Sortie du numéro 20 du magazine “Identitaires”

Sortie du numéro 20 du magazine "Identitaires"

01/10/2014 – PARIS (NOVOpress)
Le numéro 20 du magazine Identitaires vient de sortir. Au sommaire : agenda militant, université d’été identitaire, LMPT, meeting Génération identitaire pour présenter la nouvelle campagne “Nous sommes la première ligne”, hommage à Hervé Gourdel, journées identitaires Ouest et Île-de-France avec de larges extraits de l’intervention de Fabrice Robert, le dernier livre de Philippe Vardon “Militants”, la campagne pour la remigration, etc.

Prix du numéro : 2 euros. Pour le commander.

Une du numéro 20 du magazine "Identitaires"
Une du numéro 20 du magazine “Identitaires”

Philippe Vardon : “La remigration est la seule solution réelle et pacifique”

Philippe Vardon : "La remigration est la seule solution réelle et pacifique"

19/09/2014 – PARIS (NOVOpress)
Interrogé sur la remigration, Philippe Vardon explique que, s’agissant de la résolution des problèmes dus à l’immigration, l’assimilation, le communautarisme et la réconciliation ne sont en rien des solutions efficaces. Ils ne sont que des accommodements du multiculturalisme. La remigration, selon Philippe Vardon est “la seule solution réelle et pacifique”.

A Fréjus, l’identité au centre des discours de plusieurs cadres frontistes

A Fréjus, des cadres du Front national reviennent aux fondamentaux identitaires

08/09/2014 – FREJUS (NOVOPress)
Lors de l’Université d’été 2014 du Front national de la jeunesse qui s’est déroulé les 6 et 7 septembre à Fréjus, plusieurs cadres du Front national ont adopté un discours identitaire, ou tout en cas ont mis l’identité au coeur de leurs discours. Ainsi, Aymeric Chauprade, Nicolas Bay et Julien Rochedy ont dénoncé l’immigration massive, le Grand Remplacement ou l’islamisation de la France. On pourrait même y déceler un début d’intérêt pour la remigration.

Florilèges de tweets.

Crédit photo Une : Euryanthe Mercier-Moreau


Lire la suiteA Fréjus, l’identité au centre des discours de plusieurs cadres frontistes

À quoi sert le Bloc Identitaire ? – par Fabrice Robert

À quoi sert le Bloc Identitaire ? - par Fabrice Robert

04/09/2014 – PARIS (NOVOpress)
Après tout cette question peut toujours être posée, et si vous ne vous l’êtes jamais posée vous-même d’autres vous ont sans doute interrogé de la sorte.

Djihadisme, tournées de sécurisation, supporteurs algériens, soutien à Anne-Sophie Leclere, conférences et séminaires de formation sont autant de réponses que l’on peut énumérer. Car ces trois derniers mois nous avons amplement démontré, ou rappelé, quelle était notre vocation : être à la fois la première ligne et l’aiguillon du camp patriote (au sens large) et même parfois de l’ensemble de la vie politique française.

Nous jouons souvent le rôle d’éclaireurs, quand ce n’est pas carrément de démineurs. Un peu plus loin, on nous observe, avançant sur le champ de bataille, pour voir si ça saute… Le chemin sécurisé, ils se risquent à avancer. Enfin, pas toujours d’ailleurs. J’entends souvent de bonnes âmes nous dire que nous pouvons nous le permettre, mais pas les partis, pas les élus. Nous pourrions faire ou dire ci ou ça, mais pas eux. Parce que nous nous n’avons pas d’emplois, pas de familles peut-être ? Parce que nos procès nous coûtent moins cher ?!

Si nous n’avons pas raccroché les gants depuis 12 ans c’est justement parce que nous constatons que sur les questions que nous considérons comme les plus cruciales (pour résumer : la disparition de notre peuple!) nous sommes les seuls à « faire le job ». Oui l’immigration massive est un drame et un péril mortel pour notre pays et notre civilisation, oui la seule solution envisageable, la seule issue pacifique, est bien la remigration c’est-à-dire le retour dans leurs pays d’origine d’une majeure partie des immigrés ou des personnes d’origine immigrée résidant aujourd’hui en Europe. Et oui, nous sommes les seuls à le dire et il faut bien que cette parole existe et soit entendue. On ne peut pas bercer les Français d’illusions, qu’on les appelle réconciliation ou assimilation.

Lire la suiteÀ quoi sert le Bloc Identitaire ? – par Fabrice Robert

[Chez nos confrères] Entretien du “Rouge et le Noir” avec Philippe Vardon sur l’immigration

[Chez nos confrères] Entretien du "Rouge et le Noir" avec Philippe Vardon sur l'immigration

31/08/2014 – PARIS (via “Le Rouge et le Noir”)
Il a écrit plusieurs ouvrages (notamment un intéressant abécédaire : Éléments pour une Contre-Culture identitaire) et publiera fin août un recueil de nouvelles intitulé Militants. Philippe Vardon a récemment participé à l’élaboration des « 26 mesures pour une politique de remigration » présentées par le Bloc identitaire en réponse à la feuille de route délirante du Parti socialiste. Et c’est notamment à ce titre qu’il nous a semblé opportun d’interroger l’auteur et activiste identitaire dans le cadre de notre controverse estivale (sur l’immigration, note de Novopress).


Vous êtes l’un des propagateurs du concept de remigration. Pouvez-vous nous l’expliciter ?

Philippe Vardon : C’est assez simple en fait : l’immigration massive que subissent la France et l’Europe crée des troubles majeurs qui mettront en danger l’existence de notre nation et notre civilisation elles-mêmes si l’on ne travaille pas rapidement, c’est-à-dire dans les décennies qui sont devant nous, à inverser la tendance. Pour clore cet interlude, cet accident historique, qu’aura été la présence massive dans notre pays de millions de Français administratifs, n’étant en fait Français ni de sang ni même de cœur pour la plupart, il faut donc envisager – calmement, sereinement, mais sérieusement – qu’une grande partie de ces immigrés ou descendants d’immigrés retrouvent leur patrie, c’est-à-dire la terre de leurs pères.

Il ne s’agit donc pas uniquement de stopper l’immigration, urgence absolue et évidente mais à laquelle je pense que nos politiques (à l’exception de quelques extrémistes ou cinglés) finiront par se ranger, mais bien de mettre en place politiquement les conditions d’un grand retour qui est la seule possibilité d’enrayer le Grand Remplacement.

Le constat de l’échec de la société multiculturelle (donc multiconflictuelle) et multiraciale (donc multiraciste) imposée aux Français est désormais largement partagé.La remigration, c’est-à-dire le retour dans leurs pays d’origine, de manière pacifique et concertée, d’une majorité des immigrés extra-européens présents sur notre territoire est la seule solution permettant de répondre à l’ampleur du phénomène et d’éviter le chaos.

La seule solution ? Pourtant d’autres voix en appellent au recours à l’assimilation républicaine, ou encore à la « réconciliation ».
Philippe Vardon :
C’est déjà ennuyeux de se mentir à soi-même, mais quand on est un responsable public il faut aussi s’efforcer de ne pas mentir aux autres…

Quelqu’un peut-il réellement s’imaginer que nous allons « assimiler » la dizaine de millions de musulmans, de plus en plus revendicatifs et radicaux, aujourd’hui présents sur notre sol, ou bien que nous allons nous « réconcilier » avec les sympathiques supporteurs de l’équipe d’Algérie ayant démontré suffisamment clairement quel était leur vrai pays de sang et de cœur ?

Imagine-t-on que d’un coup ceux qui brandissent des étendards du djihad ou sortent leurs drapeaux algériens à la moindre occasion, ceux qui se gavent de chansons où l’on répète que l’on « nique la France » à chaque refrain, vont devenir des bons petits Français parce qu’ils chantent la Marseillaise et agitent le drapeau tricolore ?

On me dira qu’il s’agit là de minorités sur lesquels je me focalise, eh bien je crois en fait tout l’inverse. Je pense, et je parle ici par empirisme, qu’ils sont l’expression de la majorité.

J’entends d’autres encore me dire que la France n’applique plus une politique d’assimilation volontariste. C’est en partie vrai, mais quand bien même serait-ce le cas, cela ne suffirait plus. Le seuil où l’assimilation républicaine, comme réponse globale, pourrait encore s’avérer opératoire est largement dépassé.

Vous connaissez la formule : on peut assimiler des hommes, pas des communautés. En effet, l’assimilation est une démarche personnelle profonde, elle exige un dépouillement et une renaissance. D’une certaine manière je pense qu’on peut la comparer à une conversion religieuse. Il n’est d’ailleurs pas rare que dans notre pays le processus d’assimilation de personnes n’ayant pas été élevées dans la religion catholique se termine par un baptême. Cela me semble très significatif.

On me dit souvent aussi que l’assimilation est la « ligne » du Front National, mais je crois qu’elle en est plutôt l’idéal. J’ai entendu à plusieurs reprises Marine Le Pen déclarer que cet idéal d’assimilation était désormais rendu impossible justement par le caractère trop massif de l’immigration. Elle a aussi parfois ajouté, à juste titre, que les différences culturelles trop importantes constituaient un facteur aggravant. [1] C’est aussi la position d’un Eric Zemmour, pourtant grand défenseur de l’assimilation à la française, quand il déclare : « Il y a trop d’immigrés venus d’Afrique du nord et d’Afrique noire, et ils n’arrivent pas à s’intégrer parce qu’ils sont trop nombreux. » C’est en effet à mes yeux la conjonction entre le nombre d’immigrés et l’origine d’une majorité d’entre-eux – trop éloignée de notre identité française et européenne – qui rend aujourd’hui impossible l’assimilation. Pour résumer, l’assimilation massive ne peut être présentée comme une solution à l’immigration massive.

Pour lire l’article dans son intégralité

Crédit photo : DR

1) « Il suffit enfin d’avoir des yeux pour s’apercevoir que cette arrivée massive en un temps très bref, 20 ou 30 ans, de femmes et d’hommes ayant pour une très grande majorité une culture très différente de la notre rend toute assimilation inopérante, voir impossible.
La France se voit ainsi confrontée au multi-culturalisme qui bouleverse ses lois, ses moeurs, ses traditions, ses valeurs de civilisation et son identité, alors que l’on sait que les sociétés multi-culturelles deviennent toujours multi-conflictuelles. Alors je le dis ici solennellement, l’intérêt de la France est de cesser toute immigration et même d’en favoriser l’inversion des flux. »

Marine Le Pen : “L’intérêt de la France est de cesser toute immigration et même d’en favoriser l’inversion des flux”

Marine Le Pen : "L'intérêt de la France est de cesser toute immigration et même d'en favoriser l'inversion des flux"

25/08/2014 – NICE (NOVOpress)
On dit souvent du Front National qu’il défend des positions assimilationnistes. Ce n’est pas faux, mais pourtant Marine Le Pen s’est déjà prononcé pour la remigration bien qu’étrangement cela soit peu connu. Ecoutez cet extrait d’un de ses discours prononcé à Nice en 2011, le message est pourtant clair ! “Il suffit enfin d’avoir des yeux pour s’apercevoir que cette arrivée massive en un temps très bref, 20 ou 30 ans, de femmes et d’hommes ayant pour une très grande majorité une culture très différente de la notre rend toute assimilation inopérante, voir impossible. La France se voit ainsi confronté au multi-culturalisme qui bouleverse ses lois, ses moeurs, ses traditions, ses valeurs de civilisation et son identité, alors que l’on sait pourtant que les sociétés multi-culturelles deviennent toujours multi-conflictuelles. Alors je le dis ici solennellement, l’intérêt de la France est de cesser toute immigration et même d’en favoriser l’inversion des flux”

Fabrice Robert : un match France-Algérie aurait été un vrai bonheur pour les partisans de la remigration

Fabrice Robert (photo en Une), président du Bloc identitaire, a été interviewé par Pierre Cassen pour Riposte Laïque, sur le Mondial 2014 de football et la remigration.

Riposte Laïque : L’équipe d’Algérie a été éliminée en 1/8e de finales par l’Allemagne, après prolongations. Soulagement, ou frustration de passer à côté d’un match France-Algérie ?

Fabrice Robert : Certains journalistes avaient écrit qu’un France-Algérie étaient le match dont rêvaient les Identitaires. Ce n’est pas faux.
En effet, cette rencontre aurait certainement permis une grande explication en montrant que pour certains, leur pays n’est pas la France mais l’Algérie. Je me souviens que Najat Vallaud-Belkacem avait déclaré craindre plus que tout un match France-Algérie. Je crois qu’une telle confrontation aurait été un cauchemar pour les propagandistes de l’assimilation et un vrai bonheur pour les partisans de la remigration.

Rappelons-nous du match France-Algérie en 2001. La Marseillaise avait été sifflée par les supporteurs de l’Algérie, considérés pourtant comme « Français ». Pensé et voulu pour contribuer au rapprochement de deux communautés, le match avait aussi été interrompu à la 76e minute après l’envahissement de la pelouse.
Un match France-Algérie en 2014 aurait pu être cataclysmique en montrant à la face du monde l’échec de l’intégration et du vivre ensemble. Ce qui n’aurait pas été sans conséquences sur le plan politique en France. Les idéologues de Terra Nova ont eu chaud. Mais, n’en doutons pas. D’autres occasions se présenteront.

Riposte Laïque : Peux-tu rappeler à l’ensemble de nos lecteurs ce que fut la campagne du Bloc Identitaire, dans les semaines qui ont précédé cette Coupe du Monde ?

Fabrice Robert : Quelques semaines avant le début de la Coupe du monde de football, nous avons tiré le signal d’alarme face aux risques d’incidents graves entraînés par les supporteurs algériens. En effet, depuis le tristement célèbre match entre la France et l’Algérie en 2001, pratiquement chaque rencontre de l’équipe algérienne entraîne des débordements violents.

Lire la suiteFabrice Robert : un match France-Algérie aurait été un vrai bonheur pour les partisans de la remigration

[Lu sur Internet] Patriotes algériens, choisissez votre fidélité ! – par Gabriel Robin

[Lu sur Internet] Patriotes algériens, choisissez votre fidélité ! - par Gabriel Robin

03/07/2014 – PARIS (via Boulevard Voltaire)
L’Algérie a accompli un parcours footballistique extraordinaire et inattendu lors de cette coupe du monde brésilienne. Passés près d’une qualification historique face à l’ogre allemand, les joueurs algériens ont fait montre d’un grand courage et d’un patriotisme sans faille. Ils ont prouvé que le cœur et l’abnégation mis au service au service de la nation chérie, peuvent parfois abattre des montagnes.

(…)

Parmi les joueurs composant cette équipe, 16 sont nés en France et 13 de ceux-ci sont binationaux. Nombre d’entre eux ont fait le choix de l’équipe nationale algérienne car ils savaient ne pas avoir leur place sportivement en équipe de France. Certains ont cependant choisi l’équipe algérienne par patriotisme, leur âme penchant vers ce qu’ils considèrent être leur patrie charnelle. Et on peut constater qu’ils n’ont pas fait une erreur en se laissant guider par leurs sentiments. Car, à l’instar de l’équipe grecque, une équipe homogène et décidée peut compenser un manque de joueurs vedettes. Cela vaut pour le sport comme pour toutes les autres activités humaines, l’homme est un animal grégaire et ne s’entend jamais aussi bien qu’avec ses semblables les plus proches.

(…)

Partant de ce constat, et compte tenu des difficultés qu’affrontent les sociétés algériennes et françaises (dont le problème d’intégration des binationaux algériens), peut-être ces jeunes tiraillés entre deux patries doivent-ils faire le choix d’aider leur pays d’origine à grandir, et ainsi opter pour le retour ? Quand on se revendique d’un ailleurs avec autant de véhémence, il faut mettre ses actes en conformité avec ses discours.

Gabriel Robin

Crédit photo : DR

Pour lire le texte dans son intégralité

Du djihad à la remigration, par Clément Martin

Du djihad à la remigration, par Clément Martin

Suite à l’affaire du djihadiste “français” Mehdi Nemmouche fraîchement revenu de Syrie, auteur de la tuerie de Bruxelles où 4 personnes ont perdu la vie dans un attentat sanglant, les émissions de télévision se sont succédé pour tenter de décrypter les enjeux de cette guerre menée sur le sol européen.

Du djihad à la remigration, par Clément Martin
Clément Martin

Comme après l’affaire Mohammed Merah, on réalise que nos services et notre gouvernement sont en réalité débordés. Ils l’avouent : les potentiels djihadistes sont trop nombreux à surveiller. Les éventuels suspects sont des centaines selon les chiffres officiels. Donc sans doute des milliers…

Romain Caillet, spécialiste des questions liées à l’islamisme, écrivait dans sa tribune du Monde le 19 Juin que l’EIIL, ce groupe djihadiste en Irak que même Al-Quaïda trouve trop extrême (!), bénéficiait sans aucun doute de “milliers de sympathisants en France”. Et on ne parle donc ici que d’un groupe terroriste, quand il en existe bien d’autres au Moyen-Orient.

Une sorte de fatalisme assumé s’est donc répandue au gré des émissions, un ancien agent de la DGSE, Alain Rodier aujourd’hui spécialiste dans la lutte contre le terrorisme allant même jusqu’à dire “Il faut que les Français et les Européens apprennent à vivre avec le risque terroriste”. Mais au fond pourquoi donc ? Pour quelle raison devrions-nous nous soumettre et accepter que notre pays devienne le terrain de jeu des islamistes ?

Parce que pour sérieusement lutter contre le danger djihadiste, il faut remettre en cause le modèle de la société multi-ethnique. Et cela, la quasi-unanimité de la classe politique ne veut pas en entendre parler.

Lire la suiteDu djihad à la remigration, par Clément Martin

Vendredi 16 mai, conférence sur le chaos ethnique au Mans

Vendredi 16 mai, conférence sur le chaos ethnique au Mans

13/05/2014 – LE MANS (NOVOpress)
Vendredi 16 mai, aura lieu au Mans une conférence organisé par les Identitaires sur le thème du chaos ethnique. Lors de cette conférence seront présentées les 26 propositions du Bloc identitaire pour la remigration. Pour assister à cette conférence et obtenir des renseignements : maine@bloc-identitaire.com

Référendum sur l’immigration : l’intervention de Fabrice Robert (vidéo) [MàJ]

Référendum sur l'immigration : l'intervention de Fabrice Robert (vidéo)

17/03/2014 – PARIS (NOVOpress)
Le texte de l’intervention de Fabrice Robert, Président du Bloc Identitaire lors de la manifestation pour la demande d’un référendum sur l’immigration, le 9 mars 2014.


Chers amis, chers camarades,

D’abord, merci ! Merci à vous d’être venus ! Merci à nos amis de Riposte Laïque d’avoir pris cette initiative qui nous réunit une fois encore. Aujourd’hui en France, le lieu où l’on peut trouver des démocrates, ce n’est pas l’assemblée nationale, mais la rue. C’est dan la rue que depuis deux ans s’expriment des millions de Français. Des Français méprisés, trompés, insultés, mais des Français debout.
Fiscalité, école, chômage, théorie du genre… Les sujets de colère ne manquent pas. Mais il en est un plus fondamental, c’est celui de l’identité. Que nous importe le montant des impôts si demain notre peuple n’existe plus ? Que nous importe le mariage pour tous si demain il n’y a plus de Français et que ce sont les Islamistes qui l’annulent ?

A tous les grands mouvements populaires historiques, il faut une avant-garde. Avec quelques autres, le Bloc Identitaire et nos jeunes camarades de Génération Identitaire incarnent celle-ci. Nous sommes aux avants postes du combat. Depuis maintenant dix ans, nous portons toujours plus loin le fer militant chez l’ennemi. Si un jour un Copé a parlé des pains au chocolat, c’est que, bien avant lui, des gens comme nous ont introduit dans le débat public des armes conceptuelles et sémantiques comme le racisme anti-blanc.

Etre à l’avant-garde, c’est donc montrer que rien n’est impossible, que le rêve devient réalité lorsque la volonté est là. Telle est le nouveau signe que nous avons voulu envoyer avec notre feuille de route pour la remigration. Il ne s’agit nullement d’une série de provocations, impossible à mettre en place. Bien au contraire, tout est réalisable et nous sommes restés en deçà de ce qui est possible.

Lire la suiteRéférendum sur l’immigration : l’intervention de Fabrice Robert (vidéo) [MàJ]

Référendum sur l’immigration : manifestation à Paris dimanche 9 mars

Référendum sur l'immigration : manifestation à Paris dimanche 9 mars

07/03/2014 – PARIS (NOVOpress) – Le Bloc identitaire, aux côtés de Résistance Républicaine et Riposte Laïque, appelle à manifester à Paris dimanche 9 mars pour « référendum sur l’immigration », à l’image de celui qui s’est déroulé en Suisse il y a peu.

Dans son communiqué, le Bloc identitaire annonce le soutien de plusieurs personnalités, telles l’homme politique suisse Oskar Freysinger, qui a fait savoir qu’il ferait son possible pour être présent : « soutien de taille quand on sait que le conseiller d’État du Valais est l’un des principaux artisans de la victoire du Oui dans le référendum pour l’arrêt de l’immigration massive en Suisse. » Jacques Bompard, député-maire d’Orange, auteur d’un projet de loi avec Gilbert Collard sur la possible organisation, en France de référendums d’initiative populaire, a également fait connaître son soutien à la manifestation.

L’écrivain Renaud Camus, l’inventeur du concept du “Grand Remplacement”, Fabrice Robert, président du Bloc identitaire mais aussi Paul-Marie Coûteaux, président du SIEL et Administrateur du RBM (Rassemblement Bleu Marine) prendront la parole. Par ailleurs, Philippe Martel, tête de liste FN-RBM pour le 18ème arrondissement de Paris et Fabien Engelmann, ex-délégué CGT et tête de liste FN pour les élections municipales à Hayange seront aussi présents lors de ce rassemblement.

Le Bloc identitaire présente sa « Feuille de route pour la politique d’identité et de remigration »

17/02/2014 – PARIS (NOVOpress) La semaine dernière, le gouvernement socialiste avait présenté sa « feuille de route pour la politique d’égalité républicaine et d’intégration ». En réaction, le Bloc identitaire a décidé de publier aujourd’hui sa « feuille de route pour la politique d’identité et de remigration ».

Au sujet du projet socialiste, le Bloc identitaire est très clair :

Détaillée en 26 points, cette note est un véritable concentré de haine de la France et de son identité. Elle révèle le fond de la pensée de nos actuels gouvernants : les Français de souche européenne doivent s’adapter aux masses immigrées, pour mieux disparaître en silence. Parti de la résistance et de la persistance française et européenne, le Bloc Identitaire a décidé de répondre à cette énième provocation en proposant dès aujourd’hui sa « Feuille de route pour la politique d’identité et de remigration ».

En 26 mesures également, le Bloc Identitaire entend montrer qu’en politique il n’y a pas de fatalité, mais simplement de la volonté. Répondant ainsi aux mondialistes – de gauche comme de droite – mais aussi à ceux qui, se réclamant pourtant patriotes, ont baissé la garde face au multiculturalisme, par fatalisme ou confusion idéologique. Loin des fantasmes de « réconciliation » ou d’assimilation massive, nous pensons que le seul moyen d’éviter le chaos qui découle fatalement des sociétés multiculturelles (et donc multiconflictuelles) c’est aujourd’hui d’envisager, de manière pacifique et concertée, la remigration. C’est-à-dire le retour dans leurs pays d’origine d’une majorité des immigrés extra-européens présents sur notre territoire. Si ces mesures peuvent sembler aujourd’hui « impossibles » ou « radicales » à certains, nous sommes persuadés que les temps à venir se chargeront de les rendre à la fois possibles et nécessaires.

Voici les 26 propositions du Bloc identitaire :

1. Abrogation du droit du sol.

2. Abrogation du regroupement familial.

3. Expulsion automatique et interdiction de territoire de tout étranger commettant un délit ou un crime sur notre sol.

4. Mise en place d’accords avec les pays d’origine pour que les peines de prison de leurs ressortissants soient effectués chez eux.

5. Déchéance rétroactive de la nationalité française pour tout étranger naturalisé ayant commis un délit ou un crime ces 10 dernières années.

6. Déchéance automatique de la nationalité française pour tout binational ayant commis un crime ou délit.

7. Mise en place d’un Fond d’Aide au Retour associé au lancement d’une campagne de sensibilisation incitant les immigrés à rentrer chez eux.

8. Création d’un Haut-Commissariat à la Remigration.

Lire la suiteLe Bloc identitaire présente sa « Feuille de route pour la politique d’identité et de remigration »

Pour la remigration des turcs et des africains, par Filip Dewinter, président du Vlaams Belang [audio]

Pour la remigration des turcs et des africains, par Filip Dewinter, président du Vlaams Belang

16/11/11 – 17h00
ANVERS (NOVOpress) –
Le Vlaams Belang, premier parti d’opposition flamand, organise une conférence de presse à Ankara, en Turquie, sur le thème de la remigration.

L’objectif : informer les dirigeants politiques turcs sur la nécessité de rapatrier leurs nationaux présent en Europe dans leur pays d’origine.

Comment la politique de remigration peut-elle se mettre en place ? Avec quels partenaires ? Ne faut il pas pour cela une volonté politique européenne forte ?

Filip Dewinter (photo), président du Vlaams Belang, a accepté de répondre à nos questions

Propos recueillis par Yann Vallerie pour Novopress France.

[MEDIA not found]

Crédit photo : Gerard Nipho, licence CC.