Européennes : le Rassemblement national en tête

Rassemblement national

Nous sommes à un mois tout juste du scrutin, et le sondage quotidien de Paris Match vient de placer la liste du Rassemblement national en tête. Les réflexes de vote utile commencent à jouer, alors que le RN, malgré le pari osé de mettre à la tête de sa liste un tout jeune militant, peu connu, réussit sa campagne.

Les sondages ne sont que des sondages. Quand ils sont bons, on les met en exergue, quand ils déçoivent, on rappelle que le seul sondage qui compte est celui des urnes. Mais l’enquête quotidienne de Paris Match a précisément la vertu d’être quotidienne et de refléter une certaine réalité. Cette enquête plaçait systématiquement le RN derrière LREM. Les courbes viennent de se croiser dans les chiffrages de vendredi. Certes l’enquête ne prend pas en compte « l’effet Notre-Dame ». Et d’autre part l’écart est encore faible : 0,5 %. Rien n’est donc définitif. Le RN est donné à 22,5 %, LREM à 22 %, LR à 14 %. Puis on trouve le peloton des « petites listes » susceptibles de décrocher des élus, actuellement dans l’ordre suivant : Ecologistes (8,5 %), « Insoumis » (7 %), PS (6,5 %), Debout la France (4,5 %). Toutes les autres listes sont néantisées.

Ce sondage est évidemment prometteur pour le RN dans un contexte où le gouvernement a hystérisé l’affrontement entre « progressistes » et « nationalistes ». Que le « camp du mal » batte au poteau le « camp du bien » serait davantage qu’un symbole.

D’autre part cette inversion des courbes risque de favoriser le vote utile. Et c’est sur ce terrain que les choses pourraient encore bouger, cristallisant les opinions sur les deux listes de tête. Le sondage peut réveiller les abstentionnistes, du fait de l’enjeu fort de cette première place, ce qui devrait profiter au RN, dont l’électorat est nettement plus jeune, moins fidèle au rituel des urnes. L’enquête de Paris Match retient l’hypothèse d’une liste Gilets jaunes, créditée de 3 % des voix. Rien ne dit qu’une telle liste sera constituée, et, dans une perspective de confrontation Macon-Le Pen, le vote utile risque là aussi de jouer en faveur de la liste RN. De même le décrochage des « insoumis » peut libérer au profit du RN des suffrages anti-Macron.

Se déroule simultanément un combat pour le leadership à gauche

Il y a enfin la problématique Debout la France. Le mouvement de Dupont-Aignan avait bien démarré sa campagne, réussissant à constituer un pôle souverainiste attractif, avec le CNIP et les chrétiens-démocrates. Mais l’élimination de sa liste d’Emmanuelle Gave, puis de Poisson, a brouillé son image de rassembleur. Le vote utile peut détourner vers le RN, voire vers les Républicains, une partie de ses électeurs. Le sondage semble traduire l’amorce de cette captation de voix : la liste n’est plus assurée d’attendre les 5 % qui donnent des élus.

Et le vote utile en faveur de LREM ? En principe il pourrait venir des électeurs centristes. Mais la liste UDI (sorte de MoDem bis) ne décolle pas de son insignifiance électorale. Il pourrait venir de la gauche, mais se déroule simultanément un combat pour le leadership à gauche, qui polarise l’électeur militant et décourage les autres. Les atouts de LREM, pour un vote utile d’électeurs LR ou au PS en sa faveur, se situent dans la capacité de Macron à gérer les dossiers de l’incendie de Notre-Dame et de fin du grand débat, à gérer sa communication, surtout.

Francis Bergeron

Article paru dans Présent daté du 23 avril 2019

Élections Européennes : Le Rassemblement national en tête d’un sondage

06/11/2018 – FRANCE (NOVOpress)
Le dimanche 4 novembre un sondage IFOP indique que le parti de Marine Le Pen est en tête des intentions de vote pour les élections de mai.

Le Rassemblement national recueille 21% des estimations (soit 4 point de plus par rapport à la précédente enquête) et devance La République en marche avec 19%.

De leurs cotés, Les Républicains et La France insoumise perdent du terrain. Cependant, le parti de Nicolas Dupont-Aignan Debout la France marque une progression, s’élevant dans les sondages à 7%. N’en déplaise aux autorités, le Rassemblement national est bien parti pour arriver en tête des élections européennes en France.


Sondage choc : 38 % des Français se disent en faveur d’un régime autoritaire pour réformer la France et éviter le déclin

18/10/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
La tentation d’un régime technocratique a nettement reculé chez les Français par rapport à il y a deux ans alors que la tentation pour un régime autoritaire, elle, reste presque la même selon un sondage exclusif Ifop.

Notons tout d’abord que l’attirance pour un régime de nature technocratique en France demeure importante, même majoritaire avec 55 % d’avis favorables

En effet un régime où des experts non élus qui feraient des réformes impopulaires mais nécessaires semblent malgré tout avoir le vent en poupe. Cela traduit le fait qu’il y a toujours ce sentiment chez les Français que la société est bloquée et que, pour la débloquer, il faudrait passer outre le processus démocratique. Cette mesure a toutefois fortement diminué par rapport à celle estimée il y a 10 ans par le même institut de sondage. A l’époque, 67 % des Français se déclaraient tentés par l’idée.

Le nombre de partisans d’un régime autoritaire n’a quant à lui que très peu augmenté, mais il reste non négligeable

Sur ce point, Jérôme Fouquet explique : « un sympathisant LR sur deux se déclare favorable à l’idée et 55 % du côté des sympathisants du Front National. On voit bien que le rapport à l’élection, l’autorité et l’exercice du pouvoir, constitue toujours un élément de démarcation sur l’échelle gauche droite. Quand on explique que le clivage gauche droite a disparu, on voit bien que ce n’est pas le cas sur ce type de questions. On voit des différences importantes ».

Sur cette question on constate une différence de taille entre électeurs FN et électeurs de la France insoumise

On voit très clairement en effet que là dessus il y a des écarts majeurs entre les aspirations de l’électorat FN et Insoumis. Les commentateurs parlent de tentation tribunitienne, d’un césarisme de gauche pour Mélenchon mais on voit que son électorat est très majoritairement attaché à l’importance du scrutin. La stratégie qui consistait à confondre les deux électorats, stratégie qui était notamment celle de Philippot, n’est pas opérante sur ce point.

Les Français de plus en plus hostiles à l’islam et à l’immigration

Immigration Islam

04/07/2017 – FRANCE (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie: Une enquête Ipsos/Sopra Steria montre que les Français sont de plus en plus hostiles à l’immigration et à l’islam. En effet, près de 60 % des Français pensent que l’islam est incompatible avec la France. Le chiffre monte à plus de 65 % des Français qui pensent qu’il y a trop d’étrangers en France. Après une campagne présidentielle où ces thèmes ont été oubliés au profit des affaires judiciaires des uns et des autres, ce chiffre montre les vraies préoccupations des Français.

Quelles leçons pouvons‑nous tirer de cette enquête ? Au‑delà de la présence des étrangers en France, c’est leur attitude qui est mise en cause par cette enquête. Six sondés sur 10 affirment ne plus se sentir « chez soi comme avant », et encore plus de sondés estiment que les étrangers ne font pas d’effort pour s’intégrer dans notre société.

Mais que cela peut‑il changer dans le milieu politique ? L’immigration et la sauvegarde ou du moins la continuité de l’art de vivre à la française est quelque chose d’important pour nos compatriotes. Cela paraît donc assez incroyable que ces thèmes, chers au Front national, ne leur aient pas permis d’avoir plus de voix, ou au moins d’avoir plus de six députés (plus deux apparentés). Mais le débarquement de Sophie Montel, proche de Florian Philippot, qui voulait remettre en cause l’approche du Front National sur ces sujets‑là est peut‑être un premier signe.

En effet, il ne faut pas oublier que, lors du congrès de 2014, c’était la ligne de Marion Maréchal-Le Pen qui était déjà arrivée en tête, plus libérale économiquement et plus dure sur l’immigration que celle de Philippot. Pour les autres partis, les Républicains en tête le débat risque d’être houleux entre « les constructifs » proches de Macron et les partisans de la droite buissonnière. A moins que la droite « la plus bête du monde » ne brise les règles et se rassemble sur des sujets clefs.


islam

Immigration : les Européens rejettent les politiques communes

immigration

Dans sa lettre d’invitation aux membres du Conseil européen qui doit se réunir les 22 et 23 juin pour parler, entre autres sujets, d’immigration, Donald Tusk estime que « les forces anti-UE » sont en régression et que « nous remontons lentement la pente ». L’Europe serait, selon lui, à nouveau perçue comme une solution, dit-il encore, rappelant que « l’année dernière, nous avons décidé que l’UE protégerait sa population contre les menaces pesant sur la sécurité ainsi que contre l’immigration clandestine ». On comprendra donc qu’avant cela, l’UE avait décidé de ne pas protéger sa population contre ces menaces, en notant aussi que la décision prise l’année dernière n’a rien changé en Méditerranée centrale, bien au contraire !

Les Européens ne sont pas dupes.

Une étude de l’institut de sondages américain Pew Research Center publiée le 15 juin montre en effet qu’une très nette majorité d’entre eux souhaitent que les décisions en matière d’immigration soient prises par les gouvernements nationaux et non pas par l’Union européenne.

Comme on pourrait s’y attendre, c’est le cas pour 82 % des Hongrois et 77 % des Polonais, mais c’est également le cas pour 75 % des Français et des Allemands, 74 % des Hollandais, 70 % des Grecs et des Suédois, 62 % des Espagnols et 54 % des Italiens. Pour les neuf pays étudiés, cela fait une moyenne de 74 % en faveur de décisions prises au niveau national contre seulement 23 % en faveur de décisions prises au niveau européen !

Quand le président français Emmanuel Macron appelle à une organisation commune renforcée en matière de droit d’asile et d’immigration dans une interview publiée le 22 juin dans Le Figaro et sept autres journaux européens, ou quand le président du Conseil italien Paolo Gentiloni affirme devant son Sénat avant le Conseil européen que « nous avons besoin de marcher rapidement vers une politique commune » en matière d’immigration, ils ne sont donc pas du tout en phase avec leurs citoyens. Au contraire des dirigeants du Groupe de Visegrád quand ils refusent la relocalisation automatique et obligatoire des immigrants arrivés illégalement en Europe, telle que la propose encore la Commission européenne.

Olivier Bault

Article paru dans Présent daté du 23 juin 2017

Une claque pour Estrosi : Marine Le Pen l’emporterait avec 50,5 % en Paca !

Marine Le Pen Premier Tour

03/05/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Marine Le Pen est en tête ! Avec 50,5 %, elle devance Emmanuel Macron, crédité de 49,5 % ! Tel est le rapport de forces dans la région Paca mesuré par le sondage Cevipof/Ipsos Sopra Stéria réalisé du 30 avril au 2 mai pour le réseau régional de France 3.

Une grande claque pour le président du conseil régional Christian Estrosi et une belle reconnaissance pour le travail effectué par son opposition – sa seule opposition – conduite par Marion Maréchal-Le Pen.

En Provence-Alpes-Côte d’Azur, Marine Le Pen avait obtenu 28,2 % des voix au premier tour tandis qu’Emmanuel Macron n’en avait eu que 18,9 %, devancé par François Fillon (22,37 %).

Dans toutes les autres régions, Marine Le Pen serait devancée par Emmanuel Macron, y compris dans les Hauts-de-France, où le leader d’En Marche ! recueillerait 50,5 % des voix, ce qui est certes tout autant dans la marge d’erreur que l’estimation concernant la Paca.

Emmanuel Macron, qui est donné à 59 % au niveau national, dépasserait largement ce score dans quatre régions : il recueillerait 63 % des suffrages en Nouvelle Aquitaine, 64 % dans les Pays de la Loire, et même 69 % en Bretagne et en Ile-de-France…

Macron, Le Pen et Fillon : le tiercé gagnant… dans l’ordre ou dans le désordre

Tiercé gagnant

21/04/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Emmanuel Macron : 23 % ; Marine Le Pen : 22 % ; François Fillon : 21 %. A moins de deux jours du scrutin, tels sont les chiffres livrés aujourd’hui à midi par le PrésiTrack d’OpinionWay, le baromètre quotidien de l’opinion dont c’est ici la dernière livraison avant le premier tour. Etant données les marges d’erreur, autant dire que ces trois candidats sont à égalité. Jean-Luc Mélenchon étant relégué à 18 %, Macron, Le Pen et Fillon semblent donc constituer le tiercé gagnant… mais dans quel ordre ?

L’IFOP publie par erreur un sondage estampillé « En Marche !»

12/04/2017 – FRANCE (NOVOpress)
L’institut de sondage Ifop publie un sondage quotidien sur la présidentielle. Il s’agit des fameux « rolling » qui désignent depuis quelque temps Emmanuel Macron comme favori pour cette élection.

Lors de la publication de celui du 6 avril dernier, l’institut a mis en ligne une copie estampillée du logo d’En Marche ! et les résultats publiés sous évaluaient Marine Le Pen tout en surévaluant Emmanuel Macron, les deux se retrouvant du coup dans un mouchoir de poche.

Suite à la réaction des réseaux sociaux, l’Ifop a rapidement retiré le document qui reste néanmoins consultable sur d’autres sites. Cette bourde interroge quant à la fiabilité des sondages « rolling » proposés par l’Ifop et interroge surtout quant à l’impartialité de l’institut de sondage.

Les Français font de moins en moins confiance aux médias

15/02/2017 – FRANCE (avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : Une énième étude le rappelle : les Français n’ont pas confiance dans les médias. Comme chaque année, le journal La Croix a publié son baromètre des médias, qui a pour but de refléter la confiance des Français envers medias et journalistes. Et comme depuis quelque temps, tous les indicateurs de confiance sont en baisse.

La radio reste cependant le média jugé le plus fiable… comparé aux autres. Car il n’enregistre que 52 % de taux de confiance. De son côté, la presse écrite a perdu 7 points à 44 %, la télévision 9 points à 41 % et le Web 5 points à 26 %. Les deux tiers des Français sondés estiment que les journalistes ne sont pas indépendants des pressions des partis politiques ou du pouvoir. Le camouflet marquant de cette année a été l’engagement de presque tous les médias pour la victoire d’Hillary Clinton à la présidence des Etats Unis.

Les Français se tournent donc de plus en plus vers les réseaux sociaux pour s’informer, tout en estimant pourtant que l’information n’y est pas fiable. Paradoxe français : ils s’en remettent donc faute de mieux aux grands médias pour vérifier l’information…

Mais ne nous dirigeons-nous pas vers une censure de fait ? Comme le souligne l’Ojim, les médias grand public affichent depuis quelques semaines un rapprochement avec les plates-formes de réseaux sociaux, comme Facebook, ou les gros acteurs du numérique, comme Google, pour lutter contre ce qu’ils considèrent comme de « fausses informations » : « De nouveaux outils se créent, comme le « Décodex » du Monde, pour mettre à l’index certains médias alternatifs. »

Une majorité d’Européens veut stopper l’immigration venant de pays musulmans

10/02/2017 – EUROPE (NOVOpress)
Un sondage mené par le think tank britannique Chatham House révèle que 55 % des Européens veulent stopper toute immigration en provenance de pays musulmans. Le sondage, réalisé dans dix pays européens avant que le président américain Donald Trump ne signe son décret interdisant l’entrée sur le territoire des Etats-Unis aux ressortissants de sept pays musulmans, révèle en outre que les habitants de huit des dix pays consultés sont opposés à cette immigration.

L’étude des résultats par catégorie d’âge démontre que les personnes les plus âgées sont les plus favorables à une interdiction de l’immigration des musulmans, tandis que les moins de 30 ans y sont les plus opposés.


En Italie, basta ! l’immigration

03/02/2017 – ITALIE (NOVOpress)
L’immigration de masse est un phénomène récent en Italie, mais les autochtones ne sont pas dupes. D’après un sondage publié par le Washington post, 69% des Italiens estiment que « les réfugiés sont un poids pour le pays et sont responsables de la plupart des délits » et 77 % sont convaincus « qu’ils ne souhaitent pas s’intégrer ».

Là aussi, le discours d’une immigration chance pour l’Italie, pourtant omniprésent, ne prend pas.

En France, un sondage Ipsos d’août dernier affirmait que 57 % des Français estimaient « qu’il y avait trop d’immigrés dans le pays ».

Sondage en ligne : quand Bourdin fait l’unanimité contre lui

Source : OJIM – “Sondage en ligne : quand Bourdin fait l’unanimité contre lui”

En demandant l’avis des internautes sur l’honnêteté des médias et des journalistes, Jean-Jacques Bourdin s’attendait à ce qu’il y ait débat, mais sans doute pas à une telle unanimité !

Le 13 décembre, l’animateur de RMC et BFMTV postait un sondage en ligne depuis son compte Twitter dans lequel il demandait aux internautes : « Est-ce que les médias nous mentent ? Votez ! » Le moins que l’on puisse dire, c’est que le résultat fût sans appel : 91 % de oui pour seulement 9 % de non.

Outre ce résultat, marquant définitivement, s’il en était besoin, la défiance des lecteurs et téléspectateurs envers les médias de masse, les internautes n’ont pas hésité à dire ce qu’ils pensaient noir sur blanc. Mensonge par omission, hiérarchisation douteuse de l’information, manipulation… il y en avait pour tous les goûts. « Ils sont surtout dans la prise de position plutôt que dans l’information. Les médias sont partisans et distillent une « information » biaisée », explique un internaute, entre autres commentaires bien moins polis…

Des internautes ont constaté que dans sa question, Bourdin demandait si les médias « nous » mentaient, s’incluant ainsi dans la masse et se sortant de la caste journalistique, à laquelle il appartient pourtant pleinement. « Oui, énormément, par omission et surtout toi Jean-Jacques », répond ainsi un internaute. « Bourdin c’est pas un journaliste il n’a jamais informé personne c’est juste un manipulateur de masse », renchérit un autre. Voilà qui est dit.

D’une certaine manière, Bourdin a-t-il fait autre chose que tendre le bâton pour se faire battre ? Quoi qu’il en soit, c’est dans ce contexte de défiance généralisée qu’est né le Collectif des usagers des médias et du service public (CUSPA). Sa mission sera d’intervenir dans la campagne présidentielle en interpellant les candidats sur le pluralisme des opinions dans le service public. Tout un projet… Pour plus d’informations, contactez : contact@collectif-uspa.fr

François Hollande pointé à 96% d’impopularité

26/10/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Selon une enquête électorale du Cevipof, 4% seulement des sondés se disent satisfaits de François Hollande…

70% des sondés se déclarent « insatisfaits », 26% se disent « ni satisfaits, ni insatisfaits ». La proportion d’insatisfaits progresse d’un point par rapport à septembre, mais elle est deux points en dessous du record d’insatisfaction enregistré en mai, au moment de la loi El Khomri (72%).



François Hollande pointé à 96% d'impopularité par Lopinionfr

Sondage présidentielle 2017 : Juppé et Marine Le Pen gagnants, Hollande humilié

Marine Le Pen

21/10/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Alain Juppé et Marine Le Pen seraient les deux grands vainqueurs du sondage BVA-Salesforce pour la presse régionale et Orange sur les intentions de vote pour la présidentielle de 2017.

Marine Le Pen oscillerait entre 25% et 29% des intentions de vote (contre 33% à 39% pour le maire de Bordeaux). Jean-Luc Mélenchon apparait parfois comme le 3e homme – selon les scénarios – avec un résultant évoluant entre 12% et 15%

François Hollande est complètement décroché. Il ferait 13% dans le meilleur des cas et 9% dans le pire scénario pour lui.



Sondage présidentielle 2017 : Juppé et Le Pen… par Lopinionfr

Norbert Hofer (FPÖ) donné vainqueur de la présidentielle en Autriche

Hofer Affiche Heimat

02/05/2016 – AUTRICHE (NOVOpress) : Selon l’institut Gallup, Norbert Hofer, le candidat du FPÖ, est désormais le favori du second tour de l’élection présidentielle en Autriche. Un sondage publié le 30 avril le donne à 56 % des voix contre 44 % à son rival, le candidat écologiste Alexsander Van der Bellen. Le candidat du Parti de la liberté est en progression de six points par rapport à la précédente étude qui donnait les deux candidats à égalité.

Dans une interview à un journal dominical autrichien, Norbert Hofer estime pouvoir être élu avec 55 à 60 % des voix : « Je pense qu’un tiers des électeurs de [la candidate indépendante] Irmgard Griss vont se reporter sur moi, ainsi que des deux tiers de ceux qui ont voté pour [le candidat conservateur] Andreas Khol et jusqu’à la moitié des électeurs [du candidat social-démocrate] Rudolf Hundstorfer. » Norbert Hofer estime également que près de 50 000 électeurs du FPÖ ne sont pas allés voter dimanche dernier.

Le deuxième tour de l’élection présidentielle autrichienne aura lieu le 22 mai.

 

Musulmans en Grande-Bretagne : le sondage qui fait peur

Musulmans Grande-Bretagne

Un sondage ICM, réalisé pour un documentaire de la chaîne Channel 4 et publié par le Times au début de la semaine, apporte de nouveaux arguments à ceux qui mettent en garde contre l’immigration massive de musulmans dans les pays occidentaux. En effet, d’après ce sondage, qui va dans le même sens que d’autres réalisés en Europe et aux Etats-Unis, 20 % des musulmans vivant en Grande-Bretagne n’entrent jamais dans une maison non musulmane, 39 % des musulmans des deux sexes considèrent qu’une femme doit toujours obéir à son mari, 31 % soutiennent le droit à la polygamie, 52 % voudraient interdire l’homosexualité et 23 % souhaiteraient que la charia remplace les lois votées par le Parlement de Westminster. « Seulement » 4 % disent avoir de la sympathie pour les auteurs d’attentats-suicides.

Autre sujet d’inquiétude, le nombre officiel de musulmans résidant au Royaume-Uni a doublé en dix ans et dépasse désormais les 3 millions, dont la moitié sont nés à l’étranger. Soit dit en passant, 4 % de 3 millions, cela représente 120 000 musulmans qui ressentent, ou ressentiront quand ils seront un peu plus grands, de la sympathie pour les terroristes !

Trevor Phillips, qui commentait le sondage pour Channel 4, a fait partie, en tant que président de la commission britannique pour l’égalité et les droits de l’homme (EHRC) de 2003 à 2012, de ceux qui ont imposé le terme d’islamophobie dans le vocabulaire anglais. Il reconnaît aujourd’hui que ce concept a surtout servi à faire taire ceux qui s’inquiétaient de cette immigration et des attitudes de nombreux musulmans. Le vrai problème, explique désormais Trevor Phillips, ce n’est pas l’islamophobie mais le fait que les musulmans britanniques constituent « une nation dans la nation » et que beaucoup d’entre eux ne deviendront jamais des citoyens loyaux, même s’ils sont largement plus de 80 % à affirmer leur sentiment d’appartenance à la nation britannique.

Trevor Phillips ne manque pas non plus de remarquer le profond mépris pour les filles et femmes blanches, caractéristique d’une partie des musulmans, comme l’ont montré les récents scandales à Rotherham, Oxford, Rochdale et ailleurs. Une prise de conscience un peu tardive pour cet ex-gardien en chef du politiquement correct qui a malgré tout le mérite, contrairement à beaucoup d’autres, de reconnaître publiquement ses graves erreurs de jugement.

Olivier Bault

Article paru dans Présent n° 8588 daté du 15 avril 2016

Les données grotesques du Monde sur le vote des couples homosexuels

urne_vote_france

12/04/2016 – PARIS (NOVOpress) : Le ridicule ne tue ni les sondeurs ni certains journalistes. Dans sa dernière livraison, Le Monde nous enseigne que 32,45 % des homos « mariés » entre eux ont voté Front national aux élections régionales de décembre dernier. Pas un centième d’électeur de plus, ni de moins. Le même article nous apprend que le FN est donc quasiment à égalité avec la gauche qui, elle, récolterait les suffrages de 34,66 % auprès de la même clientèle électorale.

Bigre ! On ne peut qu’être pantois d’admiration face à une telle précision scientifique ; à ce tarif-là, on ne saurait tarder à connaître le comportement électoral des charcutiers dont le fond de commerce est menacé par la progression de la viande halal ou celui des coiffeurs qui souffrent de l’inefficacité de la finastéride sur les chauves précoces.

En réalité, les chiffres sont la traduction à la deuxième décimale près d’un échantillon de… 725 couples auprès de qui un sondage a été effectué. Hormis le fait que n’importe quel observateur remarquera qu’un échantillon aussi faible n’a pas de signification, on n’a guère de réponse à la question suivante : est-ce qu’il arrive que, quelquefois, dans un couple homo, les deux ne votent pas de la même façon ?

C’est peut-être là qu’il faut chercher l’explication à un autre mystère, car les 32,45 % ne correspondent à rien : 235 couples correspondraient à un pourcentage compris entre 32,41 % et 32,42 % mais 236 à un peu plus de 32,55 %. A moins bien sûr que le Cevipof, auteur de l’étude sur laquelle s’appuie Le Monde, ait inventé une nouvelle notion : le couple homo… monoparental.

Accueil de migrants : les Allemands commencent à déchanter

08/04/2016 – EUROPE (NOVOpress)
Les Allemands, jusqu’ici favorables à Angela Merkel et à sa politique d’accueil des migrants, commencent à revenir sur leur position.

L’Ifop nous donne quelques chiffres révélateurs de cette prise de conscience. En effet, en septembre dernier, 55% des Allemands estimaient que “l’accueil de migrants est une chance à saisir pour [leur] pays, car cela permettra de stimuler [leur] économie”. Or ils ne sont que 48% aujourd’hui à défendre cette position.

En parallèle, 33% jugeaient que “[leur] pays compte déjà beaucoup d’étrangers ou de personnes d’origine étrangère, et [qu’] accueillir des immigrés supplémentaires n’est pas possible”. Ils sont maintenant 47%.

Comme le précise le rapport de l’Ifop :

En Allemagne, l’opinion se durcit. Alors qu’en septembre seul un tiers des Allemands estimait que l’accueil d’immigrés supplémentaires n’était pas possible, c’est désormais 47 % de la population, soit près d’une personne sur deux, qui partagent cet avis. Et l’augmentation est plus forte parmi les sympathisants de gauche.

Pour consulter cette étude, c’est par ici !