Rentrée scolaire en Absurdie

La rentrée scolaire 2020 se déroule dans un contexte qui pose de nombreuses questions. Le sentiment majoritaire est, pour tous les acteurs de l’éducation, celui d’une impréparation doublée d’un « peut-être bien que oui, peut-être bien que non » qui ne rassure personne. A commencer par les médecins : un collectif a publié une tribune sur le site du Parisien le 29 août pour que les mesures de protection soient renforcées à l’école. Blanquer met en place un protocole sanitaire allégé par rapport à ceux de l’an passé.

Le point de départ du confinement fut la fermeture des écoles, suivie du confinement généralisée de la population. Les enfants étaient considérés comme les principaux vecteurs de contamination, selon le gouvernement. Puis, toujours selon le gouvernement, les enfants n’étaient plus les principaux vecteurs de contamination, si bien qu’ils purent retourner à l’école moyennant un protocole sanitaire ubuesque dont la principale qualité aura été de démontrer l’état pitoyable des locaux de l’Education nationale : dans combien de pays développés les sanitaires sont-ils dans l’état de ceux de nos collèges et lycées ? Comment se fait-il qu’il y ait si peu de points d’eau, tout comme il n’y a pas de possibilité pour les élèves de simplement boire – sinon dans les WC ?

Le gouvernement navigue à vue. Dans un contexte où les autorités parlent de « l’augmentation » quotidienne des contaminations en France, les services de réanimation des hôpitaux sont vides, ou n’ont pas plus de malades qu’à l’habitude, hors Covid. La France serait à la veille d’une deuxième vague mais l’activité économique d’un monde qui devait être réinventé et où rien ne le fut est demeurée prioritaire : la France a consacré son été au tourisme – Covid ou pas. Ce qui pourrait amener celui-ci dans bien des écoles, brassage de population oblige.

Pour la rentrée scolaire, donc, un protocole allégé doit être appliqué « dans la mesure du possible ». Les principales décisions, connues le 28 août (au dernier moment, comme à l’habitude) : les élèves devront porter un masque partout ; les personnels aussi, sauf exceptions locales ; les professeurs feront cours durant sept heures un masque sur la figure, ce qui pose de vrais problèmes, la relation avec les élèves par exemple, y compris celle d’autorité, qui passe avant tout par le visage ; la limitation du brassage des élèves n’est que recommandée mais est fortement suggérée durant des récréations qui peuvent être échelonnées, ce qui dans la réalité des faits est impraticable ; les classes seront au complet, élèves côte à côte ; il est recommandé que les élèves se lavent les mains trois fois par jour ; les internes porteront un masque en permanence, sauf sous la douche et en dormant.

Ce protocole ne sera mis en œuvre qu’en apparence. Il est inapplicable, non directif, imprécis. Une seule chose aura lieu : élèves et professeurs auront des masques dans les classes. Comme la France est championne des bâtiments scolaires non isolés, espérons que l’arrière-saison ne soit pas estivale. Notons que Blanquer était invité de la matinale de France Inter le 27 août. Il a précisé que des écoles pourront être fermées d’un jour à l’autre si besoin. Il semblait cependant mal connaître son propre protocole : à une question de la journaliste sur le masque et les espaces extérieurs, il répondait que, « bien sûr », les masques pourraient être enlevés à l’extérieur. La journaliste a dû lui expliquer que son protocole disait exactement le contraire.

Paul Vermeulen

Article paru dans Présent daté du 31 août 2020

Rentrée scolaire : illettrés, incultes, mais… « Charlie » !

02/09/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Source : (Présent 8431)

« Débats citoyens », ateliers dessins « en faveur de la liberté d’expression »… Alors que l’Armée dénombre chaque année pas moins de 40 000 illettrés lors de la Journée d’appel et de préparation à la Défense, le ministère de l’Éducation nationale, loin de se recentrer sur sa mission première, a fait le choix d’accélérer le décervelage des enfants dès la rentrée 2015 en renforçant sa propagande républicaine et laïcarde.

Laïcité à tous les étages

C’est que, explique Najat Vallaud-Belkacem dans la lettre qu’elle a adressée mardi à tous les parents d’élèves, « L’École que nous refondons participe pleinement au combat contre toute forme de discrimination, de violence et de harcèlement. C’est une École forte et fière de transmettre les valeurs républicaines, avec son nouvel enseignement moral et civique qui, dès la rentrée, concernera tous les élèves de la maternelle à la terminale. »
8431-P1
Et quel enseignement ! Ici, pas question d’apprendre à aimer ni à servir notre pays, mais à « être Charlie » en « réfléchissant » sur les attentats qui ont frappé Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher de Vincennes. Bien orientés par de nouveaux manuels les incitant à réaliser leurs propres dessins « en faveur de la liberté d’expression » et à « désigner des porte-parole » chargés de s’exprimer dans le cadre de « débats démocratiques », tous les élèves auront ainsi droit au lavage de cerveau républicain.

L’hystérie démocratique belge

Un programme qui suscite quand même quelques craintes et réticences chez les enseignants exerçant dans les banlieues et qui ont encore en mémoire les incidents qui ont accompagné l’évocation des attentats, en janvier dernier.

Une crainte et, pour certains, une opposition, auxquelles les Belges sont en train d’apporter une réponse : le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles devrait en effet soumettre le mois prochain à l’approbation du Parlement une nouvelle disposition décrétale, qui imposera aux enseignants qui exprimeraient des opinions « non respectueuses des principes démocratiques », même en dehors de l’exercice de leurs fonctions, un « devoir de loyauté vis-à-vis de la Communauté française », sous peine de sanctions.

Franck Delétraz

[Tribune libre] Pour une rentrée Zen :: Les Conseils de Belle et Rebelle !

[Tribune libre] Pour une rentrée Zen :: Les Conseils de Belle et Rebelle !

En cette période de rentrée des classes mesdames, mesdemoiselles, (si vous ne voulez pas mourir d’une syncope foudroyante) le petit conseil de Belle et Rebelle : fuyez !!!

Fuyez les grandes surfaces où la guerre du protège-cahier vert et du rapporteur est lancée. Les queues commencent à mi-rayon. L’ambiance fait penser à un pogo dans un mauvais concert de death métal. Les heureux bénéficiaires de l’allocation rentrée sont amassés comme des furieux, on en arriverait à demander de la diversité : pas grand chose, juste deux ou trois familles françaises de souche…

Préférez les intérieurs cosys des petites papèteries ou librairies. En plus de lutter contre la société de consommation et les grands trusts, vous pourrez en toute simplicité survivre à des courses. De toute façon,vous y consommerez toujours moins que dans l’un des temples de la consommation et ça vous coutera moins cher.

Fuyez les centres commerciaux où le moindre « j’étais avant vous » vous met dans un état de crispation sans précédent. Tout y est hors de prix, des crêpes aux toilettes.

Préférez les friperies et commerçants de votre quartier, chez qui vous trouverez des petits trésors cachés.

Fuyez les écoles publiques ! Il est douloureux ce constat et pourtant… L’Éducation nationale nous renvoie tel un miroir le reflet de plus de 30 ans de politique désastreuse sur tous les plans : celui de la morale, de l’institution, de l’instruction, de l’éducation, de la culture et de l’immigration !

Je sais pertinemment que la plupart d’entre nous n’ont pas les moyens de faire autrement, mais réunissez vos forces entre familles et bâtissez. Bâtissez des écoles libres pour nos enfants, à la maison ou ailleurs.

Fuyez la salle de sport pleine à craquer de gens pleins de nouvelles bonnes résolutions de rentrée.

Préférez attendre un petit mois vous verrez elle sera vidée de moitié (tout comme les bancs de la fac d’ailleurs), ou alors optez pour le sport en plein air.

C’était Belle et Rebelle pour une rentrée nickel !

Diane Fischer

[box class=”info”] Source : le webzine féminin, Belle et Rebelle, “Les conseils de la Rédaction”. [/box]