Le rapport de l’agence néerlandaise sur le crash du vol MH17 ne confirme pas les “preuves” invisibles des USA

Le rapport de l’agence néerlandaise sur le crash du vol MH17 ne confirme pas les “preuves” invisibles des USA

20/09/2014 – PARIS (NOVOpress) – Il n’avait suffi que de quelques heures après la disparition tragique du vol MH17 dans l’est de l’Ukraine au président Obama pour tenir une conférence de presse et accuser– avant même toute enquête – les rebelles pro-russes dans la région d’en être les premiers responsables. Et son ambassadeur à l’ONU, Samantha Power, a fait de même devant le Conseil de sécurité des Nations unies – juste un jour après l’accident !
Ces allégations ont ensuite été utilisées comme prétexte pour justifier une série de sanctions économiques sévères contre la Russie.

Pourtant le malheureux vol MH17 vient à nouveau de disparaitre des radars, politiques et médiatiques cette fois, malgré la publication la semaine dernière du rapport de l’agence de sécurité aérienne néerlandaise (Dutch Safety Board, DSB) disponible en version intégrale et en Anglais ici.

Il faut d’emblée affirmer que ce rapport ne ment pas mais étonne par le choix de mots  sophistiqués et se perd dans une terminologie ambiguë.

C’était probablement voulu, de sorte que l’interprétation des politiques et médias puisse s’en trouver justifié.

Examinons ce rapport de plus près.

Lire la suite