Des « Sages »… pas si sages – Fabius (encore) dans un mauvais coup !

sages conseil constitutionnel

Les « Sages » du Conseil constitutionnel, dont deux anciens Premiers ministres, un socialiste et un ex-LR, ont entériné la dictature sanitaire. Jeudi, les neuf membres de cette instance, censés vérifier que la loi respecte les droits et libertés fondamentales inscrites dans la Constitution, ont en effet donné leur accord à la quasi-totalité des mesures liberticides du plan gouvernemental de lutte contre le Covid, estimant qu’elles constituaient une « conciliation équilibrée ».

Les noms des coupables ? Claire Bazy-Malaurie, Nicole Maestracci, Corinne Luquiens, Dominique Lottin, Michel Pinault, Jacques Mézard, François Pillet, Alain Juppé et Laurent Fabius.

Ces professionnels de la politique, dont la moyenne d’âge est de 70 ans, ont donc décidé du sort et de la santé de tous les Français de 12 ans et plus, ce qui va provoquer une terrible fracture générationnelle en donnant du crédit à ceux qui pointent du doigt la génération des « boomers » et autres « soixante-huitards ».

Le passe sanitaire est bel et bien confirmé et sera donc, dès ce lundi 9 août, demandé dans les cafés, restaurants, foires, salons professionnels ou encore lors des événements sportifs et culturels. Il sera également indispensable pour effectuer des voyages de longue distance, que ce soit en avion, en train ou en car.

Les centres commerciaux les plus grands seront également concernés, tout comme les hôpitaux pour les patients « non urgents ». Un terme bancal, puisque les patients souffrant d’une longue maladie et devant suivre des traitements comme des chimiothérapies ne sont pas considérés comme des cas « urgents ».

Dans un autre registre, les hommes sans passe ne pourront plus accompagner leur femme à la maternité. L’histoire ne dit pas si ces Français désormais moins bien considérés que des clandestins seront encore obligés de souscrire à une assurance maladie.

Le passe n’est pas la seule mesure liberticide confirmée par le Conseil constitutionnel. En effet, les soignants et autres employés du monde médical, y compris ceux travaillant en maison de retraite, ont l’obligation de se vacciner et devront avoir reçu au moins une dose d’ici au 15 septembre prochain.

Autre dérive totalitaire : dans les professions où le passe sanitaire est exigé, le contrat de travail d’un employé ne pouvant pas en présenter un pourra être suspendu, qu’il s’agisse d’un CDI ou d’un CDD.

Seuls deux points n’ont pas passé le cap des « Sages », l’isolement obligatoire pendant dix jours des personnes diagnostiquées positives au Covid-19, ainsi que la rupture anticipée d’un CDD ou d’un contrat en intérim pour un employé qui ne serait pas en mesure de présenter un passe sanitaire.

Notons que Laurent Fabius, président du Conseil constitutionnel, déjà au cœur de l’affaire du sang contaminé dans les années 1980 et 1990, est aujourd’hui accusé de conflit d’intérêts. Son fils Victor est en effet directeur associé de McKinsey & Company, le cabinet international de conseil en stratégie qui travaille précisément sur la stratégie vaccinale en France. Emmanuel Macron lui-même fut étroitement lié à ce cabinet dès 2007. Une situation qui ne devrait pas laisser de marbre les centaines de milliers de manifestants dont la mobilisation, ce week-end, est annoncée dans de nombreuses villes.

Louis Marceau

Article paru dans Présent daté du 6 août 2021