Les démocraties mises à mal, selon le dernier rapport de Dominique Reynié

Dominique Reynié

La liberté et la démocratie mises à mal par les rencontres entre différentes cultures, telle est l’analyse non pas de quelque polémiste réactionnaire ou populiste mais de… la Fondation pour l’innovation politique, un think tank libéral, progressiste et européen, présidée par Dominique Reynié, politologue dont certaines prises de position illustrent bien une pensée progressiste : le mariage homosexuel, la PMA et la GPA, l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne ou encore la discrimination positive à Sciences Po Paris (il avait, en effet, appuyé cette suggestion à Richard Descoings, alors directeur de l’IEP, en lui faisant remarquer qu’il était déplorable qu’il n’y ait « aucun nom à consonance arabe dans la liste de la nouvelle promotion de l’ENA »).

C’est la Fondation pour l’innovation politique qui a publié l’étude « Libertés, l’épreuve du siècle », accessible sur le site https://www.fondapol.org/, qui dresse un état des lieux de la démocratie et des libertés dans le monde à travers les réponses de 47.408 personnes dans 55 pays.

Le chapitre intitulé « De quoi les démocraties ont peur » pointe des réalités rarement évoquées par les ardents défenseurs de l’européisme. Ainsi, il ressort que la confrontation entre différentes cultures sur un même sol provoque une remise en cause des fondements de la démocratie. Le chapitre est introduit en ces termes : « La liberté d’opinion est mise au défi dans des sociétés démocratiques de plus en plus multiculturelles. L’incompréhension réciproque, la défiance, voire l’hostilité, corrodent le lien social. Les rivalités interculturelles se transforment en conflits de valeurs lorsque le différend porte sur des libertés fondamentales, telles que la liberté d’opinion et la liberté de la presse. »

Les chiffres recensés par l’étude sont évocateurs : la France est l’un des pays au sein desquels la crainte de l’islamisme est la plus forte : 84 % des Français sondés craignent plutôt ou tout à fait l’islamisme. C’est bien plus que la moyenne mondiale, qui est de 59 %. Notons, toutefois, que l’étude a aussi été proposée dans des pays majoritairement musulmans. À titre d’exemple, et pour comparer avec d’autres pays européens, 82 % des Bulgares craignent plutôt ou tout à fait l’islamisme, 78 % des Belges, 76 % des Allemands, 76 % des Autrichiens.

Le rapport approfondit le problème en évoquant la faiblesse des institutions démocratiques face à ce fléau, en rappelant des réflexions d’un autre rapport publié en septembre 2021 : « Mais les démocraties sont aussi plus désemparées parce qu’elles représentent un ordre politique doux, fondé sur la liberté et les droits humains. Immanquablement les démocraties se sentent désarmées. Une envie de répression, de contrôle, de surveillance, d’expulsion, de fermeture des frontières s’exprime au grand jour » (Islamisme et populisme : une dialectique implacable », in Dominique Reynié, dir., Les Attentats islamistes dans le monde, 1979-2021, Fondation pour l’innovation politique, septembre 2021).

Une démocratie non violente, une population violente ?

Après avoir pointé le sujet de la démocratie face à l’islamisme, le rapport évoque la question du rapport entre la population et la violence. 44 % des sondés pensent que les citoyens n’arriveront plus à résoudre leurs désaccords de manière pacifique dans leurs pays et auront plus souvent recours à la violence. C’est la réponse, en particulier, de 71 % des Français interrogés. Notons qu’ils sont parmi les plus nombreux à partager cette affirmation, avec les Libanais (76 %).

En outre, une personne sur cinq (19 %) estime que le recours à la violence pour défendre ses opinions politiques peut être justifié. Et plus les personnes sont jeunes, plus elles partagent cette affirmation : 27 % des 18-34 ans contre 18 % des 35-59 ans et 9 % des plus de 60 ans. Face au délitement actuel des institutions, la violence serait donc, aux yeux des jeunes générations, l’unique porte de sortie ?

Renaud de Bourleuf

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

Ces responsables qui connaissaient la menace terroriste… et n’ont rien pu faire

cazeneuve

Des responsables dépassés par les conséquences de l’immigration massive, telle est l’image qui ressort des dernières auditions lors du procès des auteurs de l’attentat du 13 novembre. Une semaine après la comparution de l’ancien Président François Hollande comme témoin – et ses propos qui ont fait couler de l’encre -, la parole est à ceux qui, dans les hautes instances, étaient concernés au premier chef par la lutte antiterroriste. Ainsi, le mardi 16 novembre, étaient cités Bernard Bajolet, directeur général de la Sécurité extérieure au moment des faits, et Patrick Calvar, alors directeur général de la Sécurité intérieure (ce dernier verra, finalement, son audience reportée à une date ultérieure) ; ce mercredi 17 novembre sont cités Bernard Cazeneuve, ancien ministre de l’Intérieur, et François Molins, ancien procureur de la République près le tribunal judiciaire de Paris.

Ces témoignages permettent d’étayer les propos déjà abondamment discutés de l’ancien président de la République et de leur donner un éclairage : ils savaient qu’ils devaient agir et ils n’ont rien fait… car ils ne pouvaient rien faire, tant ils étaient noyés sous la complexité de la situation.

Ainsi, l’ancien patron de la Direction générale de la Sécurité extérieure Bernard Barjolet savait « qu’un ordre avait été donné de frapper l’Europe, plus particulièrement la France. Nous savions que des opérationnels avaient été sélectionnés, s’entraînaient dans ce but. Nous connaissions plusieurs des acteurs et pourtant, nous n’avons pas empêché ce drame, alors que l’une des missions de mon service est de détecter les menaces qui ont leur origine à l’étranger, et de les entraver. » Tout en rappelant que des attentats ont été déjoués avant le 13 novembre 2015, il ne nie pas la stupeur qui a été celle de ses agents lorsqu’ils ont appris, après l’attentat, qu’Abdelhamid Abaaoud, coordonnateur des attentats, se trouvait en France ; il était pourtant dans le viseur de la DGSE depuis 2013 !

Enfin, il évoque le manque de moyens de ses services face à l’immigration massive : il n’ont pu contrôler le flot de migrants arrivé sur le territoire. Il était évident que des djihadistes étaient infiltrés parmi le million de Syriens qui ont débarqué en Europe au cours de l’été précédant l’attentat. Mais comment exercer des contrôles sur une aussi grande quantité de personnes ? Comment une politique d’ouverture des frontières pouvait-elle produire d’autres conséquences ? À qui la faute ?

Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur à l’époque, qui indique à son tour savoir « que nous serions la cible d’attaques mais [sans savoir] la date ni les cibles visées », s’est trouvé confronté à un autre problème dans les mois qui ont précédé les événements du Bataclan : celui des jeunes partis faire le djihad. Arrivé place Beauvau en 2014, il avait constaté « un nombre de plus en plus important de ressortissants français et européens qui partaient sur le théâtre des opérations ». Il a ainsi évoqué, lors du procès, le cas de Samy Amimour, un des terroristes du Bataclan, qui était sous le coup d’un contrôle judiciaire lorsqu’il est retourné en Syrie : « La question qui se pose est comment il a pu partir. Les informations communiquées publiquement sont qu’il n’avait pas pointé à son contrôle judiciaire. Les informations de mes services sont différentes. Je n’avais pas connaissance de la violation de son contrôle judiciaire. » Ainsi que celui d’Ismaël Omar Mostefaï, un autre terroriste du Bataclan : « À ma connaissance, c’est au moment où il part qu’on découvre qu’il est radicalisé. » Il est difficile de ne pas voir ici une défaillance dans la politique de « prévention de la radicalisation ». Mais cette velléité de combat contre la radicalisation n’était-elle pas un leurre ? Comment contrôler en leur for intérieur des jeunes qui ont la volonté de combattre dans les rangs de l’État islamique ?

Ainsi, ils savaient (du moins en partie) et n’ont rien pu faire. Mais est-ce vraiment un manque d’efficacité ? Ou est-ce le fruit de plusieurs années de politique déconnectée des réalités liées à l’immigration massive ? À qui la faute ?

Renaud de Bourleuf

Tribune reprise de Boulevard Voltaire