Tag Archives: Vaucluse

Jacques Bompard : « Emmanuel Macron représente, à mes yeux, l’abomination »

15/06/2017 – VAUCLUSE (NOVOpress) : Jacques Bompard, député sortant de la quatrième circonscription du Vaucluse et maire d’Orange, a obtenu 33,8 % dans sa ville mais n’est arrivé que deuxième dans la circonscription (19,1 %) derrière Carole Normani (LREM, 25,2 %). Il a accordé un entretien au quotidien Présent. Nous le publions ci-dessous.

Jacques Bompard Présent– Comment expliquez-vous [votre score] ?

— Je crois que l’explication est double : le FN, qui a strictement fait campagne contre moi, a engrangé des voix [ndlr : Catherine Candela, candidate FN, a obtenu 18,1 %], et le système médiatique est contre nous. Le poids de la télévision dans la vie politique est colossal, son impact sur les cerveaux se constate dans les résultats électoraux. Depuis quelques semaines, vous croisez des gens, intelligents par ailleurs, mais qui vous répètent les sornettes entendues dans telle ou telle émission, c’est effrayant. Il y a une dérive totalitaire : la France devient la Turquie et Macron, Erdogan. La Ligue du Sud, elle, n’est jamais à la télévision. Nous sommes tricards. Donc, quelle que soit la qualité du travail local que l’on fait, nous partons avec un handicap.

— Le FN n’est donc pas seul responsable de cette deuxième place ?

— Non, bien sûr : il y a Macron. Nous avons face à nous une candidate LREM inconnue, comme beaucoup d’autres ailleurs. Carole Normani sort de nulle part. Un jour elle se dit représentante commerciale, le lendemain spécialiste dans le vin. Son profil est confus, mais c’est logique : le macronisme, c’est la confusion. En ce sens elle est représentative de son mouvement. Sans mener campagne, elle fait un tabac. Mais c’est le jeu démocratique : on est jeune, on est beau, alors on plaît !

— Mais vous êtes jeune et beau vous aussi, Monsieur le maire…

— Je suis jeune et beau, mais personne ne le dit à la télé !

— Comment s’organisent les soutiens en vue du second tour ?

— Personnellement, j’apporte mon soutien à l’ensemble des candidats de droite dans le département, qu’ils soient FN (Hervé de Lépinau, Anne-Sophie Rigault) ou LR (Jean-Claude Bouchet, Julien Aubert). J’ai reçu le soutien de deux conseillers départementaux du FN, Antonia Dufour et Rémi Rayé.

Quant à Catherine Candela, qui a été éliminée, elle a appelé à voter pour moi, non sans y mêler des attaques personnelles et politiques – curieuse façon de soutenir. Mais le fait est que j’ai, formellement, le soutien du Front national. Or la cohérence politique implique aujourd’hui de se soutenir les uns les autres face à Emmanuel Macron qui représente, à mes yeux, l’abomination.

Néanmoins, je ne suis pas inquiet pour le second tour. Dans la circonscription, les électeurs de droite ont recueilli 52 % des suffrages et les électeurs d’extrême gauche ne devraient pas voter pour le candidat des banques.

Propos recueillis par Samuel Martin

Entretien publié dans Présent daté du 16 juin 2017

Hervé de Lépinau

Hervé de Lépinau : « Une souveraineté sans identité est un concept désincarné »

Hervé de Lépinau24/05/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Hervé de Lépinau va tenter de conserver au Front national la 3e circonscription de Vaucluse, qui était celle de Marion Maréchal-Le Pen. Celui qui fut depuis 2012 son suppléant à l’Assemblée nationale a accordé à l’hebdomadaire Minute un entretien où il s’exprime notamment sur le débat entre identité et souveraineté. Extrait.

« Je suis un homme de droite qui sait que la France a besoin d’une politique de droite. Mais je me reconnais aussi dans le clivage dont parle souvent Marine Le Pen : mondialistes contre patriotes. En effet, au-delà de la sémantique, la droite patriote est le cœur battant du camp patriote autour duquel s’agrègent toutes les formes de souverainisme venues de tous les horizons.

On peut découper la souveraineté en tranches – sociale, juridique, politique – mais il y a une chose qui ne se divise pas, c’est l’identité. Une identité sans souveraineté peut traverser des temps difficiles, comme on l’a vu aux XIXe et au XXe siècles en Europe de l’Est.

Mais une souveraineté sans identité, ou assignant à l’identité une place subalterne, privée, ça n’a qu’une portée administrative : c’est un concept désincarné, matérialiste, qui fait en définitive le jeu de nos adversaires mondialistes. La souveraineté sans l’identité, c’est un peu l’idiot utile du système. »

Marion Maréchal-Le Pen 2

Marion Maréchal-Le Pen : « Je ne voulais pas finir comme Christian Estrosi »

10/05/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Marion Maréchal-Le Pen, qui a annoncé son retrait de la vie politique par une Lettre aux Vauclusiens, s’en explique un peu dans un entretien à Valeurs actuelles. Extraits.

« Être élue jeune m’a fait connaître très tôt les honneurs et le niveau de vie très confortable qui accompagnent le mandat. Cela m’a préservée d’un certain nombre de difficultés et d’inquiétudes auxquelles sont confrontés les Français, même si j’ai toujours essayé d’y rester très attentive sur le terrain, de ne jamais perdre pied. En termes de construction personnelle, j’ai besoin de vivre cela avec eux, et j’en ai également très envie. J’ai toujours aimé le monde de l’entreprise, qui m’a toujours attiré. Je pense que je ne serais pas quelqu’un de parfaitement aboutie et sans cette expérience. »

• Pourquoi choisir ce timing pour prendre cette décision ? 

Je suis convaincue que si je ne pars pas maintenant, je ne partirai jamais. Il est éminemment difficile de quitter ce monde politique. Plus on attend, plus forte est la difficulté.

« Je suis absolument terrifiée à l’idée de finir comme un Christian Estrosi , des ultra-cumulards,professionnels cyniques de la politique qui ne font plus que cela depuis des décennies et qui seraient prêts à n’importe quelle trahison pour préserver leur rente. »

C’est un modèle complètement révolu. Les Français ont besoin, pour respecter les politiques, qu’ils prouvent aussi leur liberté, leur désintéressement. Il est important que des élus démontrent qu’ils sont capables de renoncer à leur statut.

• Votre grand-père, Jean-Marie Le Pen, a affirmé aujourd’hui que votre départ était une désertion. Qu’est-ce que cela vous évoque ? 

Il a toujours un raisonnement sacrificiel à l’égard de la politique, un peu désincarné, mais je pense que nous avons changé de génération politique ! Il raisonne selon un schéma, qui a prévalu pendant des années, où il était souhaitable d’accumuler les mandats et d’avoir beaucoup d’expérience politique pour etre légitime.

« Aujourd’hui, les Français sont dégoûtés par la politique et les politiciens, qui sont considérés par eux comme des rentiers et des profiteurs. On ne peut plus faire de la politique dans les mêmes conditions qu’à l’époque de Jean-Marie Le Pen. »

Il faut que les élus fassent preuve de liberté, de désintérêt et d’expérience professionnelle.

Extraits d’un entretien publié sur le site de Valeurs actuelles

Marion Maréchal-Le Pen : « Pourquoi je quitte la vie politique »

10/05/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Dans un courrier aux Vauclusiens publié ce matin par Vaucluse Matin, Marion Maréchal-Le Pen explique les raisons qui lui font quitter la vie politique. Nous ne publions ci-dessous l’intégralité.

Marion Maréchal-Le Pen Vaucluse Matin« Chers Vauclusiens, chères Vauclusien­nes,

Je vous écris aujourd’hui pour vous annoncer que je ne me représenterai pas aux élections législatives dans la 3e circonscription de Vaucluse. Par cette let­tre, je souhaite m’en expli­quer directement avec vous au regard des liens qui nous unissent. Des liens de confiance, de respect, de travail, d’amitié même, qui me sont chers.

Certaines indiscrétions sur l’éventualité de mon départ ont malheureuse­ment suscité la parution d’articles de presse. Mise devant le fait accompli, je ne souhaitais en aucun cas nuire à la campagne de Marine Le Pen ainsi qu’au combat national, j’ai donc préféré démentir l’informa­tion. Je voulais à tout prix éviter que cette annonce ne parasite le débat présiden­tiel et fasse perdre un temps d’explication pré­cieux à notre candidate ainsi qu’à nos cadres et à nos militants. Mes inten­tions étaient bonnes, j’es­père que vous le compren­drez et me le pardonnerez.

Je sais que ma décision en­ traînera de l’incompréhen­sion et de la déception pour certains, je n’y suis pas in­différente, loin de là. Bien que cela soit un véritable déchirement affectif pour moi, je n’aurais jamais fait ce choix s’il ne m’apparais­ sait pas juste et nécessaire.

J’ai longuement mûri ma réflexion et ma décision s’impose à la fois pour des raisons personnelles et politiques.

Raisons personnelles d’abord car je suis chargée d’âme depuis bientôt trois ans. J’ai beaucoup manqué à ma petite fille dans ses premières années si pré­cieuses. Elle m’a aussi ter­riblement manqué. Il est essentiel que je puis­ se lui consacrer plus de temps.

Par ailleurs, je n’ai jamais renoncé à l’idée de m’extir­per un jour ou l’autre du monde politique pour une expérience dans la vie civi­le. J’aime le monde de l’en­treprise, je n’ai jamais ces­sé de le défendre durant mon mandat et j’aspire aujourd’hui à y travailler. Cette aspiration, je vous en avais fait part dès ma cam­pagne électorale en 2012.

Vous connaissez mon his­toire, vous savez que ce monde politique est le mien depuis toujours. À 27 ans, il est encore temps pour moi d’en sortir quelque temps.

Je suis intimement con­vaincue que si je n’en sors pas maintenant, je n’en sor­tirai jamais. Un certain nombre de médias me prêtent déjà un destin tout tra­cé ainsi que des ambitions dévorantes, je refuse de m’enfermer dans leur sché­ma.

Raisons politiques ensui­te, car je suis comme vous, je pense que l’époque des politiciens déconnectés du réel avec des décennies de mandat électif derrière eux est révolue. Si nous voulons rendre ses lettres de no­blesse à la Politique, il faut prouver aux Français qu’il existe aussi des élus libres et désintéressés refusant de s’accrocher coûte que coûte à leur statut ou à leurs indemnités. J’ai été élue très jeune, j’ai été pré­servée de certaines de vos difficultés et de vos inquié tudes, bien que je n’aie ces­sé d’y être attentive sur le terrain. L’idée que je me fais d’un bon chef politique impose que je bénéficie d’autres expériences que celles du succès électoral ou politique.

Cette légitimité et cette ex­périence acquises, j’espère pouvoir un jour de nouveau les mettre à votre service. Je ne renonce pas définiti­vement au combat politi­ que car j’ai l’amour de mon pays chevillé au cœur et je ne pourrai jamais rester in­ différente aux souffrances de mes compatriotes. J’ai aussi un engagement mo­ral auprès de tous ces mili­tants vaillants et dévoués de la France patriote qui se sont battus à mes côtés et sans qui je ne serais rien.

Sachez que ce fut un honneur et un immense plaisir pour moi de vous représen­ter pendant 5 ans. Cette magnifique terre de Vau­cluse, ses hommes et ses femmes courageux et tra­vailleurs, cette culture an­cestrale ont été mes meilleurs alliés dans la soli­tude parfois pesante de l’Assemblée.

J’espère avoir été digne de votre confiance et à la hauteur de vos attentes. Vous qui m’avez accueillie et adoptée si chaleureuse­ment lors de mon arrivée en 2012, vous qui avez porté mes équipes à 51 % aux élections régionales, vous qui avez encore massive­ ment soutenu Marine Le Pen à l’élection présiden­tielle.

Rien ne s’arrête, car je lais­se derrière moi une fédéra­tion dynamique, des dizai­nes de conseillers municipaux, deux maires, six conseillers départemen taux et cinq élus régionaux qui continueront le combat pour vous et à vos côtés. Je soutiendrai les candidats aux législatives pour que le Vaucluse soit efficacement représenté à l’Assemblée.

Mon départ n’est ni une rupture, ni une provoca­tion. Je suis convaincue que les députés FN et leurs alliés DLF seront les plus efficaces pour contrer la politique néfaste d’Emma­nuel Macron et de ses alliés socialistes.

Je démission­nerai de mon mandat ré­gional d’ici quelques se­ maines, le temps pour moi d’organiser ma succession à la tête du groupe et je vous présenterai mon suc­cesseur dans la 3e circonscription d’ici quelques jours. Le combat pour la France continue !

Chers Vauclusiens et chè­res Vauclusiennes, soyez assurés de mon attache­ment, de mon respect et de ma gratitude.

Marion Ma­réchal-­Le Pen. »

Marion Maréchal-Le Pen

Marion Maréchal-Le Pen explique les raisons de son départ sur TV Libertés

10/05/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Invitée d’Elise Blaise et de Martial Bild sur TVLibertés, le député de Vaucluse Marion Maréchal-Le Pen a confirmé ce matin l’abandon de ses mandats et fonctions politiques. Cela faisait plusieurs mois, explique-t-elle, qu’elle avait pris cette décision, et, malgré des indiscrétions parues dans la presse – début avril, Le Canard enchaîné avait annoncé sa volonté de ne pas se représenter aux législatives –, elle avait décidé de mener jusqu’au bout la campagne présidentielle de Marine Le Pen.

Outre les raisons personnelles relatives à ses devoirs de maman d’une petite fille, Marion Maréchal-Le Pen explique avoir conscience qu’elle a été préservée des difficultés des Français dans leur vie quotidienne, même si elle ne les a jamais ignorées, et qu’« il était temps pour moi de me confronter à cela, d’avoir une expérience autre que la politique » :

« J’en ai besoin, j’en ai envie, je crois que c’est nécessaire, et si un jour je dois refaire de la politique, je suis convaincue que cette légitimité-là, je pourrai la mettre au service des Français et de mon pays. »

Marion Maréchal-Le Pen ne sollicitera donc pas des Vauclusiens le renouvellement de son mandat de député et démissionnera, « d’ici quelques semaines », de son mandat de conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, « le temps pour moi de faire la dernière session […] et de faire le transfert de pouvoir de la présidence du groupe » :

« Je quitterai donc totalement pour quelques temps la vie politique d’ici fin juin. Je quitte également mes responsabilités au sein du Front national [mais] je reste néanmoins adhérente. »

Marion Maréchal-Le Pen, qui n’est pas encore fixée sur sa reconversion mais souhaite travailler « dans le cadre d’une petite entreprise » assure encore :

« Je pense que je referai de la politique […] mais pas immédiatement. […] J’espère que demain si je suis amenée à revenir, [les électeurs] me redonneront cette confiance et ils me pardonneront le fait de m’être éloignée d’eux quelque temps. »

club-tir-milices-blanches

Le préfet du Vaucluse a-t-il peur des milices blanches ?

02/11/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Dans son numéro de cette semaine, l’hebdomadaire Minute révèle, document à l’appui, que le préfet du Vaucluse a enclenché un plan de contrôle des clubs de tir de son département, et de leurs adhérents ; par peur de voir apparaître des « milices blanches » ?

Minute commente, avec ironie : « On ne peut que louer M. le préfet du Vaucluse, Bernard Gonzalez, qui a servi en tout début de carrière à la DGSE, les services secrets français, et est l’heureux papa d’un officier de l’armée de terre, de veiller au respect de l’article R312-40 du Code de la sécurité intérieure en un département paisible où les fonctionnaires de tout grade, n’ayant que trop tendance à s’empâter à force de rester au bureau, oisifs, vont enfin avoir l’occasion de prendre l’air en allant contrôler les dangereux amateurs de tir. […] Sinon, concernant les armes réellement dangereuses, celles qui circulent dans les cités d’Avignon, de Carpentras ou d’Orange, celles qui ne sont pas sur catalogue, celles qui tuent et qui blessent de braves gens, celles avec lesquelles on s’en prend aux policiers, […], il y a quelque chose de prévu ? »

Rendez-Vous de Béziers

Marion-Maréchal Le Pen sera présente au Rendez-Vous de Béziers

06/04/2016 – EUROPE (NOVOpress) : L’information, donnée par L’Express, est confirmée par nos propres sources : Marion Maréchal–Le Pen a répondu favorablement à l’invitation de Robert Ménard qui fera de Béziers, fin mai, la capitale de la droite française. Elle sera présente au Rendez-Vous de Béziers organisé dans sa ville par Robert Ménard. L’élue FN du Vaucluse assistera aux débats dans la salle, comme tous les politiques qui feront le déplacement.

Ces trois jours (les 27, 28 et 29 mai) ont pour but, a expliqué Robert Ménard, de déterminer ce qui, « à droite, nous réunit », de voir « ce que les électeurs du Front national comme ceux des Républicains ont en commun » et de « bâtir le programme de salut public » sur lequel « l’ensemble des candidats de droite devrait se mettre d’accord ».

Marion Maréchal–Le Pen est la première personnalité politique à avoir laissé filtrer sa participation.

Dans le Vaucluse, le modèle Bompard a convaincu de nouvelles communes

Dans le Vaucluse, le modèle Bompard a convaincu de nouvelles communes

03/04/2014 – ORANGE (NOVOPress via le Bulletin de réinformation)
La Ligue du Sud, parti animé par Jacques Bompard, étend son influence locale. Elu maire d’Orange pour la première fois en 1995, Jacques Bompard est régulièrement largement réélu dès le premier tour. Son épouse Marie‑Claude Bompard, elle aussi a été confortablement réélue, à la tête de la commune de Bollène, en duel face à la gauche.

Une troisième ville a suivi le mouvement : Philippe de Beauregard, un proche collaborateur de Jacques Bompard a été élu en triangulaire à la tête de la commune de Camaret-sur-Aigues. Enfin, une autre ville du Vaucluse a donné ses suffrages au Front national : il s’agit du Pontet, également remporté en triangulaire.

La Ligue du Sud prospère sur le terrain de la gestion financière rigoureuse et de l’attractivité économique locale. Eprouvé à Orange, ce modèle a su convaincre de nouvelles municipalités et fait tache d’huile. Ce succès est aussi facilité par la bonne entente entre Jacques Bompard et les responsables locaux du Front national.

Profanation de deux cimetières en Provence

Profanation de deux cimetières en Provence

20/02/2013 – 18h00
VALREAS (NOVOPress via le Bulletin de réinformation) –
Les cimetières de Valréas et de Courthézon, dans le Vaucluse, ont tous deux été profanés dans la nuit de dimanche à lundi. A Valréas, une cinquantaine de plaques funéraires ont été vandalisées. Des plaques funéraires ont été arrachées de leur socle et des vases cassés. A Courthézon, les inscriptions en laiton ont été volées sur une douzaine de tombes.

Lire la suite