Les anciens pays de l’Est refusent de voir la censure revenir par les médias sociaux américains

L’Observatoire du Journalisme s’était déjà fait l’écho des actions engagées en Pologne contre la censure politique et idéologique exercée par les médias sociaux américains et par le géant Google via sa plateforme YouTube. Cette censure provoque des réactions également en Hongrie et en Tchéquie.

Pologne

En Pologne, un groupe parlementaire a été créé en décembre 2019 «pour la défense de la liberté d’expression», avec notamment pour but de combattre le phénomène de la censure préventive.

Pendant la récente campagne présidentielle polonaise, le 24 juin dernier, le leader du PiS, Jarosław Kaczyński, clamait que «la Pologne est et doit rester un îlot de liberté » alors que « la liberté est menacée (…) et recule dans nombre de pays qui garantissent cette liberté sur le plan juridique et où, il y a encore peu de temps, cette liberté était effectivement préservée, elle était une pratique sociale. Mais aujourd’hui le politiquement correct et la censure de fait, et même souvent aussi de droit, qui l’accompagne conduisent à mettre en œuvre des moyens de répression contre les gens qui disent des choses inappropriées du point de vue de ce politiquement correct.» Le candidat du PiS, le président sortant Andrzej Duda (réélu le 12 juillet), avait annoncé une «Charte de la liberté sur Internet», avec la promesse d’agir contre la censure par les médias sociaux.

Hongrie

En Hongrie, la ministre de la Justice Judit Varga affirmait le 14 septembre :

Beaucoup de gens me demandent : sur la base de quelles lois et en vertu de quelles garanties de l’État de droit Facebook a‑t-il le droit de censurer des citoyens hongrois ?

.

La ministre, qui sortait d’une réunion de la Commission des libertés numériques constituées au sein de son ministère, assurait travailler à « assurer que ces garanties de l’État de droit existent aussi dans l’espace numérique ». La ministre Varga avait déjà déclaré il y a un an qu’il fallait trouver un moyen de réglementer l’action des géants américains pour stopper la censure (d’où la création d’une commission spéciale au sein de son ministère) et que ce serait un des plus grands défis de la décennie à venir.

Le sujet de la censure préventive exercée par les géants américains du Net s’est toutefois propulsé sur le devant de la scène hongroise à la faveur de plusieurs cas de censure qui ont choqué les Hongrois cette année. En février, un tabloïde pro-Fidesz, Pesti Srácok, avait protesté contre le « cyber-stalinisme » de Google après la suppression de sa chaîne YouTube. En juin, un père franciscain hongrois de Roumanie voyait la retransmission de sa messe pour l’anniversaire du traité de Trianon censurée par Facebook. En août, László Toroczkai (qui avait acquis une renommée mondiale en 2015 avec sa vidéo visant à décourager les migrants de passer dans la commune frontalière dont il était maire), le leader du parti nationaliste Mi Hazánk, issu d’une scission avec le Jobbik (qui est devenu un parti centriste), annonçait qu’il allait présenter un projet de loi pour limiter « la censure politique stricte » de Facebook qui représenterait à ses yeux un risque pour la sécurité nationale dans la mesure où le réseau social américain cherche à influer sur la politique hongroise par une «censure dictatoriale». Le chef de l’office hongrois de protection des données proposait lui aussi le mois dernier une « loi Facebook » afin que les médias sociaux ne puissent exclure les utilisateurs de leurs services qu’avec un motif valable, et aussi pour que les autorités hongroises puissent renverser les décisions de censure prises par ces médias sociaux. Cette proposition a justement été formulée lors d’une session de travail de la Commission des libertés numériques du ministère de la Justice.

Tchéquie

En République tchèque, un groupe de musiciens, écrivains, universitaires, développeurs de jeux vidéos et entrepreneurs, ont récemment signé une pétition contre la censure par les médias sociaux. Les signataires de la pétition souhaitent contraindre le parlement, le gouvernement et le président à s’intéresser au problème dans la mesure où, selon eux, «la restriction de la liberté commence à faire obstacle à la compétition politique et au fonctionnement des processus démocratiques». C’est pourquoi ils exigent la création immédiate «d’une commission parlementaire avec la participation de tous les partis de la Chambre des députés ainsi que des experts juridiques. Son objectif serait de traiter les cas de citoyens et personnes morales dont les comptes ont été bloqués et les messages effacés». Il s’agirait aussi, sur la base des constatations, de modifier la loi afin d’empêcher à l’avenir ce type de censure.

D’une part, les signataires de la pétition s’inquiètent du risque d’influence des médias sociaux américains sur les élections tchèques, par le biais de la censure qu’ils exercent. D’autre part, ils considèrent qu’«il est inadmissible que des salariés mal payés travaillant aux Philippines, qui ne parlent souvent pas la langue et se basent sur des traductions automatiques, décident de ce qui est vrai et de ce qui n’est pas vrai. Il est inadmissible que, sur la base d’instructions inconnues, un étudiant anonyme employé à temps partiel détermine quelles opinions politiques peuvent être diffusées». En juillet dernier, YouTube avait suspendu la chaîne du parti Liberté et Démocratie directe (SPD) du Tchéco-Japonais Tomio Okamura, qui a 20 représentants à la Chambre des députés, apparemment à cause de ses vidéos critiquant l’immigration de masse. Okamura avait réagi en appelant cette décision une « attaque grossière contre la liberté d’expression » et « contre les droits civiques fondamentaux », une attaque qui « fausse la libre compétition entre les partis politiques garantie par la Constitution tchèque ».

D’une manière générale, dans ces trois pays qui ont déjà connu la censure communiste, la censure des géants américains du Net vise surtout les opinions classées à droite, les opinions conservatrices, chrétiennes, souverainistes, patriotiques, etc.
Curieusement, le même genre d’opinions qui étaient interdites sous la dictature communiste. Alors que la France et l’Allemagne cherchent à renforcer leur arsenal juridique pour contraindre les médias sociaux à accentuer leur censure préventive, les anciens pays de l’Est s’inquiètent pour leurs libertés durement acquises à un moment où ils voient ces libertés reculer à l’Ouest.

Article repris du site OJIM

États-Unis : la justice valide le droit de censure de Google sur YouTube

La liberté d’expression aux États-Unis n’empêche pas les géants de la tech, comme Google, de supprimer des contenus sur leurs plates-formes. La cour d’appel de San Francisco a jugé mercredi 26 février que cette censure n’enfreignait pas la Constitution américaine.

La décision des juges rejette la plainte d’un média conservateur, PragerU, qui accusait YouTube d’avoir bafoué le premier amendement de la Constitution qui régit notamment la liberté d’expression et de la presse. Selon le jugement, il s’applique aux institutions gouvernementales, mais pas aux entités privées. Or, malgré ses deux milliards d’utilisateurs mensuels, YouTube, propriété de Google, « reste un forum privé, pas un forum public soumis à l’examen de la justice en vertu du premier amendement », écrit la cour d’appel.

« Ce jugement est bien sûr une déception, mais nous n’allons pas abandonner la lutte et allons continuer à alerter le public sur la censure des idées conservatrices par les géants de la tech », a déclaré le responsable du marketing de PragerU, Craig Strazzeri.

Pour lire la suite, c’est ici !

YouTube annonce de nouvelles règles pour lutter contre le “harcèlement”. Vers toujours plus de censure ?

13/12/2019 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
Le 11 décembre 2019, YouTube a annoncé plusieurs changements dans ses règles et produits dans le but de mieux lutter contre le harcèlement, parmi lesquelles :

L’interdiction non seulement des menaces explicites, mais aussi des menaces voilées ou implicites. Les contenus qui simulent un acte de violence envers une personne ou les paroles qui suggèrent qu’un acte de violence physique pourrait survenir en font partie.
La suppression des contenus qui humilient des personnes en raison de leur appartenance à une origine ethnique, une identité de genre ou une orientation sexuelle. Cette règle s’applique à tous, individus privés, créateurs YouTube et officiels.
Le durcissement du règlement du Programme Partenaire YouTube afin d’être plus sévère envers ceux qui adoptent les comportements inappropriés répétés sur plusieurs vidéos ou commentaires, alors que chaque vidéo prise séparément n’enfreint pas nos règles. Les chaînes qui sont régulièrement à la limite d’enfreindre les règles de YouTube concernant le harcèlement seront suspendues, elles ne pourront donc plus gagner d’argent sur YouTube. Si le comportement malveillant persiste, YouTube pourra prendre des mesures plus strictes et envoyer des avertissements ou même clôturer la chaîne.

YouTube précise que les modifications apportées à ses règles, qui sont décrites plus haut, seront également appliquées aux commentaires. Le nombre de commentaires supprimés devrait donc encore augmenter dans les prochains mois.

Google poursuivi en justice en Pologne pour cause de censure idéologique

Dans un communiqué publié le 8 novembre 2019 sur son site, l’organisation polonaise d’avocats et juristes pro-vie et pro-famille Instytut Ordo Iuris indique avoir entamé une action en justice contre le géant américain Google.

Dans cette affaire, les avocats de cette ONG connue pour son efficacité et son activisme en Pologne et à l’étranger, auprès des instances internationales (ONU, CEDH, CJUE, etc.), représentent le rédacteur en chef d’un hebdomadaire conservateur prestigieux, Do Rzeczy. Cinquième hebdomadaire d’actualité sur le marché polonais en termes de ventes, Do Rzeczy est souvent classé premier ou deuxième en termes d’influence, c’est-à-dire en nombre de fois où ses articles sont cités dans les autres médias polonais.

Censure sur YouTube

La plainte de l’Institut Ordo Iuris contre Google concerne tout particulièrement des émissions de la télévision Internet wSensie.tv auxquelles participaient Paweł Lisicki, le rédacteur en chef de Do Rzeczy. Le service YouTube, qui appartient à Google et sur lequel wSensie.tv diffuse ses émissions, a en effet supprimé à deux reprises cet été des épisodes de l’émission Wierzę (« Je crois »), présentée sur le site de la télévision Internet comme étant une émission catholique et dans lesquelles Paweł Lisicki discutait avec le journaliste Marek Myśko de l’enseignement de l’Église en ce qui concerne l’homosexualité. Paweł Lisicki est un journaliste, commentateur, essayiste et écrivain conservateur reconnu en Pologne et très souvent invité sur les plateaux de télévision. Auteur de nombreux livres et féru de théologie et d’histoire, c’est un spécialiste de l’histoire de l’Église.

Ainsi que le rappelle Ordo Iuris dans son communiqué informant des poursuites engagées contre Google, la censure qui a frappé cette émission sur YouTube n’est malheureusement pas un cas isolé. Et l’organisation de citer une homélie de l’archevêque de Cracovie comparant le totalitarisme LGBT au totalitarisme communisme, qui avait été mise en ligne par la radio catholique Radio Maryja, ainsi que les paroles de journalistes conservateurs et « autres contenus à caractère pro-famille, chrétien et conservateur », et les chaînes YouTube de certaines télévisions Internet de droite.

Au début du mois d’août, YouTube avait par exemple bloqué la chaîne wRealu24 malgré (ou à cause de ?) ses quelque 400 000 abonnés après que cette chaîne aux vues conservatrices et patriotiques se fut fait une spécialité de couvrir en direct les « marches des égalités » LGBT très nombreuses cette année en Pologne, mais avec souvent les mêmes visages de militants transportés en autocars d’une ville à l’autre. Certes, le reporter de wRealu24 y posait souvent des questions qui avaient le don de gêner ou agacer les manifestants, et il lui fallait parfois exhiber sa carte de presse pour obtenir la protection de la police, mais il agissait toujours sans agressivité et en restant courtois à tout moment, contrairement à certains de ses interlocuteurs.

Autres censures des GAFA

Dans son numéro du 12-18 août, l’hebdomadaire Do Rzeczy avait réagi à la censure qui venait de frapper son rédacteur en chef par un dossier sur la manière dont les géants américains de l’Internet Google, Facebook et Amazon pratiquent la censure idéologique contre les chaînes conservatrices, nationalistes, catholiques ou pro-vie. Outre la suppression ou le blocage des comptes ou des contenus, on pouvait y lire comment, par exemple, Google coupe les sites de droite de leur financement par la publicité. Parmi d’autres, le rédacteur de l’hebdomadaire libéral-conservateur Najwyższy Czas (« Il est grand temps »), Tomas Sommer expliquait ainsi dans ce numéro de Do Rzeczy comment, sans avertissement, les publicités Google cessaient d’apparaître sur leur site, les privant des revenus correspondants, ce qui était suivi au bout d’un certain temps par l’appel d’un employé de Google, qui ne se présentait que par son prénom et qui n’était jamais le même, pour informer qu’il n’y aurait plus de publicité sur le site tant que celui-ci présenterait des contenus « non conformes aux valeurs de Google ». Impossible en revanche de savoir quels contenus précis étaient supposés enfreindre ces valeurs. Dans la pratique, cependant, il semblerait que, en Pologne comme ailleurs, toute critique de l’idéologie et de la militance LGBT, de l’immigration ou de l’avortement et tout contenu à caractère patriotique est susceptible d’être classé « discours de haine » par Google et consorts, au contraire des discours agressivement anti-chrétiens et anti-droite qui suscitent rarement des réactions des géants du Net quand ils sont dénoncés.

Pour ce qui est des émissions de la télévision Internet wSensie.pl à l’origine de l’action en justice d’Ordo Iuris, les passages de la Bible et les documents de l’Église cités par Paweł Lisicki avaient visiblement été jugés par les employés de Google comme incitant à la haine. Après la suppression des deux émissions incriminées, c’est la chaîne wSensie.pl elle-même qui avait été bloquée pour 3 mois sur YouTube. Google était toutefois revenu sur cette décision après l’intervention d’Ordo Iuris, mais les avocats de l’ONG polonaise exigeaient également des excuses publiques, à publier sur un quart de la surface de la page d’accueil du site YouTube.com, envers les deux journalistes de l’émission qui s’étaient estimés diffamés par le motif « de discours de haine » évoqué pour justifier la censure qui les avaient frappés. Ordo Iuris demandait encore que Google s’engage par écrit à mettre fin à ces pratiques que l’organisation polonaise considère comme illégale à la lumière des lois polonaises sur la liberté expression. La direction de Google n’ayant pas daigné réagir, la justice polonaise va donc se saisir du dossier.

Censures des géants américains

Parallèlement, l’Institut Ordo Iuris a préparé un projet de loi accompagné d’une pétition dans le but de mieux défendre en Pologne la liberté d’expression sur Internet. Cette action est soutenue par plusieurs journalistes et polémistes qui ont été victimes de la censure des géants américains du Net et elle est également soutenue par le centre de surveillance de la liberté de la presse de l’association des journalistes polonais (Stowarzyszenie Dziennikarzy Polskich, SDP).

Dans son communiqué, Ordo Iuris informe aussi être en train d’analyser d’autres « affaires liées à la censure idéologique » pratiquée par Google et les médias sociaux. Des affaires qui pourraient déboucher sur de nouvelles actions en justice.

Article repris du site OJIM

YouTube sort son label pour les élections européennes

youtube élections européennes

YouTube, propriété de Google, a annoncé par le biais de sa directrice pour les affaires européennes, Lie Junius, lancer un nouveau “label” dans le cadre des futures élections européennes de mai 2019 (Google Blog). Ce “label” permettra d’identifier les vidéos issues de médias “bénéficiant d’un financement public ou gouvernemental”.

Google et les élections européennes

Ce label ne fait que poursuivre la politique de Google vis-à-vis des élections européennes annoncée en novembre 2018, par Lie Junius (Google Blog). Une rubrique spécialement dédiée aux européennes a déjà été lancée sur Google News. L’algorithme de Google choisissant quels articles sont mis en avant et ceux qui n’y figurent pas…

Google finance aussi en partie, FactCheckEU, un projet collaboratif pour traquer les “fake news” diffusées dans le cadre des élections. Google Trends a créé une rubrique spéciale récapitulant les recherches internet les plus populaires relatives aux élections.

Labelliser pour mieux contrôler

Pour en revenir à YouTube, ce sont donc des labels dits de “transparence” qui vont très prochainement être lancés. Ces labels seront lancés dans un premier temps, en France, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Italie, en Espagne et en Pologne. On peut donc aussi imaginer, qu’ils perdureront même après, les élections européennes.

Mais l’idée de ces labels n’est pas simplement de pouvoir identifier telles sources parmi tant d’autres, il s’agit aussi de les mettre en avant par rapport aux autres, de “renforcer la visibilité de sources faisant autorité”.

En somme, les sources d’information liées à l’État ou à des « sources autorisées » seront mises en avant sur la plateforme, au nom de la lutte pour une information de qualité. Internet, dernier refuge de la pluralité de l’information, va se retrouver sous une emprise encore plus grande soit de l’État, soit de sources émanant des médias officiels même sur internet, dernier refuge de la pluralité de l’information…

Texte repris du site de l’OJIM

Le Conseil français du culte musulman attaque Facebook et YouTube

26/03/2019 – FRANCE (NOVOpress)
L’auteur de l’attentat de Christchurch de la semaine dernière qui a fait 50 morts a filmé l’attentat en direct et en vue à la première personne. La vidéo, longue de 17 minutes, a ensuite été postée sur Facebook. La séquence a été vue par 4 000 personnes avant d’être supprimée, selon Facebook, et aucun de ces spectateurs ne l’a immédiatement dénoncée.

C’est seulement 29 minutes après le début de la diffusion, sur un signalement de la police néo-zélandaise, que la vidéo a été retirée, sans empêcher une très large rediffusion par la suite.

En effet en 24 heures, Facebook a retiré de sa seule plateforme 1,5 millions de copies, sachant qu’elle a aussi été diffusée sur Twitter, YouTube et de nombreux autres sites.

Le Conseil français du culte musulman a décidé de porter plainte contre Facebook et YouTube pour « diffusion de message à caractère violent incitant au terrorisme ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine susceptible d’être vu ou perçu par un mineur ».


Google annonce un renforcement de la censure sur YouTube

Les vidéos sont le média le plus apprécié des moins de 35 ans et constituent le cœur de cible aussi bien de YouTube (propriété de Google) qui les héberge que de Facebook qui rémunère les médias pour en produire et les diffuser via sa plate-forme. Pendant longtemps le principe de la neutralité du net a été respecté : les propriétaires des tuyaux s’interdisaient d’interagir avec les contenus. Ce n’est plus le cas en 2018.

En Allemagne une loi liberticide punit de très fortes amendes les transmetteurs numériques de contenus « contraires à la Constitution ». Google veut maintenant mettre les bouchées doubles pour préserver le gâteau publicitaire de YouTube. Une « enquête » à charge du Times en 2017 avait dénoncé les vidéos « extrémistes » ou propageant des « discours de haine ». Havas Angleterre avait alors suspendu les publicités de certains de ses clients sur Google.

YouTube : qui veut faire l’ange fait parfois la bête

Allant plus loin Susan Wojcicki Présidente de YouTube a annoncé le 5 décembre 2017 la nouvelle politique de YouTube. Dans un post de blog assez étonnant et dans un style moralisant très américain elle loue YouTube « qui a éclairé mes enfants » et permis aux activistes d’encourager « le changement social, de mobiliser les protestations, de documenter les crimes de guerre ». En clair YouTube remplit un rôle social et politique positif. Hélas le malin guette car le réseau a vu « de mauvais acteurs exploiter notre ouverture d’esprit pour égarer (mislead), manipuler, harasser et même blesser ».

Protection du public mais surtout des annonceurs

Dans cet esprit de croisade contre les démons la charmante Susan a réagi pour « protéger notre communauté contre les contenus extrémistes ou violents ». De juin à décembre 2017 plus de 150.000 vidéos ont été supprimées, « des centaines de comptes fermés et des milliers de commentaires effacés ». Cette nouvelle politique permettra de « protéger les annonceurs et les créatifs de contenus inappropriés. Nous voulons que nos annonceurs soient assurés que leurs publicités soient voisines de contenus qui reflètent les valeurs de leurs marques (c’est nous qui soulignons) ». Poursuivant cette politique la société investira dans l’intelligence artificielle – qui permet de supprimer les vidéos non youtubement correctes de manière automatique – mais portera également le nombre de ses censeurs professionnels à 10.000 en 2018. On ne sait si le Ministère de la vérité d’Orwell employait autant de personnel mais il y a doute.

Parmi les dernières victimes des censeurs, le YouTubeur Le Lapin taquin a décidé de quitter YouTube. Un exemple à suivre ?

Texte repris du site Ojim

Google veut normaliser idéologiquement sa plateforme Youtube

06/12/2017 – MONDE (NOVOpress)
Google veut embaucher 10 000 personnes. Cette armée numérique serait employée à renforcer la censure de la plateforme Youtube, qui sert à diffuser des vidéos.

Il s’agirait de supprimer les « contenus extrémistes ». On devine que les vidéos islamistes ne seront pas les seules concernées et que la dissidence anti-mondialiste sera évidemment visée.

Les organisations et les personnes censurées auront toujours la possibilité de se tourner vers la plateforme russe Rutube.


« Everything Is Awesome », après YouTube, Vimeo censure Greenpeace

« Everything Is Awesome », après YouTube, Vimeo censure Greenpeace

12/07/2014 – via NUMERAMA YouTube puis Vimeo (pourtant réputée plus tolérante) ont supprimé une vidéo de Greenpeace, mise en ligne par l’association pour dénoncer les activités de Shell en Arctique, et pour inciter LEGO à ne plus travailler avec le pétrolier américain.

L’effet Streisand était-il recherché ? A priori non, puisque Greenpeace fait remarquer qu’il existait déjà plus de 700 vidéos reprenant le même thème, sans qu’elles soient censurées par YouTube. Mais comme il y a un an lorsque Greenpeace avait hacké un Grand Prix de Formule 1 pour faire entendre son opposition à la politique d’exploitation de gisements pétroliers en Arctique par la compagnie Shell, YouTube a censuré une nouvelle vidéo militante de l’association écologiste. Ce qui lui assure une visibilité plus forte encore.

Lire la suite« Everything Is Awesome », après YouTube, Vimeo censure Greenpeace

Megabox : les premières images disponibles sur Youtube

Megabox : les premières images disponibles sur Youtube

28/09/2012 – 22h46
PARIS (NOVOpress) — Kim Schmitz,
alias Kim Dotcom, le créateur du site d’hébergement et de partage de fichiers Megaupload dont l’arrestation par le FBI en janvier 2012 avait défrayé la chronique, vient de donner un aperçu en vidéo du nouveau service internet, “Megabox“, qu’il est en train de créer et dont la livraison serait imminente. La vidéo est ainsi légendée : “This is what they don’t want you to have. Unchaining artists and fans. Megabox is coming soon.” Ce qu’ils ne veulent pas que vous ayez. Délivre les artistes et les fans. Megabox arrive incessamment sous peu.

La vidéo disponible sur Youtube donne un aperçu des fonctionnalités de la plateforme : moteur de recherche, nuage de mots-clefs, graphiques et statistiques, et semble-t-il conçu pour s’adapter aux différentes tailles d’écran et aux différents terminaux, classiques ou mobiles, à l’aide d’applications Android ou iPhone.

Après les rues du monde entier, Google cartographie les océans

Après les rues du monde entier, Google cartographie les océans

26/09/2012 – 20h25
PARIS (NOVOpress) — Google Street view
ne se limite plus à la terre ferme. Lancé par le moteur de recherche américain Google en 2007 afin de compléter Google Maps et Google Earth, Google Street view permet de naviguer virtuellement dans les rues de villes et de villages de pas moins 38 pays, principalement situés dans l’hémisphère nord. 19 autres pays ou territoires sont en cours de “balisage”.

Dernière innovation en date (Google s’étant déjà penché sur la jungle Amazonienne, les sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO ou certaines routes de montagne) : il vous est désormais possible de visualiser les fonds marins.

“Nous sommes en train d’ajouter les premières images sous-marines panoramiques à Google Maps : il s’agit de la prochaine étape de notre quête, qui est de fournir au monde une cartographie du globe la plus précise et la plus complète possible”, selon un communiqué publié en date de ce jour sur le blog officiel de la compagnie. “N’importe qui peut désormais devenir le prochain Commandant Cousteau virtuel et plonger en compagnie des tortues, poissons et raies mantas”.

Ces images océaniques ont été réalisées en partenariat entre Google et The Catlin Seaview Survey. Prochaine étape de Google : une carte des étoiles ?

YouTube censure un poème de Frédéric Mistral

YouTube censure un poème de Frédéric Mistral

05/09/2012 — 19h30
PARIS (NOVOpress) — Alors que le site de partage de vidéos Youtube recèle de vidéos suintant la haine contre les Français en particulier et les Blancs en général, ce site vient de censurer la diffusion du poème Au Pople Nostre (1) du félibre Frédéric Misral pour… “incitation à la haine raciale”. La preuve en images.

(1) La traduction en français figure au bas de cette page Internet.

censure-poeme-mistral-youtube

censure-poeme-mistral-youtube-2

Vis ma vie avec la famille Kadhafi [vidéo]

Vis ma vie avec la famille Kadhafi [vidéo]

06/12/2012 – 16h00
BELGRADE (NOVOpress) – Miodrag Djordjevic était cuisinier personnel de Kadhafi depuis 20 ans. Il a quitté la Libye en juin 2011. La femme de Miodrag, Suzana, a également passé un certain temps (1990-1996) en Libye, aux soins des enfants de Kadhafi. Dans cette vidéo, ils parlent de la vie dans la résidence de Kadhafi, en fournissant un aperçu de son style de vie, les valeurs, les relations avec ses enfants et avec son personnel.
L’interview a été réalisée en décembre 2011, par Milovan Drecun, célèbre journaliste serbe. En juin 2011 de M. Drecun a également visité la Libye, où il a passé quelques semaines faisant une recherche indépendante sur ​​la guerre de Libye.

Le Bloc identitaire réveille les habitants de Montluçon avec l’appel du muezzin [vidéo] mis à jour

Le Bloc identitaire réveille les habitants de Montluçon avec l'appel du muezzin [vidéo]

23/09/2011 – 08h06
MONTLUÇON (NOVOpress) – Profitant des vacances d’été, les autorités musulmanes de Montluçon annonçaient dans la presse que non contentes de construire une grande mosquée, elles allaient y ajouter un minaret afin qu’un muezzin puisse appeler à la prière comme c’est toujours le cas en terre d’islam.

Face à cette provocation, le Bloc Identitaire réagissait immédiatement en informant les Montluçonnais. Devant leur réaction, les associations musulmanes reculaient aussitôt. Elles modifiaient le permis de construire afin de supprimer le minaret.

Pour autant, tout danger n’est pas écarté. Il est même probable que les autorités musulmanes tenteront, une fois la mosquée installée, de déposer un nouveau permis afin de se doter d’un minaret comme c’est le cas de 100% des mosquées du Maroc à l’Indonésie en passant par l’Arabie saoudite.

Tract du Bloc Identitaire contre le projet de mosquée à MontluçonAussi, afin de montrer aux Montluçonnais ce qu’est le réveil en pays musulman, les militants identitaires ont réveillé – au sens propre comme au sens figuré – les habitants de la cité. C’est en présence de Fabrice Robert, président du Bloc Identitaire, qu’a été diffusé l’enregistrement d’un appel du muezzin, pendant que plusieurs centaines de tracts (ci contre) étaient déposés dans les boîtes aux lettres et sur les pare-brises des voitures stationnées. Dans le même temps, les militants identitaires posaient des plaques de rue factices aux noms symboliques : rue du minaret, rue des infidèles, rue de la charia (photo ci-dessus).

Par ces actions symboliques, le Bloc Identitaire entend apporter son soutien aux Montluçonnais et rappeler que – malgré cette première victoire contre le projet de minaret – il ne faut pas oublier qu’une mosquée reste un symbole fort de l’islamisation de notre pays et que les militants identitaires n’accepteront pas ce changement imposé de culture et de mode de vie.

Vidéo réalisée par les identitaires auvergnats

Vidéos prises sur le vif