Pour ne pas choquer les musulmans, Tourcoing annule le spectacle «Boudin & Chansons»

11/06/2015 – FRANCE (NOVOpress)
La municipalité de Tourcoing, qui organise ce samedi une fête de la musique, a préféré annuler un spectacle de la compagnie belge Thank You For Coming. La raison ? le groupe devait interpréter un titre intitulé « Boudin & Chansons »…

Didier Droart, le premier adjoint au député-maire Gérald Darmanin (Les Républicains), confirme que le cochon peut être tabou :

Pour cet élu, il faut surtout éviter de choquer une partie de la population de confession musulmane tout en évitant de faire l’amalgame « avec les apéritifs organisés par l’extrême droite ».

Crédit photo : capture d’écran du clip « Boudin & Chansons » du groupe belge Thank You For Coming


 

LES MÉDIAS FACE À L’ISLAM : SOUMISSION ?

tete_dans_le_sable

Source : Ojim
SUJET À LA FOIS PÉRILLEUX ET RÉCURRENT ENTRE TOUS, COMMENT L’ISLAM EST-IL TRAITÉ PAR LES MÉDIAS FRANÇAIS ? APRÈS UN MOIS PARTICULIÈREMENT CHARGÉ EN ACTUALITÉS AYANT TRAIT À UN CERTAIN ISLAM EN GUERRE CONTRE LE CHRISTIANISME – PROFANATION DU CIMETIÈRE DE CASTRES, NOYADES DE MIGRANTS CHRÉTIENS PAR DES MIGRANTS MUSULMANS ET ATTENTATS DÉJOUÉS CONTRE DES ÉGLISES -, L’OJIM SE PENCHE SUR CETTE QUESTION CRITIQUE.

La guerre que mène contre l’Occident l’Islam radical, du 11 septembre 2001 jusqu’à aujourd’hui, comporte plus qu’à aucune autre époque une dimension médiatique et spectaculaire. On sait depuis Sun Tzu, et davantage encore depuis Clausewitz, que la guerre se mène et se gagne bien au-delà du choc des hommes. Dans un monde à la fois globalisé et hyper-médiatisé, le combat sur le plan de l’image est stratégiquement essentiel. Au point, d’ailleurs, que la destruction des Twin Towers, à New York, fut avant tout, en termes militaires, un attentat visuel. 3000 morts chez l’ennemi, si on les compare aux carnages des guerres classiques, ce n’est pas grand-chose. Mais la diffusion de telles images d’apocalypse hollywoodienne en boucle sur toute la planète, voilà quel était le remarquable succès stratégique de l’attaque. Depuis, Al Quaeda s’est vu supplantée par Daech, et l’État Islamique, quant à lui, mitraille toujours en premier lieu sur le front médiatique. Exploitant le constat publicitaire sordide qu’on pourrait résumer par : « Plus c’est gore, plus ça buzze », leurs atrocités diverses permettent à ces excellents communicants de cumuler les vues sur YouTube. Le piratage de TV5 Monde, le 8 avril dernier, par une branche internet se réclamant de l’État Islamique, témoignait encore de l’efficacité de leurs techniques comme de l’importance allouée à cette dimension du combat. Dans un tel contexte, l’information et son traitement dans nos médias deviennent un exercice très complexe puisqu’ils se jouent désormais sur un champ de bataille : on sort du cercle civil pour se retrouver aux prises avec des problématiques militaires. L’information devient un enjeu stratégique, qu’on le veuille ou non, sauf que le pays n’étant pas non plus soumis à une quelconque loi martiale, une certaine ambiguïté dans la marge de manœuvre vient ajouter encore une difficulté supplémentaire. Ainsi, d’un côté, il serait absurde de reprocher aux médias de traiter des agressions islamiques sans employer un filtre particulier. D’un autre côté, le filtre en question, s’il ne doit pas empêcher la mission d’information du grand public, doit également être jugé pour ses conséquences militaires.

Lire la suite

Succès de “Soumission”. “Du jamais vu”, selon Flammarion

Succès de "Soumission". "Du jamais vu", selon Flammarion

Le roman de Michel ‪Houellebecq‬ caracole en tête des ventes depuis sa sortie en France, en Allemagne et en Italie. “Du jamais vu”, selon Flammarion. “Houellebecq a même détrôné en Italie le dernier Umberto Eco”.

 

 

Ce parti des musulmans qui présentera des candidats aux prochaines élections départementales

Le parti des musulmans présentera des candidats aux prochines élections départementales

14/02/2015 – PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation)

Soumission, le dernier livre de Michel Houellebecq, présente une France ayant élu à sa tête un président musulman. Simple fiction romanesque ?

Ou peut‑être déjà anticipation de la réalité, la réalité « française » d’ici dix ans, quinze ans, vingt ans. L’Union des musulmans démocrates de France, l’UDMF, vient en effet d’annoncer qu’elle se présenterait dans huit villes à l’occasion des prochaines départementales. Parmi les villes choisies, on trouve Bobigny, Marseille ou encore Nice.

L’UDMF est pour l’instant un micro‑parti

Créé en 2012, l’UDMF n’a pour l’instant qu’un seul élu, à Bobigny précisément. Mais ce parti, qui ne compte que 900 adhérents, revendique déjà 8000 sympathisants. Pariant sur une hausse des actes islamophobes qui encourageraient les adhésions, l’UDMF peut envisager l’avenir avec optimisme. Son fondateur ambitionne d’ores et déjà de présenter un candidat aux élections présidentielles de 2017.

Quelles sont les revendications de ce parti ?

On trouve l’autorisation du port du voile à l’école, le développement du halal — décrit idéalement comme un commerce florissant… –, l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne — une Turquie alliée de Daesh… —, le droit de vote aux élections locales pour les étrangers, ou encore le recours à la finance islamique — présentée comme une « alternative saine » à la finance traditionnelle. Islamique par définition, le parti se dit néanmoins « Défenseur de la démocratie et du “vivre‑ensemble” ».

Lire la suite

Soumission : on y est presque !

La vraie soumission des faux résistants.

Les attentats islamistes contre Charlie hebdo et l’épicerie casher vont renforcer les lois antiracistes qui visent quasi exclusivement l’extrême-droite ou ce qu’il en reste. On ne se trompe certes pas de cible, mais on se donne bonne conscience antiraciste à moindre coût. L’ennemi principal reste celui d’hier, ce qui évite l’affrontement avec celui d’aujourd’hui. C’est l’islamisme radical qui fait monter l’antisémitisme en France en dénonçant la politique sioniste.

En réalité la montagne de mobilisation va accoucher d’une souris.

Soumission : on y est presque !Mais il y a pire… en fait on s’aperçoit au fil des semaines que la résistance affichée massivement et sans risque cède rapidement le pas à la lâcheté ordinaire. Le film Timbuktu, charge féroce contre les barbus maliens, va être récompensé mais il a été, dans certains endroits, déprogrammés. Même chose pour le film d’auteur l’« Apôtre » ou pour la pièce «  Lapidée ». Les caricaturistes eux-mêmes mettent la pédale douce pour le respect de l’autre… quand cet autre est musulman.

Soumission : on y est presque !En fait c’est, dans le milieu culturel, une sorte de «  courage fuyons » qui donne raison aux djihadistes. On n’ose plus critiquer l’islam pour ne pas stigmatiser les musulmans, on se «  soumet «  à sa vision du monde » par crainte, derrière le leurre du vivre ensemble. La mobilisation pour la liberté débouche sur une dynamique favorable à ceux qui veulent islamiser notre société. Un comble.

Lire la suite

Lettre ouverte des Identitaires à Michel Houellebecq : “N’aie pas peur Michel, on est là !”

Lettre ouverte des Identitaires à Michel Houellebecq : "N'aie pas peur Michel, on est là !"

06/01/2015 – PARIS (NOVOpress)
Monsieur,

Demain paraîtra votre livre “Soumission” dans lequel vous avez cru utile de nous citer, et même de faire de nous des acteurs de l’histoire, ou tout du moins de votre histoire.

Qu’est-ce que votre livre ? Nous l’ignorons, à l’instar d’ailleurs des critiques littéraires qui, nous expliquant chacun tout ce qu’il est et tout ce qu’il n’est pas, s’annulent avec une invariabilité mathématique.

Une chose nous apparaît cependant certaine : vous nous connaissez mal. La chose en soi a fort peu d’importance puisqu’elle est réciproque. De vous, nous ne savons au fond que ce que vous voulez bien montrer, au hasard d’une interview. Pour autant, vous conviendrez que se retrouver dans un ouvrage promis à des ventes zemmouriennes et être si mal servi dans sa description, son être et son objet, en chagrinerait de moins délicats que nous.

Écrire, c’est, paraît-il, toujours parler de soi. C’est en tous les cas ce qu’écrivent les gens savants à qui nous empruntons cette réflexion. Aussi, peut-être, à travers nous, ne parlez-vous que de Michel Houellebecq. De ses névroses, de ses freins, de ses limites. Peut-être l’observateur du monde que vous êtes aurait aimé être un militant, c’est-à-dire un faiseur du monde… Là encore, nous l’ignorons.

Mais ce que nous savons, en revanche, c’est que votre livre est une création du réel. Sans l’immigration massive, sans l’islamisation qui en est la conséquence, “Soumission” n’aurait pu voir le jour.

C’est dans ce contexte – que vous nous pardonnerez de qualifier par anticipation d’historique – que votre livre restera peut-être. Non en ce qu’il annonce ou pas, mais en tant que prise de conscience d’un nombre toujours grandissant d’intellectuels, bien après la prise de conscience populaire, de l’invasion subie par l’Europe. C’est sans doute cette prise de conscience que vous décrivez quand, dans un intéressant entretien réalisé pour la revue littéraire américaine Paris Review, vous dîtes avoir été frappé « des énormes changements » constatés en France au retour de votre paisible exil irlandais. Oui la France a changé, à commencer par ses habitants. Ce changement, certains le nomment le Grand Remplacement. Votre livre se situe dans la continuité fictive de cette réalité bien effective.

Lire la suite

“Soumission”, la dernière polémique signée Houellebecq

"Soumission", la dernière polémique signée Houellebecq

05/01/2015 – PARIS (via BFMTV)
Les femmes interdites de travail, la polygamie légalisée, les professeurs convertis de force à l’Islam… Dans “Soumission”, le dernier roman de Michel Houellebecq qui sort le 7 janvier, l’auteur imagine la France de 2022, dirigée par un président musulman radical. Une fiction provocatrice qui choque les uns et effraie les autres.


 

Le prochain livre de Michel Houellebecq fait déjà polémique

Le prochain livre de Michel Houellebecq fait déjà polémique

19/12/2014 – PARIS (NOVOpress)
Le dernier livre de Michel Houellebecq, intitulé “Soumission”, sortira le 7 janvier prochain. L’écrivain imagine la France en 2022: un candidat issu d’un parti musulman remporte l’élection présidentielle face au Front national et le pays est bouleversé. Le livre, qui n’est pas encore dans les rayons, fait déjà polémique.

Voici comment Le Nouvel Obs présente l’ouvrage :

Le scénario général est assez simple. Le second mandat de François Hollande s’achève. Les «Indigènes européens», qui naturellement «refusent la colonisation musulmane» et invitent à «préparer la guerre civile», ont pris le relais d’un «Bloc identitaire divisé en multiples fractions qui se comprenaient et s’entendaient mal». C’est la fête.

Là-dessus, élections présidentielles : comme le PS, l’UMP et l’UDI aident Mohammed Ben Abbes (Fraternité musulmane) à l’emporter contre Marine Le Pen (Front National), celui-ci nomme Bayrou premier ministre. Et nous voilà avec un héros qui, lui aussi, s’appelle François. Il pratique les amours tarifées, est spécialiste de Huysmans à «l’Université islamique de Paris-Sorbonne», et se demande s’il doit ou non se convertir à l’islam. Se convertira? Se convertira pas? C’est le fil rouge du livre.

Lettre aux enfants européens (nés en 2011) : devenez des hommes [tribune libre]

Lettre aux enfants européens (nés en 2011) : devenez des hommes [tribune libre]

[box class=”info”] Par Michel Geoffroy.[/box]

Mes pauvres enfants, vous êtes nés dans un monde finissant et vous allez participer à son agonie. Vous, les jeunes Occidentaux, votre cauchemar ne fait que commencer.

Vous avez échappé à l’avortement et vous êtes nés dans ce qui reste de la famille en Europe. Elle sera peut-être « monoparentale », c’est-à-dire réduite à une seule personne. Ou bien constituée de deux personnes aux noms différents, voire de même sexe. Vos grands-parents, vous les verrez de temps en temps, pour qu’ils vous fassent des cadeaux ou pour qu’ils vous « gardent » pendant que vos parents travaillent ou s’amusent ; avant qu’ils ne rejoignent l’hospice car ils finiront aussi par gêner. Vos parents divorceront un jour, sans doute, s’ils se sont mariés (un mariage sur deux finit en divorce selon les statistiques). Votre famille se réduira au droit de visite.

Vous n’aurez pas le réconfort d’avoir beaucoup de frères et de sœurs car la démographie occidentale s’effondre : vous n’aurez que des copains, des potes et des adresses Internet. Vous n’aurez que des amis en silicone. Cela vous suffira puisque de toute façon vous allez passer 4 heures par jour devant la télévision. Le reste du temps, vous écouterez de la musique déracinée avec vos copains en « boum », en « boîte » ou sur votre MP3 et vous tapoterez sur votre téléphone-ordinateur-appareil photo-GPS portable.

Vous lirez peu et rarement de vrais livres. L’accès à la culture ne vous sera pas accordé sauf si vos parents sont riches. On vous dressera ainsi à rester des éternels spectateurs du monde : des objets et non des sujets de l’histoire.

L’école publique ne vous apprendra rien de votre passé, de votre histoire, de votre culture, de vos racines ou de votre religion. Elle vous apprendra seulement à respecter les commandements de l’idéologie dominante et qu’il est normal de copuler avec vos petits copains et copines. Elle vous apprendra à vous repentir de votre civilisation, à mépriser vos ancêtres et à suspecter vos parents. A la cantine on vous fera manger halal car il ne faut pas discriminer vos petits camarades musulmans. On vous apprendra à consommer et à céder à ce que vous croirez être vos libres pulsions, alors que vous serez seulement victimes de la suggestion publicitaire omniprésente.

Si vos parents ont un peu d’argent, vous vous inscrirez à l’université puisque tout le monde y va, bien que vous ne sachiez pas bien l’orthographe, à la différence de vos arrière-grands-parents qui n’avaient que leur certificat d’études primaires mais qui savaient lire, écrire et compter et qui connaissaient les chefs-lieux de départements. Avec un peu de patience vous obtiendrez un diplôme, comme tous les autres, et vous devrez alors chercher du travail. Comme tous les autres, car vous entrerez dans un monde où le travail durable est un privilège rare, désormais.

Chard - Ascenseur social, pour toi c'est l'escalier Vous serez en concurrence avec le monde entier : avec les Chinois et les Indiens qui fabriquent chez eux ce que l’on vous somme d’acheter, et avec les Africains qui sont installés en Europe. Des législations compliquées, destinées à empêcher de « discriminer » tout le monde sauf vous, ont en outre été mises en place. Il faudra vous contenter de peu si vous voulez travailler. Il faudra aussi faire preuve de docilité et de mobilité car la délocalisation de l’emploi industriel est désormais la loi. Et puis, compte tenu des prix de l’immobilier – car c’est le seul bien qui n’a pas encore été dévalué par les crises financières à répétition –, il vous faudra beaucoup vous déplacer entre votre domicile et votre travail, et de plus en plus longtemps puisque les centres villes sont de plus en plus chers. Et vous voyagerez dans les transports collectifs bondés car les routes sont saturées ou interdites.

Vous vivrez dans des banlieues et non plus dans des villes, des villages et des campagnes, comme vos ancêtres. Vous logerez entre le centre commercial, le centre culturel et le parking. La nuit, il vous faudra éviter de circuler pour ne pas rencontrer des « jeunes », des criminels récidivistes ou des contrôles de police musclés. Le mieux pour vous sera de rester chez vous à regarder la télévision. Vous y verrez des tas de choses auxquelles vous ne pourrez jamais accéder mais cela vous fera rêver, avant de vous endormir. Et cela vous donnera l’idée de vous endetter un peu plus pour acheter des objets inutiles que vous aurez « vus à la télévision ».

Mais il vous faudra éviter d’être malade, surtout si vous n’avez qu’un emploi à durée déterminée. Parce que les systèmes de sécurité sociale font faillite et qu’on remboursera mal vos dépenses médicales. Et parce qu’un arrêt de longue durée peut signifier un début de chômage, la dégringolade sociale irrémédiable dans un pays où 10% de la population n’a pas d’emploi.

Vous n’apprendrez pas le métier des armes puisque le service militaire a été aboli et qu’il est interdit de posséder des armes. Vous n’apprendrez pas à protéger votre nation, votre foyer, vos proches. Si vous êtes militaire de carrière on vous enverra guerroyer au loin, jouer les mercenaires de l’OTAN.

Vous n’apprendrez pas à être un citoyen qui participe à la vie de la cité. Non, si on vous fait militer ce sera pour des causes lointaines : on vous fera faire de « l’humanitaire » ou sauver les bébés phoques. On vous consultera sur pas grand’ chose d’important ; on vous laissera tranquille ; on vous demandera seulement de voter pour les candidats choisis par la télévision.

On vous apprendra à être un bon petit sujet docile, une gentille « ressource humaine » au service de l’économie, qui fait confiance aux institutions, aux conseils d’administration des entreprises et aux experts financiers pour vous « protéger ».

Il faudra aussi vous habituer à respecter les multiples prohibitions dont on a rempli votre vie, pour votre bien : trier sagement vos déchets ménagers, ne pas rouler trop vite, mettre votre ceinture de sécurité, ne pas fumer, ne pas manger trop sucré ou trop salé, ne pas boire plus d’un verre de vin, ne pas transporter d’objet pointu et coupant dans les avions et surtout ne pas avoir de mauvaises pensées.

Il faudra aussi que vous appreniez à être minoritaire. Minoritaire dans le monde, car les Européens ne représenteront plus que 7,5% de la population mondiale en 2050. Minoritaire à l’échelle de l’Union européenne élargie, car cette union n’est qu’un nain politique. Minoritaire dans votre pays, car vous devrez vous « ouvrir » aux us et coutumes de tous les peuples qui vous feront l’honneur de venir s’installer en France, si vous ne voulez pas qu’on vous accuse de « racisme » et subir les foudres de la justice. Minoritaire, il faudra que vous appreniez à baisser les yeux dans la rue.

Avec un peu de chance vous durerez ainsi au moins 80 ans, dans la solitude ou en la partageant avec un autre individu que vous aurez rencontré. Avec votre petite retraite et les quelques économies qui auront survécu aux différentes crises financières, vous traînerez votre vie inutile et sans but. Peut-être aurez-vous décidé de faire des enfants pour qu’ils profitent à leur tour de ce paradis terrestre ? Mais il faudra vous résigner à ce qu’ils n’aient pas une meilleure situation que la vôtre.

A moins que dans un suprême effort vous ne rejetiez ce système : que vous décidiez d’être des hommes et des Européens, comme vos ancêtres. Alors tout ce qui précède n’aura été qu’un mauvais souvenir ou qu’un affreux cauchemar.

Michel Geoffroy

[box class=”info”] Source : Correspondance Polémia. [/box]

Crédit photo : Carin Araujo. Libre de droits.