L’Algérie pratique la remigration en expulsant 3 000 clandestins nigériens

28/11/2014 – ALGER (NOVOpress)
Selon le premier ministre du Niger, Brigi Rafini, l’Algérie va bientôt expulser près de 3 000 nigériens, tous considérés comme des migrants clandestins et “sans emploi”.

La présidente du Croissant-Rouge algérien (CRA), Saida Benhabiles, a confirmé que “plusieurs mesures seront prises pour garantir le rapatriement progressif, dans les prochaines semaines, des ressortissants nigériens entrés illégalement en Algérie”.

D’après Brigi Rafini, des programmes de “réinsertion sociale” seront ensuite élaborés par les migrants une fois de retour dans leur zone d’origine.

Face à la pression migratoire, le concept de remigration – prôné par les Identitaires – pourrait bien devenir quelque chose d’universel.


 

 

 

Assises de la remigration : le discours de Jacques Bompard

Assises de la remigration : le discours de Jacques Bompard

24/11/2014 – PARIS (NOVOpress)
Le grand remplacement n’est ni une idée, ni même un concept. Ce n’est pas davantage un slogan politique ou ce que Bernard CAZENEUVE me répondit un jour être un fantasme.

Ce grand remplacement est une réalité concrète et donc par essence, un enjeu politique primordial.

C’est d’ailleurs bien le mérite de vos Assises de la remigration que d’affirmer plus avant les contours de cette réalité. Nos adversaires, les remplacistes, usent de toutes les ruses pour en dissimuler et même pour en interdire le constat.

Chacun connaît leurs antiennes : il n’y aurait pas en France davantage d’étrangers qu’avant, refuser de réputer a priori Français un individu qui se singularise par d’autres traditions est raciste. Pire, affirmer que la France est une civilisation nous ramènerait aux heures les plus sombres de l’Histoire.

Certains d’entre nous s’interrogent alors : faut-il que la caste politique soit unanimement mensongère pour nier ainsi ce que le bon sens populaire déplore.

Faut-il que nous ne soyons dirigés que par des parias pour qu’ils fassent de communautés disparates et d’une nationalité de papiers l’horizon d’un pays millénaire ?

Faut-il que la maladive lâcheté ait ankylosé jusqu’aux hommes de bonne volonté pour qu’il nous faille désormais tenir notre rang contre tous les anathèmes en défendant l’intégrité de la France ?

Cessons un instant de demeurer interdit devant les crimes des idéologues. C’est leur faire à la fois trop d’honneur et trop de place. C’est ignorer enfin un message essentiel sis dans la belle énergie que je remarque chez vous cet après-midi : la vérité rend libre.

Or c’est dire vrai que de répéter que la France ne peut plus tolérer le grand remplacement. Une fois assumé enfin ce point de départ, deux exigences se font jour : la première c’est celle de la lutte politique, puisqu’il n’est pas possible d’admettre le grand remplacement sans s’employer alors à le combattre dès à présent.

Lire la suiteAssises de la remigration : le discours de Jacques Bompard

Assises de la remigration – allocution de Fabrice Robert

Assises de la remigration - allocution de Fabrice Robert

23/11/2014 – PARIS (NOVOpress)
Avec plus de 520 entrées, les Assises de la remigration organisées par le Bloc Identitaire ce samedi 15 novembre à Paris ont été un incontestable succès. A l’affluence et la diversité du public, s’est aussi ajoutée la qualité et la diversité des interventions.

Pendant près de cinq heures, neuf intervenants (essayistes, universitaires, acteurs politiques et associatifs) se sont succédé à la tribune en apportant chacun leur contribution au débat. Que cela soit à travers leurs constats, leurs expériences, leurs idées ou leurs propositions. Au-delà de la discussion, des mesures concrètes, s’inscrivant dans la continuité des “26 mesures pour une politique d’identité et de remigration” élaborées par le Bloc Identitaire, ont aussi été évoquées. Voici l’allocution de Fabrice Robert, président du Bloc identitaire.

Première ligne sur le terrain comme dans le combat des idées et représentations, les identitaires ont parfaitement rempli à travers ces nouvelles assises (après les Assises sur l’islamisation en 2010 et les Assises de la nationalité en 2012) leur rôle d’avant-garde.

La remigration ou la guerre – par Renaud Camus

La Remigration ou la guerre, par Renaud Camus

Photo : Renaud Camus (à gauche) et Fabrice Robert. © Bloc identitaire.

21/11/2014 – PARIS (via Boulevard Voltaire)
Une des allocutions les plus intéressantes, aux Assises de la Remigration, fut la dernière, celle de l’hôte, Fabrice Robert, le président du Bloc identitaire. Il s’est colleté à une question majeure, à laquelle je suis soumis fréquemment moi aussi, à propos du Grand Remplacement comme de la Remigration :

« Ce sont là des mots très forts, nous dit-on. Est-ce que vous ne craignez pas d’alarmer les gens, avec des termes aussi abrupts ? »

J’ai tendance à répondre, pour ma part, que c’est de fuir la réalité qui est anxiogène : de se repaître de mensonges, de se laisser bercer d’illusions. Ce n’est pas le syntagme Grand Remplacement qui est effrayant, c’est le phénomène qu’il désigne. On peut souhaiter, bien sûr, ne pas s’aviser de ce qui survient, fermer les yeux, n’écouter rien, sinon le rassurant babil des remplacistes. Mais ce babil est de plus en plus difficile à croire, à mesure que la situation se dégrade. Mieux vaut, ce me semble, être averti d’un danger pressant, serait-ce pour se mettre en état de s’en défendre, que d’en ignorer tout de parti délibéré, au risque d’être emporté par lui sans retour. Au demeurant je n’ai pas peur de faire peur, ni ne me sentirais coupable si c’était le cas : celui qui avertit d’un incendie en criant au feu de toutes ses forces, qui songe à lui reprocher d’affoler tout le quartier ?

L’approche de Fabrice Robert est différente. Il est vrai que le Grand Remplacement est une calamité tandis que la remigration, elle, est un remède, une façon de traiter le mal, une solution — c’est même la seule qui ait été proposée jusqu’à présent. L’une des deux appellations est très négative (sauf pour les remplaçants et leurs complices remplacistes), l’autre se présente comme un objectif à atteindre et comme une espérance, au moins pour les victimes avérées ou potentielles de ce que recouvre la première. Sans doute la perspective de certains traitements peut-elle inquiéter presque autant que la maladie, surtout s’il est question d’opération chirurgicale. Mais, à ce stade, il n’est pas sûr qu’on ne puisse pas éviter l’intervention, et de toute façon on n’a guère le choix : il est impossible de ne rien faire.

Lire la suiteLa remigration ou la guerre – par Renaud Camus

Assises de la remigration – allocution de Guillaume Faye

Terra Nova à l’américaine : Obama courtise l’électorat latino

21/11/2014 – PARIS (NOVOpress)
Avec plus de 520 entrées, les Assises de la remigration organisées par le Bloc Identitaire ce samedi 15 novembre à Paris ont été un incontestable succès. A l’affluence et la diversité du public, s’est aussi ajoutée la qualité et la diversité des interventions.

Pendant près de cinq heures, neuf intervenants (essayistes, universitaires, acteurs politiques et associatifs) se sont succédé à la tribune en apportant chacun leur contribution au débat. Que cela soit à travers leurs constats, leurs expériences, leurs idées ou leurs propositions. Au-delà de la discussion, des mesures concrètes, s’inscrivant dans la continuité des “26 mesures pour une politique d’identité et de remigration” élaborées par le Bloc Identitaire, ont aussi été évoquées. Voici l’allocution de Guillaume Faye.

Assises de la remigration – allocution de Jean-Yves Le Gallou

Assises de la remigration - allocution de Jean-Yves Le Gallou

20/11/2014 – PARIS (NOVOpress)
Avec plus de 520 entrées, les Assises de la remigration organisées par le Bloc Identitaire ce samedi 15 novembre à Paris ont été un incontestable succès. A l’affluence et la diversité du public, s’est aussi ajoutée la qualité et la diversité des interventions.

Pendant près de cinq heures, neuf intervenants (essayistes, universitaires, acteurs politiques et associatifs) se sont succédé à la tribune en apportant chacun leur contribution au débat. Que cela soit à travers leurs constats, leurs expériences, leurs idées ou leurs propositions. Au-delà de la discussion, des mesures concrètes, s’inscrivant dans la continuité des “26 mesures pour une politique d’identité et de remigration” élaborées par le Bloc Identitaire, ont aussi été évoquées. Voici l’allocution de Jean-Yves Le Gallou

La remigration au programme : du Grand Remplacement au grand retour ? (Minute 2694)

La remigration au programme : du Grand Remplacement au grand retour ? (Minute 2694)

19/11/2014 – PARIS (NOVOpress)
Alors que d’intenses débats ont actuellement lieu au Front national autour de la notion de Grand Remplacement (ou tout au moins de l’utilisation de ce terme), nulle interrogation à ce sujet du côté des Identitaires. Samedi dernier, à l’occasion des Assises de la remigration, c’est leur réponse à ce constat qu’ils ont présentée. (Article publiée avec l’aimable autorisation de nos confrères de Minute)


Au FN, on se questionne aussi sur le contour exact à donner à « l’inversion des flux migratoires », récemment évoquée à nouveau dans des entretiens par Nicolas Bay, prochain secrétaire général du FN, et par Louis Aliot. Cette expression difficile à utiliser en terme de communication politique pure a habilement été remplacée au profit de celui de « remigration ».

Le mot existe depuis longtemps, et avec le même sens, dans de nombreux pays, et fait même l’objet de programmes d’accompagnement: on parle en Finlande de la remigration de personnes originaires du pays et souhaitant y revenir, et aux Pays-Bas de la remigration d’immigrés vers leur pays d’origine. On le retrouve aussi dans le vocabulaire de l’Unesco. Sans doute inspiré par le modèle néerlandais, le leader du Vlaams Belang flamand (allié du FN au Parlement européen), Filip Dewinter, avait lancé en 2011 une campagne prônant la remigration.

En France, on le retrouve pour la première fois en 2007 dans un livre du démographe Jean-Paul Gourevitch avant que les Identitaires ne s’en emparent dès 2012 en l’utilisant dans le cadre du projet rédigé pour leur éphémère candidat à la présidentielle. Les Identitaires tournant résolument le dos à la « réconciliation » sous étendard « antisioniste » du type de celle prônée par Alain Soral et affirmant qu’une assimilation massive ne saurait répondre à l’immigration massive, voici coment Philippe Vardon présentait la remigration dans un entretien au site catholique lerougeetlenoir.org : « Le constat de l’échec de la société multiculturelle (donc multiconflictuelle) et multiraciale (donc multiraciste) imposée aux Français est désormais largement partagé. La remigration, c’est-à-dire le retour dans leurs pays d’origine, la terre de leurs pères, de manière pacifique et concertée, d’une grande partie des Français administratifs – n’étant en fait Français ni de sang ni même de coeur pour la plupart – présents sur notre territoire est la seule solution permettant de répondre à l’ampleur du phénomène et d’éviter le chaos. »

Lire la suiteLa remigration au programme : du Grand Remplacement au grand retour ? (Minute 2694)

Assises de la remigration, un beau succès (Présent 8233)

Assises de la remigration, un beau succès (Présent 8233)

18/11/2014 – PARIS (NOVOpress)
520 personnes étaient présentes à Paris ce samedi 15 novembre pour assister aux Assises de la remigration organisées par le Bloc Identitaire. Des « assises de l’évidence », comme les a baptisées Damien Rieu, porte parole de Génération Identitaire et l’un des intervenants de cette journée. Le public nombreux, qui débordait largement d’une salle rendue trop étroite, était à l’image du camp patriotique actuel : divers par l’âge comme par le milieu social mais porteur d’une forte volonté d’unité face aux lourdes menaces qui pèsent sur notre peuple.

Assises de la remigration, un beau succès (Présent 8233)Unité qui était incarnée dans le programme des interventions. Se sont ainsi succédé Renaud Camus, Jacques Bompard, Philippe Conrad, René Marchand, Damien Rieu, Jean-Yves Le Gallou, Jean-David Cattin, Fabrice Robert ou encore Guillaume Faye.

Les mérites d’un tel événement sont nombreux. Il permet tout d’abord de poser des questions nouvelles dans un langage clair très éloigné de la langue de bois habituelle, de proposer de nouvelles orientations, d’imposer un vocabulaire, de fixer de nouvelles priorités d’action. Des sympathisants, militants, cadres de formations amies y trouvent l’occasion de s’y rassembler, de mieux se connaître, de tisser des liens. Grâce aux nombreux médias accrédités (Associated Press, Al Jaazera, Le Figaro, Les Inrockuptibles… et bien entendu Présent), une large audience est offerte aux partisans de l’arrêt de l’immigration et de l’inversion des flux migratoires, thématiques systématiquement exclues du champ médiatique. Il est enfin un symbole, celui du refus de la fatalité historique, celui d’une minorité agissante prête à mouvoir une masse conquise sur le plan des idées mais rendue inerte par des décennies d’abrutissement et de lavage de cerveau.

Lire la suiteAssises de la remigration, un beau succès (Présent 8233)

Assises de la remigration : allocution de Renaud Camus (vidéo)

Assises de la remigration : allocution de Renaud Camus (vidéo)

18/11/2014- PARIS (NOVOpress)
Avec plus de 520 entrées, les Assises de la remigration organisées par le Bloc Identitaire ce samedi 15 novembre à Paris ont été un incontestable succès. A l’affluence et la diversité du public, s’est aussi ajoutée la qualité et la diversité des interventions.

Pendant près de cinq heures, neuf intervenants (essayistes, universitaires, acteurs politiques et associatifs) se sont succédé à la tribune en apportant chacun leur contribution au débat. Que cela soit à travers leurs constats, leurs expériences, leurs idées ou leurs propositions. Au-delà de la discussion, des mesures concrètes, s’inscrivant dans la continuité des “26 mesures pour une politique d’identité et de remigration” élaborées par le Bloc Identitaire, ont aussi été évoquées.

Ces interventions ont été filmées, à commencer par celle de Renaud Camus.

Remigration : comment arrêter toute immigration nouvelle ? par Jean-Yves Le Gallou

Remigration : comment arrêter toute immigration nouvelle ? par Jean-Yves Le Gallou

18/11/2014 – PARIS (NOVOpress)
Les Assises de la remigration tenues samedi 15 novembre à l’initiative du Bloc identitaire ont été un succès. Nos lecteurs trouveront ci-dessous l’intervention de Jean-Yves Le Gallou.


Une bonne nouvelle : chaque année des immigrés repartent volontairement (pour différents motifs : études, emplois, soins, famille, retour au pays). Les chiffres de ces retours sont mal connus mais ils sont de l’ordre de quelques dizaines de milliers par an.

Ce qui signifie que l’arrêt de toute immigration nouvelle serait déjà le début de la remigration.

Cela paraît simple, cela s’appelle « l’immigration zéro » : une proposition au cœur du programme RPR des années 1990 ou, sous une variante atténuée, du programme présidentiel de Marine Le Pen en 2012 projetant de limiter les entrées à 10.000.

Cela paraît simple mais c’est très difficile.

Cela paraît simple, cela s’appelle « l’immigration zéro » : une proposition au cœur du programme RPR des années 1990 ou, sous une variante atténuée, du programme présidentiel de Marine Le Pen en 2012 projetant de limiter les entrées à 10.000.

Le débat politique tourne autour de la révision ou mieux de la dénonciation des accords de Schengen. C’est bien mais au-delà des effets de manche, c’est loin d’être suffisant. Les étrangers qui obtiennent des titres de séjour les obtiennent par des décisions de l’administration française.

Quelques chiffres sur 2013 : provisoires mais officiels (source : ministère de l’Intérieur):
*demandeurs d’asile : 65.894 demandes,
*titres de séjours délivrés en France métropolitaine : 203.996.

Lire la suiteRemigration : comment arrêter toute immigration nouvelle ? par Jean-Yves Le Gallou

Succès des Assises de la remigration

Succès des Assises de la remigration

17/11/2014 – PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
Le Bloc identitaire a réuni 500 personnes autour du thème de la remigration qui fait son chemin jusqu’à certains dirigeants du Front National. Les intervenants ont été les suivants : Renaud Camus, théoricien du Grand remplacement, le journaliste Guillaume Faye, le porte-parole de Génération identitaire Damien Rieu, le député du Vaucluse Jacques Bompard, l’historien Philippe Conrad, Jean-Yves Le Gallou, l’essayiste René Marchand, Jean-David Cattin, un militant suisse, et le président du mouvement Fabrice Robert.

Que signifie exactement ce concept de remigration ?

Il s’agit ni plus ni moins d’une inversion des flux migratoires. Ceci doit se faire en deux temps : tout d’abord stopper l’immigration massive, qui ressemble de plus en plus à une colonisation ; puis organiser un retour sur la terre de leurs ancêtres de la plupart des 12 millions des Français administratifs, qui pour beaucoup refusent l’assimilation. Les intervenants ont insisté sur le caractère pacifique et humanitaire de cette démarche, seule solution selon eux pour éviter l’affrontement inévitable résultant d’une société multiculturelle.

Quel est le mode d’emploi précis de ce programme ambitieux ?

Les intervenants ont insisté sur l’urgence d’arrêter toute politique faisant office de pompe aspirante : aides sociales, allocations, etc. Un retour à la préférence nationale a été plébiscité. Rien ne sert de garder nos frontières si les avantages accordés aux immigrés existent toujours. Il suffit de prendre exemple sur l’Australie, le Japon, ou encore d’appliquer la politique du… Front Populaire de 1936.

Lire la suiteSuccès des Assises de la remigration

Discours de Fabrice Robert aux Assises de la remigration

La remigration pour éviter l’islamisation, par Pierre Cassen

17/11/2014 – PARIS (NOVOpress)
Mesdames, Messieurs,

Les guerres politiques sont des guerres idéologiques et les guerres idéologiques sont des guerres conceptuelles et sémantiques. Les mots sont des armes, certes, mais les mots sans concepts sont des armes chargées à blanc.
Le colloque que nous tenons aujourd’hui vise à n’être ni plus ni moins que les fondations de l’arsenal dont la France et l’Europe ont besoin pour prendre l’offensive dans cette guerre politique, idéologique et conceptuelle qui nous est faite et que, depuis plusieurs décennies, nous subissons. Il s’agit d’armes de légitime défense, non létales, comme l’on dit dans le jargon administratif. J’insiste sur ce double point :

Premièrement, la remigration n’est pas un concept agressif, c’est, au contraire, un concept de protection utile à tous.

Ne nous lassons jamais à l’avenir de le répéter : remigrer, c’est la paix pour chacun. L’immigration, c’est la guerre pour tous.

Secondement, la remigration est une arme de paix, de concorde, qui, si elle n’est pas utilisée, laissera place à des situations que, par commodité on appellera à la libanaise, et là, dans ce cas, ce sont hélas d’autres armes, de vraies, qui auront le champ libre. Disant cela, nous ne proférons aucune menace, nous constatons seulement que la guerre d’intensité modérée que nous subissons actuellement changera d’ampleur et de nature si, d’aventure, la remigration n’était pas transférée du domaine conceptuel au domaine pratique.

Ne nous lassons jamais à l’avenir de le répéter : remigrer, c’est la paix pour chacun. L’immigration, c’est la guerre pour tous.

Une fois ceci posé, comment mettre en place cette remigration ?

D’abord, en faisant en sorte qu’elle soit la plus naturelle possible. En d’autres termes, qu’elle vienne des migrants. On ne vient pas boire à une source tarie. Pour atteindre ce but, il faut deux choses : un cadre législatif et une volonté politique.

Lire la suiteDiscours de Fabrice Robert aux Assises de la remigration

La remigration pour éviter l’islamisation, par Pierre Cassen

La remigration pour éviter l’islamisation, par Pierre Cassen

14/11/2014 – PARIS (via Boulevard Voltaire)
Le 18 décembre 2010, le Bloc identitaire organisait, espace Charenton, les Assises internationales sur l’islamisation de nos pays, en compagnie de Riposte laïque et de Résistance républicaine. Quatre ans plus tard, cette fois seule, l’organisation présidée par Fabrice Robert nous propose, ce samedi 15 novembre, à Paris, les Assises de la remigration, où interviendra, entre autres, René Marchand, auteur de « Reconquista ou mort de l’Europe ».

Que s’est-il passé depuis quatre années ? Si on en croit les chiffres du démographe Yves-Marie Laulan, lors d’un exposé sur le thème « La France en danger », en mars 2012, il y aurait en France un solde positif de 250.000 immigrés chaque année, soit 1 million depuis les Assises de Charenton. Et il ne tenait pas compte à l’époque des conséquences de Lampedusa… À juste titre, après les crimes de Toulouse et de Montauban, la présidente du FN s’interrogeait, se demandant, parmi tous les nouveaux venus qui arrivent sur notre territoire, combien il y avait de Mohammed Merah en puissance ?

Nous avons constaté, d’autre part – fait unique dans l’histoire de notre pays –, qu’un président de la République a été élu grâce au survote musulman, estimé à 93 % par l’institut OpinionWay.

Lire la suiteLa remigration pour éviter l’islamisation, par Pierre Cassen

De la remigration – par Renaud Camus

De la remigration - par Renaud Camus

13/11/2014 – PARIS (via Boulevard Voltaire)
Je n’ai pas bien compris pourquoi M. Floris de Bonneville traitait, dans ces colonnes (Boulevard Voltaire, note de Novopress), le mot remigration d’appellation barbare, au seul motif qu’il était « inconnu de l’Académie française et même de Wikipédia ». Il faut laisser un peu de temps à cette vieille dame et à ce jeune savant. Un mot n’est pas barbare parce qu’il est nouveau. Celui-ci ne sonne pas mal, il est parfaitement formé, chacun est bien libre de produire des formes itératives des mots savants qui s’y prêtent ; et si migration est admissible, comme je crois, remigration l’est forcément aussi. Tout juste pourrait-on le chipoter sur son adéquation à ce que ses promoteurs entendent le voir désigner. Je disais pour ma part : renversement des flux migratoires. Mieux vaut un seul terme que trois.

Pour ma part je m’y rendrai avec enthousiasme car quiconque a conscience du Grand Remplacement — et il faudrait être aveugle et sourd, ou M. Gaëtan Dussaussaye, pour n’en être pas conscient… — envisage forcément le retour des colonisateurs sur leurs terres ancestrales. C’est une lutte anticolonialiste que nous menons, et il est sans exemple qu’une décolonisation n’ait pas entraîné le retrait d’une partie, au moins, des conquérants.

Nos amis identitaires convoquent samedi la cour et la ville de l’antiremplacisme à une demi-journée de réflexion sur le thème. Pour ma part je m’y rendrai avec enthousiasme car quiconque a conscience du Grand Remplacement — et il faudrait être aveugle et sourd, ou M. Gaëtan Dussaussaye, pour n’en être pas conscient… — envisage forcément le retour des colonisateurs sur leurs terres ancestrales. C’est une lutte anticolonialiste que nous menons, et il est sans exemple qu’une décolonisation n’ait pas entraîné le retrait d’une partie, au moins, des conquérants.

citation-de-gaulle-francaisOn nous objecte que le métissage est déjà bien avancé et que cela risque de rendre difficile la séparation à l’amiable (de préférence) entre des ethnies, des cultures, des civilisations déjà si étroitement mélangées. Mais ni le Grand Remplacement ni la remigration ne sont des notions racialistes, contrairement à ce qu’affirmait à tout hasard, la semaine dernière, notre jeune ami M. Dussaussaye (décidément… qui veut noyer son chien l’accuse de la race). « C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France a une vocation universelle », disait de Gaulle en une envolée fameuse, qui mériterait d’être citée jusqu’au bout, mais tout le monde la connaît. Ce sont les civilisations, les cultures, les façons d’être là, les modes d’habiter la terre et d’occuper le territoire qui ne peuvent pas se mélanger sans que les unes soumettent les autres, ou les intègrent. Et celles qui ne peuvent pas intégrer se font intégrer (ou éliminer). Celles qui ne peuvent pas soumettre se font soumettre.

Lire la suiteDe la remigration – par Renaud Camus

Assises de la Remigration le 15 novembre à Paris : informations pratiques

Succès des Assises de la remigration

13/11/2014 – PARIS (NOVOpress)
Le samedi 15 novembre à Paris le Bloc Identitaire organise les Assises de la Remigration. Loin des fantasmes d’assimilation massive ou de réconciliation, c’est bien la remigration – c’est-à-dire le retour au pays de manière pacifique et concertée d’une grande partie des immigrés et descendants d’immigrés actuellement présents en France et en Europe – qui s’impose comme l’option la plus réaliste, et la seule à même d’empêcher le basculement vers le chaos engendré par le multiculturalisme. Il est donc primordial de faire progresser cette idée, ce projet même, à la fois dans l’opinion et au sein des appareils politiques.

Les Assises de la Remigration dans le Bulletin de Réinformation de Radio Courtoisie de ce jour :

Ce samedi 15 novembre vous pourrez assister aux interventions d’écrivains, d’universitaires, de responsables politiques ou associatifs tels que Renaud Camus, Philippe Conrad, René Marchand, Damien Rieu, Jean-Yves Le Gallou, Jean-David Cattin, Guillaume Faye, Jacques Bompard ou encore Fabrice Robert.

Les interventions se tiendront de 14 heures à 19 heures, à l’Espace Cap 15, situé 13 Quai de Grenelle dans le 15ème arrondissement (Métro ligne 6 Station Bir-Hakeim ou RER C Champ de Mars-Tour Eiffel).

Le tarif pour accéder à l’ensemble des travaux est de 5 euros. Vous trouverez aussi sur place plusieurs stands vous permettant de vous procurer du matériel militant ou encore les ouvrages des intervenants.

affiche-basse-remigration

René Marchand participera aux Assises de la Remigration le 15 novembre 2014 à Paris

René Marchand participera aux Assises de la Remigration le 15 novembre 2014 à Paris

12/11/2014 – PARIS (NOVOpress)
René Marchand est un journaliste et essayiste, issu de l’École nationale des langues orientales vivantes et licencié de langue et littérature arabes en Sorbonne. Spécialiste de l’islam, proche de l’association Riposte Laïque, il a récemment publié l’ouvrage « Reconquista ou mort de l’Europe ». Il est également intervenu lors de la dernière Université d’été identitaire.

Ne pouvant qu’être sensible à cette volonté de « reconquista » pacifique qu’est la remigration, René Marchand interviendra le 15 novembre 2014 à Paris dans le cadre des Assises de la Remigration.

Assises remigration RM_pt

Crédit hoto Une : DR

Jean-David Cattin participera aux Assises de la Remigration le 15 novembre 2014 à Paris

Jean-David Cattin participera aux Assises de la Remigration le 15 novembre 2014 à Paris

11/11/2014 – PARIS (NOVOpress)
Jean-David Cattin est Suisse. Principal promoteur de la campagne pour l’interdiction des minarets menée à Genève lors de la votation de 2009, il dirige depuis six ans l’Université d’Été assurant la formation des jeunes cadres identitaires.

Adversaire résolu de l’immigration massive et partisan d’une remigration pacifique et concertée, Jean-David Cattin interviendra le 15 novembre 2014 à Paris dans le cadre des Assises de la Remigration.

Jean-David Cattin participera aux Assises de la Remigration le 15 novembre 2014 à Paris

Fabrice Robert participera aux Assises de la Remigration le 15 novembre 2014 à Paris

10/11/2014 – PARIS (NOVOpress)
Fabrice Robert est président du Bloc Identitaire depuis sa création en 2003. A ce titre, il a été l’acteur et le promoteur de très nombreuses campagnes et actions de défense de l’identité française et européenne. Parallèlement engagé sur le terrain de la réinformation, il a créé l’agence de presse en ligne Novopress.info.

Président du mouvement politique portant l’idée de remigration dans le débat public et organisateur de ce grand événement, Fabrice Robert interviendra le 15 novembre 2014 à Paris dans le cadre des Assises de la Remigration.

Crédit photo Une : Novopress (cc).

Assises remigration FR_pt