À Calais, manifestation contre les clandestins ?

05/10/10/2015 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Les habitants de Calais ont manifesté hier dimanche contre l’installation des campements des immigrés. Cette manifestation fait suite à l’arrestation d’une centaine de clandestins qui ont tenté de franchir le tunnel sous la Manche samedi. Placés en garde à vue, ils ont ensuite été relâchés selon le parquet de Boulogne sur Mer.

Comment s’est déroulée la manifestation à Calais ?
« SOS Calais en détresse », « Stop à l’immigration incontrôlée » ou encore « Stop à l’immigration clandestine » : voilà ce qu’on pouvait lire sur les banderoles des manifestants à Calais, au milieu de quelques drapeaux français. En effet, dimanche, le collectif « Calaisiens en colère » a rassemblé entre 300 et 1 000 personnes pour manifester contre les nuisances de l’immigration de masse sur leur vie quotidienne et en particulier sur leur sécurité. Le rassemblement a commencé à 14 heures au bassin Ouest sur une plage de Calais. Plusieurs manifestants portaient un masque blanc marqué d’une larme rouge, symbole du collectif organisateur.

Pourtant, cette manifestation avait été refusée par les autorités ?
C’est Natacha Bouchart, maire de Calais issue du parti Les Républicains, qui a demandé l’interdiction de cette manifestation et qui l’a fait acter par un arrêté municipal. La préfecture, elle n’a pas estimé que ce rassemblement pouvait porter atteinte à l’ordre public, et a rappelé que « la mairie adopte une posture politique, mais elle n’a pas les moyens d’interdire une manifestation ». Le collectif « Calaisiens en colère » a réagi à l’arrêté municipal en précisant sur le réseau social Facebook : « ce rassemblement se fera et rien ne nous empêchera d’être là ! Tous à Calais dimanche ! »


L’Europe et l’extrême-gauche délivrent un « tout est permis » aux migrants

Source : Boulevard Voltaire
Dirigés par des extrémistes de gauche, des migrants au nombre de 113 ont attaqué à coups de pierres les agents de sécurité d’Eurotunnel et sont parvenus à parcourir 15 km de voies en direction de l’Angleterre !

Qui, sinon nos dirigeants politiques et leurs thuriféraires, a donné aux migrants la certitude de penser que tout leur était permis ? S’ils veulent passer, ils exigent de passer au mépris de toute loi et de tout respect pour leurs hôtes.

Dirigés, selon certains, par des extrémistes de gauche, des migrants au nombre de 113, du moins officiellement, ont attaqué dans la nuit de vendredi à samedi à coups de pierres – que se passera-t-il lorsqu’ils seront armés de kalachnikov ? – les agents de sécurité d’Eurotunnel et sont parvenus à parcourir 15 km de voies en direction de l’Angleterre ! Réalisant ainsi, pour notre gloire, une « première en France » ! Face aux gendarmes appelés en urgence, ont-ils renoncé à leur projet ? Aucunement, bien au contraire, ils ont fait usage de violence contre les forces de l’ordre ! La gendarmerie a tenu bon et a refoulé les « 113 » attaquants.

Lire la suiteL’Europe et l’extrême-gauche délivrent un « tout est permis » aux migrants

Calais : l’impuissance franco-anglaise (Présent 8409)

03/08/2015 – FRANCE (NOVOpress)

L’Angleterre est une île, c’est pourquoi Napoléon et Hitler ont échoué à l’envahir. Ce qu’ils n’ont pas réussi à faire, des immigrés clandestins vont-ils y parvenir ? Il est vrai qu’avec le tunnel, l’insularité n’est plus ce qu’elle était. Le fait est que les deux grandes puissances militaires de l’Europe ne peuvent empêcher ces individus venus d’ailleurs d’y débarquer. Mais cela va changer. Foi de ministres ! Bernard Cazeneuve et son homologue britannique, Theresa May, ont publié une déclaration commune dans laquelle ils assurent être déterminés à « mettre fin à cette situation », et qu’arrêter le flot des « migrants » est pour eux « une priorité absolue. »

Faut-il comprendre que, jusque-là, ce n’était pas une priorité, ou qu’elle était relative ? Le texte qui commence ainsi nous pousse à le croire : « Depuis plusieurs mois, nous avons pris la pleine mesure du désespoir des migrants qui cherchent à franchir la trentaine de kilomètres séparant nos deux pays. » Depuis quelques mois seulement, alors qu’il y a vingt ans que ça dure ? Il leur a fallu du temps pour prendre la « pleine mesure » de ce scandale.
8409-Une
Le flot des clandestins est devenu fleuve puis torrent, l’opinion publique, des deux côtés de la Manche, est exaspérée, certains menacent de régler le problème eux-mêmes devant l’impéritie des autorités. Nos ministres, pressés par la nécessité, aiguillonnés par leurs concitoyens, ont dû réagir. Comme le chef de l’État : « Ce sont des gens qui sont à bout », a-t-il commenté. Mais il n’évoquait pas les riverains, les Calaisiens, ni les habitants de la région, envahis, menacés parfois ou agressés, comme les chauffeurs routiers, non, la compassion présidentielle n’est pas pour eux, mais pour les « sans-papiers ».

Que vont faire nos deux pays, désormais ? La même chose qu’avant : des murs plus hauts et davantage de policiers. Certes il en faut, mais il n’y aura jamais assez ni des uns ni des autres, puisque les clandestins sont chaque jour plus nombreux. Le résultat ? Ils osent s’en vanter : « Ensemble, nous assurons chaque mois le retour depuis Calais dans leur pays d’origine de 200 migrants. » 200, alors qu’ils sont des milliers et qu’ils arrivent par centaines tous les jours. Ce week-end, malgré la mobilisation policière, 400 ont essayé de pénétrer dans le tunnel. Cazeneuve et May conjuguent leur impuissance.

Le problème, c’est l’Europe passoire de la « libre circulation » qui permet, via l’Italie et la Grèce, d’échouer à Calais. Pourquoi la Grande-Bretagne ? Parce qu’ils y ont déjà de la famille, parce qu’on peut aisément y travailler clandestinement, les contrôles étant quasi inexistants. Que Cameron mette de l’ordre chez lui, au lieu de demander à notre pays d’assurer la police de ses frontières ! La frontière est à Douvres et non point à Calais. Mais il est vrai que cette situation résulte des accords du Touquet entre Nicolas Sarkozy et Gordon Brown, en 2003. Il faut les dénoncer, afin que les autorités britanniques assurent elles-mêmes sur leur territoire le tri parmi ceux qui veulent y pénétrer. Calais doit être à Folkestone.

Guy Rouvrais