Tag Archives: sionisme

eric-zemmour

Éric Zemmour : « Israël a gagné la guerre des nations, pas celle des berceaux »

17/01/2017 – France (NOVOpress) : Alors que s’est tenue à Paris une conférence internationale sur Israël et la Palestine, Eric Zemmour, dans sa chronique sur RTL, a d’abord ironisé : « Les diplomates français sont des extraterrestres. Ils inventent des conférences à Paris que personne ne réclame. Ils rédigent des accords de paix sans les belligérants. Ils exigent le respect de résolutions internationales que tout le monde a oubliées. Ils ont l’art de ne pas proposer de conférences sur les sujets brûlants de l’heure : guerre au Yémen, en Syrie, en Irak, question kurde ou persécutions des chrétiens d’Orient. »

À ses yeux, « la fameuse “question palestinienne“, chère à notre Quai d’Orsay, est tout ce qui reste de la non moins fameuse politique arabe de la France ». Éric Zemmour constate que c’est « le type même de question qui n’intéresse plus que les diplomates, et en particulier les diplomates français. Les Américains, les Russes, les Chinois, les pays arabes eux-mêmes, tous sont passés à autre chose ».

Israël a « gagné la guerre et même l’après-guerre », assure le journaliste. Israël certes « ruiné l’unité territoriale d’un éventuel Etat palestinien » et « il n’y aura pas les deux Etats que réclament nos diplomates car il n’y a plus de territoire qui pourrait servir de base à un Etat palestinien ». « Si Donald Trump transférait l’ambassade israélienne de Tel Aviv à Jérusalem comme il l’a promis, la victoire israélienne serait totale. »

Mais si Israël a « gagné la guerre des nations », « une autre guerre a commencé : celle des berceaux ». Et là…

États-Unis : une association suscite la polémique avec des affiches d’Hitler sur des bus

États-Unis : une association suscite la polémique avec des affiches d’Hitler sur des bus

28/05/2014 – NEW YORK (NOVOpress) – L’AFDI (Initiative Américaine de Défense des Libertés) vient de lancer une campagne visible sur les flancs d’une vingtaine de bus à Washington ou Hitler accompagnera les voyageurs dans la capitale américaine pendant quelques semaines.

L’AFDI montre Hitler négociant avec Haj Amin al-Husseini, le grand mufti de Jérusalem, la déportation des juifs de Palestine. Al-Hesseini avait effectivement soutenu la politique d’extermination des juifs comme l’indique un article du Washington Post. “La haine du juif est dans le coran, Stoppez le racisme” proclame l’affiche qui demande l’arrêt des aides US aux pays et mouvements islamiques.

En 2012 la société des bus de Washington avait refusé cette campagne mais ont perdu en justice contre l’AFDI. Le juge fédéral avait estimé que selon le premier amendement l’AFDI avait le droit de communiquer sur ce thème.

Comme souvent et c’est ici le cas, le “point godwin” est utilisé par une multitude d’associations dont l’objet est parfois contradictoire et où, selon les circonstances, il s’agit de victimiser ou diaboliser telle ou telle communauté à l’aide d’images ou de mots renvoyant à la seconde guerre mondiale.

Source : New York Daily

Geert Wilders reçoit le « Prix pour la liberté Hiltrud Schröter »

03/02/2013 – 15h45
BONN (Lionel Baland) — Samedi 2 février 2013, Geert Wilders, le président du PVV néerlandais, s’est rendu à Bonn en Allemagne à l’invitation du Mouvement de citoyens Pax Europa (BPE) afin de recevoir le Prix pour la liberté Hiltrud Schröter.

Plus de 300 personnes se sont retrouvées au sein d’une salle de l’Hôtel Maritim afin d’assister à l’événement. La présentation de la réunion a été assurée par Michael Stürzenberger venu de Munich, capitale de la Bavière, où il s’occupe, avec son groupe de membres du parti die Freiheit (La Liberté), de la récolte de 30.000 signatures d’habitants de la ville afin de voir organiser une consultation du peuple à propos de la construction au cœur de la ville d’un grand centre islamique financé par le Qatar.

Lire la suite

BHL ou l'ambiguïté franco-israélienne

BHL ou l’ambiguïté franco-israélienne

24/11/2011 – 16h00
PARIS (NOVOpress) –
« J’ai porté en étendard ma fidélité à mon nom et ma fidélité au sionisme et à Israël ». « C’est en tant que juif que j’ai participé à cette aventure politique, que j’ai contribué à définir des fronts militants, que j’ai contribué à élaborer pour mon pays et pour un autre pays une stratégie et des tactiques ». « Je ne l’aurais pas fait si je n’avais pas été juif »

Ces propos, que Bernard-Henri Lévy a tenus le 20 novembre 2011 lors de la première convention nationale “Demain, les juifs de France” (organisé par le CRIF), provoquent plusieurs interrogations : comment l’Etat français, souverain, a-t-il pu amener dans ses valises un écrivain, dépourvu de toute légitimité populaire, à la table des négociations visant à la chute du colonel Kadhafi ? Comment quelqu’un qui se définit comme un fidèle d’Israël peut-il faire partie d’une délégation du ministère français des Affaires étrangères ?

Ces propos émanant d’un “diplomate français” autoproclamé  (avec l’aval du président de la République Nicolas Sarkozy) confirment que la France, en donnant mandat à ce type de personnage, a décidément abandonné toute volonté politique pro-arabe au moyen et au proche Orient, préférant devenir le valet d’un axe américano-sioniste qui ne se cache même plus.

Les récentes menaces d’Alain Juppé envers l’Iran semblent confirmer ce choix, qui risque de peser lourd dans la vision qu’ont les pays arabes de la France, qui avait jusqu’à présent toujours été considérée comme un partenaire privilégié.