Tag Archives: Turquie

Poutine : « les USA sont responsables de la crise migratoire en Europe »

07/09/09/2015 – MONDE (NOVOpress)
Vladimir Poutine pointe du doigt la responsabilité des Américains dans la définition d’une politique migratoire qui s’opère au « mépris des particularités historiques, religieuses, nationales et culturelles » de l’Europe, qui suit aveuglément cette ligne. On ne saurait mieux dire.

Crédit photo : Capture d’écran de l’intervention de Vladimir Poutine au Forum économique oriental, qui s’est tenue à Vladivostok du 3 au 5 septembre 2015, traduction et sous-titres : RT


Publié le

Le Canada dit ne jamais avoir reçu de demande d’asile de la famille du petit Aylan Kurdi

Source : BBC – Le Canada a démenti les propos du père et de la tante du garçonnet syrien de trois ans dont le corps a été retrouvé sur une plage en Turquie. La tante d’Aylan Kurdi avait affirmé dès dimanche qu’une demande de sa famille pour obtenir le statut de réfugié avait été rejetée, mais a reconnu plus tard qu’aucune démarche n’avait été effectuée en ce sens.
Ces images avaient suscité un tollé mondial et mis la pression sur le gouvernement canadien qui a donc répliqué à ces reproches.

Teema Kurdi, sa tante installée au Canada, avait dans un premier temps accusé le Canada d’avoir refusé une demande d’asile lors d’une conférence de presse, avant de tomber en larmes devant les caméras. Les autorités de l’immigration canadienne ont de leur côté déclaré jeudi qu’ils n’avaient aucune trace d’une telle demande du père d’Aylan, Abdullah Kurdi. Mais le frère d’Abdullah, Mohammad, avait lui bien présenté une demande, rejetée parce qu’incomplètes, ont-ils ajouté.
Teema Kurdi est revenue sur ses propos un peu plus tard, en disant aux journalistes qu’elle espérait pouvoir parrainer le père d’Aylan dans sa future demande de statut de réfugié.

Pour être honnête, je ne veux pas seulement blâmer le gouvernement du Canada. J’en veux au monde entier

dit-elle. Selon la journaliste canadienne Terry Glavin, qui a parlé à la tante à Vancouver, le père d’Aylan avait été enlevé par l’État islamique au siège de Kobané et avait eu toutes ses dents arrachées. Il avait finalement réussi à faire passer sa famille à travers la frontière en Turquie, où ils rencontrèrent alors des problèmes en essayant d’obtenir des visas de sortie.
Le gouvernement conservateur de Stephen Harper a été attaqué par le leader de l’opposition libérale Justin Trudeau pour son refus d’accepter plus de réfugiés. « Vous vous découvrez de la compassion soudaine au milieu d’une campagne électorale. Soit vous l’avez ou vous n’avez pas, » a déclaré M. Trudeau lors d’un meeting de campagne jeudi. Il a exhorté les autorités canadiennes à recevoir 25 000 réfugiés syriens.

Crédit photo : Capture d’écran de l’interview du père d’Aylan Kurdi sur France TVInfo

Armée Syrienne Libre

Les USA et la Turquie pénètrent en Syrie malgré les avertissements de la Russie

Source : LE SAKER FRANCOPHONE
Les USA et la Turquie se drapent derrière la protection de réfugiés, une histoire de jour en jour plus dure à vendre si on connaît la longue implication de la Turquie dans la persécution des minorités.
Par Gordon Duff – Source journal-neo.org – Traduit par Gabriel, relu par jj et Diane pour le Saker Francophone

Le porte-parole de Département d’État, Mark Toner, a commencé dès hier à énoncer les règles d’une Zone d’exclusion que les USA et la Turquie ont décidé d’établir hors des frontières turques. Il déclare que la zone sera occupée par l’Armée syrienne libre et uniquement utilisée pour mener le renversement du gouvernement légal de Damas.

L’Armée syrienne libre

Il y a ici un problème majeur. Il n’y a aucune unité de l’Armée syrienne libre dans le nord de la Syrie. En février 2015, cette force a été démantelée et son état-major a fui en Turquie. La FSA a été réorganisée en 2014 par les Services de Renseignement sous la forme d’une force acceptable par Erdogan, les Saoudiens, les moniteurs qataris aidés par des contractuels américains. La majorité de ceux qui ont créé initialement la FSA ont accepté l’amnistie du gouvernement de Damas ou ont rejoint le Front al-Nusra ou les Forces d’ISIS.
Toutes les unités mises en place par les USA ou la Turquie en Syrie n’ont aucun autre usage qu’assister ISIS dans son combat pour renverser le gouvernement de Damas qui a repris le dessus dans son combat contre les forces terroristes.

Le dernier acte désespéré

On pense que cette nouvelle action agressive est désespérée et provoquée par l’amélioration subite des relations entre la Russie et l’Arabie saoudite et le récent réchauffement des relations entre l’Arabie saoudite et l’Iran. L’Arabie saoudite, dit-on, a retiré son support matériel à ISIS en Irak et en Syrie, laissant cette organisation se débrouiller seule, aidée seulement par Israël, la Turquie et les USA.
Soyons honnêtes. Il s’agit du territoire syrien et l’armée syrienne a tous les droits de bombarder les terroristes et d’opérer librement ici. Ces tentatives des USA ou de la Turquie afin de restreindre les opérations de l’Armée syrienne dans son propre pays aux côtés de ceux que tout le monde connaît pour être des organisations terroristes qui ont pillé la Syrie en compagnie d’Erdogan et de ses bons amis, non seulement le pétrole ou les antiquités, mais qui actuellement démontent une usine d’automobiles complète et des douzaines d’autres usines pour les ramener en Turquie.
Lire la suite

La Turquie bombarde des bases de l’État islamique

25/07/2015 – SYRIE (NOVOpress)
La Turquie a finalement décidé de s’en prendre à l’État islamique en menant vendredi deux séries de frappes aériennes contre des positions djihadistes en Syrie, alors que la police a mené un vaste coup de filet antiterroriste dans tout le pays.

Ces premiers raids aériens de la Turquie marquent un tournant dans la politique syrienne du régime conservateur turc, longtemps accusé par ses alliés de fermer les yeux, voire de soutenir les organisations radicales en guerre contre le régime de Damas. Ils ont été ordonnés en représailles à l’attaque menée jeudi par un groupe de combattants djihadistes contre un poste avancé de l’armée turque près de Kilis. Un sous-officier turc a été tué et deux autres soldats blessés.

Il est utile de rappeler que la Turquie constitue le principal point de passage des recrues djihadistes vers la Syrie.



Turquie face à l'EI : pourquoi le pays… par lemondefr


Lire la suite

Nouvelle attaque de l’État islamique contre les Kurdes à Kobané

26/06/2015 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

L’État islamique a lancé hier une attaque suicide contre la ville syrienne de Kobané, toute proche de la Turquie, et réalisé une percée dans Hassaké. Ces villes, convoitées depuis des mois, étaient devenues symboles de la résistance. C’est là que l’État islamique avait été stoppé, il y a quatre mois. Des djihadistes sont entrés par ruse, revêtant l’uniforme des Unités de protection du peuple kurde, la principale milice kurde syrienne. Une demi heure plus tard, un kamikaze se faisait sauter au volant d’une première voiture piégée. D’autres suivront. Les djihadistes ont commis ensuite massacre sur massacre. L’État islamique a donc lourdement fait payer sa défaite de janvier dernier, comme il l’avait juré.

Des questions demeurent, d’où venait l’attaque ? De Turquie ? Les autorités turques ont démenti, affirmant avoir des preuves que les assaillants venaient de Jarablus, en Syrie.

Crédit photo : Tan Khaerr via WikiMedias (CC) = YPG pendant la bataille de Kobané, vers fin janvier ou début février 2015.


Syrie : victoire des Kurdes contre l’EI à Tal Abyad, la Turquie refoule les réfugiés

16/06/2015 – MONDE (NOVOpress)
Alors que les forces kurdes marquent des points contre l’État islamique en Syrie, la Turquie dévoile son double jeu, ne laissant passer les réfugiés fuyant les combats que quand ceux-ci peuvent couvrir la fuite des terroristes de l’EI.

Les Unités de Protection du Peuple Kurde, forces kurdes de Syrie, ont encerclé et pris la ville de Tal Abyad tenue par les terroristes de l’État islamique, soutenus dans leur offensive par des raids aériens américains. Proche de la frontière turque, Tal Abyad se trouve dans la province de Raqa, bastion de l’État islamique et constitue un point de passage important pour ses combattants.
Des milliers d’habitants tentent désespérément d’échapper aux combats, fuyant vers les zones contrôlées par les Kurdes et surtout tentant de franchir la frontière turque.


Pendant plusieurs jours, les observateurs étrangers ont voir des milliers de civils bloqués derrière les barbelés qui séparent la Turquie de la Syrie. Malgré les pleurs et le désespoir de familles entières, souvent accompagnés de jeunes enfants, les militaires turcs n’ont pas fait le moindre geste pour les secourir. Bien au contraire les rares civils parvenant à se faufiler ont été repoussés par des canons à eau et des gaz lacrymogènes.


Lire la suite

Recep Tayyip Erdoğan

Turquie : défaite électorale pour Erdogan

09/06/2015 – MONDE (NOVOpress)
Dimanche avaient lieu les élections législatives turques. L’occasion pour le président au pouvoir Recep Tayyip Erdogan de vérifier sa popularité

Recep Tayyip Erdogan, à la tête de l’AKP, le parti de la justice et du développement est aux commandes à Ankara depuis 2002. Après plus de 10 ans comme Premier ministre, il était devenu président cet été. En tant que dirigeant national, il avait rompu avec la tradition kémaliste de stricte séparation religion/État en réintroduisant les valeurs conservatrices musulmanes. Il a aussi poussé un développement économique exponentiel de son pays qui lui a longtemps assuré une très forte popularité.

Les résultats de dimanche montrent pourtant une baisse de cette popularité
En effet, l’AKP n’a récolté ce dimanche que 43 % des suffrages. Ce chiffre, qui peut nous apparaître comme un véritable triomphe au vu de la situation politique française, est en réalité pour lui un échec. En effet, depuis l’été dernier et son accession à la fonction présidentielle, monsieur Erdogan cherche à changer la constitution. Son objectif : mettre en place un régime présidentiel qui lui permettrait d’assurer de façon plus sereine son emprise sur le pouvoir. Pour cela, il lui faut la majorité des 2/3 au parlement soit 367 sièges. Avec 330 sièges, il aurait pu proposer un référendum. Mais ses 270 sièges environ ne lui permettront ni l’un ni l’autre.
Lire la suite

La mère d’un mineur parti faire le Djihad en Syrie porte plainte contre l’État

09/06/2015 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)
Son fils de 16 ans fugue pour aller faire le djihad, elle s’en prend à l’État !

C’est incroyable, mais l’histoire est bel et bien vraie. La mère d’un adolescent de 16 ans a porté plainte contre l’État. L’avocat Me Maktouf qui défend ce dossier avance que « La police a commis une faute grave et un manque de discernement s’agissant d’un mineur, non accompagné, qui se rendait avec un aller simple en Turquie sans bagage ». La maman demande devant le tribunal administratif, aujourd’hui, une indemnité de 110 000 €.

L’État est fautif et aurait dû empêcher l’enfant de quitter le territoire !

Précisons que le jeune avait bien sa carte d’identité et ne faisait l’objet d’aucune mesure d’interdiction de sortie de territoire. Même s’il était récemment converti à l’Islam, la barbe ne pousse pas à cet âge là…


 

 

Publié le
Recep Tayyip Erdoğan

Éric Zemmour : “Quand Erdogan se rêve en calife”

09/06/2015 – TURQUIE (NOVOpress)
Le président turc a perdu la majorité absolue qu’il détenait depuis treize ans au Parlement. Malgré cette déconvenue, Éric Zemmour pense que Recep Tayyip Erdogan n’a rien perdu et va se relever.

Il conserve le pouvoir et son parti reste le plus puissant du Parlement. C’est une demi-défaite qu’il saura retourner un jour en demi-victoire. L’homme est habile. Il a naguère réussi à réduire l’influence politique de l’armée, héritière de Mustapha Kemal et de son laïcisme rigoriste. Ce Mustapha Kemal qui avait justement aboli le califat.

Plus loin, Éric Zemmour égratine les idiots utiles de l’Union européenne qui ont soutenu Erdogan dans sa lutte contre l’armée y voyant un progrès pour les libertés démocratiques.

Alors que l’armée kémaliste était le seul rempart contre la réislamisation de la Turquie.


La Turquie a livré des armes à l’État islamique en Syrie

02/06/2015 – MONDE (NOVOpress)
Les services occidentaux s’en doutaient depuis longtemps, le journal d’opposition Turc Cumhuriyet l’a prouvé, photos et vidéos à l’appui : le gouvernement islamo-conservateur d’Ankara a livré des armes aux rebelles islamistes syriens en guerre contre le président Bachar el-Assad. Les images montrent des obus de mortier dissimulés sous des médicaments dans des camions, officiellement affrétés par une organisation humanitaire, mais appartenant en fait aux services de renseignements turcs. La nouvelle a été aussitôt censurée en Turquie, une cinquantaine de personés placées en détention, le journal fait lui l’objet d’une enquête pour terrorisme



Progression de l’État islamique en Libye

01/06/2015 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)
Un attentat-suicide revendiqué par l’État islamique a frappé dimanche la ville portuaire de Misrata en Libye. Cet attentat s’inscrit dans l’expansion du territoire de l’organisation, qui a pris d’assaut ce samedi la ville d’Hassaké, au nord-est de la Syrie, et dans le renforcement de ses positions à Raqqa par exemple.

En quoi cette attaque est-elle particulière ?
Elle intervient dans une zone censée être sécurisée, entre Tripoli et Misrata, et donne ainsi l’impression de la toute-puissance de l’État islamique. Le groupe s’affirme de plus en plus en Libye. Selon un haut fonctionnaire libyen, « ils ont reçu des armes par la mer. Maintenant, Misrata a du mal à les contenir, ils sont trop puissants. Le risque est énorme ». Faute de soutien, les forces de Misrata ont dû abandonner l’aéroport de Syrte, aussitôt tombé aux mains des islamistes qui poursuivent depuis son avancée.
Cette attaque semble d’ailleurs être le coup d’envoi d’une offensive de grande envergure de l’État islamique en Libye, comme le montre la multiplication des actions terroristes dans le pays.

Comment réagit la communauté dite internationale ?
L’organisation islamique semble bénéficier d’une totale impunité. Face à la menace croissante d’un État islamique qui selon certains analystes serait bientôt en mesure de se doter d’armes de destruction massive, la communauté internationale reste inactive, quand elle n’est pas complice. L’Organisation semble avoir toute liberté d’action en Arabie Saoudite et le rôle de la Turquie dans la livraison d’armes à l’EI est désormais clairement établi. Ce qui apparaît comme des anomalies dans la lutte contre le djihadisme prend un sens clair selon le directeur de l’École de guerre économique. Christian Harbulot dénonce l’implication directe des États-Unis dans la constitution de l’État islamique et montre ainsi la contradiction inextricable dans laquelle la France se trouve vis-à-vis de sa politique extérieure. Si le terrorisme issu de celle-ci tue des citoyens sur le territoire français, l’Élysée continue à suivre aveuglément les directives de la Maison-Blanche.


Recep Tayyip Erdoğan

La Turquie, alliée de l’État Islamique, pas de l’occident

Source : Boulevard Voltaire
Qui croit encore que la Turquie est alliée de l’occident ? Entre réislamisation du pays et tropisme géopolitique et historique anti-chiite, le pays soutient de plus en plus ouvertement nos ennemis de l’État Islamique.

Les combattants envoyés et les armes livrées par le Hezbollah libanais, l’Iran et la Russie n’étaient pas pour rien dans la résistance opiniâtre opposée par le régime de Bachar el-Assad à la subversion et dans les quelques succès qu’il avait remportés sur le terrain à la fin de l’année dernière.
Les revers qu’accumulent le régime de Bachar el-Assad depuis quelques semaines doivent moins à l’afflux des djihadistes venus de toute l’Europe et du Moyen-Orient qu’à l’appui financier, matériel et militaire qu’apportent aux insurgés de généreux et discrets donateurs étrangers.

Si la province d’Idleb, dont Damas avait prématurément annoncé la reconquête, lui échappe aujourd’hui en grande partie, si le réduit alaouite lui-même, autour de Tartous et de Lattaquié, semble désormais menacé, la proximité de ces deux zones avec la Turquie de M. Erdoğan n’y est pas pour rien.
Lire la suite

Il était une fois un génocide, par Hélios d’Alexandrie

Source : Poste de Veille – Hélios d’Alexandrie revient sur le génocide des arméniens et autres populations chrétiennes en Turquie. des rappels historiques précieux sur sur le sort des dhimmis en terre d’islam, qui trouve une résonance particulière avec l’actualité de cette région. Le même Etat qui hier perpétrait ce génocide soutient aujourd’hui DAESH dans sa volonté de “purification religieuse” de la région. 

Ils étaient de bons et loyaux sujets du Sultan ottoman, calife de son état, siégeant à la « Sublime Porte » dans la ville de Constantinople. Ils étaient chez eux, dans leur pays, ils appartiennent à une nation trois fois millénaire, fidèlement chrétienne depuis le quatrième siècle. Dans cet empire multiculturel, multiethnique et multiconfessionnel, ils parvinrent malgré leur foi qui leur interdisait l’accès aux postes de commandement, à réussir et à prospérer à force de sérieux et de travail. Comme ailleurs dans le monde islamique ils furent, de par leur statut de chrétiens, les pionniers et les accoucheurs de la modernité.

La résistance à l’oppression

Ils, ce sont les Arméniens, mais également, quoiqu’en nombre à peine moins grand, les syriaques, les Assyriens, les Chaldéens et les Grecs. Si les minorités chrétiennes opprimées réussissent beaucoup mieux que leurs oppresseurs musulmans, c’est que l’injustice et l’oppression sont comme un aiguillon qui les pousse à surmonter les obstacles, à relever les défis, à passer outre aux humiliations et à regagner leur fierté. Les minorités chrétiennes savent se rendre indispensables, leur secret c’est le savoir, la culture, l’ouverture à la modernité, les habiletés manuelles et techniques, le travail dans le silence, l’endurance, l’art précieux de produire la richesse, l’honnêteté, la droiture et la loyauté. Citoyens de seconde zone, mais exemplaires, que peut-on leur reprocher, si ce n’est de résister à leur manière contre le mépris ?

Survivre est également une autre facette de la résistance. Survivre à la haine religieuse et aux persécutions, rester fidèle à sa foi chrétienne, l’approfondir, la célébrer, répliquer à la haine par l’amour en suivant le chemin difficile tracé par les évangiles : « aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous persécutent ! » Dans un empire où ils ne détiennent aucun droit, où ils subissent des brimades au quotidien et sont soumis à l’arbitraire du Sultan, ils savent que rien ni personne ne les protégera le jour où l’autorité politique suprême donnera l’ordre de les annihiler. Ils auraient pu s’affranchir de cette épée de Damoclès suspendue au-dessus de leurs têtes durant cinq siècles, il leur suffisait de céder sur l’essentiel, de cesser d’être eux-mêmes, de s’identifier à leurs persécuteurs, de devenir musulmans comme eux. Quelques-uns cédèrent et obtinrent finalement la paix, mais une majorité écrasante est restée fidèle à la religion de ses ancêtres.

Lire la suite

Charlie Hebdo : rien n’est pardonné en Turquie

Charlie Hebdo : rien n’est pardonné en Turquie

19/01/2015 – PARIS (NOVOpress) – Le magazine satirique turc Cafcaf, une publication qui met en avant les valeurs islamistes, a répondu à l’arrogance de Charlie Hebdo avec une couverture en français : « Non rien n’est pardonné ».

« L’arrogance est devenue une habitude dans la culture européenne, qui se considère au-dessus des autres car ils se sentent libres et intouchables et ignorent les réponses du reste du monde » écrit le magazine en guise d’explication.

Charlie Hebdo a ainsi dépeint le prophète Mahomet dans son dernier numéro avec une pancarte disant “je suis Charlie” sous les mots « tout est pardonné ».

Cafcaf, dans sa réponse à Charlie Hebdo, a fait figurer tous ceux qui étaient opprimés en Afghanistan, Gaza, Tchétchénie, Irak, Syrie, Égypte et Chine, avec un enfant palestinien au milieu dont le sang est toujours versé, et disant que rien ne sera pardonné.

La dernière publication hebdomadaire de Charlie Hebdo a vu une réimpression de 3 millions d’exemplaires. À cause de ses limitations financières, Cafcaf ne paraît qu’une fois par mois. Il ne pourra imprimer seulement que 25.000 copies en février de cet exemplaire.

Source : News desk

[Cinéma] « The Cut » raconte le drame du génocide des Arméniens chrétiens

[Cinéma] « The Cut » raconte le drame du génocide des Arméniens chrétiens

13/01/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Le film « The Cut » – « La Blessure » en Français – sort en VO dans les salles de cinéma le 14 janvier 2015. Réalisé par Fatih Akin, ce film dramatique évoque le génocide des Arméniens chrétiens organisé par le pouvoir Turc musulman en 1915. Une preuve historique que, contrairement à ce que croient les laïques, les civilisations chrétiennes et musulmanes ne sont pas mélangeables et que le « vivre-ensemble » est un concept criminel. Voilà pourquoi la Turquie ne pourra jamais avoir sa place dans une quelconque association politique et économique européenne digne de ce nom.

[Cinéma] « The Cut » raconte le drame du génocide des Arméniens chrétiensPublic concerné : Tous publics avec avertissement.

Synopsis : Anatolie, 1915. Dans le tumulte de la Première Guerre mondiale, alors que l’armée turque s’attaque aux Arméniens, le jeune forgeron Nazaret Manoogian est séparé de sa femme et ses deux filles. Des années plus tard, rescapé du génocide, Nazaret apprend que ses filles sont toujours en vie. Porté par l’espoir de les retrouver, il se lance dans une quête éperdue, ponctuée de rencontres avec des anges et des démons, du désert de la Mésopotamie aux prairies sauvages du Dakota…

Bande-annonce