Au cœur des Balkans : l’invasion migratoire « tranquille » de l’Europe

22/01/2016 (TV LIBERTÉS) – L’Allemagne est en émoi après les agressions sexuelles de Cologne. De son côté, l’Autriche vient d’annoncer un rétablissement du contrôle aux frontières. Toutefois, cela ne signifie pas le blocage à la frontière autrichienne du flux de migrants qui continue d’arriver à raison de plusieurs milliers de personnes par jour.

En amont, malgré la fermeture de la frontière hongroise, malgré l’hiver et malgré le silence médiatique, le flux migratoire continue de transiter par les Balkans avant d’arriver en Autriche et en Allemagne.
Une équipe de TV Libertés, conduite par Nicolas de Lamberterie, s’est rendue sur place pour étudier la façon dont les pays des Balkans s’organisent pour gérer ce phénomène. Un document exclusif que nous vous invitons à découvrir et à faire connaitre.

https://www.youtube.com/watch?v=tJbwLcwZEkQ

Parlement européen : quotas obligatoires d’immigrés dans tous les États

21/01/2016 – EUROPE (NOVOpress)

Le voici enfin ! Le grand rapport sur l’immigration (en novlangue, « rapport d’initiative stratégique sur la situation en Méditerranée et la nécessité d’une approche globale de l’Union européenne vis-à-vis des migrations », destiné à définir « la position officielle du Parlement européen sur l’immigration ») confiée à Kashetu Kyenge, l’ancienne clandestine devenue politicienne de gauche en Italie, et à la maltaise Roberta Metsola (du Parti populaire européen, le groupe censément conservateur où siègent les « Républicains » — UMP) est enfin prêt. Il sera discuté dans les prochaines semaines à la commission « Libertés publiques » du Parlement européen, et en séance plénière en mars ou avril.

« Le rapport,comme l’explique fièrement Kyenge, a une approche globale et pas seulement sécuritaire et en termes d’urgence ». Outre des dispositions tristement prévisibles, comme « un mécanisme européen permanent de recherche, de sauvetage et d’assistance des migrants en péril », pour aller chercher en mer toujours plus de clandestins, la principale nouveauté est d’introduire des quotas. Mais attention, pas des quotas pour limiter le nombre d’immigrés, mais au contraire pour l’augmenter encore.

Kyenge a fièrement expliqué ce beau mécanisme devant les caméras. Chaque État européen se verra attribuer un quota obligatoire de « migrants ». Une fois qu’un État aura atteint son quota, on enverra les « migrants » dans les autres États. Et lorsque tous les États ont leur quota ? Eh bien, « on retourne au premier pays qui a déjà atteint son seuil » et on lui colle un nouveau quota. Et ainsi de suite, jusqu’à extinction – la nôtre, bien entendu. C’est ce que la Congolaise la plus célèbre d’Italie appelle « le principe de la solidarité et du juste partage des responsabilités ». En d’autres termes, l’organisation planifiée de l’invasion.

Allemagne : l’horreur du quotidien d’un camp de réfugiés vu de l’intérieur

21/01/2016 – EUROPE (NOVOpress)
Menaces de mort contre les bénévoles, comportements provocants, mensonges, faux documents, violences verbales, misogynie, agressions sexuelles et physiques : voilà les pressions ordinaires auxquelles doivent faire face les travailleurs sociaux allemands dans les « centres de réfugiés », selon une employée désabusée qui a rompu le silence imposé sur le sujet des immigrants.

Une travailleuse sociale allemande — demeurée anonyme pour des raisons de sécurité — a donné lundi une interview à la chaîne d’information allemande N24 TV sur son quotidien dans un « Centre d’accueil » de Hambourg.
Ce documentaire, intitulé « Ich halte es dort nicht mehr aus » — je ne peux plus le supporter —, commence en décrivant son enthousiasme initial pour aider les « réfugiés » qu’elle avait soutenus au moment de leur arrivée.
« J’ai postulé pour ce travail, car c’était exactement ce que je voulais faire, » déclare-t-elle. « Au moment où j’ai obtenu le poste, j’étais extatique : je pouvais vraiment faire quelque chose de concret pour aider les réfugiés et plus seulement les soutenir en manifestant. » Et voilà pourquoi, a-t-elle poursuivi, « je suis allé si joyeuse à mon premier jour de travail dans le centre d’accueil. »
« Naturellement, j’étais très excitée comme on l’est toujours pour le premier jour d’un nouvel emploi… c’est vraiment vraiment super ici, je me disais à moi-même. »

Lors des jours suivants, dit-elle, elle se plongea dans son travail, qui consistait à fournir des conseils aux 1500 immigrants du centre.
« J’étais responsable pour répondre à tous les problèmes sociaux des réfugiés, de les aider dans la procédure de demande d’asile et de prise de rendez-vous médicaux lorsqu’ils en avaient besoin, » dit-elle à N24.

Et donc les premiers réfugiés sont venus dans mon bureau. Dès les premières visites, j’ai réalisé que ma vision très positive et idéaliste et leur comportement étaient très différents de la réalité.

« Honnêtement environ 90 pour cent de ceux qui j’ai conseillé étaient désagréables. Beaucoup d’entre eux étaient très exigeants. Ils venaient pour exiger que je leur trouve un appartement, une voiture et un très bon travail. Quand je leur ai dit que ce n’était pas possible, ils criaient et devenaient très agressifs. Un Afghan a menacé de se tuer devant moi [si je ne l’aidais pas dans ses exigences].
Et un certain nombre de Syriens et Afghans ont déclaré qu’ils feraient une grève de la faim jusqu’à ce que je les envoie vers un autre endroit. Un Arabe a menacé une collègue de nous décapiter ! »
En raison de ces menaces de mort « et d’autres choses », a-t-elle poursuivi, nous devions appeler la police pour notre protection « plusieurs fois par semaine. »

Lire la suiteAllemagne : l’horreur du quotidien d’un camp de réfugiés vu de l’intérieur

Mayotte au bord de la guerre civile ?

21/01/2016 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

C’est ainsi que Mansour Kamardine, l’un des anciens députés du 101e département français, voit la situation explosive de l’île. La Cour des comptes a récemment publié un rapport apocalyptique sur celle-ci. Non contente d’avoir le taux de chômage le plus élevé de France, Mayotte possède des systèmes fiscaux, éducatifs et répressifs défectueux.

Faut-il blâmer la départementalisation ?
Celle ci, qui a eu lieu en 2011, a été « Insuffisamment préparée » selon la Cour des comptes. De l’aveu même du député, l’État est « quasiment absent », et la dotation dont devait bénéficier le territoire s’est considérablement réduite. D’un autre côté, la décentralisation a provoqué un clientélisme phénoménal, au point que le conseil départemental soit désormais le premier employeur de l’île.

L’immigration est également un problème
Si l’Europe subit actuellement une vague migratoire, ce qui arrive à Mayotte relève du tsunami. Toujours selon le député « La population d’origine mahoraise est aujourd’hui minoritaire » et 75 % des nouveau-nés de 2015 étaient étrangers et clandestins. Ainsi, la route maritime vers Mayotte « Est une gigantesque autoroute à huit voies à sens unique sur laquelle le trafic est intense 24 heures sur 24 ».

Cela ne va pas sans une montée des tensions
Avec les clandestins, en très large majorité des Comoriens, arrivent des « Individus qui s’improvisent imams ou maîtres coraniques » prônant un islam radical. Et cela sans que l’État réagisse. C’est donc la population qui se sent obligée de réagir : elle a ainsi récemment détruit deux mosquées radicales pour montrer son opposition à ce qui y était prêché.

France : vers une dictature ultra-libérale communautaire à l’américaine ?

Source : Boulevard Voltaire
Tout le monde comprend que c’est le patronat qui exige l’immigration de masse pour écraser les salaires.

Depuis 2005, quand la quasi-totalité de la caste médiatico-politique s’est essuyé les pieds sur le vote populaire majoritaire, on s’achemine vers une dictature ultra-libérale communautaire à l’américaine.
Elle se partage le pouvoir en alternance depuis que l’ex-PCF anti-immigrationiste s’est rallié au libéralisme et que le FN n’est pas encore assez puissant pour y faire barrage.

Tout le monde comprend que c’est le patronat qui exige l’immigration de masse pour écraser les salaires, mais aussi un flux sans fin, car il faut mettre en concurrence les derniers arrivés des migrants, prêts à tout accepter et subir et moins exigeants que ceux qui les ont précédés.

Lire la suiteFrance : vers une dictature ultra-libérale communautaire à l’américaine ?

Une animation montre le flux de “migrants” vers l’Europe

16/01/2016 – EUROPE (NOVOpress)
Une animation qui se propose de représenter le flux de “migrants” vers l’Europe entre le 1er janvier 2012 et le 30 novembre 2015.


Terroristes potentiels parmi les « réfugiés » : premier exemple relevé par la presse

12/09/2015 – FRANCE (NOVOpress)
L’OTAN, Frontex et d’autres agences de sécurité avaient envisagé cette possibilité, Daesh l’avait annoncé, c’est maintenant établi : des terroristes liés à l’État islamique se dissimulent parmi les « réfugiés ».

Comment ne pas prendre au sérieux la possibilité que les flots de clandestins qui submergent l’Europe abritent des « combattants » de l’État islamique ? Si la vague migratoire est en elle-même une arme, elle est aussi un formidable outil d’infiltration de terroristes ou simplement d’agitateurs et de prosélytes.
Une réalité que nos élites se gardent bien de mentionner, refusant même que les municipalités dans l’obligation d’accueillir des « réfugiés » choisissent des chrétiens, moins susceptibles de dissimuler des dangers publics.

C’est dans ce contexte politico-émotionnel absurde que les forces de l’ordre essaient de faire leur travail. Elles ont ainsi identifié un sbire de l’État islamique qui est susceptible d’avoir rejoint Calais avec des migrants afin de se rendre en Angleterre pour y commettre des attentats. L’individu, qui a quitté la Syrie fin août, a les honneurs d’une « Fiche S » pour sûreté de l’État.

Les associations présentes autour de la « jungle » de Calais (le camp sauvage de clandestins aux abords de la ville) admettent la possibilité que cette zone non contrôlée serve de refuge à des terroristes, mais se montrent sceptiques, comme Claudine, de l’association Salam :

Si un djihadiste veut aller en Angleterre, il n’a pas besoin de se cacher. Il aura de l’argent, un faux passeport, un réseau. Pas comme nos copains migrants qui galèrent pour demander l’asile ou pour passer en Angleterre.

La brave Claudine méconnaît la nature du terrorisme « low-cost » dont est coutumier l’État islamique. Outre la radicalisation des populations autochtones (de type Merah, Coulibaly, etc.), Daech fonctionne avec de jeunes fanatiques, rapidement entraînés, aisément remplaçables, qui se débrouillent pour commettre des actes aussi barbares que possible, mais ne demandant pas de forte logistique (égorgement en public, attaque à la voiture bélier…). Bref, qui ont toute leur « place » en nombre parmi les hordes de clandestins.

Crédit photo : Jey OH photographie via Flickr (CC) = “Quand il faut s’en aller”

Submersion de l’Europe par les vagues migratoires : une arme de destruction massive du vieux continent…

07/09/09/2015 – MONDE (NOVOpress avec le Kiosque Courtois)
En regardant les images diffusées en boucle sur le blocage de la gare de Budapest débordée par des “réfugiés” syriens ou d’ailleurs, personne n’a vérifié, une idée s’impose: ce ne sont pas des migrants, ce sont des combattants.

C’est en tout cas ce qu’affirme, documents à l’appui, Karine Bechet Golovko dans son blog Russie Politics. Dans un article intitulé « L’arme migratoire et le Maïdan européen », la journaliste s’interroge sur la nature des soi disant « réfugiés » qui ont bloqué la gare Centrale de Budapest en début de semaine. « En regardant les images diffusées en boucle, affirme t elle, une idée s’impose : ce ne sont pas des migrants, ce sont des combattants ». Et Karine Bechet Golovko de poursuivre :

On voit une foule compacte, organisée et volontaire [On voit] des meneurs agiter la foule, la diriger. Ce n’est pas un groupe de migrants épuisés par le trajet, qui, enfin, arrive sans force en Europe, après tant d’horreurs, après la faim, après la guerre. C’est un groupe de combattants.

Migrants désespérés ou combattants organisés ?
Migrants désespérés ou combattants organisés ?

Les images qu’elle commente en ces termes sont tout à fait parlantes et l’idée d’une « Cinquième colonne » islamiste mettant à profit les flots de « réfugiés » pour envahir l’Europe vient naturellement à l’esprit. Dans une de ses dernières vidéos, Daech évoque 500 000 djihadistes qui seraient, à terme, opérationnels sur le sol européen. Même si ces chiffres sont exagérés — mais qui peut les infirmer ? — il n’est pas douteux que l’État islamique devrait rapidement disposer, les choses étant ce qu’elles sont, d’une force de frappe susceptible de créer une situation de chaos en Europe.

L’immigration est devenue une arme de déstabilisation massive, en conformité avec la théorie du chaos contrôlé, développée par les États-Unis

n’hésite pas à affirmer pour sa part l’écrivain Alexandre Prokhanov dans une récente tribune publiée dans le quotidien russe Les Izvestia. Quant à l’ONU, elle préconise, dans un rapport de mai 2011, l’entrée sur le territoire européen de 150 millions d’immigrés d’ici 2050. Ce n’est donc qu’un début…

Lire la suiteSubmersion de l’Europe par les vagues migratoires : une arme de destruction massive du vieux continent…

Valls : fermeté… dans le laxisme face à l’immigration massive

31/08/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
L’œil sombre, le ton martial et la chemise trempée, Valls a martelé durant l’université d’été du PS sa volonté de rester ferme… dans les bons sentiments face à l’immigration massive.

« Volontarisme », « constance » ont été les leitmotivs de Manuel Valls, dans son rôle bien rôdé de matamore à la petite semaine, tentant de séduire les militants PS, notamment son aile gauche et les jeunes socialistes qui l’avaient hué la veille.
Il a ainsi souhaité affirmer « toute la responsabilité » du gouvernement face à la problématique de l’afflux des clandestins versant sa petite larme sur la découverte de « ces corps entassés, ces destins brisés » dans des camions clandestins qui s’échouent dans l’espace Schengen, le Premier ministre a assuré : « Notre devoir est de trouver des réponses durables, fondées sur des valeurs. Humanité, responsabilité. Car nous sommes viscéralement attachés au droit d’asile. Chaque demande doit être examinée. »

Pas un mot bien naturellement sur la responsabilité réelle du gouvernement, celle d’avoir permis, encouragé, ces vagues migratoires, dans droit fil de la politique de Bruxelles. Pas un mot non plus sur le respect du droit et de nos lois, bafoué par ceux-là mêmes qui sont chargés de son application et qui favorisent au contraire par leur laxisme les fauteurs de troubles, clandestins violents de Calais, Roms assassins ou perturbateurs…

Lire la suiteValls : fermeté… dans le laxisme face à l’immigration massive