Fusillade sanglante à Orly

Fusillade sanglante à Orly

23/11/2012 – 21h00
ORLY (NOVOpress) – Grand banditisme multiculturel ? Guerre de gangs multiethniques ? Un homme a été tué et quatre autres ont été gravement blessés vendredi lors d’une fusillade à l’intérieur et près d’un bar de la ville d’Orly (Val-de-Marne). Deux hommes circulant à bord d’une voiture BMW ont tiré vers 13h30 sur une personne qui se trouvait à l’extérieur du bar « Le Saint Exupéry ».

Lire la suiteFusillade sanglante à Orly

“Complément d’enquête” (France 2) bidonne son reportage : Philippe Vardon aurait-il des dons de divination ?

Vidéo réalisée par les contributeurs de Fdesouche.

23/11/2012 — 09h00
NICE (NOVOpress) — Alors que cela ne semblait pas gagné d’avance, les journalistes de l’émission ayant déclaré dans un journal niçois : “Nous ne sommes pas là pour faire de la pub à Vardon”, la bande-annonce de “Complément d’enquête” (France 2) présentait quelques images des incidents ayant eu lieu devant une mosquée de Nice entre Philippe Vardon (membre de la direction du mouvement identitaire et président de Nissa Rebela) et un certain nombre de musulmans. Des faits rappelés par l’intéressé dans une vidéo mise en ligne hier matin.

Lire la suite“Complément d’enquête” (France 2) bidonne son reportage : Philippe Vardon aurait-il des dons de divination ?

Ceux qui dénoncent l’islamophobie ne sont guère tolérants…

12/10/2012 — 15h00
PARIS (NOVOpress) — Lors d’une distribution de pains au chocolat par un collectif contre l’islamophobie, un courageux citoyen opposé à l’islamisation de la France (et partisan de Marine Le Pen) s’est fait violemment pousser par un gauchiste qui participait à cette distribution.

Rome : Affrontements de Casal Bertone, l’enquête confirme la version de Casapound

Rome : Affrontements de Casal Bertone, l'enquête confirme la version de Casapound

Des gauchistes casqués, masqués et armés, prétendument “victimes innocentes” de la “violence” de Casapound, lors de l’attaque de Casal Bertone. Crédit photo : DR.

10/10/12 – 16h00
ROME (NOVOpress)
– Ce sont bien les activistes d’extrême-gauche qui ont provoqué les violents incidents qui sont survenus dans le quartier populaire romain de Casal Bertone le 23 mars dernier. Telle est la conclusion de l’enquête préliminaire réalisée par la police romaine concernant les affrontements entre militants « antifascistes » et membres du mouvement Casapound qui avaient éclaté le jour anniversaire de l’ouverture du local du « Circolo futurista », le groupement artistique de Casapound.

« L’avis de conclusion d’enquête notifié ce soir à neuf membres de Casapound Italie et à six militants d’extrême-gauche rétablit la vérité sur ce qui s’est passé à Casal Bertone lors des incidents du 23 mars », a notamment déclaré Andrea Antonini, vice-président de Casapound Italie, dans un communiqué de presse diffusé hier.

Lire la suiteRome : Affrontements de Casal Bertone, l’enquête confirme la version de Casapound

Ulster : après les heurts violents de cette semaine, la situation demeure explosive

Ulster : après les heurts violents de cette semaine, la situation demeure explosive

06/09/2012 – 14h00
BELFAST (NOVOpress Breizh) –
Depuis dimanche Belfast est le théâtre de heurts violents entre républicains catholiques et loyalistes protestants. Des affrontements qui interviennent à l’occasion des centaines de marches commémoratives organisées chaque été par les deux communautés.

Lire la suiteUlster : après les heurts violents de cette semaine, la situation demeure explosive

Italie: face à l’incurie de l’Etat, des citoyens se font justice

Italie : face à l'incurie de l'Etat, des citoyens se font justice

29/08/12 – 10h00
ROME (NOVOpress)
– La petite ville de Cicagna (Ligurie) (photo ci-dessus) est en émoi après l’arrestation de trois citoyens accusés d’avoir agressé et passé à tabac un jeune immigré marocain récidiviste, soupçonné de nombreux vols. En effet, une grande part de la population s’est solidarisée avec les accusés qui, selon elle, « ont agi pour défendre la zone contre la prolifération de la délinquance ». Des affiches de soutien sont apparues sur les murs et une récolte de signatures en leur faveur a été organisée après la décision du juge de les transférer en prison. « Justice-farce, voleurs libres, volés en prison », pouvait-on ainsi lire sur un des calicots rapidement arrachés par les autorités.

Lire la suiteItalie: face à l’incurie de l’Etat, des citoyens se font justice

Italie : dans « le village sauvé par les immigrés », deux Nigérians agressent les immigrationnistes et les carabiniers

Italie : dans « le village sauvé par les immigrés », deux Nigérians agressent les immigrationnistes et les carabiniers

10/08/2012 — 18h30
ACQUAFORMOSA (NOVOpress) —
En août dernier, Novopress vous parlait d’Acquaformosa en Calabre (photo ci-dessus), « le village sauvé par les immigrés », comme titrait alors le Corriere della Sera. « Plus qu’une ressource. Par ici les immigrés sont les sauveurs de la patrie. Ou, mieux, de la municipalité. » Tout cela, expliquait le grand quotidien bourgeois, grâce au maire qui, dans le cadre du projet Sprar (Service de protection des demandeurs d’asile et réfugiés du ministère de l’Intérieur), s’est porté volontaire pour accueillir des couples nigérians.

Lire la suiteItalie : dans « le village sauvé par les immigrés », deux Nigérians agressent les immigrationnistes et les carabiniers

Un responsable régional de SOS Racisme emprisonné pour avoir battu son ex-concubine

Un responsable régional de SOS Racisme emprisonné pour avoir battu son ex-concubine

09/08/2012 — 20h15
DUNKERQUE (NOVOpress) — Anthony Simati (à gauche sur la photo ci-dessus), ce nom ne vous dira rien. Pourtant, il est au cœur de l’actualité. En effet, ce responsable régional de SOS Racisme (il est le président de SOS Racisme de Flandres Côte d’opale) vient d’être condamné à être emprisonné en comparution immédiate pour avoir frappé son ancienne concubine.

Et il faut croire que ce militant antiviolences (sic !) n’y est pas allé de main morte, parce que la victime de ses coups a été défigurée. D’où le jugement en comparution immédiate. Il se peut que les engagements d’ Anthony Simati soient des circonstances atténuantes puisqu’il n’écope que de huit mois de prison…

Encore un bon exemple pour la France version François Hollande.

Crédit photo : DR

Valenciennes : il veut « exterminer » sa mère au nom de l’islam

Valenciennes : il veut « exterminer » sa mère au nom de l’islam

19/06/2012 — 12h30
VALENCIENNES (NOVOpress ) — L’observateur du Valenciennois a relaté dimanche dernier qu’un jeune musulman d’une vingtaine d’années a voulu « exterminer » sa propre mère, en brandissant le Coran.

Motif de son courroux : sa génitrice, handicapée, lui avait refusé une fellation. « J’ai fait ça parce qu’elle avait un beau pyjama », révèle notre confrère nordiste. L’agresseur, « déjà condamné à onze reprises pour vols, violences, menaces, stupéfiants », avait « multiplié les violences verbales et autres menaces, refusant de quitter le domicile malgré les injonctions de la victime ». Cette agression l’a conduit en prison. De quoi contrarier son projet de se rendre en Afghanistan afin de « tout faire péter » au nom du djihad.

Crédit photo : zskdan/Flickr sous licence CC

Une exposition photo anxiogène à Pontault-Combault

Une exposition photo anxiogène à Pontault-Combault

08/05/2012 – 13h00
PONTAULT-COMBAULT (NOVOpress) – La préfecture de Seine-Saint-Denis en feu, le parc de la Courneuve, toujours dans le « 93 », sous étroite protection policière, la mairie de Nanterre (Hauts-de-Seine) criblée de balles… jusqu’au 13 juillet, le Centre photographique d’Ile-de-France (CPIF) de Pontault-Combault (Seine-et-Marne), expose les photos de Vincent Debanne.

Intitulée « No Exaggeration », cette exposition a pour but de présenter « les tensions de notre époque que je condense dans mes œuvres », témoigne le photographe Vincent Debanne. Une trentaine de photomontages anxiogènes qui reflètent très bien l’envers du décor du « vivre ensemble ». Quand la réalité a déjà rattrapé la fiction…

Football : Mario Balotelli souffre d’un « malaise identitaire »

Football : Mario Balotelli souffre d’un « malaise identitaire »

11/04/2012 – 08h00
BRESCIA (NOVOpress) –
Le footballeur Mario Balotelli a été encore expulsé dimanche dernier lors du match face à Arsenal. L’attaquant de Manchester City a reçu son troisième carton rouge de la saison. Lassé, son entraîneur, Roberto Mancini, a annoncé qu’il ne jouerait plus d’ici la fin du championnat anglais. Il pourrait également ne pas participer à l’Euro 2012 cet été sous les couleurs de… l’Italie. Cesare Prandelli, le sélectionneur de la Nazionale, s’arrache aussi les cheveux avec ce joueur en provenance du Ghana.

Le dernier numéro du magazine So Foot consacre un dossier complet à Mario Balotelli, de son vrai nom, Barwuah. Adopté à l’âge de trois ans, choyé, aimé et élevé par un couple italien dans la banlieue de Brescia, Mario Balotelli s’est rapidement montré ingérable. « Apatride », « Autiste », « Provocateur »… l’article de So Foot revient dans le détail sur le comportement d’un joueur aux réactions violentes. « En vérité, le casier de l’attaquant est tellement lourd que dans un monde normal, ou s’il était un type normal, Mario Barwuah Balotelli aurait dû renoncer à ses rêves de football dès l’âge  de ses premières frasques, vers l’âge de huit ans », constatent les journalistes du mensuel.

Interrogée par le magazine, son ancienne institutrice reconnaît qu’il était l’enfant « le plus perturbé que j’aie jamais eu » et ajoute : « il avait un problème d’identité évident ». Tandis que d’autres témoignages évoquent un « malaise identitaire ». Le déracinement, cause de bien des dérèglements.

Crédit photo : Steindy/Wikipédia sous licence CC

Non, je n’irai pas pleurer Wissam El Yamni ni tous les autres d’ailleurs ! , par Erwan Ollivro [tribune libre]

Non, je n'irai pas pleurer Wissam El Yamni ni tous les autres d'ailleurs ! , par Erwan Ollivro [tribune libre]

11/01/2012 – 18h00
PARIS (NOVOpress) –
Non, je n’irai pas pleurer Wissam El Yamni, cet homme de trente ans, arrêté le soir du Nouvel An par la police pour cause de violences, d’ivresse manifeste et de consommation de drogue et décédé par la suite (bavure ou surconsommation de substances illicites, seul l’avenir le dira). Étrange d’ailleurs, qu’un homme décrit par ses proches comme un “bon musulman” ait été retrouvé en état d’ivresse, violent et drogué.

Non, je n’irai pas pleurer Wissam El Yamni aux côtés des journalistes qui cherchent, comme d’habitude, à attiser les violences, à provoquer les révoltes de ces “chances pour la France” qui exaspèrent de plus en plus toute une partie des Français, y compris des policiers.

Non, je n’irai pas pleurer Wissam El Yamni aux côtés des politiciens socialistes de la ville, qui, même devant la réalité ethnique des faits, même devant la réalité ethnique des violences, des actes de délinquances, continuent à parler de “difficultés entre les jeunes et la police” et de “problèmes économiques et sociaux”.

Non, je n’irai pas pleurer Wissam El Yamni avec Claude Guéant qui, comme à son habitude, enlève ses vêtements d’homme de droite à la moindre incartade, pour redevenir un gauchiste patenté. Mais pourquoi donc avoir suspendu les deux policiers ? Pourquoi ne pas au contraire avoir fait, ce que beaucoup de Français attendent, c’est-à-dire avoir applaudi voire décoré des policiers qui font leur travail dans des conditions difficiles et de tension extrême et qui en ce soir du Nouvel An. Que s’est il passé dans le camion de police ? On ne le saura peut être (et encore) qu’après le procès. Ce qui est sûr, c’est qu’avant la moindre enquête, les policiers ont déjà tort, grâce au travail de fausses rumeurs lancées par quelques journalistes.

Non, je n’irai pas pleurer Wissam El Yamni aux côtés de ses proches et de ses amis, qui ne sont vraiment pas de mon monde, de mon peuple, de ma culture. La vidéo, publiée par le Nouvel Observateur (ci-cessous), de ses derniers instants avec ses amis me conforte d’ailleurs dans cette idée.

Que ses amis et sa famille le pleurent, c’est bien normal. Mais hormis les proches, les récupérateurs politiques, les incendiaires et quelques Français qui s’émeuvent de tout, rassurez-vous, certains comme moi restent coi ! Voyez la société barbare que vous avez fabriquée ! Voyez l’héritage désastreux de 50 années de politiques suicidaires et je-m’en-foutiste que vous nous laissez à nous, vos enfants ! Voyez ce que provoquent le “jouir sans entrave” et “l’interdit d’interdire” ! Vous aviez rêvé des Bisounours ? Bienvenue dans Orange Mécanique ou Mad Max !

Les policiers en ont marre de se faire insulter, trainer dans la boue, menacer, dégrader. Si nous avions des  Neyret et des Kaplan plutôt que des Julie Lescaut, les délinquants se permettraient sans doute moins de choses. Mais voilà, dans une société de l’émotion, des larmes  et de TV-réalité, les principaux coupables de cette situation, ce sont avant tout les citoyens, qui acceptent sans rien dire la soupe qu’on leur sert au quotidien, à la radio ou dans “la boîte à con”, jouant sur les sentiments les plus mièvres, les plus mous, symboles d’une société dévirilisée.

Combien de familles vont larmoyer en regardant les photos de Wissam El Yamni défiler sur leur écran, en se disant “pauvre jeune” parce que les médias auront oublié la définition des mots “journalisme et objectivité” ?

Combien auront le réflexe, sans même avoir attendu le jugement, de se dire : “Quand même, ils exagèrent les policiers !” ?

Pour tous ceux-là, qui appartiennent sans doute à mon peuple, je n’irai pas pleurer non plus. Mon inquiétude va plutôt à leurs enfants, génération perdue victime de générations inconscientes et peureuses : nous pouvons aisément imaginer la société dans laquelle nous évoluerons demain. Et c’est là que le rêve devient cauchemar.

Des affaires Wissam El Yamni, il y en aura des centaines, des milliers, si les pouvoirs publics continuent à fermer les yeux sur la fracture ethnique qui est bien réelle dans notre pays. Tout comme il y aura des policiers massacrés à la Kalachnikov, tout comme il y aura des individus assassinés par des délinquants et des délinquants assassinés par des individus qui auront passé outre le fait d’être régis par des lois qui ne les autorisent pas à se défendre alors que les délinquants sont armés jusqu’aux dents. Oui, ce dont je parle ici, c’est de guerre civile. Car en situation de crise économique forte et mondiale, de tensions ethniques, économiques et sociales exacerbées, il ne faut qu’une allumette pour la déclencher.

Une guerre civile qui peut encore être évitée :

– Si nos gouvernants avaient le courage de stopper l’immigration de peuplement, en supprimant les appels d’airs (AME, allocations, regroupement familial …) ;

– Si les policiers avaient le droit et la mission de réellement mener à bien (et par tous les moyens) leur mission de sécurisation du territoire plutôt que de s’en prendre à des cibles faciles comme les automobilistes, qui ne se laisseront bientôt plus faire à ce rythme-là ;

– Si les millions de personnes qui n’acceptent pas les traditions, les institutions, l’histoire, les religions et les coutumes des européens étaient priées à de partir vers des contrées qui sont manifestement plus chères à leur cœur ;

– Si les Européens arrêtaient de se laisser intoxiquer et castrer et qu’ils se décidaient enfin à porter au pouvoir des individus qui assurent le réveil de la civilisation européenne endormie ;

Dans le cas contraire, une guerre civile est inévitable. La situation africaine actuelle étant la meilleure preuve par l’exemple.

Balkans, Somalie, Nigéria, Brésil, est-ce vraiment ce que vous voulez pour vos enfants ?

Jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien …..

Erwan Ollivro

Crédit photo : DR

Braqueurs présumés relâchés à Brest : entretien avec Laurent Le Roux, responsable du syndicat SGP-FO Bretagne [audio]

Braqueurs présumés relâchés à Brest : entretien avec Laurent Leroux, responsable du syndicat SGP-FO Bretagne [audio]

14/12/2011- 13h20
BREST (NOVOpress Breizh) – “Dans l’affaire de Brest nous attendions autre chose de la part de la Justice… C’est décourageant… On pense aux victimes qui se retrouvent confrontées aux auteurs d’agressions extra-violentes”. Dans un entretien exclusif accordé à NOVOpress, Laurent Le Roux, délégué régional du syndicat Unité-SGP-Police-FO, revient sur l’affaire des braqueurs présumés remis en liberté sur Brest la semaine dernière et fait le point sur le mal-être ressenti dans la police.

Propos recueillis par Yann Vallerie pour Novopress

[MEDIA not found]

Crédit photo : DR