Hollande abandonne la déchéance de nationalité pour terrorisme

22/12/2015 – FRANCE (NOVOpress)

Hollande avait défendu la mesure devant le Congrès le 16 novembre, puis hésité, flotté… hollandisé… Sans grande surprise, le « président » va finalement laisser tomber la déchéance de nationalité des binationaux, nés français en cas de condamnation pour terrorisme. La disposition était controversée à gauche, car elle représentait une disposition demandée par la droite, y compris la droite nationale.
Il ne s’agissait que d’étendre aux binationaux Français de naissance une mesure déjà applicable aux naturalisés.
La gauche est contre l’idée au motif qu’elle « stigmatiserait » les 4 millions de binationaux, puisqu’elle ne serait pas applicable aux citoyens n’ayant que la nationalité française, la législation internationale interdisant de produire des apatrides.

Tout à sons son souci de ne fâcher personne, Hollande enterre l’une des mesures les plus symboliques de la réforme constitutionnelle décidée au lendemain des attentats du 13 novembre.

Présidentielles 2017 : Le tripartisme va-t-il bouleverser le système ? Par Franck Guiot

19/12/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Franck Guiot nous livre un scénario pour la présidentielle de 2017 qui verrait l’arrivée de Marine Le Pen à la présidence de la République. Optimiste ? peut-être. Mais c’est surtout un appel à un sursaut d’énergie et d’intelligence politique auquel nous appelle cette tribune.

Après le récent sondage IFOP du 17 décembre 2015 donnant François Hollande devant Nicolas Sarkozy au premier tour de la Présidentielle de 2017, les scénarios se précisent. A moins de 18 mois de la présidentielle, les instituts de sondages laissent la première place à Marine Le Pen, la deuxième place étant incertaine.
Loin de prétendre prévoir l’avenir, je me livre pourtant à un scénario basé sur un tripartisme désormais installé depuis la victoire du Front National en nombre de voix aux élections régionales de décembre 2015.

____________________________________________________________________________
Automne 2016 :
Nicolas Sarkozy est élu sans surprise lors de primaire organisée par les « républicains » à destination des électeurs partageant les « valeurs » de la droite et du centre.
Dès lors, les Républicains se déchirent entre le camp des sarkozystes traditionnels et ceux de la « droite molle » du clan Juppé, Alain Juppé appelle alors à une candidature du « centre-droit » pour faire barrage à la « droite dure » de Nicolas Sarkozy.
Les caillassages de policiers par les racailles deviennent le quotidien dans les zones de non-droit, et les menaces islamistes aux cris d’« Allah Akbar » se succèdent un peu partout sur le territoire.
L’invasion migratoire est telle qu’on ne sait plus à 10 000 clandestins près combien ils sont sur notre territoire. Leur nombre à Calais dépasse les 15 000, les agressions sont quotidiennes.
Dans les campagnes, des comités de vigilance citoyenne se mettent en place pour faire face à cette délinquance liée à l’invasion migratoire et à la justice devenue totalement absente pour condamner les agissements de la racaille en France.

23 avril 2017 :
Premier tour de la présidentielle : coup de tonnerre : la droite « traditionnelle éliminée du jeu »
19 h : les journalistes sur les chaînes infos sont tétanisés.
20 h : le verdict tombe : Marine Le Pen : 29 % — François Hollande : 22 % — Nicolas Sarkozy : 21.9 % — François Bayrou : 10 % — Nicolas Dupont-Aignan : 7 % — Jean-Luc Mélenchon : 5 % — Cécile Duflot : 2 % — Candidat divers-gauche : 1.9 % — Candidat divers-droite : 1.2 %
20 h 30 : François Hollande appelle au rassemblement des Français pour faire barrage au péril de l’extrême-droite.
20 h 50 : Nicolas Sarkozy prend acte de la défaite, mais ne donne aucune consigne de vote pour le second tour.

Dès le lundi 24 avril 2017, des rassemblements hétéroclites composés de lycéens bobos, d’antifas et d’immigrés sans papiers se multiplient çà et là dans plusieurs villes de France. Parallèlement, la jeunesse de France manifeste pour appeler au sursaut patriote et à l’arrivée de Marine Le Pen au pouvoir.
lyon_antifas
Durant les 2 semaines de l’entre-deux-tours, les unes des médias basculeront une fois de plus dans l’outrance en appelant ouvertement à faire barrage au « péril fasciste ».
Manuel Valls ira une nouvelle fois mener campagne aux frais de l’état pour faire barrage au FN en crachant sa haine sur ceux qui veulent tout simplement rester Français en France.

7 mai 2017 :
19 h : Sur I-télé, Mickael Darmon affiche une mine terrifiée, sur BFMTV Ruth Elkrief ne parvient plus à dissimuler sa peur.
20 h : Les résultats tombent : Marine Le Pen est élue Présidente de la République Française avec 50.3 % des voix face à François Hollande.

Des émeutes ont lieu dans Paris et en Banlieue où des racailles instrumentalisées par la Gauche cassent et vandalisent tout.
Marine Le Pen demande aux forces de police et à l’armée de rétablir l’ordre.
Tout ne sera que désordre jusqu’aux élections législatives de juin au cours desquelles Marine Le Pen n’a pas de majorité absolue pour gouverner, étant donné le mode de scrutin sans proportionnelle :
• Front National : 185 députés
• LR et centre-droit : 202 députés
• Socialistes et divers gauche : 190 députés
Un grand nombre de députés LR assurent à Marine Le Pen leur volonté de travailler ensemble pour relever la France entraînée dans la déchéance socialiste depuis 2012 et même avant…
Marine Le Pen nomme Robert Ménard Premier ministre, il est chargé de nommer un gouvernement représentatif de la population Française dont les ministres sont issus en partie de la société civile avec pour mot d’ordre : restaurer l’ordre républicain, sauvegarder notre identité nos valeurs et nos traditions, interdire toute forme de communautarisme, mettre fin immédiatement à l’immigration en rétablissant des frontières strictes.

robert_menard_maire_beziers

Robert Ménard choisit l’ouverture à droite (conformément à l’entretien qu’il a accordé à Valeurs Actuelles en date du 18 décembre 2015 http://www.valeursactuelles.com/cest-a-droite-quon-trouvera-de-nouveaux-electeurs-57946) en associant toutes les forces patriotes, bien au-delà du FN et du rassemblement bleu Marine pour se rassembler autour des valeurs suivantes : identité, immigration, sécurité, défense de la famille, des valeurs traditionnelles et de la libre entreprise.
Contrairement à ce que prédisaient les mauvaises langues,
Il trouve sur son chemin beaucoup de députés « Républicains » qui se disent prêts à l’accompagner dans cette rude tâche de redresser la France après 40 ans de laisser–aller…
Aux postes clefs, Robert Ménard choisit de nommer Stéphane Ravier, ministre de l’Intérieur et Marion Maréchal Le Pen à la justice.
____________________________________________________________________________
Certains diront que ce scénario ne peut pas se réaliser. Je pense pourtant qu’il n’est pas utopique étant donné le message envoyé par plus de 8 millions d’électeurs lors des élections régionales de décembre en faisant du Front National le premier parti de France en terme de voix.

Ce scénario ne se fera pas sans concessions, le programme présidentiel de Marine Le Pen devra tenir compte des priorités des Français (sauvegarde de notre identité, restauration de la sécurité, arrêt de l’immigration, baisse du chômage, baisse de la fiscalité et liberté d’entreprendre…) exprimées lors de leur vote en décembre 2015.

Le Front républicain décidé par la gauche et accueilli à bras ouverts par les candidats des « républicains » en Régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et Nord-Pas de Calais-Picardie ne fonctionnera pas dans l’autre sens : si les électeurs de Gauche ont voté massivement pour les candidats des républicains pour faire « barrage » à la « dangereuse extrême-droite, les électeurs des “Républicains” ne voteraient pas pour un candidat de gauche qui a menti et trahi les Français matin, midi et soir pendant 5 ans.

Que chacun d’entre — nous qui voulons mettre fin au chaos orchestré par la gauche sorte de son “entre-soi”, mais sachons faire le tri entre ceux qui veulent défendre nos valeurs, nos traditions et notre identité et ceux qui les piétinent chaque jour à coups de “vivre ensemble” et de “multiculturalisme”.
Il est possible et indispensable que les patriotes s’unissent maintenant pour la France et les Français d’abord !

Le travail de conquête du pouvoir après 40 ans d’immigration massive et de laxisme, c’est maintenant !

Bonnes fêtes de Noël et de fin d’année !

Franck Guiot

Crédit photo : Blandine Le Cain via Flickr (CC) = Meeting 1er mai 2012 Front National

Valls et Raffarin pour une lutte fraternelle contre le chômage

17/12/2015 – POLITIQUE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)
Jean-Pierre Raffarin, sénateur Les Républicains de la Vienne, en collaboration avec Manuel Valls, veut mettre en place un « pacte républicain », afin de lutter contre le chômage et le Front National, faisant ainsi, semble-t-il, d’une seule pierre deux coups. En effet, mercredi matin, invité sur Europe 1, Jean-Pierre Raffarin a proclamé : « Si, on veut éviter que le FN gagne la présidentielle, il faut baisser le chômage, et c’est l’intérêt de tous », proposant ainsi au gouvernement une alliance avec la droite parlementaire, pour un pacte républicain pour l’emploi. Le Premier ministre n’a alors pas tardé à répondre sur Twitter, avec enthousiasme : « OK avec Jean-Pierre Raffarin ! » Ce pacte doit se concrétiser en janvier, pour tenter d’améliorer la situation d’un pays de 6,3 millions de chômeurs.

Lutter contre le chômage, est ce donc lutter contre le FN ?
Il s’agit en effet pour Raffarin et Valls de mettre en place une équation pour contrer le FN dans l’optique des présidentielles. Mais cela nous rassure Raffarin, sans compromission, mais dans l’intérêt réel de la France. Le sénateur LR ne veut pas parler d’union nationale, mais proclame : « On a été d’accord, droite et gauche, pour battre le FN aux élections régionales. Alors, soyons ensemble, d’accord, pour faire en sorte que la cause du Front National première, le chômage, soit réglée ». On met donc un point d’honneur à s’occuper de la cause du chômage, dès lors que le FN semble se l’être accaparée.

Peut-on y voir une union qui se confirme entre la droite et la gauche, dans l’angoisse des résultats du FN ?
Raffarin semble vouloir à tout prix se justifier, et répète : « nous n’avons rien à voir avec le parti socialiste, et nous le combattrons à l’élection présidentielle, mais aujourd’hui il faut s’occuper de la France ». Le véritable but de ce pacte semble donc assez flou. Est-ce donc vraiment le chômage que l’on combat ? Il semble surtout que la baisse de la courbe de celui-ci soit le meilleur atout pour re-crédibiliser les partis de l’oligarchie.

Crédit photo : UMP via Flickr (CC) = Jean-Pierre Raffarin

Manuel Valls cherche des mesurettes pas chères pour prétendre agir

16/12/2015 – POLITIQUE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Lundi soir, le Premier ministre était sur le plateau du journal de 20 h de France 2, afin de présenter la politique du gouvernement dans les prochains mois.

Quelles sont les priorités et les mesures annoncées ?
La priorité est l’emploi. Manuel Valls a promis un plan « massif » de lutte contre le chômage qui passerait par une meilleure formation des demandeurs d’emploi. Il a également déclaré son attachement à la valeur-travail qui doit être « partagée par tous ». La renégociation de la convention sur l’assurance-chômage est également attendue en 2016 ; Manuel Valls a prévenu les partenaires sociaux qu’il faudrait « aller vite ». Il est par ailleurs question d’encourager les emplois de service tels que l’aide à domicile ou la garde d’enfants.

En sait-on un peu plus sur le contenu de ces mesures ?
On sait d’ores et déjà que le gouvernement refuse l’idée d’un coup de pouce au SMIC, en raison de ses effets néfastes sur le chômage des travailleurs peu qualifiés. Pour le reste, le Premier ministre n’a apporté aucune précision et a renvoyé au mois de janvier.

Le Premier ministre a par ailleurs annoncé qu’il allait réunir régulièrement les présidents de région
Ce afin de parvenir à une meilleure concertation des politiques locales et nationales particulièrement en ce qui concerne l’apprentissage. La compétence en la matière est en effet éclatée entre État, régions et partenaires sociaux.
Rappelons que la baisse du chômage est, selon les déclarations de François Hollande, la condition principale du renouveau de sa candidature à l’élection présidentielle en 2017.

Au lendemain des régionales, on ne change rien !

16/12/2015 – POLITIQUE (Présent 8505)

C’est le changement !
Au lendemain des régionales, le Premier ministre a saisi « l’injonction » des urnes : « agir, sans relâche, plus vite » contre le chômage. À cette fin, son gouvernement va « mettre le paquet » dès janvier, car « il y a urgence », et ce grâce à « un plan massif. » On croyait que, déjà, Manuel Valls faisait tout pour l’emploi, tout le possible et même l’impossible.
Or il faut croire que, jusqu’au 13 décembre, il ne mettait pas « le paquet », il en avait encore sous le coude. Il pouvait faire plus encore, mais il attendait le verdict des régionales pour décupler d’énergie. Merci qui ? Merci le Front national qui, s’il n’avait pas conquis 6 800 000 suffrages, aurait dispensé l’hôte de Matignon de sortir de « nouvelles » mesures de son chapeau de magicien.
8505P1
Telle est la « méthode » Valls : prendre, après un événement retentissant, les décisions qu’il aurait pu adopter avant, ce qui était le cas aussi pour le terrorisme. Bien entendu, pour ce qui est de ce nouveau « plan massif » pour l’emploi lancé à la hâte dans l’affolement, il ne s’agit que de faire croire, une fois plus, que « rien ne sera plus comme avant » et que le pouvoir a « entendu le message des Français. »
Il y a trente ans que ça dure ! Depuis le « coup de tonnerre de Dreux, en 1984, à celui de 2002, en passant par les élections régionales de 1998. Droite et gauche confondues nous annoncent qu’elles ont compris et que ça va complètement changer. Familièrement, on appelle ça des promesses d’ivrogne, après une cuite carabinée, on assure que, cette fois, c’est promis juré, on ne touchera plus à la dive bouteille. Et puis…

Ainsi, quand le vent du boulet s’est éloigné, nos politiques retournent à leur mangeoire et à leurs jeux politiciens. Sarkozy et Hollande et les autres ne songeant qu’à la manière dont ils pourraient rebondir pour la présidentielle. Tout est et sera donc comme avant.

Cela leur permet d’éviter de s’interroger sur les raisons profondes de la colère des Français. Le chômage ? Certes, c’est un mal au flanc de la société française depuis trop longtemps. Mais il ne saurait à lui seul tout expliquer. Le vote Front national ne se réduit pas à une protestation contre l’impuissance du pouvoir vis-à-vis du chômage, il n’en est qu’une des composantes.
Il y a plus de trois millions de chômeurs en France et le double d’électeurs frontistes. Quand Jospin, en 2002, a été battu au premier tour par Jean-Marie Le Pen, un million d’emplois avaient été créés de 1995 à 2002, grâce à l’embellie mondiale. Aujourd’hui, au Danemark où le taux de chômage est deux fois moins important qu’en France, le parti “populiste” est le premier du pays avec 26,5 % des voix. Même chose en Suisse, où il n’y a que 3,3 % de chômeurs. La mondialisation, certes, détruit des emplois en Occident, mais elle ne fait pas que ça, elle dénature nos valeurs chrétiennes, notre identité nationale, par l’immigration légale comme illégale et le métissage des cultures.

D’où le cri des électeurs frontistes, qui n’est pas d’abord “Halte au chômage !”, mais “On est chez nous !” C’est cela que les politiciens installés ne veulent pas entendre, tout en prétendant qu’ils nous ont compris.

Guy Rouvrais

Valls et Hollande au bord de la guerre civile

12/12/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Valls et Hollande agitent le risque de guerre civile, la gauche amalgame FN et Daesh. Les prémisses d’un coup de force « républicain » ?

Que va-t-il se passer si demain le résultat des urnes est favorable, voire très favorable au FN ? Le parti frontiste est en tête dans 6 régions, dont trois sont à portée de main. Mais Manuel Valls avait annoncé être « prêt à tout » pour empêcher cela.
Avec en toile de fond l’état d’urgence étendu – qui permet la dissolution des associations ou groupements « portant une atteinte grave à l’ordre public » et la multiplication des mesures sécuritaires, les récentes déclarations de l’exécutif ont de quoi inquiéter.
Ce sont tout d’abord les amalgames de plus en plus nombreux entre le FN et l’État Islamique (« le FN ne vote pas Daesh, mais Daesh vote FN », « Toujours pas de communiqué de l’EI pour revendiquer et se réjouir des résultats d’hier soir »…)

Puis Hollande, dans son allocution de remise de Légion d’Honneur aux lauréats du prix Nobel de la paix, qui parle de l’objectif des terroristes :

créer un sentiment d’insécurité tel que les ferments de la guerre civile pourraient à ce moment à se trouver réunis

Et enfin Valls, encore lui, qui annonce qu’

il y a deux options : celle de l’extrême droite qui prône la division qui peut conduire à la guerre civile et celle de la République et de ses valeurs.

Assistons-nous à la dernière phase du matraquage des électeurs, destiné à leur faire peur d’aller voter FN, ou, plus grave, aux prémisses d’un coup de force « républicain » contre le FN, dont l’objectif avoué serait « d’éviter la guerre civile » ? Avec ce pouvoir aux abois et prêt à tout, l’hypothèse n’est pas absurde. À tout le moins, on peut s’attendre à une répression accrue à l’encontre des milieux patriotes, et ce quel que soit le résultat des urnes, qui ne pourra que sanctionner les vrais fauteurs de guerre civile si justement pointés du doigt par Périco Légasse dans cette tribune.



28 % des voix, en tête dans 6 régions, le FN rafle la mise au 1er tour des régionales

07/12/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
La victoire du FN était annoncée, restait à connaître son ampleur. En tête dans 6 régions sur 13, en bonne place pour l’emporter au second tour dans deux d’entre elles, le FN confirme sa dynamique.

Au premier tour des élections régionales, le parti de Marine Le Pen a capté 27,2 % des suffrages, devançant la droite (27 %) et le PS (23,5 %). Son résultat dépasse tous les pronostics, lui qui faisait 11,42 % au niveau national à l’issue du premier tour des précédentes régionales.

Le Front national arrive en tête dans six régions au premier tour, confirmant son implantation nationale, en dehors de ses traditionnels bastions sudistes et nordistes, ou Marine Le Pen et sa nièce Marion Maréchal Le Pen récoltent chacune 40,6 % des voix. C’est notamment Florian Philippot qui a créé la surprise en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine avec 36,06 % des voix, mais aussi Louis Aliot en Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées et Sophie Montel en Bourgogne et Franche-Comté avec 31 % chacun.
Au cours de sa conférence de presse, Marine Le Pen n’a pas parlé une seule fois du Front national. Elle parle désormais de « mouvement national ». Les prémices d’un changement de nom du parti ?

Au vu de sa gestion catastrophique tant au plan national que local, le PS limite la casse à environ 23 % des suffrages au niveau national. Il n’est en mesure de l’emporter que dans deux régions : Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes et Bretagne. Confirmant le souci qu’il a des « vraies priorités », le Parti Socialiste a annoncé que l’urgence était de faire barrage au Front National, se retirant de trois régions où il arrive en troisième position : Nord, PACA et Alsace. Couac pour cette dernière, où le candidat Jean-Pierre Masseret a annoncé refuser de suivre la consigne de Jean-Christophe Cambadélis. Une stratégie suicidaire, puisque la seule force de ce parti résidait dans son implantation locale et que le retrait du scrutin signifie l’absence de tout représentant dans les instances régionales concernées pendant cinq ans. Suicidaire aussi parce qu’elle consacre le divorce entre le peuple et ce parti

Lire la suite

Régionales : allez voter !

06/12/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Entre les attentats du 13 novembre et l’état d’urgence, on en oublierait presque les élections régionales. Pourtant, le dernier scrutin avant les présidentielles est aussi vital au plan local – faire en sorte que nos régions soient mieux dirigées — que national – envoyer un message clair contre le système LRPS —. L’abstention ne profitera qu’à nos adversaires. Allez voter !

Certes, les enjeux locaux de ces régionales sont flous, du fait que les compétences exactes des 13 nouvelles régions issues de la réforme territoriale voulue par François Hollande sont encore à définir.
Certes, entre les attentats du 13 novembre et le chômage qui grimpe en flèche, les Français ont d’autres soucis que la cuisine politicienne.
Certes encore, on eut se sentir découragé d’avance d’aller voter alors que l’on sait que les tenants du système ne reculeront devant aucune manœuvre, aucune compromission, pour le conserver en l’état.

Voilà précisément trois bonnes raisons d’aller voter !

Si l’on ne connaît pas encore l’étendue précise des attributions ces nouvelles régions, il est tout de même certain qu’elles pourront influer sur notre quotidien dans les domaines suivants : éducation, formation professionnelle, économie, emploi, transports, culture, tourisme. On le voit, il y a là des domaines stratégiques pour défense et la promotion de notre identité.

Le pouvoir essaie de surfer sur la légitime émotion des Français après les terribles attentats du 13 novembre, essayant de faire oublier sa responsabilité écrasante dans ce drame : complaisance avec l’islamisme, politique migratoire folle, inaction après les attentats de janvier… ce scrutin est l’occasion de lui rappeler que nous ne nous laissons pas prendre à ce jeu morbide, pas plus que nous n’oublions sa responsabilité dans la crise économique et sociale qui frappe notre pays.

Si l’on en avait encore besoin, les manœuvres d’appareil entre le PS et les Républicains à la veille du scrutin et très certainement encore plus entre les deux tours, montrent bien que ces partis sont les deux faces d’une même pièce. Sur l’immigration, sur l’Europe, sur la dissolution de l’identité française par le Grand effacement des mémoires et le Grand remplacement des populations, ils sont d’accord sur l’essentiel.

C’est donc dès maintenant qu’il faut leur envoyer un message clair : c’est non ! et pour cela, un seul moyen aujourd’hui : votre bulletin de vote.

Crédit photo : Metronews Toulouse via Flickr (CC) = Les municipales 2014 de Toulouse. Un électeur dépose son vote pour le 2nd tour des élections municipales de Toulouse

Les grands patrons contre le FN

02/12/2015 – POLITIQUE (Présent 8495)

Pierre Gattaz, président du Medef, s’est donc enrôlé dans la bataille électorale en s’en prenant au Front national dont il dénonce le programme. Mais, attention, ne lui dites pas qu’il fait de la politique ! Non, il prend position uniquement sur le plan économique, comme si dans notre société on pouvait dissocier les deux !
Il prétend que le projet économique de Marine Le Pen est semblable à celui de Jean-Luc Mélenchon, mais on n’a pas souvenir qu’il ait dénoncé publiquement ce dernier. Il est vrai que le leader du Front de gauche partage avec le président du Medef la volonté d’ouvrir nos frontières aux « migrants », « une opportunité pour notre pays », assure le patron des patrons.

8495P1

Il faut comprendre qu’avec ces immigrés il a à sa disposition un gisement de main-d’œuvre bon marché, au détriment des salariés français. C’est pourquoi la prise de position du patronat ne déplacera pas une voix : dans le Nord, comme ailleurs, les ouvriers, les employés, les chômeurs savent qui les écoute et les défend et ce n’est pas Gattaz.
Il a été élu à la tête du syndicat patronal contre Laurence Parisot avec le slogan un « MEDEF de combat », mais il a oublié de dire que ce combat était le même que celui de sa rivale, contre le même adversaire, le Front national. Mme Parisot a publié un méchant pamphlet intitulé Le piège bleu Marine, il s’inscrit dans sa continuité. Elle faisait de la politique, comme lui, c’est la vieille alliance du capital contre la nation, du profit contre l’intérêt supérieur du pays.

Bien entendu, il s’est attiré les félicitations de Manuel Valls qui distribue les bons points à ceux qui mènent le même assaut que lui contre la droite nationale, de la Voix du Nord au Medef en passant par les saltimbanques pétitionnaires multirécidivistes. Le premier ministre aurait mauvaise grâce à ne pas soutenir Pierre Gattaz puisque la présidente du Medef de l’Hérault, Marie-Thérèse Mercier, est candidate sur la liste socialiste de sa Secrétaire d’État au commerce, Caroline Delga, en Midi-Pyrénées. Là, elle s’oppose au candidat frontiste, Louis Aliot, mais elle n’a pas le culot de prétendre, comme Gattaz, qu’elle ne fait pas de politique.

Un autre grand patron, Bruno Bonduelle (« Quand c’est bon, c’est Bonduelle »), ancien P.-D.G. du groupe portant son nom, actuellement président de la Chambre de commerce et d’industrie du Grand Lille, vient de s’en prendre également à Marine Le Pen, avec les mêmes et pauvres arguments de Gattaz. Mais Bonduelle y ajoute le ridicule, sa tribune est intitulée « No pasaran ». C’était le slogan des « Républicains », communistes socialistes, anarchistes, pendant la guerre d’Espagne contre les troupes du général Franco. Comme si le FN préparait une insurrection armée ! Finalement tout cela est réconfortant. Cette « union sacrée » qui réconcilie Valls et Gattaz, le Medef et la CGT contre le Front national atteste de la panique qui s’est emparée de l’établissement. La dénonciation de la « haine », de « l’intolérance » doit laisser place à l’examen de son programme et d’abord au constat qu’il en a un, ce que l’on cachait jusqu’ici aux électeurs.

Guy Rouvrais

Fabius et la Syrie : un revirement de plus au gouvernement

29/11/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Revirements en série au sommet de l’État : en politique internationale comme en politique intérieure, c’est virage à 180° pour tout le monde… Dernier en date, Fabius sur la Syrie.

On n’avait pas vu une telle série de retournements de veste depuis le 25 août 1944. C’est Hollande qui annonce la fermeture des frontières, lui qui fustigeait la Hongrie d’en faire autant. C’est Valls qui refuse les excuses sociales au terrorisme, en contradiction avec ses propos post-Charlie sur l’apartheid. Le même qui demande quelques jours plus à Bruxelles l’arrêt de l’immigration de masse, reniant l’immigrationnisme à tout crin de son parti. C’est Cazeneuve qui se lance dans la chasse aux prédicateurs salafistes, lui qui déclarait que prôner le djihad n’est pas un délit. Hollande, encore, qui appelle à pavoiser en hommage aux victimes du terrorisme alors qu’il panthéonise Jean Zay, pour qui le drapeau est un torche-cul…

Maintenant, c’est Fabius qui admet, à la suite du « président » Hollande, que la priorité est de battre Daesh et donc de s’appuyer sur les troupes loyalistes de Bachar El Assad.

Tous ces braves gens ont-ils soudain découvert le fil à couper l’eau tiède, sont-ils tellement paniqués par les conséquences de leurs actes ou plus simplement par la déroute électorale qui s’annonce ?
En tout état de cause, en plus de leur incompétence, un tel comportement confirme leur manque total d’honneur et de respect des électeurs : quand on admet ainsi s’être radicalement trompé, on démissionne.

Charles Dewotine

Crédit photo : Parti socialiste via Flickr (CC) = Laurent Fabius

Les Valls hésitations sur le terrorisme

25/11/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Valls ne maîtrise plus sa communication… ou ses services. En huit jours, il a doublé le nombre de fiche S et celles collées à des « radicaux ». Mieux, lui qui fustigeait en janvier « l’apartheid social » refuse désormais toute « excuse sociale, sociologique culturelle » au terrorisme. 

Quand Valls ne maitrise plus sa communication… tiraillé entre son envie d’attiser la peur pour justifier ses mesures d’exception, la crainte de mettre au grand jour l’échec de sa politique et celle de ne pas faire d’amalgame, il se contredit en l’espace d’une semaine.
en huit jours, il a doublé le nombre de fiche S et celles collées à des « radicaux ». soit il se moquait de nous alors, soit il se moque de nous maintenant, soit les deux, hypothèse de loin la plus probable. Ainsi, dans Le Point du 14 novembre, on pouvait lire :

Il y a plus de 10 000 personnes qui sont sous cette fiche « S », a rappelé ce week-end le Premier ministre Manuel Valls.
Parmi elles, plus de la moitié sont fichées comme étant des islamistes radicaux ou des individus pouvant avoir un lien avec la mouvance terroriste.

Et dans le Petit Journal de Canal+ d’hier :

 

 
Plus fort encore, celui qui fustigeait en janvier dernier « un apartheid territorial, social, ethnique » à la suite des attentats contre Charlie Hebdo trouve désormais qu’« aucune excuse sociale, sociologique et culturelle » ne doit être cherchée au terrorisme après les attentats de Paris. Décidément, un vent de panique souffle sur le cabinet de Valls la tremblote. est-ce l’approche e la déroute annoncée aux régionales qui lui fait durcir son discours ?


Nos dirigeants sont-ils compétents ?

23/11/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
À l’heure où notre pays connaît des évènements durs et tragiques, nous pouvons saluer unanimement l’efficacité, le courage et l’abnégation de nos forces de l’ordre. Après avoir fait ce constat mérité pour ceux que l’on envoie en première ligne, que devons-nous penser de l’action de nos dirigeants ? Ont-ils été réactifs et performants, comme le prétend notre système de désinformation, ou ont-ils été laxistes et dépassés, comme l’affirment leurs véritables opposants ?

Depuis ce triste vendredi 13, marqué à jamais par la main sanglante de l’islamisme radical, les gardiens du dogme sans -frontiériste multiculturel musèlent systématiquement et aveuglement les dissidents à l’idéologie dominante du bien vivre ensemble. Sans jamais réellement nommer explicitement la menace, nos responsables politiques prétendent assurer la sécurité des Français. Sans jamais parler sérieusement du monde complexe de l’islam sunnite, sans jamais se référer aux problèmes liés à l’immigration, au communautarisme, à la fracture nationale, ils ont la prétention de nous dire en chœur : « nous serons les plus forts ! » Les yeux dans les yeux, ils nous demandent de leur faire confiance. La main sur le cœur, ils nous expliquent avoir compris, que la France sortira grandie de cette difficile épreuve. Accrochés solidement à leurs fonctions, ils sont certains de maîtriser la situation. Cette attitude est toujours surprenante. Avoir autant de certitudes après avoir accumulé autant d’échecs est tout bonnement stupéfiant ! À ce niveau, pour être autant incapable de se remettre en cause ou en question, cette pathologie relève certainement d’un sérieux trouble du comportement.

Lire la suite

Le grand retournement, par Jacques Sapir

Source : RussEurope
Il est désormais clair que nous sommes en train de vivre, en France, un retournement d’importance des conceptions politiques. On peut parler ici d’un grand retournement.

Ce retournement, nous l’avons payé de 132 morts, de dizaines de blessés. C’est un prix atroce. C’est un prix qui aurait pu, et qui aurait dû, être évité. Car, les causes de ce retournement s’annonçaient par de multiples indices et ce depuis des années. La responsabilité de ce prix incombe ici uniquement à notre personnel politique qui n’a ni su, ni voulu, voir les réalités, quoi qu’il en dise. Mais, au-delà, on peut penser que si l’on avait tenu compte du référendum de 2005, si l’on avait su écouter le peuple, il est possible que ce prix ait été moins lourd, voire qu’il eut pu être évité.
Il faudra, en son temps, débattre des responsabilités dans les attentats qui ont eu lieu ce vendredi 13 novembre. Aujourd’hui, il importe de prendre conscience du grand retournement auquel nous assistons.

Retournement vis-à-vis de l’Europe
Ce retournement, c’est d’abord la prise en compte de l’impuissance, voire de la nocivité, des institutions de l’Union européenne. Nous avons vu, dès 2013, que dans la lutte contre les fanatiques et les terroristes la France était seule, ou peu s’en faut. La prise d’otage de Bamako ce vendredi 20 novembre confirme l’importance de cette région dans la stratégie des groupes terroristes. En même temps que Paris était ensanglanté par les attentats du vendredi 13 novembre, le groupe criminel Boko Haram et ses divers supplétifs ensanglantaient le Nigéria, comme ils le font hélas régulièrement depuis des mois. On a peu parlé de ces attentats, mais ils ne sont pas moins cruels, pas moins inacceptables que ceux qui ont endeuillé Paris. La France porte donc seule en Europe le poids de cette lutte quotidienne. Nous voyons aujourd’hui que les mêmes pays dont les dirigeants parlent si fort de fédéralisme ont refusé la mise en commun des renseignements qui, peut-être, auraient pu empêcher que les attentats du 13 novembre aient lieu.

Lire la suite

Liens entre infiltration de djihadistes et de filières de clandestins : Valls passe aux aveux

20/11/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)

Manuel Valls a avoué hier au « 20 heures » de France2 qu’il y a bien un lien entre infiltration d’islamo terroristes et arrivée massive de clandestins sur le sol européen. À propos des auteurs des attentats sanglants de vendredi dernier, le Premier ministre a déclaré, je cite : « Ces individus ont profité de la crise des réfugiés (…) de ce chaos, peut être, pour, certains d’entre eux, se glisser », fin de citation. Comprendre : « se glisser en France et en Europe ».

Une information stupéfiante qui devrait provoquer un séisme dans la classe politique
Elle met en évidence l’action criminelle du président Hollande et de ses complices européens, Merkel en tête, qui ont délibérément fait entrer des troupes djihadistes sur notre sol. Ces gens là ont du sang sur les mains. Valls a également avoué ne pas savoir, je cite : « Si des groupes, des individus, qui sont directement liés à l’attaque de vendredi soir sur Paris, sur Saint-Denis » étaient encore actifs. Ajoutant : « Nous ne le savons pas encore. On peut l’imaginer. Et c’est la raison pour laquelle la menace est toujours présente et va être longue et permanente ».

Ce qui n’a pas empêché l’Élysée d’annoncer, hier également, l’arrivée de 30 000 clandestins supplémentaires dans notre pays au cours des deux prochaines années
Une décision proprement aberrante et criminelle. Il faudra un jour se souvenir qu’« ils » ont fusillé Brasillach pour « intelligence avec l’ennemi ».

État d’urgence : Jusqu’où aller trop loin?

Source : HASHTABLE
Nous ne partageons pas forcément les convictions libérales de ce blogueur. Pourtant, son billet sur l’état d’urgence est la meilleure chose que nous ayons lue à ce sujet (on lira aussi avec profit cet autre billet). Avec un sens de l’opportunisme qui force le respect, le pouvoir saute sur chaque occasion pour se renforcer. Ce fut l’émotion obligatoire du « nous sommes tous Charlie » en janvier, c’est maintenant la peur qui est instrumentalisée pour faire passer un état d’urgence liberticide et bien plus dirigé contre les opposants politiques du pouvoir – dont NOVOpress et ses lecteurs sont la première ligne — que contre les djihadistes. Notre liberté est fragile, prenons-y garde !

Pour la première fois depuis la guerre d’Algérie, l’état d’urgence a été décrété sur l’ensemble du territoire. Cela n’est guère fréquent, dans la vie d’une démocratie, que, d’un coup, on bascule ainsi dans un autre mode de gestion au jour le jour.

En effet, et même si l’ensemble de la presse et des politiciens semble avoir pris la nouvelle avec un stoïcisme tangentiel à l’abrutissement, l’état d’urgence peut impliquer la possibilité de restreindre la circulation des personnes et des véhicules dans des lieux et à des horaires déterminés (ce qui laisse la possibilité aux préfets d’instaurer un couvre-feu dans les secteurs exposés à des risques importants de trouble à l’ordre public), de restreindre l’accès à certains lieux, certains bâtiments (publics ou privés), d’interdire de séjour certains individus, de renforcer le contrôle aux frontières, de réquisitionner biens et personnes pour le maintien de l’ordre public.

Cela peut aussi signifier l’interdiction de manifestations, des restrictions pour la presse et les médias en général voire leur prise de contrôle, bref, un cortège de mesures qui ne sentent pas forcément très bon la liberté. Ces derniers éléments sont d’ailleurs soigneusement passés sous silence par le ministre de l’Intérieur lorsqu’il rappelle de quoi il retourne avec cet état d’urgence : il évoque bien les nouvelles prérogatives des préfets, mais on n’entendra pas parler des autres aspects (article 11 notamment) de cet état.

Lire la suite

Tareq Oubrou : « Qu’est-ce qu’attend Manuel Valls pour fermer certaines mosquées ? »

17/11/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Tareq Oubrou, écrivain et imam français (à Bordeaux) né au Maroc, est connu pour ses prises de position publiques en faveur d’un islam libéral. Il plaide pour une “visibilité discrète” de la religion musulmane et considère que la lecture du Coran doit être réactualisée, de même que l’enseignement du monde musulman à l’école. Interrogé par Jean-Jacques Bourdin, il approuve la fermeture des mosquées radicales, au nom du respect de la loi française.

UMPS : La fusion

13/11/2015 – POLITIQUE (8482 Présent)

Ça devait finir par arriver ! Après un long concubinage, ils vont régulariser. C’est Manuel Valls qui l’a annoncé : le temps n’est plus à la complicité, ni même à l’union, mais à la fusion entre le PS et Les Républicains. Pour l’instant, il ne s’agit que de noces nordistes. Afin d’empêcher Marine Le Pen de l’emporter lors des régionales, il faudra donc que les listes socialistes et républicaines fusionnent. Ce qu’il a confié à des journalistes en privé, il l’a répété en public au Sénat. Il a même assuré que « ceux qui écartent aujourd’hui cette hypothèse mentent aux Français : il faudra bien trouver, si cette situation se présente, une solution, le soir du premier tour ».
8482 P1
Cela signifie d’abord que le plébiscite en faveur de Marine Le Pen est si puissant que le simple retrait de la liste PS ou LR – le fameux « front républicain » – ne suffirait pas à la faire battre. Et ce n’est même pas certain en cas de fusion ! Il faudrait qu’une majorité d’électeurs de gauche votent pour la droite libérale ou l’inverse, ce n’est pas gagné. Ces combines politiciennes, ces traquenards d’états-majors que vomissent les Français ne peuvent empêcher que monte encore la vague en faveur du Front national, au contraire.

Ce que veut imposer le Premier ministre permet à ceux qui en doutaient encore de se rendre compte que ce qui sépare Les Républicains des socialistes est aussi épais qu’une feuille de papier à cigarette. Valls invoque les idéaux de la République, alors qu’il mendie auprès des Républicains quelques places sur leur liste pour que les socialistes ne soient pas totalement absents de l’assemblée régionale.

Certes, à gauche comme à droite, on repousse la perspective ouverte par le chef de la majorité. Car c’est évidemment anticiper la défaite, ce qui n’est guère mobilisateur ou, si ça l’était pour la gauche, pourquoi ses électeurs, quitte à voter pour la droite, ne le feraient-ils pas dès le premier tour ? Ceux qui ne veulent pas de ce mariage aujourd’hui diront-ils non au soir du 6 décembre, quand il s’agira de s’assurer une poignée de strapontins au conseil régional ? Si, dans le Nord, le sarkozyste est devancé par le socialiste, ne trouvera-t-il pas des charmes à la proposition de Valls ? Il se murmure déjà qu’en cas de fusion, selon l’ordre d’arrivée, la tête de liste LR pour le second tour serait Valérie Létard et celle du PS Frédéric Cuvelier.

De toute façon, Valls ne se soucie guère des états d’âme des uns et des autres. Il voit plus loin que les régionales dans le Nord qui, pour lui, sont déjà perdues, tout comme la présidentielle de 2017. Sur les ruines du PS, il entend bâtir une nouvelle majorité, dont il jette les bases dès maintenant. Il l’a dit : « Marine Le Pen est au second tour, il faut bien être conscient que celui qui sera élu face à elle le sera avec des électeurs de droite et de gauche. » Et de donner en exemple la grande coalition en Allemagne, où conservateurs et sociaux-démocrates gouvernent ensemble. Conclusion ? Il n’y a plus aujourd’hui qu’une seule alternative véritable à l’UMPS dans le pays, ce qui sera encore plus vrai demain : le Front national.

Guy Rouvrais