Les Allemands, plus les bienvenus dans certains quartiers de Berlin ?

Les Allemands, plus les bienvenus dans certains quartiers de Berlin ?

18/07/2011 – 16h30
BERLIN (NOVOpress) — Mardi dernier, la journaliste Güner Balci fit un tour dans Berlin avec Thilo Sarrazin pour tourner une émission de la série « Aspekte (aspects) », diffusée par la ZDF (seconde chaîne publique allemande). Ce tour comprenait aussi une visite du « Kulturzentrum anatolischer Aleviten e.V. » (Centre culturel des Alévites d’Anatolie). Mais devant ce bâtiment, un comité d’accueil constitué de membres de cette communauté l’a accueilli en scandant « Dégage ! ». Un incident que Sarrazin a commenté sèchement : « Ils se comportent de manière antidémocratique et confortent ainsi les préjugés envers eux ».

On pouvait jusque-là défendre l’opinion selon laquelle les Alévites ne seraient en fait pas de vrais musulmans, que leur conception de la religion serait modérée, qu’ils seraient bien intégrés, qu’ils participeraient activement au marché du travail et qu’ils s’insèreraient bien dans la société…

Les Allemands, plus les bienvenus dans certains quartiers de Berlin ?Güner Balci rapporte ainsi dans Welt.de : « Il se constitue, parallèlement à cela, un autre groupe qui ne cesse de hausser le ton, qui n’est absolument pas intéressé à nouer un dialogue et qui n’est pas disposé à permettre que d’autres le fassent. Car pour eux Sarrazin n’est ni plus ni moins qu’un raciste. Le fait que presque un million et demi de personnes aient acheté son livre et que chacune de ses conférences soit archicomble ne les intéresse pas. Ils vivent dans un monde où il y a des amis et des ennemis, et rien entre les deux. L’Allemagne, un pays rempli de racistes. Et parce que beaucoup partagent ce sentiment, notre visite à Kreuzberg a tourné court, le döner prévu n’a pas pu être consommé (…). Le groupe qui braillait devant son restaurant l’a menacé d’une émeute s’il acceptait de servir Sarrazin. Il s’était pourtant préparé des jours à l’avance à cette rencontre et avait pensé poser des questions intéressantes à l’ancien sénateur en charge des finances. »

La communauté alévite est restée murée

Juste un peu plus loin que le restaurant turc Hasir, situé Oranienstraße, se trouve la centrale berlinoise des nationalistes turcs, également appelés les loups gris. Leurs membres aiment manger au Hasir et Dieu sait qu’ils ne sont pas spécialement connus pour leur amour de la bonne entente entre les peuples. Mais cela n’a jamais gêné personne ici. Même la communauté alévite, si libérale et ouverte à tous, nous a fermé la porte au nez. On nous a fait savoir qu’après une discussion approfondie, on aurait changé d’idées et que l’on ne veut pas accueillir quelqu’un comme Sarrazin. Finalement, le chœur des agités entame un « Sarrazin doit quitter Kreuzberg », crie de plus en plus fort et de plus en plus vite et je sens, chez ces braillards, le sentiment que l’on éprouve lorsqu’on tient un « méchant » : “Nous sommes les gentils et nous nous serrons les coudes lorsqu’il le faut, même avec nos brebis galeuses – contre les autres.” »

Une vidéo de l’événement, tournée par les membres de la communauté turque, est disponible sur Youtube

[youtube width=500]ZQOu4Ljbl10[/youtube]

Le président de la Pologne soutient l’adhésion de la Turquie et oublie Jean III Sobieski

Le président de la Pologne soutient l’adhésion de la Turquie et oublie Jean III Sobieski

16/07/11 – 16h00
BRUXELLES (NOVOpresss) –
Le président de la Pologne, Bronisław Komorowski, pays présidant actuellement l’Union européenne, a apporté son soutien à l’adhésion de la Turquie à l’UE lors d’une visite officielle en Autriche. Selon le président polonais, « les litiges interreligieux et interculturels n’occupent plus l’actualité. La Pologne a longtemps attendu pour faire partie de l’UE. Je continue de soutenir l’adhésion de la Turquie ».

La résistance de ce dirigeant polonais a bien diminué par rapport à celle de son illustre prédécesseur Jean III Sobieski qui lui au contraire sauva l’Europe. L’influence d’Obama y participe sans doute ; Obama aimerait bien que la Turquie entre dans l’UE ce qui neutraliserait la possibilité d’une montée en puissance de l’Union.

Photo : Barack Obama et Bronisław Komorowski.

Une victoire sur les turcs, journée de commémoration nationale en Hongrie

Une victoire sur les turcs : jour de commémoration nationale en Hongrie
Jean Hunyadi (source : Wikipedia)
Jean Hunyadi (1387 - 1456)

11/07/2011 – 08h00
BUDAPEST (NOVOpress) – Le 22 juillet vient d’être déclaré “jour de commémoration nationale” en Hongrie par un vote unanime du parlement hongrois (à l’exception des socialistes, qui se sont abstenus), à la demande du Premier Ministre Victor Orban. C’est en effet à cette date qu’en 1456, une armée chrétienne a repoussé les envahisseurs turcs.

Après la chute de Constantinople en 1453, l’invasion turque en Europe via la Hongrie semblait inévitable. Cependant, en juillet 1456, un chef militaire hongrois, l’ancien régent Jean Hunyadi, réussit à lever une armée de 40000 hommes, composée de paysans et de croisés, et à engager les forces supérieures en nombre du sultan Mehmed II dans une bataille qui s’est soldée par la défaite cinglante du conquérant de Constantinople.

Pour commémorer cette victoire historique, le pape Calixte III décréta que les cloches des églises devaient être sonnées ce jour là à 12 heures précises dans l’ensemble de la chrétienté.

[box class=info] Source : jungefreiheit.de[/box]

Langue turque exigée au lycée-collège de Bischwiller : la réponse de la responsable de la vie scolaire [audio]

Diversité dans l'éducation nationale : langue turque exigée [audio]

06/07/11 – 15h15
BISCHWILLER (NOVOpress)
– Après nos révélations, hier, quant à l’exigence du turc pour un poste d’assistant d’éducation, nous avons interrogé la responsable de la vie scolaire du lycée-collège. Elle confirme cette exigence, et comme le rectorat, elle indique qu’elle ne peut pas faire autrement. En effet, 60% des élèves de cet établissement sont Turcs. Et, selon la responsable de la vie scolaire, c’est le seul moyen pour échanger avec les familles des élèves.

[MEDIA not found]