Pour le président de SOS Racisme, le racisme anti-Blanc ne serait donc que de la rage…

Dominique Sopo, président de SOS Racisme, vient de donner une tribune dans Le Monde sur le racisme anti-Blanc. Le quotidien du soir met en exergue cette citation : « La notion de racisme anti-blanc est l’héritière de ces notions de racisme anti-français ou anti-chrétien. » Le ton est donné.

Le postulat du président de SOS Racisme se résume dans cette phrase : « On notera cependant que l’hostilité que peuvent exprimer des Noirs ou des Arabes envers les populations perçues comme blanches est une rage ou une haine qui ne sont que rarement du racisme au sens propre du terme, car elles ne sont généralement pas sous-tendues par une idée de domination, difficilement pensable pour des groupes minorisés. »

Or, donc, pour Dominique Sopo, le racisme anti-Blanc n’est pas du racisme mais une rage ou une haine…

Avez-vous compris quelque chose ?

Le béotien que je suis a pourtant toujours cru que la manifestation du racisme s’exprimait via la haine de l’autre et engendrait une rage face aux personnes haïes.

Je dois revoir mes humanités car, sur ce coup, le sieur Sopo remet en question des années d’études, des lectures d’experts et des théories bien établies.

Le président de SOS Racisme ose l’incroyable, la rage et la haine des Noirs et des Arabes qu’il défend ne sont pas du racisme, c’est hallucinant. Mais, pire, il justifie son assertion en arguant de ce que cette rage et cette haine ne sont pas sous-tendues par une idée de domination… impensable (toujours selon lui) pour des minorités.

En vérité, on se demande si Dominique Sopo ne démontre pas, dans cette tribune, un racisme anti-Blanc et, sous le couvert de son association, s’il ne distille pas ses noires idées.

D’accord, le concept de racisme anti-Blanc a été initié dans les années 80 par des leaders et des théoriciens de l’extrême droite. D’accord, les Blancs sont majoritaires en France. D’accord, la France a été impliquée dans l’esclavage et le commerce triangulaire. D’accord, la France a été colonisatrice. D’accord, la France a une relation particulière avec ses anciennes colonies mais, pour autant, est-ce qu’on peut faire une croix sur la haine et la rage des populations minoritaires face aux populations majoritaires ?

Est-ce qu’on peut minorer le racisme des uns tout en brandissant le racisme des autres ?

Ce que n’a pas compris Dominique Sopo, c’est qu’on ne peut pas dénoncer le racisme en faisant le choix de décerner une prime aux populations minoritaires. Ce bonus initie un biais malsain pour les uns et le malus, une posture arrogante pour les autres. Évoquer le racisme en circonscrivant ses conséquences, notamment sociales, sur les victimes, c’est se tromper de prisme quant aux impacts de ce mal sur le plan psychologique et physiologique.

Monsieur Dominique Sopo, toutes les formes de discriminations doivent être dénoncées et combattues, le racisme n’a pas de couleur ni d’excuses, ses auteurs sont tous à mettre au même niveau.

Il y a un seul racisme, et vous le savez, alors il est temps que SOS Racisme dénonce le racisme.

Verlaine Djeni

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

L’immigration, Macron et SOS Racisme, par Jean-Gilles Malliarakis

Emmanuel Macron, ce 10 décembre, dans sa courte allocution de 13 minutes, aura abordé de nombreux sujets, formulé de nombreuses propositions. Changeant légèrement de ton et d’allure, il s’est exprimé dans le style des exposés que l’on appréciait dans ma jeunesse, il y a plus d’un demi-siècle, à l’Institut d’Études politiques rue Saint-Guillaume. À l’époque, cependant, on devait s’en tenir à 10 minutes et construire en deux parties et deux sous-parties.

Cette prestation comportait donc des longueurs. Elles enrobaient des propos parfois ambigus. On peut se demander s’ils ont été appréciés, dans leur subtilité, par les honnêtes gens qui saucissonnent sur les ronds-points à la veille de l’hiver.

Comme souvent, venant des bons élèves de la technocratie, on y trouvait du bon et du nouveau. Le bon ne se révélait pas très nouveau, le nouveau ne semble pas très bon non plus. Olivier Dussopt, lui-même, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des Comptes public, évalue que les mesures annoncées coûteront à l’État entre 8 et 10 milliards d’euros. “Nous sommes en train de le préciser, de voir aussi comment nous allons le financer”, a-t-il déclaré sur BFM TV. Si ce qu’il appelle “financement” ne se fonde pas sur une réduction sans doute supérieure de la dépense publique de l’État central, on entre dans un scénario économiquement catastrophique. On peut le redouter.

Son propos sur l’immigration ouvre un autre débat.

La jeune-vieille organisation de provenance trotskiste SOS Racisme mesure, dans ce registre, comme chacun devrait le savoir le degré de conformisme politiquement correct. Son président, heureusement dégagé de ses ennuis judiciaires, peut assumer le rôle du grand prêtre. Il pense que les propos présidentiels “n’augurent rien de bon”.

Voilà au moins qui pourrait constituer, pour certains des plus farouches opposants, un motif de satisfaction.

Je veux aussi que nous mettions d’accord la nation avec elle-même sur ce qu’est son identité profonde. Que nous abordions la question de l’immigration” a déclaré le chef de l’État, sans plus de précisions.

Cette allusion d’Emmanuel Macron à l’immigration lors de son allocution pour répondre au mouvement des “gilets jaunes” depuis le 17 novembre prouve, malgré son ambiguïté, au moins que, – dans son esprit, et selon certaines informations dont il dispose, – cette préoccupation existe bel et bien chez les protestataires de base.

Elle intervient le jour même, ce 10 décembre, où la signature, au nom de la France, du pacte mondial sur les migrations de l’ONU formellement approuvé à Marrakech, provoque de nombreuses protestations de l’opposition, et semble, si l’on en croit les sondages, rejeté par 80 % des Français.

Inutile de dire que les États-Unis s’y sont opposé, qu’il n’aura aucun effet en Chine ou en Russie, et que l’Europe l’aborde en ordre dispersé, alors même qu’elle paraît comme le seul espace vraiment concerné. Parmi les pays qui s’en sont retirés après l’avoir accepté le 13 juillet, on compte d’ores et déjà l’Autriche, l’Australie, le Chili, la Tchéquie, la République dominicaine, la Hongrie, la Lettonie, la Pologne et la Slovaquie.

Le président de SOS Racisme, Dominique Sopo ne pouvait pas esquiver son soutien à cette démarche onusienne destinée de façon explicite à faciliter les déplacements transnationaux de la main-d’œuvre. Il a donc publié un communiqué titré “Les immigrés comme boucs émissaires ?

Il dit s’étonner que le président de la république ait évoqué l’immigration dans un discours où, toujours selon Sopo, “les questions posées étaient notamment celles de la répartition des richesses et des attentes de la jeunesse lycéenne“.

“Les propos avaient beau être le plus elliptiques possibles, remarque-t-il, chacun comprendra qu’ils n’augurent rien de bon. Que les choses soient claires : toute tentative consistant à jeter les immigrés en pâture des frustrations sociales sera combattue sans relâche par SOS Racisme”, menace le redoutable Sopo, se disant “plus que perplexe” sur les termes employés.

À suivre par conséquent.

Jean-Gilles Malliarakis

Article paru sur le site de L’Insolent

La voix du peuple

07/12/2015 – POLITIQUE (Présent 8498)

Le premier parti de France ? C’est le PS ! Ainsi a parlé Stéphane Le Foll, ministre et porte-parole du gouvernement, le soir où le Front national pulvérisait ses records précédents et faisaient voler une fois de plus ce « plafond de verre » qui devait enrayer sa marche victorieuse vers le pouvoir.
Un tel jugement en dit long sur la cécité gouvernementale quant à ce qui se passe dans le pays. Le Foll a additionné les carottes et les navets des partis divisés de la gauche et de l’extrême gauche pour en faire une seule formation unie, rencontrant l’incrédulité de ses frères ennemis et l’ironie des électeurs, qui ont fait du PS le dernier parti qu’ils veulent encore voir au pouvoir.
8498P1
C’est bien le Front national qui est le premier parti de France, devant Les Républicains qui, pourtant, est une coalition de quatre partis (LR, UDI, MoDem, Chrétien démocrate). Seul contre tous ! C’est aussi un élément de sa victoire : une formation qui réunit contre elle tous les autres, les partis, certes, mais aussi le Medef et la CGT, fraternellement unis contre lui, la quasi-totalité des médias et les pétitionnaires intello-artistiques, une telle formation ne saurait être entièrement mauvaise, se sont dit les électeurs.
Surtout les gens modestes, les oubliés, les délaissés, moqués, méprisés, insultés précisément par ceux-là qui tiennent le haut du pavé dans toutes les sphères du pouvoir, considérant ce peuple des humbles comme autant de demeurés dont il faut tenir la main pour qu’il dépose le « bon » bulletin. Une fois de plus, ces Français-là ont manifesté leur refus de partis politiques impuissants et déconsidérés. Ils ont été six millions à le dire haut et fort.

La première victime, certes, c’est le PS et ceux qui, muets de honte ou de stupeur, se sont tus dimanche soir, eux pourtant si bavards d’ordinaire et qui en sont les vrais dirigeants : Hollande et Valls. Mais aussi Sarkozy, dont le verdict des urnes met fin aux vantardises et rodomontades : il était le seul à pouvoir « faire barrage » au Front national, il ne croyait pas les sondages, on allait voir ce qu’on allait voir, foi de Sarko ! On a vu : ses amis sont en tête dans quatre régions, le FN dans six. Dans le Nord et en Paca, où Bertrand et Estrosi ne peuvent espérer vaincre que grâce aux voix socialistes. Il est en triste état, le rempart de Sarkozy, qui devait aussi lui servir de tremplin pour la présidentielle !

Les combines d’appareil sont en marche sous le masque de la vertu républicaine. Car la République serait en danger et la démocratie en péril, alors qu’il ne s’agit que du jeu normal de nos institutions, de la liberté souveraine des électeurs.
Mais on veut priver ceux du Front national d’avoir les exécutifs qu’ils veulent. Six millions de Français n’ont que deux députés et on voudrait, en plus, les priver d’autres représentants. Dès dimanche soir, les vaincus ont brandi la menace de troubles et de désordres dans les régions si le FN l’emportait. Mais si, par impossible, les magouilles politiciennes faisaient que le FN n’obtienne aucune des six régions où il est en tête, alors, ces politiciens défaits devraient affronter la colère de ceux qui ont été dépossédés de leur victoire.

Guy Rouvrais

Un responsable PS et SOS Racisme inculpé pour viol et violences conjugales

04/12/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Nous sommes naturellement désolés pour l’épouse de ce triste individu, mais ne pouvons nous empêcher de trouver le fait divers révélateur… Amar Thioune, fleuron de la bien-pensance, candidat PS en Isère et responsable local SOS Racisme, modèle de Vivre-Ensemble, est inculpé pour viol et violences conjugales. Les beaux discours et la morale, c’est toujours assez bon pour les autres…

Départementales : Le FN annonce une plainte contre SOS Racisme

Départementales : Le FN annonce une plainte contre SOS Racisme après un tweet

22/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
En ce  jour d’élections départementales, l’association SOS Racisme s’est lancée sur twitter dans une véritable campagne de dénigrement du Front National et de persiflage envers ses électeurs. 

Le tweet de SOS Racisme mis en cause par le parti de Marine Le Pen adresse à l’attention des électeurs FN ce message : « Parmi les candidats du binôme, ne pas oublier de marquer d’une croix celui que vous préférez le plus ».

Or, tout bulletin raturé ou concernant la moindre mention manuscrite est considéré comme nul, et il n’est pas possible de dissocier les deux candidats d’un binôme.

Le Front National compte déposer plainte contre SOS Racisme, jugeant que ce tweet de l’association en ce premier tour des départementales constitue une « manœuvre frauduleuse pour détourner des suffrages », a déclaré ce dimanche son trésorier et ancien avocat Wallerand de Saint-Just.

Le conseil invoque l’article L97 du code électoral. Cet article stipule que : « ceux qui, à l’aide de fausses nouvelles, bruits calomnieux ou autres manœuvres frauduleuses, auront surpris ou détourné des suffrages, déterminé un ou plusieurs électeurs à s’abstenir de voter, seront punis d’un emprisonnement d’un an et d’une amende de 15.000 euros ».

Si le mépris, le dénigrement envers les électeurs du Front National sous-entendus dans le message de l’association SOS Racisme étaient pénalement punissables, il y aurait de quoi prendre très cher.
Crédit photo : AnneCN via Flickr (cc)


 

Lire la suiteDépartementales : Le FN annonce une plainte contre SOS Racisme

Damien Rieu relaxé par le tribunal de Lyon

Damien Rieu relaxé par le tribunal de Lyon

18/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
Damien Rieu était poursuivi à Lyon pour provocation à la haine raciale suite à une plainte de SOS-Racisme.

L’ancien porte-parole de Génération Identitaire a comparu devant le tribunal correctionnel de Lyon pour avoir dit dans un reportage diffusé sur TLM (télé Lyon métropole) le le 22 janvier 2013 :

Les Français de souche vivent aujourd’hui dans la rue. Ils ne peuvent accéder aux centres d’hébergement et ont des problèmes de logement. C’est le facteur immigration qui est responsable de cette situation.

“Les propos incriminés n’excèdent pas les limites du débat public dans une société démocratique”, a toutefois estimé le tribunal dans son délibéré.

Nous avons eu la très agréable surprise d’apprendre que Damien avait été relaxé mardi 17 mars.
crédit photo : Bloc Identitaire

 

 

Le déclin de SOS Racisme

03/03/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Par la conjuration d’un “vivre-ensemble” malade de nature, d’une jeunesse qui ne se laisse plus abuser, de l’essor des idées patriotes dans le débat français, SOS Racisme semble se rapprocher de la chute.
L’officine du Parti Socialiste bien que se faisant de plus en plus agressive et bruyante dans sa communication ne rassemble plus la foule dans ses manifestations d’indignation sélective. Elle ne cherche plus qu’à faire taire puisqu’elle ne se fait plus entendre. En effet, sa rhétorique, rengaine lancinante se périme. Aussi s’acharne t-elle, unie à d’autres, à tout faire pour que la parole contradictoire qu’elle nomme haine ne puisse s’exprimer dans une liberté retrouvée sur internet.
Maigre de ses membres, tel le héron, l’association phare antiraciste en est à rassembler ses anciens Présidents pour son prochain dîner annuel. Trop de chaises vides ?

Comment SOS Racisme a censuré Laurent Obertone à Grenoble

Comment SOS Racisme a censuré Laurent Obertone à Grenoble

24/05/2014 – GRENOBLE (NOVOpress) – Laurent Obertone révèle les dessous de l’annulation de sa signature de livres à Grenoble, l’an dernier en 2013. Derrière cette censure scandaleuse, 7 autres annulations pour des motifs identiques. Cette vidéo est digne d’une anthologie des méthodes de SOS Racisme.

Laurent Obertone s’est particulièrement fait connaitre par son livre La France Orange mécanique montrant que la société française évolue vers un climat de violence accrue en particulier du fait  « du laxisme judiciaire et de l’immigration massive ». Ce livre a été un succès de librairie mais à fait grincer des dents aux “bien-pensants”.

Le président de SOS Racisme Norvège écroué pour détournement de fonds et fraude aux subventions

Le président de SOS Racisme Norvège écroué pour détournement de fonds

06/05/2014 – OSLO (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Kjell Gunnar Larsen (photo), patron de SOS Racisme en Norvège, a été arrêté lundi matin à son domicile. Il est poursuivi pour fraude et détournement de fonds publics via l’association.

La police norvégienne enquêtait sur Larsen depuis 2011 après qu’un tribunal a déclaré SOS Racisme coupable d’avoir artificiellement multiplié son nombre d’adhérents par dix pour bénéficier de financement public. Larsen est maintenant accusé d’avoir vidé les comptes de l’association avec des retraits à hauteur de plusieurs centaines de milliers d’euros.

Il n’y a donc pas qu’en France que cette association est le théâtre de mouvements financiers obscurs.

Crédit photo : SOS Rasisme, via Wikipédia, (cc).

La gauche morale part en campagne contre le FN

La gauche morale part en campagne contre le FN

24/03/2014 – PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
Jeunes socialistes d’un côté, militants de milieux associatifs de l’autre, les voilà partant en croisade aujourd’hui, affublés de tracts, pour sauver la France. Après les manifestations de samedi à Paris contre le racisme et le fascisme pour lutter contre le FN et « la droitisation des esprits », c’est au tour de la province d’être l’objet de la rééducation par la Gauche.

Leur destination ? Le Sud-Est, Béziers, Fréjus, Saint-Gilles, Brignoles, et le Nord-Pas-de-Calais, pour s’occuper de la vingtaine de villes susceptibles d’être dirigées par le FN. Il faut « rediaboliser le Front national ».

Eh oui, certains irréductibles Gaulois s’entêtent encore à ne pas jouer le jeu de la démocratie, ou ne pas s’apercevoir que voter FN, c’est mal. Mais ne nous y trompons pas, ces jeunes hussards partent en campagne par, disent-ils, « solidarité ».

Crédit photo : Georges Biard via Wikipédia (cc).

Échec retentissant des manifestations contre le racisme

Echec retentissant des manifestations contre le racisme

30/11/2013 – 19h00
PARIS (Novopress) –
Malgré la propagande médiatique, malgré la mobilisation des « intellectuels », les marches organisées aujourd’hui contre le racisme ont connu un échec retentissant.

Et pourtant toutes les associations antiracistes ont sonné le tocsin afin de mobiliser les foules. Las, elles ont dû se contenter de peu de marcheurs mais surtout de leur public habituel de retraités ou de fonctionnaires au comportement moutonnier…


https://twitter.com/Herissident/status/406803975212515328
https://twitter.com/Manza_Mojito/status/406821516027125760

Lire la suiteÉchec retentissant des manifestations contre le racisme

Gironde : Les associations « antiracistes » signent une convention avec l’Etat

Gironde : Les associations « antiracistes » signent une convention avec l’Etat

07/10/2013 – 15h30
BORDEAUX (NOVOpress via Infos Bordeaux) –
Le jeudi 26 septembre, certaines associations bordelaises spécialisées dans l’antiracisme, signaient une convention avec l’Etat « garantissant aux personnes se déclarant victimes de discriminations qu’un traitement approprié sera apporté à leur situation ».

Très proches de la gauche pour un grand nombre d’entre-elles, elles ont pour point commun un nombre d’adhérents extrêmement faible, inversement proportionnel aux subventions publiques qu’elles reçoivent.

Lire la suiteGironde : Les associations « antiracistes » signent une convention avec l’Etat

Le fondateur de SOS Racisme craint une défaite idéologique face à la droite populaire et identitaire

Le fondateur de SOS Racisme craint une défaite idéologique face à la droite populaire et identitaire

11/07/2013 – 14h00
PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) –
Julien Dray (ci-dessous) a récemment accordé une entrevue au quotidien Le Monde. Vice‑président du Conseil régional d’Ile‑de‑France, il est l’un des principaux fondateurs du groupe de pression anti‑français SOS Racisme. Il s’y inquiète ouvertement d’une « dynamique de rassemblement de l’électorat de la droite et du Front national ».

Selon le hiérarque socialiste, cette dynamique est liée au succès de la mobilisation contre le mariage homosexuel
Il constate en effet que ce combat contre la dénaturation du mariage a rapproché les militants des différentes composantes de la droite. Et plus largement, l’ensemble des opposants au projet de loi ont pu se retrouver derrière des élus comme Marion Maréchal‑Le Pen. La députée Front national s’est de fait imposée comme la porte‑parole, à l’Assemblée nationale, de la jeunesse qui manifestait.

Lire la suiteLe fondateur de SOS Racisme craint une défaite idéologique face à la droite populaire et identitaire

Profanation de Notre-Dame de Paris : le Parti socialiste complice ?

Profanation de Notre-Dame de Paris : le Parti socialiste complice ?

15/02/2013 – 14h00
PARIS (NOVOpress) — Certaines voix se sont étonnées du pesant silence du premier secrétaire du Parti socialiste, Harlem Desir, suite à la profanation de Notre-Dame de Paris par un groupe d’extrémistes Femen venues fêter à leur manière la renonciation de Benoît XVI. En effet, l’apparatchik socialiste nous avait habitué à davantage de réactivité et de fermeté lorsque les jeunes identitaires avaient occupé le toit du chantier de la future mosquée de Poitiers, dénonçant dans l’heure un « acte de haine commis par des fanatiques violents » et demandant la dissolution de Génération identitaire « ce groupuscule fanatique dont les agissements violents sont une menace pour l’ordre public, la sécurité des personnes et pour la cohésion républicaine ».

Lire la suiteProfanation de Notre-Dame de Paris : le Parti socialiste complice ?