Un des kamikazes des attentats de Bruxelles était “nettoyeur” au Parlement européen

07/04/2016 – EUROPE (NOVOpress)
L’agence de presse autrichienne APA affirme ce mercredi que Najim Laachraoui, l’un des kamikazes des attentats de Bruxelles, aurait travaillé au service d’entretien du parlement européen.

Ces informations auraient été révélées par des proches de l’institution.


Louis Aliot cite Badinter pour demander un débat sur la peine de mort

Visite surprise de Louis Aliot en Israël

03/04/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Louis Aliot, vice-président du Front national, s’appuie sur Robert Badinter pour réclamer un débat… sur le rétablissement de la peine de mort. Sur sa page Facebook, le compagnon de Marine Le Pen cite en effet un extrait du discours prononcé, le 17 septembre 1981 à l’Assemblée nationale, par le garde des Sceaux de l’époque lors du débat sur l’abolition de la peine de mort :

 « Il est apparu au gouvernement qu’il était malvenu, au moment où vous décidez enfin de l’abolition dans la France en paix qui est heureusement la nôtre, de débattre du domaine éventuel de la peine de mort en temps de guerre, une guerre que rien heureusement n’annonce. Ce sera au gouvernement et au législateur du temps de l’épreuve – si elle doit survenir – qu’il appartiendra d’y pourvoir, en même temps qu’aux nombreuses dispositions particulières qu’appelle une législation de guerre. »

Commentaire de Louis Aliot : « Valls et Hollande nous disent que le pays est en guerre, donc le débat sur le rétablissement, partiel, de la peine de mort, dans l’épreuve, est parfaitement légitime… » Il ajoute : « Nous sommes effectivement plusieurs à le penser. »

Ci-joint un extrait de l’allocution de Robert Badinter lors de la séance à l’Assemblée Nationale du 17 septembre 1981 au…

Posté par Louis Aliot sur jeudi 31 mars 2016

Attaque contre le Bataclan : les militaires de Sentinelle ont refusé d’intervenir !

Taltavull

03/04/2016 – PARIS (NOVOpress) : Le 13 novembre dernier, des militaires de l’Opération Sentinelle, qui patrouillaient à proximité du Bataclan attaqué par les terroristes islamistes, ont refusé de prêter main-forte aux policiers qui intervenaient ! Pendant que les cadavres s’amoncelaient, ils attendaient les ordres ! Cette incroyable révélation a été faite, quatre mois après les faits, par Jean-Luc Taltavull, secrétaire général adjoint du Syndicat des commissaires de la police nationale, réputé être un homme modéré et prudent.

Le 23 mars dernier, Jean-Luc Taltavull est auditionné par la Commission d’enquête parlementaire « relative aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015 », c’est-à-dire depuis l’attaque de Charlie Hebdo. Voici sa déclaration :

« Il y avait des gens de Sentinelle qui étaient à proximité du Bataclan. […] Un gardé de la Brigabe anti-criminalité, qui était sur la porte de secours, a dit à des militaires : “Allez, on y va !“ […] Le détachement a dit : “Non, je n’ai pas d’ordre pour bouger.“ Alors il lui a dit : “Bon, passe-moi ton Famas.“ […] L’autre évidemment, son arme, il n’allait pas la lâcher… »

Il ne l’a donc pas lâchée… Et le policier de la BAC est parti, seul, avec son  fusil à pompe, à l’assaut du Bataclan aux mains des terroristes équipés, eux, de kalachnikov…

Combien de Molenbeek français ?

Chard Molenbeek

Quand Patrice Ribeiro président du syndicat de police Synergie l’a dit le premier, aussitôt appuyé par le spécialiste Thibaut de Montbrial, il a été violemment accusé de « stigmatisation malsaine ». Un commandant de police qui révèle l’existence de Molenbeek plein la France, d’enclaves musulmanes, laboratoires de l’islamisme et prêtes à cacher des terroristes, c’est lui qui est malsain !

Et il a cité : « Trappes, Roubaix, Le Mirail à Toulouse où vivait Mohamed Merah ». Mais on peut ajouter Argenteuil, Clichy-sous-Bois, Vénissieux, Tourcoing, La Courneuve, Saint-Denis, Lunel etc. Ces quartiers où des racailles de droit commun ont tissé des liens étroits avec la mouvance djihadiste.

« Ces quartiers où la police se heurte à l’omerta religieuse », décrit Ribeiro : « La première vraie émeute religieuse en France, ça a été à Trappes, lors d’une interpellation en 2013 d’une femme portant le voile intégral. »

Le ministre de la Ville lui-même Patrick Kanner, vite recadré par Cambadélis, a confirmé l’existence « d’une centaine » de Molenbeek. Mais alors si c’est le cas, qu’attend-il pour réagir à la menace ? Lui dont le ministère, de Tapie en Borloo, a déversé 45 milliards d’euros sur ces zones pour le résultat que l’on voit.

Que fait-il face à un quartier comme celui de la Reine-Jeanne à Avignon, aujourd’hui devenu « cité des salafistes » ? Avec ses mosquées aux prêches radicaux décrits par une récente enquête de Paris-Match, sa ségrégation sexuelle dans les commerces, ses bars sans alcool réservés aux hommes, ses cours coraniques dans la salle (municipale !) du château de Saint-Chamand, ses voiles noirs pour les femmes, ses pantalons à l’afghane et barbe du prophète pour les hommes et même son « tribunal islamiste »…

« Je comprends qu’une partie de la classe politique, notamment locale, ait une cécité consentie parce qu’une ville est à majorité musulmane » a encore dénoncé Ribeiro. « Je comprends que des élus aient besoin que ces gens votent pour eux. »

Des accusations extrêmement graves qui impliquent une complicité, à la façon du criminel maire de Molenbeek, avec ceux qui nous livrent une sanglante guerre de conquête. Au tribunal des islamo-collabos Marie-José Roig maire UMP d’Avignon pendant 20 ans jusqu’en 2014, qui a fait de la Cité des papes la ville aux neuf mosquées, doit rendre des comptes.

Caroline Parmentier

Article paru dans Présent n° 8576 daté du 30 mars 2016

Génération identitaire appelle à manifester le 2 avril à Molenbeek : « Expulsons les islamistes ! »

Identitaire Molenbeek

26/03/2016 – BRUXELLES (NOVOpress) : Le mouvement Génération identitaire, qui se définit comme « la barricade sur laquelle se dresse la jeunesse en lutte pour son identité », appelle à une « grande manifestation européenne le 2 avril à Molenbeek ». Le mot d’ordre : « Expulsons les islamistes ! »

Dans un communiqué, Génération identitaire explique : « En seulement un an, des attentats islamistes ont déjà tué près de 200 personnes sur le sol européen. Il est grand temps d’en finir avec les “je suis“, les bougies et les marches blanches pour enfin sonner le signal de la Reconquête.

Le quartier de Molenbeek, à Bruxelles, apparaît comme un véritable vivier islamiste et la base logistique de nombreux terroristes. Si ce quartier n’est malheureusement pas le seul dans cette situation en Europe, il est un symbole de la guerre qui se joue non pas à Palmyre ou Mossoul, mais en nos murs.

Génération Identitaire appelle donc la jeunesse européenne à se rassembler sur la place communale de Molenbeek le samedi 2 avril à 15 h avec un message simple et clair : à Molenbeek comme ailleurs, “Islamistes hors d’Europe !“. »

Face au terrorisme, la peine de mort revient dans le débat politique français

Peine de mort

25/03/2016 – PARIS (NOVOpress) : Le rétablissement de la peine de mort ne serait-il plus tabou ? Olivier Dassault, député (Les Républicains) de l’Oise, s’est prononcé aujourd’hui pour son rétablissement pour les individus reconnus coupables d’actes terroristes. « Ce n’est pas les simples représailles du retrait de la nationalité ou une peine d’une période de sûreté pouvant aller jusqu’à 30 ans qui effrayeront ces ennemis de la liberté mais bien davantage la peur de tomber sous le couperet de la justice », estime-t-il dans un communiqué dans lequel il juge Manuel Valls « coupable de non-assistance à peuple en danger ». « Ces individus qui sont prêts à massacrer nos enfants, endeuiller des familles sur le territoire qui les a accueillis par leur naissance ou leur intégration n’ont plus à recevoir de compassion de la part de notre nation », ajoute Olivier Dassault.

Hier sur BFM TV, c’est Xavier Bertrand, président (LR) de la région Hauts de France, qui avait affirmé : « Quand il y a eu le débat sur la suppression de la peine de mort, je n’étais pas majeur, je n’étais pas parlementaire, mais j’avais suivi tous ces débats. […] À l’époque, si j’avais été député, je crois que je n’aurais pas voté l’abolition de la peine de mort. » « Aujourd’hui, ajoutait-il, avec le recul, je pense que supprimer la peine de mort a du sens à une condition : c’est que ceux qui étaient susceptibles de relever la peine de mort ne doivent jamais, jamais, sortir de prison. […] Pour protéger nos concitoyens, la seule façon est de mettre à l’écart définitivement ceux qui ont commis des actes atroces. »

Toutefois, le Front national reste le seul parti à envisager le rétablissement de la peine de mort. Il annonce, dans son programme, vouloir soumettre à référendum le choix entre le rétablissement de la peine de mort et l’instauration de la réclusion criminelle à perpétuité réelle.

 


Attentats: Xavier Bertrand réclame “la… par BFMTV

La justice responsable des attentats de Paris et de Bruxelles

Terroristes Etat islamique

24/03/2016 – PARIS (NOVOpress) : Chaque jour apporte de nouvelles révélations sur les terroristes de l’Etat islamique qui ont frappé à Paris et à Bruxelles. Notamment sur leur passé judiciaire, qui révèle  l’invraisemblable aveuglement de la justice. Sous le titre « A Paris comme à Bruxelles, des multirécidivistes radicaux fichés frappent librement », l’Observatoire de l’islamisation fait le point sur le passé pénal de plusieurs de ces crapules islamistes. Nous le publions ci-dessous.

Passée l’émotion, il va falloir que les autorités françaises et belges fassent une sérieuse autocritique de leur gestion des bandits et/ou islamistes déjà condamnés, mais qui frappent après de trop courts passages en prison, bénéficiant souvent des remises de peine décidées par des juges teintés d’idéologie. Voici la liste des terroristes de Paris et de Bruxelles, dont l’identité n’a pas surpris les policiers qui les connaissaient déjà :

  • Les frères El Bakraoui : En octobre 2010, Ibrahim avait été condamné par le tribunal correctionnel de Bruxelles pour avoir tiré sur des policiers à la kalachnikov. Avec un complice, Ibrahim commet alors un braquage chez un agent de change. Ibrahim reste dans la voiture et fait le guet. Une fois le braquage commis, les auteurs s’en vont, à trois, dans la voiture. La police tente de les intercepter mais Ibrahim El Bakraoui fait feu à plusieurs reprises sur les agents et blesse l’un d’entre eux de trois projectiles. Ibrahim avait été reconnu coupable et condamné à une peine de 9 ans de prison. En février 2011 cette fois, c’est Khalid El Bakraoui qui s’est retrouvé devant la justice. Il a été condamné à 5 ans de prison sans sursis pour des car-jackings. Lors de son arrestation à l’époque, il détenait des kalachnikovs avec ses complices. Pourquoi les deux frères sont libres en mars 2016 pour commettre leur massacre ?
  • Samy Amimour : Le Figaro du 23 novembre dernier notait à son endroit : “c’est le symbole de l’inertie judiciaire et administrative qui confine à la cécité”. Ce tueur du Bataclan a été inculpé en 2012 pour un projet de départ au  Yémen, base arrière bien connue d’Al Qaida. Son passeport et sa carte d’identité lui sont retirés. Mais il a suffit à un de ses complices de  déclarer la perte de ses papiers à sa place, et on lui a réédité des originaux. Aussi, Amimour “devait” pointer au commissariat chaque semaine, chose qu’il ne faisait plus depuis septembre dernier. Ce qui n’a pas interpellé la “vigilance” des policiers chargés de le suivre.
  • Omar Ismael Mostefai : Il fait partie des terroristes du Bataclan. Condamné 8 fois pour des délits de droit commun entre 2004 et 2010, sans jamais être incarcéré! Fiché S pour radicalisation depuis 2010, sa fiche fut renouvelée un mois avant les attentats de Paris ! C’est la Turquie qui a prévenu la France en septembre 2013, qu’il serait en Syrie probablement. La police savait qu’il avait coupé les ponts avec son entourage, qu’il priait dans les mosquées tablighi de Lucé et Chartres. Mais laissé sans surveillance…
  • Abdelhamid Abaoud : Dès 2014 , ce belgo-marocain est repéré dans un vol Cologne-Istanbul, les policiers le soupçonnent d’aller faire le djihad. En janvier 2015, il échappe au démantèlement de la cellule terroriste de Verviers, la police belge est certaine qu’il en fait partie. Il a traversé les frontières européennes depuis la Syrie, en passant par Athènes où son portable est géolocalisé, pour revenir tranquillement dans sa ville natale de Molenbeek. A cause du refus idéologique de contrôler les frontières par les gouvernements eurofédéralistes, il peut aller à Paris et en revenir après avoir tué des dizaines de parisiens, victime du sans-frontiérisme.
  • Mohammad Al Mahmod et Ahmad Al-Mohammad : Le premier a  été contrôlé en Grèce le 3 octobre 2015 sur l’ile de Léros. Autorisé à entrer en Europe comme des centaines de milliers d’hommes seuls en provenance de Syrie, d’Afghanistan, du Soudan et d’Erythrée. Alors que l’Etat Islamique se vante d’infiltrer les migrants, il est entré dans l’espace Schengen de manière formelle tout comme son comparse Ahmad Al-Mohammad, lui aussi Syrien.
  • Javad Bendaoud : Condamné en 2008 à huit ans de prison pour avoir tué au hachoir un adolescent de 16 ans, il sort déjà en septembre 2013 pour reprendre son activité de caïd.
  • Fabien Clain : Condamné en 2009 pour être le chef d’un groupe de djihadistes voulant se rendre en Irak, il est condamné à 5 ans de prison mais ressort déjà en 2012. Il s’envole aussitôt pour la Syrie où il dirige la communication francophone de l’Etat islamique.

Qui sont les magistrats qui ont remis les salopards de Bruxelles en liberté ?

Freres Bakraoui

23/03/2016 – BRUXELLES (NOVOpress) : Il est maintenant certain, pour la police belge, que les frères El Bakraoui sont les deux kamikazes qui se sont fait exploser à l’aéroport international et dans le métro de Bruxelles. Il est tout aussi certain que, hier et pour de nombreux mois encore, Khalid (celui du métro) comme Ibrahim (celui de l’aéroport) auraient dû être en prison !

 

 

Ibrahim El Bakraoui avait été condamné, en novembre 2010, à une peine de neuf ans de prison pour avoir tiré à de nombreuses reprises sur des policiers – et blessé l’un d’eux – après un braquage raté contre un bureau de change bruxellois. 2010 + 9 = 2019. Pourquoi était-il dehors ? Pour bonne conduite ?

Khalid El Bakraoui avait, lui, été condamné, en 2011, à cinq ans de prison pour des vols avec violence. 2011 + 5 = 2016. Il semble qu’il était sorti depuis un bon moment. On peut savoir pourquoi ?

Et on peut avoir les noms des magistrats qui ont décidé de leur libération ? Dans la faillite générale des institutions, en Belgique comme en France, la magistrature est l’un des derniers secteurs à opérer dans la plus totale impunité. Même, comme c’est le cas ici, en cas de mise en danger de la vie d’autrui.

 

 

Éric Zemmour : “Entre Ryad et Téhéran, ce n’est pas encore la guerre”

05/01/2016 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
L’exécution d’un imam chiite par l’Arabie Saoudite a provoqué des manifestations très hostiles à Téhéran, avec qui Ryad a rompu les relations diplomatiques.

“Ce n’est pas la guerre entre l’Arabie Saoudite et l’Iran. Enfin, pas encore”, affirme Éric Zemmour. “L’ambassade saoudienne à Téhéran brûle et Ryad rompt ses relations diplomatiques avec l’Iran, mais ce n’est pas la guerre, pas encore”, insiste le journaliste, pour qui la guerre est pourtant “dans les têtes et dans les cœurs : une guerre de mille ans entre chiites et sunnites, une guerre civile au sein de la nation musulmane”. Il explique que si l’Iran est une république et si l’Arabie est une monarchie, “seul le Coran fait loi”.

Pour le journaliste, “la révolution iranienne de 1979 a refait de la religion le moteur politique du monde arabo-musulman”.

Depuis lors, les deux rivaux s’affichent comme le meilleur musulman, le plus cher à Allah, le plus respectueux de son message divin, même quand il s’agit d’occire les infidèles.

Pour Éric Zemmour, Téhéran comme Ryad ont fait de l’islam “un message mondialisé, le seul qui depuis la chute de l’Union soviétique s’oppose à sa version occidentale”.


L’exécution d’un dignitaire chiite par l’Arabie saoudite provoque une grave crise avec l’Iran

04/01/2016 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

47 prisonniers du régime saoudien sunnite ont été exécutés par balle ou par décapitation, vendredi dernier après la prière. L’Arabie saoudite avance qu’il s’agit de terroristes. Pourtant parmi les exécutés seuls deux étaient membres d’Al-Qaida. De nombreux autres étaient membres de la minorité chiite. Parmi lesquels le cheikh Nimr Baqer al Nimr, condamné à mort pour sédition contre le régime.

Comment le monde chiite a-t-il réagi ?
Des manifestations ont eu lieu à Beyrouth, Ankara, Bagdad, jusqu’au Pakistan et au Cachemire. À Bahreïn, de violents affrontements ont opposé les manifestants et la police. À Téhéran, les manifestants ont pris d’assaut l’ambassade saoudienne samedi soir et l’ont incendiée au cocktail Molotov.

Des responsables chiites se sont également exprimés
Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah, a prévenu « le sang du cheikh Nimr, poursuivra la famille des Saoud dans le monde et dans l’au-delà ». Il a également appelé à la condamnation des Saoud pour leur soutien au terrorisme. Il a insisté sur le combat pacifique du cheikh Nimr et a rappelé la responsabilité du Hezbollah dans l’évitement d’un conflit chiite-sunnite. L’ayatollah Khamenei, guide suprême iranien, a quant à lui averti que la main divine vengerait ce crime.

L’Arabie saoudite a rompu ses relations diplomatiques avec l’Iran
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir, a annoncé hier la rupture des relations diplomatiques avec l’Iran. Tous les diplomates iraniens ont 48 h pour faire leurs bagages et rentrer à Téhéran. Il accuse le régime de passivité envers les manifestants. Il a également accusé l’Iran d’ingérence dans les affaires du royaume et de créer des cellules terroristes sur le sol saoudien.

Crédit photo : WikiCommons (CC) = cheikh Nimr Baqer al Nimr

Attentats : la maire de Moolenbeek disposait d’une liste de terroristes

26/11/2015 – EUROPE (NOVOpress)
La maire de Moolenbeek avait depuis un mois une liste de 80 terroristes, dont les frères Abdeslam et Abdelhamid Abaaoud, qui lui avait été communiquée par les services belges.

Selon le quotidien américain New York Times, la maire Françoise Schepmans avait reçu, un mois avant les attentats du 13 novembre, une liste de plus de 80 noms et coordonnées d’individus suspectés d’être des militants islamistes. La commune belge de Moolenbeek qu’elle administre est connue pour être l’in des principaux foyers de l’islam radical et du djihadisme en Europe.

Elle réfute toute responsabilité, déclarant « Que est-ce que j’étais censé faire avec eux [les noms des militants islamistes] ? Ce n’est pas mon boulot de traquer de possibles terroristes »,
Et expliquant que cela était la « responsabilité de la police fédérale ». Certes, pourquoi alors avoir demandé une telle liste ? L’affaire pointe en tout cas du doigt la responsabilité des services de sécurité belges, qui connaissaient la menace, mais n’ont pas agi ni apparemment assez informé leurs homologues français.

Pour Cazeneuve, les djihadistes ne profitent pas encore des flux migratoires pour venir en Europe

Ramadan : Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, s'assoit allègrement sur la laïcité

14/09/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Ce n’est pas un scoop. Depuis quelques mois, profitant de l’invasion migratoire, l’État islamique tente de mêler ses combattants aux “migrants” qui traversent la Méditerranée.

Bernard Cazeneuve s’est enfin décicé à reconnaitre que les islamistes pouvaient essayer d’envoyer des volontaires pour mener la guerre sur notre sol. Mais se voulant rassurant, le ministre de l’Intérieur a tout de même précisé que “ce n’était pas le cas pour l’instant” (sic).

Je ne peux pas exclure qu’à un moment donné, des groupes terroristes profitent des flux pour essayer de les utiliser et les instrumentaliser pour commettre leurs crimes. Mais ce n’est pas le cas pour l’instant.

Pendant ce temps, en Allemagne, les fonctionnaires de l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides) continuent à distribuer des tracts en arabe pour inciter les “migrants” à venir en France. Nous voici rassurés…


L’Allemagne jette Schengen aux oubliettes : la faute à Daesh ?

14/09/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Depuis l’annonce-surprise de la suspension sine die des accords de Schengen par l’Allemagne, les commentaires vont bon train – nous y reviendrons — Aucun en France n’a cependant relevé le rôle éventuel des terroristes de Daesh/État islamique dans cette décision.

Angela Merkel, chancelière allemande et proconsul autoproclamée de l’Europe, a décidé unilatéralement hier de suspendre les accords de Schengen et de rétablir des contrôles aux frontières.
Moins d’une semaine après avoir annoncé que l’Allemagne allait recevoir 800 000 « réfugiés », la nouvelle a sonné comme un coup de tonnerre dans le ciel calme des immigrationnistes – au premier rang desquels le gouvernement Français —, qui s’évertuaient à suivre le mouvement impulsé par la patronne de l’Europe.
La masse des « migrants » qui déferle sur l’Europe, la nécessité pour l’Allemagne « souffler » et de ne pas se laisser déborder par le nombre ont déjà été évoqués par les commentateurs.

C’est peut-être plus la qualité de nos chers « réfugiés » qui a fait peur à Maman Merkel.

Le groupe terroriste l’avait annoncé et encourage les « migrants » à rejoindre ses rangs, l’OTAN, les espagnols, les Anglais avaient confirmé le risque, on en vu une trace en France et maintenant, ça commence pour de bon : les militants et terroristes de Daesh dissimulés parmi les hordes de clandestins relèvent la tête et l’Allemagne se rend compte un peu tard qu’ouvrir les bras sans discernement à tout ce monde-là n’était peut-être pas une très bonne idée.
Les contrôles aux frontières sont peut-être une tentative de réponse à cette crise sécuritaire. Déjà que le nombre en lui-même constitue une agression majeure

À propos, notre « gouvernement » continue à se battre pour accueillir toujours plus de migrants…


Terroristes potentiels parmi les « réfugiés » : premier exemple relevé par la presse

12/09/2015 – FRANCE (NOVOpress)
L’OTAN, Frontex et d’autres agences de sécurité avaient envisagé cette possibilité, Daesh l’avait annoncé, c’est maintenant établi : des terroristes liés à l’État islamique se dissimulent parmi les « réfugiés ».

Comment ne pas prendre au sérieux la possibilité que les flots de clandestins qui submergent l’Europe abritent des « combattants » de l’État islamique ? Si la vague migratoire est en elle-même une arme, elle est aussi un formidable outil d’infiltration de terroristes ou simplement d’agitateurs et de prosélytes.
Une réalité que nos élites se gardent bien de mentionner, refusant même que les municipalités dans l’obligation d’accueillir des « réfugiés » choisissent des chrétiens, moins susceptibles de dissimuler des dangers publics.

C’est dans ce contexte politico-émotionnel absurde que les forces de l’ordre essaient de faire leur travail. Elles ont ainsi identifié un sbire de l’État islamique qui est susceptible d’avoir rejoint Calais avec des migrants afin de se rendre en Angleterre pour y commettre des attentats. L’individu, qui a quitté la Syrie fin août, a les honneurs d’une « Fiche S » pour sûreté de l’État.

Les associations présentes autour de la « jungle » de Calais (le camp sauvage de clandestins aux abords de la ville) admettent la possibilité que cette zone non contrôlée serve de refuge à des terroristes, mais se montrent sceptiques, comme Claudine, de l’association Salam :

Si un djihadiste veut aller en Angleterre, il n’a pas besoin de se cacher. Il aura de l’argent, un faux passeport, un réseau. Pas comme nos copains migrants qui galèrent pour demander l’asile ou pour passer en Angleterre.

La brave Claudine méconnaît la nature du terrorisme « low-cost » dont est coutumier l’État islamique. Outre la radicalisation des populations autochtones (de type Merah, Coulibaly, etc.), Daech fonctionne avec de jeunes fanatiques, rapidement entraînés, aisément remplaçables, qui se débrouillent pour commettre des actes aussi barbares que possible, mais ne demandant pas de forte logistique (égorgement en public, attaque à la voiture bélier…). Bref, qui ont toute leur « place » en nombre parmi les hordes de clandestins.

Crédit photo : Jey OH photographie via Flickr (CC) = “Quand il faut s’en aller”

Accueil de clandestins : Roanne, maire courage

09/09/09/2015 – POLITIQUE (Présent 8436)

Accusé de « racisme » et de « xénophobie » depuis deux jours sur les réseaux sociaux, traîné dans la boue par des médias qui ont sorti l’artillerie lourde pour soutenir les clandestins, condamné mardi par le ministre de l’Intérieur, Yves Nicolin, député-maire LR de Roanne, va-t-il devoir répondre de ses propos devant la justice ? Son crime ? Avoir osé déclarer lundi, devant des journalistes scandalisés, qu’il accueillerait bien des migrants sur le territoire de sa commune, mais « à condition qu’il (s’agisse) de réfugiés chrétiens qui sont persécutés par Daech en Syrie » !

8436-P1

« Prendre toutes les précautions possibles »

Interrogé par France Bleu Saint-Étienne Loire au sujet de la lettre adressée dimanche par Cazeneuve à tous les maires de France, Yves Nicolin a en effet osé émettre des réserves quant à l’accueil des migrants en indiquant notamment qu’il faudra « prendre toutes les précautions possibles » pour s’assurer qu’il ne s’agit pas de réfugiés économiques ni de terroristes. Avant d’ajouter : « ce que je souhaite, c’est qu’on puisse avoir l’absolue certitude que ce ne sont pas des terroristes déguisés, c’est la raison pour laquelle je pense que demander ça, et que ce soit des chrétiens, peut représenter une garantie suffisante ». Une position qu’il a de nouveau défendue un peu plus tard sur France TV Info en posant cette question pleine de bon sens : « qui nous dit que, parmi ces réfugiés, ne se cachent pas des membres du groupe Etat islamique qui ont décidé de prendre le chemin de l’Europe avec de mauvaises intentions ? »

À Belfort aussi

Une position qui choque évidemment les chiens de garde du politiquement correct, mais qui est partagée, en partie du moins, par d’autres élus. Ainsi, peu après le maire de Roanne, c’est celui de Belfort, Damien Meslot (LR), qui disait réfléchir à la possibilité d’accueillir en priorité des « familles de chrétiens syriens et de chrétiens d’Irak, qui sont particulièrement persécutés ».
Et le député-maire LR de répondre très justement aux journalistes indignés de France Bleu Belfort-Montbéliard : « je ne fais pas de tri, je choisis d’accueillir ceux qui sont le plus persécutés : quand on est chrétien en Syrie ou en Irak, on risque la mort et je pense que nous pouvons faire un geste pour ces communautés ».

Franck Delétraz

AR-15 « Crusader », le fusil d’assaut que les musulmans ne toucheront jamais

05/09/2015 – MONDE (NOVOpress)
Coup marketing ou idée comme seuls les Américains peuvent en avoir, le fusil d’assaut qui garantit qu’il ne sera pas utilisé par les terroristes musulmans fait parler de lui.

Un nouveau modèle de fusil d’assaut AR-15 fabriqué à Apopka – USA — est vendu comme un modèle qui ne sera « jamais utilisé par des terroristes musulmans. » Le fusil Tactique Crusader (Croisé) de Spike est un AR-15 (dérivé du célèbre M -16) avec quelques modifications jugées choquantes pour d’éventuels acheteurs de confession musulmane. Un verset de la Bible, Psaume 144:1 a été gravé sur le fusil au laser. Il est dit : « Béni soit l’Éternel, mon roc, qui entraîne mes mains pour la guerre, mes doigts pour combattre. »

cruaser detail 01

Cet AR-15 comprend également quelques autres modifications comme un bouclier et une croix gravés au laser.

crusaer_detail2

Le sélecteur de tir indique les mots « Paix » pour la position sécurité, Guerre » pour le mode semi-automatique, et « Dieu le veut » en tir automatique. L’autre face du sélecteur porte les traductions latines de ces mots.

Ce nouveau modèle se vend pour 1 395 $, mais est livré avec une garantie à vie.

En ce moment et depuis un bon moment les menaces les plus importantes dans le monde sont le terrorisme islamique. Nous voulions fabriquer une arme qui ne sera jamais utilisée par des terroristes musulmans pour tuer des innocents.

a déclaré Ben « Mookie » Thomas, porte-parole tactique de Spike, qui est un ancien Navy Seal et ancien employé de Blackwater.
Comme ancien militaire et entrepreneur de sécurité au Moyen-Orient, Thomas dit qu’il comprend bien que bon nombre des armes utilisées par les terroristes sont fabriquées aux États-Unis et financées par les états arabes. « Beaucoup de musulmans sont de bonnes personnes, mais les musulmans radicaux détruisent le monde. »

Lire la suiteAR-15 « Crusader », le fusil d’assaut que les musulmans ne toucheront jamais

Terrorisme : Un 11-septembre français? L’alarme des services de renseignement

Source : RT en français
La France va-t-elle connaître une attaque comparable à celle qui a vu l’effondrement du World Trade Center ? C’est l’inquiétude des services de renseignement français qui avertissent sur une possible recrudescence de la violence terroriste.

L’information a de quoi inquiéter. Selon une source des services français qui s’est confiée de façon anonyme au journal britannique The Telegraph, lequel reprend aussi en partie un article du Canard enchaîné, la France risque de connaître des troubles terroristes croissants.

Outre un attentat spectaculaire et meurtrier sur le mode du 11 septembre américain, plusieurs sources anonymes envisagent également la possibilité qu’un avion de ligne civil puisse être abattu par un missile.

Après la tentative terroriste sur le train Thalys reliant Amsterdam à Paris et toute une série d’attaques terroristes et de tentatives d’assassinat qui ont eu lieu cette année en France, le président François Hollande avait solennellement mis en garde : « Nous devons nous préparer à d’autres assauts et nous sommes toujours exposés » avait-il ainsi martelé.

Loup solitaire ou terrorisme de l’intérieur ?

Selon la source citée par The Telegraph, les autorités françaises craignent également des troubles internes dans certains quartiers périphériques français. L’armée française aurait même élaboré des plans d’urgence pour la « réappropriation du territoire national ». Ce terme désigne la possibilité pour l’armée de prendre contrôle de ces quartiers dans le cas où la population deviendrait hostile aux forces de l’ordre. (Sic.)
Ces zones sont décrites comme des endroits où les armes sont relativement faciles à se procurer. Là, terrorisme et banditisme se mêleraient, sur fond de trafic d’armes lourdes et de drogue.

Les tentations de radicalisation islamiste de certains Français sont également mises en relief : « L’idée que les attaques comme celle contre le train sont le fait de personnes agissant pour leur propre compte n’est pas crédible. Nous avons affaire à des réseaux très organisés de militants islamistes qui ont lancé une campagne violente et sont déterminés à l’intensifier », explique ainsi l’agent des services de renseignement français.

Les autorités françaises ont réagi à cette série d’attaques par des dispositifs variés. D’abord, le gouvernement a appelé à la prudence et la vigilance des citoyens pour contrer cette menace. Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve a annoncé la mise en place d’un système coordonné qui permettra des contrôles plus systématiques dans les aéroports et dans les transports publics. Cette mesure de sécurité devrait être étendue à l’Europe, après la réunion des ministres européens des Transports.

Cependant, pas sûr que cela suffise, puisque l’agent, décidément très alarmiste, voire pessimiste, avertit : « La vérité est que nous avons déjà tout essayé. Mais nous avons atteint les limites de ce que nous sommes capables de faire, tant d’un point de vue législatif et organisationnel que d’un point de vue financier ».

Crédit photo : Petit Louis via Flickr (CC) = Vigipirate à Paris

Des hélicoptères américains parachutent armes et munitions pour l’État islamique

30/08/2015 – MONDE (NOVOpress)
Un haut responsable du renseignement irakien a révélé a la Fars News Agency que des hélicoptères américains parachutent des armes et autres secours pour les terroristes d’ISIS/État islamique/Daesh dans la province occidentale d’al-Anbar.

Selon l’agence de presse indépendante iranienne Fars News Agency, des hélicoptères américains apporteraient un soutien logistique aux troupes de l’État islamique dans la province irakienne d’al-Anbar. Un haut responsable du renseignement irakien a ainsi déclaré, sous couvert d’anonymat :
« Les combattants présents aux avant-postes du combat contre ISIS (l’État islamique) voient toujours des hélicoptères américains survoler les zones contrôlées par ISIS et parachuter des armes et des aides d’urgence »
Il ajoute que les mêmes hélicoptères évacuent au besoin blessés et chefs militaires de l’organisation terroriste. Cette aide prolonge le conflit dans la province d’al Anbar, fief des terroristes.

Ces déclarations corroborent de précédents rapports : lors d’une avancée significative en Mars dernier, un groupe des forces populaires irakiennes, connu sous le nom d’Al-Hashad Al-Shabi, a abattu un hélicoptère de l’armée américaine qui transportait des armes pour ISIS dans les parties occidentales de la zone d’Al-Baqdadi dans la province d’Al-Anbar.

Aussi en février dernier, un haut législateur avait révélé que l’armée irakienne avait abattu deux avions britanniques qui transportaient des armes pour les terroristes d’ISIS dans la province d’Al-Anbar.
« Le Comité de Défense et de Sécurité Nationale du Parlement irakien est en possession de photos de deux avions britanniques qui se sont écrasés alors qu’ils transportaient des armes pour ISIS », déclare al-Zameli.

Crédit photo : DVIDSHUB via Flickr (CC) = Cav. Medics Rush to Aid Local Man (10.17.2009)