Crise sanitaire – Le pouvoir et la responsabilité

Lors de son allocution du 13 avril, le chef de l’Etat a prononcé une phrase qui mérite d’être relevée. De mémoire: « Des choses n’ont pas bien fonctionné (dans la crise du covid) nous en tirerons les conséquences ». Il est essentiel de rappeler que le pouvoir politique ne se conçoit pas en dehors de la responsabilité. Les deux ne peuvent pas être découplés. Le pouvoir est source de contentement personnel: pour un esprit sain, la satisfaction de servir l’intérêt général; et pour un cerveau pervers, la pure jubilation narcissique. Mais cette satisfaction, qu’elle qu’en soit la nature, a une contrepartie: la responsabilité. Le personnage qui incarne le pouvoir incarne aussi, par définition, la responsabilité. Dès lors qu’il exerce la mission de décider, il est personnellement comptable de ses décisions ou de ses non décisions et de leurs conséquences. Le chef choisit lui-même son entourage.

Il arbitre entre les choix qui lui sont proposés. Si l’appareil de décision dont il est en charge ne fonctionne pas correctement, souffre de dysfonctionnements, il lui incombe de prendre, quand il en est temps, les décisions pour y remédier. S’il n’est pas correctement informé, c’est qu’il ne s’en est pas donné les moyens, en particulier dans le choix de ses collaborateurs. Idem, s’il est mal conseillé, cela signifie qu’il s’est trompé sur le choix de son entourage. Par ailleurs, s’il n’est pas libre de choisir ses collaborateurs, si ces derniers lui sont imposés, et s’il accepte d’en être l’otage, cela signifie qu’il n’est pas digne de sa mission. L’attitude de dirigeants politiques qui se défaussent sur leur administration pour l’accabler des insuffisance ou des désastres est inepte. Le pays élit des gouvernants et leur confie son destin sur la base des promesses de ces derniers.

S’ils réussissent et si le pays est heureux, ils méritent des lauriers. Si le pays sombre dans le chaos et la détresse, sans qu’ils ne lui apportent de solution satisfaisante, cela signifie qu’ils ont failli dans leur tâche. Ils sont à coup sûr seuls et uniques responsables.

Quant un drame éclate, faute d’anticipation ou de préparation suffisante, la responsabilité est avant tout celle des autorités politiques auxquelles le pays a fait confiance. Chercher des boucs émissaires, quels qu’ils soient – prédécesseurs, fonctionnaires, collaborateurs, experts, peuple – pour se dérober à sa responsabilité, est la quintessence de la misère politique.

Maxime Tandonnet

Texte repris du blog de Maxime Tandonnet

Guaino dégaine !

29/10/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Henri Guaino n’avait pas sa langue dans sa poche ce matin dans l’émission « Bourdin Direct » sur BFMTV/RMC. Il a persisté et signé dans sa volonté d’interdire le syndicalisme dans la magistrature et de créer une responsabilité des magistrats. Pire encore, il a affirmé respecter Marion Marechal Le Pen et ne refuserait pas de travailler avec elle ! Vite que la police de la pensée l’arrête !

Défense des artisans taxis contre la société Uber, volonté de normalisation des relations diplomatiques avec la Russie, Henri Guaino commence son émission assez fort, refusant l’ultralibéralisme et l’alignement atlantiste.
La meilleure façon pour l’Europe de contribuer à la paix du monde, c’est de parler et d’avoir des relations convenables avec la Russie »

Mais c’est sur la magistrature que Guaino tape fort. Assumant ses propos de mercredi à l’Assemblée sur les juges « pervers » et « psychopathes », précisant sur le plateau qu’il désigne certains d’entre eux, « aveuglés par l’idéologie ». il ne va pas se faire des copains à gauche, puisque non seulement il veut interdire le syndicalisme dans la magistrature”, par la voie d’un « référendum », mais il souhaite aussi

créer une responsabilité des magistrats, ça ne peut pas continuer comme ça. Quand la justice fonctionne mal, c’est la fin de la République.

Le député « Les Républicains » des Yvelines aggrave son cas, jugeant que

i jamais le Front national gagne, il gagne, c’est la démocratie, ou alors il faut l’interdire. Mais vous ne pouvez pas dire à un tiers des électeurs « le parti pour lequel vous votez ne gouvernera jamais ».

Un démocrate qui serait prêt à laisser le peuple s’exprimer, mais où va-t-on ?

Lire la suiteGuaino dégaine !

Le plan d’économies suscite de vives réactions au sein de la majorité

Le plan d’économies suscite de vives réactions au sein de la majorité

28/04/2014 – PARIS (NOVOpress)
Si l’on devait reconnaître un caractère rassembleur au Premier ministre, ce serait sa capacité à dépasser les clivages partisans par le rejet dont il est l’objet. Alors qu’il s’en revient du Vatican, où il a été conspué par les pèlerins français, le matamore de Matignon doit faire face à un début de semaine délicat. Depuis qu’il est à la tête du gouvernement, Valls doit composer avec une majorité défiante, si ce n’est franchement hostile.

La gauche rebelle face au pacte de responsabilité ?

C’est ce mardi 29 avril que le « Pacte de Responsabilité » doit être soumis au vote des parlementaires. Déjà, la grogne au sein de la majorité socialiste inquiète l’exécutif. Une tribune parue vendredi dans Libération faisait état du refus catégorique de députés proches de Martine Aubry de voter le texte. La rébellion dans les rangs socialistes fait des émules : les députés socialistes pourraient être entre 40 et 70 à ne pas voter le texte. L’orientation de politique économique du gouvernement est en cause. Les menaces de sanctions agitées par la direction du Parti socialiste ne semblent pas dissiper les états d’âmes des parlementaires. Sur l’ensemble du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, les deux tiers semblent disposés à voter le texte tandis que le tiers restant est indécis. Une centaine de députés de la majorité reste à convaincre. Les députés d’Europe écologie Les Verts, auxiliaires connus pour leur manque de fiabilité, hésitent quant à eux entre l’abstention et le vote contre.

Lire la suiteLe plan d’économies suscite de vives réactions au sein de la majorité