Guillaume Travers : “Capitalisme moderne et société de marché – L’Europe sous le règne de la quantité”

Guillaume Travers - Capitalisme moderne

11/03/2021 – FRANCE (NOVOpress)
Le fait peut-être le plus saillant de notre époque est que tout s’achète et tout se vend. Les anciennes relations communautaires se sont dissoutes pour ne plus laisser place qu’au libre déploiement des intérêts individuels. Tous les biens qui nous entourent ne sont plus que des marchandises disponibles pour la consommation. Les hiérarchies de valeurs ne sont plus que des hiérarchies d’argent. Ce sont là quelques unes des manifestations de ce que l’on nomme « capitalisme », dont les origines et la dynamique sont ici décrites. Ce capitalisme moderne appelle des critiques fondamentales, qui sont également étudiées.

Guillaume Travers est professeur d’économie et journaliste pour la revue Éléments. Il est l’auteur d’Économie médiévale et société féodale (Nouvelle Librairie), de Pourquoi tant d’inégalités ? (Nouvelle Librairie) et coauteur de la Bibliothèque du jeune européen (Le Rocher, avec Alain de Benoist). Il est formateur de l’Institut Iliade.

Pour commander cet ouvrage : https://boutique.institut-iliade.com/product/capitalisme-moderne-et-societe-de-marche/


Jean-Yves Le Gallou : L’entreprise, nouvel espace totalitaire du XXIe siècle

Dans la vision libérale des années 1970, l’entreprise était le lieu de la liberté et l’État celui de la bureaucratie et de la contrainte. Aujourd’hui, dans la société de marché qui est la nôtre, ce n’est plus l’État mais l’entreprise qui est au centre de tout. Une entreprise, notamment s’agissant des plus grandes, de plus en plus totalitaire.

1– Sous le poids des règles de normalisation voulues par les lobbies et de la judiciarisation croissante, les entreprises ont multiplié les procédures internes. Limitant les marges de manœuvre des acteurs de terrain et créant une coupure entre ceux qui conçoivent des « process » depuis les ordinateurs des sièges sociaux et ceux qui les appliquent sans la moindre marge de manœuvre. Bref : une double irresponsabilisation.

2– Dans le même temps, la grande entreprise cherche à prendre en charge une part de plus en plus importante de la vie de ses salariés. Salles de sport et conciergeries se multiplient pour rendre les salariés de plus en plus dépendants dans leur vie de tous les jours. Les GAFA vont plus loin dans l’ingérence dans la vie privée, en suggérant à leurs salariées de différer l’âge de leur maternité, y compris en congelant leurs ovocytes.

3– Les directions du personnel, qui s’intéressaient à des personnes et pouvaient prendre en considération les particularités de chaque salarié, ont été remplacées par des « DRH », des directions des ressources humaines. Le vocable est parlant : il s’agit de substituer des procédures abstraites aux liens interpersonnels. C’est le temps de ce que Renaud Camus appelle l’industrie de la MHI, la matière humaine indifférenciée.

4– L’entreprise a longtemps été le lieu de la neutralité politique. Son objet était de rémunérer ses actionnaires par le profit et ses employés par un salaire, sous la direction d’un management clairvoyant. Le tout dans le respect absolu des opinions des clients, des fournisseurs, des actionnaires et des collaborateurs. Ce n’est plus le cas.
Les entreprises se dotent de « charte de valeurs ». A l’instar des fameuses « valeurs républicaines » promues par les médias et les hommes politiques. En fait, le mot « valeurs » est un mot valise, un mot de novlangue, pour signifier « conforme au politiquement correct ». C’est-à-dire pour le « développement durable », « la diversité », la « mixité » et l’interdit du réel.

Pour lire la suite, c’est ici !