Fabrice Robert : “Novopress média incontournable de la réinformation”

Fabrice Robert : "Novopress média incontournable de la réinformation"

20/10/2013 – 18h50
PARIS (NOVOpress) –
Entretien avec Fabrice Robert, fondateur et directeur stratégique de Novopress

 

Novopress vient de faire peau neuve. Pouvez-vous revenir rapidement sur la genèse de ce média ?

Novopress.info a été créé en 2005. 8 ans déjà !

Les médias « classiques » ont longtemps détenu le monopole de l’information. Grâce au réseau des réseaux, il me paraissait important – à l’époque – de tenter l’expérience d’un nouveau média susceptible de proposer une information alternative en ligne. Et le constat est désormais sans appel. Internet a permis de révolutionner l’accès à l’information tout en permettant une diversification de ses acteurs.

Lire la suiteFabrice Robert : “Novopress média incontournable de la réinformation”

Michel Janva : “Dès la première année, le Salon Beige a connu des événements médiatiques qui ont montré son intérêt”

Michel Janva : "Dès la première année, le Salon Beige a connu des événements médiatiques qui ont montré son intérêt"

19/10/2013 – 11h00
PARIS (NOVOpress) –
Le Salon Beige, qui se présente comme un “blog quotidien d’actualité” animé par des “laïcs catholiques”, est devenu l’un des navires amiraux de la réinformation sur Internet. Son rôle a été déterminant dans la mobilisation contre le mariage homosexuel, brisant le mur du silence médiatique et relayant minutieusement les initiatives nationales et locales tout comme les preuves d’abus policiers. Au-delà de cette période clef, il a été et demeure l’artisan d’un “réveil des consciences”, par un travail quotidien de revue de presse et d’analyse de l’actualité sous le double regard catholique et non-conformiste. Michel Janva, son fondateur, répond aux questions de Novopress.

Michel Janva, vous avez été, il y a maintenant près de dix ans, le co-fondateur du Salon Beige, comment l’idée de ce blog est née ? Quels étaient vos buts à sa création ?
Nous avons lancé le Salon Beige il y a 9 ans, motivés d’abord par un sentiment de frustration après la « série noire » de l’année 2004 (lundi de Pentecôte, loi sur l’ « homophobie », affaire Buttiglione). Il nous est apparu clairement que les chrétiens étaient en train de se faire marginaliser sur la scène publique, et que les grands médias ne nous étaient plus d’aucun secours pour faire entendre notre voix. Or la campagne présidentielle américaine qui venait de s’achever avait été marquée par l’émergence politique des blogs : alors qu’en France on les considérait encore comme un passe-temps pour ados, ils s’établissaient aux Etats-Unis comme de véritables contre-médias. Nous avons donc tenté l’expérience du blog.

Le Salon Beige a pour objet de lutter contre la désinformation et, à ce titre, il se définit comme un contre-média (nous ne sommes pas journalistes, nous ne vivons pas grâce au Salon Beige). Et ce blog souhaite unir les catholiques, et au-delà, ceux qui rejoignent nos idées, autour du combat commun, en dépassant les querelles partisanes ou de chapelles.

Lire la suiteMichel Janva : “Dès la première année, le Salon Beige a connu des événements médiatiques qui ont montré son intérêt”

Affaire Méric : la thèse de la légitime défense se confirme

Affaire Méric : la thèse de la légitime défense se confirme

25/06/2013 – 14h05
PARIS (NOVOpress) –
Plusieurs médias commencent à démonter le mythe d’un Clément Méric « lynché » par des « fascistes ». « Les vraies raisons de la bagarre qui a abouti jeudi 6 juin au soir à la mort de Clément Méric sont en train de s’éclaircir. Et elles sont fort différentes de la version complaisamment servie les jours suivant le drame », relate ainsi Le Point.fr. La police judiciaire parisienne vient en effet d’examiner les toutes premières images de la bagarre. La scène a été filmée par une caméra de surveillance de la RATP, située au niveau de la station de métro Havre-Caumartin, à quelques mètres du fait divers.

Lire la suiteAffaire Méric : la thèse de la légitime défense se confirme

Les mots, la novlangue et les remplaçants

Les mots, la novlangue et les remplaçants

« Imbus de matérialisme et d’utilitarisme les tenants du Système qui nous oppresse tiennent le langage pour chose secondaire et négligeable.»

Bien que d’habitude on tienne les mots pour choses secondaires, négligeables, bien qu’on considère les questions qu’ils posent comme des questions byzantines, les mots – notre sang et notre sève – véhiculent un pouvoir plus que considérable : énorme, décisif ; un pouvoir qui découle non seulement de ce que les mots disent, mais de la façon dont ils le disent – c’est-à-dire de « l’aura poétique » qui entoure tout mot, y compris le plus banal.

Lire la suiteLes mots, la novlangue et les remplaçants

Clip du livre “Sale Blanc ! Chronique d’une haine qui n’existe pas” de Gérald Pichon

16/03/2013 – 18h45
PARIS (NOVOpress) –
Longtemps dénoncée comme un fantasme, assimilée à un outil de propagande de l’extrême droite, la haine antiblanche était, jusqu’à récemment, déconsidérée par nos élites politiques et médiatiques. Pourtant, cette douloureuse réalité touche un nombre grandissant de Français. Agressions, insultes, viols… Cette forme particulière de haine raciale existe bel et bien. Mais aux yeux de ses détracteurs, affirmer en être victime est une erreur : c’est refuser le sacro-saint vivre-ensemble, érigé en valeur suprême de la société multiculturelle.

Lire la suiteClip du livre “Sale Blanc ! Chronique d’une haine qui n’existe pas” de Gérald Pichon

Pourquoi les Français détestent-ils les journalistes ?

Pourquoi les Français détestent-ils les journalistes ?

Entretien avec Jean-Yves Le Gallou, président de la Fondation Polémia

« Journaliste est la profession la plus détestée des Français », affirme, preuves à l’appui, Jean-Yves Le Gallou, dans son nouvel ouvrage, La Tyrannie médiatique (à paraître ce 14 février, aux éditions Via Romana). Pour le président de la Fondation Polémia, les médias sont passés du stade de contre-pouvoir, à celui de premier pouvoir : celui qui s’exerce sur les esprits. Pire, « ils ont même pris le contrôle des autres pouvoirs, intellectuel, politique et judiciaire ». C’est ce qu’il appelle « la médiagogie ». La seule alternative, reste, selon lui, de pratiquer la « guerre asymétrique de l’information », sur Internet, ou dans le cadre d’une presse véritablement libre – comme « Minute », qui a droit à tout un chapitre. En attendant la sortie de cet ouvrage déjà dans le viseur des médias dépendants, voici un entretien avec Jean-Yves Le Gallou.

Lire la suitePourquoi les Français détestent-ils les journalistes ?

Observatoire des médias : soyez informé sur ceux qui vous informent

Observatoire des médias : soyez informé sur ceux qui vous informent

A l’occasion de la “Cinquième Journée d’étude de la réinformation” de Polémia, Claude Chollet a présenté l’Observatoire des journalistes et de l’information médiatique :  un observatoire doublement utile par les portraits de journalistes qu’il publie mais aussi par ses « brèves » qui informent sur l’actualité des médias. Voici un résumé de l’intervention du président de l’OJIM.

Lire la suiteObservatoire des médias : soyez informé sur ceux qui vous informent

Retrouvez désormais Minute également sur Internet

Retrouvez désormais Minute également sur Internet

15/10/2012 — 17h15
PARIS (NOVOpress) — Via son nouveau site Internet, Minute propose désormais de retrouver (via un abonnement) les articles et les archives de l’hebdomadaire. Vous avez également la possibilité de proposer une information et prendre connaissance de la rédaction de l’hebdomadaire politiquement incorrect.

Les médias de l’oligarchie entre glaciation et débâcle

11/10/2012 — 08h00
PARIS (via Polémia) — Où en est la bataille médiatique ? Réponse Place Saint-Georges à Paris, samedi 13 octobre, à la cinquième Journée de la réinformation de Polémia : « Face à la tyrannie médiatique, pour un grand bond offensif ». Avec Jean-Yves Le Gallou, Michel Geoffroy, Benjamin Dormann (Ils ont acheté la presse), Yves Le May (Novobreizh), Philippe Milliau (Notre Antenne) et Claude Chollet (Observatoire des journalistes et de l’information médiatique). Face à la tyrannie médiatique, pour un grand bond offensif, rendez-vous à Paris, dans les salons Dosnes-Thiers, à partir de 9h30, métro Saint-Georges. Entretien avec Jean-Yves Le Gallou.

Lire la suiteLes médias de l’oligarchie entre glaciation et débâcle

Face à la tyrannie médiatique : vers un grand bond offensif ? Polémia le 13 octobre, Paris

Face à la tyrannie médiatique : vers un grand bond offensif ? Polémia le 13 octobre, Paris

Le samedi 13 octobre 2012 de 9h à 18h30, la fondation Polémia organise sa “Cinquième Journée d’étude de la réinformation” sur le thème Face à la tyrannie médiatique : vers un grand bond offensif ?« Nouvelles donnes, nouvelles cibles, nouveaux outils»
La réunion aura lieu à la Fondation Dosnes-Thiers (27 place Saint-Georges – 75009 Paris – Métro Saint-Georges)

Lire la suiteFace à la tyrannie médiatique : vers un grand bond offensif ? Polémia le 13 octobre, Paris

Novopress France : de retour le 23 août

Novopress France : de retour le 23 août

14/08/2012 — 09h00
PARIS (NOVOpress) — L’équipe bénévole des rédacteurs de Novopress France prend un repos bien mérité : avec près de 3.000 articles originaux sous licence libre publiés depuis 1 an, plus de 10.000 commentaires de lecteurs validés, récompensés par plusieurs centaines de milliers de visites chaque mois, des partenariats noués à travers l’Europe, l’année qui vient de s’écouler fut dense. Le mois de septembre approchant, c’est avec une équipe renforcée que Novopress poursuivra sa mission : délivrer une information alternative de qualité.

Lire la suiteNovopress France : de retour le 23 août

“Rien que de bon voeux” par Michel Geffroy

Source : Polemia

Bonne Année à Goldman Sachs qui a gentiment fourni des dirigeants à la Grèce, à l’Italie, à l’Espagne et à la Banque centrale européenne, pour nous aider à mieux prendre en considération les intérêts des banques et des marchés.

Bonne Année à M. Trichet, aux directoires de la Banque centrale européenne et des banques centrales de la zone euro, qui ont bien mérité du Deutsche Mark.

Bonne Année à l’euro surévalué « qui nous rend plus forts », mais que les gouvernements européens nous disent qu’il faut maintenant secourir d’urgence.

Bonne Année à N. Sarkozy et A. Merkel qui décident de nouveaux traités limitant encore plus la souveraineté budgétaire des citoyens européens, mais sans les soumettre à référendum.

Bonne Année à tous les gouvernants européens qui veulent nous protéger des démons du protectionnisme : les travailleurs chinois et indiens les remercient chaleureusement.

Bonne Année à Liliane Bettencourt, à Maurice Lévy, à Louis Schweitzer, à Jean-Cyril Spinetta, à Frank Riboud et à tous les dirigeants qui ont souhaité au mois d’août dernier « l’instauration d’une contribution exceptionnelle qui toucherait les contribuables français les plus favorisés ». Leurs vœux seront exaucés au-delà de leurs espoirs puisqu’en 2012 nous paierons tous plus d’impôts, plus de taxes, ainsi que des tarifs et des péages plus élevés.

Bonne Année à tous les chômeurs, en particulier les jeunes : l’embellie est en vue car N. Sarkozy a convoqué un sommet sur l’emploi dans trois semaines.

Bonne Année aux inégalités sociales : elles vont continuer de prospérer avec la récession que nos gouvernants font tout pour écarter en réduisant les dépenses publiques et en augmentant les impôts et les taxes.

Bonne Année aux syndicats de cheminots, de la RATP, des contrôleurs aériens, des pilotes de ligne, des postiers, des gaziers et d’EDF et d’une façon générale à tous les « partenaires sociaux » : vous aurez certainement l’occasion en 2012 de « lutter » pour vos revendications catégorielles en prenant en otages comme d’habitude les salariés, les usagers et les banlieusards impuissants.

Bonne Année aux fabricants de caméras de vidéosurveillance, de radars et d’alcootests : le gouvernement a décidé d’en implanter de nouveaux et de rendre obligatoires ces derniers pour « améliorer notre sécurité », bien entendu.

Bonne Année à tous les délinquants et criminels récidivistes : les 5 millions de victimes annuelles de crimes et délits recensées en France par l’Observatoire de la délinquance et de la réponse pénale leur assureront une activité soutenue en 2012.

Bonne Année à ceux dont on ne parle jamais dans les médias : ceux qui profanent les églises, les tombes chrétiennes ou les cimetières militaires.

Bonne Année aux forces de police et de gendarmerie qui continuent d’arrêter – en évitant les « bavures » – ceux que les juges libèrent peu de temps après.

Bonne Année à tous ceux qui veulent venir en France nous faire profiter de leur extraordinaire savoir-faire ou nous enrichir de leurs magnifiques différences culturelles ou religieuses. Ils nous rejoindront bientôt puisque les syndicats, le patronat et les présidents d’université le réclament de concert aux pouvoirs publics, pour notre bien. Et bonne année à tous les « sans-papiers » : ils seront régularisés par circulaires une fois de plus, n’en doutons pas, en 2012.

Bonne Année à tous les Mohammed car ce serait le prénom le plus fréquemment inscrit à l’état civil à Oslo, à Bruxelles ou à Marseille.

Bonne Année à toutes les associations communautaires et « antiracistes » qui sont financées par le contribuable pour aider les étrangers qui contournent les lois de la République, pour promouvoir la discrimination à l’encontre des Français de souche ou pour réduire toujours plus notre liberté d’expression.

Bonne Année au Parlement qui vote toujours plus de lois mémorielles qui confient aux juges le pouvoir de dire ce qui doit être « historiquement correct » pour nous.

Bonne Année au Conseil constitutionnel et à la Cour européenne des droits de l’homme, qui mettent en tutelle le pouvoir législatif, c’est-à-dire notre souveraineté.

Bonne Année aux médias et aux agences de publicité : ils continueront en 2012 de nous fournir régulièrement en bobards et ils veilleront à ce que nos informations et nos pensées restent bien « politiquement correctes ».

Bonne Année aux Egyptiens, aux Tunisiens, aux Libyens, aux Afghans, aux Irakiens, aux Syriens, aux coptes et aux chrétiens du Nigéria : vous aurez bientôt le choix entre le chaos, la valise ou l’islamisme, mais avec les compliments des « libérateurs » occidentaux. Car, dieu merci, vous n’êtes pas protectionnistes !

Bonne Année à nos militaires morts aux ordres de l’OTAN et à leurs familles : vous serez honorés le 11 novembre à la place de vos grands-parents qui sont morts pour la France.

Bonne Année à Laurence Parisot qui nous souhaite une France métissée et qui se dévoue pour nous éviter de tomber dans un « piège bleu Marine ».

Mais surtout bonne année à tous les Français qui finiront par ouvrir les yeux et qui en tireront enfin les conséquences politiques en 2012 !

Michel Geoffroy
27/12/2011

Comment les blogs changent les médias dominants – Robert Ménard, 4e journée de Réinformation de Polémia [vidéo]

Comment les blogs changent les médias dominants - Robert Ménard, 4e journée de Réinformation de Polémia

Voici l’intervention de Robert Ménard, journaliste à Sud Radio, ancien président de Reporters Sans Frontière lors de la 4e Journée de Réinformation de la Fondation Polémia samedi dernier. Le sujet de cette intervention était « Comment les blogs changent les médias dominants » et elle était suivie d’une discussion.

La réunion, présidée par Jean-Yves Le Gallou, portait sur le thème : “Les blogs dans la guerre médiatique”. C’est une bataille asymétrique qui se livre sous nos yeux. D’un côté les grands médias commerciaux qui diffusent souvent à coups de « Bobards » l’idéologie unique : pour eux « la mondialisation est heureuse », « l’immigration, une chance » et tout ce qui rompt avec les traditions une « avancée ». En face, une multitude de blogs développent une pensée critique et font émerger des informations occultées. Interdit dans les média classiques, le débat revient sur Internet.

Novopress a diffusé en direct deux parties de cette journée, dont l’intervention de Robert Ménard. Pour ceux qui ont raté cette diffusion en direct, voici une rediffusion de la partie concernant ce journaliste.

En direct ce 15 octobre : quatrième journée de la Réinformation organisée par Polémia

Samedi 15 octobre, quatrième journée de la Réinformation organisée par Polémia

Affiche 4e journée réinfoAssistez en direct sur Novopress, aujourd’hui, 15 octobre, à la quatrième journée de la Réinformation, présidée par Jean-Yves Le Gallou.

Thème de cette année : “Les blogs dans la guerre médiatique”. Plusieurs ateliers et interventions sont prévus. Avec notamment la participation de Robert Ménard.

Une participation du fondateur de Reporters sans frontière qui n’est pas du goût de tout le monde. Ainsi, dans le Monde, via Abel Mestre, qui confond mauvais journalisme et travail de police, Polémia est présentée comme “think tank d’extrême… extrême droite” (sic). Polémia a répondu à cette attaque : “En novlangue, ‘l’extrême droite’ est une expression sidérante et péjorative donnée à la droite de conviction et à tous ceux qui contestent le Système dominant. Il est normal que la novlangue soit la langue véhiculaire, sinon liturgique, du Monde, un journal propriété de Matthieu Pigasse (banque Lazard) et de Pierre Bergé (SOS-Racisme).”

Au programme de la retransmission, en particulier :

de 12h00 à 13h00 retransmission des plénières
pause
de 14h30 à 16h00 Robert Ménard

La page directe, pour le chat :
http://www.livestream.com/agence2presse?utm_source=lsplayer&utm_medium=ui-content&utm_campaign=agence2presse&utm_content=agence2presse

Samedi 15 octobre, quatrième journée de la Réinformation organisée par Polémia

Samedi 15 octobre, quatrième journée de la Réinformation organisée par Polémia

Affiche 4e journée réinfo28/09/2011 – 20h00
PARIS (NOVOPress) – Samedi 15 octobre, la fondation Polémia, présidée par Jean-Yves Le Gallou (qui est intervenu lors de l’Université de rentrée du Bloc Identitaire de cette année), organise la quatrième journée de la Réinformation. Thème de cette année : “Les blogs dans la guerre médiatique”. Plusieurs ateliers et interventions sont prévus. Avec notamment la participation de Robert Ménard.

Une participation du fondateur de Reporters sans frontière qui n’est pas du goût de tout le monde. Ainsi, dans le Monde, via Abel Mestre, qui confond mauvais journalisme et travail de police, Polémia est présentée comme “think tank d’extrême… extrême droite” (sic). Polémia a répondu à cette attaque : “En novlangue, ‘l’extrême droite’ est une expression sidérante et péjorative donnée à la droite de conviction et à tous ceux qui contestent le Système dominant. Il est normal que la novlangue soit la langue véhiculaire, sinon liturgique, du Monde, un journal propriété de Matthieu Pigasse (banque Lazard) et de Pierre Bergé (SOS-Racisme).”

“Éléments pour une contre-culture identitaire” sur Radio Courtoisie samedi 24 septembre

Eléments pour une contre-culture identitaire - Radio Courtoisie samedi 24

Le samedi 24 septembre à midi, dans Le Libre journal des lycéens, Romain Lecap et Xavier Delaunay recevront Philippe Vardon-Raybaud avec qui ils évoqueront ce que peuvent être les éléments d’une contre-culture identitaire. Un vaste programme, qui tient à cœur à beaucoup d’entre nous, soucieux de cultiver des auteurs, références ou héros nettement plus élevés que ceux proposés par une époque à bout de souffle…Georges Feltin-Tracol, animateur du site Europe Maxima participera à l’émission.

A partir de cette émission, les auditeurs pourront également retrouver chaque mois 4 rubriques radiophoniques :

• Les chroniques culturelles de Pascal Lassalles
• Les chroniques de la vie ordinaire de Xavier Delaunay
• La Nietzsche Académie (décryptage d’un évènement marquant par le regard nietzschéen)
• Les rendez-vous de Paris by Right.

Eléments pour une contre-culture identitaire - Radio Courtoisie, samedi 24

Pour écouter Radio Courtoisie :
Paris 95,6 MHz Caen 100,6 MHz Chartres 104,5 MHz
Cherbourg 87,8 MHz Le Havre 101,1 MHz Le Mans 98,8 MHz ;
Pour toute la France, en clair, sur les bouquets satellite Canalsat (canal 179 ou 496) et TNTSAT
pour le monde entier sur www.radiocourtoisie.fr.

Conflits, “camp du bien” et manipulations d’opinion : l’exemple de la Serbie [vidéo]

Conflits, "camp du bien" et manipulations d'opinion : l'exemple de la Serbie [vidéo]

La diabolisation de l’adversaire est une vieille constante des conflits qui ont secoué le monde. Allemands mangeurs d’enfants en 1871 ou 1914 ; Serbes “nazis” en 1992 ; Irakiens chimiques en 2003 ; snipers Syriens tirant depuis les toits sur des manifestants innocents en 2011, etc. poursuivent un but similaire : fédérer derrière soi une opinion publique en vue de préparer un conflit. À stratégies égales, époques – et donc techniques – différentes : celui qui dispose du plus grand nombre de chaînes de télévision peut d’ores et déjà être déclaré vainqueur.

Si les causes des guerres sont restées les mêmes (peu reluisantes : expansions stratégiques ou contrôles des ressources naturelles et des matières premières…), il convenait donc pour les tenants du “camp du bien”, avides de guerres humanitaires et de “libération”, d’y mettre les formes. La modification sémantique aidant (ministère de la Guerre devenu “de la Défense”, la “bataille” cédant le pas à “l’intervention”, le “bombardement” au terme plus policé de “frappe”), les manipulations les plus grossières pouvaient être données en pâture aux opinions occidentales qui ne demandaient qu’une chose : avoir bonne conscience.

L’actualité syrienne et libyenne nous poussent ainsi à nous souvenir d’un trucage médiatique, modèle du genre, dont les conséquences terribles furent la mise au ban des nations de la Serbie à partir de 1992, lors du conflit yougoslave, et le bombardement de cette même Serbie par l’OTAN en 1999 lors de la crise du Kosovo. Les trois vidéos ci-dessous sont issues d’une émission de la chaine de télévision serbe RTS, qui démontre le trucage des photos du camp de prisonniers d’Omarska et de réfugiés de Trnopolje en 1992, trucage réalisé à l’époque par une ONG atlantiste ayant pignon sur rue, à tel point qu’elle en fit des affiches pour recruter de nouveaux donateurs. Ces photos, qui ont fait le tour du monde, sont encore utilisées de nos jours pour faire passer les Serbes pour des bourreaux nazis.