Facebook sur le réseau anonyme Tor : une bonne nouvelle ?

22/11/2014 – ÉTAT-UNIS (NOVOpress via Le Monde)
Récemment, de nombreux observateurs ont été surpris et amusés en apprenant que le réseau social Facebook se lançait sur Tor, le système permettant un anonymat renforcé sur Internet.

Rien ne semble en effet plus éloigné que le premier réseau social du monde, gourmand en données personnelles, et l’outil de contournement de la censure et d’anonymat, prisé à la fois des dissidents des régimes politiques répressifs et de divers criminels, en passant par les internautes désireux de protéger leur vie privée ou de contourner un site censuré dans leur pays.

Concrètement, Facebook a annoncé le lancement d’une version de son site Web accessible uniquement depuis le réseau Tor. Connectés à ce réseau, les internautes peuvent désormais se rendre sur Facebook en y accédant depuis l’adresse https://facebookcorewwwi.onion/.

(…)

Cette initiative a été relativement bien accueilli dans les milieux militants.

Le fait que Facebook soutienne un logiciel utilisé par de nombreux activistes dans les pays répressifs est cependant une « très bonne nouvelle » pour la lutte contre la censure, pour Grégoire Pouget, responsable des nouveaux médias à Reporters sans frontières.

« Pour ceux à qui la mise en place d’un Facebook en “.onion” peut vraiment profiter, comme des journalistes ou des défenseurs des droits de l’homme au Kazakhstan, en Iran ou dans d’autres pays où Facebook est régulièrement bloqué, cela peut changer beaucoup de choses. En effet un site “.onion” est virtuellement impossible à bloquer.»

Morgan Marquis-Boire, le directeur de la sécurité informatique de The Intercept, le média fondé par Glenn Greenwald – le journaliste dépositaire des documents Snowden -, aimerait que d’autres plateformes suivent cet exemple :

« J’aimerais que Google se dote d’un “.onion” pour tous ses services… Et Twitter, où est ton “.onion” ? »

La NSA trace tous les utilisateurs de Tor, et les lecteurs de Linux Journal

La NSA trace tous les utilisateurs de Tor, et les lecteurs de Linux Journal

13/07/2014 – via NumeramaSelon les révélations de la télévision publique allemande, la NSA surveille et collecte les adresses IP de tous les utilisateurs du service Tor, et même de ceux qui visitent des sites parlant des techniques d’anonymisation et de protection des données. Parmi eux, le site Linux Journal, qualifié “d’extrémiste”.


Les chaînes de télévision publiques allemandes NDR et WDR ont publié jeudi une enquête réalisée par trois experts du réseau d’anonymisation Tor (Jacob Appelbaum, Aaron Gibson et Leif Ryge), dans laquelle elles révèlent une partie du code source de XKeyScore, un logiciel mis au point par la NSA pour suivre à la trace et collecter des données sur les internautes.

Leur enquête se base sur “un accès exclusif au code source top secret de la NSA, des interviews d’anciens employés de la NSA, et l’examen de documents secrets du gouvernement américain“. Elle révèle que XKeyScore est configuré pour collecter les adresses IP de tout internaute qui utilise Tor pour masquer son identité et le contenu de ses communications, et qui est ainsi considéré par la NSA comme un terroriste en puissance.

Pour y parvenir, le programme trace les communications vers les adresses IP des quelques serveurs dans le monde (actuellement neuf) qui servent de “Directory Authority” sur Tor, c’est-à-dire qui hébergent la liste de tous les noeuds publics (ou “nodes”) de connexion au réseau d’anonymisation. Toutes les heures, la liste des noeuds est mise à jour et les utilisateurs de Tor la téléchargent depuis un Directory Authority pour connaître les adresses par lesquelles ils peuvent faire transiter leurs communications.

Linux Journal, un “forum d’extrémistes”

Lire la suiteLa NSA trace tous les utilisateurs de Tor, et les lecteurs de Linux Journal