Jacques Sapir – Grèves : «La colère va bien au-delà des retraites»

12/12/2019 – FRANCE (NOVOpress)
Réforme phare voulue par Emmanuel Macron, le passage à un système de retraite par points et la suppression des régimes spéciaux sont loin de faire l’unanimité.
Mais au-delà de ces mesures, c’est toute la politique économique et sociale de l’exécutif qui semble contestée. Un an après le début du mouvement des Gilets jaunes, la grève du 5 décembre lancerait-elle l’« acte 2 » de la mobilisation sociale ?

Jacques Sapir et Clément Ollivier reçoivent Henri Sterdyniak, cofondateur des Économistes atterrés et chercheur à l’OFCE, Nicolas da Silva, maître de conférences en économie à Paris 13, spécialiste de la santé et de la protection sociale, et Stéphane Sirot, historien du syndicalisme et des mouvements sociaux, professeur à l’université de Cergy-Pontoise.


La défiance, obstacle à la réforme des retraites, par Ivan Rioufol

Croire en Emmanuel Macron ? La crise de confiance s’est installée entre le président et la société civile dont il se réclamait. Pour n’avoir rien compris à la révolte initiale des Gilets jaunes, récupérés depuis par une extrême gauche crépusculaire, le chef de l’Etat s’est isolé de nombreux citoyens en quête de sincérité politique. Son culte du héros, qui se traduira ce lundi aux Invalides par un hommage national aux treize soldats morts accidentellement au Mali, exalte un courage qui a quitté les rangs de la politique intérieure. Cette théâtrocratie cache l’esprit capitulard qui se dissimule souvent au cœur du pouvoir. Affligeante de conformisme a été, par exemple, la réflexion de Jean-Paul Delevoye, vendredi. Le haut-commissaire aux Retraites a plaidé pour l’arrivée en Europe, d’ici 2050, de “cinquante millions de populations étrangères pour équilibrer la population active” et donc payer nos retraites.

Un tel raisonnement, faisant fi du coût social et culturel d’une immigration qui tire les salaires vers le bas, fait partie des idées simplistes que l’on croyait devenues risibles. C’est ce même Delevoye qui a dit aussi : “On est à un moment très malsain de notre démocratie où on cherche à jeter en bouc émissaire : hier c’était le juif, aujourd’hui c’est le musulman, après-demain se sera encore un autre“. Cet amalgame indécent, qui est celui des islamistes geignards, fait comprendre l‘aveuglement des élites face aux menaces. La préfecture du Rhône, elle, a envoyé une lettre à l’université Lyon-II l’invitant à “mieux faire connaître l’islam dans la société” (Le Figaro de ce jour)….

Dans ce contexte de défiance, d’idées toute faites et de pusillanimité, la nécessaire réforme des retraites est mal partie. D’autant que le chef de l’Etat a contribué à obscurcir les enjeux en ayant envisagé un temps, avec la “clause du grand père“, un report de la réforme aux futures générations. Si l’on suit Boileau (“Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément“), les retraites, conçues notamment par Delevoye et sa pensée automatique, sont tombées dans le grand flou qui annonce l’improvisation du marchandage. D’autant que le Conseil d’orientation des retraites (COR) a alerté récemment sur l’urgence de résorber, avant toute réforme systémique, le déficit du système évalué entre 8 et 17 milliards d’euros en 2025. Les grèves du 5 décembre sont annoncées comme la résurrection des organisations syndicales et des convergences de luttes.

On verra bien. Cependant, il est permis d’en douter. Le 5 décembre mettra surtout en scène des corporations (RATP, SNCF) bien décidées à défendre leurs privilèges, supportés en partie par les contribuables. Des syndicats désertés de leurs syndiqués vont se confronter à un gouvernement en mal de soutien populaire, autour d’un projet “universel” destiné à une société fragmentée. Ces contradictions pourraient vite devenir insurmontables. Le risque : que le gouvernement batte…en retraite.

Ivan Rioufol

Texte daté du 2 décembre 2019 et repris du blog d’Ivan Rioufol

Delevoye, chantre du Grand Remplacement, par Franck Deletraz

Certains pourraient peut-être interpréter les propos profondément scandaleux tenus vendredi dernier par Jean-Paul Delevoye devant des « jeunes » de Créteil comme une stupide maladresse. Mais il n’en est rien. Affirmant tranquillement qu’il faudra « 50 millions de population étrangère pour équilibrer la population active en Europe en 2050 », le haut-commissaire à la réforme des retraites a, au fond, dit tout haut ce que ceux qui nous gouvernent et organisent notre grand remplacement depuis des années pensent tout bas.

Ainsi, a expliqué très sérieusement celui qui cumule actuellement son salaire mensuel de 10 135 euros brut avec ses pensions de retraite du régime général, « la démographie européenne et son vieillissement fait que, si on veut garder le même nombre d’actifs dans la machine économique, il va falloir 50 millions de population […] étrangère pour équilibrer la population active en 2050 en Europe ».

Regrettant au passage que « plus un politique [ne soit] capable de parler d’immigration parce que tout le monde s’hystérise », Delevoye est même allé jusqu’à déclarer qu’« on est dans un moment très malsain de notre démocratie où on cherche à jeter en bouc émissaire : hier c’était le juif, aujourd’hui c’est le musulman, après-demain ça sera encore un autre » ! Des propos lamentables qui ont tout de même fait réagir ses anciens camarades de la droite molle. Comme Bruno Retailleau, qui a jugé ces déclarations « indignes d’un membre du gouvernement ». Ou Eric Ciotti, qui a estimé qu’« entre la défense de l’équilibre des retraites par l’immigration massive et le parallèle douteux et inacceptable entre le juif d’hier et le musulman d’aujourd’hui, Jean-Paul Delevoye jette le trouble sur une réforme des retraites déjà bien mal embarquée ». Mais aussi, bien sûr, par le RN, dont la présidente a rappelé que le gouvernement a sa « feuille de route immigrationniste » dont il ne changera pas…

Une « planche pourrie » de la classe politique

Cependant, si ces déclarations de Delevoye sont effectivement scandaleuses, on notera que le haut-commissaire à la réforme des retraites n’en est pas à son coup d’essai et est même ce que l’on pourrait appeler une « planche pourrie » de notre classe politique. C’est sous sa présidence, en 2013, rappelons-le, que le Conseil économique, social et environnemental a considéré comme étant « irrecevable sur le fond » la pétition organisée par la Manif pour tous rassemblant plus de 700 000 personnes opposées au « mariage » gay. Une présidence d’ailleurs vivement critiquée par un cabinet d’expertise dans un rapport de 2014, enterré à la demande de Delevoye lui-même, dont les auteurs dénonçaient la « confusion des missions et des moyens » au sein du CESE et affichaient surtout leur suspicion de « conflit d’intérêts ».

Franck Deletraz

Article paru dans Présent daté du 2 décembre 2019

Le gouvernement se mobilise à l’approche d’une grève interprofessionnelle soutenue massivement par les Français

29/11/2019 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
À l’origine de celle-ci se trouve la future réforme des retraites, visant notamment à unir sous un même système universel de retraite les 42 différents régimes existants. Cette loi, qui sera présentée au parlement début 2020, a fait surgir de nombreuses protestations. Tout d’abord les corps de métier disposant d’un régime autonome efficace et même parfois bénéficiaire reprochent en substance à l’État de vouloir s’approprier leurs réserves pour compenser son propre système déficitaire. Au delà des catégories spécifiques de travailleurs le nouveau système dans son ensemble est vertement critiqué, surtout pour les nombreuses zones d’ombre qui l’entourent.

Alors qu’une mobilisation sociale considérable s’annonce le 5 décembre prochain, depuis plusieurs semaines le gouvernement a engagé une communication visant à réduire l’ampleur de ce mouvement.

Emmanuel Macron est monté au front plus tôt, afin de défendre cette réforme faisant partie de ses promesses de campagne. Il a tenté de qualifier cette grogne de corporatiste et limitée à quelques catégories de privilégiés et de conservateurs.
Malgré tout les rangs des futurs manifestants ne font que grossir. Les syndicats de la SNCF ont été rejoints par leurs homologues des transports aériens et de la RATP, mais aussi les avocats et les enseignants. Par ailleurs le secteur privé serait également impacté, les principaux syndicats ayant soutenu la mobilisation.

Qui plus est l’opinion publique, initialement opposée à cette grève, a évolué, puisqu’à présent selon un sondage publié hier deux tiers des Français jugent cette grève justifiée.

Le gouvernement est pourtant monté à nouveau au créneau par la personne d’Edouard Philippe pour endiguer la mobilisation. Celui-ci a ainsi annoncé mercredi que cette réforme pourrait être restreinte afin de ne pas impacter les plus vieilles générations de travailleurs, mais uniquement celles étant à plus de 10 ou 15 ans de leur retraite. Cette proposition dans la ligne droite de la stratégie gouvernementale habituelle du compromis restant non formelle, il est peu probable qu’elle mette un frein à la mobilisation de la semaine prochaine. Attendons nous donc à voir une nouvelle fois les Français protester contre une des mesures à venir du gouvernement.