Entre Taha Bouhafs, Éric Coquerel et Adrien Quatennens, ça fait beaucoup d’hommes mouillés dans des affaires de violences sexuelles pour un parti qui se dit féministe