Nouveau livre de Bernard Lugan : “Printemps arabe – Histoire d’une tragique illusion”

Nouveau livre de Bernard Lugan : "Printemps arabe - Histoire d'une tragique illusion"

Quatrième de couverture, table des matières et vidéo de présentation détaillée du livre par Bernard Lugan.

En 2010-2011, la Tunisie, l’Egypte et la Libye connurent des évènements spécifiques, hâtivement baptisés « printemps arabe » par des journalistes voulant y voir autant d’avancées démocratiques.
L’échec de cette tragique illusion est à la hauteur des emballements émotionnels qu’elle suscita :

Lire la suiteNouveau livre de Bernard Lugan : “Printemps arabe – Histoire d’une tragique illusion”

Un islamiste né en France recherché par la Tunisie pour plusieurs assassinats

Un islamiste né en France recherché par la Tunisie pour plusieurs assassinats

30/07/2013 – 12h30
PARIS (NOVOpress) –
De forts soupçons pèsent sur Boubakeur El Hakim (photo) dans la responsabilité des récents assassinats des opposants tunisiens Mohamed Brahmi et Chokri Belaïd. Le tueur présumé, né en France, a été condamné pour avoir organisé une filière jihadiste vers l’Irak. Repéré dès 2003 par les services de renseignements français lors des manifestations contre la guerre en Irak, Boubakeur Hakim s’est illustré comme l’un des responsables de la « filière des Buttes-Chaumont » à Paris. Elle recrutait et facilitait le voyage d’étrangers souhaitant combattre les forces américaines en Irak. Le suspect, déjà recherché pour contrebande d’armes avec la Libye, serait également impliqué dans l’assassinat d’une autre figure de l’opposition tunisienne en février 2013.

Lire la suiteUn islamiste né en France recherché par la Tunisie pour plusieurs assassinats

François Hollande réduit unilatéralement la dette tunisienne

François Hollande réduit unilatéralement la dette tunisienne

Ci-dessus, photo de la colonne au centre de la place de la Bastille à Paris, lors de la fête le soir de l’élection de François Hollande à la présidence de la République, le 6/5/2012. Les drapeaux on été légendés.

09/07/2013 – 10h30
TUNIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation) – Le président Hollande, en visite en Tunisie la semaine dernière, a affirmé vouloir aider ce pays dans sa transition démocratique. Ainsi a‑t‑il annoncé vendredi dernier son intention de convertir une partie de la dette tunisienne (qui s’élève à un milliard d’euros) en investissements. Il a par ailleurs évoqué l’octroi d’un demi‑milliard de prêts et de dons.

Lire la suiteFrançois Hollande réduit unilatéralement la dette tunisienne

Affrontements entre islamistes et militaires en Tunisie

Affrontements entre islamistes et militaires en Tunisie

Logo des forces armées tunisiennes. Crédit photo : DR

08/05/2013 – 10h00
TUNIS (NOVOpress) –
Lundi matin, une quatrième mine a explosée au mont Chaambi en Tunisie, faisant deux blessés parmi les militaires tunisiens. Cette attaque s’inscrit dans le cadre des conflits qui secouent la Tunisie depuis la chute de Ben Ali.

Devenue un foyer islamiste, la région du mont Chaambi est le cadre d’affrontements entre militaires et terroristes. L’armée tunisienne, prise dans un bras de fer, peine à reprendre le contrôle d’une situation exacerbée par l’importance du trafic d’armes et des conflits islamistes dans la région. Trafic d’armes directement lié à l’issue de la guerre en Libye et du chaos interne et externe qui s’en est suivi.

[Lu sur Le Net] Mali et Tunisie : la guerre menée par la wahhabisme ne que fait commencer

[Lu sur Le Net] Mali et Tunisie : la guerre menée par la wahhabisme ne que fait commencer

15/02/2013 -10h00
BAMAKO (via Polémia) – Le 10 février, les observateurs internationaux ou français de la guerre au Mali sont très pessimistes… ou si l’on préfère très réalistes. La France est au Mali pour longtemps.

Non seulement ce pays est durablement divisé en « factions » qui ne s’entendront jamais. Mais aussi les combattants dits djihadistes, ou aussi wahabittes, se répandent partout, y compris à Bamako, et pas seulement au nord Mali. Ils ont commencé à mener une guerre d’attentats contre laquelle il est difficile de lutter. Ce ne sera pas la base de drones que l’Africom américain projette d’implanter au Niger ou au Burkina qui changera grand chose au rapport de force.

Lire la suite[Lu sur Le Net] Mali et Tunisie : la guerre menée par la wahhabisme ne que fait commencer

Quand l’actualité tunisienne s’invite à Nantes

Quand l’actualité tunisienne s’invite à Nantes

11/02/2013 – 19h15
NANTES (NOVOpress Breizh) –
Les rues du centre ville de Nantes ont été sérieusement perturbées samedi après-midi par une manifestation de Tunisiens (ci-dessus) qui protestaient contre l’assassinat du leader de gauche Chokri Belaïd, survenu à Tunis le 6 février dernier.

Lire la suiteQuand l’actualité tunisienne s’invite à Nantes

Tunisie : un opposant aux islamistes assassiné

Tunisie : un opposant aux islamistes assassiné

06/06/2013 – 16h15
TUNIS (NOVOPress) – L’avocat Chokri Belaïd, qui avait rejoint cette année une coalition de gauche, a été tué par balles ce mercredi 06 février 2013 à Tunis dans un contexte d’instabilité croissante en Tunisie.

Lire la suiteTunisie : un opposant aux islamistes assassiné

Sahel – Tunisie – Colonisation – L’Afrique Réelle N°37, Janvier 2013

Sahel – Tunisie – Colonisation – L’Afrique Réelle N°37, Janvier 2013

Editorial de Bernard Lugan :

En Tunisie comme en Egypte, l’islam politique proposé par les Frères musulmans s’est brisé sur la réalité. Dans les deux pays, l’influence de la confrérie est actuellement sur le recul, d’où le durcissement de ses partisans qui sentent que la situation leur échappe.

Le dossier central de ce premier numéro de l’année 2013 est consacré à la Tunisie où, deux ans après l’euphorie révolutionnaire la désillusion l’emporte désormais. Un peu plus d’un an après le départ du président Ben Ali, un sondage nous apprenait ainsi que 64,6% des Tunisiens qualifiaient la situation de mauvaise (36,3% pour mauvaise et 28,3% pour très mauvaise ), contre 35,4% qui la considéraient comme bonne, près de 42% des Tunisiens estimant qu’ils vivaient mieux sous Ben Ali (Jeune Afrique 25 mars 2012).

Lire la suiteSahel – Tunisie – Colonisation – L’Afrique Réelle N°37, Janvier 2013

Tunisienne violée : les institutions transforment la victime en coupable !

Tunisienne violée : les institutions transforment la victime en coupable !

04/11/2012 –  10h00
TUNIS (NOVOpress) –
Le parquet tunisien a fait appel du non-lieu prononcé en faveur d’une femme violée par des policiers en septembre et qui risque de nouveau d’être poursuivie pour… atteinte à la pudeur, délit qui implique jusqu’à six mois de prison fermes. Cette tunisienne aurait été surprise par des policiers dans une « position immorale ». Selon les forces de l’ordre, la femme de 27 ans était en train d’avoir des rapports sexuels avec son fiancé dans une voiture en banlieue de Tunis. Une thèse que l’intéressée réfute : selon elle, elle ne faisait que parler avec lui au moment des faits.

Lire la suiteTunisienne violée : les institutions transforment la victime en coupable !

Printemps arabe : « Une catastrophe dont seuls les islamistes vont tirer profit », selon Boualem Sansal

Printemps arabe : « Une catastrophe dont seuls les islamistes vont tirer profit », selon Boualem Sansal

01/06/2012 – 18h00
ALGER (NOVOpress) – Il a été l’un des chantres du Printemps arabe. Aujourd’hui, il déchante. L’écrivain algérien, Boualem Sansal (de profil sur la photo), qualifié fin 2010 par Le Magazine littéraire d’« écrivain solidaire du printemps arabe », estime aujourd’hui que le Printemps arabe est « une erreur ». Dans une interview publiée par Global Post le 29 mai, le lauréat 2011 du prix de la Paix des Libraires allemands, estime que les révolutions arabes représentent « une catastrophe dont seuls les islamistes vont tirer profit ».

Un auteur qui n’a pas hésité par le passé à comparer l’islam au national-socialisme, soulignant au passage les points communs entre cette religion et les nazis : « Il y a des similitudes énormes. Le concept de la conquête des âmes, mais aussi des territoires. Il y a aussi le concept d’extermination de tous ceux qui ne se soumettent pas à l’idéologie de l’Islam ».

Il y a deux ans, Boualem Sansal saluait le Printemps arabe comme une « révolution mondiale», en ajoutant : « Les gens veulent une démocratie universelle, authentique, sans frontières ni tabous. Ils rejettent les dictateurs, l’extrémisme, le pouvoir des marchés, l’emprise étouffante de la religion ». Aujourd’hui, c’est l’inverse : l’islam impose sa loi en Tunisie, en Egypte, en Libye et peut-être bientôt en Syrie. Le nouvel « espace vital » islamique ?

Crédit photo : Das blaue Sofa via Flickr, licence CC.

Les islamistes paradent en Tunisie

Les islamistes paradent en Tunisie

23/05/2012 – 08h00
KAIROUAN (NOVOpress) –
Grande manifestation islamiste dans la ville tunisienne de Kairouan, dimanche. Des milliers de partisans d’Ansar al Charia, mouvement musulman né au cœur du Printemps arabe en avril 2011, ont déferlé sur la quatrième ville sainte de l’islam. « Le deuxième congrès des partisans de la charia se tient cette année dans une ville qui a une très forte symbolique historique et religieuse, et réunit tous les frères qui ont pour objectif de faire appliquer la charia de Dieu dans notre pays », indiquait le magazine La promesse.

Les manifestants ont scandé : « Juifs, juifs, l’armée de Mahomet est de retour », ou encore : « Nous sommes tous les enfants d’Oussama » (Ben Laden). « Ce rassemblement nous donne espoir, la révolution a été faite pour que la charia soit appliquée », a déclaré Ridha Bel Haj, leader du parti Hizb Ettahrir. « Chaque musulman est un jihadiste, le jihad est une obligation », a lancé le cheikh Mokhtar Jibali.

Selon Kapitalis, le Portail d’information en langue française dédié à la Tunisie, les autorités tunisiennes « continuent d’observer une sorte de laxisme sinon complice du moins dangereusement indulgent » à l’égard des salafistes jihadistes. Selon des estimations officielles, quelque 400 mosquées sont tombées sous la coupe de radicaux depuis la révolution en Tunisie. Le vrai visage du Printemps arabe ?

Crédit photo : Magharebia via Flickr, licence CC.

Immigration clandestine : les débarquements continuent, le président tunisien exhorte l’Italie à la patience

Immigration clandestine : les débarquements continuent, le président tunisien exhorte l’Italie à la patience

11/05/2012 – 18h45
ROME (NOVOpress) –
Treize mois ont passé depuis le fameux accord italo-tunisien, qui avait accordé un permis de séjour à tous les clandestins débarqués en Italie, en échange d’une future collaboration entre les deux gouvernements.

À défaut d’action concrète depuis treize mois, le gouvernement tunisien renouvelle ses promesses. Dans un entretien à l’agence de presse italienne AKI, le président tunisien Moncef Marzouqi assure que la Tunisie « collaborera efficacement » avec l’Italie « pour empêcher le phénomène de l’immigration clandestine ».

Marzouqi, qui recevra la semaine prochaine à Tunis le président italien, le vieux communiste Giorgio Napolitano, « exhorte les Italiens et les Européens à comprendre que l’unique solution stratégique pour stopper le problème de l’immigration clandestine est celle du développement de la Tunisie ».

 « Mais cela, a poursuivi le Tunisien, demande du temps, même si je suis certain du fait que la Tunisie ira vers une stabilité toujours plus grande et un accroissement de son développement économique ». En attendant, Marzouqi souhaite que les autorités italiennes réservent « un traitement approprié et humain » aux clandestins tunisiens, et qu’elles « prennent patience dans cette phase difficile ». On peut compter sur le gouvernement Monti pour patienter tout le temps qu’il faudra…

Les débarquements sur les côtes italiennes se succèdent à peu près tous les jours. La Gazetta del Mezzogiorno publie  (copie d’écran en Une) que la nuit dernière un bateau de pêche portant quarante-deux immigrés clandestins a ainsi été intercepté par les gardes-côtes au large de Mazàra del Vallo, dans la province de Trapani en Sicile. À leur arrivée au port, les clandestins ont été immédiatement conduits au centre d’accueil de la ville. « Ce sont tous des hommes, probablement tunisiens ».

Tunisie : « Pas de constitution sans la charia »

Tunisie : « Pas de constitution sans la charia »

17/03/2012 – 08h00
TUNIS (NOVOpress) –
La loi islamique (charia) étend son ombre en Tunisie. Plusieurs milliers de manifestants ont manifesté hier devant le siège de l’Assemblée nationale constituante à Tunis afin de réclamer l’application de la charia dans la future constitution du pays. « Le peuple veut l’application de la charia de Dieu ! », scandaient les manifestants. Ou encore :  « Pas de constitution sans la charia » et « Ni laïque ni scientifique, la Tunisie est un Etat islamique ».

Ces appels au totalitarisme islamique ont lieu alors que l’Assemblée nationale constituante, sous domination du parti islamiste Ennahda, planche sur un projet de référence à la charia comme « source principale de la législation ». Un nouvel épisode peu reluisant du « printemps arabe », encensé par la presse occidentale l’année dernière.

Crédit photo : Amine Ghrabi, via Flickr, licence CC.

La Tunisie bientôt sous la férule de la charia ?

La Tunisie bientôt sous la férule de la charia ?

07/03/2012 – 08h00
TUNIS (NOVOpress)
— Les débats sur la nouvelle constitution battent leur plein à l’Assemblée constituante tunisienne, chargée de rédiger une nouvelle constitution pour ce pays du Maghreb. Sadok Chourou, l’un des piliers du parti islamiste Ennahdha au pouvoir, a annoncé la couleur : « Le Préambule doit mentionner la charia comme la principale source du droit ». Le dirigeant islamique avait déjà expliqué le 20 février sur le site Business News que « le préambule doit se faire suivant trois références fondamentales, qui sont le Coran, la Sunna et l’unanimité des savants de la Umma islamique. C’est l’unique référence fondamentaliste islamiste reconnue et les théologiens de l’Islam sont unanimes là-dessus ».

Pour sa part, le député Mohamed Hamdi d’Aridha Chaabia, a indiqué que son parti souhaitait une constitution fondée sur « la charia et la Sounna » ainsi que sur « la liberté et l’héritage du peuple arabo-musulman ». Il n’est pas surprenant qu’un parti islamiste triomphant souhaite mettre la société civile tunisienne dans l’étau du totalitarisme islamique. Mais quand les médias occidentaux présentent le Printemps arabe comme un vent de liberté, alors, la désinformation n’est pas loin. En Tunisie, comme en Libye, en Syrie ou en Égypte.

Crédit photo : Ennahdha via Flickr (cc)

La Syrie expulse les ambassadeurs libyen et tunisien

a Syrie expulse les ambassadeurs libyen et tunisien

15/02/12 – 18h45
DAMAS (NOVOpress) – Le gouvernement syrien de Bachar el-Assad a expulsé les ambassadeurs de Tunisie et de Libye, en leur donnant un ultimatum de 72 heures pour quitter le pays.
Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Jihad Makdissi, explique que dans le même temps, l’ambassade syrienne au Qatar a été fermée et que les ambassadeurs syriens au Koweït et en Arabie Saoudite ont été eux aussi expulsés.

La nouvelle Tunisie “dite démocratique mais dont en réalité le gouvernement est une marionnette de l’OTAN”, a été le premier pays arabe à annoncer sa décision d’expulser l’ambassadeur syrien. Dans le même temps, le ministre des Affaires étrangères du CNT libyen annonçait la décision de chasser le chargé d’affaires syrien ainsi que toute son équipe ajoutant que tout diplomate syrien était tenu de quitter le pays dans les 72 heures.

Les pays du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) ont également décidé de rappeler tous leurs ambassadeurs en Syrie.

Photo : Bachar el-Assad. Crédit photo : César, licence CC.

L’Afrique Réelle N°23 – Novembre 2011 : Il n’y a pas eu de printemps arabe

L'Afrique Réelle N°23 - Novembre 2011 : Il n'y a pas eu de printemps arabe

 

Editorial de Bernard Lugan

Cinq grands enseignements peuvent être tirés des élections tunisiennes :

1) Ce vote montre que la Tunisie est coupée en deux puisque les islamistes et leurs alliés totalisent environ 50% des suffrages. Face à eux, les 50% de « laïcs » sont divisés. Les islamistes sont donc les maîtres du jeu.

2) Ce résultat constitue rejet de la greffe occidentale tentée il y a plus d’un demi-siècle par Bourguiba, ce qui montre que l’on ne va pas contre la nature profonde des peuples. L’on a en effet trop longtemps oublié que la Tunisie est un pays musulman, donc non laïc.

3) La laïcité tunisienne était en quelque sorte un luxe réservé à une élite occidentalisée vivant entre Paris et Tunis. Or, cette élite s’est tiré une balle dans le pied en renversant Ben Ali qui lui interdisait certes la plénitude de l’expression politique, mais qui, en revanche, lui permettait de vivre pleinement à l’européenne en pays musulman.

4) Ces élections auront fait bien des cocus, à commencer par les médias français tombés littéralement amoureux de la « révolution du jasmin », laquelle était tout, sauf une victoire de la démocratie et des droits de l’homme tels que leur esprit formaté se l’imaginait.

5) Les Tunisiens vivant en France ont majoritairement voté pour les islamistes, ce qui devrait faire réfléchir les irresponsables qui veulent accorder le droit de vote aux immigrés.

L'Afrique Réelle N°23 - Novembre 2011 : Il n'y a pas eu de printemps arabeEn Libye, où nous n’avons pas assisté à une révolution démocratique, mais à une guerre tribale et régionale dont ont finalement profité les islamistes, le nouveau régime portera une tare originelle. Celle d’avoir été mis au pouvoir grâce et par une intervention militaire de l’Occident immiscé sans raisons dans une guerre civile qui ne le concernait en rien. Comme les nouvelles autorités vont devoir effacer ce péché originel, elles vont immanquablement procéder à une surenchère islamiste à défaut d’être nationaliste car la Libye n’existe pas.

L’affaire libyenne est en définition un échec majeur, sauf pour les militaires français qui ont, une fois de plus, montré leur professionnalisme et leurs compétences, hélas mises au service d’une politique aberrante et qui va se retourner contre nous.

En Egypte, la révolution s’est faite en dehors du petit peuple des fellahs. Ce fut une révolte des citadins et des bourgeois, des privilégiés en somme, qui, comme en Tunisie, renversèrent un dictateur qui limitait leur expression politique et sans voir qu’ils se précipitaient dans un abîme.

On ne cesse de nous répéter qu’en Libye et en Tunisie, l’islam est « modéré ». Certes, mais par rapport à quoi ? A notre propre philosophie héritée des Lumières et fondée sur le contrat social ? La question n’a pas de sens car nous sommes dans deux systèmes de pensée totalement différents et irréductibles l’un à l’autre.

En définitive, le « printemps arabe », n’a existé que dans l’esprit simplificateur des journalistes comme nous l’expliquons dans ce numéro 23 de l’Afrique Réelle.

 

Sommaire

Actualité
-Il n’y a pas eu de “printemps arabe” en Afrique du Nord
– L’Algérie, un vaisseau fantôme au milieu des écueils

Dossier : pour en finir avec le mythe du “massacre” des Algériens à Paris le 17 octobre 1961
– L’état des connaissances
– Le “massacre” du 17 octobre 1961 : vérités et légendes
– Rapport sur les archives de la Préfecture de police

Italie : des clandestins tunisiens veulent rentrer chez eux

Italie : des clandestins tunisiens veulent rentrer chez eux

21/11/2011 – 14h25
PERUGIA (NOVOpress) — Pour une fois, une histoire d’immigration qui finit bien. Dimanche, à Pérouse, en Ombrie, un Tunisien de 28 ans est allé trouver un policier municipal place de la République, en plein centre-ville, et a demandé à rentrer chez lui. Il a expliqué qu’il était récemment arrivé en Italie mais que la vie de clandestin à Pérouse ne lui convenait pas : il préférait donc rentrer dans sa patrie.

La police municipale a accompagné le Nord-Africain à la préfecture de police où l’on a pu vérifier, en prenant ses empreintes digitales, qu’il ne figurait pas dans le fichier des délinquants en Italie. Le service de l’immigration lui a alors signifié un arrêté d’expulsion et l’a accompagné dans un centre de rétention. Le clandestin sera rapatrié dans les jours qui viennent.

Un cas du même genre s’était déjà produit il y a quelques jours, toujours à Pérouse. Un Tunisien de 27 ans s’était présenté à la préfecture en demandant lui aussi à être rapatrié. « Je n’ai pas de travail, avait-il déclaré aux agents, je n’ai pas de papiers, je n’aime pas la vie ici, je me suis repenti, je veux retourner en Tunisie ». Les vérifications effectuées par la police scientifique avaient révélé que le clandestin était arrivé à Lampedusa au printemps dernier, dans l’un de ce que les gros médias qualifient de « voyages de l’espérance ».

C’est à se demander ce qu’il y a de tellement sain dans l’air de Pérouse…

Photo en Une : la ville de Pérouse, en Italie. Crédits : ChrisYunker via Flickr (cc)

[Tribune libre] Les Tunisiens ont voté … Identitaire !

Les Tunisiens ont voté ... Identitaire !

Le récent vote des Tunisiens, tant ceux résidant en Tunisie que ceux de la diaspora, laisse pantois nos chroniqueurs de la Pensée Unique, pourtant d’habitude si prompts de la plume.

Le parti islamiste tunisien Ennahda, donné vainqueur de l’élection de l’assemblée constituante du 23 octobre, exige qu’il lui revienne de former le nouveau gouvernement. « Il est tout à fait naturel que le parti qui a obtenu la majorité dirige le gouvernement », a déclaré mercredi 26 le dirigeant d’Ennahda, Rached Ghannouchi.

La presse bien pensante s’efforce de nous expliquer qu’il s’agit là d’un parti islamiste modéré. Comprenez : démocratique et libéral. Ainsi donc le printemps arabe, joliment baptisé révolution du jasmin pour la Tunisie, aura accouché d’un gouvernement islamique. Ce n’est tout de même pas tout à fait ce qui était annoncé.

Pire encore ! Les Tunisiens de France ont voté comme leurs frères restés au pays, et ont placé en tête de leurs suffrages le même parti islamiste Ennahda. La presse dominante est alors plus embarrassée, et a plus de difficulté à nous expliquer ce choix. Ainsi donc les Tunisiens résidant en France ne se sont pas convertis à la social-démocratie ? ni à la laïcité ? Les plus superficiels de nos éditorialistes n’ont pas les clés pour comprendre ce vote, tandis que les autres tentent désespérément de nous rassurer avec la rengaine de l’islam modéré.

La vérité est que les Tunisiens n’adhèrent pas au modèle occidental mondialiste, ni en Tunisie, ce qui se conçoit, ni surtout en France. C’est un échec total de la politique d’intégration ou d’assimilation. C’est le constat que le modèle occidental ne séduit pas. Les Tunisiens en profitent, certes, mais n’en veulent pas. Les Tunisiens de France veulent rester Tunisiens en France. Voilà la réalité.

Les Tunisiens en France rejettent donc le système qui les accueille et ils revendiquent leur attachement à leur identité et à leur culture d’origine, tunisiennes, et à leur religion, musulmane. Les Tunisiens de Tunisie continueront cependant de fuir leur pays. Mais en Tunisie, en France, et de par le monde, les Tunisiens continueront de revendiquer leur appartenance au peuple tunisien, et à la religion musulmane.

Il ne fait pas de doute qu’il s’agit d’un vote identitaire !

Georges Gourdin pour Novopress France

Crédit photo : DR.