[Chez nos confrères] Kiosque Infos Sida, l’association qui suce vos impôts

[Chez nos confrères] Kiosque Infos Sida, l'association qui suce vos impôts

12/12/2014- PARIS (via Contribuables Associés)
La semaine dernière, à l’Université Paris III-Sorbonne-Nouvelle, étaient distribués des tracts intitulés « Tu suces ? » aux étudiants. L’association qui les a édités, Kiosque Infos Sida, est officiellement vouée à la prévention du VIH, et reçoit à ce titre de grasses subventions. Mais l’usage qui est fait de votre argent est tout autre…

La prévention du sida, en principe, consiste à expliquer aux personnes les plus susceptibles de contracter le VIH qu’elles doivent éviter les pratiques à risques afin de se prémunir elles-mêmes, et de prémunir les autres.

Si l’on s’en tient aux professions de foi de l’association Kiosque Infos Sida, c’est ce qui est fait par l’association, avec notamment un centre de dépistage du VIH et, officiellement du moins, des actions de prévention.

Mais dès que l’on se penche sur les brochures éditées par l’association à destination des jeunes, on se rend compte que l’objet de l’association est tout autre. Il s’agit tout bonnement de faire la promotion de la sexualité sans entraves (entre « hommes qui aiment les hommes ») sous couvert d’encadrement des pratiques à risques.

La semaine dernière, l’association distribuait des tracts à Censier, le campus de l’Université Paris III-Sorbonne Nouvelle. Intitulée carrément « Tu suces ? », cette série de trois dépliants peut difficilement être classée dans le matériel de prévention des MST. (Attention images et mots réservés à un public averti, note de Novopress, comme l’image en Une)

>> Pour lire l’article dans son intégralité

Interruption de séance, débats houleux : la question des Roms électrise le conseil municipal de Strasbourg

Interruption de séance, débats houleux : la question des Roms électrise le conseil municipal de Strasbourg

29/09/2014 – STRASBOURG (NOVOpress) – Subventions aux associations venant en aide aux Roms par la ville de Strasbourg – C’était il y a une semaine tout juste : le conseil municipal de Strasbourg réuni le lundi 22 septembre 2014 avait, entre autres sujets, à délibérer de la poursuite du versement de subventions (150.000 euros pour septembre 2014) pour des associations venant en aide aux Roms d’Europe de l’Est installés depuis plusieurs années à Strasbourg.

Ce sujet sensible a, suite à l’intervention de l’élue FN Julia Abraham (texte complet de l’intervention), provoqué des débats houleux entre le PS et l’UMP, avec une rhétorique somme toute classique, le PS accusant l’UMP de courir après le FN en raison de son abstention du vote, mettant en doute l’efficacité de cette politique d’intégration des Roms, puis la réaction outrée de l’UMP de se voir assimilée au FN et sa chef de file Fabienne Keller (sénatrice UMP ayant voté le Mariage pour Tous) demandant une interruption de séance en raison de ces amalgames qui lui sont insupportables…

Le lycée catholique Gerson privé de subventions

Le lycée catholique Gerson privé de subventions

04/07/2014 -PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
L’acharnement contre l’école libre a franchi une nouvelle étape ce mercredi avec la décision du conseil régional d’Ile-de-France de suspendre le versement des subventions dues au lycée de Gerson (photo), situé rue de la Pompe, dans le XVIème arrondissement de Paris.

Cette décision fait suite aux accusations proférées dans les médias dominants par une élève du lycée, qui s’était dite choquée par l’intervention d’une association pro-vie « Alliance Vita » au cours d’un séminaire destiné à l’instruction religieuse. Rappelons que, au terme de son règlement intérieur, l’enseignement religieux fait partie intégrante du programme pédagogique proposé par le lycée catholique.

Il n’en aura pas fallu davantage pour diligenter, le 15 avril dernier, une enquête de l’Inspection générale de l’Education nationale. A la demande d’Henriette Zoughebi, vice-présidente du conseil régional en charge des lycées et élue du Front de gauche, le conseil régional a opté pour la suspension des subventions dans l’attente des conclusions de ladite enquête.

Reste à déterminer la légalité d’une telle décision, qui constitue une véritable première, et devrait plomber considérablement les finances de l’établissement privé sous contrat.

Crédit photo : Jean GUERIN 2 via Wikipédia (cc).

Le patron de France terre d’asile soupçonné de détournement d’argent public

Le patron de France terre d’asile soupçonné de détournement d'argent public

07/12/2013 – 09h00
PARIS (Bulletin de réinformation) – Le parquet de Paris a ouvert hier une enquête préliminaire pour détournement d’argent public à l’encontre de Pierre Henry, patron de l’association immigrationniste “France terre d’asile“.

L’enquête assurée par la brigade de répression de la délinquance économique s’intéresse à des faits qui se seraient déroulés en mai 2004, lorsque le patron de l’association a emprunté 271.000 € auprès de la trésorerie de son association pour financer l’achat d’un appartement privé. Les fonds de l’association, qui s’élèvent à plus de 50 millions d’euros, proviennent pour 70 % de subventions du ministère de l’Intérieur.

Crédit photo : moacir via Flickr (cc)

Culture bretonne : la subvention accordée par le conseil général de Loire-Atlantique au festival « les Celtomania » fortement réduite

Culture bretonne : la subvention accordée par le conseil général de Loire-Atlantique au festival « les Celtomania » fortement réduite

12/07/2013 – 16h00
NANTES (NOVOpress Breizh) –
Mauvaise nouvelle pour les Celtomania. Ce festival de culture bretonne et celtique, qui se déroule chaque année en automne dans plus d’une quinzaine de communes de Loire-Atlantique, vient en effet de voir sa subvention amputée de 40% par le Département. Une décision qui témoigne du peu d’intérêt porté à la culture bretonne par Philippe Grosvalet, président (PS) du conseil général, manifestement plus sensible à la « diversité » qu’à l’identité.

Lire la suiteCulture bretonne : la subvention accordée par le conseil général de Loire-Atlantique au festival « les Celtomania » fortement réduite

Festival de Cannes : où passe le pognon ? Leur petite entreprise ne connaît pas la crise

Festival de Cannes : où passe le pognon ? Leur petite entreprise ne connaît pas la crise

Photo ci-dessus : Gilles Jacob, président de l’association qui gère le festival.

Du 15 au 26 mai se déroule le 66e festival de Cannes. Et la Palme d’or… massif est décernée aux organisateurs ! L’association loi de 1901, qui tient la caisse du Festival, affiche un budget officiel de 20 millions d’euros, dont 50 % de subventions publiques. Et elle fait des bénéfices ! « Minute » vous révèle les sous et dessous d’un business pas toujours très transparent…

Lire la suiteFestival de Cannes : où passe le pognon ? Leur petite entreprise ne connaît pas la crise

Comment les lobbys se gavent pendant qu’on trinque – Faire des économies ? Chiche !

Comment les lobbys se gavent pendant qu’on trinque – Faire des économies ? Chiche !

Photo ci-dessus : Champagne ! L’association Jeudi noir défile pour obtenir le logement d’immigrés illégaux. Du bon usage des subventions d’Etat…

Le gouvernement annonçait la semaine dernière qu’il lui fallait « trouver » 6 milliards pour faire face aux échéances de 2 013. Jérôme Cahuzac, ministre du Budget, a élégamment annoncé qu’il irait carrément les chercher dans nos poches. Et s’il se tournait plutôt vers ses copains du monde associatif ?

Lire la suiteComment les lobbys se gavent pendant qu’on trinque – Faire des économies ? Chiche !

Aides publiques à la presse écrite : 45.000 € par journaliste et par an

Aides publiques à la presse écrite : 45.000 € par journaliste et par an

06/03/2013 – 08h00
PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation) – Cinq milliard d’euros, c’est le montant total des soutiens publics à la presse écrite sur trois ans. C’est le chiffre donné par le rapport de la Cour des comptes sur ce sujet. Rapport aux conclusions sans appel.

Lire la suiteAides publiques à la presse écrite : 45.000 € par journaliste et par an

Pas d’austérité pour les subventions des lobbies homosexuels

Pas d'austérité pour les subventions des lobbies homosexuels

23/02/2013 – 08h00
PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) –
Alors que les coupes budgétaires se multiplient sur fond d’austérité, certaines associations ne connaissent pas la crise. C’est le cas des groupes de pression homosexualistes, comme le révèle le quotidien en ligne Le Cri du contribuable. L’association Act‑Up Paris, qui ne revendique que 150 membres, a ainsi reçu, en 2010 plus de 230.000 euros d’aides publiques.

Lire la suitePas d’austérité pour les subventions des lobbies homosexuels

L’Italie relance son économie : subventions à l’élevage des chameaux et à la culture des bananes

L’Italie relance son économie : subventions à l’élevage des chameaux et à la culture des bananes

Ci-dessus chameaux dans un désert du Koweït.

19/01/2013 –  10h00
ROME
(NOVOpress) – Le Molise est une petite région montagneuse, assez peu peuplée, du centre-sud de l’Italie. La crise économique s’y fait durement sentir. Ces trois dernières années, par exemple, le secteur de la construction a perdu 5.000 emplois, la moitié de ses effectifs. Les entreprises souffrent particulièrement des impayés des autorités locales, qui se montent à au moins 8 millions d’euros pour le seul bâtiment : certaines entreprises attendent d’être payées depuis deux ans.

Lire la suiteL’Italie relance son économie : subventions à l’élevage des chameaux et à la culture des bananes

La presse officielle toujours plus subventionnée avec nos impôts

La presse officielle toujours plus subventionnée avec nos impôts

28/09/2012 — 08h00
PARIS (NOVOpress, via le Bulletin de réinformation) —
50 % des subventions à la presse bénéficient à neuf organes de presse. C’est le constat de l’Observatoire des subventions, qui a épluché les aides directes à la presse pour 2010. En tête vient Le Parisien/aujourd’hui en France avec 20 millions d’euros, suivi du Monde avec 17 millions, puis par Libération, Le Figaro et Ouest‑France.

Notons qu’avec 14 millions d’euros de fonds publics, Libération ne devrait pas trop pâtir d’une baisse de ses recettes publicitaires, en représailles à sa une du 10 septembre attaquant Bernard Arnault.

Enfin, même l’Humanité, sous perfusion permanente depuis la chute de l’Union soviétique et l’effondrement électoral du PCF, a perçu plus de cinq millions d’euros de l’Etat !

Lire la suiteLa presse officielle toujours plus subventionnée avec nos impôts

Un film subventionné fait l’apologie de l’euthanasie

Un film subventionné fait l’apologie de l’euthanasie

06/09/2012 — 12h00
PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) —
Le 19 septembre sortira au cinéma Quelques heures de printemps, un film de Stéphane Brizé avec Vincent Lindon. Ce film raconte la « fin de vie » d’Yvette, atteinte d’une maladie incurable, et qui choisit de décider le jour et l’heure de sa mort au moyen d’un suicide assisté. Bref, une apologie de l’euthanasie, peu de temps avant le débat au Parlement des « droits des malades en fin de vie ».

C’était en effet une promesse de campagne de François Hollande qui s’était déclaré favorable au « suicide assisté ». On ne sait ce qui rebute le plus dans ce film : le fait qu’il soit subventionné par la région Bourgogne et l’Union européenne, ou bien la novlangue hypocrite constante, qui évite d’affronter le mot « mort », en parlant plutôt de « chemin », de « décision » et d’« auto-délivrance ».

Subventions : Le Conseil Général de Gironde dilapide-t-il l’agent des contribuables ?

Subventions : Le Conseil Général de Gironde dilapide-t-il l’agent des contribuables ?

17/07/2012 — 10h30
BORDEAUX (NOVOPress via Infos Bordeaux) —
En ces temps de crise, les français devraient être beaucoup plus soucieux des subventions aux associations versées par l’Etat, mais aussi par les collectivités locales. C’est souvent dans ces dernières que l’on trouve des formes importantes de clientélisme, par le biais d’une très large distribution de l’argent public.

Nous incitons nos lecteurs à consulter la liste publique des subventions distribuées par le Conseil Général de Gironde en 2010. Le 13 juillet dernier, cette collectivité dirigée par le socialiste Philippe Madrelle, à travers son « Plan Départemental pour l’Egalité et l’Accès au droit », décide d’augmenter la subvention de l’AMI (Accompagnement psychologique et Médiation Interculturelle). Avec une autre association (Conseil Départemental des Associations Familiales Laïques de la Gironde) cette « aide » atteint pour l’année 2012 le montant de 91 000 euros !

L’objectif de l’AMI est « de promouvoir et développer l’accompagnement anthropo-psychologique de la personne migrante en difficulté » et « d’œuvrer auprès de toute personne d’origine étrangère pour aider à l’insertion, aux soins et à la prévention des troubles liés à l’interculturalité » ! La ville de Bordeaux met aussi la main à la poche (5000 euros), comme le conseil régional (4900 euros) ou encore la Caisse primaire d’assurance maladie de la Gironde !

Tous les efforts demandés depuis des mois aux Français seront forcément perçus comme injustes et inéquitables, tant que les collectives publiques ne feront pas d’abord le tri dans leurs dépenses.

L’ensemble des consommateurs subventionne le coût du halal, l’Angleterre prête à agir

L’ensemble des consommateurs subventionne le coût du halal, l’Angleterre prête à agir

25/03/2012 – 16h30
LONDRES (NOVOpress) —
La filière d’abattage rituel musulman ne peut survivre économiquement qu’à condition qu’une partie importante des viandes issue des animaux ainsi cruellement sacrifiés soit vendue dans les circuits traditionnels. Pour y parvenir, les industriels les recyclent sans en avertir les consommateurs. S’ils ne pouvaient le faire, les musulmans seraient dans l’obligation de payer le vrai coût de cette pratique, bien supérieur à ce qu’ils payent actuellement, car les consommateurs traditionnels la subventionnent en consommant les surplus sans le savoir.

Cette situation explique l’opposition des industriels de la viande et des musulmans à l’étiquetage des viandes en fonction de la méthode d’abattage. Visiblement, comme le rapporte Glen Owen dans les colonnes du Daily Mail, le rapport de forces au Royaume-Uni est plus favorable au bien-être animal car un projet de loi en faveur de l’étiquetage des viandes est en passe d’être voté par le parlement britannique.

Italie : Les subventions publiques continuent à pleuvoir sur le politiquement correct

Italie : Les subventions publiques continuent à pleuvoir sur le politiquement correct

16/02/12 – 08h00
MANTOUE (NOVOpress) – Le gouvernement italien demande toujours plus d’efforts aux Italiens, au nom de la nécessaire austérité, mais l’argent public continue à être distribué sans compter, surtout au profit de causes politiquement correctes.

A titre d’exemple, La Gazetta di Mantova vient d’analyser les subventions versées en 2011 par la province de Mantoue (Lombardie), dirigée par une coalition de gauche.

La liste est très longue. Certaines subventions n’ont rien en soi de scandaleux, même si, en période d’austérité, on peut s’interroger sur leur caractère indispensable. 17.500 euros ont ainsi été déboursés au titre du jumelage entre Mantoue et la ville allemande de Paderborn, dont 6.000 euros pour permettre d’aller exposer des produits agricoles de la région à la foire de Paderborn. La ville de Mantoue a de son côté accordé 1.000 euros pour une participation au marché de Noël de Paderborn. La fête de la bière de Solferino a touché 2.250 euros, la fête du risotto de Villimpenta 5.000.

D’autres subventions relèvent du clientélisme, notamment au profit de l’Église catholique, dont le poids politique local reste fort. Le curé de Castiglione, l’abbé Giuliano Spagna, reçoit ainsi 1.333 euros pour sa « discothèque écologique Evolve », qui organise des soirées mensuelles pour jeunes de 13 à 17 ans, par exemple une “Halloween night” sur le thème de la “famille Adams”. Rien de bien méchant mais en période de restrictions budgétaires…

Beaucoup sont nettement politisées, et toujours dans le même sens. Le centre social d’extrême gauche La Boje! (qui se définit fièrement comme entièrement indépendant et autofinancé) a touché 2.462 euros. L’association « antiraciste » Arci, qui milite notamment pour l’abolition du droit du sang, s’est vu attribuer 3.410 euros pour « ses manifestations de foires ».

15.000 euros pour l’association Sucar Drom pour « la reconnaissance des pleins droits de citoyenneté des minorités nationales et européennes tsiganes et roms » , « contre toutes les formes de discrimination, directes et indirectes, qui frappent actuellement les populations tsiganes et roms », « pour la réalisation d’une culture de la connaissance, du dialogue et de la compréhension, fondée sur l’acquisition responsable des droits réciproques ».

10.000 euros vont à l’association « Article 3. Observatoire sur les discriminations » (copie d’écran en image de Une), « dont le but fondamental est de lier la mémoire et l’histoire des discriminations et des persécutions voulues par le nazisme et le fascisme à la création d’un instrument qui permette d’offrir un point de référence à ceux qui subissent encore aujourd’hui de telles discriminations ». L’association se définit comme un « “Front du nous” uni dans la lutte contre la discrimination et le racisme ». Parmi ses membres fondateurs, on retrouve Sucar Drom, qui émarge donc une deuxième fois au râtelier. Ajoutons que « Article 3 » n’est pas seulement subventionné par la province, mais encore par la ville de Mantoue, l’Office national contre les discriminations raciales et, bien entendu, la Commission européenne, via le projet « In other WORDS – Web Observatory and Review for Discrimination alerts and Stereotypes deconstruction ». De tels efforts littéraires méritaient bien d’être récompensés.

La province de Mantoue a été un peu pingre en revanche avec l’Œuvre pour la promotion de l’alphabétisation dans le monde : 500 euros seulement. Il est vrai que son siège est à Rome et qu’elle doit toucher largement par ailleurs.

Il est juste de rappeler que, en fait de subventions publiques aux causes politiquement correctes, la France n’est pas en reste.

Le scandale des subventions d’état – Comment le gouvernement gaspille votre argent

Le scandale des subventions d'état - Comment le gouvernement gaspille votre argent

[box class=”info”] Article de l’hebdomadaire “Minute” du 21 décembre reproduit avec son aimable autorisation.
Minute en kiosque ou sur Internet.[/box]

« Minute » s’est procuré un document devenu très difficile d’accès : le « Jaune des associations », document budgétaire où sont récapitulées toutes les subventions accordées par les ministères aux associations – y compris les plus fantaisistes. Le constat est accablant, les gaspillages invraisemblables, et les économies à réaliser, mirobolantes. Etat des lieux.

SOS racisme: 534000 euros… LICRA: 306500 euros… Act Up: 125000 euros… France terre d’asile: 602000 euros… Alliance israélite universelle : 280 000 euros… Haut conseil des Maliens de France (sic): 25000 euros… Et le jackpot pour l’AFTAM (association pour les foyers d’immigrés, créée par l’indigné Stéphane Hessel): 2,7 millions d’euros! C’est la crise, mais, de toute évidence, pas pour tout le monde, au vu de ces quelques exemples tirés de l’immense liste des associations subventionnées par l’Etat pour l’année 2010.

Etrangement, ces financements publics d’associations aux buts parfois discutables (4000 euros accordés à l’obscure « KJPF » pour la promotion de la langue « peuhl » à Mantes-la-Jolie!) sem blaient voués à rester discrets… En effet, chaque année, en annexe du projet de loi de Finances (PLF), est publié un document budgétaire appelé « le Jaune des associations » qui récapitule de manière extrêmement détaillée, ministère par ministère, « l’effort financier de l’Etat en faveur des associations » le PLF 2012 contient ainsi 3 tomes pour les subventions accordées en 2010 (ce qui, au passage, révèle que les députés prennent connaissance de cet arrosage associatif avec un décalage de deux ans!). Mais cette année – quel dommage! – le « Jaune des associations » n’était plus disponible à la Documentation française… Heureusement, « Minute » a pu mettre la main sur ce précieux rapport et en décortiquer pour vous les 1134 pages.

Le scandale des subventions d'état - Comment le gouvernement gaspille votre argent

Le fromage des subventions d’Etat mis en coupe réglée

L’on y apprend ainsi qu’en 2010, plus de 18000 associations ont été arrosées par un ministère. Parmi elles, de nombreuses structures étrangères, qui prospèrent en France depuis que la loi Mauroy du 9 octobre 1981 ne soumet plus la constitution d’associations étrangères à l’autorisation du ministère de l’Intérieur. Mais ce qui saute vraiment aux yeux, c’est que le fromage des subventions d’Etat est totalement mis en coupe réglée puisque, au total, seul 1,5 % des associations se partagent la manne publique. Bonjour l’égalité!

Plus grave: de manière générale, pour les années passées, les animateurs de l’Observatoire des subventions ont établi que, compte tenu des subventions multiples parfois accordées par différents ministères à une seule organisation (LICRA, SOS Racisme…) 0,01 % des associations touchaient à elles seules 55 % des subventions publiques! On peut parier que rien n’a changé. Et, selon Benoîte Taffin, porte-parole de Contribuables associés, « les cinq associations les mieux dotées totalisent en moyenne 15 % de l’argent des contribuables ».

C’est que le système est drôlement bien fait: les financements au niveau des collectivités locales décentralisées (communes, conseils généraux ou régionaux) sont nombreux et permettent à des dizaines de milliers de petites associations d’avoir des aides ponctuelles qui, pour les grosses associations, s’ajoutent à celles de l’Etat. C’est le cas, en particulier, pour les associations dites « culturelles » et les lobbys anti-racistes, qui bénéficient de relais à tous les échelons de l’administration, multipliant les subsides.

Au total, en 2010, pratiquement 1,5 milliard a été accordé aux associations – pour 1,2 milliard en 2009, soit une augmentation de 21 %. Sur ce colossal magot, il y a de toute évidence de quoi faire de belles économies. Sans parler d’une meilleure utilisation de l’argent du contribuable!

Les subventions ministérielles : la « culture » au détriment de l’agriculture

Le premier tome du « Jaune » nous renseigne sur l’ensemble des fonds distribués par les différents ministères. Le ministère de la Culture a connu la plus forte augmentation en passant, de 2009 à 2010, de 123,8 millions d’euros de subventions allouées à 425,8 millions, soit une progression de… 243%! Jack Lang peut aller se rhabiller: Frédéric Mitterrand, ministre sarkozyste, n’a rien à lui envier.

Le ministère de l’Ecologie et du développement durable n’est pas loin derrière, passant, pour la même période, de presque 34 millions de subventions à 96, 5 millions, soit une augmentation de 184 %!

L’Education nationale progresse cahin-caha de 54 %, avec 87,5 millions d’euros gasp… – pardon! – alloués à diverses associations.

Les Affaires étrangère et européennes, en revanche, reculent de 63 %! Les crédits de ce ministère régalien lui permettaient encore de distribuer 74,9 millions de subventions en 2009: il n’y en avait plus que 27,5 millions en 2010. La francophonie est la première victime de cette coupe sombre, puisque les Alliances françaises à l’étranger disparaissent une à une. Mais il y a là une certaine logique, puisque Paris cède de plus en plus ses prérogatives à Bruxelles et qu’il existe même, désormais, des « ambassadeurs européens » Pourquoi se fatiguer à garder une représentation à l’étranger quand on délègue déjà tous ses pouvoirs à Bruxelles?

Autre perdants: les Français de l’étranger qui se retrouvent privés du soutien de la métropole. Mais au final, c’est toute la France qui y perd, puisque notre diaspora ne peut plus agir aussi efficacement que par le passé pour faire progresser les investissements nationaux ou soutenir les positions de Paris dans les milieux décideurs.

Autre ministère en déshérence, l’Agriculture, qui, déjà limité à 64,5 millions en 2009, recule encore de 21 %, pour tomber à seulement 50 millions de subventions.

Là encore, les chiffres montrent que ce secteur est totalement abandonné par un gouvernement appliquant sans discuter la politique agricole européenne.

Les services du premier ministre arrosent les copains

Les services du premier ministre, eux, font un bond en passant de 36,8 à 77,8 millions, soit une augmentation de 111 % des fonds accordés. Chaque année, ces « services », au titre de la « coordination du travail gouvernemental », subventionnent un certain nombre de fondations, de clubs politiques ou de « thinks-tanks » appartenant à l’Establishment et dirigés par des hiérarques de la classe politique.

En 2010, les services du Premier ministre ont ainsi octroyé, sur une enveloppe de 11,9 millions d’euros destinée à la « coordination du travail gouvernemental », la coquette somme de 7,7 millions à ces différents organismes, soit 64,91 % du total.

Parmi elles, on peut citer quelques structures très proches de l’UMP, telles l’association Georges Pompidou, qui touche 400000 euros; la Fondation Charles De Gaulle (1 million); la Fondation pour l’innovation politique (think-tank créé par l’industriel chiraco-sarkozyste Jérôme Monod, directement financé par l’UMP jusqu’en 2005, et actuellement dirigé par l’ultralibéral Dominique Reynié), qui récolte 1,2 million; ou la Fondation Prospective et innovation, dont le président est un certain Jean-Pierre Raffarin (320000 euros).

Les satellites du socialisme ont aussi un bel accès à la gamelle, avec, entre autres, la Fondation Jean Jaurès, présidée par le socialiste Pierre Mauroy (1,4 million); la Fondation Respublica de Jean-Pierre Chevènement (450000 euros); ou l’Institut François Mitterrand (350000 euros) Le parti communiste n’est pas oublié, avec 900000 eu ros accordés à la Fondation Gabriel Peri (« pour une meilleure compréhension de l’histoire du Parti communiste français ») présidée par Robert Hue!

S’étonnera-t-on de voir que le think tank Idées et Nations, présidé par Louis Aliot, n° 2 du Front national ne reçoit, lui, pas un centime de subvention publique?

Les associations « antiracistes » et pro-immigrées prospèrent

Le scandale des subventions d'état - Comment le gouvernement gaspille votre argent

Marine Le Pen a justement dénoncé, récemment, la hausse « vertigineuse » des subventions d’Etat accordées aux associations dites « antiracistes », favorables à l’immigration ou supposées en gérer les conséquences sur notre sol. Les fonds alloués à ces organisations sont en effet passés de 1,2 milliard d’euros en 2009 à un minimum de 1,5 milliard en 2010 (le total est difficile à établir avec précision tant les faux nez de ces associations sont nombreux). La candidate du FN a notamment cité, entre autres, l’Assfam (service social et familial des migrants (239460 euros), le Centre national des Marocains de France (12000 euros), Profession banlieue (21000 euros), le Bondy blog (50000 euros), le Haut conseil des Maliens de France (25000 euros pour cet organisme strictement communautariste), France Terre d’Asile (602000 euros)… Notons que les collaborateurs de Marine Le Pen ont légèrement sous-estimé les subventions accordées à Ni Putes ni Soumises (288500 et non 276000 euros) et à SOS-Racisme (534000 euros et non 490 000).

A cette liste évidemment non exhaustive présentée par la candidate à la présidentielle, ajoutons les 416500 euros alloués à la LICRA; 20000 euros pour Fasti-Solidarité immigrés; 80739 pour la CIMADE, qui vient en aide aux immigrés illégaux; 130000 pour AFAVO Femmes africaines du Val d’Oise (sic). On trouve aussi des subsides accordés à des associations comme ELLER Visages pluriels de Turquie, dont le but est « d’entreprendre toute action ou toute intervention pouvant directement ou indirectement contribuer à l’intégration des personnes immigrées ou issues de l’immigration ». 1,2 million d’euros ont été accordés à la Fondation Femmes pour la Méditerranée, qui ne possède même pas de site Internet et dont l’activité réelle est, di sons, difficile à évaluer… Le site Net 1901, annuaire des associations de loi 1901 note d’ail leurs « qu’aucune actualité n’a été publiée pour cette association ». On peut donc légitimement se de mander ce qu’elle fait du pognon donné pour ses actions « à l’attention des femmes en Méditerranée et dans le monde arabe. »

Marine Le Pen a fort justement déclaré que ces « associations ont le droit d’exister » mais qu’elles ne devraient bénéficier d’aucune aide de l’Etat, vu leur soutien à l’immigration ou leur caractère « communautariste ». La présidente du FN estime que l’on pourrait, au strict minimum, économiser 500 millions d’euros ou les rediriger « vers des associations sportives, de sécurité civile, du troisième âge, du handicap ou de l’enfance ». Or, ce sont justement les grandes oubliées du concours d’arrosage public 2010!

En France, mieux vaut avoir le Sida que l’Alzheimer…

Prenons par exemple le palmarès des subventions du ministère de la Santé. Les sommes accordées pour lutter contre la maladie d’Alzheimer n’atteignent même pas 300000 euros (279000 exactement), alors que 855000 Français sont atteints par ce mal terrible et doivent dépenser, chaque mois, un minimum de 1000 euros pour payer leurs soins. Pire: 225000 nouveaux cas se déclarent chaque année et, d’ici 2020, si la recherche ne progresse pas, les projections estiment à 1,3 million le nombre de Français qui seront victimes d’Alzheimer.

En face, selon Sida Info service, 152000 personnes sont atteintes du Sida en France (dont près de la moitié sont des malades nés à l’étranger). A la louche, cela fait six fois moins que les victimes d’Alzheimer. Mais au total, les associations de lutte contre le Sida et le VIH ont touché 5,6 millions d’euros en 2010 – soit… 200 fois plus que celles qui luttent contre le fléau de la dégénérescence mentale!

Parmi ces organisations, se cachent en outre nombre d’organisations qui, sous couvert de lut te contre le sida, sont en fait de véritables lobbys homosexuels. Act up a ainsi reçu 125000 euros; les lesbiennes de Gaies, 640000! Sans parler, parce qu’on pourrait finir par s’énerver, d’«Unité réflexion action communautés Afrique », un bidule qui a raflé 30000 euros pour sensibiliser les Africains au VIH et « pour aider à appréhender certaines problématiques spécifiques des migrants originaires d’Afrique subsaharienne ».

Notons, pour la bonne bouche (ou plutôt la narine), que l’organisation Techno+ a touché 100000 euros pour « la promotion de la santé en milieu festif ». Autrement dit, avec l’argent public, cette assoce vient au secours de fêtards camés jusqu’au nez mais incapables d’assumer leurs c… jusqu’au bout. Le site Internet donne notamment de précieux conseils aux apprentis drogués: « Evite de prendre le volant (reste en vie, on t’aime!) et d’entreprendre une activité à responsabilité… ». Ou encore: « Prends garde à la désinhibition, mets une capote et pense au gel lubrifiant car les produits dessèchent! » Riez braves gens, mais pendant ce temps, des vieillards perdent leur dignité dans des hospices mal entretenus et des malades du cancer dépérissent, faute de moyens pour la recherche, dans les hôpitaux surchargés. Mais il faut bien faire la teuf sans tomber dans le « bad trip », comme dit Techno.

Culture et (dé)formation de la jeunesse…

La liste des gabegies étant extensible à loisir, voici, pour conclure, quelques perles ou comparaisons permettant de situer, de manière générale, où et comment part l’argent du contribuable. La jeunesse par exemple! L’Action catholique des enfants de Vendée a perçu la somme de 180 eu ros, tandis que le Club Léo Lagrange du 59, proche du parti communiste, en touchait, lui, 7390. Au niveau national, le FONJEP (fonds de coopération de la jeunesse et de l’éducation populaire), lui aussi très marqué à gauche, récolte 6,3 millions d’euros. Les scouts et guides de France, eux, se sont contentés de 890000. Les scouts et guides d’Europe, plus « tradis », semblent n’avoir eu droit à rien du tout; ce qui n’est pas le cas, on s’en doute, des scouts musulmans (où, étrangement, il n’y a pas de guides…), qui touchent 257800 euros; les éclaireurs et éclaireuses israélites, moins nombreux, ont tout de même pu compter sur 73000 euros.

Terminons ce rapide tour d’horizon par la culture. Là encore, les choix de l’Etat en matière de subvention sont vite faits et se résument en un raccourci frappant: l’association Musiques et danses traditionnelles du Cantal, qui entretient la mémoire et les traditions régionales, a été généreusement soutenue à hauteur de… 300 euros. En revanche, Slam production (qui promeut une sorte de rap de cités) a perçu 68500 euros. Choisis ton camp, camarade!

Il ne faut plus gaspiller l’argent des Français !

Benoîte Tafin, de Contribuables associés, aime citer une déclaration de Nicolas Sarkozy, prononcée durant son discours de Nantes, en 2007: « Ne plus gaspiller un seul euro d’argent public, tel doit être l’idéal vers lequel nous devons tendre. […] C’est une question d’économie: nous n’avons plus les moyens de gaspiller, nous avons trop de déficits, nous avons trop de dettes. […] C’est aussi une question de morale : l’argent public, c’est l’argent des travailleurs, l’argent de ceux qui se donnent du mal pour gagner leur vie, qui ont du mal à gagner leurs fins de mois, du mal à loger leur famille et à élever leurs enfants en travaillant. Le moindre des respects qu’on leur doit, c’est de ne pas laisser gaspiller, de ne pas laisser détourner ce qu’ils ont si durement gagné. » A cinq mois de la fin de son mandat, Sarkozy nous a donné la preuve que, décidément, les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

Patrick Cousteau et Françoise Monestier

[box class=”info”] Article de l’hebdomadaire “Minute” du 21 décembre. En kiosque ou sur Internet.[/box]

Le scandale des subventions d'état - Comment le gouvernement gaspille votre argent

Bernard Carayon se paye le MRAP

Bernard Carayon se paye le MRAP

Le MRAP ? Bernard Carayon (photo) n’aime pas, mais alors pas du tout ! Le député UMP du Tarn, membre du collectif parlementaire de la Droite populaire, a demandé lundi l’arrêt des subventions étatiques au MRAP qui a mis en cause « les partis populistes et les extrêmes droites » européens dans le carnage qui a fait 93 morts en Norvège vendredi. En effet, le mouvement dirigé par Mouloud Aounit « fait preuve d’un mépris scandaleux à l’égard des élus de la Nation et du peuple français qui les a choisis pour le représenter », déclare l’élu du Tarn dans un communiqué.

« Il est temps que l’Etat cesse de subventionner une organisation aussi éloignée des valeurs de la République », « [issue] historiquement d’un parti communiste qui ne s’est jamais repenti des 100 millions de victimes de son idéologie totalitaire » et qui ne répugne pas à « [utiliser] les mêmes méthodes : exploitation de l’horreur, dénonciation, amalgame ». « Il est animé de la même idéologie de haine qui le conduit, une fois encore, à vouloir tuer médiatiquement ceux qui ne partagent pas son dogmatisme » explique Bernard Carayon.

[box class=”info”] Source : Nouvelles de France. [/box]