Opération “Pas d’amalgames” dans certaines mosquées britanniques

02/02/2015 – ROYAUME-UNI(NOVOPress)
Ce lundi, plusieurs mosquées du Royaume-Uni ont organisé une journée portes ouvertes. L’objectif de cette opération “Pas d’amalgames” est de “rassurer” la population après les attentats islamistes de Paris. Sauf que la journaliste Cathy Newman explique s’être vu refuser l’accès à une mosquée…



Islam : Le maire de Londres Boris Johnson menacé sur Twitter

Islam : Le maire du Londres Boris Johnson menacé sur Twitter

23/01/2015 – LONDRES (NOVOpress) – Alors qu’il rend visite en Irak aux troupes britanniques entraînant les combattants kurdes contre l’État Islamique, et prenant la pose kalachnikov à la main, le populaire maire de Londres Boris Johnson s’est vu menacé sur Twitter par un sympathisant de l’EI : “Un jour, ISIS le capturera à Londres et l’enverra en enfer”.

Alors que de l’Europe entière, y compris d’Angleterre, des voix s’élèvent pour dénoncer l’imposture du multiculturalisme et l’influence grandissante de l’islam dans nos sociétés, cet avertissement est à prendre au sérieux. En mai 2013, un soldat britannique a été décapité à la machette et au hachoir par deux immigrés à Woolwich, dans le sud-est de Londres, qui ont tenu auprès des témoins de la scène des propos fondamentalistes islamistes avant d’être blessés par la police, et arrêtés.

 

Mohamed et Sophia, les prénoms les plus donnés au Royaume-Uni en 2014

Mohamed et Sophia, les prénoms les plus donnés au Royaume-Uni en 2014

03/12/2014 – LONDRES (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
Le prénom Mohamed est devenu le prénom le plus populaire pour les garçons au Royaume‑Uni, devançant ainsi Oliver en tête du classement. Pour les filles, Sophia est le prénom le plus populaire de l’année, selon le site Babycentre. Sur une liste de 100 noms de bébés pour 2014, ces statistiques révèlent une énorme poussée des prénoms arabes. Maryam est le prénom féminin réalisant la plus forte progression, tandis que Omar, Ali et Ibrahim, font tous leur entrée dans le top 100 des prénoms masculins. Sarah Redshaw, rédactrice en chef de Babycentre réagi : « Ce classement montre la diversité montante du Royaume-Uni aujourd’hui ». N’est-ce pas simplement l’illustration du grand remplacement qui s’opère actuellement en Europe ?

Crédit photo : DR

Royaume-Uni : Cameron veut un Premier ministre originaire d’Asie pour diriger son pays

Royaume-Uni : Cameron veut un Premier ministre originaire d’Asie pour diriger son pays

13/11/2014 –  (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Le 5 novembre dernier, David Cameron s’est rendu au GG2 Leadership Awards (photo), une cérémonie qui récompense les personnalités issues des minorités ethniques du Sud-est asiatique pour leur contribution au rayonnement de la Grande-Bretagne.

A cette occasion, le Premier ministre britannique a laissé libre cours à son lyrisme cosmopolite. Il a en effet déclaré : « Un jour je veux entendre le titre « Premier ministre » suivi d’un nom de famille à consonance anglo-asiatique. » Et celui-ci de poursuivre « Il n’y a encore aujourd’hui que trop peu de représentants issus des minorités ethniques qui occupent les plus hauts postes de notre pays. (…) L’absence de ces personnes est flagrante au sein des Conseils d’administration, au Parlement, chez les dirigeants de clubs de football, dans les instances des tribunaux, pour piloter nos avions d’attaque, nos navires de guerre, pour commander nos bataillons de soldats au combat dans le monde. ».

Que Cameron ne s’inquiète pas, le calife de l’Etat islamiste sera bientôt candidat au poste de chef du gouvernement…

Crédit photo : Number 10, via Flickr, (cc).

Le Royaume-Uni ne veut pas participer à encourager l’arrivée de clandestins comme le fait l’UE

Le Royaume-Uni ne veut pas participer à encourager l'arrivée de clandestins comme le fait l'UE

29/10/2014 – LONDRES (NOVOpress)
Le gouvernement britannique a affirmé avant-hier par la voix de son ministère des Affaires étrangères qu’il mettait fin à son soutien aux opérations de recherche et de sauvetage des clandestins (“migrants” en novlangue) en mer Méditerranée.

D’après le ministre aux Affaires étrangères, Joyce Anelay, ces opérations créent « Un “facteur d’attraction” involontaire, encourageant plus de migrants à tenter la dangereuse traversée de la mer et conduisant donc à plus de morts tragiques et inutiles ». Joyce Anelay a estimé qu’il fallait prioritairement se concentrer sur les pays d’origine et de transit et lutter contre les passeurs. Ces déclarations surviennent alors que l’opération italienne « Mare Nostrum » touche à sa fin et que l’Union européenne s’apprête à lancer à la place l’opération « Triton » destinée à renforcer les patrouilles en mer pour faire débarquer les immigrés clandestins en Europe comme le fait « Mare Nostrum » (image en Une).

Image en Une : copie d’écran du compte twitter de la marine militaire italienne. DR.

Les indépendantistes écossais ne désarment pas

Les indépendantistes écossais ne désarment pas

26/09/2014 – EDIMBOURG (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation)
Après la décision de la majorité des votants de rester dans le Royaume-Uni, le chef de file des indépendantistes écossais, Alex Salmond (Premier ministre de l’Ecosse et chef du SNP), a démissionné de son poste. Il n’abandonne pas la lutte pour autant. Selon lui, le référendum est « la meilleure voie » pour obtenir l’indépendance mais pas la seule. Il compte demander au gouvernement britannique d’obtenir plus d’autonomie et ainsi : « Vous arrivez à une situation d’indépendance de fait ». Les répercussions en dehors de l’Ecosse sont importantes. John Key, Premier ministre de la Nouvelle-Zélande, a exprimé lundi sa volonté de changer de drapeau en y enlevant l’Union Jack. Celui-ci aurait disparu si l’Ecosse avait quitté le Royaume-Uni. Enfin, les Catalans ont manifesté le 11 septembre pour obtenir le même droit que les Ecossais. Il n’est pas sûr qu’ils soient écoutés par Madrid.

Pourquoi je soutiens à titre individuel le « Yes » à l’indépendance écossaise – par Pierre Larti (Génération identitaire Paris)

Les indépendantistes écossais ne désarment pas

12/09/2014 – PARIS (Novopress)
Le 18 septembre prochain, l’histoire de notre Continent s’écrira en partie du côté de l’Ecosse. En effet, la question est posée au peuple écossais de savoir s’il souhaitait être indépendant du Royaume-Uni et donc de l’influence anglaise.

Les relations entre l’Ecosse et l’Angleterre ont été marquées pendant de nombreux siècles par de durs conflits entre les deux pays. Il y a exactement 700 ans, en 1314, William Wallace et Robert Bruce – qui avaient réussi l’exploit de fédérer les clans écossais – repoussaient triomphalement les armées de l’envahisseur anglais et offraient ainsi à l’Ecosse son indépendance. Mais le XIVème siècle a réservé bien des batailles entre les deux armées tant et si bien que l’hostilité entre les deux nations est toujours restée vive.

Aujourd’hui, l’Ecosse bénéficie déjà d’une autonomie déjà bien institutionnalisée : parlement régional, pouvoirs en matière judiciaire, politique économique… Mais c’est surtout sur le terrain identitaire que les Ecossais souhaitent se démarquer de leurs voisins anglais.

Descendants des Scots, les Ecossais aiment à se rappeler le soir autour d’un bon whisky tourbé les figures héroïques telles William Wallace ou Robert Burns, les jeux traditionnels (lancé de pierre, tire à la corde, …) qu’on retrouve particulièrement lors des « Highlands Games », musiques traditionnelles teintées de cornemuse et jouées en kilt, légendes mystiques sur les créatures qui hanteraient les lochs… Tant et si bien que l’Ecosse apparaît incontestablement comme une terre d’identité vivante qui attire des millions de touristes par an.

L’Ecosse et la France sont deux nations amies dont l’union a été marquée par la « Auld Alliance », qui remonte au XIIème siècle et qui constitue une entente tripartite (avec la Norvège) contre l’ennemi juré et partagé, l’Angleterre. C’est à ce titre que je me suis intéressé à la question de l’indépendance écossaise ; et je serai sur place jeudi prochain pour vivre l’événement avec le Peuple aux tartans !

De par mes convictions identitaires et mon engagement militant, quelle est ma position sur ce référendum ?

J’exprime ici un point de vue personnel, mais que je sais être partagé par bon nombre de militants identitaires. Je crois que si le « Yes » à l’indépendance l’emportait, c’est l’Ecosse et par ricochet notre Europe qui en sortiraient grandies.

Lire la suitePourquoi je soutiens à titre individuel le « Yes » à l’indépendance écossaise – par Pierre Larti (Génération identitaire Paris)

Crise identitaire au Royaume-Uni

Crise identitaire au Royaume-Uni

22/04/2014 – LONDRES (NOVOPress via le Bulletin de réinformation)
Le Royaume-Uni semble être au pic d’une véritable crise identitaire. A la veille d’élections européennes qui s’annoncent triomphales pour le Parti eurosceptique britannique UKIP, le climat interne du Royaume-Uni semble plus tendu et divisé que jamais.

David Cameron a été vivement critiqué ce lundi…

Effectivement, dans une lettre ouverte publiée par le Daily Telegraph, des scientifiques, des écrivains, des académiciens et autres notables se sont émus d’une déclaration faite par le Premier ministre David Cameron (photo) la semaine dernière. Ce dernier, dans un entretien accordé au journal de la communauté anglicane le Church Times, était en effet revenu sur sa propre foi et avait estimé que la Grande-Bretagne devait faire preuve de « davantage d’assurance quant à son statut de pays chrétien ». Les signataires de la lettre ouverte parue ce lundi l’ont épinglé en déclarant que la Grande-Bretagne n’est pas ou plus un pays chrétien, que c’est une « société plurielle » qui est « d’abord non religieuse ». Ils entendent ainsi souligner le fait que, pour eux, la société britannique n’est plus une société chrétienne, malgré son Histoire et son identité. Une façon de penser qui semble être illustrée par les changements dans les statistiques du recensement : en effet, en 2011, seul 59 % de la population anglaise et galloise s’identifiait comme chrétienne, contre 72 % en 2001. David Cameron, multirécidiviste, avait quant à lui déjà déclaré, en 2011, que la Grande-Bretagne était un pays chrétien et « qu’elle ne devait pas avoir peur de le dire ».

Lire la suiteCrise identitaire au Royaume-Uni

Royaume-Uni : des parents d’élèves furieux après la décision de supprimer le porc à la cantine

11/03/2014 – LONDRES (NOVOpress) – Les élèves de 3 à 11 ans de l’école publique Brinsworth à Rotherham (Yorkshire) ne vont plus avoir le plaisir de manger saucisses et jambon. Leurs parents ont en effet reçu un courrier du responsable de la mairie pour les cantines indiquant qu’il y avait des « ajustements mineurs » dans les menus servis dorénavant. Ce doux euphémisme signifie en réalité que la mairie a décidé de ne plus servir de porc à la cantine, et que toutes les viandes seront désormais halal.

Les parents considèrent que cette façon de faire est scandaleuse car “seulement” 20% des élèves de cette école sont musulmans. Une mère déclare ainsi que « la façon dont ces animaux sont tués pour des raisons religieuses ne devrait pas être soutenue par les écoles et ma fille est anxieuse depuis qu’elle sait ce que veut dire halal ». Une autre déclare « mon garçon est difficile et il adore le porc, il va être dégoutté de devoir manger du poulet tout le temps ».

De leur coté les autorités locales justifient leur décision par le souhait de rendre les repas plus « inclusifs » et que les menus restent parfaitement équilibrés.

Indépendance de l’Écosse : quand José Manuel Barroso divague

19/02/2014 – ÉDIMBOURG (Bulletin de réinformation) – Le président de la commission européenne juge qu’il sera dur pour l’Écosse de devenir membre de l’Union si elle devient indépendante. José‑Manuel Barroso, actuel président de la commission européenne, a déclaré dimanche qu’il serait « extrêmement difficile, voire impossible » pour l’Écosse d’adhérer à l’Union européenne. Cette déclaration intervient dans le contexte du référendum en Écosse sur l’indépendance de cette région et qui aura lieu cette année.

On cherche les raisons d’une telle déclaration sur un événement qui est loin d’être réalisée. En effet, non seulement l’issue du dit référendum est très incertaine, mais aussi il n’est que consultatif. Pour appuyer ses dires, il ne trouve qu’a asserter que « l’adhésion à l’Europe doit être approuvée par tous les membres de l’Union européenne ».

Quelles sont les réactions de l’Écosse ? Selon la vice‑Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, il s’agit de propos grotesques. Elle souligne qu’aucun État membre actuellement n’à déclaré qu’il opposerait son veto au renouvellement de l’adhésion écossaise.

Les arguments de Barroso sont d’autant plus incompréhensibles qu’il prend l’exemple du Kosovo. En effet, il continue son argumentation en comparant l’adhésion de l’Écosse au refus de l’Espagne de reconnaitre le Kosovo. Le point de comparaison est que ce sont tous les deux de nouveaux pays. Et pourtant, la Slovénie, qui adhère, en 2003, à l’Union, n’est indépendante que depuis 1993, soit dix ans auparavant. Et le Kosovo n’a jamais fait partie de l’Europe de Bruxelles.

Pourtant, Barroso n’a pas fait montre d’un tel zèle concernant l’adhésion de la Turquie, pays non européen. Si, en 2005, il estimait que ce pays n’était pas prêt pour rejoindre l’Union, il appelait de ses vœux la poursuite des négociations. En 2009, il approuvait le président américain Obama qui souhaitait l’entrée de la Turquie dans l’Union. C’est pourquoi actuellement il soutient les négociations avec Istanbul.

Crédit photo : genevieveromier via Flickr (cc)

Royaume-Uni : des primes aux fonctionnaires refusant d’accorder des droits d’asile

Royaume-Uni : des primes aux fonctionnaires refusant d'accorder des droits d'asile

23/01/2014 – 10h30
LONDRES (NOVOpress) – Le Ministère de l’intérieur Britannique donne des primes à ses fonctionnaires pour contester les droits d’asile.

Au Royaume-Uni, les fonctionnaires de l’Intérieur reçoivent des coupons d’achats pour faire échouer les demandes d’asile des immigrés qui veulent rester dans le pays comme le révèle un document officiel.

Les directives officielles dont le Guardian a pris connaissance montrent que les services d’immigration ont pour objectif de gagner leur procédure dans 70%  des cas jugés devant les tribunaux dans les affaires de demande d’asile.

Lire la suiteRoyaume-Uni : des primes aux fonctionnaires refusant d’accorder des droits d’asile

David Cameron veut préserver les peines de perpétuité réelle

03/01/2014 – 08h30
LONDRES (NOVOpress) –
Le ministre de la Justice du Royaume-Uni Damian Green étudie actuellement différentes options qui permettraient de contourner un jugement de la Cour européenne des droits de l’homme rendu en juillet dernier, stipulant que la prison à vie sans aucune perspective de libération constitue un traitement inhumain et dégradant.

Cette décision de Strasbourg a ouvert une brèche qui incite des condamnés britanniques à faire appel. Une des pistes envisagées par David Cameron serait de mettre en place des peines de cent ans, à l’image de la loi américaine : « Il y a des gens qui commettent des crimes si atroces qu’ils doivent être envoyés en prison et pour lesquels perpétuité doit signifier perpétuité réelle. Quoi qu’en dise la Cour européenne, nous devons prévoir des aménagements pour nous assurer qu’il en soit toujours ainsi », a-t-il prévenu.

Parallèlement, Damian Green travaille à l’élaboration du manifeste pré-électoral du Parti conservateur, qui prévoit de réformer les relations entre le Royaume-Uni et la Cour européenne. Les ministres les plus influents s’accordent sur la nécessité de conférer à la Cour suprême britannique l’autorité ultime d’interpréter la législation des Droits de l’homme, afin d’empêcher Strasbourg d’étendre son pouvoir dans sa juridiction. « Les lois britanniques doivent être faites en Grande-Bretagne. Je veux restaurer la respectabilité des Droits de l’homme. Je pense qu’il est absurde et préjudiciable que ce terme soit désormais agité comme un épouvantail », a expliqué Damian Green, qui voit dans cette dérive « un signe que le système se détraque horriblement ».

Crédit photo : number10gov via Flickr (cc)

« L’islamisme est une menace pour les Chrétiens », déclare le prince Charles

« L’islamisme est une menace pour les Chrétiens », déclare le prince Charles

20/12/2013 – 19h00
LONDRES (NOVOpress) –
Les ponts entre chrétienté et islam sont en train de s’effondrer par l’augmentation des menaces, des récriminations et des persécutions, a affirmé le Prince de Galles. Dans une interview centrée sur les souffrances des chrétiens au Moyen-Orient, le prince Charles indique que les relations entre ces religions sont à un point de rupture et appelle à chasser « l’ignorance et l’incompréhension » qu’il a tenté lui-même de repousser depuis plusieurs décennies. « Nous ne pouvons plus ignorer que les chrétiens au Moyen-Orient sont de plus en plus délibérément attaqué par les fondamentalistes musulmans. La chrétienté est pourtant née au Moyen Orient ».

Lire la suite« L’islamisme est une menace pour les Chrétiens », déclare le prince Charles

Londres : manifestions de musulmans pour interdire la vente d’alcool

Londres : manifestions de musulmans pour interdire la vente d’alcool

16/12/2013 – 15h30
LONDRES (NOVOpress) – Samedi dernier des douzaines de musulmans se sont rassemblés dans le quartier de Brick Lane à Londres pour menacer de 40 coups de fouets commerçants et restaurateurs proposant des boissons alcoolisées.

Cette manifestation vise clairement à perturber les festivités de Noël qui voient de nombreux résidents et employés de bureau du quartier partager ensemble cette période de l’année.

Source et capture d’écran : Daily Mail UK

Islamisation de l’Europe : tentatives d’imposer la ségrégation sexuelle dans les universités britanniques

Islamisation de l'Europe : tentatives d'imposer la ségrégation sexuelle dans les universités britanniques

16/12/2013 – 13h55
LONDRES (NOVOpress) – Comme partout en Europe là où des immigrés sont venus s’installer en nombre et s’appuyant sur la faiblesse des occidentuax, des tentatives pour imposer la charia apparaissent : école, alimentation, programmes scolaires, université, sport… peu de secteurs de la vie civile échappent à ce phénomène appelé “islamisation”.

Ainsi au Royaume-Uni : le mois dernier une directive du conseil des universités avait officialisé la séparation par sexe dans les amphithéâtres universitaires lors de conférences donnés par des intervenants extérieurs. L’argument principal de ce rapport était de souligner qu’il n’y avait pas de discrimination.

Lire la suiteIslamisation de l’Europe : tentatives d’imposer la ségrégation sexuelle dans les universités britanniques

Grande-Bretagne : pas de séparation hommes-femmes à la fac

Grande-Bretagne : pas de séparation hommes-femmes à la fac

15/12/2013 – 09h15
LONDRES (NOVOpress) – Les universités britanniques (UUK) ont finalement renoncé à une disposition très controversée qui prévoyait qu’un conférencier pourrait exiger la séparation hommes-femmes pour motifs religieux durant une conférence ou un débat.

Ce volte-face fait suite à la récente prise de position de David Cameron, résolument hostile à cette ségrégation de genre, qui avait estimé, via son porte-parole, que « les facs du Royaume-Uni devraient réviser d’urgence leur règlement ». Un avis partagé par son ministre de l’Éducation, Michael Gove, selon lequel autoriser de telles pratiques revenait à faire « le jeu des extrêmes ».

« Les intervenants qui exigent de séparer leur auditoire ne devraient bénéficier d’aucune indulgence de la part du corps enseignant. Cette disposition est mauvaise et néfaste. Les universités devraient la retirer immédiatement ». La Commission de l’Égalité et des Droits de l’Homme (EHRC) a, elle aussi, indiqué sa désapprobation, tandis qu’une pétition recueillait 8000 signatures en quelques jours.

Certains ont même manifesté, à l’image de Maryam Namasie, chercheuse à l’Université de Londres, qui constate une montée de l’islamisme dans les facs : « A force de vouloir favoriser l’intégration, les UUK encouragent le sexisme et avalisent la discrimination ». De son côté, l’organisation Student Rights, qui lutte contre l’extrémisme sur les campus, a recensé en un an, dans 21 établissements différents, 180 événements induisant une ségrégation, dont un quart incitait ouvertement à la séparation hommes-femmes.

Photo : University College, London. Crédit : Richard Durley via Flickr (cc)

Angleterre : la scientologie, une religion ?

Angleterre : la scientologie, une religion ?

13/12/2013 – 08h30
LONDRES (NOVOpress) – C’est en tout cas l’avis de la Cour suprême britannique, qui vient de donner raison à une adepte souhaitant se marier dans une chapelle de l’Église de scientologie. Une demande qui lui avait été jusqu’alors refusée, la scientologie n’étant pas considérée comme religion ni ses chapelles comme des lieux de culte. C’est désormais chose faite. « La religion ne doit pas être limitée aux religions qui reconnaissent une divinité suprême », explique Lord Toulson, l’un des juges du tribunal, ajoutant qu’il s’agirait là d’une « forme de discrimination inacceptable dans la société d’aujourd’hui ».

Pour les Anonymous, la scientologie représente une menace pour la société et doit être combattue (photo : manifestation à Paris en mars 2011).

Crédit photo : Thibaud Epeche via Flickr (cc)