Tag Archives: Vlaams Belang

Belgique, Bavière : déconfiture pour la droite molle – Thierry Dubois (Les Identitaires)

Dimanche 14 octobre se tenaient en Europe deux élections aux résultats très instructifs. En Belgique, pour les élections communales, et en Bavière pour les législatives régionales, la droite populiste a fait une percée attendue.

Les résultats ne sont pas spectaculaires. En Bavière, ils pourraient même être qualifiés de décevants : 10 % des suffrages seulement pour l’AfD, le parti populiste de droite, loin des 15 à 18 % espérés. En Belgique, dans la partie flamande, le Vlaams Belang fait un très honorable 13,5 %, après de longues années de difficultés électorales.

Malgré ces scores modestes, la victoire est double. Électoralement tout d’abord, puisque l’AfD se présentait pour la première fois en Bavière. Ils entrent au Parlement en tant que quatrième force politique du Land. Le Vlaams Belang, lui, revient de loin. Les dernières élections de 2014, pour les européennes et le Parlement régional flamand, leur avaient laissé un goût amer avec une moyenne de 5 % des voix. Ils sont dorénavant le troisième parti de la région flamande.

La deuxième victoire, plus importante, est à la fois symbolique et stratégique : elle marque l’échec du conservatisme mou qui cède sur tout parce que paralysé par le diktat moral de la gauche.

Partout en Europe, le principal adversaire de la droite populiste et identitaire est cette pseudo-droite qui divise un électorat que pourrait rassembler la défense de l’identité. En France, ce sont les Républicains. En Belgique, il s’agit de la Nieuw Vlaams Alliantie (NVA), et en Bavière de la CSU, parti allié de la CDU de Merkel.

La NVA est au pouvoir : premier parti flamand de Belgique, conservateur et en coalition gouvernementale avec des partis libéraux et démocrates-chrétiens. Le ministre belge de l’immigration notamment, Theo Francken, est membre de la NVA. Mais son action est totalement inefficace, paralysée par ses compromissions. Il parle comme le Vlaams Belang, pour mieux lui voler des voix, mais gouverne comme la gauche. Les 4 années écoulées révèlent cette trahison, qui se paie électoralement.

Le retour en force du Vlaams Belang démontre que les tours d’illusionnistes de la droite pseudo-conservatrice ne prennent plus. C’est d’autant plus vrai que 70 à 80 % des électeurs de la NVA veulent une alliance avec le Vlaams ! Pourtant, incorrigible, la NVA a déjà annoncé se tourner vers les Verts au niveau local.

En Bavière, la CSU tente également de se faire passer pour une droite forte, là encore sans résultats. Elle paie très cher ses compromissions. Alors qu’elle a toujours historiquement été autour des 50 %, gouvernant seule ou avec la gauche, elle a connu une lourde défaite, obtenant 37,2 % des voix, en baisse de 10,5 % par rapport à 2013. En Bavière, les électeurs de la CSU veulent une alliance avec l’AfD, que la CSU va de nouveau refuser.

Ces deux élections sont symboliques car elles démontrent que la droite molle appartient au passé. Si elle se couche à nouveau, comme toujours, face à la gauche, ses électeurs ne lui pardonneront pas. Cela entraînera à terme le raz-de-marée populiste qu’ont déjà connu d’autres pays, Hongrie, Pologne, Autriche, Italie, États-Unis…

Soit elle s’allie avec la droite identitaire, la légitime, mettant fin à l’absurde « cordon sanitaire » qui n’est rien d’autre qu’une stratégie de la gauche pour empêcher la vraie droite de prendre le pouvoir. C’est à cette condition seule qu’elle pourra enfin appliquer une vraie politique de droite : populaire, anti-immigration, protectrice, familiale. En un mot, identitaire.

Thierry Dubois

Texte repris du site de : Les Identitaires

En Belgique aussi, les progressistes se font « remplacer » ! – François Vandenberghe (Les Identitaires)

Le dimanche 14 octobre prochain se dérouleront les élections communales et provinciales belges. L’occasion pour les Belges d’élire leurs représentants locaux. Sans surprise, c’est la NVA (Nieuw-Vlaamse Alliantie – Nouvelle Alliance flamande) qui dominera le scrutin coté flamand même si ce parti conservateur connait une baisse dans les sondages au profit de son concurrent, plus identitaire celui-là, le Vlaams Belang. À noter également une poussée du parti Groen, le parti écologiste de gauche. Autre bouleversement dans ce rendez-vous électoral : selon une étude de l’université de Gand menée par Bram Wauters, professeur de sciences politiques, le nombre de candidats issus de l’immigration a fortement augmenté cette année par rapport aux scrutins de 2012 et de 2006. Ils représenteraient 14,3 % des candidats aux élections communales, contre 9,5 % en 2012 et 6,7 % en 2006 avec une forte augmentation dans les villes touchées par l’immigration massive comme Anvers (+8,6 %) et Gand (+7,2 %).

Attaquée de toutes parts par ses concurrents dans médias belges, la NVA a récemment contre-attaqué en diffusant un reportage sur sa page Facebook démontrant que plusieurs candidats des partis « progressistes » (libéraux, chrétien-démocrates, écologistes), justement issus de l’immigration, affichent leur sympathie pour le nationalisme turc. Réponse du berger à la bergère qui a le mérite de démontrer l’hypocrisie des partis toujours prompts à dénoncer le nationalisme seulement chez ses adversaires. Mais ce n’est pas le seul enseignement de cette affaire.

Car le nationalisme turc, ou plutôt le néo-ottomanisme, a clairement changé de stratégie. À défaut de vouloir changer la Turquie pour intégrer l’Union européenne, le Sultan Erdogan a désormais la volonté de déstabiliser les pays européens par le biais de la diaspora turque, importante en Occident. Il en va de même pour les Frères musulmans en France et plus généralement l’internationale islamiste en Occident. Engager ses partisans dans les instances politiques, même les plus locales, c’est s’assurer une influence sur un continent sans défenses identitaires. Les progressistes se félicitent de la présence toujours plus grande des immigrés dans la vie politique, mais ne voient pas l’entrisme de minorités politico-religieuses qui, elles, ont une vision du monde et une stratégie du temps long. Quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt.

Si la gauche se réjouit pour l’instant de la diversité accrue de l’origine de ses candidats, elle commence néanmoins déjà à subir ses premiers effets secondaires. En France, les revendications indigénistes commencent à scinder Les Insoumis après avoir fait exploser le NPA. Ce mariage de la carpe progressiste et du lapin communautariste, ne peut mener la gauche que vers la division. Un intermède troublé qui durera jusqu’au remplacement total des gauchistes à l’ancienne, submergés par le nombre et le déplacement du curseur politique vers la préoccupation majeure du XXIe siècle, la question identitaire.

François Vandenberghe

Texte repris du site de : Les Identitaires

Minute 30 mars 2016

Dominiek Lootens-Stael (député Vlaams Belang) : « Le pouvoir a toujours été du côté de ces “nouveaux Belges” »

30/03/2016 – PARIS (NOVOpress) : Dans un entretien à l’hebdomadaire Minute, Dominiek Lootens-Stael, unique député du Vlaams Belang au Parlement régional de Bruxelles, revient sur la responsabilité des élus socialistes dans l’islamisation de Bruxelles et des communes voisines. Extrait.

Dominiek Lootens-StaelMinute : Il y a vraiment autant d’étrangers que ça à Molenbeek ?

Dominiek Lootens-Stael : Honnêtement, aujourd’hui, dans le vieux Molenbeek, il n’y a que des étrangers.

En 1991, sur le parvis Saint-Jean-Baptiste, il y avait encore un bistrot européen. Après les émeutes de Molenbeek et de Forest (une autre commune de l’agglomération bruxelloise, Ndlr), cette année-là, les propriétaires du bistrot ont été chassés. C’est désormais une banque qui occupe les lieux : la Chaabibank, du Maroc ! Il n’y a plus rien pour les Molenbeekois de souche. Ils ont été chassés de leur quartier, parfois même de façon organisée.

Le pouvoir politique a toujours été du côté de ces « nouveaux Belges ». Il n’y avait guère que le Vlaams Blok, aujourd’hui Vlaams Belang, pour les aider. Ce qui n’est pas facile quand on est dans l’opposition.

Molenbeek n’est d’ailleurs pas la seule commune concernée. Cette situation se retrouve dans toutes les villes gérées par le Parti socialiste : Anderlecht, Saint-Gilles, Forest, etc. Dans toutes ces communes, il y a une forte immigration et une forte criminalité.

Après ces attentats, sentez-vous une prise de conscience chez les Belges ?

Une prise de conscience ? Dans la population, j’en ai vraiment l’impression. On le constate d’ailleurs au siège du Vlaams Belang, où nous recevons beaucoup de contacts. Je pense que beaucoup de gens vont se réveiller. L’autre jour, un journaliste m’a dit que nous allions « recueillir les fruits » de cette situation. Je lui ai répondu que pour moi, il était surtout très désagréable d’avoir eu raison trop tôt.

En revanche, je ne vois pas de changement dans la classe politique. Au Parlement de Bruxelles, nous avons eu une minute de silence, puis nous avons eu… les mêmes discours qu’après les attentats de Paris. Dans un mois, tout le monde aura tout oublié… jusqu’aux prochains attentats. Cette fois c’était Bruxelles, après Londres, Madrid, Paris, etc. Pendant ce temps, la politique continue…

Marine Le Pen à Milan, star de la droite patriote européenne

30/01/2016 – EUROPE (NOVOpress)
Star du groupe parlementaire européen « Europe, Nations et Liberté » qui s’est réuni hier à Milan, Marine Le Pen a tiré à boulets rouges sur l’Europe de Bruxelles.

La droite patriote s’est retrouvée hier à Milan à l’invitation de Matteo Salvini, le leader de la Ligue du Nord. Du PVV du Hollandais Geert Wilders au FPÖ Autrichien, en passant par le Vlaams Belang et des partis europhobes polonais et roumains et bien sûr le Front National, le groupe « Europe, Nations et Liberté » tenait sa première convention.

Acclamée telle une star, Marine Le Pen a pu allègrement qualifier le Traité de Schengen « d’infamie » et prédire la fin de l’Europe de Bruxelles.

Manuel Valls en France, Jean-Claude Juncker à Bruxelles, Christine Lagarde à Washington, tous s’affolent de la dislocation en cours de l’Union Européenne. Il est vrai que de toutes parts l’édifice européiste tel qu’ils l’ont eux-mêmes si maladroitement dessiné s’effondre. Mais je veux le faire savoir aux citoyens des nations d’Europe : ils n’ont rien à regretter de la fin de ce monde antique. Au contraire, ils ont tout à espérer du retour des nations et de leurs libertés.

Plaidant pour une refonte de l’Europe, le retour des monnaies nationales à côté d’un euro « monnaie commune », Marine Le Pen a dessiné les contours d’un Eirope des nations, seule à même de lutter contre les dangers qui la menacent, dans le respect de la liberté et de l’identité des peuples qui la composent.

Car Bruxelles ne menace pas seulement la liberté, mais aussi l’existence même des peuples européens, menacée par « la subversion migratoire voulue par Bruxelles et Berlin », a expliqué en substance la présidente du Front National.

C’est l’ultime bras armé de la politique européiste et de son projet funeste : appauvrir et dissoudre les nations européennes, noyer à jamais les civilisations.

Elle a ajouté concernant les évènements de Cologne qu’ils avaient « révélés les menaces que l’immigration de masse faisait peser sur les droits des femmes et la pérennité de la civilisation occidentale ».
Mais s’est réjoui que « les peuples européens commencent enfin à se lever face à cette atteinte majeure à leur sécurité, à leur prospérité, et à leur identité ».

De son côté, Matteo Salvini s’est particulièrement emporté contre une Europe qui « s’écroule sous la faim, les clandestins et le chômage. » Tandis que Marcel de Graaff, du Parti de la liberté néerlandais, a parlé de « l’échec de l’Union européenne qui apporte des centaines de milliers de clandestins lesquels menacent femmes et enfants. »
Sur le diagnostic, ces partis sont tous d’accord dans les grandes lignes. Il leur reste à accéder aux responsabilités.



Le FN annonce la création d’un groupe au Parlement européen

16/06/2015 – POLITIQUE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)
Tout vient à point… c’est ce que se disent les députés FN au parlement européen, qui ont enfin pu créer un groupe parlementaire avec leurs homologues patriote de 7 nationalités différentes.

Marine Le Pen a annoncé hier soir par voie de communiqué que le Front National allait enfin pouvoir créer un groupe au Parlement européen intitulé «Europe des Nations et des Libertés». Après avoir assuré, en 2014, que l’arrivée massive au Parlement d’eurodéputés frontistes entraînerait la création d’un groupe, le projet avait été repoussé. En effet, pour constituer un groupe, il faut pouvoir réunir au moins 25 eurodéputés de 7 nationalités différentes. Les eurodéputés du Front National et leurs alliés traditionnels du PVV néerlandais, du FPÖ autrichien, du Vlaams Belang flamand et de la Ligue du Nord italienne, leur permettaient de réunir 37 députés, un nombre non négligeable. Néanmoins, cette coalition ne dépassait pas 5 nationalités et ne permettait donc pas de créer un groupe. Après de nombreuses tractations, Marine Le Pen devrait annoncer aujourd’hui lors d’une conférence de presse la création du groupe « Europe des Nations et des Libertés ».

Sait on qui va les rejoindre dans ce groupe ?
La rumeur à Bruxelles hier soir annonçait que le groupe serait complété par deux eurodéputés du KNP polonais et une eurodéputée récemment exclue de l’UKIP britannique. Ces mêmes informations parlaient également de l’absence notable de Jean-Marie Le Pen et de Bruno Gollnisch au sein de ce groupe. Si ces informations se révèlent exactes et se trouvent confirmées par la conférence de presse qui aura lieu dans la matinée, le Front National se retrouvera meneur d’un groupe important de patriotes européens.

La création d’un groupe ouvrirait de nouveaux horizons aux patriotes européens
Ce groupe permettra à ses membres et à leur agenda politique d’avoir une plus grande visibilité, il leur ouvrira aussi les portes des présidences des commissions ou des sous commissions et leur donnera accès à des subventions dont le montant pourrait s’élever jusqu’à 30 millions d’euros sur cinq ans. Forts de ce nouvel outil de travail, le Front National et ses alliés européens pourraient enfin commencer à réellement influencer les politiques européennes et porter la voix des patriotes européens face aux folies bruxelloises.

Crédit photo : Claude TRUONG-NGOC via WikiMedias (CC) = Marine Le Pen, Jean-Marie Le Pen et Bruno Gollnisch au Parlement européen de Strasbourg le 10 décembre 2013


Le chef de file du Vlaams Belang anversois a été reçu mercredi 25 mars à Damas par le président syrien Bachar al-Assad, qu’il a qualifié d’« allié contre le salafisme et l’extrémisme ».

Pour Filip Dewinter, le président Assad est un « allié contre le salafisme et l’extrémisme »

28/03/2015 – SYRIE (NOVOpress)
Le chef de file du Vlaams Belang anversois a été reçu mercredi 25 mars à Damas par le président syrien Bachar al-Assad, qu’il a qualifié d’« allié contre le salafisme et l’extrémisme ».

« Lentement mais sûrement chacun commence à voir que nous devons le considérer comme un allié (dans la lutte) contre le salafisme et l’extrémisme », a-t-il déclaré par téléphone à l’agence Belga à l’issue de l’entretien.

Le député belge Dewinter a expliqué que sa rencontre avec M. Assad avait duré « plus d’une heure ». Le président syrien lui a dénoncé le boycott décrété par l’Occident contre son régime et ses conséquences pour les Syriens.

Bachar al-Assad, contesté depuis quatre ans par une révolte populaire ayant tourné en guerre civile, a aussi mis en garde contre le « chaos » dans lequel sombrerait son pays sans lui.

Il craint également, selon le député du VB, l’avancée du groupe terroriste État islamique (EI) dans des pays comme le Liban, la Libye et « ailleurs aux frontières de l’Europe ».

« Je ne peux absolument pas lui donner tort », a souligné Filip Dewinter, dont ce n’est pas la première visite en Syrie mais qui rencontrait pour la première fois Assad.

Selon lui, le président syrien mérite d’être soutenu car « le maintien du boycott renforce l’EI ». « Si nous voulons gagner la guerre contre le terrorisme salafiste, il faudra coopérer avec le régime syrien, qu’on le veuille maintenant ou non », a-t-il renchéri.

Interrogé sur son soutien à un régime accusé d’utilisation d’armes chimiques et de barils d’explosifs lancés d’hélicoptères, Dewinter a assuré avoir posé la question.

« Ils (les dirigeants syriens) m’assurent que toutes les armes chimiques ont entre-temps été détruites. De plus, il est improbable que le régime ait utilisé ces armes dans les quartiers mentionnés de la capitale. Je n’exclus pas que cela se produise ailleurs, mais j’ai l’impression qu’une guerre de propagande est aussi menée ».

Le Vlaams Belang lance une campagne pour la remigration

20/03/2015 – BELGIQUE (NOVOpress)
Le Vlaams Belang a lancé jeudi une nouvelle campagne incitant les musulmans “qui ne sentent pas chez eux ici” ou partisans de l’introduction de la sharia à quitter la Belgique pour aller vivre en terre d’islam.

Intitulée “Oost West? Thuis Best!” (“est ouest, plutôt à la maison”), cette campagne propose également un concours permettant de gagner dix billets d’avion “vers un pays islamique au choix”.

Filip Dewinter, le chef de file du Vlaams Belang, plaide pour une “politique de retour active” autrement dit de remigration. La section anversoise distribuera dans un premier temps 60 000 tracts dans les quartiers à forte population immigrée d’Anvers-Nord, de Borgerhout, de Deurne-Nord et de Hoboken.

Cette initiative fait écho aux propositions faites par le Bloc identitaire en France avec ses 26 mesures pour la remigration.


Entretien avec Lionel Baland : « La montée du populisme s’accélère en Europe »Entretien avec Lionel Baland : « La montée du populisme s’accélère en Europe »

Entretien avec Lionel Baland : « La montée du populisme s’accélère en Europe » (1/3)

31/01/2014 – 13h30
PARIS (NOVOpress) – Polyglotte, Lionel Baland réalise depuis de nombreuses années un travail minutieux de veille et d’analyse des partis populistes européens. Son blog lionelbaland.hautetfort.com propose de nombreuses traductions, souvent inédites pour le public francophone. Il est l’auteur de “Jörg Haider, le phénix” paru en 2012 aux Éditions des Cimes.


« La montée du populisme s’accélère en Europe », entretien avec Lionel Baland. Propos recueillis par Pierre Saint-Servant

Lionel Baland, vous étudiez depuis maintenant de nombreuses années les mouvements populistes européens, quelle évolution observez-vous en jetant un regard sur la dernière décennie ?

Je désire avant tout revenir sur un élément important de notre histoire. Les adversaires des nationalistes tentent sans cesse de ramener sur le tapis les événements qui ont eu lieu avant et pendant la seconde guerre mondiale et de les lier aux partis nationalistes de notre temps. Hors, afin de comprendre les événements contemporains, nous devons remonter à l’époque de la Première guerre mondiale et des années qui l’ont directement suivie.

Cela étant précisé, si l’on observe la situation actuelle, nous pouvons voir que la montée en puissance des partis patriotiques, liée à l’effondrement du régime en place, s’accélère au sein de divers pays d’Europe. Les résultats obtenus par ce type de mouvement politique varient fortement selon les endroits. La grande nouveauté, produit en partie de l’évolution mise en place au sein du Front National par Marine Le Pen, est la constitution d’une alliance afin de lutter contre le dictat de l’Union européenne. Le Front National, le Vlaams Belang (Flandre-Belgique), le PVV (Pays-Bas), le FPÖ (Autriche), les Démocrates suédois, la Ligue du Nord (Padanie-Italie) désirent constituer ensemble un groupe au sein du Parlement européen à l’issue des élections européennes de 2014.

Lire la suite

[Lu sur le Net] Philip Claeys : « le Vlaams Belang vise 15% des suffrages et deux députés européens »

[Lu sur le Net] Philip Claeys : « le Vlaams Belang vise 15% des suffrages et deux députés européens »

Le président du Vlaams Belang Gerolf Annemans, Marion Maréchal-Le Pen et le député européen du Vlaams Belang Philip Claeys, lors de la clôture de la Fête européenne du Vlaams Belang à Boom dimanche 29 septembre 2013. Crédit photo : Lionel Baland.

09/10/2013 – 11h00
BRUXELLES (via Nouvelles de France) –
Le Vlaams Belang est un parti nationaliste flamand de Belgique. Il est favorable à l’indépendance de la Flandre et à la fin de la monarchie belge. Pour Nouvelles de France, Lionel Baland a rencontré Philip Claeys, l’un de ses députés au Parlement européen.

(…)

Faites-vous partie d’un groupe au sein de cette assemblée ?
Je ne fais pas partie d’un groupe. Je siège au sein des non-inscrits avec les députés du Front national (France), du FPÖ (Autriche), du PVV (Pays-Bas), etc. Nous essayons de travailler ensemble de manière informelle afin d’avoir un peu d’influence au sein de cette assemblée, qui compte plus de 760 députés, et de représenter nos électeurs.

Lire la suite

Belgique : La Sénatrice du Vlaams Belang Anke Van dermeersch affiche ses jambes contre l'islam

Belgique : La Sénatrice du Vlaams Belang Anke Van dermeersch affiche ses jambes contre l’islam

Au centre : Anke Van dermeersch. A droite : Filip Dewinter.

20/09/2013 – 14h00
ANVERS (via le site de Lionel Baland) –
Ce 19 septembre 2013, la Sénatrice du Vlaams Belang Anke Van dermeersch a présenté la nouvelle campagne de Femmes contre l’islamisation (Vrouwen Tegen Islamisering – VTI) axée sur des affiches, cartes postales et dépliants en vue de dénoncer l’islamisation des villes européennes. Après l’affiche burqa-bikini d’An-Sofie Dewinter (une des filles de l’homme fort du parti, Filip Dewinter), une nouvelle affiche a pour objectif de mettre en garde les électeurs face aux pratiques de l’islam qui portent atteinte au statut de la femme. La femme est discriminée au sein de la vie sociale, tant dans les pays musulmans qu’au sein des sociétés musulmanes d’Europe occidentale. Les habits portés par les femmes musulmanes sont un symbole de la domination des hommes sur les femmes et du fait que la femme est la propriété de son mari ou de la partie masculine de la famille.

Lire la suite

Le Vlaams Belang rejette la proposition de loi visant à poursuivre l’islamophobie

Le Vlaams Belang rejette la proposition de loi visant à poursuivre l’islamophobie

13/05/2013 – 08h00
BRUXELLES (via le site de Lionel Baland) – Le Vlaams Belang (VB) rejette la proposition de loi visant à poursuivre l’islamophobie. Le VB entend défendre la liberté d’expression et affirme le fait que le terme « islamophobie » est conçu afin de pouvoir poursuivre toute critique de l’islam. Ensuite, il estime que l’islamophobie est un fait démocratique de résistance face à une religion totalitaire.

Lire la suite

Philip Claeys, député européen du Vlaams Belang, en Afrique du Sud

Philip Claeys, député européen du Vlaams Belang, en Afrique du Sud

Henk van de Graaf et Philip Claeys au Parlement européen. Crédit photo : DR

24/02/2013 – 10h30
PRETORIA (NOVOPress avec le site de Lionel Baland) – Le député européen du Vlaams Belang Philip Claeys s’est rendu en Afrique du Sud avec d’autres Flamands et a retrouvé Hendrik (Henk) Van De Graaf,  vice-président de l’Union de l’agriculture du Transvaal (Afrique du Sud).

Lire la suite

Présentation à Vienne de la version allemande du livre d'Anke Van dermeersch sur les femmes et l'islam

Présentation à Vienne de la version allemande du livre d’Anke Van dermeersch sur les femmes et l’islam

Filip Dewinter et Anke Van dermeersch

 23/02/2013 – 16h00
VIENNE (via le site de Lionel Baland) – Filip Dewinter et Anke Van dermeersch du Vlaams Belang ont séjourné à Vienne du 18 au 20 février 2013. Ils y ont rencontré le président du FPÖ Heinz-Christian Strache ainsi que le troisième président du Parlement Martin Graf (FPÖ). L’objet de la visite de la délégation flamande au sein de la capitale autrichienne était la présentation de la traduction en allemand du livre d’Anke Van dermeersch Hoer noch slavin: vrouwen en Islam (Ni pute, ni esclave. Femme et islam.)

La présentation de l’ouvrage a été organisée par 1848 Medienvielfalt Verlag, les éditions du mensuel et site Internet unzensuriert.at, en présence du Député FPÖ  Susanne Winter. La traduction du livre s’est faite à l’initiative de cette dernière qui entretient de bons contacts avec le Vlaams Belang et qui a assisté à Anvers en Belgique à la sortie de l’ouvrage original en flamand. Selon Susanne Winter, ce livre n’a pas pour objet d’exclure les femmes musulmanes, mais au contraire de les aider face aux manquements en matière de liberté, de respect des droits humains, de statut juridique de la femme et de libertés de base qui existent au sein de l’islam.

Précisons que le livre de Filip Dewinter Inch Allah: de islamisering van het Westen! (Inch Allah : l’islamisation de l’Occident!) existe également en version allemande. De plus, une version française est en cours de réalisation.

Crédit photo : DR. D’autres sont visibles sur le site de Lionel Baland

Belgique : le Vlaams Belang jette-t-il l’éponge ?

Par Édouard Tressalec, correspondant à Bruxelles pour Novopress sur les questions belges et bruxelloises. Crédit photo : Lec via Flickr (cc)

Le 16 octobre 2012, dans notre article « Belgique : le courant nationaliste s’effondre », nous évoquions notamment la déroute du Vlaams Belang (VB) face à la Nieuwe Vlaamse Alliantie (NVA) de Bart De Wever.

Nous évoquions également la convocation du Vlaams Belang à l’hôtel de ville (mairie) d’Anvers (Antwerpen), par Bart De Wever, une situation pour le moins étonnante lorsqu’on sait que Filip De Winter, l’une des principales figures de proue du VB, a longtemps convoité le maïorat d’Anvers, détenu aujourd’hui par Bart De Wever.

Lire la suite

L’Union européenne donne de l’argent pour des mosquées turques dans le nord de Chypre

L’Union européenne donne de l’argent pour des mosquées turques dans le nord de Chypre

La mosquée Lala Mustapha Pacha est l’ancienne cathédrale Saint-Nicolas à Famagouste en Chypre du Nord. Construite au début du XIVème siècle dans un style gothique classique alors que l’île appartient à la Maison de Lusignan – une famille d’origine française -, la cathédrale est transformée en mosquée après la capture de Famagouste par l’Empire ottoman en 1571, fonction qu’elle a encore de nos jours. Elle porte le nom de Lala Mustafa Pacha, le conquérant de l’île (source : Wikipédia). Crédit photo : dolanh via Flickr (cc).

17/01/2013 – 12h00
BRUXELLES (via le site de Lionel Baland) – Le député européen du Vlaams Belang Philip Claeys a découvert que l’Union européenne va donner de l’argent pour des mosquées turques située dans le Nord de Chypre, occupé par la Turquie.

Lire la suite

Belgique : le cordon sanitaire contre le Vlaams Belang est brisé !

Belgique : le cordon sanitaire contre le Vlaams Belang est brisé

Kristof Slagmulder, élu du Vlaams Belang (VB) à Denderleeuw, commune où le cordon contre le VB a été brisé. Crédit photo : Vlaams Belang.

11/01/2013 — 08h00
DENDERLEEUW (via le site de Lionel Baland) — Le cordon sanitaire est une mesure antidémocratique qui vise le Vlaams Belang et empêche une alliance d’autres partis politiques avec celui-ci à quelque niveau de pouvoir que ce soit. Cette mesure existe depuis une vingtaine d’années. Dans la partie francophone de la Belgique, le cordon sanitaire est étendu aux médias (ce qui n’est pas le cas en Flandre), qui refusent de donner la parole aux patriotes et souvent les insultent ou manipulent les informations les concernant. L’annulation d’un débat électoral sur la télévision de service public francophone RTBF en 2010 au nom du « cordon sanitaire » a été condamnée par l’association Reporters sans frontières. Suite aux élections municipales d’octobre 2012, des fissures apparaissent au sein du cordon sanitaire qui est désormais brisé à Denderleeuw.

Lire la suite

Flandre : le cordon sanitaire brisé au plus bas niveau de pouvoir

Flandre : le “cordon sanitaire” brisé au plus bas niveau de pouvoir

04/01/2013 — 20h00
BRUXELLES (via le site de Lionel Baland) — Le “cordon sanitaire” est une mesure antidémocratique qui vise le Vlaams Belang et traite ce parti comme une formation politique véhiculant des idées inacceptables. Cette mesure consiste à voir les partis du système politique en place refuser toute alliance avec le Vlaams Belang à quelque niveau de pouvoir que ce soit. Instauré il y a une vingtaine d’années, le cordon sanitaire a tenu le coup durant cette période, mais vient d’être brisé lors de la mise en place des nouveaux conseils municipaux, issus des élections d’octobre 2012, en Flandre ce 2 janvier 2013.

Lire la suite