Photovoltaïque : vers un « bonus » pour le « made in Europe »

Photovoltaïque : vers un « bonus » pour le « made in Europe »

15/10/12 – 18h00
PARIS (NOVOpress) – Se dirige-t-on vers une prise de conscience de la nécessité d’un « patriotisme économique » au niveau français et européen ? On en est encore évidemment bien loin mais il s’agit là d’une petit signe en ce sens : pour faire face au « dumping » des concurrents, notamment chinois, et pour favoriser les fabrications européennes, le gouvernement prévoit de bonifier de 10 % le tarif d’achat pour le photovoltaïque « made in Europe ».

Une bonne nouvelle pour un secteur relativement sinistré par la conjugaison européenne de la baisse des subventions publiques dans de nombreux pays et d’une forte concurrence des produits asiatiques.

Déjà annoncée par Nicolas Sarkozy en février 2012 puis reportée, la bonification de 10 % du tarif d’achat photovoltaïque pour les produits « made in Europe » devrait finalement être mise en place prochainement.

Crédit photo :  Mr__H via Flickr (cc)

Pacte budgétaire européen : la course contre la montre de François Hollande

Pacte budgétaire européen : la course contre la montre de François Hollande

08/10/2012 — 16h00
PARIS (NOVOpress) — Tant l’autorité que la popularité de François Hollande traversent une bien mauvaise passe: la presse de gauche allemande ne peut que le reconnaître. Il se voyait récemment encore dans la peau d’un avant-gardiste, inspirant à l’Europe de nouvelles voies pour améliorer la situation économique et l’emploi, mais aujourd’hui sa propre majorité lui cause bien des soucis. Communistes et Verts, mais aussi certains socialistes, voient dans le pacte de stabilité européen un frein à la croissance et une destruction d’emplois programmée.

Certes, d’un point de vue purement comptable, la majorité lui est acquise, mais avec les voix de l’UMP dont les députés se font un plaisir de répéter à qui veut l’entendre, que le nouveau pacte est à la virgule près identique à celui mis au point par le couple Merkel-Sarkozy en mars dernier. Et le visionnaire auto-proclamé qui pourrait faillir à convaincre son propre camp, craint à l’évidence une perte de crédibilité supplémentaire, tant en France qu’en Europe.

Lire la suitePacte budgétaire européen : la course contre la montre de François Hollande

« Sauver les démocraties en Europe » : la pensée du président tchèque Vaclav Klaus

« Sauver les démocraties en Europe » : la pensée du président tchèque Vaclav Klaus

Les dirigeants politiques européens sont dans l’ensemble d’une grande médiocrité intellectuelle et morale. Président de la République tchèque depuis 2003, Vaclav Klaus est l’exception qui confirme la règle. Homme d’Etat courageux, Vaclav Klaus combat le politiquement correct. Attaché à la spiritualité européenne, Vaclav Klaus ne la confond pas avec l’Union européenne dont il dénonce l’ingénierie sociale. Intellectuel brillant, le président tchèque développe la pensée d’un libéral traditionaliste dans son dernier ouvrage : Sauver les démocraties en Europe qu’Abbon présente aux lecteurs de Polémia.
Polémia

Sauver les démocraties en Europe, tel est le titre sous lequel les Editions François-Xavier de Guibert offrent au lecteur français la chance de prendre connaissance de la pensée de Vaclav Klaus, à travers la présentation de 26 textes traduits en français – articles ou discours adressés, entre 2003 et 2011, soit à ses compatriotes, soit aux instances européennes, soit à des publics allemand, anglais ou américain.

Lire la suite« Sauver les démocraties en Europe » : la pensée du président tchèque Vaclav Klaus

La pollution de l’air réduit l’espérance de vie dans l’Union européenne

La pollution de l'air réduit l'espérance de vie dans l'Union européenne

05/10/12 – 18h00
PARIS (NOVOpress)
– La pollution de l’air réduit la durée de vie des individus de près de deux ans dans certaines régions de l’Union Européenne, selon un rapport de l’Agence européenne environnementale (AEE) qui met en évidence le peu de résultats concrets des politiques affichées de lutte environnementale, même si législation européenne a cependant permis de réduire légèrement la quantité de certaines toxines rejetées par les pots d’échappements et les cheminées industrielles en Europe.

Lire la suiteLa pollution de l’air réduit l’espérance de vie dans l’Union européenne

Euro : nouvelles du front par Hervé Juvin

Les sujets de préoccupation macro économiques ne manquent pas. Certains peuvent même être dits “géo-économiques”. Entendre dire par le président français nouvellement élu que nous nous trouvons face à une crise d’une gravité exceptionnelle est l’aveu d’une situation et d’une impuissance trop souvent constatée par le passé.

Lire la suiteEuro : nouvelles du front par Hervé Juvin

De l’indépendance énergétique américaine – Par Hervé Juvin [vidéo]

La question de l’indépendance énergétique américaine, abordée en juin dernier par Hervé Juvin sur Realpolitik.tv, a désormais envahi la sphère publique et particulièrement la scène de la campagne présidentielle américaine. Il s’agit bien d’un coup de tonnerre, qui pourrait changer la donne géopolitique mondiale.

Les Etats-Unis, conclut Hervé Juvin, affichent dorénavant face aux dérives de la mondialisation un protectionnisme sans complexes, réalisme, priorité de l’intérêt national et préférence nationale, sans honte. “On peut s’interroger pour savoir si certains de ces éléments de la politique américaine ne seraient pas, pour une fois, des produits d’importation utiles à l’Europe.”

Lire la suiteDe l’indépendance énergétique américaine – Par Hervé Juvin [vidéo]

Pacte budgétaire européen : le gouvernement met les députés sous pression

Pacte budgétaire européen : le gouvernement met les députés sous pression

21/09/2012 — 08h00
PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) –
Ce nouveau traité européen, hérité de Nicolas Sarkozy, est soutenu par le gouvernement actuel, mais très critiqué par l’aile gauche du Parti socialiste, selon qui il condamnerait la France à l’austérité. Alors que vont s’ouvrir les journées parlementaires du parti, le gouvernement s’emploie donc par tous les moyens à convaincre l’ensemble des députés socialistes de voter ce texte.

Lire la suitePacte budgétaire européen : le gouvernement met les députés sous pression

Euroscepticisme : les Français auraient aujourd’hui dit non à Maastricht

Euroscepticisme : les Français auraient aujourd’hui dit non à Maastricht

19/09/2012 — 18h40
PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) —
Souvenez-vous du 7 février 1992. Après une longue campagne à sens unique, le OUI au traité de Maastricht l’emportait, de justesse à 51% contre 49%, sur les opposants au fédéralisme européens dénigrés par les politiques et la presse. Quelques années plus tard, sans l’accord des citoyens membres de l’UE et parfois à l’opposé de leurs souhaits — comme en Irlande par exemple — le traité de Lisbonne ratifiait davantage l’accord passé entre les nations membres de l’Union européenne et imposait une constitution à ces pays (photo : Commission Européenne à Bruxelles).

Lire la suiteEuroscepticisme : les Français auraient aujourd’hui dit non à Maastricht

Panneaux photovoltaïques: la Chine accusée de « dumping »

Panneaux photovoltaïques: la Chine accusée de « dumping »

11/02/12 – 20h00
BRUXELLES (NOVOpress) 
– Nouvelle exemple des joies de la mondialisation et du grand marché « libre et ouvert » : les équipementiers européens se sont vu dépouillés en quelques années de près de 80 pour cent du marché de l’Union Européenne par des entreprises chinoises aujourd’hui accusées d’avoir pratiqué du « dumping » tarifaire.

Lire la suitePanneaux photovoltaïques: la Chine accusée de « dumping »

La Bulgarie renonce à l’euro

La Bulgarie renonce à l’euro

05/09/2012 — 12h00
SOFIA (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) — La Bulgarie, l’un des États les plus pauvres de l’Union européenne, a rejeté par la voix de son ministre des Finances, Simeon Djankov, l’adhésion à l’union économique et monétaire, autrement dit, à l’euro. Il a justifié cette décision, au nom de son gouvernement, par la difficile situation financière du pays et la confusion qui règne au sein des institutions de décisions qui entretiennent l’euro. Selon lui, l’adoption de la monnaie unique pèserait trop lourd sur l’économie et les finances du pays, sans qu’il en retire des avantages substantiels. La dette publique bulgare est l’une des plus faibles de l’Union.

Le pragmatisme semble ainsi l’emporter sur l’idéalisme politique.

Crédit photo : DR

[Tribune libre] Survie de l’euro ou hyper-inflation et retour à l’étalon or ? Par Marc Rousset

Survie de l’euro ou hyper-inflation et retour à l’étalon or ? Par Marc Rousset

Il est temps pour les socialistes  d’arrêter de croire au Père Noël ! Gerhard Schroeder a fait de l’Allemagne un pays plus compétitif que la France avec un écart qui n’est plus tenable.  Si des mesures courageuses et drastiques ne sont pas prises immédiatement en France, l’Union monétaire va tout simplement éclater ! Il y aura alors retour aux monnaies nationales avec des très fortes dévaluations, l’hyper-inflation et un possible retour à l’étalon or !

Lire la suite[Tribune libre] Survie de l’euro ou hyper-inflation et retour à l’étalon or ? Par Marc Rousset

Rome : Casapound manifeste pour le charbon italien et l’autonomie européenne [vidéo]

Rome : Casapound manifeste pour le charbon italien et l'autonomie européenne [vidéo]

31/08/12 – 15h15
ROME (NOVOpress)
– C’est symboliquement devant le siège de la représentation de la Commission européenne en Italie, à Rome, que ce sont rassemblés aujourd’hui les militants du mouvement Casapound, renversant quelques sacs de charbon devant l’entrée du bâtiment.
La centaine de militants a alors déployé une grande banderole, sur laquelle on pouvait lire “Défendre le charbon italien, Autosuffisance européenne“, afin d’exprimer leur solidarité avec les mineurs italiens qui manifestent pour leur droit au travail. L’action visait également à dénoncer la politique de l’UE, qui interdit les aides d’État au secteur minier italien alors qu’elle autorise les subventions à la production de charbon allemand et confère des millions de subventions au secteur financier.

Lire la suiteRome : Casapound manifeste pour le charbon italien et l’autonomie européenne [vidéo]

27 milliards d’euros rien que pour eux ! L’argent coule à flots pour les Roms !

27 milliards d'euros rien que pour eux ! L’argent coule à flots pour les Roms !

Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault a levé certaines restrictions pesant sur l’emploi des Roms en France, qui seraient aux alentours de 15 000, suscitant la joie de la Commission européenne. Et pour cause : c’est elle qui l’exigeait ! Le plus ahurissant est encore ailleurs : dans les 27 milliards d’euros que l’Union européenne met à disposition des pays de l’UE pour « insérer » les Roms ! En pleine crise économique et financière, les Roms ont priorité sur « les non-Roms » !

Lire la suite27 milliards d’euros rien que pour eux ! L’argent coule à flots pour les Roms !

Incapacité gouvernementale : les vols vers la Syrie fonctionnent toujours

Incapacité gouvernementale : les vols vers la Syrie fonctionnent toujours

29/07/12 – 18h00
PARIS (NOVOpress)
– Le gouvernement socialiste de François Hollande se révèle incapable de faire appliquer l’embargo décrété par l’Union européenne contre la Syrie. En effet, les avions de la Syrian Arab Airlines (SAA) ne devraient plus décoller ni atterrir sur le sol français, la compagnie aérienne étant considérée comme une « entreprise publique contrôlée par le régime et apportant un soutien financier à celui-ci».

Pourtant, comme le révèle le quotidien Le Parisien, des Syriens de France continuent à regagner leur pays via les vols de la Syrian Arab Airlines.

Quoi que l’on puisse penser des mesures de rétorsions prises contre le régime de Bachar El-Assad, l’impéritie du gouvernement, totalement inapte à les faire appliquer sur son propre sol, se révèle particulièrement inquiétante.

Extrêmement embarrassé, le ministère des Affaires étrangères n’est parvenu jusqu’à présent qu’à balbutier de piètres excuses, arguant que « ces décisions sont complexes à mettre en œuvre sur le plan technique, et qu’elles seront appliquées dans quelques jours. »

Crédit photo Deanster1983 via Flickr (cc)

[Lu sur le Net] “Vers un monde sans Union européenne ?” par Alexandre Latsa

[Lu sur le Net] “Vers un monde sans Union européenne ?” par Alexandre Latsa

19/07/2012 — 10h00
via RIA NOVOSTI Les Espagnols auront entendu au moins une bonne nouvelle durant cette année 2012: ils ont bien la meilleure équipe de football d’Europe. Mais une sombre coïncidence se confirme: les derniers vainqueurs de l’euro de la décennie sont dans une situation proche de la faillite économique, Grèce (2004) et Espagne (2008 et 2012).

En Europe, pas un mois sans une “réunion de la dernière chance”, pas un jour sans que les mots “marchés financiers” ou “crise financière” ne viennent inquiéter la grande majorité des européens quand à leur avenir proche. Mois après mois ces réunions entre membres de l’Union Européenne construisent toutes des solutions provisoires, pour éviter l’éclatement de la zone Euro, et peut être celui de l’Union Européenne. Pour les citoyens des pays de l’union, le spectacle devient tragique : les pays à bout de souffle demandent comment emprunter encore plus, les autres donnent des conseils : travailler plus et gaspiller moins.

Les mauvais élèves de la classe (“les médiocres” dirait le politologue Biélorusse Vadim Gigin) espèrent que les élections en Allemagne en 2013 verront la chute politique du système Merkel, afin de permettre la mise en place d’euro-bonds destinés à mettre en commun (mutualiser) les dettes d’états via des euro-obligations. Ce système d’euro-bonds aurait pour conséquence directe qu’en cas de faillite d’un Etat les autres seraient “tenus” de rembourser sa dette. Autrement dit, il s’agit de faire payer l’ensemble des états encore relativement sains en jouant sur le principe de “solidarité financière”. Et peut être un choc psychologique pour les marchés, destinée à aider les derniers de la classe, en faisant baisser les taux d’intérêts spéculatifs.

(…)

La crise vient d’outre-Atlantique, c’est une crise de tout le système occidental, et l’Europe paye aujourd’hui très cher les conséquences en chaine de la crise des subprimes américaines. Le monde a changé à une vitesse fulgurante. L’opposition des idéologies communiste et libérale/occidentale avait au moins le mérite de structurer la planète. Lors de la victoire de l’idéologie libérale, une idée nouvelle est apparue : un accord planétaire, autour d’un modèle économique et politique, idéal et unique, serait peut être possible. La victoire du modèle capitaliste paraissait définitive, et on pensait généralement que l’idéologie du vainqueur serait fonctionnelle, peut être pour toujours. On a même rêvé à cette époque de la fin historique des idéologies. Pour Francis Fukuyama par exemple, l’Histoire devait en effet s’achever le jour où un consensus universel sur la démocratie mettrait un point final aux conflits idéologiques.

Or, 23 ans seulement après la parution de la thèse de Fukuyama, ce système “global-occidental” (globalitariste disent ses détracteurs) parait de moins en moins fonctionnel, et ce consensus universel sur la démocratie plus vague que jamais.

Où est passé l’optimisme qui régnait en occident au moment de la disparition de l’URSS? Et cette idéologie libérale démocratique mondialiste idéale qui allait enrichir tous les peuples de la planète? On comprend peu à peu que si l’idéologie libérale a accéléré la globalisation, cette globalisation a sans doute directement contribué à la destruction de la domination occidentale, via l’affaiblissement de son idéologie bien sur, mais aussi via l’apparition de nouveaux modes de gouvernance politico-économiques, et de nouveaux systèmes de valeurs.

On peut aujourd’hui se poser la question suivante: et si c’était finalement le système d’exploitation du monde occidental (politique, économique et moral) qui ne fonctionnait plus ?

Crédit photo Une : Florian K./Wikipédia sous licence CC

Cecilia Malmström: la “madame plus” de l’immigration

Cecilia Malmström: la "madame plus" de l'immigration

17/07/2012 — 17h40
BRUXELLES (NOVOpress) —
Mais qui est donc Cecilia Malmström (photo) ? Derrière son air d’institutrice revêche et ses lèvres pincées, se profile la Commissaire européenne (1) en charge de la coopération policière, des contrôles aux frontières, de l’asile et de l’immigration. Une femme visiblement pleine de contradictions qui se sent « responsable de la lutte contre les formes graves de criminalité internationale et la traite des êtres humains », mais qui professe une vision purement comptable et utilitaire des affaires des européens de souche. Le dit programme de Stockholm qu’elle vise à mettre en œuvre a pour but le maintien des bons résultats économiques européens sur le long terme, en faisant une fois encore appel non à la natalité des autochtones, mais à l’immigration pour résoudre les problèmes démographiques. Et ce programme prétend bien sûr garantir un niveau uniforme de droits et de devoirs tant pour les immigrés légaux que pour les citoyens européens, le regroupement familial, l’adoption de règles communes, afin que l’UE puisse bénéficier pleinement des effets positifs de cette immigration !

Le credo de madame la Commissaire : la liberté de circulation. Voilà qui ne fait pas bon ménage avec la tentation d’un rétablissement des contrôles -forcément stigmatisants…- , même passager, aux frontières des États, et elle n’hésite pas à se déclarer « déçue par le manque d’ambition européenne » sur ce point. Soyons clairs, pour elle, le contrôle aux frontières est inacceptable, n’étant pas un mécanisme européen ! Le lecteur comprendra dès lors facilement que « les 25 000 immigrants tunisiens arrivés en Italie (avec la volonté affichée de se rendre en France) ne sont pas un flux migratoire énorme justifiant la mise en œuvre de mesures exceptionnelles » ; mais aussi que les 400 000 entrées illégales dans l’UE et les 4 millions de clandestins qui peuplent l’espace Schengen (chiffres fournis par Claude Guéant alors encore Premier ministre) sont juste un problème de bonne gestion, et accessoirement un thème électoraliste…

Dans sa biographie madame Malmström indique: « j’ai grandi en partie en France et vécu et travaillé à Stuttgart et Barcelone. Ces expériences ont éveillé mon intérêt pour les autres cultures et pour la politique européenne ». Une exceptionnelle ouverture au monde donc, et une preuve de plus, s’il était nécessaire, de la totale déconnexion de la réalité du terrain et du vécu des Européens, de la part de ceux qui règnent sur leurs destinées à Bruxelles. Et en passant aussi du caractère foncièrement anti-européen de l’actuelle machinerie communautaire pour qui tout ce qui évoque l’identité des Européens de souche, apparaît comme foncièrement malsain.

 

(1) Étonnante mécanique que cette Europe, aux multiples rouages avec souvent des noms très proches (transparence?): il ne faut ainsi pas confondre le Conseil Européen (les chefs d’État des 27), le Conseil qui est celui des ministres des mêmes états, et le Conseil de l’Europe qui représente… 47 États, y compris les USA et Israël. Seul le Parlement européen est élu, mais il sert prioritairement à ratifier les décisions des autres instances, dont la fameuse Commission.
Des 27 membres de la Commission, seul le président est ” élu “, c’est-à-dire approuvé par le Parlement après nomination par le Conseil de l’Europe. Chaque Commissaire est désigné par son État membre originaire et le président de la Commission, et est censé œuvrer au bien commun de l’Europe.
Un fonctionnement dont la légitimité devient problématique dès lors que des chefs d’État élus (et même s’ils ne représentent pas automatiquement la majorité de leur peuple..) doivent céder aux injonctions de Commissaires non élus.

Crédit photo : Baltic Development Forum, via Flckr, licence CC.

L’Union européenne encourage la politique pro immigration de François Hollande

L’Union européenne encourage la politique pro immigration de François Hollande


13/06/2012 – 12h30
BRUXELLES (NOVOpress) – L’Union européenne (UE) salue les efforts du pouvoir socialiste en France afin de favoriser une immigration débridée. Ainsi, Bruxelles vient de souligner un « changement d’attitude sur des dossiers tels que la politique d’asile et Schengen, sur lesquels le ministre Valls a montré plus d’ouverture et de flexibilité », a déclaré Michele Cercone, porte-parole de la commissaire européenne chargée des Affaires intérieures, Cecilia Malmström.

L’Union européenne encourage la politique pro immigration de François HollandeLa commissaire européenne aux Affaires intérieures de l’UE a d’ailleurs estimé que « l’immigration sera nécessaire pour l’Europe ». Pour Ivan Rioufol, cette prise de position « exprime parfaitement l’aveuglement des élites face au multiculturalisme. Celui-ci est pourtant en train de bouleverser les équilibres identitaires et d’attiser les tensions au cœur de la plupart des nations ouvertes ». Le journaliste regrette que « l’Europe est vue par elle comme un immense hôtel, un hall d’aéroport où chacun aurait sa place en fonction de sa seule utilité technique, économique, reproductrice. C’est un monde plat, indifférencié et inhumain que défend, avec sa règle à calcul, ses statistiques et ses certitudes, Madame la commissaire ».

Crédit photo : Cicilie Fagerlid+, via Flickr, licence CC.

Hervé Juvin : la question du coût de l’Europe

Hervé Juvin : la question du coût de l’Europe

Après l’Irlande, après le Portugal, après la Grèce, l’Espagne est sous le feu des projecteurs. De la situation espagnole, nous pouvons dire beaucoup de choses.

[box class=”info”] Des considérations bien argumentées mais inhabituelles, décapantes et qui feront probablement polémique, sur ce sujet.

A certaines heures, l’hébergeur de cette vidéo (Dailymotion) ne délivre qu’un flux très lent. [/box]

 

À propos de l’auteur

Hervé Juvin

Hervé Juvin est écrivain et conférencier. Auteur d’essais sur l’économie, la société et la mondialisation, il est spécialiste de la banque et des marchés financiers. Grand arpenteur du monde, il a publié plusieurs centaines d’articles, notamment dans Le Débat ( Gallimard), L’Expansion, Agir, et préside par ailleurs une société de conseil aux gouvernements, aux institutions et aux entreprises.

[box class=”info”] Source : Realpolitik.tv. [/box]