Procès des Khmers rouges : un juge dénonce les pressions et démissionne

10/10/11 – 13h30
PHNOM PENH (NOVOpress)
– Dans le feuilleton tragique du jugement des responsables Khmers rouges, les pressions politiques de l’actuel gouvernement cambodgien apparaissent au grand jour avec la démission du juge d’instruction allemand du tribunal de Phnom Penh.

Le juge d’instruction a en effet déclaré qu’il ne pouvait pas mener à bien sa mission, du fait de la volonté des autorités cambodgiennes de ne pas voir aboutir les dossiers.

Le magistrat allemand a notamment évoqué des déclarations de hauts responsables cambodgiens se prononçant contre la poursuite des deux affaires dont il avait la charge.

Les observateurs du tribunal, censé juger les responsables marxistes du génocide de plus de deux millions de personnes entre 1975 et 1979, craignent depuis longtemps l’abandon des poursuites, notamment du fait que le Premier ministre cambodgien Hun Sen est lui-même un ancien cadre Khmer rouge.

Des craintes qui semblent aujourd’hui confirmées par les déclarations du juge allemand démissionnaire.

[box class=”info”]Crédit photo : NewportPreacher sous licence Creative Common[/box]


LSD Brigitte Bardot cambodgienne par YoungFool

Le vrai bilan de Sarkozy : fausse rupture avec le politiquement correct, vraie rupture avec le modèle français (1re et 2e partie)

Le vrai bilan de Sarkozy : fausse rupture avec le politiquement correct, vraie rupture avec le modèle français (1re et 2e partie)

Athena - Logo du Club de l'Horloge

Athena - Logo du Club de l'Horloge

[box class=”info”] Communication de Jean-Yves Le Gallou à la XXVIIe Université annuelle du Club de l’Horloge, 8 et 9 octobre 2011. Le thème de l’Université était :
Présidentielle 2012 : Pour que les électeurs de droite ne soient plus trompés / En finir avec les fausses alternances et les promesses équivoques.

Nous reproduisons ce texte avec l’aimable autorisation de Polémia. [/box]

« Le vrai bilan de Nicolas Sarkozy : fausse rupture avec le politiquement correct, vraie rupture avec le modèle français » était le thème de l’intervention de Jean-Yves Le Gallou à la XXVIIe Université annuelle du Club de l’Horloge. Nous en donnons connaissance à nos lecteurs en quatre parties : Les chiffres de l’abaissement de la France, les comptes fantastiques de l’arithmétique médiatique, la fausse rupture avec le politiquement correct, la vraie rupture avec le modèle français.

Polémia

 

L’élection présidentielle, ce n’est pas seulement une élection : c’est d’abord un spectacle, scénarisé, cadencé, feuilletonisé. Au risque évidemment pour l’électeur de passer à côté de l’essentiel.

Et l’essentiel aujourd’hui, c’est le bilan critique. Le bilan critique des vingt-cinq dernières années.

Et, bien sûr, le bilan critique de l’actuel président sortant, Nicolas Sarkozy : 5 ans président, 7 ans ministre, 4 ans député de la majorité ; en tout, 12 ans de pouvoir exécutif, y compris le pouvoir suprême, et 16 ans de pouvoir majoritaire, sans oublier 3 ans de responsabilité à la tête du parti dominant ; ajoutons-y le vote de nombreuses réformes de la Constitution et de deux traités européens majeurs (Maastricht et Lisbonne).

L’état de la France aujourd’hui est largement le fait de Nicolas Sarkozy. En voici le bilan en chiffres

 

Première partie

2002/2007/2012 : les chiffres de l’abaissement de la France

• Bilan économique : dans le rouge

  • – La balance du commerce extérieur est en déficit depuis 1999 ; ce déficit a doublé en 5 ans ; il atteindra 75 milliards d’euros en 2011. Les Français consomment 2% de PIB de plus que ce qu’ils produisent. Ce qui conduit la Chine, le Qatar et quelques autres à acquérir de beaux fleurons du patrimoine immobilier national et les actifs de nombreuses entreprises. Ce qui est un processus de colonisation économique.
  • – La France achète ce qu’elle ne produit plus puisque la mondialisation, voulue par tous les gouvernements successifs, a détruit l’industrie française : en 12 ans l’industrie française a perdu le quart des heures travaillées (source GEAB). C’est 800 à 1 000 emplois industriels qui disparaissent chaque jour ouvrable, de l’ordre de 200 000 par an !
  • – Le chômage s’élève à 9,7% au deuxième trimestre 2011 selon les normes du Bureau international du travail (BIT) : un chiffre dans la moyenne européenne mais en hausse depuis 2007 (8% à l’époque). Concrètement, ce sont 2 750 000 personnes sans emploi du tout ; un chiffre qui s’élève à 4,4 millions en prenant les chômeurs partiels et les personnes dispensées de recherche d’emploi. En clair : 10% des actifs français sont au chômage total ; 15% des actifs français sont au chômage total ou partiel ; 20% des actifs français hors secteurs protégés sont au chômage partiel ou total. Près de toutes les familles sont concernées par le phénomène. Ces chiffres sont le résultat mécanique des politiques suivies depuis 25 ans.
  • – Le déficit du budget de l’Etat est passé, de 2006 à maintenant, de 38 milliards à 96 milliards. En 2012 – selon les prévisions de Bercy – les dépenses ne seront financées qu’à hauteur de 78% par les recettes fiscales (366 milliards de dépenses pour 288 milliards de recettes). Selon la Cour des comptes, ce déficit ne s’explique que pour un tiers par la « crise » : le deuxième tiers a été hérité des gouvernements auxquels a participé M. Sarkozy et le troisième tiers a été créé par l’actuel président à coups de mesures discrétionnaires et souvent clientélistes.
  • –Dans ces conditions la dette a explosé, passant de 1 150 milliards début 2007 à près de 1 700 milliards aujourd’hui. La note triple A qui permet d’obtenir des taux d’intérêt modérés est menacée.

• Bilan sociétal : dans le noir

  • – L’intégration de très nombreux immigrés venus notamment du Maghreb et d’Afrique noire fonctionne mal ; l’application du principe de précaution devrait donc conduire à limiter, sinon arrêter, les flux d’entrée. Tel n’est pas le cas. Bien au contraire : en 2010, plus de 200 000 titres de séjour réguliers ont été attribués, ce qui est un record absolu ; d’autant plus que le flux des demandeurs d’asile a repris sa croissance et que le séjour clandestin n’est pas maîtrisé. Résultat : dans un contexte de pénurie budgétaire les dépenses liées à l’immigration sont les seules à connaître une croissance à deux chiffres.
  • – La lutte contre la délinquance a été un objectif constant de Nicolas Sarkozy comme ministre de l’Intérieur d’abord, président de la République ensuite. Le bilan est contrasté mais, là aussi, sévèrement jugé par la Cour des comptes. Sans entrer dans un débat technique, on analysera simplement le chiffre le plus objectif parce que le moins susceptible de manipulation statistique : celui des violences contre les personnes. Il n’a cessé d’augmenter pour atteindre 467 650 faits recensés d’août 2010 à juillet 2011. En hausse de 8% depuis le début du quinquennat.
  • – Le désastre scolaire se poursuit, selon l’étude internationale PISA qui évalue les résultats des jeunes de 15 ans. Depuis 2000, la France ne cesse de perdre des places dans le classement international et, de 2006 à 2009, le recul s’est poursuivi : du 19e au 27e rang en sciences, du 17e au 22e rang en lecture, du 17e au 22e rang aussi en mathématiques.

• Sarkozy accompagnateur, acteur et symbole de l’abaissement français

Bien sûr, cet abaissement français a des causes multiples qui dépassent la seule personnalité de Nicolas Sarkozy. Sa responsabilité n’en est pas moins certaine :

  • – d’abord, parce que c’est le responsable politique français actuel qui a eu le plus de responsabilités majeures au cours des vingt-cinq dernières années ;
  • – ensuite, parce que ses actes se sont toujours coulés dans le courant dominant, notamment au regard de la mondialisation et du cosmopolitisme ;
  • – enfin, parce qu’il s’est revendiqué comme « hyper » ou « omni » président et qu’il doit être tenu pour comptable de ses actions : c’est la rançon du césarisme médiatique dans lequel nous vivons.

 

Deuxième partie

Le mouvement brownien des annonces et des réformes :
2007/2012 : Les comptes fantastiques de l’arithmétique
médiatique

En algèbre (+1) + (-1) = 0, mais (+1) + (-1) = 2 en arithmétique médiatique.

Et c’est ainsi que Nicolas Sarkozy a occupé l’espace médiatique dans la deuxième partie de son quinquennat en annonçant la suppression des mesures qu’il avait prises dans la première partie.

Polémia

Jean-Yves Le Gallou

Jean-Yves Le Gallou

« Faire et défaire, c’est toujours travailler », dit le proverbe. C’est aussi une maxime sarkozyste.

Sarkozy ministre de l’Intérieur a créé des emplois de policiers et de gendarmes.

Sarkozy président les a supprimés. Sarkozy président a supprimé des emplois dans la fonction publique d’Etat. Mais il a apporté aux collectivités locales des crédits suffisants pour leur permettre de créer autant d’emplois de fonctionnaires territoriaux que l’Etat a supprimé d’emplois de fonctionnaires nationaux. 150 000 fonctionnaires d’Etat en moins, 150 000 fonctionnaires locaux en plus : c’est toujours autant de charges publiques ! En 2010, les dépenses des communes ont crû de 3% et celle des intercommunalités de 4,5%.

Sarkozy a créé le bouclier fiscal puis il l’a supprimé.

Sarkozy a diminué le taux de l’ISF (2 milliards d’allégement), puis il a créé une taxe spéciale sur les revenus des plus riches (200 millions de prélèvement).

Sarkozy a défiscalisé les heures supplémentaires, puis il les a refiscalisées.

Sarkozy a créé une déduction fiscale pour les intérêts des emprunts immobiliers, puis il l’a supprimée.

Sarkozy a créé une prime à la casse pour les voitures puis il l’a supprimée.

Sarkozy a imposé un « plan de relance » dont il sort par un « plan de rigueur ».

Quand un internaute va sur le site de la présidence de la République et qu’il clique sur le mot « action » il est immédiatement redirigé sur « les déplacements du président de la République ». Comme si l’agitation, c’était l’action. Quel meilleur symbole du « bougisme » ! Quel meilleur aveu que ce que les communicants appellent « action » n’est rien d’autre que de l’annonce. Nous sommes dans la République du tournis.
Voir : La Tyrannie médiatique

• C’est le règne de l’arithmétique médiatique : (+1) + (-1) = 2.

Les médias aiment l’immédiat. Et c’est l’immédiat qui nourrit les médias. En communication, « une information noire plus une information blanche, c’est deux événements, Coco ! »

Pour Le Figaro ou TF1, supprimer un impôt c’est « contribuer à la relance économique ». Rétablir le même impôt c’est « aller dans le sens de la rigueur ». En communication, c’est deux nouvelles. En économie cela s’appelle du « stop and go ».

Dans la réalité (+1) + (-1) = 0

Car, au final, on est revenu au point de départ, avec tout de même des coûts administratifs supplémentaires pour l’Etat et les particuliers ; et un manque de confiance dans des règles collectives de moins en moins stables.

Parcourir le site Internet de la présidence de la République est une expérience étrange : on y trouve un kaléidoscope de mesures clientélistes non mises à jour. Les mesures supprimées continuent d’être promues… même après leur suppression ! Les Français croyaient avoir choisi un président, ils découvrent n’avoir élu qu’un candidat permanent.

Jean-Yves Le Gallou

On peut lire ici les 3e et 4e parties.

[box class=”info”] Source : Polémia. [/box]

[Cinéma] La Clef des Terroirs

[Cinéma] La Clef des Terroirs

Documentaire expliquant l’agriculture bio-dynamique au travers du monde du vin, La Clef des Terroirs, de Guillaume Bodin arrive sur les écrans cette semaine. La première œuvre d’un jeune vigneron réalisateur passionné et talentueux. À ne pas manquer.

Pendant plus d’une année Guillaume Bodin a suivi des vignerons qui travaillent selon les principes de la biodynamie. Entouré de spécialistes, il a voulu sensibiliser le grand public a ceux qui ont choisi de s’engager dans la voie d’une viticulture respectueuse de la vie des sols et de la santé de la plante.

[Cinéma] La Clef des Terroirs

Cliquer sur l'affiche pour la voir en grand format.

Pour ce faire le réalisateur a rencontré nombre de vignerons, et non des moindres. Des frères Bret (Domaine de la Soufrandière-Vinzelles) à Thierry Germain (Domaine des Roches Neuves- Saumur Champigny), en passant par Thibault Liger Belair (Côte de Nuits) , Aubert de Villaine (Domaine de la Romanée Conti), Sylvain Loichet (Chorey les Beaune) , David et Nicolas Rossignol-Trapet (Gevrey-Chambertin), Jean-Baptiste Granier (Les vignes oubliées-Hérault) c’est toute une élite qui explique devant la caméra de Bodin sa philosophie et son approche particulière de la culture de la vigne et de l’élaboration du vin. A consommer sans modération.

La Clef des Terroirs a reçu le grand Prix du festival Oenovideo en 2011.

Pour connaitre les lieux et heures de projection du film (parfois associée à un débat ou à un Déjeuner Œnologique), c’est ici.