De l’écrasement du pouvoir d’achat, par Jean-Gilles Malliarakis

En 20 ans, le SMIC horaire brut, applicable à des semaines de 35 heures, soit 151 heures par mois est passé de 6,31 à 10,03 soit un multiplicateur de 1,58, nettement supérieur, quand même, à celui du point d’indice de la fonction publique. Car, de son côté, l’indice 100 des fonctionnaires représentait 5 623 euros valeur février 2017 contre 32 998 francs en 1998 soit 5 036 euros : un multiplicateur de 1,12. À l’inverse, on peut citer l’exemple du timbre-poste. Sous coût vient, lui, d’augmenter de 10 % soit pour une lettre prioritaire 1,05 euro contre 0,46 euro 20 ans plus tôt : le multiplicateur est un des plus élevé à 2,3. Pour un service déclinant.

Bien plus, la question lancinante du logement accapare entre 30 et 40 % du budget de nos compatriotes. Elle joue un rôle non négligeable dans les difficultés des jeunes ménages, dans la paupérisation des classes moyennes et dans les inquiétudes grandissantes du peuple français. Or, on l’occulte trop souvent, et l’INSEE la sous-estime[1] dans ses pondérations d’indice.

Ainsi, ce 7 janvier, en milieu de journée, le quotidien Le Monde pouvait titrer, sur ce que ses rédacteurs appellent la hausse inattendue des prix de l’immobilier[2]. À l’enquêtrice, Laurent Vimont, PDG de Century 21, est obligé d’en expliquer l’une des causes, la plus évidente : “l’appétit d’achat immobilier est toujours encouragé par le niveau très bas des taux d’intérêt, parfois même négatif, puisqu’au-dessous de l’inflation.”

De la sorte, le prêt à taux zéro, invention contre-nature se voulant sans doute sociale, se retourne contre l’objectif auquel il était censé répondre.

Les vraies données de ce que nous appelons inflation retracent l’érosion monétaire. Or, trop nombreux sont les analystes et les décideurs qui confondent cette donnée avec l’augmentation de la quantité de monnaie, cause véritable de la hausse des prix.

L’irrationnel, l’émotionnel et le ressenti risquent de fausser encore plus la désignation des responsabilités, et par conséquent d’empêcher le rétablissement du libre jeu de l’économie.

Étrangement, dans le procès fait trop sommairement aux institutions communautaires, certes bancales et critiquables, et par conséquent améliorables, de l’Union européenne, appellation elle-même bien grise, la politique de l’une d’entre elle semble échapper à ce dénigrement : celle de la banque centrale de Francfort.

C’est pourtant bien la ligne directrice de Trichet d’abord, de modération des salaires, combinée, à partir de la crise de 2008, aux choix de Mario Draghi qui ont abouti à la distorsion artificielle des prix.

Celle-ci s’est trouvée alourdie par le monstrueux tribut social, institutionnalisé par la réforme Juppé de 1996. Elle a écrasé le pouvoir d’achat disponible : le niveau de vie des Français moyens a été pris désormais en sandwich – entre d’une part les prix contraints et/ou administrés, avec un très gros pourcentage d’immobilier inflationniste, et les charges d’une part, – et des gains stagnants d’autre part. La très lente évolution, voire la chute, des rémunérations des classes moyennes, aussi bien celles des fonctionnaires modestes que celles des travailleurs indépendants, a engendré la réalité de la vie chère. L’euro, en lui-même ne constitue pas la cause centrale.

À cette erreur de conception s’ajoute un préjugé de plus en plus répandu depuis 20 ans. Interrogez par exemple autour de vous à propos du prix de la baguette de pain dite parisienne. Sans même se préoccuper de l’évolution de sa qualité et de son poids, combien coûtait-elle au moment du passage à la monnaie unique. Comme son prix ordinaire chez les boulangers de beaucoup de grandes villes tourne autour de 1 euro

On vous répondra bien souvent qu’elle valait un franc, ce qui se révèle doublement inexact. En fait, en 1998, au prix moyen que l’on qualifiera d’officiel, elle valait 4,05 francs soit 0,62 euro. Cette valeur est passée en moyenne[3] à 0,87 euro : un multiplicateur de 1,4.

L’impression générale demeure, à l’inverse des faits, que l’euro aurait détruit le bon équilibre naturel des prix, autrefois maintenu, pensent les bonnes gens, par une d’administration vigilante dont il conviendrait, affirment les pseudo-économistes de l’absurde, de rétablir l’intervention.

Un tel sentiment pervertit une large part de l’opinion publique jusque dans ses intentions de vote du printemps prochain, où on ne manquera pas d’entendre accuser “l’Europe” de porter les responsabilités de la vie chère. Pour les statisticiens, comme pour un certain nombre d’esprits faux, tel Giscard en son temps, mais aussi pour les fondateurs de l’euro à l’époque où Delors sévissait à la présidence de la Commission européenne, la monnaie ne peut être considéré que comme un instrument de mesure.

Et les conséquences de cette vision réductrice déteint sur la plupart des journalistes et commentateurs agréés. Quand les aveugles conduisent les paralytiques on risque fort de courir à la catastrophe.

Jean-Gilles Malliarakis

Article paru sur le site de L’Insolent

[1] Cet organisme, monopolistique dans son principe, créé en 1946, joue, à vrai dire, un rôle central dans la désinformation technocratique qui entoure le sujet.
[2] Cocassement le chapeau a évolué au fil des heures. Initialement, on pouvait lire que “le retournement attendu n’a pas eu lieu” pour devenir à 12 h 45 “contrairement aux prévisions, les prix continuent de grimper.” Ces imperceptibles nuances manipulatrices sont accompagnées d’une illustration renvoyant au 16e arrondissement de Paris, citadelle supposée de la bourgeoisie rentière. Pourtant, s’agissant de Paris, qui n’est pas la France les bobos spéculent, quant à eux sur des quartiers plus branchés devenus clairement plus chers.
[3] Pendant la même période, une grande quantité d’offres différenciées s’est développée, notamment dans les supermarchés, avec des variantes selon qu’il s’agit d’une baguette dite de tradition, appellation ne remontant en fait qu’au passage d’Alain Madelin, etc.

Le socialiste Pascal Lamy prône la suppression du Smic

Le socialiste Pascal Lamy prône la suppression du Smic

12/04/2014 – PARIS (Bulletin de réinformation) – Pascal Lamy, membre du Parti socialiste et proche de François Hollande, souhaite voir appliquer les recommandations de Goldman Sachs. – La semaine dernière, l’ancien commissaire européen Pascal Lamy déclarait : « Il faut, à ce niveau de chômage, aller davantage vers la flexibilité et vers des boulots qui ne sont pas forcément payés au Smic. Un petit boulot, c’est mieux que pas de boulot ».

Pascal Lamy, ancien patron de l’Organisation mondiale du commerce et participant régulier à la conférence de Bilderberg est un ultra‑libéral totalement assumé. En 2009, en pleine crise financière, il n’avait pas hésité à réclamer une augmentation de 32 % de son salaire de directeur de l’OMC. Il est membre du Parti socialiste depuis 45 ans ainsi que du comité d’orientation scientifique de A gauche en Europe, club de réflexion fondé par Michel Rocard et Dominique Strauss‑Kahn.

La déclaration de Pascal Lamy est à mettre en parallèle avec le rapport fourni par la banque Goldman Sachs à la commission européenne début 2013. Dans ses recommandations, la banque d’affaires prônait une baisse de 30 % des salaires des Français « pour une meilleure compétitivité face à leurs voisins européens », allemands entre autres.

Crédit photo : Pascal Lamy via Wikimedia (cc)