Chronique musicale. Le groupe IDF est de retour, avec « Contreplongée »

IDF

Annoncé depuis plusieurs années, le dernier album du groupe de RIF, Ile-De-France, ne déçoit pas. Après celui d’In Memoriam en 2018 et celui de Fraction en 2021, voilà un autre groupe historique du Rock identitaire français qui revient.

IDF est un des pionnier du RIF. Il a participé aux BBR, du temps où ils existaient et étaient ouverts à la création musicale de la jeunesse. Jean-Christophe et Cathie ont démarré avec Væ Victis avant de fonder IDF. Comme certains jeunes de cette époque, ils ont tiré les enseignements de l’échec politique de la tentative musicale des skins français, trop radicaux et donc marginalisés. Les musiciens du RIF adoptent une ligne moins agressive pour séduire la jeunesse de leur génération. La SERP, société d’édition fondée par JMLP et dirigée à l’époque par sa fille Marie-Caroline, s’intéresse à leur démarche et leur apporte un soutien technique et un réseau de diffusion. Cette collaboration est indispensable car le “Camp du Bien” lutte férocement pour garder son emprise sur la jeunesse. On se souvient de l’opération ouvriériste lors de la Fête de la musique en 2000 où IDF se produit en bleu de chauffe. A l’époque, le groupe participe à des compils, la plus célèbre étant Antimondial, et réalise deux albums : Franc-Parler en 1998 et Non à la dictature planétaire en 2002. Depuis, le marché de la musique dissidente ne nourrissant pas ses talents, il a fallu pourvoir au quotidien.

2022 est donc l’accomplissement d’un projet abouti. On retrouve le son des années 2000 avec un ton apaisé, du recul, de la réflexion, et toujours une réelle profondeur. Les préoccupations sont actuelles, spécialement avec Sympathie pour la Russie, composée bien avant la guerre. C’est un album de maturité, les musiciens veulent aller à l’essentiel. Si l’on peut distinguer quelques titres (Superclasse mondiale, Bye bye Babylone ou Contreplongée), tous sont soigneusement travaillés. L’engagement n’empêche pas le sentiment (Sur ton ventre), la chanson est d’abord une émotion. Cet album est un chant d’amour à la France, à une identité millénaire, avec des chansons agréables aux paroles fortes. 12 titres, tous à écouter.

Ile-De-France, Contreplongée, 2022. A découvrir ici

Thierry DeCruzy

Tribune reprise de Breizh-info.com

Combat culturel : In Memoriam cité par « Marianne » au sujet de la « chanson engagée »

Combat culturel : In Memoriam cité par "Marianne" au sujet de la "chanson engagée"

03/09/2014 – PARIS (NOVOpress)
Une fois n’est pas coutume, In Memoriam est cité par l’hebdomadaire Marianne (extraits ci-dessous) dans un article consacré à la chanson française engagée. Au-delà de quelques erreurs factuelles (notamment le nombre de spectateurs lors du concert d’In Memoriam à Paris en juin dernier, le vrai chiffre étant 900), on peut noter le ton assez objectif de l’article et surtout on peut voir voir In Memoriam ou l’autre groupe de RIF Vae Victis mis au même niveau que Trust ou la Mano Negra au sein de la chanson française contestataire.

A noter que l’article est toujours ouvert au x commentaires


Une sirène retentit. De la fumée jaillit. Cinq hommes, masque à gaz sur la tête, apparaissent sur la scène. Puissantes, intenses, les premières notes de musique retentissent dans l’obscurité surchauffée du Back Up, une boîte de nuit parisienne. Dans la foule éclatent quelques pogos ; des femmes grimpent sur l’estrade pour mieux se laisser tomber. Déjà en sueur, les chanteurs d’In Memoriam, groupe de rock identitaire, déclament au micro : « Une nation violée au cœur du monde occidental/Méritait d’être soutenue par la jeunesse nationale/C’est bien pour ça qu’on s’est envolé en terre yougoslave/[…] Ce ne sont pas des soldats qu’ils massacrent, mais des enfants et des femmes […]/Aujourd’hui la Serbie, demain la Seine-Saint-Denis. » La référence ne date pas d’hier mais de 1999, de la guerre du Kosovo et des bombardements de l’Otan sur Belgrade – bombardements sous lesquels avait joué le groupe, en soutien à la cause serbe. Mais à peine vieillie par douze années d’absence, la tribu s’est reformée le 28 juin dernier. Elle aurait eu tort de s’en priver : surchauffée par l’attente, la salle est pleine. Pleine d’une foule bigarrée, où des jeunes, cheveux très courts, biceps gonflés, côtoient trois mioches de 10 ans et leur Versaillaise de mère égarée.

Mais après seulement deux chansons, c’est l’alerte à la bombe ! « Les gars, nos petits copains gauchistes ont décidé de s’inviter à la fête », ricane le meneur du groupe, qui invite les quelque 300 militants-spectateurs à sortir dans le calme. Tous s’exécutent et passent bientôt de l’obscurité à la lumière… Fausse alerte : le concert reprendra peu de temps après. Mais l’image de cette reprise est trompeuse : depuis une dizaine d’années, la musique contestataire et politiquement engagée a disparu, au moins publiquement, de la scène musicale française…

(…)

Pourtant, dans les années 80-90, elle florissait. Trust, Bérurier noir, In Memoriam, Vae Victis, Mano negra, Noir Désir… Très à droite ou très à gauche, les paroles de leurs hymnes exprimaient une vision critique de la société. Du nationalisme à l’altermondialisme en passant par des combats plus ciblés, ils pensaient l’art par l’engagement et l’engagement par l’art.

Rock : retour triomphal d’In Memoriam à Paris

Rock : retour triomphal d'In Memoriam à Paris

01/07/14 – PARIS (NOVOpress)
Samedi soir avait lieu au Back up dans le 15ème arrondissement de Paris le grand retour en France du groupe phare de la scène rock identitaire française In Memoriam. Après plusieurs concerts en Italie, à l’invitation du mouvement Casapound, le public français attendait avec une grande impatience cet événement et ce sont donc plus de 800 personnes qui se sont pressées à ce concert sans précédent.

C’est le groupe italien Bronson qui a ouvert la soirée avec son redoutable punk-rock. Les jeunes Romains ont immédiatement mis le feu au public qui était ainsi chauffé à blanc pour l’entrée des aînés d’In Memoriam. Devant une foule conquise et connaissant par cœur toutes ses chansons, le groupe a alors livré un set endiablé mêlant classiques et nouveaux titres.

Malgré les piteuses tentatives de déstabilisation des « antifas » qui – incapables de s’opposer dans la rue à l’événement – ont tenté de le faire annuler puis ont provoqué une alerte à la bombe, la soirée s’est déroulée dans l’enthousiasme et la ferveur, chacun espérant, à la sortie, que ce concert en annonce bien d’autres et suscite également de nouvelles vocations pour régénérer la scène du rock identitaire français.

Crédit photo : In Memoriam (c).

Le concert d’In Memoriam le 28 juin à Paris quasi complet

Le concert d'In Memoriam le 28 juin à Paris quasi complet

05/05/2014 – PARIS (NOVOpress)
Alors qu’il aura lieu dans près de deux mois, le concert parisien du mythique groupe de Rock identitaire français (RIF) In Memoriam est quasiment complet. Il faut dire que douze ans après le dernier concert du groupe à paris, un tel événement ne passe pas inaperçu et crée le buzz. Vous pouvez obtenir les dernières places pour le concert d’In Memoriam par cette billetterie. Mais dépêchez-vous, car le nombre de places est vraiment limité.

Concert événement d’In Memoriam le 28 juin à Paris

Concert événement d'In Memoriam le 28 juin à Paris

03/03/2014 – PARIS (NOVOpress)
Une date à marquer d’une pierre blanche : le 28 juin à Paris aura lieu un concert du groupe mythique du RIF In Memoriam. Après 12 ans d’absence en France et leur concert d’anthologie de la salle Wagram à Paris, retrouvez In Memoriam au Back – Up dans le 15ème arrondissement, métro Cambronne.

A cette occasion, In Memoriam présentera quelques titres de son nouvel album dont l’enregistrement démarre dans quelques jours.

La première partie sera assurée par Bronson (Rome – Italie). Nouvelle figure de proue de la scène alternative romaine, Bronson représente l’engagement musical italien enraciné.

Concert privé. Pas de vente billet le soir du concert. Attention le nombre de places est limité.

Lire la suite

A la rencontre d’un groupe patriote : entretien avec FTP par Pierre Saint-Servant

A la rencontre d'un groupe patriote : entretien avec FTP par Pierre Saint-Servant

02/06/2013 – 15h10
PARIS (NOVOpress) –
En mai dernier, le groupe patriote FTP a sorti son second album Rupture de ban. Novopress est allé à la rencontre du groupe pour faire le point sur le nouveau disque et l’évolution générale de FTP. Entretien réalisé par Pierre Saint-Servant.

Lire la suite