Laurent Fabius veut une vague de réfugiés syriens en France

Laurent Fabius veut une vague de réfugiés syriens en France

13/09/2013 – 12h00
PARI
S (NOVOpress) – La France va non seulement faciliter l’accueil des réfugiés syriens, mais en accueillir davantage. C’est l’engagement que Laurent Fabius a prononcé jeudi. « Nous allons aller vers un accueil plus large de toute une série de familles qui ont une attache avec la France », a souligné le chef de la diplomatie française, indiquant qu’il agissait en concertation avec le ministre de l’Intérieur Manuel Valls. « Nous avons donné des instructions pour que la demande de droit d’asile puisse être instruite beaucoup plus rapidement que dans le passé », a précisé l’ex-Premier ministre socialiste de François Mitterrand.

« La France doit accueillir les réfugiés syriens ! », avaient affirmé plusieurs associations dans un appel lancé mercredi.

Lire la suite

Nigel Farage (UKIP) favorable à l’accueil des réfugiés syriens dans leur partie du monde plutôt qu’en Europe

Nigel Farage (UKIP) favorable à l'accueil des réfugiés syriens dans leur partie du monde plutôt qu'en Europe

09/09/2013 – 08h00
LONDRES (
NOVOpress via Lionel Baland) – Le dirigeant de l’UKIP, Nigel Farage (photo), qui est opposé à une attaque contre  la Syrie, est favorable au fait que le Royaume-Uni envoie une somme d’argent, qui correspond à une partie des coûts d’une intervention militaire, aux pays voisins de la Syrie qui accueillent les réfugiés syriens. [L’UKIP est le troisième parti en nombre de voix (23%) lors des dernières élections au Royaume-Uni en 2013, juste derrière les Tories (25%) et le Labour (29%).]

Lire la suite

Boston : « Putain je suis dégoûté que ce ne soit pas un nazi », ce sont des immigrés tchétchènes

Boston : “Putain je suis dégoûté que ce ne soit pas un nazi”, ce sont des immigrés tchétchènes

20/04/2013 – 17h40
PARIS (NOVOpress) –
Les deux « suspects » (il faut respecter la présomption d’innocence) de l’attentat de Boston (Etats-Unis) qui a fait ce lundi15 avril, 3 morts et 183 blessés (dont de nombreux resteront invalides) sont maintenant connus. Il s’agit de deux jeunes « réfugiés » tchétchènes, les frères Tamerlan et Djokhar Tsarnaev, dont l’un avait même obtenu la nationalité américaine. Ils sont décrits par leur père comme des « musulmans fervents ». Djokhar est également décrit comme totalement intégré dans la société américaine.

Lire la suite

Saint-Cyr-Coëtquidan : les élèves officiers bientôt remplacés par des réfugiés afghans ?

Saint-Cyr-Coëtquidan : les élèves officiers bientôt remplacés par des réfugiés afghans ?

01/04/2013 – 15h00
RENNES (NOVOpress Breizh) –
Obligée de faire des économies et croulant sous un sureffectif d’officiers supérieurs, l’armée française s’apprête à fermer l’ESM de Saint-Cyr Coëtquidan. Mais ses bâtiments de Guer, dans le Morbihan, ne resteront pas inemployés.

Lire la suite

Italie : deux « réfugiés » maliens passent à tabac les volontaires de la Miséricorde en exigeant de l’argent et une carte de séjour

Italie : deux « réfugiés » maliens passent à tabac les volontaires de la Miséricorde en exigeant de l’argent et une carte de séjour

Volontaires de la Miséricorde. Crédit photo : Roberto Ferrari via Flickr (cc).

14/11/2012 — 13h30
POPPI (NOVOpress) — Dur réveil, au propre et au figuré, pour les volontaires catholiques de la Confrérie de la Miséricorde de Stia, qui gèrent le centre d’accueil de Poppi, dans la province d’Arezzo (région Toscane). Dimanche matin, ils ont dû appeler au secours les carabiniers après avoir été passés à tabac par deux Maliens de 30 et 22 ans.

Les deux Africains, qui avaient débarqué à Lampedusa l’année dernière et étaient logés depuis lors en centre d’accueil, exigeaient de l’argent et la remise d’un permis de séjour, que les volontaires étaient évidemment hors d’état de leur donner.

Lire la suite

Les pays européens devront accueillir toujours plus de réfugiés

Les pays européens devront accueillir toujours plus de réfugiés

31/03/2012 – 10h15
PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) – 
Le programme adopté avant hier par le parlement européen a pour but d’installer dans l’Union européenne les personnes qui ont reçu le statut de réfugiés. Selon le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés, plus de 172 000 personnes devront être « réinstallées » (c’est le terme consacré) en 2012.

Les priorités couvriront les réfugiés irakiens en Turquie, en Syrie, au Liban en Jordanie ; les réfugiés afghans en Turquie, au Pakistan, en Iran ; les réfugiés congolais au Burundi, au Malawi, au Rwanda, en Zambie ; les réfugiés somaliens en Éthiopie ; les réfugiés birmans au Bengladesh, en Malaisie, en Thaïlande, les réfugiés érythréens dans l’est du Soudan, etc.

Le « Fonds européen pour les réfugiés », financé par les Etats de l’Union, déboursera entre 4000 et 6000 euros par réfugié.

Photo : Parlement européen à Strasbourg. Crédit photo : JLogan, domaine public.

Exclusivité : le gouvernement italien rouvre Lampedusa à l’invasion migratoire

Exclusivité : le gouvernement italien rouvre Lampedusa à l’invasion migratoire

03/02/2012 – 21h30
LAMPEDUSA (NOVOpress) — Incendie du centre d’accueil par les Tunisiens, scènes de guérilla dans l’île, le maire assiégé dans l’hôtel de ville par les autochtones exaspérés et contraint de mettre en sourdine son immigrationnisme, la coopérative « Lampedusa accueil », qui avait copieusement fait son beurre de l’invasion, réduite à licencier son personnel, et pour faire bonne mesure sans le payer : on en était resté là cet automne dans le feuilleton de Lampedusa.

L’île avait été déclarée port non sûr et les garde-côtes italiens, qui continuaient imperturbablement à ramasser des clandestins en haute mer, s’étaient mis en novembre à les remorquer jusqu’en Sicile. L’hiver était alors survenu et, la navigation devenue trop difficile, l’invasion, du moins maritime, s’était interrompue.

Situation évidemment très préoccupante pour le gouvernement de la Goldman Sachs, pour qui l’accueil des « migrants », comme ils disent, est une priorité. Le ministre de l’Intérieur, Annamaria Cancellieri, s’est donc rendue vendredi matin à Lampedusa. Elle était accompagnée, pour que les choses soient bien claires, du ministre de la Coopération internationale et de l’intégration sociale, le catho-communiste Andrea Riccardi, fondateur de la communauté mondialiste Sant’Egidio, dévot de « l’esprit d’Assise » et partisan déclaré de l’importation de toujours plus d’immigrés pour « rajeunir le pays ». Les deux ministres sont allés visiter le centre d’accueil brûlé par les Tunisiens pour vérifier que tout avait été remis en état.

« Il est nécessaire, ont-ils déclaré ensemble, de ne pas être pris au dépourvu ». En six mois l’année dernière, plus de 50 000 immigrés avaient débarqué à Lampedusa depuis l’Afrique du Nord. Avec l’arrivée du printemps et du beau temps, les « charrettes de la mer » pourraient recommencer à affluer – fuyant ou prétendant fuir le nouveau gouvernement libyen comme celles de l’année dernière fuyaient le vilain Kadhafi.

« Nous espérons, a poursuivi le bon apôtre Riccardi, qu’il n’y aura pas de nouvelle urgence migratoire mais nous devons être prêts, pour qu’elle ne nous prenne pas par surprise ». Pour finir sur une touche larmoyante, les deux ministres se sont ensuite rendus au cimetière « pour rendre hommage aux tombes des migrants morts durant la traversée du canal de Sicile et ensevelis sur l’île ».

Comme pour répondre à cet appel – ou faut-il dire cet appel d’air ? – les débarquements ont repris à Lampedusa précisément le lendemain. Samedi peu après 12h30, sont arrivés sur l’île 69 « réfugiés », qui avaient été repérés alors qu’ils se trouvaient à un demi-mille des côtes et que la capitainerie du port s’est hâtée d’aller chercher. L’agence ANSA parle seulement de « réfugiés », mais sa consœur Adnkronos précise qu’il s’agit de « réfugiés subsahariens »

Photo : été 2011, les vedettes des garde-côtes italiens amarées à Lampedusa. Crédit : Nicola Licata via Flickr (cc)

Allemagne : les Verts de Saxe veulent faire venir près de 220.000 réfugiés africains

Allemagne : les Verts de Saxe veulent faire venir près de 220.000 réfugiés africains

18/09/2011 – 19h00
DRESDE (NOVOpress) –
Décidément, même outre-Rhin, les Verts sont des immigrationnistes invétérés. Même lorsqu’ils se parent des vertus d’une bonne cause. Ainsi, les élus Verts au parlement régional de Saxe souhaitent faire venir près de 220.000 réfugiés africains. Principalement de Somalie, du Soudan, d’Éthiopie ou d’Erythrée.

Cet accueil devrait se faire sans se soucier si les réfugiés parlent ou connaissent l’allemand. De même, aucune précaution quant à l’état de santé de ces réfugiés, leurs compétences professionnelles ou leurs orientations politiques.

Enfin, un permis de séjour permanent ou un permis de séjour [simple] avec accès illimité au marché de travail et le droit aux services d’intégration et tous les avantages sociaux devraient être octroyés à ces réfugiés.

Schöllnstein, ou le « mini » Lampedusa bavarois

Schöllnstein, ou le "mini" Lampedusa bavarois

21/07/2011 – 11h30
MUNICH (NOVOpress) — Ubu roi de Bavière ? Le service régional en charge des demandes d’asile submerge un paisible village sous un afflux de postulants. Sur place, tout le monde est furieux et les tensions sont palpables.

Évincées par la médiatisation de l’île de Lampedusa, d’autres régions d’Europe, que l’on pensait jusqu’à présent épargnées par la question des flux de « réfugiés », connaissent un destin curieux.

Connaissez-vous Schöllnstein ? Paysage de carte postale, ce petit village typique de Bavière niché dans les collines, surplombé des restes d’un château médiéval et dont les chalets de bois sont ornés de volets multicolores, s’est vu du jour au lendemain gratifié d’une centaine de réfugiés en provenance d’Afghanistan, de Somalie ou d’Irak. Au grand dam des habitants (71 âmes), qui n’ont rien demandé, mais semble-t-il également au désespoir desdits réfugiés : car à Schöllnstein, il n’y a rien. Ou du moins pas grand chose, mis à part quelques fermes, une église, une caserne de pompiers et une onéreuse ligne de bus qui relie 2 fois par jour le petit village à la ville la plus proche.

Choc des civilisations

Si différents témoignages font état d’une cohabitation de plus en plus difficile entre les nouveaux arrivants, qualifiés « d’agressifs » et « oisifs » et la population locale, il ne semble pas pour autant exister la moindre solution à ce problème à l’échelon régional. « C’était une urgence. Nous devions accueillir beaucoup de monde très rapidement », explique simplement Michael Bragulla, porte-parole du gouvernement de Basse-Bavière, au sujet des réfugiés dont l’installation date maintenant d’une année.

Schöllnstein n’est pas un cas isolé : 15 « zones rurales » abritent environ un millier de réfugiés dans le district de Basse-Bavière, la plupart du temps parachutés sans véritable concertation avec les élus locaux et la population, avec les conséquences que l’on devine. Si le porte-parole du gouvernement affirme que le maire était au courant, ce dernier affirme avoir appris la nouvelle par les journaux…

La situation difficile que traversent les habitants de Schöllnstein est, dans un contexte plus général, l’illustration parfaite de l’abîme qui sépare les grands principes abstraits et universels que sont les « terres d’asile », de leur application concrète, pour le malheur des populations locales comme des expatriés.

[box class »info »]Crédit photo : www.schoellnstein.de[/box]