Tag Archives: UDC

Africains Adrian Amstutz

Les Africains arrivent, d’autres pays se réveillent…, par Adrian Amstutz (UDC)

L’Italie est submergée depuis des mois par des migrants clandestins en provenance d’Afrique et arrivant par la Méditerranée. La question est de savoir combien de temps ces gens resteront en Italie, car leurs objectifs véritables, ce sont des Etat sociaux généreux comme l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse. 

Grâce à l’accord de réadmission que la Suisse a conclu séparément avec l’Italie, 25 000 personnes [1], que le Corps des gardes-frontière a interceptées l’an passé principalement à la frontière sud de la Suisse, ont encore pu être renvoyées en Italie.

L’UDC et ses élus fédéraux demandent depuis des mois l’intervention de gendarmes militaires formés pour soutenir le Corps des gardes-frontière et renvoyer les personnes tentant de franchir illégalement la frontière. La majorité du Conseil fédéral reporte sans cesse les propositions correspondantes des ministres UDC.

L’Autriche, en revanche, a décidé d’agir. Le ministre autrichien de la défense prévoit de stationner 750 soldats près du col du Brenner pour intervenir au cas où le nombre de migrants en provenance d’Italie continue d’augmenter [2]. Des véhicules blindés sont déjà arrivés sur place.

Au détriment de la sécurité intérieure

Les projets annoncés par le Conseil fédéral pour le cas où le nombre de requérants d’asile augmente rapidement à la frontière sud sont plutôt inquiétants. D’une part, le Corps des gardes-frontière a retiré du personnel des autres frontières du pays pour les envoyer dans le sud. Résultat: les autres régions du pays sont moins bien contrôlées, ce que les bandes de voleurs et de trafiquants de drogues exploitent immédiatement. D’autre part, la conseillère fédérale Sommaruga et son département de justice et police veulent envoyer 50 policiers cantonaux à la frontière sud, si on ne parvient plus à retenir les migrants. Résultat : la sécurité intérieure des cantons est affaiblie.

Ces réactions hésitantes face à une crise dont on sait qu’elle va s’aggraver à brève échéance sont proprement irresponsables.

Le nombre de migrants économiques illégaux augmente rapidement

Le nombre de migrants entrés illégalement en Suisse a massivement augmenté entre les mois de janvier et de mai cette année et la même période de 2015.

Les autorités ont interpellé 11 912 personnes qui sont entrées clandestinement en Suisse, un nouveau record. Durant la même période de 2015 ce chiffre était encore de 7063 [3].

Le nombre de demandes d’asile a cependant baissé en 2017. Ces chiffres étayent l’hypothèse selon laquelle de nombreux d’immigrants clandestins se cachent chez leurs compatriotes en Suisse et ne déposent pas de demande d’asile ou alors se servent de la Suisse comme pays de transit, ce qui est également illégal.

L’attractivité de la Suisse comme pays de destination est toujours beaucoup trop grande face aux migrations massives en direction de l’Europe.

La prétendue baisse du nombre de demandes d’asile ne doit pas faire oublier qu’un énorme potentiel migratoire s’est constitué aux frontières de l’UE, au Proche Orient et en Libye. Ces masses humaines se déverseront tôt au tard sur les principaux pays de destination, à savoir l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse. Il existe également un gros potentiel de migration à l’intérieur de l’Europe, notamment en Italie, mais aussi en Allemagne [4].

Protéger les frontières nationales

L’Allemagne a été le premier Etat Schengen à réintroduire des contrôles frontaliers en septembre 2015 entre la Bavière et l’Autriche. L’Autriche, le Danemark, la Suède et la Norvège ont suivi l’exemple. Lorsque les contrôles aux frontières extérieures de l’UE sont inefficaces, la frontière nationale doit redevenir une frontière extérieure.

Selon des comptes rendus de la presse [5], la police allemande a exécuté, grâce au renforcement des contrôles frontaliers, 673 mandats d’arrêt pour des actes pénaux avant le sommet G20 et samedi, 8 juillet 2017 à minuit, des arrestations qui n’ont pas de rapport avec le sommet. Les autorités suisses, elles, se contentent d’attendre et d’espérer que cela aille mieux un jour.

L’UDC demande enfin l’engagement de gendarmes militaires à la frontière sud, la mise en alerte d’unités adéquates de l’armée, si nécessaires de troupes effectuant leur service de répétition, d’hélicoptères équipés d’appareils de vision nocturne ainsi que des mesures de construction pour empêcher les passages frontaliers illégaux.

De surcroît, il faut enfin communiquer ouvertement et honnêtement en Suisse et à l’étranger que la frontière suisse est étanche et que l’entrée de migrants clandestins et autres faux réfugiés n’est plus tolérée.

Si la majorité du Conseil fédéral continue de dormir et d’attendre que des dizaines de milliers de migrants et requérants d’asile déferlent sur la Suisse en l’espace de quelques jours – que ce soit pour demander l’asile en Suisse ou pour transiter par le pays – la majorité de centre gauche du Conseil fédéral, emmenée par la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, sera pleinement responsable de la catastrophe qui se dessine d’ores et déjà en matière de migration.

Adrian Amstutz, conseiller national,
président du groupe UDC

Texte paru sur le site de l’UDC sous le titre
« Les Africains arrivent – d’autres pays se réveillent –
la majorité Conseil fédéral continue de dormir »


[1] Réponse du Conseil fédéral à la question urgente 17.1038 du CN Thomas Aeschi.
[2] “20 Minuten” du 04.07.17
[3] “20 Minuten” du 14.06.17
[4] Secrétariat d’Etat à la migration, Statistique de l’asile 1er trimestre 2017, page 2
[5] https://www.tagesschau.de/inland/g20-haftbefehle-101.html

Uli Windisch : « La Suisse brûle ! »

La-Suisse-brule03/05/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Uli Windisch est professeur en sociologie, communication et médias. Il est aussi le responsable du principal site alternatif de Suisse : Les Observateurs. Dans La Suisse brûle (éd. Bibracte), recueil d’articles et d’éditoriaux, celui qui a été professeur à l’université de Genève évoque les cinq années d’existence du site. Dans un pays où la liberté d’expression est mise à mal, il réussit à jouer le rôle d’un contrepoids idéologique à la bien-pensance, à la propagande journalistique de gauche et au mensonge.

Invité de TVLibertés, il analyse aussi les nouvelles menaces qui submergent la nation helvétique : le remise en cause de la démocratie directe, la politique immigrationniste de renforcement des naturalisations ainsi que le danger islamiste. Pour Uli Windisch, il convient de se battre contre la naïveté, le manque de courage et le défaitisme : « Même petit, notre pays ne doit pas avoir peur. »

Ousman Sonko

Ancien ministre de Gambie, le tortionnaire africain trouve asile en Suisse

26/01/2017 – SUISSE (NOVOpress) : La Suède n’en a pas voulu comme requérant d’asile, alors il vient tout simplement en Suisse. Ousman Sonko était encore récemment ministre de l’intérieur de Gambie. Il y a ordonné des arrestations arbitraires et même des tortures, lit-on sur le site internet de la télévision alémanique SRF. Depuis fin novembre 2016, ce « réfugié » est confortablement installé dans un centre d’asile du canton de Berne, a confirmé le conseiller d’Etat bernois Hans-Jörg Koser.

Selon les organisations de défense des droits de l’homme, la Gambie représentait sous la dictature de Yahya Jammeh un régime de terreur qui arrêtait, torturait et exécutait ses critiques. Le ministre Ousman Sonko était, selon un compte rendu de SRF, une personnalité clé de ce régime : « Il agissait comme commandant de la troupe d’élite, chef de la police et ministre de l’intérieur en exécutant brutal et fidèle des ordres du président. »

Ce qui provoque l’indignation de l’Union démocratique du centre (UDC) :

« On a du mal à voir une action humanitaire quand la Suisse admet non seulement les “persécutés”, mais aussi le présumé persécuteur dans la procédure d’asile. »

L’UDC exige donc, dans son communiqué intitulé « Le système d’asile suisse abusé par des ministres africains : il est grand d’agir fermement ! », « qu’Ousman Sonko soit immédiatement arrêté et renvoyé en Suède conformément à l’accord de Dublin ou expulsé dans son pays. La Gambie étant désormais dirigée par un président démocratiquement élu et les ministres de l’ancien régime ayant semble-t-il quitté le pays, tous les Gambiens accueillis en Suisse doivent être logiquement renvoyés de Suisse et le statut d’asile de ces ressortissants doit être annulé ».

Et de demander la publication immédiate des noms « de personnes de ce genre se trouvant dans la procédure d’asile (ministres, hauts fonctionnaires, officiers supérieurs, etc.) » : « Les citoyens ont le droit de savoir quelles personnes entrent en Suisse sous le couvert de l’asile pour vivre au crochet de notre système social, donc des contribuables suisses. »

Ce n’est pas en France que ce genre de choses arriverait…

Référendum suisse sur l’expulsion des délinquants étrangers

13/01/2016 – EUROPE (NOVOpress)

Déjà en 2010, le peuple suisse avait voté oui à 52,9 % pour autoriser l’expulsion des délinquants étrangers du pays, coupables d’« infractions graves ». Ce référendum avait été porté par le parti conservateur UDC, l’Union Démocratique du Centre. Toutefois, et malgré le résultat des votes, le parlement suisse ne semble pas avoir pris les mesures concrètes pour rendre réalisables légalement ces expulsions. Les points de désaccord concerneraient apparemment les cas où l’étranger en question serait expulsé ou non. Décidé à rappeler aux élus leurs devoirs vis-à-vis de l’une des constitutions les plus démocratiques du monde, l’UDC va renouveler l’expérience en organisant, le 28 février, un nouveau référendum sur ce thème, intitulé cette fois « Pour le renvoi effectif des étrangers criminels ».


Suisse : victoire de l’UDC, parti anti-immigration et anti-UE

20/10/2015 – MONDE (NOVOpress)
Avec une campagne centrée sur les problèmes d’immigration, l’UDC, formation qualifiée de « populiste » par les médias officiels, réalise une percée, passant de 59 à 65 représentants au Conseil National.

La droite populiste suisse, l’UDC, résolument anti-immigration et anti-Union Européenne, a enregistré dimanche une progression spectaculaire aux élections législatives, qui la conforte comme premier parti de la Confédération Helvétique. L’Union Démocratique du Centre gagne 11 élus, avec au total 65 représentants sur les 200 du Conseil National, la chambre basse du parlement suisse. Elle fait mieux que son meilleur score de 2007 (62 élus). Mieux encore, ce parti frôle les 30 % des votes au niveau national (2,8 points, à 29,4 %). Depuis 1919, jamais encore un parti n’avait dépassé les 29 %.

Les problématiques liées à l’asile ont dominé la campagne 2015. D’abord parce que la crise des migrants est au cœur de l’actualité. Mais aussi parce que les « populistes » de l’UDC ont centré leur discours sur cette question, en réclamant des contrôles accrus aux frontières.

Le 9 février 2014, les Helvètes avaient voté par référendum le rétablissement des quotas migratoires – ce qui est contraire au principe de la libre-circulation. Mais le gouvernement, mis sous pression par Bruxelles qui refuse de transiger sur les fondements de l’espace Schengen, peine à appliquer cette nouvelle loi.
À charge maintenant pour l’UDC, à l’initiative de ce référendum, de faire entendre la voix du peuple.



 

 

 

La Suisse veut légiférer contre le port de la burqa

30/09/2015 – MONDE (NOVOpress)
En Suisse, la droite conservatrice s’apprête à lancer une initiative pour interdire de cacher son visage dans l’espace public. En ligne de mire : la burqa. Les promoteurs de ce projet estiment que la Suisse servira d’exemple.

L’UDC, parti de droite conservatrice, veut transposer au niveau national une initiative approuvée par le canton du Tessin. Le texte de l’initiative populaire prévoit que personne ne devrait avoir le droit de se couvrir le visage ou de le cacher dans l’espace public, dans des lieux accessibles à tous (exceptés les sites sacrés) ou utilisés pour offrir des prestations au public.
Il serait aussi interdit d’obliger quelqu’un à se couvrir le visage en raison de son sexe. Des exceptions sont prévues pour des raisons sanitaires (masque médical), de sécurité (casque de moto), climatique (cagoule de ski) ou d’usage local (masque de carnaval). La loi d’application devrait être adoptée dans les deux ans.

La Burqa, le niqab et les autres variantes du voile islamique sont visées par ce projet.
Un sujet qui préoccupe les helvètes, puisqu’ne plus de ce projet d’initiative populaire, un autre texte, d’initiative parlementaire celui-ci, est déjà sur la table des députés, même s’il a peu de chances d’aboutir.
Pour le conseiller d’État UDC valaisan Oskar Freysinger, membre du comité d’initiative, ce projet est une question de principe :

Si l’on vit en Suisse, on exprime librement son opinion et on se parle à visage découvert, les yeux dans les yeux. Et la liberté des femmes, c’est aussi d’être les égales des hommes. Or le voile consacre une position de la femme où elle est dépendante et inférieure en droit de l’homme.

Oskar Freysinger ajoute, à l’endroit de ceux qui s’inquiéteraient qu’un tel projet écorne la bonne image de la Suisse :

Il faudrait tolérer l’esclavagisme d’une minorité masculine sur une majorité féminine ?! Je crois que la Suisse servira d’exemple avec un peuple qui s’exprime librement, et qui prend des décisions souveraines en parfaite adéquation avec la Cour européenne des Droits de l’Homme qui plus est. Je ne vois vraiment pas ce qui pourrait porter atteinte à l’image de la Suisse. Au contraire.

Crédit photo : AsianMedia via Flickr (CC) = Burqa

Suisse : l’UDC s’oppose à la venue de 3000 réfugiés syriens

06/03/2015-PARIS (NOVOpress)
Dans un communiqué daté du 06 mars 2015, le parti politique suisse UDC (Union Démocratique du Centre) déclare s’opposer à l’intention du Conseil fédéral (l’équivalent du gouvernement pour la France) d’accepter 3000 réfugiés en provenance de Syrie. L’UDC souligne qu’au lieu de l’octroi d’un statut de réfugié, la disposition de l’article 4 de la loi sur l’asile (l’octroi de « protection temporaire ») devrait être administrée. Cette disposition n’a jamais été utilisée jusqu’à ce jour en Suisse, alors que le texte de loi existe bel et bien.
Inquiet devant le tsunami migratoire qui déferle dans toute l’Europe de l’Ouest, les Suisses à l’instar des autres populations deviennent de plus en plus rétifs aux mesures favorisant cette vague de plus en plus imposante. Réfugiés réels ou fictifs, touristes qui ne repartent pas et autres clandestins s’installant dans les contrées helvètes sont de moins en moins les bienvenus.
Ainsi, le 25 février 2015, les fribourgeois se sont mobilisés en un millier de personnes lors de la cession parlementaire pour afficher leur hostilité au centre fédéral pour demandeurs d’asile prévu à Chevrilles (FR).
Avec ses collègues Beat Vonlanthen et Erwin Jutzet, la conseillère d’Etat fribourgeoise Anne-Claude Demierre se fit siffler lors de la présentation du projet. A l’inverse, le syndic de Chevrilles Othmar Neuhaus, opposé au centre, fut abondamment applaudi. L’opposition de la population au projet était claire. Malgré cela, Barbara Büschi, directrice suppléante de l’Office fédéral des migrations (ODM), a assuré qu’il n’y aurait pas de retour en arrière et que le projet serait conduit comme prévu.
Une page facebook s’est ouverte pour soutenir la population fribourgeoise largement hostile à ce centre d’accueil pour clandestins en espoir de régularisation.


Suisse : le retour de la frontière

Suisse : le retour de la frontière

Tribune libre de Jean-David Cattin, responsable identitaire, un des promoteurs de l’initiative anti-minarets en Suisse romande.

Après l’interdiction des minarets et l’expulsion des criminels étrangers, une troisième “initiative identitaire” a passé la rampe ce dimanche en Suisse. Cela est d’autant plus remarquable qu’elle avait contre elle les milieux économiques, la presse, tous les partis politiques sauf l’UDC et tous les syndicats. Plusieurs raisons expliquent ce succès retentissant.

Les fondements du Oui

Depuis 1980, le nombre de Suisses de naissance est stable. La croissance démographique des 30 dernières années est due exclusivement à l’immigration. Un habitant sur quatre est un étranger. Si l’immigration se poursuit au même rythme, la Suisse aura franchi en 2035 le seuil des 10 millions d’habitants.

Entre 1995 et 2009, 1,1 m2 de terre cultivable a été perdu chaque seconde. Compte tenu de la surface utilisable, les loyers augmentent massivement dans les zones à forte densité démographique malgré une intense activité de construction. Les autochtones sont contraints pour des raisons financières de déménager vers des régions moins chères, voire à l’étranger pour certains.

Lire la suite

Les Suisses rejettent l'immigration de la masse

Les Suisses rejettent l’immigration de masse

09/02/2014 – BERNE (NOVOpress)

Le résultat peut sembler serré (presque 20.000 voix d’écart) mais les Suisses ont donc approuvé la votation lancée par l’UDC et le MCG pour limiter l’immigration de masse.

La réaction d’Oskar Freysinger


Réaction très mesurée du président de la Confédération Didier Burkhalter :

Le peuple en Suisse est souverain. On doit respecter les décisions qui sont prises

Un exemple pour tous ceux qui ont du mal avec la démocratie quand le peuple ne vote pas dans le sens voulu !


Le tableau des votes montre un fossé très clair entre d’une part la Suisse alémanique, associée au Tessin, et d’autre part la Suisse romande.

Le premier camp a voté “oui” en faveur du texte, avec encore deux points d’interrogation, soit les cantons de Zurich et Berne. Le deuxième camp a voté “non” au texte, qui devrait bouleverser les relations entre la Suisse et l’UE, avec la remise en question des accords de libre-circulation entrés en vigueur en 2002.

Lire la suite

Suisse : initiative populaire contre l’immigration de masse

09/02/2014 – 14h00 (NOVOpress) – Aujourd’hui dimanche, tournez vos yeux vers la Suisse : nos voisins sont appelés aux urnes pour adopter une initiative populaire contre l’immigration de masse.

Depuis l’année dernière, la Suisse compte pour la première fois plus de 8 millions d’habitants – si l’immigration n’est pas contrôlée, la barre des 10 millions sera atteinte dans une vingtaine d’années. Les conséquences de cette évolution funeste sont clairement perceptibles au quotidien:

chômage en augmentation (le taux de chômage frôle les 8% parmi les étrangers), trains bondés, routes saturées, loyers et prix des terrains en hausse, perte de précieuses terres agricoles, pression sur les salaires, criminalité étrangère, abus en matière d’asile, perte de l’identité culturelle à la tête de nos entreprises, forte proportion d’étrangers à la charge de l’aide sociale et d’autres assurances sociales.

L’immigration incontrôlée d’aujourd’hui menace notre liberté, notre sécurité, le plein emploi, la beauté de nos paysages et en fin de compte notre prospérité. L’initiative ne demande ni le gel de l’immigration, ni la dénonciation des accords bilatéraux avec l’Union européenne (UE). Elle charge cependant le Conseil fédéral de mener de nouvelles négociations avec l’UE au sujet de la libre circulation des personnes et donc de la régulation et du contrôle autonomes de l’immigration. C’est une initiative raisonnable et modérée.

Source : immigration-massive.ch

Publié le
Suisse : l'initiative contre l'immigration de masse crée des remous au MCG

Suisse : l’initiative contre l’immigration de masse crée des remous au MCG

28/01/2014 – 09h00
GENEVE (NOVOpress) –
Le 9 février prochain aura lieu une votation importante en Suisse. En effet, à l’initiative du comité d’Egerkingen, que certains présentent comme l’aile dure du parti de droite populiste UDC (c’est ce comité qui était à l’origine de la votation contre les minarets en Suisse), doit avoir avoir lieu une votation contre l’immigration de masse.

Pour appuyer cette campagne est sorti une campagne d’affiches et autres visuels, avec ces propos : « Bientôt 1 million de musulmans? Par conséquent: stop à l’immigration de masse ». Aux côtés du logo de l’UDC, se trouvent celui de la Lega tessinoise mais surtout celui du  Mouvement citoyen genevois (MCG). Et c’est là que le bât blesse.

En effet, le MCG – mouvement populiste du canton de Genève – a fait élire comme conseiller fédéral un Suisse converti à… l’islam ! Et c’est peu dire donc que Mauro Poggia (photo), puis que c’est de lui qu’il s’agit (en novembre dernier, Novopress en avait dressé le portrait édifiant), n’apprécie guère cette collaboration du MCG à la campagne de l’UDC. Il affirme ainsi à la pressse helvétique : « Le parti a été instrumentalisé et il doit réagir. La cartouche de la peur a fonctionné une première fois avec l’islam, lors de l’initiative antiminarets, et ils réessaient. Cela me conforte dans mon opposition à cette initiative qui, sous couvert de protection de la population ou de l’emploi, ne fait que désigner l’Autre comme un péril pour l’identité suisse. » Ce qui n’est pas sans rappeler une ligne très « réconciliatrice » de notre côté des Alpes…

Lire la suite

Suisse : le patronat favorable à l'immigration

Suisse : le patronat favorable à l’immigration

12/01/2014 – 18h40
GENÈVE (Bulletin de réinformation) – Le patronat suisse s’oppose à une mesure de l’UDC, le principal parti de la droite populaire, visant à limiter l’immigration. Cette mesure sera soumise à un vote citoyen le 9 février prochain. Vantant les prétendus mérites économiques de l’immigration, le patronat tente de vendre une fois de plus sa soupe cosmopolite. Baisse des salaires, perte des acquis sociaux, perte des repères identitaires : l’immigration, ça a du bon…

Crédit photo : thomastb via Flickr (cc)

Historique : un musulman au Conseil d'État de Genève

Historique : un musulman au Conseil d’État de Genève

11/11/2013 – 08h30
GENÈVE (NOVOpress) –
Le Point a publié samedi un article anxiogène sur les élections genevoises au Conseil d’État qui fait passer l’Aube dorée pour un parti progressiste en comparaison du méphistophélique Mouvement Citoyen Genevois. Si, pendant la campagne électorale, le MCG a usé d’une rhétorique outrancière empruntant au champ lexical animalier ou entomologique pour parler des frontaliers, il faut davantage mettre en cause la maladresse et l’amateurisme qu’une éventuelle idéologie raciste ou xénophobe. En effet, le numéro un du parti, le turbulent tribun Éric Stauffer, est marié avec une ressortissante de l’Île Maurice pays dans lequel il a été mêlé à quelque scandale comme le rappelle Le Point. Le numéro deux, Mauro Poggia, est pour sa part converti à l’islam. Il est donc depuis hier soir le premier Conseiller d’État musulman du canton de Genève.

Lire la suite

Large victoire d'Oskar Freysinger à l'élection du Conseil d'Etat du Valais

Large victoire d’Oskar Freysinger à l’élection du Conseil d’Etat du Valais

19/03/2013 – 12h00
SION (NOVOpress) – Oskar Freysinger est arrivé largement en tête du second tour des élections au Conseil d’État valaisan. Il éjecte ainsi le représentant du Parti libéral-radical, qui avait pourtant un représentant au sein de l’exécutif valaisan depuis trois quarts de siècle. Par rapport au premier tour, l’UDC au catogan a réussi à engranger 5 points supplémentaire pour culminer à 46%, rassemblant sur son nom 56.913 électeurs. Tout cela dans une élection qui a connu une participation particulièrement élevée, à plus de 63%. Ce qui est conséquent dans un pays où l’on vote beaucoup.

Lire la suite

Conseil d'Etat du Valais : Oskar Freysinger donne une leçon de courage

Conseil d’Etat du Valais : Oskar Freysinger donne une leçon de courage

07/03/2013 – 20h45
SION (NOVOpress) – Alors que les médias français ont largement parlé de la votation suisse sur les parachutes dorés, la plupart d’entre eux ont largement passé sous silence un scrutin pourtant très important pour la vie politique helvétique. En effet, Oskar Freysinger est largement arrivé en tête du premier tour de scrutin pour l’élection du Conseil d’Etat du canton du Valais. Pour bien comprendre la portée de ce scrutin, nous avons interrogé Jean-David Cattin, un des représentants du mouvement identitaire en Suisse.

Lire la suite

Italie : un homosexuel pornocrate et pédophile sur la liste électorale de Mario Monti

Italie : un homosexuel pornocrate et pédophile sur la liste électorale de Mario Monti

17/01/2013 – 08h00
ROME (NOVOpress avec le blog de Valentin Beziau) – Un homosexuel patenté, pornocrate et pédophile nomme Alessio De Giorgi (photo ci-dessus) se présente sur la liste électorale de Mario Monti pour les élections sénatoriales de février prochain. Il est propriétaire de la société gay.it qui gère entre autre 4 sites pornographiques homosexuels gaysex.it, gaytube.it, nowescort.com et me2.it. L’information a été donné par Radio 24 dans l’émission La Zanzara.

Lire la suite

Représentant de l’aile la plus patriote de l’UDC, Ueli Maurer élu président de la Confédération helvétique

Représentant de l’aile la plus patriote de l’UDC, Ueli Maurer élu président de la Confédération helvétique

06/12/2012 —12h00
BERNE (NOVOpress avec le blog de Lionel Baland) — L’Union démocratique du centre (UDC), parti populiste suisse, marque de sacrés points. Ainsi, Ueli Maurer (photo ci-dessus), président confédéral de l’UDC de 1996 à 2007 et ministre de la Défense, a été élu pour être président de la Confédération helvétique pour l’année 2013.

Le président de l’UDC Zurich avait été désigné, par l’UDC, avec Christoph Blocher pour être membre du Conseil fédéral (le gouvernement confédéral suisse) en 2008.

Lire la suite