Tag Archives: Théo

Vigi-Racaille Génération Identitaire Rouen

Des militants de Génération identitaire sécurisent le centre ville de Rouen

Génération identitaire Rouen07/03/2017 – ROUEN (NOVOpress) : Samedi dernier, alors qu’une manifestation de « soutien à Théo » était prévue à Rouen, une trentaine de militants de Génération identitaire Normandie ont entrepris de sécuriser le centre ville. Vêtus de K-way jaunes, ils avaient informés les commerçants qu’ils se tenaient prêts à agir au moindre incident qui leur serait signalé, les précédentes manifestations ayant donné lieu à un déferlement de casseurs, toute la racaille se donnant rendez-vous pour agresser, détruire et brûler.

Génération identitaire RouenL’opération militante de Génération identitaire Normandie a produit son effet : pour la première fois, la préfecture a mobilisé les moyens policiers nécessaires au moyen de l’ordre, qui n’ont pas hésité à faire usage de canons à eau pour disperser les gauchistes qui se préparaient à l’affrontement. Comme quoi…

Tract Génération identitaire Rouen


A Rouen deux manifestations “pour Théo” ce samedi

Franck Ribéry : “J’être très heureux d’avoir viendu render visite à Théo…”

20/02/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Après François Hollande, c’est Franck Ribéry – dit Bilal Yusuf Mohammed – qui est allé rendre visite à Théo. Il lui a offert un maillot de son équipe, le Bayern de Munich, dédicacé par ses coéquipiers et lui-même.

Certains ont exprimé leur colère sur Twitter à la vue de cette visite très particulière. Plusieurs d’entre eux se sont indignés du fait qu’un jeune homme prénommé Marin, dans le coma depuis le 11 novembre après avoir été sauvagement agressé pour avoir défendu un couple qui s’embrassait, n’ait pas le droit aux mêmes égards de la part de certaines “personnalités”.


Emeutes Banlieues

L’embrasement des banlieues, c’est maintenant !

50 émeutes dans 30 communes en Ile-de-France, des attaques ultra-violentes de bandes armées en majorité musulmanes, des tentatives d’assassinat contre les policiers. Tétanisé et soumis, le gouvernement fantôme Hollande-Cazeneuve-Le Roux est le pire que l’on pouvait avoir en pareille situation.

Bernard Cazeneuve a longuement reçu lundi matin des associations de lutte contre le racisme : SOS Racisme, Ligue des droits de l’homme et Licra. Il se croit toujours en 1985. Tout comme les Victoires de la Musique avec leurs piaillements « Touche pas à mon Pote » et leurs cris de haine anti-flics. Hollande, l’homme qui donne des leçons politiques à Donald Trump, a choisi de se rendre au chevet de Théo ce qu’il n’a jamais fait en personne pour les policiers brûlés vifs de Viry-Chatillon. Il a clairement choisi son camp. Il envoie aux cités ce signal clair et engagé. Bruno Le Roux plus ectoplasmisque que jamais, est en dessous de tout. Toute cette classe politique française de gauche, en justifiant la révolte et l’embrasement, est la complice de ces exactions. Mais c’est Marine Le Pen qu’ils accusent de mettre de l’huile sur le feu parce qu’elle refuse de clouer les policiers au pilori.

Pourquoi le gouvernement a-t-il autorisé la manifestation de dimanche, point de départ des émeutes et des saccages en série (commissariat des Ulis attaqué, voiture incendiée malgré la présence d’une petite fille, bâtiments administratifs et nombreux commerces pillés) tout cela en plein état d’urgence alors que l’on savait le risque de troubles à l’ordre public maximum ?

« De nombreuses violences urbaines se déroulent depuis des mois dans une discrétion médiatique quasi absolue » analyse l’avocat spécialiste Thibault de Montbrial. « Les casseurs de samedi viennent de différents horizons et n’attendaient qu’un prétexte pour passer à l’acte avec une telle ampleur. »

Selon lui, on trouve deux types de population dans les rangs : « des jeunes de banlieues dans une logique ethnico-territoriale, souvent d’origine maghrébine et subsaharienne – certains, depuis le début des émeutes, allant même jusqu’à scander Allah akbar – qui recherchent un affrontement systématique avec la police et les forces de l’ordre ». Et un second type d’agitateurs et de milices : « des personnes d’extrême gauche, mélange d’anarchistes, et de gauchistes en tout genre. Ce mouvement est plus politique, on l’a vu à l’œuvre lors des violences contre la loi travail ».

Avec une grande lucidité, Montbrial préconise le courage politique « denrée rare lorsque l’on constate le niveau de compromission de nombreux élus locaux » :

« Un jour, il faudra avoir le courage d’organiser les opérations policières et judiciaires d’ampleur nécessaires pour reconquérir ces territoires perdus de la République. »

Un jour aussi, il faudra que Montbrial ait le courage de déclarer publiquement que seule Marine Le Pen propose les moyens pour le faire.

Caroline Parmentier

Article paru dans Présent daté du 15 février 2017
sous le titre « L’Embrasement »

eric-zemmour

Eric Zemmour : « Le spectre des émeutes de 2005 hante la présidentielle »

09/02/2017 – FRANCE (NOVOpress) : « On avait dit pourtant qu’on n’en parlerait pas. Qu’on ne parlerait pas de banlieues, d’intégration, d’islam. Pas de politique de la ville, pas d’immigration, pas de frontières, pas d’identité, non. Tout cela, c’était bon pour Trump ou pour les partisans du Brexit, mais pas de ça chez nous », entame Eric Zemmour. En fait, « la banlieue et son cortège d’angoisses identitaires était le passager clandestin de la présidentielle ».

Mais avec l’affaire d’Aulnay-sous-Bois, « le passager clandestin est sorti brutalement de la soute où on le confinait », de sorte que « le spectre des émeutes de 2005 hante désormais la présidentielle de 2017 ».

« Aulnay, Sevran, Montfermeil, Blanc-Mesnil, Villepinte, Tremblay, Clichy-sous-Bois, se sont déjà embrasées, et les nuits prochaines seront longues », ajoute-t-il, avec cette précision :

« Sur les réseaux sociaux, les activistes de Nuit Debout et les jeunes communistes ont pris les choses en mains et les associations musulmanes sont sur le pont. Avec un slogan tout trouvé : “Pas de justice, pas de paix“. »

« Les policiers de la BAC, révèle-t-il, ont dû tirer en l’air, à balles réelles, pour échapper à une cinquantaine de jeunes gens qui voulaient leur faire la peau. Une première, qui en annonce d’autres, sans doute. »

Pour Eric Zemmour, qui s’exprimait dans le cadre de sa chronique bi-hebdomadaire sur RTL, « cette violence, cette fureur, cette montée des périls, c’était justement ce que voulaient occulter tous les protagonistes de l’élection présidentielle ». Mais, conclut-il, citant Lénine : « Les faits sont têtus. »