Pour une agriculture durable : le festival de “Non Labour et Semis direct”

Pour une agriculture durable : le festival de “Non Labour et Semis direct”

02/09/11 16h45
PARIS (NOVOpress)
– Le festival national de “Non Labour et Semis direct” (NLSD), destiné à promouvoir une agriculture de conservation (ou durable), se tiendra le mercredi 14 septembre prochain au lycée de Saint-Pouange (Aube). Venues de toute la France, et même de l’étranger, plus de 2 000 personnes sont attendues.

Pour les organisateurs de ces rencontres agricoles, face à la baisse de la fertilité des sols trop et mal sollicités par l’agriculture intensive, “un autre modèle doit voir le jour : l’agriculture de demain doit être productive, rentable, mais également respectueuse de l’environnement.”

L’agriculture de conservation, née sur le continent américain, a donc pour vocation de “limiter le travail du sol.”

Au programme de ce festival pour une agriculture “raisonnée et alternative” : des expositions, des conférences, des débats, des démonstrations pratiques.

[box class=”info”]Pour plus d’informations : www.nlsd.fr[/box]

Immigration : l'identité québécoise en question

Immigration : l’identité québécoise en question

02/09/2011 – 15h30
MONTREAL (NOVOpress Québec) —
Alors que le sujet de l’immigration semble être la question du jour dans la Belle Province, deux dépêches municipales provenant de Shawinigan et de Gatineau rappellent aux Québécois que l’immigration ne fera plus pour très longtemps l’exclusivité de la métropole montréalaise.

En effet, les deux municipalités annoncent des mesures significatives afin d’attirer les minorités visibles et « nouveaux arrivants » (euphémisme propre à la novlangue québécoise). Le manque de main-d’œuvre est l’argument de prédilection des maires. La conseillère municipale de Gatineau, haïtienne d’origine, parle déjà d’inclure des membres dits de minorité visible dans les comités municipaux et de les inciter puisque, selon madame Apollon les immigrants auraient tendance à s’auto-exclure de nos systèmes de gouvernance.

Radio Ville-Marie nous apprend que 16420 Gatinois disaient appartenir aux minorités visibles en 2006, alors que ce nombre pourrait dépasser les 20 000 personnes en 2011, d’après un rapport divulgué hier au conseil municipal. Selon la conseillère, cet accroissement est nécessaire pour combler 30 000 nouveaux emplois.

À Shawinigan, la situation est semblable et la ville est prête à débourser 175 000 dollars dans le but de faire la promotion de sa ville afin de combler de futurs emplois disponibles dans la région.

Ces dépêches apparaissent à un moment où plusieurs politiciens et journalistes mettent en question les bienfaits de l’immigration au Québec et alors que la Chambre de commerce montréalaise réclame toujours plus d’immigrants dans l’optique d’élargir son « bassin de main d’œuvre ». Œuvre du patronat ? Rappelons que près de 80% des immigrants vivent dans la métropole montréalaise, et en plus grand pourcentage pour les dites « minorités visibles ».

[box]Photo : image sous licence creative commons / Auteur : Humanoide (Flickr)[/box]

Racisme anti-blanc à Dijon : le cabinet du Maire de Dijon botte en touche !

Lynchage raciste anti-blanc à Dijon : le Maire de Dijon botte en touche ! [audio exclusif]

02/09/2011 – 14h30
DIJON (NOVOpress) –
Novopress a déjà rapporté le lynchage raciste anti-blanc par une bande ethnique, survenu en plein centre ville de Dijon il y a quelques jours. Comme l’indique le quotidien  Le Bien Public le jeune homme de 15 ans, de type européen, marchait en compagnie de deux copains, l’un d’origine maghrébine et l’autre d’origine africaine. Les copains n’ont pas été touchés et le jeune homme a indiqué qu’il a entendu ses agresseurs dire « On casse du cblan [blanc] ! ».

Etonnés par l’absence totale de réaction des responsables politiques les Identitaires Bourguignons ont d’abord interpellé le député de Côte d’Or, Bernard Depierre (UMP) par l’intermédiaire de son secrétaire (enregistrement audio ici sur Novopress), puis hier ils ont appelé la Mairie de Dijon pour interroger le Maire.

Ci-dessous jusqu’à 1min42 l’enregistrement de l’appel pour poser la question, ensuite (séparé par des bips) l’enregistrement de la réponse du cabinet du Maire. L’interlocutrice, qui appartient à l’Antenne municipale de lutte contre les discriminations, est manifestement très mal à l’aise. Elle est chargée de répondre que le maire n’intervient pas car l’enquête est en cours (l’agression date quand même du 19 août !).

Un enterrement de première classe, quoi ! Comme dans la réponse du secrétariat du député de Côte d’Or, Bernard Depierre (voir ci-dessus).

Quelle différence avec le tintamarre politico-médiatique dès la moindre suspicion de racisme anti-magrébin, africain ou juif !

[MEDIA not found]

[box] Photo : François Rebsamen – Maire de Dijon (PS) [/box]

Mise en examen de Jean-Michel Baylet, candidat à la primaire socialiste

Mise en examen de Jean-Michel Baylet, candidat à la primaire socialiste

02/09/2011 – 14h15
BORDEAUX (via Info-Bordeaux.fr) — Le parquet de Bordeaux a confirmé hier la mise en examen de Jean-Michel Baylet, candidat du Parti radical de gauche (PRG) à la primaire socialiste en vue de l’élection présidentielle de 2012.

Le sénateur a été mis en examen en juin 2009 pour « infraction au code des marchés publics ». L’instruction est en cours.

Président du Conseil général du Tarn-et-Garonne, franc-maçon notoire, Jean-Michel Baylet est à la tête d’un empire médiatique, le Groupe La Dépêche. Déjà condamné en 2003 par la Cour d’appel de Toulouse pour abus de biens sociaux, il est classé à la 509ème place du classement du magazine Challenges, qui recense les français les plus fortunés.

L’UMP Nicolas Pompigne-Mognard, son adversaire politique dans le département, a pressé le premier secrétaire du PS par intérim, Harlem Désir, d’exiger le retrait de la candidature du président du PRG. À noter que l’ancien président de Sos-Racisme a lui-même été condamné en 1998 à 18 mois de prison avec sursis pour avoir perçu des salaires fictifs !

L’affaire tombe mal à gauche, et notamment pour le Parti socialiste qui doit affronter le cas Jean-Noël Guérini. En effet, le président du Conseil général des Bouches-du-Rhône pourrait mis en examen dans un dossier de présumées malversations sur des marchés publics !

[box]Photo : Jean-Michel Baylet lors du meeting de Toulouse du 13 avril 2007 de Dominique Strauss-Kahn, venu promouvoir la candidature de Ségolène Royal à l’élection présidentielle de 2007. Auteur : Guillaume Paumier. Image sous licence creative commons[/box]

2 euros Franc Rozman-Stane

Slovénie et Autriche : une pièce de 2 euros fait débat

02/09/2011 – 13h00
VIENNE [via Lionel Baland] — Une monnaie souvenir de 2 euros en l’honneur d’un commandant de partisans, dénommé Franc Rozman Stane, a été émise en Slovénie.

Le FPÖ (Autriche) dénonce l’impression de cette pièce qu’il considère être en opposition à la communauté des valeurs européennes et une gifle au visage des victimes des partisans de Tito.

Le Commandant des partisans Franc Rozman Stane est mort en 1944 et n’a pas participé aux crimes titistes de la fin de la guerre.

[box class=”info”]Sources : lionelbaland.hautetfort.com et derstandard.at[/box]
Photo : fr.numista.com

Dick Cheney. L'ancien vice-président américain justifie la torture

Dick Cheney, l’ancien vice-président américain justifie la torture

02/09/2011 – 11h00
WASHINGTON (NOVOpress) –
Ancien directeur de cabinet de Gérald Ford, ancien ministre de la Défense de Bush père, puissant vice‑président de Bush fils, Dick Cheney vient de publier ses mémoires.

Celui qui fut surnommé Dark Vador assume sans complexe sa réputation de seigneur de la guerre. Il regrette simplement que les États‑Unis n’aient pas bombardé la Syrie. Mais il justifie les méthodes de torture utilisées à la prison de Guantanamo. Tout en se félicitant qu’Obama n’ait pas fermé ce pénitencier malgré ses promesses.
[box class=”info”]Photo : de gauche à droite Dick Cheney, George W. Bush, Dennis Hastert. En 2003.[/box]

Italie : un parc régional converti en décharge publique

Italie : un parc régional converti en décharge publique

02/09/2011 – 10h00
NAPLES (NOVOpress) –
«Parc régional archéologique historique naturel des églises rupestres de Matera» : c’est son nom officiel. On l’appelle plus simplement Parc de la Murgia. Il s’étend sur plus de 6000 hectares, entre les territoires de Matera et Montescaglioso, dans la Basilicate. Habitée depuis les temps préhistoriques, cette région calcaire conserve un ensemble exceptionnel d’habitat troglodytique et surtout environ 150 églises rupestres, peintes à fresques par des communautés monastiques à la fois bénédictines et byzantines, de la fin du VIIIe siècle jusqu’au XIXe siècle. Elle abrite en outre une faune et une flore très riche, dont de nombreuses espèces protégées. Le parc a été inscrit en 2007 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Italie : un parc régional converti en décharge publique Comme tant d’autres trésors du patrimoine italien, il est pourtant laissé à l’abandon. La section de Matera de l’association CasaPound Italia vient de publier une série de photos prises au cours des derniers mois. Bouteilles, téléviseurs, pneus, bidons d’huile de voiture, pièces de carrosseries, bon nombre de seringues et de préservatifs usagés… voilà ce que l’on découvre. Le parc des églises rupestres est devenu une immense décharge publique et un rendez-vous pour junkies.

« La situation », explique Stefano Dubla, responsable local de CasaPound, « est encore bien pire que ce que montrent les images, dans la mesure où de nombreux déchets, abandonnés depuis désormais des années, ont été pris dans la terre et dans la végétation ou bien ont été dissous par les incendies estivaux qui frappent parfois cette zone ».

Dénonçant l’incivilité de nombreux habitants et la complicité de l’administration municipale, CasaPound demande à la fois des sanctions sévères contre ceux qui abandonnent leurs déchets et la mise en place d’un système gratuit de ramassage des encombrants, une fois par semaine.

Entre le philistinisme de la droite berlusconiste (qui ne s’intéresse qu’aux émissions de variété et aux jeux télévisés, avec le plus possible de seins nus et d’écrans publicitaires) et le mondialisme de la gauche métisseuse (qui se pique de culture mais seulement si elle est « diverse »), la lente agonie du patrimoine naturel et artistique figure le sort de l’Italie tout entière – et celui de l’Europe.

 

L'encyclopédie des névroses : l'anti-socialisme spasmodique [tribune libre]

L’encyclopédie des névroses : l’anti-socialisme spasmodique [tribune libre]

[box class=”info”]Tribune libre, article repris du site A moy que chault[/box]
Population la plus touchée : CSP+ de province, mariés à l’église mais non pratiquants, 2 ou 3 enfants en bahut privé, lecteurs du Figaro et de Valeurs Financières… pardon Actuelles (c’est synonyme me direz-vous), possédant un 4X4 et une « petite citadine », adorant Dinard et Biarritz, portant des chaussures bateaux, possédant des SICAV, un PEA et ayant ouvert un PEL pour chaque gamin, dansant le rock et s’encanaillant parfois sur un vieux Jean-Pax après 3 coupes de champagne.

Film préféré :
« Les bérets verts » avec John Wayne

Livre préféré : « Mitterrand et les 40 voleurs » de Jean Montaldo

Philosophe préféré : Denis Tillinac.

Musiciens préférés : Monteverdi et Michel Sardou

Icône : Adolphe Thiers

Devise : « Ils n’ont qu’à se sortir les doigts du cul ! »

Symptômes : allergie à la couleur rouge, crises d’épilepsie et postillonnage hystérique à chaque apparition télévisuelle de Martine Aubry ou Jack Lang, dissimulation fiscale compulsive, orgasmes irrépressibles à l’annonce d’une hausse du CAC 40, « sarkozysme critique » (consistant à voter invariablement pour, tout en se plaignant continuellement de sa politique), achats de posters de Ronald Reagan et Margareth Thatcher, affection démesurée pour la police.

Complications possibles : cassage au marteau de matériel hifi ou ménager avant mise à la poubelle pour être bien sûr que les pauvres ne le récupèrent pas et puissent l’utiliser « sans l’avoir payé », infanticide pour cause de port de t-shirt Che Guevara, exil en Belgique ou au Luxembourg, autodafés de Codes du Travail, viols de fonctionnaires.

Traitement : lecture de Bernanos, Bloy, Drieu, retour au catéchisme, séjour aux États-Unis sans carte de crédit, stage à l’usine ou à l’hôpital, renoncement à l’héritage familial et découverte prolongée du « confort facile » du RMI, exorcisme.

Militantisme : retour au réel - Magazine Rébellion N° 49

Militantisme : retour au réel – Magazine Rébellion N° 49

Militantisme : retour au réel - Magazine Rébellion N° 49Editorial
L’été meurtrier

Société
La France cachée.
La colère du prolétariat français couve

Alternative économique
Autocentrer le développement.
Pour en finir avec la mondialisation néolibérale

Militantisme
Organisation et autonomie. L’engagement militant
>Petit guide militant sre
>Alain de benoist sur le militantisme…
>La bibliothèque de base du militant

Contre-société
Le concept de base autonome durable (BAD)

Philosophie
Costanzo preve. Histoire critique du marxisme

Chroniques livres
>Rendez-vous au manoir. Jean Parvulesco
>Lectures pour Frédéric II. Luc-Olivier d’Algange
>Orientations rebelles. Georges Feltin-Tracol

Edito

Le chiffre croissant de la criminalité n’est plus un mystère dans la société capitaliste où la perte de référence humaine, morale, constitue le meilleur mode d’être pour l’autoreproduction du modèle de la globalisation en marche. Toutes les déviances sont ainsi exploitables de diverses manières et dans des intentions multiples par les autorités du pouvoir oligarchique en place. Ce dernier ne manque pas lui-même d’appliquer les recettes des voyous afin de perpétuer son règne. Ainsi avons-nous récemment assisté, d’une part, à une gigantesque tentative de braquage à Tripoli de la part des pays intervenant militairement contre le pouvoir de Kaddafi et qui s’il réussissait serait probablement le casse du siècle et d’autre part, à un carnage en Norvège attribué à un jeune et riche franc-maçon classé à l’extrême droite politique, qui tel un “Rambo” aurait à lui seul fait exploser un bâtiment public puis doué d’un sens aiguisé de la mobilité aurait ensuite mitraillé quelques dizaines de malheureux jeunes de ses compatriotes. A chaque évènement de ce type, des flots de désinformations viennent obnubiler les consciences déjà passablement engourdies de nos contemporains afin de donner une version officielle de justification et d’interprétation erronée de la réalité.

Sans prétendre posséder toutes les clefs de lecture du réel, il ne nous paraît pas impossible de démonter les rouages essentiels de la mascarade médiatique commise par l’idéologie dominante. Sur fond de manipulation de réseaux islamistes formés par la CIA, il y a longtemps que les Etats-Unis favorisent la sécession de la Cyrénaïque aux dépens de Tripoli. Avec les soubresauts récents en Egypte et le renversement du régime de Moubarak et face à une situation que l’armée égyptienne ne pourrait peut-être pas à long terme maintenir, il s’agirait de “sécuriser” la frontière du côté de la Libye avec un appui potentiel du fameux CNT, ce qui permettrait aux Etats-Unis d’avoir un pied supplémentaire au niveau stratégique dans la région, au titre de protecteur d’Israël. Par ailleurs, bien évidemment, la question du contrôle des ressources pétrolières lybiennes n’est pas étrangère à l’intervention otanesque en cours et permettrait de contrer la Chine qui commençait à beaucoup investir dans le pays. La France elle-même se trouve avec “Total” directement en concurrence avec les compagnies italiennes, ce qui peut expliquer la prudence du gouvernement italien au sujet de l’agression militaire en Libye. Au-delà, il faut surtout souligner l’indépendance de la politique de Kaddafi sur le continent africain. Kaddafi “initia un mouvement destiné à refuser le dollar et l’euro, et appela les nations arabes et africaines à utiliser à la place une nouvelle monnaie, le dinar or. Kadhafi suggéra d’établir un continent africain uni, avec ses 200 millions de personnes utilisant cette monnaie commune… Cette initiative était perçue négativement par les Etats-Unis et l’Union Européenne, le Président français Nicolas Sarkozy qualifiant la Lybie de menace pour la sécurité financière de l’humanité.” (1). De cette façon se verrait mis en cause le système des pétrodollars garantissant la domination de l’économie étasunienne malgré les hausses du prix du pétrole demandés par l’OPEP. Ensuite, ce que l’on nous a présenté comme le gel des avoirs de Kaddafi n’est en fait que la mainmise sur les 30 milliards de dollars de la banque de Libye auxquels les États-Unis avaient accès. A cela s’ajoute la décision d’Obama de viser tout ce qui appartient au gouvernement libyen en sus de la Banque Centrale de Libye. Pure rapine! Ajoutons que ces sommes avaient été affectées par la Libye à des projets importants en Afrique. (2). A partir du moment où la Banque Centrale Africaine sise à Abuja au Nigeria imprimerait de l’argent africain, cela mettrait également fin à la prédominance du franc CFA. Fureur du capitalisme français et de son commis de Président! Aux armes, il faut monter au braquage! Quel scandale que l’existence de cette Banque centrale libyenne, société nationale à 100% et au service d’une régulation financière adossée aux exigences de croissance économique et de stabilité financière d’un pays souverain. Cela aurait pourtant dû séduire tous les moralisateurs de la finance internationale et aurait pu être envisagé comme modèle vertueux… Mais enfin la tentation est trop grande pour la maffia oligarchique, d’autant que “selon le FMI, sa banque centrale renferme environ 144 tonnes d’or dans ses coffres” (3), ce qui évidemment pousse à une urgente “intervention humanitaire“. (4).

Certes, cela n’est guère nouveau : “est-ce que le marché mondial aurait jamais vu le jour sans crimes nationaux? Et les nations mêmes se seraient-elles formées?” (5) K. Marx. Il est donc possible d’envisager le crime sur le plan de la division sociale du travail comme le fit Marx. Ce que ce dernier ne pouvait entrevoir est l’utilisation du terrorisme à plus ou moins grande échelle avec effet médiatique garantie, manipulation de l’opinion publique, afin de couvrir les pires exactions des puissances oligarchiques en train d’unifier un monde unipolaire. On utilise ainsi l’extrême droite, l’extrême gauche, les islamistes, des individus plus ou moins instables, on retourne tout ce beau monde dans tous les sens à en donner le tournis et plus personne n’y voit goutte. Il suffit alors de faire surgir de la situation le message recherché. Ne serait-ce pas le cas dans l’affaire du meurtrier norvégien évoqué au début de notre éditorial? Ce descendant des vikings, adepte semble-t-il, de rites fort peu odiniques tombe à point pour lancer une nouvelle campagne contre un “fascisme” scandinave entrant en concurrence avec le terrorisme “islamiste” tout aussi meurtrier. “Le criminel produit un effet tantôt moral, tantôt tragique, c’est selon ; ainsi rend-il ‘service’ aux sentiments moraux et esthétiques du public.” (6). Ici, bien sûr, l’indignation du public mais aussi l’interrogation sur la possibilité pour un tel pays, indépendant de l’Otan, de l’UE, critique de la politique israélienne, favorable à la création d’un Etat palestinien, de couver en son sein l’existence d’un tel psychopathe, graphomane sur Internet et digne d’Erostrate dans sa folie criminelle. Car de nos jours le meurtrier terroriste utilise Internet, il y fignole son discours, fait part de sa “doctrine” sous l’œil vigilant de toutes les polices. Qui ne voit que toutes les forgeries en deviennent possibles?

Lorsque le système spectaculaire est intéressée à la chose, il prône la théorie du complot (le fascisme, l’islamisme, l’antisémitisme, le spectre du communisme arrangés à diverses sauces menaçant la démocratie) tout en distillant l’idée que ceux qui essaient de déjouer ses manœuvres obscures sont victimes de l’illusion complotiste. En conséquence toute compréhension critique du réel s’en trouve verrouillée. Il nous semble utile de dire que ce phénomène s’inscrit dans l’opacité produite par l’incapacité dans laquelle la conscience aliénée se trouve d’expliquer un monde lui étant hostile, étranger. Au stade du capital absolu, l’idéologie produite schizophréniquement tend à cristalliser une représentation totalisante, uniforme de l’histoire humaine dans la globalisation des pratiques et des consciences. Ce schéma de justification de la réalité s’avère simpliste et monolithique dans sa présentation spectaculaire au public. Aussi peut-on croire y voir à l’œuvre la présence sous-jacente d’un seul déterminisme agissant : la main invisible d’un complot quelconque (dans l’esprit du psychopathe norvégien c’était, semble-t-il, l’islamisme et le marxisme). Ce dont ne se privent pas les personnalités instables, utilisables alors à souhait pour des opérations de déstabilisation effectuées par des services aux visées tactiques et stratégiques rationnellement calculées.

Pour sortir de cette nasse mentale déréalisante, l’effort minimum nécessite de s’inscrire dans une démarche de critique et de rejet du capitalisme, y compris de ses fausses alternatives ayant la vie dure (réformisme social-démocrate, dichotomie droite/gauche, marxisme idéologisée, gauchisme, nationalisme nostalgique, etc.) critique dont les sources sont déjà anciennes tout en tenant compte des nouveaux aspects de celui-ci à mettre à jour. Toute autre analyse débouche sur une scotomisation du réel (processus faisant disparaître du champ de la conscience certains aspects de celui-ci). C’est la tâche que nous essayons de mener à bien.

NOTES

1> Peter Dale Scott. Article reproduit dans Les dossiers du BIP. N° 142. Cit. p. 17. Ed. Démocrite, 6, rue du Haras, 61140 Juvigny s/s Andaine.

2> Ibidem. p.18.

3> Ibidem. p.18.

4> Mais celle-ci ne s’adresse pas à tous. Selon la fédération internationale des ligues de droits de l’homme (FIDH) au sujet de la guerre en Lybie : “les exactions à caractère raciste – assassinats, viols, lynchages, pillages – commises à l’encontre des Tchadiens, Nigériens, Soudanais, Nigérians dans la zone libérée par les rebelles du Conseil national de transition (CNT) sont à ce point ‘massives et systématiques’ qu’elles peuvent être qualifiées de ‘crimes de guerre relevant de la Cour pénale internationale (CPI)’. En cause : l’assimilation mortelle Noir = mercenaire de Kaddafi, mais aussi, en filigrane, le rejet viscéral du tropisme africain du ‘Guide’ honni.” C’est le très consensuel Jeune Afrique, n° 2634, p.6, qui l’écrit à propos des charmants garçons que le gouvernement français arme et soutient fébrilement comme il l’avait fait pour les sbires de Ouattara en Côte d’Ivoire avec l’approbation unanime de notre courageuse “gauche” et l’absolution de B-H-L…

5> Marx. Œuvres. Economie. Tome II, p. 400. Ed. Gallimard.

6> Ibidem, p. 400.

[box class=”info”] Magazine Rebellion. [/box]

Entretien avec Alain Fragny responsable du Bloc Identitaire Provence

Entretien avec Alain Fragny responsable du Bloc Identitaire Provence [audio]

01/09/2011 – 20h15
CANNES (NOVOpress) –
L’université de rentrée du Bloc Identitaire approche à grand pas (9-10 et 11 septembre). La section provençale du Bloc Identitaire, qui reçoit l’évènement, ne ménage pas ses efforts afin d’accueillir les 150 à 200 participants prévus pour l’occasion.

A sa tête, Alain Fragny, de Cannes. Quel accueil préparent les identitaires provençaux à leurs camarades venus de nombreuses régions ? Quelle particularité locale sera donnée à cette université de rentrée ? Comment se portent les Identitaires de Provence et quels sont les projets à venir ? C’est à toutes ces questions qu’Alain Fragny à accepté de répondre.

Propos recueillis par Yann Vallerie.

[MEDIA not found]
L'imprévu dans l'histoire - La Nouvelle Revue d'Histoire N° 56, septembre 2011

L’imprévu dans l’histoire – La Nouvelle Revue d’Histoire N° 56, septembre 2011

L'imprévu dans l'histoire - La Nouvelle Revue d'Histoire N° 56, septembre 2011Le dossier de La Nouvelle Revue d’Histoire (NRH) N°56 de septembre-octobre 2011 est consacré à “L’imprévu dans l’histoire” (voir ci-contre l’image de couverture, cliquer dessus pour l’agrandir).

Les autres articles sont en particulier :

Editorial
L’imprévu, la Chine et l’occasion favorable

Portrait
Entretien avec Pascal Gauchon : l’enseignement, l’histoire et la géoéconomie

Découvertes :

Les sources historiques de Tintin
Tibère, l’empereur calomnié
La reine Victoria
France et Allemagne : économies comparées
Husseïn d’Egypte, un sultan francophile
Jeu, contrôlez vos connaissances – La Reine Victoria et son temps
Georges Valois : du Faisceau à la Résistance
Les métamorphoses du conservatisme américain
L’ébranlement de la puissance américaine
Malaparte, l’écrivain
Le choc de l’histoire, entretien avec Dominique Venner

[box class=”info”] Disponible en kiosque mais on peut aussi se procurer la revue par Internet, par exemple :
commander la revue et la feuilleter ici. [/box]

Les profits des actionnaires des entreprises du CAC 40 ne cessent de grimper

Les profits des actionnaires des entreprises du CAC 40 ne cessent de grimper

01/09/2011 17h30
PARIS (NOVOpress) –
En période de crise des marchés boursiers, les entreprises du CAC 40 tirent largement leur épingle du jeu. De quoi ravir leurs actionnaires puisque les entreprises du CAC ont engrangé un bénéfice de 46,2 milliards d’euros. Parallèlement leur chiffre d’affaires atteint 650 milliards d’euros sur cette période.

Axa et Total sont les grands gagnants avec respectivement 4 et 6,7 milliards d’euros, Total affichant une nouvelle fois les plus gros profits.

Face à de tels bénéfices, les entreprises se veulent moins alarmistes. Il serait toutefois intéressant de savoir de quelle manière ces bénéfices colossaux seront partagés. Car là encore, le salarié de base risque de n’obtenir que de maigres subsides voire aucun, faisant dire à Alexandre Baradez analyste de marché chez Saxo Banque que «la confiance des consommateurs (…) constitue le principal problème pour le reste de l’année, car cela signifie que les dépenses des consommateurs risquent de diminuer… ».
[box class=”info”]Photo : Bourse de Paris[/box]

Kriegspiel en presqu’île de Crozon

Bretagne : Kriegspiel en presqu’île de Crozon

01/09/2011 – 16h30
CROZON (NOVOpress Breizh) –
Les estivants n’en sont toujours pas revenus. Mardi, les 250 élèves du 1er bataillon de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr-Coëtquidan et de la 1ère brigade de l’Ecole militaire interarmes ont été parachutés sur la plage de Pentrez , à Plomodiern (Finistère). But de l’exercice : déjouer le projet de séparatistes qui ont pris en otage des ressortissants français. Un kriegspiel inédit en presqu’ile de Crozon, sur fond de restrictions budgétaires

Bien entendu il ne s’agit que d’un exercice, et les Bretons ne semblent pas être en cause – le FLB et l’ARB ne sont plus d’actualité ! Selon le scénario conçu par l’armée, l’objectif de la manœuvre est de venir en aide à un pays « vert » – ami de la France- en proie à la dissidence d’une partie de sa population qui revendique son indépendance. Aidés par des conseillers militaires de l’état « violet », les sécessionnistes ont pris en otage des Français. La France décide alors d’intervenir militairement pour évacuer ses ressortissants.

D’où l’opération aéroportée qui a permis mardi le déploiement des forces engagées dans la presqu’ile de Crozon. Hier matin leur mission était de reconnaître d’Est en Ouest la presqu’île dans le but de faire reculer les forces sécessionnistes, de localiser et de regrouper les Français. Si tout se passe bien, aujourd’hui un centre de regroupement de réfugiés sera installé près du Fort de Landaoudec.

Tout en poursuivant leur mission de récupération et d’évacuation des ressortissants jusqu’aux extrémités nord et ouest de la presqu’île, les cyrards devront assurer la protection des réfugiés en liaison avec les ONG installées sur place, dont le rôle est tenu par des élèves d’HEC, en stage de « formation au leadership » à Coëtquidan. Demain matin, fin de l’exercice AVEL MOR 2011 : les réfugiés seront évacués vers Brest à partir du port de Camaret par un bâtiment de la Royale.

On espère que l’exercice se déroulera sans trop de casse : François Fillon vient en effet d’annoncer que le ministère de la Défense devra supporter à lui seul 222,5 millions des 460 millions de nouvelles annulations de crédit (soit 48%) qui viennent d’être décidées dans le cadre de la « lettre rectificative au projet de loi de finances rectificative ».

A ces annulations, rappelle Jean-Dominique Merchet sur son blog Secret Défense, s’ajoute en outre l’explosion des crédits consacrés aux opérations extérieures : « A l’Afghanistan, s’est ajouté la Libye sans oublier la Cote d’Ivoire au printemps. Résultat : la barre du milliard d’euros aurait déjà été franchie, alors que ce surcoût atteignait déjà les 870 millions en 2010. » Comme le constate un observateur cité par Merchet « la défense reste bien la variable d’ajustement » et « la sanctuarisation de son budget est un mythe ». Faute de moyens adaptés, l’armée pourra-t-elle dans l’avenir exercer – si le cas se présentait – des missions telles que celle qui se déroule actuellement à Crozon ? Les futurs officiers ont de quoi s’interroger.

« L’Amérique qui tombe » d’Arianna Huffington

« L’Amérique qui tombe » d’Arianna Huffington

Le titre original de l’ouvrage d’Arianna Huffington, paru en 2010, était Third World America : L’Amérique du tiers-monde ou L’Amérique tiers-mondisée.

Le titre retenu pour sa traduction française se veut sans doute un clin d’œil au livre de Nicolas Baverez La France qui tombe mais c’est un peu dommage car la référence au tiers-monde était éclairante. L’approche de Baverez était, en outre, bien différente, car très libérale.

Pourquoi l’Amérique tiers-mondisée ? Parce que, pour l’auteur, la société américaine présente de plus en plus les caractéristiques des sociétés du tiers-monde : d’un côté, une petite minorité de privilégiés, de l’autre, une majorité de la population appelée à vivre dans la pauvreté, la précarité et la peur de perdre son emploi. Comme dans les pays du tiers-monde, les inégalités sociales sont croissantes, les infrastructures médiocres ou dégradées et les dépenses militaires élevées. Enfin, comme dans les républiques bananières, aux Etats-Unis la corruption politique et l’interpénétration entre pouvoir politique et intérêts économiques sont profondes et la démocratie, formelle : les lobbies –économiques – ont désormais bien plus de pouvoir que les électeurs.

« L’Amérique qui tombe » d’Arianna Huffington La première partie de l’ouvrage se consacre au diagnostic principal, c’est-à-dire, selon l’auteur, la remise en cause progressive du pacte social sur lequel se fondait la société américaine et qui conduit à la destruction programmée de la classe moyenne.

Pour A. Huffington ce pacte reposait sur l’idée qu’en travaillant dur chacun pouvait espérer améliorer sa situation, celle de ses enfants et progresser dans l’échelle sociale. Mais cet espoir est aujourd’hui brisé. Pour une partie croissante de la population, avoir un emploi stable, une certaine sécurité financière, une retraite décente et une maison à soi constituent désormais un rêve inaccessible.

A. Huffington illustre la précarité de cette classe moyenne, qui était la classe centrale aux Etats-Unis, chiffres et témoignages à l’appui. L’ouvrage fourmille sur ce plan de données et de références, qui dressent le portrait, souvent poignant, d’une autre Amérique : celle qu’on ne voit pas, jamais, à la télévision, c’est-à-dire une Amérique de pauvres, qui vivent d’expédients et qui voient l’avenir avec inquiétude. Une Amérique où 26 millions de personnes sont au chômage ou sous-employées, où une personne sur huit vit de bons alimentaires, où 30% des lycéens quittent l’école sans diplôme ; mais aussi une Amérique qui s’indigne de voir le contribuable appelé au secours des banques qui continuent de distribuer à leurs dirigeants de grasses rémunérations, tout en se montrant impitoyables vis-à-vis des surendettés.

L’auteur s’efforce aussi d’analyser les causes de cette évolution. Elle désigne principalement l’avènement de la financiarisation de l’économie et de la dérégulation « libérale » introduite à partir des années Reagan. Elle désigne aussi l’effet des politiques budgétaires, qui ont avant tout porté sur la réduction des dépenses d’éducation et à caractère social. Elle nous dépeint aussi une société politiquement bloquée, les lobbies industriels et financiers parvenant à empêcher toute réforme contraire à leurs intérêts.

Dans la dernière partie de l’ouvrage, l’auteur, de sensibilité démocrate, esquisse des propositions pour rendre l’espoir à cette Amérique qui tombe : au premier chef, une réforme politique pour libérer l’Etat de la tutelle des intérêts particuliers ; mais aussi tout un ensemble de mesures économiques, dont certaines sont, bien sûr, très liées au contexte américain et dont beaucoup relèvent aussi de l’attirail intellectuel de la gauche.

Mais A. Huffington ne se borne pas à envisager des réponses politiques globales, remake d’un « grand soir » qui risque de tarder à se produire.

L’intérêt de sa réflexion est aussi d’ouvrir des pistes pour une action immédiate des citoyens. C’est ce qu’elle nomme le « populisme productif ». Comme elle l’écrit, en effet, « nous devons impérativement passer à la version suivante : admettre que notre système est trop profondément détraqué pour pouvoir être réparé par les hommes politiques qui ne remettent pas en cause le statu quo, quelles que soient leurs intentions ». Il faut donc que l’initiative vienne d’ailleurs : de la société elle-même. Exemple : vous en avez assez de vous faire arnaquer par les grandes banques ? Déposez donc vos avoirs dans les banques coopératives : vous aurez les mêmes garanties de dépôt et, en outre, elles ne cherchent pas à faire des bénéfices sur votre dos. Vous en avez assez du discours convenu des médias ? Réinformez-vous sur Internet et utilisez les réseaux sociaux. Vous avez perdu votre emploi ? Aidez ceux qui sont encore plus en difficulté que vous. Car l’action est le meilleur remède contre la déprime.

Le livre d’A. Huffington nous parle d’une Amérique interdite d’antenne. Il est sans doute schématique par certains côtés et il traduit aussi parfois une certaine naïveté.

Mais au fil des pages on se rend compte que ce qu’elle décrit nous est, hélas, bien familier.

Car la précarisation de la classe moyenne est un phénomène occidental et non pas seulement américain. Même si les amortisseurs sociaux sont différents selon les pays et sans doute plus forts en Europe occidentale qu’aux Etats-Unis, la situation qu’elle décrit se retrouve aussi chez nous, car les mêmes causes produisent les mêmes effets : désindustrialisation, développement des activités de services – notamment financiers – parasites, chômage, précarité, surendettement général, crise des systèmes sociaux, crise de l’enseignement, inégalités sociales flagrantes, pouvoir et arrogance des lobbies économiques. L’Europe est, en outre, confrontée aux effets de l’immigration de peuplement, problématique qui n’est pas abordée dans l’ouvrage d’A. Huffington.

Third World America nous permet ainsi de comprendre que l’Europe est en train de devenir encore plus « third world ».

Michel Geoffroy

Arianna Huffington, L’Amérique qui tombe: Comment les politiques ont trahi le rêve américain et abandonné la classe moyenne, Editeur : Fayard, avril 2011, 384 pages

Voir aussi : Encore un effort, Nicolas Baverrez (édito 23/10/03) – Note de lecture de La France qui tombe.

[box class=”info”] Source : Correspondance Polémia – 1/09/2011 [/box]

Projet de mosquée à Talence : Les esprits s’échauffent

Talence : Le Bloc identitaire Aquitaine s’oppose à la construction d’une mosquée

01/09/2011 – 13h30
BORDEAUX (via Info Bordeaux) – Dans un article paru sur son site internet, le Bloc identitaire Aquitaine met en garde les habitants de la commune de Talence (proche de Bordeaux) sur l’implantation prochaine d’une mosquée. Le mouvement connu pour ses nombreuses actions coup de poing (et notamment son appel au muezzin dans le quartier de la Bastide) appelle les habitants à « s’extraire de leurs échoppes et demander des comptes à un édile dont la politique collaborationniste va à l’encontre de leurs intérêts de paisibles citoyens encore français ».

Talence : Le Bloc identitaire Aquitaine s’oppose à la construction d’une mosquéeIl faut dire que le projet mis en place par le maire (photo) Alain Cazabonne (Modem), suscite de nombreuses interrogations : Un dossier bâclé comportant de nombreuses contradictions (ce qui a été reproché par l’opposition socialiste), un terrain inconstructible qui le devient par la magie d’une modification du PLU, un prix de vente à l’Association musulmane de Talence de 120 euros par m² (sachant qu’il est très difficile de trouver un terrain dans la commune à moins de 650 euros le m²)…

Selon le Bloc identitaire, le président de l’association musulmane, Monsieur Boularam, s’inquiète de la médiatisation de cette affaire, sachant d’ailleurs que l’association n’a toujours pas recueilli les fonds. L’article révèle également que le lieu de culte comporterait un minaret dans les tuyaux du cabinet toulousain en charge du projet.

Le nombre de mosquées ne cesse de croître depuis quelques années dans le département. Après les constructions récentes de lieux de culte à Mérignac et Libourne, des projets sont en cours à Bordeaux et Pessac.

Guerre en Libye : contrat pétrolier secret entre la France et le CNT

Guerre en Libye : contrat pétrolier secret entre la France et le CNT

01/09/11 12h30
PARIS (NOVOpress)
– Loin des beaux discours démagogiques sur la démocratie et la « liberté des peuples », les vraies motivations de la guerre sarkozyste en Libye commencent à apparaître.

En effet, la France aurait conclu un accord secret avec le Conseil national de transition lui attribuant 35% du pétrole libyen en échange de son soutien à la rébellion.

C’est le quotidien Libération qui révèle aujourd’hui cette information soigneusement tenue secrète par le gouvernement français. Le journal affirme s’être procuré une lettre du CNT envoyée le 3 avril dernier à l’émir du Qatar, dans laquelle le Conseil précise avoir signé « un accord » attribuant 35 % du total du pétrole brut à la France en échange du soutien « total et permanent » à l’organe politique suprême de la rébellion libyenne.

L’intervention de l’armée française achetée à coup de barils de pétrole, voilà qui ternit sensiblement l’image de « noble croisade humanitaire et démocratique » que Nicolas Sarkozy avait voulu donner de cette expédition militaire.

De son côté, le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, a déclaré « ne pas avoir connaissance d’une telle lettre », tout en jugeant « logique » que les pays ayant soutenu les rebelles soient privilégiés dans la reconstruction de la Libye.