Conflits, “camp du bien” et manipulations d’opinion : l’exemple de la Serbie [vidéo]

Conflits, "camp du bien" et manipulations d'opinion : l'exemple de la Serbie [vidéo]

La diabolisation de l’adversaire est une vieille constante des conflits qui ont secoué le monde. Allemands mangeurs d’enfants en 1871 ou 1914 ; Serbes “nazis” en 1992 ; Irakiens chimiques en 2003 ; snipers Syriens tirant depuis les toits sur des manifestants innocents en 2011, etc. poursuivent un but similaire : fédérer derrière soi une opinion publique en vue de préparer un conflit. À stratégies égales, époques – et donc techniques – différentes : celui qui dispose du plus grand nombre de chaînes de télévision peut d’ores et déjà être déclaré vainqueur.

Si les causes des guerres sont restées les mêmes (peu reluisantes : expansions stratégiques ou contrôles des ressources naturelles et des matières premières…), il convenait donc pour les tenants du “camp du bien”, avides de guerres humanitaires et de “libération”, d’y mettre les formes. La modification sémantique aidant (ministère de la Guerre devenu “de la Défense”, la “bataille” cédant le pas à “l’intervention”, le “bombardement” au terme plus policé de “frappe”), les manipulations les plus grossières pouvaient être données en pâture aux opinions occidentales qui ne demandaient qu’une chose : avoir bonne conscience.

L’actualité syrienne et libyenne nous poussent ainsi à nous souvenir d’un trucage médiatique, modèle du genre, dont les conséquences terribles furent la mise au ban des nations de la Serbie à partir de 1992, lors du conflit yougoslave, et le bombardement de cette même Serbie par l’OTAN en 1999 lors de la crise du Kosovo. Les trois vidéos ci-dessous sont issues d’une émission de la chaine de télévision serbe RTS, qui démontre le trucage des photos du camp de prisonniers d’Omarska et de réfugiés de Trnopolje en 1992, trucage réalisé à l’époque par une ONG atlantiste ayant pignon sur rue, à tel point qu’elle en fit des affiches pour recruter de nouveaux donateurs. Ces photos, qui ont fait le tour du monde, sont encore utilisées de nos jours pour faire passer les Serbes pour des bourreaux nazis.

La Turquie s’oppose à une intervention en Syrie

La Turquie s’oppose à une intervention en Syrie

17/08/11 – 18h30
ANKARA (NOVOpress)
– C’est par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, que la Turquie a affirmé son opposition à une intervention étrangère en Syrie, tout en dénonçant vivement la poursuite de la répression dans ce pays.

“Nous n’accepterons pas d’opérations contre des civils au cours du mois du Ramadan. Nous prenons toutes les mesures pour l’éviter”, a ajouté le chef de la diplomatie turque.

Lors d’une visite la semaine dernière à Damas, le ministre turc a exhorté le président syrien Bachar al-Assad à mettre fin à la répression contre la population civile et à ouvrir la voie à des réformes politiques.

“Nous lancerons toutes les formes d’avertissement à la Syrie pour que les revendications du peuple syrien soient satisfaites”, a déclaré M. Davutoglu, soulignant qu’il avait évoqué la question syrienne avec le secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-Moon, lors d’un entretien téléphonique.

Ankara, dont les liens avec la Syrie s’étaient resserrés ces dernières années, a critiqué avec force la violence de la répression menée par le régime de Damas, mais ne réclame ni la démission du président Assad ni une intervention étrangère qui serait à ses yeux un remède bien pire que le mal.

Ingérence : les USA veulent demander le départ de Bachar El-Assad

Ingérence : les USA veulent demander le départ de Bachar El-Assad

10/08/11 – 17h30
WASHINGTON (NOVOpress)
– Après avoir demandé, au printemps, l’abdication des leaders tunisien, égyptien et libyen, les Etats-Unis envisagent aujourd’hui « d’exhorter » le président Bachar el-Assad à se démettre du pouvoir.

L’émission d’un tel appel signifie que les Etats-Unis renoncent à tout dialogue avec les autorités actuelles et exigent la transmission du pouvoir à l’opposition.

Jusqu’à présent, les Etats-Unis s’étaient contentés de demander au dirigeant syrien de mettre immédiatement fin aux répressions contre l’opposition qui sème le désordre en Syrie depuis plusieurs mois dans le sillage des troubles massifs qui secouent l’ensemble du monde arabe.

Ces événements représentent une aubaine pour les Etats-Unis et une occasion unique de se « débarrasser » d’un adversaire traditionnel d’Israël dans la région.

Demain, les USA demanderont-ils également la tête de David Camerone si celui-ci décide de réprimer énergiquement les émeutes qui ravagent l’Angleterre ?

*** Photo : Bachar el-Assad et Nicolas Sarkozy

A Deir Ezzor, L’Express nous refait le coup de Hama

A Deir Ezzor, L’Express nous refait le coup de Hama

09/08/2011 – 08h00
DAMAS (InfoSyrie) — « L’armée attaque Deir Ezzour »
. On peut dire que L’Express, sur son site, maintient la pression et la tension sur son lectorat, au moins autant que sur le gouvernement syrien.

Les forces syriennes se sont en effet déployées autour de la ville de l’est, non loin de la frontière irakienne, et ont entrepris d’y rétablir l’ordre : des opposants ont dressé des barricades dans la ville et, comme tout le monde le sait, sauf apparemment les grands médias du type L’Express, certains de ces opposants sont armés.

Les chefs de tribus de la région de Deir
Les chefs de tribus de la région de Deir

Il nous faut d’ailleurs rappeler, puisque notre « confrère » ne le fait pas, que les chefs de tribus de la région de Deir (Tribus d’Obeid, Bouchaaban, Douleim, Jheiche et Jabbour) avaient par le biais d’un communiqué, et aussi d’une délégation reçue à Damas, demandé aux autorités de rétablir l’ordre à Deir Ezzor. Radio France International s’est d’ailleurs – quand même – fait l’écho, dimanche 7 août, de cette démarche : si les représentants traditionnels de la population en appellent à l’armée, c’est bien qu’il y a problème, non ?

Un « best of » de la désinformation

Mais L’Express ne s’en tient pas à son titre sensationnaliste et on peut dire qu’il nous offre un véritable « digest » de propagande anti-régime comme on a appris à l’ « apprécier » depuis quatre mois et quelque. Jugez plutôt :

Comme de nombreux médias atlantistes : un « best of » de la désinformation
L’Express maintient la pression et la tension sur son lectorat, au moins autant que sur le gouvernement syrien

– d’abord on assène le chiffre effrayant des victimes civiles : 42 selon la Ligue syrienne des droits de l’homme d’Abdel Karim Rihaoui, un concurrent, pas plus crédible a priori, que Rami Abdel Rahmane et son OSDH. Mais on recycle pour l’occasion les incontournables snipers bacharistes postés sur les toits pour décimer les protestataires, aperçus donc par les « comités de coordination locaux » qui collectent les infos pour les cyber-propagandistes de l’opposition ;

– on a même droit aux révélations sensationnelles d’un soldat déserteur – un officier d’un corps d’élite nous assure-t-on – qui dans un entretien accordé au site arabe Asharqal Aswatet relayé par le Nouvel Observateur – affirme que l’armée syrienne a reçu l’ordre « de mener à bien une opération de génocide » sans épargner les femmes et les enfants. Rien que ça ! On pense au bouleversant témoignage d’un autre renégat de l’armée syrienne – tout aussi imaginatif – ce colonel Harmoush qui avait expliqué à la BBC qu’il avait retardé l’entrée de l’armée à Jisr al-Choughour en posant des mines avec une dizaine de mutins (voir « Encore une baudruche qui se dégonfle » mis en ligne le 27 juin) ;

– ensuite on nous explique que Bachar est « lâché par ses alliés » : Ha bon, la Russie, l’Iran et le Liban ont rappelé leurs ambassadeurs ? La Chine, l’Inde, le Brésil, l’Afrique du Sud envisagent cette fois de voter le projet de résolution onusien de Sarkozy ? L’Irak ne veut plus du gazoduc irano-irako-syrien ? Hugo Chavez s’est rallié au point de vue américain ?

En fait non, c’est juste que la Ligue arabe a fait part au président syrien de sa « grande angoisse » – que ne le fait-elle à propos de la Libye, du Yémen ou du Bahrein ! – et que le Conseil de coopération du Golfe – qui regroupe les exemplaires démocraties saoudienne, émiratie, bahreïnie, qatarie et koweitienne – dénonce l’« augmentation de la violence et l’usage excessif de la force en Syrie » – et la répression saoudienne au Bahrein par l’armée saoudienne, n’a-t-elle pas été quelque peu excessive ? Et aussi que la Turquie envoie à Damas son ministre des Affaires étrangères avec un message paraît-il « déterminé » du Premier ministre Erdogan.

Si ce sont là les « alliés » qui « lâchent » Bachar, celui-ci peut encore dormir sur ses deux oreilles !

Méthode Coué pro-américaine

Pour finir ce best of de la désinformation, L’Express, alors que les vidéos montrant des insurgés armés tenir des quartiers de Hama, ou d’autres profaner des cadavres de policiers ou de partisans du régime, sont visibles partout sur la toile, L’Express qui relaie sans ciller ni vérifier toutes les affirmations de l’opposition exilée, L’Express donc se permet de parler méprisamment des « agissements présumés de groupes armés extrémistes » invoqués par Damas.

A ce degré de mauvaise foi, on prendra l’hebdomadaire pour ce qu’il est, un agent d’influence atlantiste, qui façonnera le plus longtemps possible à l’intention de ses lecteurs et de ses soutiens financiers une réalité virtuelle. Laquelle se heurtera immanquablement aux réalités de terrain : Bachar et son régime conservent d’importants soutiens populaires, l’opposition est divisée et « plombée » par une aile activiste et islamiste téléguidée de l’étranger, Moscou et Téhéran ne laisseront pas tomber Damas… On continue ? Non car c’est inutile : dans cette affaire syrienne L’Express, comme beaucoup de ses confrères, fonctionne selon le principe de la bonne vieille méthode Coué, recyclée dans une perspective atlantiste. Et est donc inaccessible à notre argumentation.

[box class=”info”]Article publié initialement le 8 août 2011 sur le site infosyrie.fr. Reproduit avec leur aimable autorisation.[/box]

Les nouveaux murs : Israël veut bétonner sa frontière avec la Syrie

Les nouveaux murs : Israël veut bétonner sa frontière avec la Syrie

30/07/11 09h00
PARIS (NOVOpress)
– Israël pousse actuellement activement les travaux de construction d’un mur doublant sa frontière avec la Syrie. Ce nouveau mur construit par l’Etat hébreu est situé sur le plateau du Golan, territoire conquis face aux Syriens en 1967 et annexé “officiellement” en 1981.

Pour le moment seuls 8 kilomètres sont finalisés, mais le mur devrait courir au final 120 kilomètres afin de “bétonner” hermétiquement la frontière.

Les autorités israéliennes ont invoqué des récents incidents survenus à la frontière pour justifier cette construction. En effet, le 5 juin dernier, une manifestation syrienne avait été dispersé da le sang par l’armée Israélienne. Bilan : 23 manifestants tués et 350 blessés.

“Nous n’autorisons pas d’intrusion sur notre territoire”, avait alors déclaré le colonel Shukroon, “chef de la barrière de sécurité” du plateau du Golan. “C‘est notre devoir en tant qu’armée et notre droit en tant qu’Etat de défendre nos frontière et de ne pas autoriser quiconque à pénétrer en Israël.”

La construction du nouveau mur devrait donc permettre un contrôle encore plus resserré de cette frontière pourtant non reconnue par l’ONU, le Conseil de sécurité ayant même condamné solennellement l’annexion israélienne de 1981.

Les révoltes arabes. Sur Méridien Zéro dimanche 17 juillet à 23 heures. Avec Philippe Prévost

[box class=”info”]Méridien Zéro nous communique :[/box]

L’équipe de Méridien Zéro vous propose pour la fin de semaine de traiter des révoltes arabes, pas celles qui enflamment nos banlieue nous y reviendrons, mais celles qui font aujourd’hui la une de tous nos grands médias.
Pour s’entretenir de ce phénomène, nous aurons le plaisir d’accueillir dans nos studios l’historien Philippe Prévost.
C’est à un décryptage éclairé et à une fine et brillante analyse de ces « soulèvements populaires » que toute l’équipe de MERIDIEN ZERO vous convie ce dimanche à 23h.

A écouter sur :
http://meridienzero.hautetfort.com/
ou
http://www.radiobandieranera.org/
ou
Europa Radio

Les révoltes arabes. Sur Méridien Zéro ce soir à 23 heures. Avec Philippe Prévost

Assad Abou Khalil : « La couverture médiatique de la situation syrienne ? Sensationnel et propagande »

Bashar al Assad

28/06/2011 – 10h30
PARIS (Info Syrie) – Voici la traduction d’un texte paru sur le blog d’Assad Abou Khalil, citoyen libano-américain et professeur de sciences politiques à l’université de l’État de Californie. Dans ce texte, Assad Abou Khalil, tout en affichant clairement son opposition au régime syrien, revient sur les falsification des médias occidentaux sur la Syrie, et tente d’analyser les raisons de cet aveuglement ou de cette mauvaise foi. Il s’efforce de faire la part des choses entre les diverses propagandes, et reconnaît le soutien de « beaucoup de Syriens » au pouvoir de Bachar al-Assad. Il met en lumière aussi le rôle-moteur de la chaîne qatari Al Jazeera dans le travestissement des faits.

Lire la suiteAssad Abou Khalil : « La couverture médiatique de la situation syrienne ? Sensationnel et propagande »