27 milliards d’euros rien que pour eux ! L’argent coule à flots pour les Roms !

27 milliards d'euros rien que pour eux ! L’argent coule à flots pour les Roms !

Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault a levé certaines restrictions pesant sur l’emploi des Roms en France, qui seraient aux alentours de 15 000, suscitant la joie de la Commission européenne. Et pour cause : c’est elle qui l’exigeait ! Le plus ahurissant est encore ailleurs : dans les 27 milliards d’euros que l’Union européenne met à disposition des pays de l’UE pour « insérer » les Roms ! En pleine crise économique et financière, les Roms ont priorité sur « les non-Roms » !

Lire la suite27 milliards d’euros rien que pour eux ! L’argent coule à flots pour les Roms !

Roms : le Premier ministre a-t-il tiré les leçons de son expérience nantaise ?

Roms : le Premier ministre a-t-il tiré les leçons de son expérience nantaise ?

25/08/2012 – 11h00
NANTES (NOVOpress Breizh) –
La réunion sur les Roms organisée mercredi à Matignon n’a pas donné grand chose. Pouvait-il en être autrement ? Son expérience ratée en tant que président de la communauté urbaine de Nantes ne peut qu’inciter Jean-Marc Ayrault à la prudence. Et la question continue à faire polémique dans l’agglomération nantaise.

Lire la suiteRoms : le Premier ministre a-t-il tiré les leçons de son expérience nantaise ?

Italie : pillards et charognards volent les métaux

Italie : pillards et charognards volent les métaux

29/07/2012 – 13h00
PLAISANCE (NOVOpress) —
Dévastée par le tremblement de terre, et largement abandonnée par le gouvernement Monti, qui a d’autres priorités, l’Émilie est par surcroît la proie des charognards – les chacals, comme disent les Italiens.

Jeudi après-midi, à Medolla, dans la province de Modène, un couple de Roms a été surpris par des ouvriers, alors qu’il quittait avec son fourgon une zone industrielle où de nombreux entrepôts ont été durement frappés par le séisme. Les Roms avaient volé plusieurs quintaux de câbles électriques, ainsi qu’une nacelle araignée (une mini-grue). La femme a été laissée en liberté « parce qu’elle devait s’occuper de son fils », l’homme a été arrêté pour vol aggravé.

Lire la suiteItalie : pillards et charognards volent les métaux

Lyon : Le préfet Jean-François Carenco pour la “préférence nationale” ?

Lyon : Le préfet Jean-François Carenco pour la “préférence nationale” ?

13/06/2012 – 18h30
LYON (NOVOpress Lyon) –
Dans un entretien au journal gratuit 20 Minutes, le maire PS du 1er arrondissement, Nathalie Perrin-Gilbert, parle de son entrevue avec le préfet de région Jean-François Carenco pour évoquer le sort des Roms expulsés de Perrache :
 ”J’ai été estomaquée de l’entendre nous expliquer que le droit au logement s’applique d’abord aux citoyens français”

Aggravant son cas :
“Le préfet nous a répondu qu’il n’avait plus de budget pour l’hébergement, mais seulement pour l’aide au retour. Il ne logera ces familles que s’il perd un recours.”

De la poudre aux yeux ?

Crédit photo : DR.

Milan : un curé interdit sa paroisse aux Roms « pour cause de vols répétés »

Milan : un curé interdit sa paroisse aux Roms « pour cause de vols répétés »

04/07/2012 — 12h30
MILAN (NOVOpress) — « Pour cause de vols répétés, les tsiganes n’entrent pas » : telle est l’affiche qu’a récemment apposée l’abbé Alberto Sacco, 76 ans, à l’entrée de sa paroisse de San Silvestro, dans la banlieue de Milan. Les Roms sont quand même libres d’entrer dans l’église pour prier mais tous les bâtiments paroissiaux leur sont interdits.

Les Roms sont nombreux dans la zone, dans des campements sauvages. Pendant plus d’un an, ils ont pris pour cible favorite la piste cyclable sur la route devant l’église, agressant et dépouillant les passants et les cyclistes. Les carabiniers, à la fin de février dernier, se sont décidés à intervenir et en ont arrêté quatre.

Les Roms ont depuis déplacé leurs activités de l’autre côté de la route, aux dépens des maisons, des magasins et aussi de la paroisse. Des voitures ont été vandalisées et dévalisées à plusieurs reprises. Les Roms viennent en outre régulièrement faire leur choix dans les vêtements usagés que recueille et trie la paroisse, volant ce qui leur plaît et laissant tout le reste par terre, dans le plus grand désordre. « Parfois, raconte le curé, ils emportent des sacs entiers de vêtements, que nous avons l’habitude de distribuer le samedi. Mais, là-dessus, nous avons toujours fermé les yeux ».

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est quand les Roms ont commencé à s’en prendre aux enfants du patronage. Mi-juin, deux femmes tsiganes sont entrées dans le préau et ont volé deux sacs à dos des enfants. Des adultes de la paroisse, qui les ont vues s’enfuir avec leur butin, les ont poursuivies et ont pu récupérer les sacs, qui ne contenaient du reste que des livres de classe. À la demande du curé, plainte n’a pas été déposée contre les voleuses, mais l’épisode a eu raison de sa patience et il s’est décidé à mettre son affiche. « Je dois veiller sur les enfants et les jeunes qui me sont confiés, en les protégeant ainsi que leurs effets personnels », se justifie-t-il.

L’affaire a fait du bruit dans la presse locale. Certains journalistes ont donné au curé des leçons de christianisme, lui rappelant que « l’accueil des étrangers non-européens est un des principes fondamentaux de la religion chrétienne », ou lui reprochant carrément d’avoir oublié l’Évangile, où le Christ est mis en croix entre deux larrons et déclare : « Aujourd’hui, tu seras avec moi au paradis ». Les journalistes semblent avoir oublié, de leur côté, que ces paroles ne s’adressent pas aux deux larrons mais seulement au bon, lequel s’était repenti…

Les jeunes du patronage, en tout cas, ont beaucoup apprécié la décision de leur curé, même s’ils doivent encore faire attention à la sortie, où des bandes de Roms les attendent dans la rue pour demander l’aumône et « emprunter » des téléphones portables.

Arrestations dans une “école” rom spécialisée dans la fauche

Coup de filet à Rennes dans une “école” spécialisée dans la fauche

01/07/2012 – 08H30
RENNES (NOVOpress Breizh) – Selon Ouest-France qui révèle l’affaire, une bande de voleurs a été interpellée mardi dernier à Rennes. Dans un appartement de la cité bretonne, des membres de la communauté rom recevaient une formation pointue pour apprendre l’art de pratiquer la fauche dans les grandes surfaces de la région. Une dizaine de personnes étaient encore en garde à vue vendredi.

Les fonctionnaires de la police judiciaire viennent de réaliser un joli coup de filet parmi les membres de la communauté « roumaine » de Rennes. À la tête du réseau de voleurs, un couple avait entrepris  de recruter des femmes et des hommes pour leur apprendre, dans leur appartement de la ZUPsud de Rennes, à voler dans la grande distribution.

Dans cette école d’un genre un peu particulier on enseignait aux « élèves » aussi bien à éviter d’être repérés par les systèmes de vidéosurveillance qu’à tapisser des sacs à main avec de l’aluminium pour déjouer les alarmes. Selon un policier « on leur délivrait un vrai stage de formation ».

Une fois leur “formation” validée, les stagiaires en question étaient conduits sur les lieux de leurs méfaits – des grandes surfaces de Bretagne ou des régions avoisinantes – où ils devaient se débrouiller pour voler le maximum de choses dans un délai de 10 minutes. Selon les enquêteurs, des vêtements mais surtout les lames de rasoirs et des produits cosmétiques étaient visés par les voleurs. Le butin était envoyé en Roumanie où il était récupéré par des complices.

Le 4 juin dernier, une jeune femme de 25 ans, issue de la communauté des Roms, avait été condamnée par le tribunal correctionnel de Rennes à un mois de prison ferme pour une série de vols dans des magasins du département. La délinquante, interpellée pour le vol de flacons de parfum et des produits cosmétiques, utilisait un sac avec une doublure renforcée par de l’aluminium pour passer les caisses avec l’antivol sans déclencher l’alarme. On ignore si cette personne était passée par « l’école » évoquée plus haut.

Crédit photo : Polycart, via Flickr, licence CC.


La réserve ornithologique de l’Étang de Font Merle en danger

La réserve ornithologique de l’Étang de Font Merle en danger

29/06/2012 — 14h50
MOUGINS (NOVOpress via Cannes Identitaire) –
“Dans ce petit coin de nature,…” tout le monde connait cette ritournelle publicitaire.

La réserve ornithologique de l’Étang de Font Merle en danger Cet été, ce petit coin de nature qu’est L’Etang de Font Merle, situé en bordure du parc départemental de la Valmasque sur la commune de Mougins (Alpes-Maritimes), lieu de détente et de promenade dominical bien connu des cannois et des mouginois, aura perdu de sa tranquillité. En effet, depuis avant-hier, cette zone de promenade est le théâtre d’un triste spectacle : près de 200 caravanes et voitures se sont installées dans la plus grande illégalité sur la prairie et côtoient (voir vidéo en bas de l’article) la réserve ornithologique protégée de l’Etang de Font Merle.

Le constat est étonnant : une absence totale des forces de l’ordre pouvant empêcher de nouvelles arrivées (il y a encore de la place sur ces 5 hectare de verdure) et l’état du terrain où sacs poubelle et détritus sont laissés un peu partout.
Les chiens sont attachés aux arbres et des piscines gonflables installées à côté de ces “petites caravane”s tractées par des véhicules “1er prix”…
http://www.cannes-identitaire.com/894/2012/06/letang-de-fontmerle-en-danger/

Aux dernières nouvelles un accord aurait été passé entre les gens de la « communauté » et la préfecture. Les occupants devraient partir le 8 juillet. Qu’en sera-t-il ? En particulier de l’état du terrain…

 

Le Bloc Identitaire Mougins – Cannes s’est insurgé contre cette occupation sauvage qui saccage une réserve naturelle.
Il appelle ceux qui veulent protéger notre patrimoine écologique, à faire entendre leur voix, avec courtoisie mais avec fermeté aussi. Leurs armes : le téléphone, le fax, le courrier électronique :
Mairie de Mougins – Tél. 08 99 69 75 89– Fax : 04 92 92 89 71
Courriel : cabinet@villedemougins.com

La réserve ornithologique de l’Étang de Font Merle en danger

La réserve ornithologique de l’Étang de Font Merle en danger

La réserve ornithologique de l’Étang de Font Merle en danger

Des touristes non désirés pour Le Voyage à Nantes

Des touristes non désirés pour Le Voyage à Nantes

18/06/2012 — 20h00
NANTES (NOVOpress Breizh) — Le Voyage à Nantes refusait d’utiliser la contrainte contre les Roms installés de force sur un terrain destiné à une œuvre artistique. Les touristes désireux de contempler celle-ci devront traverser le campement.

Depuis plusieurs mois, les organisateurs de la manifestation touristique Le Voyage à Nantes se demandaient comment dégager l’une de leurs « œuvres artistiques », le pendule de Roman Signer fixé sur une centrale à béton désaffectée de Trentemoult, sur la rive gauche de la Loire. Située sur un terrain envahi par plusieurs familles de Roms et leurs caravanes, l’œuvre n’était pas montrable en l’état à des touristes autres que les Roms eux-mêmes (puisque c’est à ce titre qu’ils sont entrés en France).

Pour que des Roms s’en aillent, suffit-il de le leur demander aimablement, comme l’espéraient les organisateurs ? Non, si l’on en juge par cette expérience précise : le coup d’envoi du Voyage à Nantes a été donné le 15 juin et les Roms occupent toujours le terrain de Trentemoult. On a cependant réussi à limiter les nuisances visuelles en éliminant les carcasses de voitures qui entouraient celle de la centrale à béton.

L’idée délirante émise par une association pro-Roms locale – transformer les Roms en médiateurs culturels qui auraient accueilli les touristes sur le site pour leur expliquer l’œuvre – n’a évidemment pas eu le moindre début d’exécution. Les touristes désireux de contempler le pendule de Signer devront donc traverser le campement sous l’œil goguenard des occupants du lieu.

Où sont les gens du voyage ? Le point à Nantes, Endoumingue et Villeneuve-Loubet

Où sont les gens du voyage ? Le point à Nantes, Endoumingue et Villeneuve-Loubet

01/06/2012 – 12h30
NANTES (NOVOpress) – Des taggers nantais, regroupés sous l’appellation « Virage à Nantes », sont en émois : il y a quelques jours, ils avaient tagué une énorme inscription le long d’un mur du Quai Gaston-Doumergue sur l’île de Nantes : « Où sont les gens du voyage à Nantes ? ». Le graffiti se voulait à la gloire des gitans et des Roms. Le mur a été nettoyé le 29 mai par les services de Nantes Métropole, selon Ouest-France.

Le quotidien breton évoque une « censure ». Pas sûr que les Nantais, eux, regrettent cet appel en faveur des nomades. En tout cas, les habitants d’Endoumingue (Gers), confrontés à la réalité d’un envahissement de leur commune par des dizaines de caravanes, savent désormais où se trouvent les gens du voyage. Tandis que 150 autres caravanes ont investi illégalement le parc de Vaugrenier à Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritime). Là aussi, les Français aimeraient ne pas se poser la question : « Où sont les gens du voyage ? »

Italie : Trafic d’armes et de faux papiers dans un camp Rom

Italie : Trafic d’armes dans un camp Rom

20/04/2012 – 10h00
MILAN (NOVOpress) –
Une vieille femme Rom  a été arrêtée hier à côté de Milan, alors qu’elle était en train de vendre une arme à feu chargée. Le trafic, qui portait à la fois sur des armes et sur de faux papiers, a été découvert par l’association de lutte contre la criminalité organisée, « SOS racket et usure », qui a fait intervenir les carabiniers.

« SOS racket et usure » avait contacté la Rom dans le camp nomade de Baranzate (province de Milan) et lui avait fixé un rendez-vous dans un jardin public de la ville. C’est là que les carabiniers l’ont interpellée.

Outre un revolver Beretta (au numéro de série effacé) chargé de six balles, vendu 700 euros, la Rom offrait une carte d’identité pour 500 euros. L’ensemble des tractations a été filmé et la vidéo est disponible sur le site de l’agence ANSA.

Dans le même camp nomade, « SOS racket et usure » a filmé une vente d’armes et de drogue par un autre Rom, qui a été inculpé. Les carabiniers tentent désormais de remonter la filière.

Des Roms transformés en médiateurs culturels

Des Roms transformés en médiateurs culturels ?

18/04/2012 – 12h00
REZE (NOVOpress Breizh) – Comment convaincre un campement rom d’évacuer volontairement un terrain qui doit servir à une opération touristique cet été dans la banlieue nantaise ? Une association locale milite pour une idée qui ressemble à un poisson d’avril tardif.

Depuis près d’un an, près d’une centaine de Roms ont installé leurs caravanes en toute illégalité sur la commune de Rezé autour du « Pendule » de l’artiste suisse Roman Signer. Cette œuvre installée au bout du village de Trentemoult figure un battant d’horloge géant fixé au flanc d’une centrale à béton désaffectée. Il s’agit d’une œuvre « pérenne » de la biennale artistique Estuaire 2009. À ce titre, elle doit à nouveau être incluse dans la grande manifestation Le Voyage à Nantes organisée par la communauté urbaine de Nantes cet été. Jonché d’ordures et encombré de caravanes et de carcasses d’automobiles, le site ne peut être montré aux touristes en l’état.

Des Roms transformés en médiateurs culturels ?

La solution paraît évidente : expulser les Roms. Ce serait déjà fait si le terrain appartenait à la commune de Rezé, car cette ville socialiste a compris depuis longtemps les effets pervers de la tolérance. Les Roms eux-mêmes, déjà délogés une dizaine de fois depuis leur arrivée dans la région nantaise en 2007, doivent être surpris de la tranquillité dont ils jouissent sur ce terrain agréablement situé en bordure de Loire. Mais ce terrain est privé : il appartient au port de Nantes, qui l’a confié à la SPL Le Voyage à Nantes. Et il semble que, par idéologie, Le Voyage à Nantes répugne à demander l’expulsion.

Des Roms transformés en médiateurs culturels ? Le temps presse, pourtant : l’opération estivale du Voyage à Nantes commence dans deux mois. Les Roms refusent de bouger sans y être contraints. Et le site web Le Canard Social vient de révéler le délirant donnant-donnant envisagé par une association locale, qui ressemble à un poisson d’avril tardif : les Roms deviendraient « médiateurs culturels ». En contrepartie d’une installation sur un site municipal aménagé, ils expliqueraient l’œuvre de Signer aux touristes. Ce qui n’est pas trop difficile, d’ailleurs : le pendule bat un coup à droite, un coup à gauche, un coup à droite…

 A Carquefou (44), le “vivre ensemble” avec les Roms pose des problèmes

 A Carquefou (44), le "vivre ensemble" avec les Roms pose des problèmes

07/12/2011 – 14h30
NANTES (NOVOpress Breizh) –
Depuis plus d’un an, Carquefou, au nord-est de l’agglomération nantaise, doit faire face à la présence d’une importante communauté de Roms qui se sont installés dans différents endroits de la commune. Une présence dont se passeraient bien les habitants, excédés par les nuisances entraînées par le mode de vie de cette population.

Après les sites de Maubreuil, Prouzeau, Epinay et la Seilleraye, c’est maintenant la plaine de  jeux de la Mainguais qui est occupée par une centaine de caravanes. Depuis que cet endroit – très prisé en raison des installations sportives qui s’y trouvent  – est devenu en toute illégalité un camp de nomades, les Carquefoliens rencontrent de plus en plus de difficultés pour exercer leurs sports favoris.

Le mois dernier Claude Guillet, le maire (UMP) de la ville, faisait part une nouvelle fois de son sentiment d’impuissance face à ce problème, estimant en outre que l’action de l’association « Vivre Ensemble à Carquefou », loin d’améliorer la situation, ne faisait en réalité que compliquer les choses.

Créée en février dernier cette dernière a pour objet de « faciliter l’accès aux droits fondamentaux pour les migrants installés sur la commune de Carquefou ou en liaison avec les autres acteurs de la commune et de la région nantaise ; accompagner leur insertion sociale et citoyenne en refusant les discriminations et les violations des droits humains et en favorisant le ’vivre ensemble’ ».

Un objectif  « purement humanitaire » selon ces bonnes âmes qui ont pourtant bien conscience que cela « ne réglera pas le problème d’une population qui, en toute légalité (sic), vient chercher chez nous une vie meilleure » (Ouest-France 22/11/11). On sait que le « vivre ensemble » prôné par l’idéologie mondialiste consiste en réalité à imposer aux populations de souche européenne de s’adapter aux différentes communautés allogènes qui viennent s’installer sur leur territoire.

Lors de sa première assemblée générale, en mars 2011, l’association expliquait qu’elle militait pour « instaurer le dialogue, avec les Carquefoliens, mais également avec les Roms eux-mêmes pour qu’ils puissent s’adapter à nos usages, en terme d’hygiène par exemple ». Vaste programme…

A entendre les habitants de Carquefou, ceux-ci souhaiteraient avant tout pouvoir vivre tranquillement dans leur commune, profiter des espaces verts et pratiquer librement leurs sports favoris dans les installations qu’ils ont financées avec leurs impôts. Selon eux il s’agit là tout simplement de l’exercice d’un droit naturel, actuellement remis en question par la présence d’une population qui occupe en toute illégalité des terrains publics ou privés. Un droit que le maire est bien en peine de faire respecter et dont l’association Vivre Ensemble à Carquefou, quoi qu’elle en dise, se moque éperdument.

Photo : Novopress Breizh

Hongrie : tentative d’assassinat du maire nationaliste de Gyöngyöspata

Hongrie : tentative d’assassinat du maire nationaliste de Gyöngyöspata

30/11/2011 – 09h00
GYÖNGYÖSPATA (NOVOpress) —
Le maire Jobbik (nationaliste) de Gyöngyöspata Oszkár Juhász a subi deux tirs d’arme à feu, ce lundi 28 novembre à 23h, en quittant son bureau. L’expertise balistique des impacts a révélé que les munitions ont été tirées par un fusil de chasse. Le maire, lorsqu’il a vu l’arme à feu pointée à 20 mètres de lui sur sa personne, s’est abaissé et a ainsi échappé aux tirs. Il est sain et sauf.

Depuis qu’il a été élu maire de Gyöngyöspata en juillet, Oszkár Juhász y a rétabli la loi et l’ordre, notamment en instaurant le travail obligatoire pour certaines personnes inactives, parmi lesquelles des membres de la communauté Rom. Interrogée par la télévision, une habitante du village a déclaré comprendre cet acte, car « tout le monde est fâché après lui » !

Il y a un mois, Gyöngyöspata avait encore été à l’une de l’actualité hongroise : un autre leader nationaliste de Gyöngyöspata, Tamás Eszes, qui dirigeait une milice nationaliste (Véderő) et avait présenté une liste concurrente à celle du Jobbik aux élections municipales (obtenant 10% des voix), avait été retrouvé mort dans sa maison. La police avait conclu à suicide.

Crédit photo : DR

6 500 euros d’entretien par an le camp vide pour les gitans !

6 500 euros d’entretien par an le camp vide pour les gitans !

18/11/2011 – 14h00
FOIX (NOVOpress) –
La loi Besson du 5 juillet 2000 impose à chaque commune de plus de 5 000 habitants d’aménager à ses frais une aire d’accueil pour les gens du voyage. Cette règle est souvent agitée par les autorités et les associations pro nomades comme un moyen d’éviter les nombreuses invasions illégales de gitans.

Sur le terrain, la réalité s’avère différente. Nouvel exemple après d’autres, à Foix dans l’Ariège où une aire vaste et confortable n’est quasiment pas utilisée par les gens du voyage. Le site Ariège news révèle pourtant que ces infrastructures ont coûté en frais d’entretien plus de 2 500 euros en 2009 et 6 500 euros en 2010 ! Pourtant, le Conseil général envisage maintenant de construire une aire de grand passage. En cette période de grande crise économique, les Français apprécieront-ils de telles largesses ?

Scandale en Italie : « Zlatan le gitan est raciste »

Scandale en Italie : « Zlatan le gitan est raciste »

16/11/11 – 20h15
ROME (NOVOpress) –
Quel est aujourd’hui le problème le plus criant en Italie ? La crise financière ? La misère d’une part croissante de la population ? Le remplacement d’un gouvernement, qui était ce qu’il était mais avait quand même été élu, par une agence de la banque Goldman Sachs ? La substitution accélérée de population, entre déferlement migratoire et suicide démographique des autochtones ? Vous n’y êtes pas du tout : le vrai problème de l’Italie, c’est Zlatan le gitan.

Zlatan le gitan, si vous l’ignoriez, est un personnage de l’émission satirique « Le Zoo de la 105 » sur Radio 105, qui, d’après les indices d’audience, est l’émission de radio la plus écoutée en Italie dans la tranche horaire 14h-16h. Zlatan le gitan estinterprété par le chanteur Alan Caligiuri et un de ses grands succès est une chanson intitulée « Je fais le bordel » (on en trouve plusieurs vidéos sur YouTube et l’une, qui vient d’être censurée, en était à 150.000 vues ce matin).


(si cet exemplaire de la chanson était censuré, essayez celui-là)

« Je viens de Roumanie pour vendre des trucs,
Je prends mon couteau, je fais le bordel, je prends ma famille, puis je file en Sicile.
Je prends mon marteau, je défonce la grille, puis je file, la police arrive.
En Italie je vis au paradis, je vis dans ma maison à roulettes,
Il n’y a pas de travail, je vole parce que j’aime les belles voitures.
Ça suffit, c’est pas de ma faute si je viens de Tziganie, je cultive aussi du H ».

Gazeta Românească, l’hebdomadaire des Roumains en Italie, a lancé une campagne, immédiatement relayée par le lobby immigrationniste italien, pour faire interdire le personnage. Tous les lecteurs sont invités à faire une dénonciation en ligne sur le site de l’Office national contre les Discriminations raciales  : c’est très facile, un simple clic suffit. Pour enfoncer le clou, le Ministère roumain des Affaires étrangères a présenté une note très sérieuse, samedi dernier, contre la chanson « Je fais le bordel » et a réclamé, par l’intermédiaire de l’Ambassade de Roumanie, que sa diffusion soit interdite.

Selon Sorin Cehan, directeur de Gazeta Românească, « qu’il s’agisse ou non de satire, Zlatan véhicule un message raciste et insulte toute la communauté. L’auteur a peut-être voulu se moquer des stéréotypes, mais il ne fait ainsi que les renforcer. Les jeunes qui écoutent l’émission ou la chanson ne changeront pas leur opinion sur les Roumains, opinion qui, dans l’imaginaire collectif, est déjà très mauvaise. C’est étrange : en Italie, si vous dites une plaisanterie sur les bonnes sœurs, vous êtes un blasphémateur, si vous dites quelque chose de raciste sur les Roumains, vous faites de la satire ».

Il est étonnant qu’une bonne âme n’ait pas encore suggéré à Sorin Cehan et ses amis de déménager en France, où ils seraient beaucoup plus heureux : car en France, c’est exactement l’inverse.

L’autre possibilité, que la Gazeta Românească et le gouvernement roumain ne semblent pas avoir envisagée, serait de mener une campagne pour expliquer aux Italiens la différence entre Roms et Roumains…

Roms et demandeurs d’asile : le grand écart d’Arno Klarsfeld

Roms et demandeurs d’asile : le grand écart d’Arno Klarsfeld

29/10/2011 – 16h00
TOURCOING (NOVOpress) –
En matière d’immigration, Arno Klarsfeld (photo), le président de l’office français pour l’intégration et l’immigration (OFII), ne craint pas le grand écart. Vendredi, sur le site internet de La Voix du Nord, le médiatique avocat n’a pas hésité à déclarer que le « renvoi de Roms » dans leur pays est « un mal nécessaire ».

Mais la veille, dans une interview accordée au même média, Arno Klarsfeld confiait qu’il a « proposé au ministre de l’Intérieur que l’État puisse orienter les demandeurs d’asile où il y a de la place, dans l’Yonne ou la Creuse ». Comme si étendre les maux de l’immigration massive à l’ensemble de l’Hexagone était la solution ! Le protégé de Nicolas Sarkozy dit tout et son contraire pour lutter efficacement contre les invasions migratoires. Au détriment de l’avenir du peuple français…

Les Bulgares dénoncent l’impunité dont jouissent les Roms

Les Bulgares dénoncent l’impunité dont jouissent les Roms

04/10/2011 – 14h15
SOFIA (NOVOpress) – Le ras-le-bol de la population bulgare à quelques semaines d’échéances électorales majeures ne cesse d’enfler et pourrait s’inviter dans la campagne présidentielle. En cause, la cohabitation problématique des Bulgares avec la communauté rom, marquée par de fortes tensions. Des Bulgares qui n’hésitent pas à signifier leur mécontentement en défilant massivement dans les principales villes du pays. Faisant suite à la manifestation des militants du parti populiste Ataka dans la capitale, ce sont en effet plusieurs milliers de jeunes qui se sont rassemblés dimanche à Plovdiv, deuxième ville de Bulgarie. Avec pour mot d’ordre la lutte contre le laxisme gouvernemental généralisé envers les agissements délictueux des Roms.

Ces récriminations surviennent suite au décès d’un jeune Bulgare renversé par un minibus transportant des Roms et notamment les petits-fils de celui que l’on nomme le « Roi Kiro », patriarche local des Roms du village de Katounitsa. Cette mort suspecte aux yeux des Bulgares de Katounitsa a mis le feu aux poudres déclenchant une vendetta à l’encontre du patriarche (vidéo ci-dessous). Mais ce sont surtout les délits commis par le « Roi Kiro » qui exaspèrent la population Bulgare. Kiril Rachkov, de son vrai nom, est en effet impliqué dans la production illégale d’alcool et dans des réseaux de proxénétisme et de mendiants qui inondent de nombreux pays européens.

Depuis, les manifestations de solidarité avec les habitants de Katounitsa essaiment quotidiennement dans toute la Bulgarie, où sont scandés des slogans dénonçant l’impunité des Roms. Une impunité qui exacerbe les tensions déjà vives au sein d’une population bulgare affrontant les affres de la crise et des inégalités socioéconomiques, en plus de la délinquance rom. Une criminalité qui n’est pas prête d’être endiguée, comme le reconnaît Antonina Jeliazkova, directrice du Centre international d’études des minorités : « Chez les Roms, on en est déjà à la troisième ou quatrième génération sans éducation et sans aucune chance sur le marché du travail, et la criminalité grimpe en flèche ». Même si l’antienne de l’absence d’éducation est évoquée, la criminalité des Roms reste problématique au sein de l’Union Européenne quoi qu’en dise la très xénophile Mme Reding, vice-présidente de la Commission européenne et commissaire européen chargé de la Justice, des Droits fondamentaux et de la Citoyenneté.

De leur côté, les élites politiques, grands responsables de la situation, ne prennent pas la mesure du véritable sentiment de ras-le-bol des Bulgares et préfèrent se cacher derrière les habituels salamalecs envers la communauté rom. Le président Parvanov a même annoncé le financement colossal d’un programme d’intégration des Roms, soit plus de 700.000 personnes, par l’Union européenne.

Un programme évidemment financé par les deniers des populations européennes exsangues de par une situation économique délétère et l’incompétence chronique de leurs dirigeants politiques.

[box class=”info”]Photo : capture d’écran de la vidéo sur les affrontements entre Roms et Bulgares à Katounitsa[/box]

Affrontements ethniques entre Bulgares et Roms [vidéo]

26/09/2011 – 11h30
SOFIA (NOVOpress) –
A la suite de la mort d’un jeune bulgare de 19 ans écrasé par un Rom vendredi soir, plus de 500 personnes dont environ 200 hooligans des clubs du Lokomotiv Plovdiv et du Botev Plovdiv ont attaqué des habitations de Roms samedi soir à Katunitsa (Bulgarie).

Plusieurs centaines de policiers sont intervenus sur place et ont fait face à des jeunes bulgares déchaînés qui ont incendié plusieurs habitations. Une famille de Roms très influente localement était particulièrement visée. Par ailleurs, la police a interpellé 6 Roms à bord d’une voiture alors qu’ils avaient volontairement foncé dans la foule hostile, causant des blessures à 5 personnes dont 3 policiers. Durant les troubles, un jeune âgé de 16 est décédé suite à des problèmes cardiaques.

La police est toujours à la recherche du chauffard Rom en cavale âgé de 55 ans qui a tué le jeune bulgare. Un mandat d’arrêt a été délivré contre lui. Kalin Gueorguiev, secrétaire en chef du ministère de l’Intérieur, a précisé que la police allait sécuriser la commune de Katunitsa toute la nuit et éviter de nouvelles tensions ethniques.