Belgique : le Vlaams Belang sort un “guide pour dhimmis”

Belgique : le Vlaams Belang sort un "guide pour dhimmis"

Belgique : le Vlaams Belang sort un "guide pour dhimmis"19/11/2011 – 13h00
BRUGGE (NOVOpress) — Comment peut-on survivre dans une société islamisée, tel est le titre d’un “guide de poche” édité par le Vlaams Belang et dont la distribution gratuite commence incessamment en Flandre, en partenariat avec le mouvement « Villes contre l’islamisation ».

Dans ce guide pratique de 54 pages tiré à 20 000 exemplaires, son auteur Filip Dewinter développe en dix leçons comment un dhimmi (un non-musulman) doit agir dans une société dominée par la charia, où seraient proscris la critique de l’islam, le non-respect du Ramadan, l’inobservation du code vestimentaire islamique, la consommation d’alcool, le tabagisme ou le jeu.

À travers la publication de ce guide, le Vlaams Belang souhaite faire comprendre que l’islam ne s’est en rien édulcoré au contact de la société européenne, et quels seront les effets directs de l’islamisation de nos sociétés. 500 000 tracts publicitaires seront également distribués dans toutes les grandes villes de Flandre (Gand, Anvers, Courtrai, Vilvoorde, Bruxelles, Malines, …). À travers ce coup médiatique, le Vlaams Belang entend bien se présenter comme le seul parti d’opposition à l’expansion de l’islam en Flandre.

Concomitamment à la publication de son guide de poche, le Vlaams Belang formule publiquement cinq propositions choc afin de contrer l’islamisation de la Flandre : arrêter l’immigration en provenance des pays musulmans vers l’Europe ; ni soutien, ni reconnaissance ou financement de l’Islam par le gouvernement ; pas de concessions à l’Islam concernant la détermination des valeurs fondamentales de notre civilisation (interdiction de l’abattage rituel sans étourdissement, pas d’autorisation du foulard, pas de natation séparée par sexe dans les piscines publiques, …) ; mise en place d’un test d’intégration avant l’obtention de permis de séjour définitifs ; mettre un terme à la construction des mosquées, interdiction des minarets et expulsion des imams fondamentalistes.

Pour la remigration des turcs et des africains, par Filip Dewinter, président du Vlaams Belang [audio]

Pour la remigration des turcs et des africains, par Filip Dewinter, président du Vlaams Belang

16/11/11 – 17h00
ANVERS (NOVOpress) –
Le Vlaams Belang, premier parti d’opposition flamand, organise une conférence de presse à Ankara, en Turquie, sur le thème de la remigration.

L’objectif : informer les dirigeants politiques turcs sur la nécessité de rapatrier leurs nationaux présent en Europe dans leur pays d’origine.

Comment la politique de remigration peut-elle se mettre en place ? Avec quels partenaires ? Ne faut il pas pour cela une volonté politique européenne forte ?

Filip Dewinter (photo), président du Vlaams Belang, a accepté de répondre à nos questions

Propos recueillis par Yann Vallerie pour Novopress France.

[MEDIA not found]

Crédit photo : Gerard Nipho, licence CC.

Le Vlaams Belang de retour à Bruxelles

Le Vlaams Belang de retour à Bruxelles


09/11/2011 – 18h00
BRUXELLES (NOVOpress via Lionel Baland) — Le Vlaams Belang organise un meeting le 20 novembre prochain à Bruxelles. C’est un retour au sein de la capitale de la Belgique, de la Flandre et de l’Europe, où le Vlaams Belang n’a plus organisé la moindre manifestation publique d’envergure depuis dix ans, car interdite par le régime en place sous le prétexte de « trouble l’ordre public ».

Le Vlaams Belang a introduit un recours devant le Conseil d’État, a obtenu gain de cause et est de nouveau autorisé à organiser des meetings à Bruxelles. Les “États généraux contre Di Rupo” [futur Premier ministre belge, socialiste francophone qui, malgré des années d’apprentissage, n’est pas capable de parler correctement le néerlandais] auront pour orateurs Dominiek Leetens, Bart Laeremans, Barbara Pas, Gerolf Annemans et Bruno Valkeniers.

Dexia et le Holding communal : le Vlaams Belang désire une enquête parlementaire

Dexia et le Holding communal : le Vlaams Belang désire une enquête parlementaire

27/10/2011 – 12h25
BRUXELLES (via Lionel Baland) —
Belgique, Flandre. Après la chute de Dexia suite à la mauvaise gestion réalisée par un conseil d’administration nommé politiquement, le Holding communal, lui aussi dirigé politiquement, traîne une montagne de dettes d’un montant atteignant les 1,6 milliards d’euros.

Selon diverses sources, les partis du système auraient conclu un accord afin d’arriver à une liquidation volontaire plutôt qu’à une faillite. La dette serait partagée : 132 millions d’euros pour les autorités nationales et 1 milliard d’euros pour les régions. La vraie raison de ce choix est qu’en cas de faillite, le tribunal correctionnel a le droit de regarder ce qui se passe et une enquête doit déterminer si les dirigeants n’ont pas commis de fautes lourdes.

Le Vlaams Belang désire que soit instaurée une commission d’enquête parlementaire, tant au niveau du Parlement national qu’au niveau du Parlement flamand. Pour le Vlaams Belang, la garantie de 450 millions d’euros que la Flandre a donnée au Holding communal n’est pas valable, car celui-ci a fourni des informations fausses et erronées.

De plus, il apparaît que le Holding communal a mis en place des constructions au sein desquelles elle a emprunté de l’argent à Dexia pour acheter des actions Dexia. Le Vlaams Belang estime qu’une enquête judiciaire doit être menée afin de déterminer si des actes illégaux n’ont pas été commis lors de ces montages.

Filip Dewinter : « La guerre ethnique se trouve à nos portes »

Filip Dewinter : « La guerre ethnique se trouve à nos portes »

23/08/2011 – 09h15
Flandre (Belgique) et Royaume-Uni (via Lionel Baland) — Invitée par le British National Party, une délégation du Vlaams Belang a visité les zones de Londres touchées par les émeutes.

À l’invitation du Député européen du BNP (British National Party – Royaume-Uni) Nick Griffin, une délégation du Vlaams Belang (Flandre – Belgique) s’est rendue durant deux jours à Londres afin de visiter les quartiers atteints par les émeutes.

La délégation parlementaire composée du chef de groupe des élus du Vlaams Belang au sein du Parlement flamand Filip Dewinter, du Député flamand et Président de la Commission des affaires étrangères Frank Creyelman, du Député européen Philip Claeys et des Députés nationaux Filip De Man et Tanguy Veys a visité les quartiers de Londres touchés par les émeutes : Tottenham, East-London, Enfield, Croydon, Brixton et Stratham.

À l’intérieur de ces zones, règne la sharia et une forme de polarisation ethnique permanente : là où autrefois les bandes ethniques attaquaient les installations publiques telles que les bureaux de police et mairies, les bandes se combattent. C’est une nouvelle phase alarmante de la guérilla urbaine. L’homme fort du Vlaams Belang Filip Dewinter déclare : « La guerre ethnique se trouve à nos portes ».

Il ressort des contacts avec des fonctionnaires sociaux qui ont eu lieu lors de cette visite que les bandes se professionnalisent, s’arment et s’organisent de manière professionnelle.

[box class=”info”]Crédit photo : www.filipdewinter.be[/box]

Belgique : création d’un syndicat nationaliste flamand afin de briser le monopole des 3 syndicats du système

Création d'un syndicat nationaliste flamand pour briser le monopole FGTB-CSC-CGSLB

Un syndicat nationaliste flamand, le “Vlaamse Solidaire Vakbond” (VSV), a été créé ces tous derniers jours en Belgique. Soutenu par le Vlaams Belang, dont il se défend toutefois d’être l’émanation, il va tenter de briser le monopole syndical dont bénéficient les trois grands syndicats en place (FGTB-CSC-CGSLB), qui correspondent aux trois partis du système. Son président est Rob Verreycken, ancien député du Vlaams Belang. Les prochaines élections sociales belges auront lieux au début de l’année 2012.

[youtube width=500]PyfQwD6QpfU[/youtube]

[box class=info]Sources : lionelbaland.hautetfort.com et europeesnieuws.eu[/box]

Le FPOe fonde une alliance européenne

Le FPOe fonde une alliance européenne

04/07/11 – 16h10
VIENNE (NOVOpress)
– Le député européen du FPÖ Andreas Mölzer a bien confirmé que des représentants du FPÖ (Autriche), du Vlaams Belang (Flandre-Belgique), des Démocrates suédois, de Bürger in Wut (Citoyens en colère – Brême – Allemagne), de Ordre et Justice de l’ancien Premier ministre lituanien Rolandas Paksas, ainsi que Krisztina Morvai font partie de Alliance européenne pour la liberté. Le président de cette alliance est Godfrey Bloom de l’UKIP. Le vice-président est le député européen du FPÖ Franz Obermayr.

Cette alliance ne regroupe pas des partis, mais des individus. La reconnaissance de cette alliance par le Parlement européen lui apporte 372.753 euros. Le président du FPÖ Heinz-Christian Strache a rejeté toute alliance avec le Jobbik. Krisztina Morvai a bien été tête de liste du Jobbik lors des élections européennes, mais elle siège au Parlement européen en tant que député indépendant et n’est pas membre du Jobbik.

Le siège de l’Alliance européenne pour la liberté se trouve à Malte.